Travaux - Page 6

  • Les subsides qui seront alloués aux communes pour la rénovation des routes > Nandrin : 158.111 euros

    Lien permanent

    i2.JPGLa Région wallonne a déterminé les montants des subsides qui seront alloués aux communes pour la rénovation des routes. Au total, les 31 communes de l’arrondissement décrochent 4.988.916 euros de subsides.

    Huy, Hannut et Waremme se classent en tête, avec respectivement 436.453 euros, 380.251 euros et 285.682 euros.

    Ce jeudi, le Gouvernement wallon, sur proposition du ministre des Pouvoirs locaux et de la Ville, Paul Furlan, a arrêté le montant de la programmation 2017-2018 du Fonds Régional d’Investissements communaux ainsi que sa répartition entre les communes (FRIC).

    La répartition des subsides relatifs à la rénovation des rues est connue. À Huy,l’échevin des travaux Éric Dosogne (PS) est plutôt satisfait du montant octroyé à la cité du Pontia : « 436.453 euros, cela correspond à la moitié de la subsidiation précédente, mais qui était, elle, étalée sur quatre ans et non pas deux années.

    Au final, les subsides sont donc plus ou moins identiques. »

    Côté travaux, il énumère d’abord ceux qui devraient être terminés prochainement grâce aux précédents subsides : les rues Fond l’Evêque, Prés Brions, Jacques Grégoire ou des Vignes devraient être restaurées cette année.

    Pour les deux prochaines années, la priorité devrait être donnée aux rues Wahehaye et du Crucifix : « La rue du Crucifix est assez longue et doit être refaite complètement, il faudra donc évaluer si les subsides sont suffisants. » Autres voiries susceptibles d’être rénovées : celles de la sarte à Ben et du Bois des Rois.

    À Tihange, la rue Pol carré et des malles Terres devraient bénéficier d’une rénovation.

    « Pour les rues du centreville, nous allons disposer d’un subside d’1,7 million dans le cadre de la revitalisation du centre-ville » précise l’échevin.

    À Waremme, ce sont la rue des Marais, les trottoirs de la rue Ernest Malvoz, la rue Joseph Noville et la rue des Prés qui sont concernées par ces subsides. La ville bénéficie de 285.682 euros.

    À Hannut, les rues de la Justice et de la gare et de Wamont ainsi à Bertrée sont concernées par des subsides qui s’élèvent à 380.251 euros.

    C’est aussi le cas de la rue de la Prâle, où les travaux sont terminés.

    « On se rend bien compte qu’avec le Fonds régional pour les investissements communaux, nous avons moins de subsides qu’auparavant », indique le bourgmestre Manu Douette.

    Article de JG source Sudinfo H-W

     

    Voici le détails des subsides attribués pour nos communes :

    > Amay : 282.493 euros > Anthisnes: 135.183 euros > Berloz : 71.387 euros > Braives : 185.477 euros > Burdinne : 112.085 euros > Clavier : 185.554 euros > Crisnée : 83.704 euros > Donceel : 100.917 euros > Engis : 169.472 euros > Faimes : 108.162 euros > Ferrières : 247.785 euros > Fexhe-le-Haut-Clocher : 92.383 euros > Geer : 90.595 euros > Hamoir : 139.301 euros > Hannut : 380.251 euros > Héron : 153.468 euros > Huy : 436.453 euros > Lincent : 74.316 euros > Marchin : 177.025 euros > Modave : 137.588 euros > Nandrin : 158.111 euros > Oreye : 85.413 euros > Ouffet : 109.303 euros > Remicourt : 122.235 euros > Saint-Georges-sur-Meuse : 142.207 euros > Verlaine : 100.026 euros > Villers-le-Bouillet : 157.352 euros > Wanze : 279.065 euros > Waremme : 285.682 euros > Wasseiges : 97.386 euros. - J.G. Notre arrondissement L

     

     

  • Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement »

    Lien permanent

    admnopposition.jpg

    L’opposition

    Du côté de l’opposition, Benoît Ramelot, chef de groupe Tous Ensemble, se montre fataliste.

    « Je n’étais pas favorable à ce projet de maison communale par rapport à son coût total qui pourrait profiter à d’autres projets prioritaires.

    Maintenant, à partir du moment où il est sur les rails, je ne vais pas m’acharner contre.

    On vérifiera toutefois si cela se fait dans les règles et dans le raisonnable », indique-t-il.

    Marc Evrard, à la tête de « Pour Nandrin », annonce que son groupe marquera une abstention au prochain conseil communal. « Le rapprochement de la commune et du CPAS est une bonne chose à terme.

    Dans un souci de rationalisation, mettre les personnes sous un même toit est logique.

    Cependant, par les temps qui courent, nous n’avons pas les moyens d’investir entre 1,8 et 2,3 millions d’euros pour un tel projet luxueux.

    La commune de Nandrin se désendette, or ici nous allons repartir dans une spirale d’endettement.

    Par ailleurs, n’y a-t-il pas d’autres projets plus utiles pour les citoyens ?

    L’église de Nandrin, propriété communale, mérite également réflexion. »

    Article de  A.G 

    L’article complet et les réactions dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

  • Déviation annoncée sur la route du Condroz N63 à Nandrin

    Lien permanent

    DSC_1034.JPG

    Déviation annoncée sur le route du Condroz N63 de Nandrin en raison de travaux sur la rue de Dinant !!!

  • Travaux rue Rolée à Nandrin

    Lien permanent

    DSC_0090.JPG

    Nandrinois attention la rue rolée est en travaux !!! 

    Entre l'école Saint Martin et la bas de la rue !!!

    Voir l'album photo clic ici 

     

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/travaux-rue-rolee-a-nandrin/

  • Une crèche privée route du Condroz à Nandrin

    Lien permanent

    surce sudinfo n 63.JPGLe Collège n’a pas suivi l’avis de la Région : le permis est accordé

    L e terrain inoccupé et le petit parking en face du rond-point des Vaches laisseront bientôt place à de nouvelles surfaces commerciales. 1.080 m2 de commerces avec des bureaux à l’étage sont prévus dans le permis accordé par le Collège nandrinois, en dépit de l’avis défavorable du fonctionnaire délégué de la Région wallonne. Le promoteur BMB nous annonce l’ouverture d’une crèche pour 24 bambins, ainsi que d’un salon de coiffure et d’une boulangerie-croissanterie.

     

    Le Collège communal nandrinois vient d’accorder le permis au promoteur BMB pour la construction de 2 x 540 m2 de surfaces commerciales au rond-point des Vaches, route du Condroz à Nandrin.

    Le dossier a mis du temps à aboutir, le premier et le second projet ayant jusque-là été rejetés par la majorité.

    «À l’inverse de la première demande de permis qui concernait une crêpe sur un seul niveau complètement fermé, le bâtiment comprend ici trois petits volumes sur deux niveaux.

    Nous préférons cette configuration qui s’intègre mieux au paysage », commente Charlotte Tilman, échevine de l’urbanisme à Nandrin.

    Le Collège a donc décidé de ne pas suivre l’avis défavorable du fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui préconisait un grand volume fermé sur deux niveaux.

    « Cela aurait trop écrasé le carrefour. Depuis le premier projet, beaucoup de corrections ont été apportées par le promoteur, il a fait de beaux efforts », justifie Charlotte Tilman.

    «Au terme de l’enquête publique, trois réclamations de riverains ont été introduites. Elles étaient en relation avec des propriétés privées », ajoute-t-elle.

    Au printemps prochain, devrait donc démarrer la construction de ces nouveaux commerces. Mais aussi l’aménagement d’un parking à usage public de 50 places.

    « C’est une condition au permis. En plus de leur propre parking, ils doivent créer un parking multimodal et verdurisé, avec une borne de recharge électrique, sur le terrain du MET. Ce parking est destiné au public qui pourra s’en servir pour le covoiturage », indique-t-elle.

    Il remplacera le petit parking actuel.

    « Celui-ci, en macadam, n’est ni joli ni pratique. » Quels commerces verront le jour dans ce nouveau mini-complexe ?

    « Je l’ignore, nous ne pouvons pas décider de l’occupation des surfaces », répond l’échevine.

    Renseignements pris auprès du promoteur BMB (Benelux Master Builders), le salon de coiffure Coiff’Men et une boulangeriecroissanterie au moins occuperont le rez-de-chaussée tandis qu’une partie de l’étage (250 m2 ) sera transformée en crèche privée pour 24 enfants.

    « Je préfère ne pas dévoiler les enseignes pour l’instant, pour la crèche, il s’agit d’un grand groupe. Quant au reste des surfaces, nous sommes en négociation.

    Il s’agira en tout cas de petits commerces complémentaires par rapport à ce qui existe déjà route du Condroz, en misant sur l’hyperproximité. Pas d’alimentaire donc », indique Bastien Binet, administrateur de BMB, forcément ravi de l’obtention du permis.

    « Cela faisait longtemps qu’on l’attendait… »

    Source Sudpresse Sudinfo article de  ANNICK GOVAERS

     

    http://journal.sudinfo.be/

  • Nandrin Feu vert pour la création du trottoir

    Lien permanent

    conseil communal du 26 oct.JPG

    Les élus ont voté l’élargissement du domaine public, préalable au permis Tige des Saules.

    Le projet de construction rue Tige des Saules est revenu sur la table du conseil communal, ce lundi soir, non pas sur l’objet même des logements sociaux mais sur l’élargissement du domaine public afin d’y aménager un trottoir. Une étape préalable à l’octroi potentiel du permis d’urbanisme par la Région.

     

    Le dossier des huit logements sociaux prévus rue Tige des Saules (dont quatre devraient être rattachés à la future résidence-services, selon la volonté du Collège) avance. Lundi soir, les élus nandrinois ont approuvé par 9 voix positives contre 3 abstentions de Tous Ensemble et 3 « non » de PourNandrin, l’élargissement du domaine public, soit la réalisation d’un trottoir de 46,61 mètres.

    Ce chemin à Yernée Fraineux passe donc du domaine privé de la commune au domaine public.

    Un élément clé du potentiel futur permis d’urbanisme. « Si le Conseil s’était prononcé contre cet élargissement, soit Meuse Condroz Logement pouvait introduire un recours auprès du ministre Di Antonio, soit elle acceptait de réaliser le trottoir sur fonds privés mais alors, il ne pourrait pas être utilisé par le public, ce qui serait dommage », commente Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

    ENQUÊTE PUBLIQUE : 55 RÉCLAMATIONS

    Le projet de la majorité n’a pas laissé les riverains indifférents, suscitant inquiétudes et incompréhensions. Au terme de l’enquête publique, 55 réclamations avaient été introduites auprès de la commune. « L’enquête publique portait sur l’élargissement de la voirie, ainsi que sur la profondeur de construction.

    Le premier point devait passer au conseil communal, l’autre fera l’objet d’un avis du Collège.

    C’est la Région qui, in fine, rendra la décision finale.

    Le Collège ne rend qu’un avis, qui sera positif car nous souhaitons augmenter le nombre de logements sociaux à Nandrin, conformément au plan d’ancrage voté en 2011 », souligne Charlotte Tilman.

    Dans la foulée de l’enquête publique, une réunion de concertation a été organisée le 5 octobre dernier entre des représentants des riverains, les échevins Charlotte Tilman et Daniel Pollain, l’administration communale et Meuse Condroz Logement qui porte le projet.

    Suffisant pour apaiser les craintes des habitants ? «Il y a une volonté de rencontrer les desiderata de la population en adoucissant l’impact du bâtiment dans le permis.

    Par exemple, le reculer par rapport au front bâti, changer les matériaux, ajouter de la verdure…

    Nous allons transmettre ces éléments au fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui, seul, décidera d’accorder ou non le permis d’urbanisme. »

    Le dossier reviendra sur la table du conseil au moment de l’emphytéose avec Meuse Condroz Logement, probablement début 2016.

    Source sudpresse article ANNICK GOVAERS

    Journal en PDF

  • Nandrin Une commission sécurité-mobilité a été créée

    Lien permanent

    Pour répondre aux préoccupations des Nandrinois en matière de sécurité routière et de mobilité, une commission ad hoc vient créée.

    Elle rassemble la police, la DGO1 et DGO2 (soit la Région wallonne), le conseiller en mobilité de la commune, l’échevine Tilman et des représentants de riverains via le Conseil consultatif des aînés et la Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de la mobilité. L’objectif est de répondre aux interpellations de riverains et trouver des solutions d’aménagement justes et adaptées. Une adresse email a spécifiquement été créée pour recueillir les doléances : mobilite@nandrin.be.

    La première réunion de la commission s’est tenue le 8 octobre et concernait l’inquiétude de deux riveraines au sujet des marquages au sol pointillés tracés rue de la Chapelle et rue Baty Alnay, à Villers-le-Temple.

    « Devoir rouler au milieu de la route est plus dangereux qu’auparavant, ne réduit en rien la vitesse dans notre quartier et ne sécurise pas davantage les piétons ni les cyclistes», estiment-elles. «J’ai reçu les 2 riveraines.

    La voie centrale banalisée est encouragée par l’IBSR.

    On remarque un ralentissement de la vitesse et cela donne une meilleure place aux piétons et cyclistes. C’est efficace », conclut Charlotte Timan. 

    ANNICK GOVAERS

     

    Journal en PDF

  • Le Ministre René Collin a signé l'arrêté subsidiant le projet de hall relais à Nandrin

    Lien permanent

    i2.JPGBonne nouvelle ce jeudi matin 22 octobre 2015  pour le GAL du Pays des Condruses.

    Le Ministre René Collin a signé l'arrêté subsidiant le projet de hall relais à Nandrin.

    Une bonne nouvelle pour les producteurs locaux et un service de proximité supplémentaire en alimentation pour les consommateurs. 

     

    Source info: le Facebook de Philippe Dubois bourgmestre de Clavier 

     

    Voir aussi l'article 

    Le hall relais s’installera clic ici Espace Tige des Saules de Nandrin

  • Sécuriser les usagers faibles de la rue des 4 Bras Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    DSC_0766.JPG

    Ils sont la !!!!! 

    Qui, ? les piquets afin de sécuriser les usagers faible de la rue des quatre bras Villers le Temple Nandrin !!! 

     

    DSC_0764.JPG

    Les pointillés ont été tracés à Villers-le-Temple clic ici Nandrin

     

    Nandrin Une pétition sans réponse depuis… 10 ans clic ici !

     

    Nandrin 39.312 euros clic ici  pour la sécurité routière

  • Début des travaux pour le okay de Nandrin route du Condroz

    Lien permanent

    DSC_0197.JPG

    DSC_0196.JPG

    Début des travaux pour le okay de Nandrin route du Condroz 

    Création  d'un bassin de retenue 

    Nandrin Un Okay route du Condroz : l’enquête publique est lancée

     

  • Nandrin Le panneau du téléphérique a été retiré mais...

    Lien permanent

    2015-04-23 16.45.43.jpg

    Le retrait de certains panneaux installés le long de la Route du Condroz à Nandrin pour faire la promotion de la ville de Huy a débuté.

    Celui qui faisait la publicité du téléphérique, pourtant inaccessible depuis l’accident d’hélicoptère, a notamment été enlevé.

    Mais les deux piquets qui le soutenaient sont toujours bien en place...

    Source Sudinfo article de C.W

  • Nandrin Une pétition sans réponse depuis… 10 ans !

    Lien permanent

    Josianne Jaminon.JPG

    Depuis 2004, Josiane Jaminon veut sécuriser les rues des Quatre-Bras et Bois Goreux
     
    En 2004, cette mamy a collecté 68 signataires afin de conscientiser les responsables communaux au manque de sécurité routière. 
    Dix ans plus tard, elle attend toujours une réponse sur le terrain.
     
    Josiane Jaminon-Mantaux a 69 ans.
     Pas question pour cette mamy de baisser les bras en matière de sécurisation routière et de mobilité. La preuve ?
    Elle est membre du conseil consultatif des aînés à Nandrin,qui plus est, très active au sein de l’atelier « mobilité-sécurité ».
    Déjà en novembre 2004, sous une autre majorité communale,cette riveraine de la rue des Six Bonniers avait réussi à sensibiliser une septantaine de riverains quant au manque de sécurité aux abords des rues des Quatre-Bras et Bois de Goreux.
    Ils avaient adressé un courrier au collège des bourgmestre et échevins en invoquant,pour les piétons, «des manquements significatifs au niveau de l’éclairage, du marquage routier… Cette route, sans accotements stables, subit un trafic automobile
    assez dense. »
     Il lui fut répondu : «Nous prenons les dispositions nécessaires en ce qui concerne l’éclairage public et la pose de catadioptres. »
     
    « COÛTEUX DANS LE CONTEXTE ACTUEL »
     
    Six mois plus tard, Josiane Jaminon relance les responsables car elle ne voit rien venir. 
    Elle invite à réaliser un bandeau de cheminement piéton à l’aide d’un marquage au sol. 
    Il lui est signifié que le devis établi par l’ALE pour l’éclairage public est trop onéreux et qu’il n’y aura pas de marquage au sol car il induirait un faux sentiment de sécurité.
    Dix ans après, Josiane n’en démord pas. 
     
    Elle va adresser une carte anniversaire à la nouvelle majorité, une carte illustrée par un enfant qui joue au foot.
     
    Pourquoi ? 
    «Ils disent qu’ils n’ont pas les moyens or ils en ont trouvé pour refaire la buvette et les terrains de foot qui sont très bien éclairés ! »
     
     Elle souhaite que les responsables communaux se joignent à elle pour circuler, à pied, entre le quartier des Six Bonniers et la rue de Dinant menant à divers commerces de site des Quatre-Bras.
    «Ainsi ils se rendront compte ! »
    De son côté, le bourgmestre, Michel Lemmens (échevin sous l’ancienne législature) confie : «Nous avons rencontré l’IBSR. 
    Le marquage au sol tel que proposé n’est pas approprié.
     
     Aménager des trottoirs et y installer l’égouttage (avec réduction de la largeur de la voirie) s’avère trop coûteux dans le contexte actuel. 
    Par contre, cette rue est sélectionnée et deviendra une voie centrale banalisée, donc une bande centrale pour usagers motorisés, encadrée de part et d’autre par une bande signalée par pointillés destinées aux cyclistes et piétons.
    Cette année, nos finances devraient nous permettre de placer un point lumineux. 
    Un cheminement cyclo-pédestre sécurisé est prévu pour rallier la rue de Dinant avec ses commerces et le site du Péry, et de là rejoindre le quartier des Six Bonniers. » 
     
    Article pour le Journal La Meuse de KS

    4bras.JPG

  • Nandrin,L’administration ouverte le samedi

    Lien permanent

    alerte.jpg

    Les Nandrinois pourront bientôt accéder plus facilement aux bureaux administratifs de leur commune.
     Les horaires d’ouverture des services de la Population et de l’Urbanisme seront en effet élargis à 25h par semaine (au moins), soit 6h de plus, à partir du 1er janvier. 
    Le point figurait à l’ordre du jour du conseil communal,mardi soir.
    Ainsi, les bureaux ouvriront du lundi au vendredi à partir de 8h30 (30 minutes plus tôt) et seront accessibles l’après-midi (de 14 à 16h) les lundi, mardi et mercredi. 
    La permanence du jeudi soir reste d’actualité mais se termine désormais à 19h30.
     Et, nouveauté, l’administration ouvre ses portes le premier samedi du mois, le matin et sur rendez-vous (hors vacances scolaires). 
    «Il fallait répondre à la demande de la population. 
    De plus, avant, le travail administratif considérable justifiait la fermeture des bureaux au public l’après-midi.
     Aujourd’hui, grâce à l’informatisation de l’administration, ce n’est plus le cas. 
    L’ouverture à 8h30 est un plus pour les Nandrinois qui pourront passer à la commune avant d’aller travailler.
     Et si un étudiant en kot a besoin d’un papier, il pourra désormais prendre rendez-vous le samedi matin », précise Daniel Pollain, échevin de la gestion des ressources humaines.
    Par ailleurs, les statuts administratif et pécuniaire et le règlement de travail du personnel communal (une soixantaine de personnes) vont aussi changer. 
    «On répond à une circulaire de la Région wallonne et on en profite pour resserrer les boulons. 
    Je souligne qu’en période de crise, nous ne licencions personne, nous revalorisons au contraire certains barèmes pour une moitié du personnel.
     Nous uniformisons et réduisons le temps de travail à 37h/semaine (au lieu de 38), avec des aménagements », poursuitil.
    Par exemple, la journée de congé en cas de don de sang est supprimée. 
    Le vendredi de congé des ouvriers l’est aussi mais tout le monde termine à 13h le vendredi.
    L’horaire « hiver » (salage des routes etc.) sera désormais établi sur une semaine au lieu de deux, en fonction des conditions climatiques.
    «On s’aligne sur les règlements existants dans les autres administrations.
    Tout a été concerté avec les chefs de service, toutes les organisations syndicales et le CPAS même s’il n’est pas directement concerné. » 
     
    Article de ANNICK GOVAERS pour la Meuse 
     

    Journal en PDF

    Mercredi 22 Oct. 2014

    Mercredi 22 Oct. 2014

  • Nandrin :Plus d’argent pour le rond-point du Monastère

    Lien permanent

    2102014.JPG

    Les trois giratoires promis, route du Condroz, sont concernés

     

    Alors que la route du Condroz reste une des plus dangereuses de l’arrondissement de Liège, on vient d’apprendre que les trois ronds-points prévus pour réduire la vitesse des véhicules et sécuriser les usagers faibles sont reportés aux calendes grecques.
     
    C’est la députée libérale wallonne (et conseillère communale de Neupré) Virginie Defrang-Firket qui a posé la question lundi au nouveau ministre des travaux publics Maxime Prévot.
    « Est-il vrai que le rond-point prévu au carrefour dit « du Chêne Madame », celui au carrefour à feux dit « des Sept Fawes », ainsi que celui de Nandrin dit « du dancing du Monastère » ne se feront pas comme prévu car la Sofico n’a plus les moyens financiers pour les réaliser
    ? »
    Et la réponse ministérielle a confirmé ses craintes.
    1. Pour le double giratoire du « Chêne Madame », il s’agit d’un projet de 1,7 million,avec un passage inférieur pour les piétons et les cyclistes et de nombreux aménagements périphériques.
    L’octroi du permis n’a pas abouti car le restaurant « À propos » a demandé une révision du projet pour être moins impacté.
    2. Pour le giratoire des « Sept Fawes »,l’estimation des travaux est de 500.000 euros et le permis a bien été octroyé en octobre 2012.
     Il faut déjà penser à le renouveler 
    3. Quant au giratoire du carrefour « du Monastère », il coûtera aussi 500.000 euros et le permis a été octroyé en juillet 2014.
    PAS ASSEZ D’ARGENT À LA SOFICO
    « Malheureusement, explique le ministre Maxime Prévot, le précédent gouvernement wallon n’a pas pu les intégrer dans son Plan routes, compte tenu de la situation budgétaire de la Sofico.
     Un autre Plan routes va être réalisé en seconde partie de législature. »
    Soit une réouverture des discussions qui n’est pas prévue avant 2016… 
    En attendant, le ministre propose que la police effectue régulièrement des contrôles de vitesse, en plus du radar fixe déjà en place.
     Il parle également de radar « feu rouge » lançant directement à la phase rouge le feu qui suit. 
    Et il rappelle que des aménagements de sécurité ont déjà été réalisés ces dix dernières années sur la route du Condroz, notamment aux carrefours de Plainevaux et de Rotheux.
    « Rien de concret à l’horizon », conclut donc la députée Virginie Defrang-Firket, alors qu’il y a des accidents quasi chaque week-end et des morts quasi chaque année. » 
     
    Article de LUC GOCHEL pour le journal la Meuse H-W du 2 octobre 2014 

    ournal en PDF

    Jeudi 2 Oct. 2014

    Jeudi 2 Oct. 2014

  • « J’ai perdu des vaches à cause d’eux » Nandrin (Saint-Séverin)

    Lien permanent

    st s 2 avril 2014.JPG

    Le fermier répond aux plaintes des riverains

    Dans une précédente édition, nous relations l’énervement des riverains de la rue du Moulin de Falogne à Nandrin.
     Ils se plaignaient de l’état crasseux de la rue « 365 jours par an ». 
    Le fermier Dieudonné a tenu à expliquer plus en détails sa version de l’histoire. 
    Selon lui, c’est la lenteur de la commune pour réparer la canalisation et l’attitude déloyale des riverains qui ont retardé la construction de son étable.
     
    C’est en compagnie de son avocat Geoffroy Van Cutsem que Bernard Dieudonné, dossier à l’appui, tient à prouver sa bonne foi.
    « Certains le font passer pour un fermier tout-puissant qui fait régner sa propre loi. 
    Or, c’est le contraire. Son projet est valable et on l’empêche de le réaliser », plaide son conseil.
    C’est en août 2008 que tout commence.
    L’agriculteur de Neupré demande un permis d’urbanisme à la commune pour construire une étable destinée à un élevage bio de vaches Salers, rue du Moulin de Falogne. 
    Un terrain de 12 ha en pente avec ruisseau qui appartient à la famille Dieudonné et que celle-ci souhaite exploiter. 
    Le permis est accordé le 13 novembre 2008.
     Le permis est valable 5 ans et des travaux doivent être entrepris endéans 2 ans. 
    C’est là que le bât blesse. 
    Selon Bernard Dieudonné, il a bien commencé les travaux à temps. 
    «On avait mis de l’empierrement et des pieux pour la charpente.
    Seulement, on a constaté qu’il y avait des écoulements d’eaux usées sur le terrain, venant de l’amont. 
    On a interpellé la commune en juin 2010 car il était impossible de couler la chape de béton avec cette eau. 
    Pas de réponse.
    On a envoyé un rappel. Des riverains se sont coalisés et ont envoyé une lettre à la commune en novembre 2010. »
     Pour Dieudonné, ce courrier pourrait avoir influencé l’autorité communale.
    «Lucien Moreau est le beau-père du ministre Henry et Roger Croughs,l’ancien directeur général d’Intradel,malgré ses démêlés judiciaires,a le bras long.., glisse Geoffroy Van Cutsem. 
    Ils veulent couler une retraite paisible à la campagne. »
     En novembre 2010, la commune répond.
    «Elle dit qu’il s’agit d’eau claire et ne s’en inquiète pas. »
    Les travaux se poursuivent «par la structure métallique » en juillet 2011. «Le 15 juillet 2011, la commune ordonne l’arrêt des travaux,arguant que ceux-ci n’ont pas commencé dans les 2 ans.
     Nous avons été en justice et avons gagné.
     Aussi en appel. 
    Mais tout cela a bloqué les travaux... Et l’eau continuait à couler !
     On a fait faire une analyse et vu les déchets (excréments, détergents etc) découverts, j’ai perdu l’appellation bio pendant 2 ans !
    Un expert a trouvé l’origine des écoulements et la commune a fini par réparer la canalisation défectueuse de la rue. »
    En attendant, les vaches ont passé deux hivers (2010-2011) dehors.
    «Je n’avais pas d’autre endroit où les mettre et on ne peut mélanger deux cheptels. Conséquences : 2 vaches sont mortes (1 autre a failli) et il y a eu 3 avortements. 
    Et puis la perte du statut bio nous a causé préjudice.
    Deux experts doivent d’ailleurs chiffrer les dommages. »
    Aujourd’hui, les travaux ne sont toujours pas terminés et le permis est périmé. 
    Une nouvelle demande a été introduite... 
     
    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse H-W du 2 avril 2014 
     
     
    LES RIVERAINS
     
    « C’est de la diffamation »
    Le riverain Roger Croughs dément avoir d’une quelconque façon tenté d’influencer la décision communale.
    «Si Bernard Dieudonné dit ça, je porte plainte pour diffamation.
    C’est absolument faux. En plus,l’urbanisme n’a rien à voir avec les déchets que je sache.
     Quant à M. Moreau et son beau-fils, Ecolo n’était pas encore dans la majorité communale à l’époque.
     Bernard Dieudonné se croit juste tout permis, c’est à lui de se mettre en ordre avec le règlement d’urbanisme.
     Et je souligne que je n’ai rien contre les agriculteurs, je connais tous ceux de Nandrin et je préfère même avoir des vaches devant chez moi que des maisons.»
    Un autre riverain réagit : «La commune a suffisamment de litiges avec M. Dieudonné pour se positionner sans une intervention des riverains...
    On est plutôt entre les deux camps qui jouent au ping pong. » 
    Article de A.G.
     
    LE BOURGMESTRE
    « Une histoire de gros sous »
     
    Le bourgmestre nandrinois et ancien échevin des travaux, Michel Lemmens, ne souhaite pas entrer dans les détails concernant ce dossier.
     Il confirme que la pollution détectée (savon...) provenait d’une canalisation, aujourd’hui réparée.
    Il dénonce néanmoins des revendications financières «hors normes » du fermier neupréen. 
    «On conteste le rapport d’expertise. » 
    Et pointe les infractions urbanistiques de l’étable.
    Article de A.G.
  • Avis D’enquête publique Concerne la demande d’EDF Luminus s.a.

    Lien permanent

    EDF.JPG

    AVIS D’ENQUÊTE PUBLIQUE
    Etablissement contenant des installations ou activités classées en vertu du décret
    du 11 mars 1999 relatif au permis d’environnement
    Concerne la demande d’EDF Luminus s.a., rue du Marquis 1 à 1000 BRUXELLES
    Enquête publique concernant un complément d’étude d’incidences sur l’environnement.
    Le permis unique délivré par le Ministre Henry le 8 juin 2012 pour le projet éolien de Tinlot
    - 7 éoliennes sur le territoire de la commune de Tinlot - a été annulé par le Conseil d’Etat le
    19 février 2014 (arrêt CE n° 226.467) pour non-respect des normes de bruit contenues dans
    l’AGW du 4 juillet 2002.
    Dans ce cadre, le promoteur a mandaté le bureau d’étude d’incidences CSD Ingénieurs pour
    apporter des informations complémentaires.
    Afin de respecter le décret du 31 mai 2007 relatif à la participation du public en matière d’environnement,
    ce complément d’étude d’incidences sur l’environnement, relatif à la demande
    visant à construire et exploiter sept éoliennes, des transformateurs et une cabine de tête, est
    soumis à la procédure d’enquête publique.
    Situation du projet: Commune de Tinlot, le long de la Route de Marche (N63)
    Le projet nécessite l’intervention du fonctionnaire délégué sur une demande de dérogation
    prévue aux articles 114 et 127 du C.W.A.T.U.P.E. : Le projet s’écarte de la destination de la
    zone agricole au plan de secteur.
    Le Bourgmestre porte à la connaissance de la population qu’une enquête publique est
    ouverte, relative à la demande susmentionnée.
    Date d’affichage
    de la demande
    Date d’ouverture
    de l’enquête
    Lieu, date et heure de
    clôture de l’enquête
    Les observations écrites
    peuvent être adressées à
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Tinlot
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h00
    Administration
    communale de Tinlot
    Rue du Centre, 19
    4557 TINLOT
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Clavier
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h30
    Administration
    communale de Clavier
    Rue Forville, 1
    4560 CLAVIER
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale d’Ouffet
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h30
    Administration
    communale d’Ouffet
    Rue du village, 3
    4590 OUFFET
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Modave
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 14h00
    Administration communale
    de Modave
    Pl. Georges Hubin, 1-3
    4577 MODAVE
    26 mars 2014 3 avril 2014 Administration
    communale de Nandrin
    Service Urbanisme
    Le 5 mai 2014 à 11h00
    Administration
    communale de Nandrin
    Place O. Musin, 3
    4550 NANDRIN
    Le dossier de complément d’étude d’incidences peut être consulté à partir de la date d’ouverture
    jusqu’à la date de clôture de l’enquête, chaque jour ouvrable pendant les heures de
    service :
    Pour Tinlot : les lundis, mardis et jeudis de 9h à 12h, les vendredis de 15h à 18h et le vendredi
    25 avril 2014 jusque 20h sur rendez-vous. Personne de contact : Madame Françoise Dardenne
    – 085/83.09.12.
    Pour Modave : les lundis de 13h à 16h et de 17h30 à 19h30, de 19h30 à 20h sur rendez-vous
    et du mardi au vendredi de 8h30 à 12h : personne de contact : Madame Sonia Bourdouxhe -
    085/41.02.20 (ext. 3) urbanisme@modave.be
    Pour Clavier : du lundi au jeudi de 9h à 12h et le vendredi de 15h à 16h30, ainsi que le vendredi
    18/04/2014 de 16h30 à 20H sur rendez-vous uniquement (personne de contact : Madame
    Joëlle Lassine – 086/34.94.32 )
    Pour Ouffet : du lundi au samedi de 9h à 11h30. Personne de contact : Monsieur Henri Labory
    - 086/36.61.36.
    Pour Nandrin : du lundi au vendredi de 9h à 12h, les mercredis de 13h30 à 15h30, les jeudis de
    18h à 20h. Sur rendez-vous : personne de contact : Monsieur Xavier Callebaut – 085/51.94.99
    – xavier.callebaut@nandrin.be.
    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’administration communale
    dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la clôture de l’enquête.
    Les réclamations et observations verbales sont recueillies sur rendez-vous par le conseiller en
    environnement ou, à défaut, par l’agent communal délégué à cet effet.
    Tout intéressé peut obtenir des explications techniques sur le projet auprès :
    - du demandeur : EDF Luminus s.a, Monsieur Christophe Heijmans (04/330.46.11), Rue du
    Marquis, 1 à 1000 Bruxelles.
    - de l’auteur de l’Etude d’Incidences, CSD Ingénieurs Conseils s.a, Namur Office Park, avenue
    des Dessus de Lives, 2 à 5101 Loyers (Tél : 081/43.40.76)
    - du conseiller en environnement ou à défaut de l’agent communal délégué à cet effet
    - du service du fonctionnaire technique compétent sur recours : M. Eric DEREYDT, SPWDGO3-
    DPA- Cellule Recours, avenue Prince de Liège, 15 à 5100Jambes, téléphone :
    081/33.61.39 ;
    - du service du fonctionnaire délégué compétent sur recours : M. Jean-Serge BALTHASART
    SPW-DGO4, Direction de l’Urbanisme et de l’Architecture, rue des Brigades d’Irlande, 1
    à 5100 Jambes, téléphone : 081/ 33 25 20.
    Le Ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire est compétent pour prendre la
    décision sur la demande faisant l’objet de la présente enquête publique.
    Le projet a fait l’objet d’une étude des incidences sur l’environnement.
  • Nandrin Après 19 ans, le dossier du foot touche à son terme

    Lien permanent

    foot.JPG

    Le conseil communal de Nandrin a approuvé mardi soir la convention d’occupation précaire des installations sportives du Péry par une structure de jeunes, interlocutrice de la commune. 
    Une façon de protéger l’outil coûteux (2,5 millions) à long terme. Pour entretenir les terrains synthétiques, la commune a acheté une sorte de petit tracteur avec filet.
     Les premiers joueurs fouleront le gazon synthétique ce week-end.
     
    Une fois n’est pas coutume, le conseil communal de Nandrin s’est déroulé sans anicroche, mardi soir. 
    Des débats sereins et un engouement général pour le point 7, à savoir la convention d’occupation précaire des installations sportives du Péry par l’asbl R.E.S.T.N. 
    «Le 25 mars est une date à marquer d’une pierre blanche.
     Elle marque la fin d’un long parcours, l’aboutissement d’un travail initié par l’ancienne majorité », s’est réjoui le conseiller communal « Pour Nandrin », Marc Evrard. 
    En effet, c’est en 1995 que naît l’idée d’un hall omnisports à Nandrin. La majorité finit par renoncer à ce projet, vu le coût, et opte plutôt pour complexe footballistique.
    Soit une nouvelle cafétéria buvette et un terrain synthétique.
    Alors échevin, Benoît Ramelot propose un deuxième terrain synthétique, à peine plus cher grâce à l’intervention provinciale.
    Le marché est coupé en deux: le premier lot concerne la construction de la buvette et cafétéria ; le second la pose de deux terrains synthétiques. Problème : l’entreprise qui a remporté le marché buvette tombe en faillite. 
    Le chantier cafétéria s’est finalement achevé il y a un an. Côté terrains synthétiques, tout était bloqué chez le ministre... jusqu’en 2013.
     Les travaux  ont démarré en septembre et sont terminés depuis un mois et demi. La réception provisoire a eu lieu et l’inauguration officielle (peut-être en présence du ministre) se déroulera en mai.
    Ultime étape : la mise à disposition des infrastructures, donc la signature de la convention d’occupation des installations. 
    Le Conseil a approuvé hier la convention précaire.
     «De la sorte, on teste le système pour essuyer les plâtres d’ici la fin de la saison et rectifier les choses dans la vraie convention », précise Michel Lemmens, le bourgmestre. 
    Pour gérer et entretenir le site, l’option choisie est la suivante : une structure asbl jeunes avec des représentants du club de foot et de la commune.
    «De la sorte, on garde un droit de regard.
     On veut offrir un outil de formation aux jeunes joueurs.
     Et puis, cela ouvre la porte à des subsides régionaux. » La «vraie » convention, si tout va bien, devrait être conclue fin juin. 
    «Nous espérons pouvoir participer à son élaboration », a glissé le conseiller Tous Ensemble Benoît Ramelot.
    Le point a été voté à l’unanimité moins une abstention du conseiller EC Guy Brassel.
    Article de ANNICK GOVAERS pour la journal La Meuse de Huy Waremme du 27 mars 2014

    4.jpg

    La plainte du conseiller n’a pas abouti

    Dans les communications en début de séance, le bourgmestre a lu un courrier du ministre Furlan qui déboute la plainte du conseiller « Pour Nandrin », Bodgan Piotrowski.
     Celui-ci avait fait appel au ministre pour signaler ce qui consistait entre autres, selon lui, en un harcèlement.
     Le différend tourne autour de panneaux photovoltaïques placés chez le conseiller et verbalisés par un agent sanctionnateur la commune.
    «Il n’y a pas d’indice suffisant pour intervenir.
     Et il n’est pas anormal de donner lecture de documents au conseil communal public », a répondu le ministre.
    Le groupe « Pour Nandrin » avait, dans un premier temps, écrit au ministre de tutelle, pour se plaindre des mêmes faits, sans succès. 
     
     
     
  • Nandrin Saint-Séverin « Nous vivons dans une étable à ciel ouvert »

    Lien permanent

    Fallogne.JPG

    L’affaire pourrit depuis plusieurs années.
     Elle oppose des habitants de la rue du Moulin de Falogne et le fermier qui a placé ses vaches en face de chez eux.
    Le problème : le champ est souvent inondé et donc boueux. 
    Alors les passages répétés du tracteur finissent par encrasser la voirie.
    La rue du Moulin de Falogne est un cul-de-sac. 
    Pas beaucoup de trafic, donc, si ce n’est la vingtaine d’habitants et l’agriculteur qui vient nourrir et soigner ses bêtes.
     Ce calme apparent cache pourtant son lot d’énervement et d’incompréhension.
     Les riverains se plaignent du manque d’égards du fermier. 
    « Tous les deux jours, il entre dans son terrain avec son tracteur. 
    Le souci, c’est que le ruisseau de Falogne coule dans son champ. 
    Il draine toutes les eaux de Saint-Séverin. 
    Dès qu’il y a un orage,le champ est inondé et les vaches pataugent et s’enfoncent dans la boue.
    Du coup, le tracteur dépose de la crasse partout sur la route », déplore Jacques Daubenton, 68 ans, porte-parole des riverains concernés.
    Le champ se situe du côté gauche de la rue, juste en face des villas.
     Le fermier n’a d’autre choix que d’emprunter la rue du Moulin de Falogne pour accéder à ses vaches. 
    «Il ne nettoie jamais la chaussée, ce qui nous semblerait être du bon sens. Sans compter le tas de fumier qu’il met tout près de la route et l’étable qu’il n’a jamais finie et qui elle aussi trop proche de la route. 
    Il ne fait aucun effort, nous vivons dans une étable à ciel ouvert », reproche Maggie Lenaerts, 55 ans.
    N’est-ce pas le propre de la vie à la campagne ? 
    «Quand c’est toute l’année, non, répond Lucien Moreau, 70 ans, un autre riverain. 
    On veut bien comprendre que ce soit sale à certaines périodes, quand les fermiers ont plein de boulot. 
    Mais ici, il ne rentre pas ses vaches en hiver alors les nuisances, c’est 365 jours par an... En plus, il n’est jamais venu nous trouver pour discuter de la situation.
    » «Il trouve ça normal, les odeurs et la saleté. 
    C’est un monsieur désagréable qui se croit tout permis. 
    Je suis désolée mais il y a des règles à respecter et elles sont valables pour tout le monde », ajoute Anne-Marie Nihoul, 69 ans.
    D’après les riverains, les problèmes ont commencé il y a huit ans, quand le fermier (qui habite à Neuville-en-Condroz) a installé ses vaches Salers en face des habitations de la rue du Moulin de Falogne.
    «Il a alors abattu les arbres de son terrain, mais quand il a commencé à dessoucher le long du ruisseau, nous sommes intervenus auprès des autorités pour éviter l’érosion de la berge. 
    Cela a marché.
     Sans doute nous en veut-il depuis », suppose Roger Croughs, 68 ans, qui espère que l’agriculteur se conformera à la prochaine obligation de clôturer les cours d’eau (pour éviter que les vaches s’y abreuvent). 
    Si les riverains sont remontés contre le fermier, ils le sont tout autant contre la commune de Nandrin.
    «On ne se sent pas écouté, c’est pourquoi on a créé une page Facebook « Ou il faisait bon vivre » (sic) », indique Bernadette Mathieu. 
    Notons que l’administration communale est actuellement en justice contre l’agriculteur neupréen.
    «L’échevin est allé le trouver. 
    Depuis, il a rapproché les mangeoires de l’entrée. Pour le reste, rien n’a changé. » 
    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal du 13 mars 2014
     
    LA COMMUNE « On est en justice »
     
    Ces tensions, les autorités communales les connaissent bien, elles durent depuis longtemps.
     «Un voisinage qui ne vit pas comme vous pose souvent problème, à la campagne comme en ville. 
    Je comprends la contrariété de nos citoyens, mais nous vivons aussi à la campagne. 
    Je suis un homme de dialogue et je souhaite trouver une solution par le dialogue.
     Vu le sac de noeuds, cela ne va pas s’arranger d’un coup de baguette magique.
    Ce sera sans doute lent, mais je reste volontaire », déclare l’échevin nandrinois Henri Dehareng.
    La commune connaît pour sa part un contentieux juridique avec cet agriculteur.
    Le litige porte notamment sur un permis de bâtir (celui de l’étable).
    Le bourgmestre Michel Lemmens reste évasif : «L’affaire est à l’instruction, je ne peux rien dire.
     Une médiation est en cours au tribunal de première instance. 
    C’est un litige long et difficile qui comporte plusieurs volets. 
    L’état de la route est un élément du dossier.
    Les problèmes d’urbanisme ne sont jamais simples. »
     Pourquoi ne pas passer la balayeuse ? 
    «Ce n’est pas à nous de le faire.
     Il faut que l’agriculteur comprenne qu’on n’est pas au Far West. » 
     
    LE FERMIER
     
    « Sans conflit,l’étable serait déjà finie »
     
    Nous avons réussi à joindre l’agriculteur mis en cause, Benoît Dieudonné.
    « On est en conflit avec la commune depuis 4-5 ans.
     Je préfère attendre le jugement du tribunal pour me prononcer », nous a-t-il répondu. 
    Néanmoins, il confirme la problématique soulevée par les riverains.
    « Vous avez vu l’état du terrain où vivent mes vaches ?
     Je n’ai pas le choix, si les riverains et la commune ne m’avaient pas mis des bâtons dans les roues, l’étable serait déjà finie et il n’y aurait pas de soucis. »
     Le fermier pointe un tuyau défectueux de la commune, aujourd’hui réparé. 
     
  • Condroz propre et à Nandrin !

    Lien permanent

    !cid_inlineImage0.jpg

    !cid_inlineImage1.jpg

     

    Retenez dès à présent les indications suivantes pour la journée "Condroz propre du samedi 15 mars" et appel à tous les bénévoles !
    Renseignement auprès de votre administration communale. A Tinlot, les ramassages se terminent vers midi.


    Anthisnes:  RV 14h, place Joseph Legros (04 3839991)
    Clavier14/03 opération avec les écoles. 15/03 et 16/03 opération "Grand public" collecte des déchets le lundi 17/03. Nettoyage du ruisseau d'Ocquier le 26/04.
    Modave: RDV 9h45 au Syndicat d'initiative (085/412969) Nettoyage des berges de la Bonne et de la Route du Val.
    Marchin: Nettoyage  Chemin des Gueuses. RDV 9h30 place Belle Maison et Chemin des Gueuses à 10h. (085 270426)
    Ouffet: Netoyage rue d'Ellemelle et abords Tour de Justice RDV 9h (0479 504636)
    Tinlot: RDV 9h administration communale (085 830916) Détails suivront.

    Partout sauf à Nandrin titre Vers l'avenir  

    Capture d’écran 2014-02-27 à 18.34.25.pngCiquez ici pour regarder le reportage de RTC Télé Liège sur la présentation de cette campagne et des différents outils proposés aux Condrusiens

    Sept communes contre les déchets

    Capture d’écran 2014-02-27 à 18.42.17.png«Changer les mentalités des condruziens et des visiteurs de la région demeure notre but », explique d’emblée Éric Lomba, bourgmestre de Marchin et président du groupe d’action locale « Pays des Condruses ».
    «Les déchets sauvages coûtent cher pour chaque commune. Nous lançons cette campagne avec trois objectifs : conscientiser, informer et s’engager », complète Chantal Courard, chargée de mission pour le GAL, «les commerces participants afficheront des visuels propres à chaque commune.
    Des dépliants informatifs seront également disponibles pour inciter les automobilistes ou les promeneurs à ne pas jeter de déchets dans la nature. Des actions concrètes de ramassage permettront notamment de s’investir dans la lutte contre les déchets.» (Photo AL, Christine Guyot, échevine à Tinlot)

     

    Capture d’écran 2014-02-27 à 18.43.28.png

    Pour la mise en place de ce projet, le GAL a obtenu 20.000 euros du gouvernement wallon. Sept mille autocollants « J’agis pour un Condroz propre » pourront être apposés sur les vitres des véhicules ou commerces qui prennent part au projet. Plus de 600 poubelles de voiture seront distribuées dans les commerces participants. «Le but est d’inviter les consommateurs à jeter leurs ordures chez eux », ajoute Chantal Courard.
    Capture d’écran 2014-02-27 à 18.47.26.png«Plus de 200 filets pour remorques de voitures seront distribués dans les communes pour éviter que les personnes se rendant dans les recyparcs ne perdent, par mégarde, des objets destinés au parc à conteneur. Ces déchets se retrouvent parfois dans des champs, ce qui cause de gros problèmes aux agriculteurs », poursuit Jean-François Pecheur, également chargé de mission pour le GAL. Ces filets de remorque coûteront dix euros.

    «D’autres actions sont envisageables afin de pérenniser la conscientisation des gens sur ce projet », conclut le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois. (A suivre)
    JULIEN MARIQUE La Meuse du 27/2.

    Article sur le blog de Tinlot 

    Blog de Tinlot Clic sur l'image

  • « La maison de village de Villers est notre priorité »NANDRIN - BUDGET 2014

    Lien permanent

    villers On aimerait une salle de spectacles avec gradins amovibles.JPG

    Le budget prévoit 100.000 euros pour étudier les possibilités de rénovation

    A quelques jours du conseil communal, le bourgmestre nandrinois a présenté le budget 2014 de sa commune.
     Il est à l’équilibre à l’ordinaire. 586.000 euros d’investissements sont en outre prévus, dont l’étude de la nouvelle administration communale et la rénovation de la maison de village de Villers-le-Temple.
     
    Article d'Annick Govaers dans le journal La Meuse H-W du 13 décembre 2013

    A Nandrin non plus, on ne licenciera pas.
     «On garde la masse salariale mais on n’engage plus.
    Ceux qui partent à la pension ne seront pas remplacés », précise d’emblée Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

     Les coûts de personnel représentent près de 2,651 millions d’euros, soit 44 % des dépenses du budget ordinaire.
    Le budget 2014 à l’ordinaire est à l’équilibre : 6 millions d’euros en recettes et en dépenses.

     «C’est une année difficile mais nous avons réussi, sans recourir à la recette fictive prévue par la circulaire du ministre (réduction de 3% de la masse salariale). »

    Côté fiscalité, pas de changement, les taxes n’augmentent pas (IPP à 8,5 %, PRI à 2.650 centimes additionnels notamment).
    La dotation communale au CPAS baisse de 10.000 euros (520.000 euros), au contraire de celle accordée à la zone de police (346.727 euros, soit +11 %).
    «De plus, la dette diminue, elle est en dessous de 3 millions d’euros.
    Ce qu’on rembourse par an est réduit à 400.000 euros », souligne Michel Lemmens.

    La commune dispose d’environ 340.000 euros en réserve, en plus du fonds de pensions pour les anciens mandataires (+/- 230.000 euros).

    Soit, en tout, 10 % de son budget. 

    «Ce n’est pas énorme, relativise le bourgmestre.

    A peine de quoi payer notre arriéré du coût du service incendie. »

    DES ÉTUDES DE MOBILITÉ

    600.000 euros d’investissements sont prévus à l’extraordinaire, dont la reconduction de deux projets initiés lors du budget 2013 mais pas finalisés : les deux bassins d’orage (l’un devant le magasin La Différence pour protéger St-Séverin, l’autre dans le prolongement des deux terrains de foot synthétiques de Villers-le- Temple) et le remplacement de la chaudière du local Fanfare, place Botty («dès qu’on aura les subsides promis »).

    Deux nouveautés sont à épingler : l’étude du projet de la nouvelle administration communale- CPAS pour 150.000 euros et l’étude du projet de rénovation de la maison de village de Villers- le-Temple (située juste en face de l’église) pour 100.000 euros.

    Pas un peu cher ? « C’est ce qu’on paiera dans le pire des cas.

    Vraisemblablement, cela reviendra beaucoup moins cher », estime- t-il.
     Les études en question décortiqueront les possibilités de rénovation/construction de ces deux structures. «La maison de village de Villers est prioritaire.

    On aimerait refaire une salle de spectacles avec des gradins amovibles, aménager des locaux de réunion et créer un logement. »

    Des études de mobilité pour 50.000 euros sont également inscrites.
    «Pour évaluer les changements de flux de voitures, près du Aldi par exemple, voir où installer des casse-vitesse, comment sécuriser certains quartiers, etc. »

    Quid des réfections de voiries ?

    «D’une part, des entretiens ont été prévus dans la modification budgétaire d’il y a deux mois et seront réalisés au printemps.
    D’autre part, le budget sera complété quand on aura le résultat du compte (fin mars normalement).
    » 
    ANNICK GOVAERS
  • Attention usagers de la route,l'autoroute E42 va être bloquée durant 4 week-ends

    Lien permanent

    resto villers.JPGAttention, l'autoroute E42 va être bloquée durant 4 week-ends à hauteur de Verlaine

    Durant quatre week-ends successifs de novembre et décembre, un tronçon de l’autoroute A15-E42 sera fermé à la circulation dans les deux sens, à hauteur de Verlaine. Des déviations seront organisées via les aires de repos pour permettre des travaux sur le pont-restaurant.


    Le week-end du 22 au 24 novembre ainsi que les trois week-ends suivants, les automobilistes qui prendront l’autoroute A15-E42, tant en direction de Liège que de Namur, seront ramenés sur une bande de circulation passant par les aires de repos à hauteur de Verlaine.

    Le blocage de ce court tronçon d’autoroute doit permettre de réaliser d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement du pont-restaurant. « Les ouvriers doivent travailler et il aurait été trop dangereux, tant pour eux que pour les automobilistes, de maintenir la circulation », commente Fabian Namur, porte-parole de la Sofico.

    La vitesse sera limitée à 30 kilomètres/heure sur ces deux bandes temporaires, par sécurité pour d’éventuels piétons qui circuleraient sur l’aire de repos. Il n’est pas exclu que la police effectue des contrôles de vitesse.

    L’autoroute A15-E42 sera bloquée dès 20 heures le vendredi et jusqu’à 18 heures au plus tard le dimanche, et ce jusqu’au week-end du 13 au 15 décembre.

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Avancement des travaux du parking de Saint-Séverin (Nandrin)

    Lien permanent

     2.jpg

    Les travaux du parking de Saint-Séverin Nandrin sont à l'arrêt depuis deux jours.

    Il faut reconnaître que la météo n'arrange personne,un temps à ne pas mettre un chien dehors .

    Voici quelques photos de l'avancement des travaux 

    Voir les photos clic ici 


     

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/avancement-des-travaux-du-parking-de-saint-severin-nandrin/

     

    Début des travaux du parking à l'école de Saint-Séverin Nandrin clic ici 


  • Nandrin tombe dans le panneau ?

    Lien permanent

    1.jpgAvertie et interpellée hier mardi 5 novembre par les usagers de la route ainsi que des riverains !!!

    Grande découverte un panneau de plus est venu s'ajouter aux 108 autres panneaux le long de la rue de la gendarmerie.

    Touche d'humour un panneau géant avec une remarque "soyez prudents" !!!

    Nandrin avait fait le buzz il y a plusieurs semaines avec une vidéo des 108 panneaux sur les 3 kilomètres de voirie et avait même été comparé à la «Chaussée Romaine» située à Hannut.

    2.jpg

    108 panneaux sur 3 kilomètres clic ici pour revoir l'article 

    Voir la vidéo 


    Nandrin: 108 panneaux de signalisation sur 3... par sudpresse

  • Bientôt des écoles en kit grand luxe et 100 % passives !!! Et à Nandrin ?

    Lien permanent

    ecole.JPGPénurie de classes : Jean-Marc Nollet lance un prototype wallon et écolo

    Comment répondre en même temps à la pénurie de places dans nos écoles et alléger l’énorme facture énergétique pour chauffer les classes ? 
    Le ministre wallon Jean-Marc Nollet (Ecolo) a peut-être trouvé la solution.
     Un prototype wallon de classes modulaires passives capable de répondre aux situations d’urgence.

    Faciles à construire, belles, spacieuses, confortables et 100% passives. 
    Voici les écoles wallonnes du futur, selon l’ambitieux projet lancé par Jean-Marc Nollet.
    Le ministre wallon de l’Énergie, également responsable des bâtiments scolaires, a donné son feu vert à un projet pilote visant à construire un prototype wallon de classes modulaires passives.
    En fait, il s’agit de trouver une alternative aux vieux pavillons préfabriqués construits dans les années 70 et encore largement présents aujourd’hui sur les sites des écoles du réseau officiel en Wallonie et à Bruxelles, ainsi qu’aux autres types de préfabriqués
    encore installés aujourd’hui.
    Or, ces bâtiments précaires ont souvent beaucoup vieilli, sont très dégradés et constituent de véritables gouffres financiers d’un point de vue énergétique.
    Par ailleurs, ils ne sont pas très valorisants ni pour les professeurs,ni pour les élèves. 
    « Le projet que nous lançons vise à aboutir à la construction d’un prototype de classes modulaires d’une nouvelle génération, très performantes au niveau énergétique et environnemental, pour être en mesure de faire face aux besoins
    urgents dans le domaine des bâtiments scolaires », souligne Jean-Marc Nollet.
    Concrètement, deux projets vont être testés dans les prochains mois, pour la reconstruction de l’école fondamentale de Herseaux (Mouscron) et pour la section fondamentale de l’Athénée royal de La Louvière, pour remplacer les anciens conteneurs.
    À ce stade, cinq bureaux d’étude ont été sélectionnés pour présenter des projets. 
    Le gouvernement wallon désignera bientôt le lauréat avant de lancer les procédures d’études et de permis.
     La construction des premiers prototypes est prévue en 2015.
    CRÉER UNE FILIÈRE LOCALE
    Un budget de 2,943 millions d’euros a été dégagé par le gouvernement pour la réalisation des premiers prototypes mais le coût de ces classes devrait fortement baisser quand on entrera dans la phase d’industrialisation.
    « L’objectif, c’est de pouvoir créer des structures modulaires très rapidement pour répondre aux situations de pénurie urgentes », souligne Jean-Marc Nollet,«mais aussi de diminuer la facture énergétique des écoles. »
    Mais pour le gouvernement, il s’agit aussi de développer un savoir-faire wallon avec des entreprises locales, ce qui permettra de donner une impulsion au secteur de la construction.
     « Une fois que le prototype sera installé et testé, on pourra le généraliser et créer une filière locale autour de cette compétence », poursuit Jean-Marc Nollet. 
    «Bien sûr, ces structures peuvent être plus facilement déplacées, mais l’objectif premier n’est pas de créer des classes itinérantes mais bien de nouvelles écoles de qualité, ça a beau être du préfabriqué, ce sera le top du top,rien à voir avec les vieux modèles des années 1970. » 
     
    Article dans le journal La Meuse  du 6 novembre 2013
     
     
    DEMETRIO SCAGLIOLA
  • Le désherbeur thermique en test dans les sept communes.

    Lien permanent

    4nov.JPGLe GAL (Groupe d’Action Locale) du Pays des Condruses propose une mutualisation des outils communaux de désherbage.
    «Les communes d’Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot participent à des tests pour évaluer l’efficacité et le rendement de deux désherbeurs »,explique Chantal Courard, chargée de mission pour le GAL.
     «Dès juin 2014, plus aucun traitement à l’aide de produits phytosanitaires (une forme de pesticides, NDLR) ne sera légalement autorisé », précise- t-elle.
    C’est pourquoi le GAL et les communes précitées ont constitué un groupe de travail qui réfléchit à des moyens de traiter les plantes de façon écologique et économique. Les sept entités participent à trois semaines d’évaluation de l’utilisation de deux
    machines.
    La première, un désherbeur à mousse, circule dans les communes qui l’essayent sur différents types de surface.
    Le second engin est prêté par Anthisnes.
    Il s’agit d’un désherbeur à air chaud et à flamme directe qui tue les herbes indésirables grâce à la chaleur.
    En préambule à leur utilisation, il a fallu former les ouvriers à l’utilisation de ces machines car le désherbage écologique sans produits nocifs pour l’environnement demande la combinaison de plusieurs techniques, dont ces deux désherbeurs font partie.
    Le rôle du GAL est d’organiser la logistique et l’échange des engins.
    À terme, l’objectif est de faciliter l’achat ou la location d’une ou plusieurs machines que se partageraient les différentes communes concernées.
    Tous les acteurs se réuniront après la période de test qui se déroule jusqu’au 6 novembre. 
    article de 
    JULIEN MARIQUE 
    Pour le Journal La Meuse du 4 novembre 2013

  • 200.000 euros pour l’entretien des voiries communales

    Lien permanent

    politique.JPGLa reconduction du marché de travaux pour l’entretien des voiries communales a été approuvée lors du Conseil communal de mardi, à Nandrin.
    «Nous avons relevé les morceaux des routes qui nécessitent un entretien (réfection de la couverture supérieure de la voirie). 
    On voudrait refaire un marché négocié avec la même entreprise qu’en 2011, pour le même type de travaux », a présenté Henri Dehareng, échevin des travaux (Expressions Communes(s)).
    Cinq endroits urgents ont été pointés : rue du Baty Guissart,route de France, rue Joseph Piercot, rue des Roses et chemin du Meunier.
     Montant des travaux : 200.000 euros TVAC. Ils sont prévus au printemps 
    prochain.
    Article de (AG)dans le journal de la Meuse H-w du 26 octobre 2013

  • Début des travaux du parking à l'école de Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    1.jpg

    Si cela n'était pas une surprise pour les parents de l'école de Saint-Séverin, il semble que cela l'était pour certains riverains qui ne suivent pas l'actualité .

     

    Les travaux prévus depuis quelques mois afin de réaliser un parking correct et sécurisé des abords de la salle et de l'école ont démarré aujourd'hui vendredi 20 septembre 2013.

     

    L'accès à l'école sera possible par l'arrière un plan est affiché sur la barrière de l'école à l'entrée et l'information aux parents par un document remis à chaque enfant .

     

    En souhaitant une météo clémente les citoyens n'auront pas longtemps à attendre pour voir le résultat !!!.

    Clic ici pour voir les photos

    2689841152.49.JPG

     

     

    4.jpg

    Clic sur l'image 

    En vidéo 


    Début des travaux du parking à l'école de Saint... par BlogNandrin