politique - Page 3

  • Conseil Communal de Nandrin aujourd'hui 29 juin 2016 à 20h

    Lien permanent

    Conseil Communal du 29 juin 2016 à Nandrin Clic ici.JPG

    Conseil Communal du 29 juin 2016 à Nandrin Clic ici.pdf

  • Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin ce mardi 21 juin 2016

    Lien permanent

    source sudpresse JG CC.JPGCoup de théâtre au Conseil communal de Nandrin ce mardi.

    Un des points abordés était la constitution d’un droit d’emphytéose pour la construction de huit logements publics dans la rue Tige des Saules, à Yernée-Fraineux.

    Un droit qui devait être accordé à Meuse Condroz Logement, pour 55 ans. « Ces logements découlent d’un plan global qui a pris source il y a huit ans », déclare Daniel Pollain, échevin du logement.

    «À vrai dire, le pourcentage de logements publics de la commune est l’un des plus faibles de Wallonie : 0,13 %. Le taux moyen est à 6,5 %. » L’échevin ajoute que si la commune ne répondait pas à ces plans d’ancrage, elle s’exposait à des sanctions.

    «Avec moins de 5 % de logements publics, Nandrin va déjà être sanctionné au niveau des subventions qui lui sont accordés », ditil. Mais voilà : l’opposition a voté contre ce projet, ce qu’a également fait Murielle Brandt (cdH), conseillère communale de la majorité.

    S’en sont suivis des applaudissements dans le public suite à ce vote qui, avec neuf voix contre, annule le projet. Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin, nous signale que le permis d’urbanisme pour ces logements publics est bel et bien signé, et que seule la question de l’emphytéose a été refusée.

    Concernant le vote de Murielle Brandt, celle-ci a expliqué lors d’une suspension de séance qu’elle « voterait à la carte », selon le bourgmestre. « On va voir ce qu’elle va faire.

    Mais sa sortie est maladroite », conclut Michel Lemmens.

    Article de  JÉRÔME GUISSE source info Sudpresse http://journal.lameuse.be/

  • Nandrin Administration : la CCATM rend un avis négatif

    Lien permanent

    adnsource sudpresse.JPGL’enquête publique concernant l’aspect urbanistique de la nouvelle administration communale s’est terminée le lundi 9 mai.

    Un seul habitant s’est manifesté, nous apprend le service urbanisme.

    Sa remarque concernait l’architecture du bâtiment non adaptée au caractère rural de la place de Nandrin.

    Il s’inquiète également du débordement du ruisseau qui passe en dessous de la maison communale et regrette que la population n’ait pas eu l’occasion de s’exprimer plus tôt sur l’orientation du projet.

    Quant à la Commission consultative d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM) de Nandrin, elle a rendu un avis défavorable ce mercredi. Un avis qui n’est que consultatif mais qui sera remis au fonctionnaire délégué de la Région qui tranchera dans ce dossier.

    « J’étais présente à la réunion en tant qu’invitée puisque je suis représentante politique. Les remarques portaient sur l’architecture, l’intégration du bâtiment à son environnement, les matériaux (ils auraient préféré des briques au bois), la forme des baies, la gestion du ruisseau.

    Ils avaient énormément de questions sur la manière dont les choses ont été travaillées », rapporte Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire.

    Regrettent-ils de ne pas avoir été associés en amont?

    « Il y a eu des discussions en ce sens, mais cela n’a pas été mis dans le dossier.

    Le Collège a respecté la procédure. Et il y a eu une réunion d’info. »

    Article  A.G source Sudpresse Sudinfo 

  • La majorité à Nandrin comptera-t-elle un deuxième échevin cdH ?

    Lien permanent

    MB Surce Sudpresse.JPGDes tensions sont apparues au sein de la tripartite Expressions Commune(s) (PS, Ecolo, cdH) lors du dernier conseil communal.

    La conseillère humaniste Murielle Brandt s’est en effet abstenue lors du vote concernant la nouvelle administration communale.

    Une abstention qui n’a pas changé l’issue du vote mais qui a fait jaser.

    La Nandrinoise, infirmière en polyclinique, a voulu marquer son mécontentement quant au stand-by politique.

    L’accord préélectoral de la majorité prévoyait une répartition des échevinats entre PS (3 avec la présidence du CPAS), Ecolo (2) et cdH (1) puis, à la mi-législature, un échevin en moins chez Ecolo (qui retombe à 1) au profit du cdH (qui monte à 2 échevins).

    Logiquement, la conseillère communale cdH Murielle Brandt devait monter.

    CHARLOTTE TILMAN DEVENUE PS

    Sauf qu’une nouvelle donnée chamboule les cartes.

    Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire, a quitté Ecolo et est devenue indépendante.

    Elle a depuis rejoint discrètement les rangs du parti socialiste.

    « Je considère qu’on ne fait pas de la politique pour soi.

    Le groupe Expressions Commune(s) n’ayant pas de pôle de réflexion commun, réfléchir toute seule n’avait pas d’intérêt, raison pour laquelle j’ai voulu intégrer un parti.

    Les socialistes nandrinois sont les personnes dont je suis la plus proche.

    Je suis fort attachée aux valeurs sociales mais je resterai toujours convaincue par l’écologie », insiste Charlotte Tilman.

    La jeune femme ne veut pas s’étendre sur « la popote interne » en cours, mais souhaite conserver son échevinat.

    « Je pense, j’espère, faire du bon travail et être soutenue par pas mal de monde.

    J’aimerais continuer à travailler dans ce sens », confie-t-elle.

    L’équation semble compliquée à résoudre, au grand dam de Murielle Brandt.

    « J’aurais dû devenir échevine en décembre 2015, comme convenu.

    Depuis, j’attends.

    Tout ce que je veux, c’est que le PS respecte l’accord pris avec le cdH.

    J’en ai parlé au nouveau président du cdH de Huy-Waremme. L’ambiance dans la majorité nandrinoise devient tendue, il y a presque de la méchanceté à mon égard alors que je reste dans mon coin.

    Normalement, en devenant échevine, je démissionnais de la présidence de l’IDEN et laissais ma place à Axel Pire (PS) mais je ne vais pas y renoncer si rien ne bouge », affirme l’intéressée.

    L’USC de Nandrin s’est réunie lundi soir mais le point n’est pas encore tranché.

    « L’accord concerne des partis, pas des personnes.

    Murielle Brandt s’arroge des droits.

    Je souhaite que l’accord électoral soit respecté et que chacun puisse s’épanouir.

    Chaque membre du Collège fait du bon travail.

    On pourrait aussi envisager de rester dans la configuration actuelle, car la présidence de l’IDEN équivaut presque à un échevinat.

    Des discussions sont en cours », commente Michel Lemmens, le bourgmestre PS.

    Article de ANNICK GOVAERS Pour Sudpresse Sudinfo page 4 http://journal.sudinfo.be/

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici » 

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin ?

    Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Conseil Communal et réunion conjointe de Nandrin aujourd’hui lundi 2 mai 2016 à 19 h 30

  • Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin ?

    Lien permanent

    5p99c-smile_point_d_interrogation.pngLors du vote pour la nouvelle Administration Communale du lundi 2 mai 2016 à Nandrin , le vote a été de 8 Pour et 9 abstentions ! Une abstention au sein de la majorité par la CDH Murielle Brandt !

    les 8 autres absentions viennent des groupes d'opposition "Tous Ensemble" et "Pour Nandrin".


    Nous apprenons par nos confrères du journal "L'Avenir " de mercredi 4 mai 2016,que la Conseillère CDH de la majorité auteur de l'abstention aurait du devenir échevine fin 2015 ,en raison d'un accord avec les Socialistes (PS) qui forme la majorité dans une tripartite portant le nom "d'Expressions Commune(s)" .

    Nous somme à presque la mi 2016 et les accords ne sont toujours pas respecté selon les informations de nos confrères du journal "L'avenir".

    Bien entendu, s'abstenir ne signifie pas Non ! donc, le projet est passé !!!

     

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

    Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Conseil Communal et réunion conjointe de Nandrin aujourd’hui lundi 2 mai 2016 à 19 h 30

  • La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Lien permanent

    2 mai 2016 conseil communal présentation ad.jpg

    Ce lundi soir, l’architecte John Wery a présenté son projet aux conseillers communaux et du CPAS

    L a réunion conjointe du conseil communal et de l’action sociale, ce lundi soir, a été le théâtre d’échanges autour du projet de nouvelle administration regroupant la commune et le CPAS.

    Un bâtiment fonctionnel et basse énergie présenté par l’architecte de Ramelot, John Wery, et l’expert énergétique Laurent Neuville.

    L’aspect moderne de la construction et surtout son coût, générant un emprunt d’un million d’euros, ont été critiqués.

    La séance du conseil commun a débuté par la présentation du projet de nouvelle administration nandrinoise, par l’architecte John Wery.

    Nous avons déjà exposé l’aménagement de la construction (voir notre édition du 26 avril), relevons quelques nouveaux éléments comme les 108 places de parking sur la place (en plus du budget prévu), l’aménagement d’un vestiaire avec douche ou la mise en place d’une casquette de toit avec débordement pour casser les rayons du soleil et permettre aux hirondelles de nicher.

    « Nous avons également fait en sorte qu’il soit possible de rehausser d’un étage la salle du conseil si besoin est, pour y créer des bureaux », a indiqué John Wery.

    La deuxième partie de l’exposé a été consacrée aux performances énergétiques du bâtiment. Ce dernier n’est pas passif, mais basse énergie.

    « Pour le chauffage, une pompe à chaleur avec récupération de chaleur ainsi que des panneaux photovoltaïques ont été choisis », a décrit Laurent Neuville, ingénieur en techniques spéciales dans le bureau d’études A+ Concept, pour l’aspect énergétique du projet.

    « Par rapport au bâti communal existant (maison communale, ancien tribunal, CPAS), on atteint 77% d’économie annuelle de chauffage, et une diminution de 89% de rejet de CO2 », a-t-il précisé.

    Selon Michel Lemmens, le gain du rapprochement commune-CPAS pourrait grimper jusque 85.000 euros : « On estime une économie de 10.000 euros de chauffage, 5.000 euros d’électricité, 15 à 25.000 euros de frais informatiques, et 45.000 euros de personnel. C’est une fourchette. »

    « PAS DE MIMÉTISME » Marc Evrard (PN), réceptif à l’aspect du bâtiment, a interrogé l’architecte sur la toiture plane.

    « Nous évitons de faire du mimétisme par rapport au bâti existant. L’administration communale doit avoir un caractère propre, elle n’est pas soumise aux règles urbanistiques classiques », a expliqué John Wery.

    Le conseiller CPAS André Jaminon a regretté ce saut dans le modernisme, ainsi que de voir atterir un projet définitif sur la table du Conseil.

    « L’anonymat des personnes qui fréquentent le CPAS sera-t-il préservé ? », a demandé le conseiller CPAS Pierre Georis.

    « Oui, il y aura une salle d’attente spécifique pour le CPAS, ainsi qu’un vitrage sablé. » Sur l’aspect politique du projet, Marc Evrard (PN) a contesté les chiffres « gonflés » avancés par le bourgmestre, ne correspondant pas aux documents transmis.

    « Concernant le subside de la maison communale, j’ai annoncé erronément 370.000 euros au lieu de 310.000 euros », reconnaît Michel Lemmens.

    « La maison communale coûte 1,9 million d’euros et, même si nous avons les moyens de payer cash, nous souhaitons contracter un prêt d’un million d’euros car les taux sont actuellement proches de 0% ! » Pour Marc Evrard, l’investissement est trop important : « La priorité se trouve dans les écoles. »

    Quant à Tous Ensemble, Benoît Ramelot a répété sa désapprobation, estimant lui aussi d’autres projets prioritaires.

    Alain Henry s’est aussi interrogé sur l’avenir du bâtiment du CPAS.

    Michel Lemmens a répondu qu’une résidence-services était prévue mais que ce projet n’était pas prioritaire.

    « Le rachat de la Poste pour y mettre la police, la maison de village de Villers et l’école de Villers passeront avant. »

    « Entre la fin des travaux de l’administration et la mise en place d’un projet, nous craignons que le CPAS finisse dans l’état de la maison de village de Villers... », a lancé Benoît Ramelot.

    Le marché de travaux de la maison communale a été voté par 8 « oui » et 9 abstentions.

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

    Salle du conseil source sudpresse.JPG

    Voir des photos clic ici 

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/la-maison-communale-de-nandrin-au-coeur-du-debat/

  • Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement »

    Lien permanent

    admnopposition.jpg

    L’opposition

    Du côté de l’opposition, Benoît Ramelot, chef de groupe Tous Ensemble, se montre fataliste.

    « Je n’étais pas favorable à ce projet de maison communale par rapport à son coût total qui pourrait profiter à d’autres projets prioritaires.

    Maintenant, à partir du moment où il est sur les rails, je ne vais pas m’acharner contre.

    On vérifiera toutefois si cela se fait dans les règles et dans le raisonnable », indique-t-il.

    Marc Evrard, à la tête de « Pour Nandrin », annonce que son groupe marquera une abstention au prochain conseil communal. « Le rapprochement de la commune et du CPAS est une bonne chose à terme.

    Dans un souci de rationalisation, mettre les personnes sous un même toit est logique.

    Cependant, par les temps qui courent, nous n’avons pas les moyens d’investir entre 1,8 et 2,3 millions d’euros pour un tel projet luxueux.

    La commune de Nandrin se désendette, or ici nous allons repartir dans une spirale d’endettement.

    Par ailleurs, n’y a-t-il pas d’autres projets plus utiles pour les citoyens ?

    L’église de Nandrin, propriété communale, mérite également réflexion. »

    Article de  A.G 

    L’article complet et les réactions dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

  • Nandrin « Je n’ai pas l’intention de changer de groupe politique »

    Lien permanent

    politique.JPG

    La sortie de Guy Mottet (Tous Ensemble) en compagnie de Marc Evrard (Pour Nandrin) vendredi dernier dans la
    presse, a fait tiqué les membres de son groupe.

    L’ex-président du CPAS annonçait apporter son aide à Marc Evrard qui entamera son mandat de conseiller de l’action sociale en mai, laissant présager un rapprochement entre les deux hommes.

    Benoît Ramelot, chef de file TE, s’est fendu d’un communiqué pour rappeler que « les propos de M. Mottet
    sont à prendre en son nom propre (ce que l’intéressé soulignait par ailleurs NDLR) et en aucun cas au nom du groupe Tous Ensemble. »

    «Nous n’avons pas été avertis de cette « aide », nous en avons pris connaissance en lisant le journal.

    Quant aux supputations d’alliance entre les deux groupes d’opposition, aucune prise de contact n'a eu lieu avec un quelconque groupe politique,et surtout pas Pour Nandrin dont nous ne cautionnons pas l’attitude au conseil communal », déclare Benoît Ramelot qui s’étonne au passage que Marc Evrard ait besoin d’un coaching.

    «Après 22 ans de carrière au conseil communal et pour quelqu’un qui s’autoproclame candidat bourgmestre, c’est étrange.

    Je n’ai pas vu le même élan de solidarité de la part de Guy Mottet envers la conseillère TE Carmela Nesca,pourtant plus inexpérimentée que M.Evrard », pointe-t-il.

    De quoi se poser des questions sur le positionnement politique de Guy Mottet?

    «Peut-être nous repoche-t-il une opposition trop passive?

    Nous devrons nous réunir pour connaître la raison de cette sortie.

    Je ne le sens pas moins actif dans le groupe mais j’ai besoin de savoir où il se situe.
    Je n’ai pas envie que l’autre opposition soit au courant des dossiers que nous préparons. »


    guy.JPGDu côté du principal intéressé, «il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

    J’ai juste accepté d’épauler Marc Evrard au CPAS, fort de mon expérience de président.
    C’est le premier à m’en faire la demande.

    Ça n’engage que moi,je n’oriente pas le groupe », insiste Guy Mottet.

    Un rapprochement personnel alors ?

    « Je ne vois pas la différence avec un conseiller qui dit « M. le bourgmestre,tout ce que vous faites est bien », on pourrait aussi y voir un rapprochement avec la majorité...

    Je n’ai pas l’intention de changer de groupe politique.


    Nous n’avons pas désaccord, sans doute en partie parce qu’on évite les sujets « touchy » au nom de la cohésion. »-

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudpresse du 24 mars 2016 

     

    Nandrin CPAS : clic ici Guy Mottet va assister Marc Evrard

  • Aujourd'hui Conseil Communal de Nandrin le 21 mars 2016

    Lien permanent

    Conseil Communal 21 mars 2016 à Nandrin.JPG

    Conseil communal 21 mars 2016 à Nandrin Clic ici.pdf

    Instauration d’un régime de pension complémentaire pour le personnel contractuel. point complémentaire CC du 21 mars 2016 Pour Nandrin Clic ici.docx

  • Nandrin CPAS : Guy Mottet va assister Marc Evrard

    Lien permanent

    Une alliance politique ne semble pas impossible.

    C’est en mai que Marc Evrard (Pour Nandrin) espère bien commencer son mandat de conseiller CPAS.

    Ce jeudi, il expliquait que Guy Mottet (Tous Ensemble), ancien président du CPAS, allait l’assister dans cette

    tâche. À l’évocation d’une alliance de leurs groupes d’opposition, les deux hommes laissaient entendre que « rien n’est impossible ».

     

    Lors du mois de janvier, nous vous annoncions que Marc Evrard (Pour Nandrin) allait devenir conseiller CPAS en occupant le siège de Didier Maka parti remplacer le poste de Jeannick Piron au conseil communal.

    Marc Evrard espère obtenir cette casquette d’ici le mois de mai. Pour cette tâche, il sera assisté par Guy Mottet, du groupe Tous Ensemble.

    «Guy Mottet a présidé le CPAS entre 2006 et 2012 et va m’épauler », déclare Marc Evrard.

    «Il faut savoir profiter des forces de chacun. »

    Selon Guy Mottet, être conseiller CPAS n’est pas chose aisée. «On ne peut pas envisager un moule pour aider toutes ces personnes.

    Chaque cas est différent », explique-t-il.

    «Avec Marc Evrard, nous allons préparer ensemble les dossiers du CPAS. »

    Il ajoute qu’il est difficile pour les nouveaux arrivants au poste de conseiller du CPAS d’avoir des informations

    sur « le passé » des dossiers, en partie à cause du secret professionnel.

    Aux yeux de Marc Evrard, «c’est un beau défi nouveau », dit-il.

    «De plus, je ne vais pas manquer de temps, étant donné que je serai retraité cet été. »

    Avant d’ajouter : «Ce sera l’occasion de jeter des ponts entre les différents groupes du Conseil. »

    Pour Guy Mottet, cette collaboration est «peut-être le premier geste de quelque chose qui se mettrait en

    place ». Il insiste cependant sur le fait qu’il parle en son nom propre.

    Alors que les deux hommes ont travaillé ensemble entre 1994 et 2012, une complicité flotte alors que la discussion glisse de plus en plus vers la politique de la majorité.

    Et ce ne sont pas les propos évocateurs lancés par Marc Evrard qui vont dissiper l’idée d’une éventuelle

    alliance politique entre les deux groupes d’opposition.

    «Avec Guy, nous partageons des valeurs communes », déclare le chef de groupe Pour Nandrin.

    «Cette collaboration au CPAS va nous faire retrouver nos habitudes de discussion.

    Et si ça perdure d’ici deux ans, tout est envisageable.

    Nous avons tous les deux envies de faire bouger les choses, de rénover Nandrin.

    2018 sera le moment où on rebat les cartes.

    Et comme on dit, l’union fait la force. »

    De son côté, Guy Mottet réplique, toujours en son nom propre : «Il n’y a pas d’exclusive pour 2018. »

    Son acolyte enchérit : «Je n’ai d’exclusive que pour Michel Lemmens…»-

    Article de JÉRÔME GUISSE Source Sudpresse 18 mars 2016 http://journal.sudinfo.be/

  • La conseillère Jeannick Piron (PN) démissionne

    Lien permanent

    288639102_B977605023Z.1_20160118153005_000_G0460P0ST.1-0.jpg

    Nous en évoquions la probabilité en octobre lorsque Jeannick Piron annonçait son retrait en tant que chef de groupe Pour Nandrin au Conseil.

    C’est désormais officiel, la conseillère communale démissionne, conséquence de son déménagement.

    La Nandrinoise de 51 ans se dit victime de menaces et de harcèlement de la part d’un citoyen nandrinois (hors sphère politique).

    « Les problèmes ont commencé fin février, à la suite du point mis à l’ordre du jour du conseil communal par notre groupe qui réclamait un règlement sur la prostitution à Nandrin.

    Tant que les attaques restaient dans le cadre de mon mandat politique, cela m’était égal, mais cela a été trop loin, en touchant à ma vie privée.

    J’ai porté plainte neuf fois », déclare Jeannick Piron qui préfère quitter Nandrin pour une commune de l’arrondissement dont elle ne souhaite pas dévoiler le nom.

    « J’ai mis ma maison en vente à contrecœur car j’ai beaucoup d’affection pour ma terre natale.

    Cela m’en coûte mais je veux protéger ma famille ».

    La conseillère communale remettra sa lettre de démission mercredi.

    Elle tire un bilan amer de son expérience politique.

    « Je ne regrette pas d’avoir été élue car c’est une expérience à vivre mais je ne ferai plus de politique.

    Dans l’opposition, on n’est pas écouté, on a quasiment le droit de rien dire parce qu’on n’a pas gagné les élections, en tout cas à Nandrin.

    Or, j’ai tenté de mener une politique constructive », regrette Jeannick Piron qui créait sa liste blanche en 2012 avant d’être rejointe par Marc Evrard.

    Ce dernier est attristé par ce départ.

    «À nous trois, nous formions une belle petite équipe qui a beaucoup travaillé. Jeannick Piron était notre figure emblématique.

    Même si elle est jeune en politique, elle a fourni du bon boulot et a toujours été très disponible et présente au Conseil.

    Par ailleurs, elle représente une certaine catégorie sociologique qui n’a pas souvent la parole, celle des plus démunis.

    J’appréciais son côté humain, social et pragmatique », commente Marc Evrard, chef de file.

    Du côté du mayeur, Michel Lemmens, on prend acte :

    « Qui sème le vent récolte la tempête... »

    Article de ANNICK GOVAERS Pour le journal La Meuse Huy-Waremme du 19 janvier 2016

    http://journal.lameuse.be/

     

  • Nandrin Jeannick Piron n’est plus chef de groupe

    Lien permanent

    31 oct 2015 MJ.JPG

    Conseillère communale d’opposition « Pour Nandrin », Jeannick Piron, vient d’annoncer son retrait en tant que chef de groupe au conseil communal.

    À mi-législature et comme convenu avant les élections, la flamboyante Nandrinoise fait un pas de côté au profit de son colistier Marc Evrard.

    «Je ne suis pas une politicienne, j’ai toujours travaillé dans l’ombre.

    Quand j’ai créé ma liste en 2012, plusieurs personnes aux qualités reconnues m’ont rejointe, comme Marc Evrard qui a 30 ans de carrière politique derrière lui, et nous avons fait un excellent score (21,83 % des voix) !

    J’ai envie que Pour Nandrin continue à permettre une alternative.

    Une Nandrinoise m’a récemment dit : « Jeannick, on l’aime ou on la déteste mais tout le monde la connaît. »

    Être connue ne suffit pas, je reconnais mes limites en politique.

    Je n’ai pas les épaules assez larges pour élaborer des stratégies, pour préparer une armée en vue des prochaines élections, je ne me sens pas assez crédible », nous confie-t-elle.

    La population nandrinoise ne l’a-telle justement pas élue parce qu’elle est issue de la société civile ?

    « Probablement, oui… Je pense toutefois que le moment est venu de passer la main à Marc Evrard qui sera prochainement pensionné et disponible pour les Nandrinois. »

    De là à imaginer une future démission de son poste de conseillère, il n’y a qu’un pas… que Jeannick Piron se refuse à franchir pour l’instant.

    Source Sudpresse article de  ANNICK GOVAERS

    Journal en PDF

  • La traditionnelle choucroute de l'an Neuf d'Expressions Commune(s)

    Lien permanent

    choucroute.JPG

    Le dimanche 5 janvier 2014 

    Salle Communale de Saint -Séverin

    dès 11 h 30

    Prix adultes 20 € enfants 7 €

    Réservation au plus tard le 31 décembre 2013