nandrinois - Page 2

  • Nandrinois,Ce qui change au 1er janvier

    Lien permanent

    1.JPGDes mesures qui, pour la plupart,vont toucher votre portefeuille.
     
    Famille
     
    Entrée en vigueur de la comaternité. Deux femmes pourront désormais devenir mères sans devoir adopter. Les enfants nés dans le mariage auront automatiquement un lien de fi liation avec la coparente.
    Les enfants nés en dehors du mariage pourront être reconnus par la coparente. 
    Ceux nés avant le 1er janvier pourront être reconnus par la coparente, mariée ou non-mariée. Concernant le nom, la même réglementation vaut pour les enfants de couples lesbiens dont la filiation avec la coparente est établie que pour les enfants de couples
    hétérosexuels.
     Les allocations familiales gérées par les Communautés.
     Les moyens financiers sont désormais transférés vers les entités fédérées.
    Toutefois, l’Agence fédérale pour les allocations familiales (Famifed) reste garante des paiements et de la gestion du circuit de paiement jusqu’au 31 décembre 2015 au moins. 
     
     
    Prix en hausse ou en baisse
     
     
    Le prix des timbres plus élevé. Il passe de 0,70 à 0,72 euro à partir de 10 timbres. Le tarif à l’unité reste à 0,77 euro. A l’international, le tarif passe de 1,07 à 1,10 euro (pour l’Europe) et de 1,29 à 1,32 euro (pour le reste du monde), à l’achat de 5 timbres minimum.
     Les tarifs unitaires internationaux de 1,17 et 1,39 euro passent à 1,20 et 1,42 euro.
     Uniformisation du ticket modérateur chez les spécialistes.
     Il est désormais fixé à 12 euros, alors qu’il variait jusqu’à présent de 8 à 15 euros.
    Les personnes à revenu modeste ne devront cependant verser que 3 euros.
     Augmentation de la facture d’eau en Wallonie. Le coût-vérité à l’assainissement (CVA) augmente de 19 cents/m³, passant de 1,745 euro à 1,935 euro. Et la part de la facture du consommateur dédiée au fonds social de l’eau, qui permet d’intervenir dans le paiement des factures des consommateurs en diffi culté de paiement, augmente de 0,0125 euro/m³ à 0,0250 euro.
     Baisse des prix du transport de gaz naturel. Ils diminuent de 7%.
     Ce qui réduit la part des coûts du transport dans le prix du gaz naturel et se traduit par une réduction d’environ 2 euros par an pour un client particulier moyen, soit 0,18 euro par mois.
     TVA plus élevée lors de l’achat de services en ligne.
    Cela vaut pour les musiques, fi lms, livres et applications numériques, pour lesquels le client devra s’acquitter de la TVA en vigueur dans son pays. 
    Les consommateurs belges paieront donc, pour ce type de produit, leur TVA en Belgique et plus dans le pays où est localisé le prestataire,souvent le Luxembourg,soit 21% de TVA au lieu de 15%. 
    M-B V.
     
    Travail
     
    Plus de limite de revenus pour les pensionnés qui travaillent.
     Les limitations de revenus professionnels perçus en plus de la pension de retraite sont supprimées pour toute personne ayant atteint l’âge de 65 ans ou ayant une carrière de 45 ans.
    Réduction des allocations de chômage temporaire. 
    Le montant de l’allocation en cas de chômage temporaire équivaut jusqu’à présent à 75% de la rémunération si le travailleur est cohabitant avec charge de famille ou isolé, et à 70% dans les autres cas.
     Le calcul sera désormais effectué sur 65% du salaire.
     L’accès au crédit-temps limité. Les crédits-temps fi n de carrière,entre 50 et 54 ans disparaissent. 
    L’âge requis passe de 55 à 60 ans.
    L’accord de gouvernement prévoit aussi la suppression de l’allocation pour le crédit-temps non motivé. 
     
     
    Finances
     
    Proton disparaît. Les terminaux seront retirés entre le 1er janvier et le 28 février. Le consommateur qui n’aura pas utilisé l’intégralité du solde chargé pourra le récupérer via sa banque.
     Le fi sc informé sur les comptes des Belges décédés à l’étranger. Les banques belges devront informer l’administration fi scale des avoirs détenus par les Belges qui décèdent, même si ceux-ci vivaient à l’étranger. 
    Jusqu’à présent, cette obligation ne visait que les personnes résidant en Belgique.
     Augmentation de la déduction des frais forfaitaires.
    La déduction des frais professionnels for faitaires augmente en 2015. Pour le contribuable,cela signifi e une baisse d’impôt moyenne d’environ 125 euros. 
     
     
    Assurances
     
     
    Les personnes avec un risque accru de santé mieux protégées. Un arrêté royal prévoit de contraindre les assureurs à motiver leur refus d’assurer en solde restant dû un candidat à un crédit hypothécaire.
     Par ailleurs, les surprimes seront limitées à 125% du tarif de base ou mutualisées. 
     
     
    Roulage
     
    Hausse du coût des infractions les plus graves.
     Les infractions de roulage les plus graves - les infractions du 4e degré- coûteront 450 euros au lieu de 330 euros.
    Régionalisation de la sécurité routière. La sensibilisation,l’information et la promotion en matière de sécurité routière sont désormais de la compétence des Régions. 
    En Wallonie, les campagnes de sensibilisation ne sont donc plus du ressort de l’IBSR (Institut belge de sécurité routière) mais bien de l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR).
    Sanctions plus sévères en cas de récidive. Un automobiliste qui commet une 2e infraction grave (pas nécessairement la même que la première), dans un délai de 3 ans, se verra retirer son permis de conduire pour au moins 3 mois ; durant 6 mois minimum en cas de 3e infraction. Une 4e entraînera un retrait de permis de minimum 9 mois. 
    Dans tous les cas,repasser les examens théoriques et pratiques du permis sera obligatoire. 
    Et tout conducteur qui enregistre 3 infractions graves de suite risque une déchéance à vie.
     Les voitures de société plus lourdement taxées.
    La taxe sera de 2,5 à 3% supérieure à celle de 2014, à la suite de l’adaptation annuelle de la norme d’émission de CO2.
     Rien ne change pour les voitures respectueuses de l’environnement (électriques ou hybrides).
     Alcool : les chauff eurs professionnels plus sévèrement punis. 
    Le seuil maximum d’alcoolémie autorisé pour les chauff eurs de camions, autobus, taxis, minibus ou transport scolaire, camions de pompiers et ambulanciers, passe de 0,5 g/l à 0,2 g/l. 
     
     
    Animaux
     
    Sanctions administratives contre la maltraitance animale en Wallonie. 
    Les faits de maltraitance ou de négligence animale pourront être sanctionnés d’une amende administrative de minimum 100 euros et/ou d’un emprisonnement de minimum 8 jours.
     
     
    Santé
     
     
    Moins de substances dangereuses dans les revêtements de sol. Les substances chimiques émanant des revêtements de sol sont limitées. Sont visées, plus de 170 substances dangereuses, dont le formaldéhyde.
    Par ailleurs, plus aucune substance classée comme cancérigène ne pourra être émise.
     
    Source la Meuse 

  • Nandrinois le 21 décembre 2014 solstice d'hiver

    Lien permanent

    21 décembre 2014.JPGLe solstice est un événement astronomique qui se produit lorsque la position apparente du Soleil vu de la Terre atteint son extrême méridional ou septentrional en fonction du plan de l'équateur céleste ou terrestre.

    Il s'oppose ainsi à l'équinoxe, qui se produit lorsque la position apparente du Soleil est située sur l'équateur céleste.

    Tandis que les équinoxes se caractérisent par une durée égale entre le jour et la nuit, les solstices correspondent à une durée de jour minimale ou maximale (en dehors de la zone inter-tropiques).

    Par extension, les solstices désignent les jours de l'année pendant lesquels ils se produisent.

    Les jours avoisinant le solstice d'été sont les plus longs de l'année, tandis que ceux proches du solstice d'hiver sont les plus courts de l'année, en prenant comme référentiel l'hémisphère nord. La date des solstices correspond au début de l'été ou de l'hiver astronomique.

    Dans les cultures tempérées, les solstices  comme les équinoxes sont souvent utilisés pour définir les saisons : ils peuvent servir à délimiter le début de l'été et de l'hiver, ou bien à marquer le milieu de ces deux saisons.

    Tout comme les saisons, les dates des solstices d'hiver et d'été sont inversées pour les hémisphères nord et sud.

    Une année connaît deux solstices : le premier proche du 21 juin, le deuxième proche du 21 décembre.

    Ces dates changent légèrement au cours des années, et évoluent sur les grandes périodes de temps en fonction des légers mouvements de l'axe de rotation terrestre.

     

    Source Wikipédia clic ici 

  • Nandrinois,la liaison Tihange-Strée terminée en 2015

    Lien permanent

     

    liaison.JPG

    La liaison Tihange-Strée terminée en 2015 ?

    Théoriquement, cela devrait être possible.

    Le ministre Prévot vient de débloquer 1,4 million pour terminer le tronçon entre le rond-point des Neuf Bonniers et des Gottes.

    Il ne manquera alors plus que la couche de finition et éventuellement le feu vert de Modave pour relier la Hesbaye au Condroz sans passer par Huy.

    Les travaux sont lancés depuis 2004 et auraient dû s’achever en 2010. En 2014, on n’en voit toujours pas le bout.

    La fameuse liaison Tihange-Tinlot qui démarre au pied du rond-point de la centrale nucléaire pour rejoindre le carrefour Tinlot sera-t-elle un jour opérationnelle ? Une étape importante vient en tout cas d’être franchie.

    Le ministre des travaux publics Maxime Prévot (cdH) a débloqué un budget d’1,4 million pour aménager le tronçon situé entre le rond-point des Neuf Bonniers et celui des Gottes à Strée.

    Les travaux commenceront au printemps et devraient s’achever dans le courant de l’année 2015. Théoriquement, il sera alors possible de relier la Hesbaye au Condroz sans passer par Huy.

    Le rond-point des Gottes, situé rue Freddy Terwagne est quasiment terminé. Et celui des Neuf Bonniers, qui a engendré un chantier impressionnant dans le bois d’Ourtelouxhe, est en cours d’aménagement.

    Reste à voir si la liaison Tihange-Strée sera ouverte avant que le dernier tronçon Strée Saint-Vitu soit terminé.

    Modave et Tinlot s’y opposent farouchement et ont toujours insisté pour que ce dernier tronçon soit réalisé en même temps que la phase 2.

  • Nandrinois,Voici le véritable effet des radars préventifs sur nos routes

    Lien permanent

    rdp.JPGVoici le véritable effet des radars préventifs sur nos routes: la vitesse baisse de 5 km/h... jusqu'à un certain moment

    Les radars préventifs se multiplient, principalement à l’entrée des agglomérations et sur les axes sensibles.

    Mais quel effet ont-ils réellement sur le comportement des automobilistes ?

    Réponse à Liège.

    De l’avis des constructeurs et de l’Institut belge pour la sécurité routière, aucune étude n’a, à ce jour, mis en évidence l’effet réel des radars préventifs, ceux qui affichent votre vitesse accompagnée par un sourire ou une grimace.

    Sont-ils vraiment utiles, par rapport aux radars répressifs ? À notre demande, la police locale de Liège a compulsé ses statistiques pour répondre à cette question.

    «  Le 8 juillet, nous avons installé un radar préventif sur une route de transit dans un quartier résidentiel où la vitesse est limitée à 50 km/h. Les riverains s’étaient plaints  », explique Pascal Gillot, porte-parole de la police liégeoise.

    Le premier jour, la vitesse moyenne du trafic était de 40 km/h.

    Une semaine plus tard, elle était tombée à 35 km/h. L’effet a duré tout l’été. «  En septembre, nous sommes remontés à 40 km/h.

    Cette vitesse moyenne s’est maintenue jusqu’au retrait du radar, le 31 octobre. Après deux mois, les conducteurs s’étaient habitués à sa présence  », indique le policier.

    Article de Yannick Hallet

    Trois radars préventifs vont tourner à Nandrin

    > Notre dossier complet à lire dans nos éditions papiers et numériques de ce mercredi.

    Journal en PDF

    Mercredi 5 Nov. 2014

    Mercredi 5 Nov. 2014

  • Nandrinois ,voici tous les frais que l'école ne peut pas vous réclamer !

    Lien permanent

     

    728486640_B973348480Z.1_20140814222630_000_G2K2VD028.1-0.jpg

     

    Nonante-cinq pour cent des parents ignorent quels sont les frais que l’école de leurs enfants peut leur demander… ou pas. Tout cela est pourtant écrit noir sur blanc dans la circulaire que le ministère envoie actuellement à toutes les écoles secondaires de Wallonie et de Bruxelles. La nouveauté adoptée l’an dernier, le décompte périodique, clarifie les comptes… mais ne concerne que les écoles secondaires. Le système arrivera en primaire à la rentrée 2015.

    La facturation périodique est une initiative bien accueillie par les associations de parents. «  C’est une amélioration très importante  », dit Bernard Hubien, le secrétaire général de l’Union des associations de parents de l’enseignement catholique (UFAPEC). Un décompte périodique, c’est quoi dans les faits ? L’obligation pour un pouvoir organisateur de remettre, par écrit, le détail de l’ensemble des frais réclamés (les frais qui n’y figurent pas ne peuvent en aucun cas être réclamés), leurs montants, leurs objets et le caractère obligatoire ou facultatif des montants réclamés.

    Cette « facturation » doit également préciser les modalités de paiement (par virement bancaire, etc.), ainsi que les possibilités d’obtenir des facilités de paiement. La période couverte par un décompte est de minimum un mois et de maximum quatre mois et cette périodicité doit être communiquée aux parents au début de chaque année scolaire.

    Cela permet d’éviter les mauvaises surprises. «  Je ne connais plus d’école qui réclame des frais interdits comme l’achat du journal de classe  », explique Jonathan Fischbach, coordinateur de la plateforme pédagogique enseignons.be. «  Il y a bien des frais facultatifs qui sont parfois présentés comme obligatoires, que cela concerne des sorties culturelles ou des voyages scolaires.  »

    Les parents ont donc de moins en moins de raisons de se plaindre ? «  Ce que j’entends encore, ce sont des parents qui s’étonnent de la précision des fournitures scolaires souhaitées : un marqueur ou un cahier de telle marque  », poursuit M. Fischbach qui se dit aussi interpellé par les interventions d’huissiers (heureusement pas trop fréquentes) lorsque les parents sont de mauvais payeurs ou les pressions faites sur les enfants pour récupérer de l’argent, en prenant le bulletin scolaire en otage.

    Sanctions interdites

    Cette pratique est interdite, le ministère le précise clairement. «  Le non-paiement des frais ne peut en aucun cas constituer, pour l’élève, un motif de refus d’inscription ou d’exclusion définitive ou de toute autre sanction.  » Si un établissement scolaire est confronté à des difficultés, il convient d’abord de prendre le temps d’un dialogue avec la famille pour tenter de trouver des solutions avec ou sans l’intervention de tiers, poursuit le ministère. «  Si malgré ces tentatives de dialogue ou médiation, des parents refusaient de payer les frais réclamés, les voies légales de recouvrement sont ouvertes.  »

    Ultime précision : si un pouvoir organisateur a perçu des droits supérieurs à ceux autorisés ou des frais interdits, il doit les rembourser. «  S’il refuse d’obtempérer, le Gouvernement fait retrancher les montants trop perçus des subventions de fonctionnement de l’établissement. Si le trop-perçu dépasse le montant des subventions, le Gouvernement suspend le subventionnement de l’école, en matière de fonctionnement comme de traitements jusqu’au remboursement intégral des trop-perçus.  »

     

    Didier Swysen

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif