Travaux - Page 6

  • Une liaison piétonnière entre Neupré et Nandrin

    Lien permanent

    Info SI.jpgLa commune de Nandrin va bénéficier d’un sentier piétonnier pour permettre aux usagers faibles de faire la liaison entre Neupré et Nandrin en toute sécurité.

    «C’est un véritable cadeau que nous fait la commune de Neupré!» , entame d’emblée Charlotte Tilman, échevin à la commune de Nandrin en charge du dossier.

    Il existe depuis d’innombrables années un tunnel sous-terrain qui passe sous la N63 et qui joint les deux communes. Un tunnel qui n’était plus utilisé par les citoyens puisqu’il n’y avait plus de chemin public pour y accéder. «Il y a bien deux chemins existants mais qui ont été privatisés.

    Ceux-ci ont été déplacés.» La commune de Neupré a néanmoins solutionné le problème et a décidé de recréer un nouveau chemin. «Ce sera un chemin public menant tout droit au tunnel et qui débouchera à Nandrin, où il existe déjà un chemin d’intérêt public qui rejoint un autre sentier appartenant à la commune de Neupré qui va à Saint-Séverin.»

    La portion nandrinoise concernée s’étend sur une petite trentaine de mètres, ne servant que de relais entre les deux chemins. «L’entrée se situe au niveau de la pêcherie à Neupré et débouche au niveau du Bois des Haies des Moges à Nandrin» , précise l’échevine.

    Pour permettre l’aboutissement de ce projet, la commune de Neupré avait besoin que les élus nandrinois permettent l’accès à ce sentier d’intérêt public à la sortie du tunnel. C’est désormais chose faite. «C’est la commune de Neupré qui prend en charge tous les frais mais aussi l’entretien. C’est un vrai cadeau que Neupré nous fait!» , conclut Charlotte Tilman.

    Article CY.C.  source Sudinfo 

  • Plus d'éclairage public dans la rue tige des saules à Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    nuit tige des saules.JPGLa rue Tige des Saules située à Fraineux Nandrin  et les rues avoisinantes qui forment le quartier du Péry sont, une fois de plus, plongées dans le noir absolu depuis le jeudi 12 janvier 2017. 

    La panne a été signaler par les riverains le soir même à 23 h 20 ,depuis plusieurs tentatives afin de voir rétablir l'éclairage ont été réalisé chez l'opérateur par les riverains de la rue .


    Sans succès !!!

    Cela procure en cette période d'hiver ,une insécurité aussi bien matin que le soir ,également pour les jeunes se rendent à l'arrêt de bus tôt le matin .

    Donc Nandrinois,restez vigilant dans vos déplacements sur le quartier afin d'éviter un accident .

     

  • Un nouveau subside pour lutter contre les inondations

    Lien permanent

    540108062.JPGEn octobre dernier, René Collin, ministre wallon de la Ruralité octroyait une subvention de 69.741 euros à la commune de Nandrin pour protéger le village de Saint-Séverin contre les inondations, via la création d’un bassin d’orage. Aujourd’hui, le ministre a apporté un soutien de 66.140 euros à la commune pour un second dossier, à Villers-leTemple cette fois : la création d’une zone d’immersion temporaire (comme un bassin d’orage naturel) et de deux digues de retenue à Fraineux, rue du Péry, près des terrains de foot.

    AUSSI PROTÉGER LES TERRES

    L’objectif est de lutter contre les inondations et les coulées boueuses dues au ruissellement et protéger les terres agricoles de l’érosion, rappelle le ministre. La réalisation de ce chantier est subsidiée par la Wallonie àhauteur de 80 % du coût total des travaux, soit 82.675 euros. Diverses plantations viendront compléter les aménagements prévus (gazonnement, haie d’essences indigènes et arbres à haute tige).

    Source Sudinfo 

  • Performance énergétique des Bâtiments Nandrinois du nouveau en 2017

    Lien permanent

    i2.JPGEn janvier 2017, les indicateurs PEB (NDLR: pour «Performance énergétique des Bâtiments») seront une nouvelle fois revus à la hausse. Plusieurs changements sont programmés.

    Premièrement, les niveaux d’exigence existants seront une nouvelle fois renforcés. Ensuite, les exigences de niveau EW s’étendront à davantage de bâtiments.

    Et enfin, de nouvelles règles verront le jour concernant les systèmes techniques liés au chauffage, à la production d’eau chaude sanitaire, à la climatisation et la ventilation.
    Ces modifications de la règlementation européenne sont guidées par la nécessité de maintenir le niveau de réchauffement climatique en dessous de deux degrés à l’échelle mondiale.

    Dans cet esprit, à l’horizon 2021, la consommation d’énergie de tous les bâtiments neufs devra même être pratiquement nulle.

    C’est donc pour atteindre sereinement cet objectif ambitieux qu’une étape intermédiaire a été fixée au 1er janvier 2017.

    C’est demain.

    Article de L.V source Sud info

  • Danger route du Condroz entre Clavier et Nandrin

    Lien permanent

    accident source AL.JPGDes automobilistes ont perdu leur rétro en accrochant les potelets

    Depuis la semaine dernière, un chantier s’est ouvert sur la N63, entre Bois-Borsu (Clavier) et le rond-point des vaches à Nandrin, dans le sens MarcheLiège.

    Prudence si vous passez par là: plusieurs incidents avec dégâts matériels ont été constatés ce week-end.

    En cause: une signalisation mal adaptée, selon le dépanneur Lallemand. 

     

    Dimanche, vers 17h45, à hauteur du pont de Soheit-Tinlot, la police du Condroz a été appelée pour une intervention dans le chantier de la N63 qui s’est ouvert jeudi passé. Venant de Marche, le conducteur d’une Mercedes a accroché son rétroviseur droit à un des potelets de signalisation qui délimite la zone de travaux de réparation de la route entrepris par le Service Public de Wallonie.

    Dans sa manœuvre, l’automobiliste a éclaté le pneu avant-droit en roulant sur le sur le pied en béton du potelet qu’il venait d’accrocher. Les événements se sont bousculés lorsque sa passagère est sortie du véhicule à l’arrêt. Elle a fait un malaise après avoir trébuché sur la chaussée. Elle a dû être emmenée à la clinique de Huy pour y recevoir des soins.


    AU MOINS 13 RÉTROVISEURS

    Cet incident n’est, hélas pas le seul à avoir été constaté ce weekend dans le chantier. En cause se
    lon le dépanneur Lallemand d’Ouffet: « Une signalisation mal adaptée, surtout pour une route comme la Nationale 63». La zone de travaux s’étend de Bois-Borsu (Clavier) au rond-point des vaches de Nandrin, dans le sens Marche-Liège, soit sur une distance de près de 10 km. Pour le dépanneur Lallemand, les potelets de balisage ne sont pas suffisamment visibles, surtout la nuit, ni assez larges, « ils font à peine 10 cm ». Résultat: ils sont régulièrement accrochés par les automobilistes qui pour éviter de mordre sur le terre-plein à gauche se déportent vers la droite, au risque d’accrochages.

    « Sur la chaussée, on ne compte plus les morceaux de pare-chocs, de coques de rétroviseurs ou même des enjoliveurs» , a pu constater Olivier Lallemand qui a été appelé dimanche soir sur l’incident survenu au conducteur de la Mercedes. À l’antenne de police de Tinlot, l’agent de quartier Christophe Piret confirme la dangerosité des lieux. « Sur le trajet, mon collègue a compté au mains 13 rétroviseurs tombés sur la route. Je pense effectivement qu’il y a dû y avoir un paquet d’automobilistes qui ont dû être surpris par ce chantier.» Aucune plainte n’a cependant été enregistrée à la police.

    En attendant, Christophe Piret appelle les automobilistes à la prudence et leur demande de redoubler de vigilance à l’approche de ce chantier.

    Ce lundi, nous avons essayé de joindre le SPW Wallonie mais nos appels répétés sont restés sans résultat.A.L. ET M-CL.G

     

     

     

  • Un recours contre la nouvelle administration de Nandrin

    Lien permanent

    Il s’agit d’un conseiller CPAS Ecolo qui, s’il n’a pas pas été élu conseiller communal en 2012, fait partie de la majorité tripartite Expressions Commune(s) (PS, cdH, Ecolo). André Jaminon, 69 ans, habite Villers-le-Temple.

    Ce retraité de la sidérurgie (mécanicien) s’est présenté pour la première fois aux élections communales en 2012, il faisait partie des quatre écologistes sur la liste.

    Le Villersois suit de près les dossiers urbanistiques et patrimoniaux de sa commune. Et le projet de nouvelle administration regroupant les services de la commune et du CPAS tel qu’il a été présenté, il n’en veut pas. Il l’a d’ailleurs fait savoir lors de l’enquête publique. Il avance plusieurs raisons. Tout d’abord l’implantation.

    «  La majorité a décidé, sans concertation, que la nouvelle administration se collerait au bâtiment Musin rénové.

    Or, on aurait pu envisager d’autres possibilités: comme négocier le rachat de la ferme Vaessen en face pour avoir une maison communale (en partenariat public-privé aussi) comme à Anthisnes, ou bien agrandir l’ancien tribunal ».

    L’intégration du CPAS ensuite. «  Si on rapproche les services, il faut que les deux restent bien indépendants. Une entrée commune ne préserve pas la confidentialité requise pour les bénéficiaires du CPAS. » L’architecture extérieure du futur bâtiment également. 

    «  Elle ne s’intègre pas à la place de Nandrin. »

    Il soulève en outre le problème du ruisseau. «  On va faire barrage au-dessus...  ».

    « Pas démocratique »

    Et enfin, l’attitude de la majorité, qui selon lui, « amis la charrue avant les bœufs  ». «  Dans le programme électoral, on avait mis la défense du patrimoine rural condruzien et la participation citoyenne.

    Je me demande bien où cela est passé.

    La méthode employée pour la nouvelle administration ne correspond pas à ma vision de la démocratie.

    S’il y a débat et que la majorité opte pour une option qui n’est pas la mienne, pas de problème, mais s’il n’y a pas débat, alors rien ne m’oblige à être d’accord. Je deviens libre. »

    De là à envisager un rapprochement avec l’opposition, farouchement opposée elle aussi à cette administration?

    « Pas du tout.

    On n’a pas la même vision, je ne pense pas par exemple pas que ce projet est trop cher et hypothèque d’autres dossiers. »

    A l’administration, on nous indique ne pas avoir reçu de notification d’un recours au Conseil d’Etat.

    Article de Annick Govaers 

    Voir l'article sur Sudinfo clic ici 

     

    Voir les autres articles sur le sujet 

    La démolition du bâtiment de l’administration clic ici n’est pas suspendue à Nandrin

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

     

  • La CSC défend la nouvelle administration communale de Nandrin,réaction de l'opposition

    Lien permanent

    ADN Source Sudinfo.JPGCe mardi soir, les édiles nandrinois se rendront à un conseil communal extraordinaire convoqué par les deux partis d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous ensemble.

    Unique point à l’ordre du jour: la préservation du bâtiment de l’administration communale, qui devait être rasé incessamment pour construire à la place un bâtiment neuf.

    Un point qui pourrait passer, compte tenu de l’étroite majorité et du vote inconnu de la conseillère Muriel Brandt, la potentielle nouvelle échevine (cdH) qui ne l’est toujours pas.

    La Confédération des Syndicats Chrétiens a décidé de monter au créneau pour soutenir ses affiliés(environ un tiers du personnel communal).

    Elle a envoyé un communiqué pour dénoncer l’attitude de l’opposition qu’elle juge «incompréhensible» et « irrespectueuse envers le personnel communal .»

    « Pourquoi une réaction si tardive?

    La dépense a été budgétisée, l’accord de subsides a été reçu, le marché a été attribué. On s’insurge contre ce manque de respect envers le personnel.

    Il a droit à de bonnes conditions de travail dans des bâtiments qui répondent aux normes de sécurité et de bien-être, ce qui n’était plus le cas (pas de sortie de secours au 2e étage, problème de chauffage, d’électricité, pas d’accès PMR etc.).

    Tout remettre en question aussi près du but aura de lourdes conséquences, notamment financières, qui se répercuteront sur l’administration », dénonce Gaston Merkelbach, secrétaire régional CSC Services Publics.

    « En outre, l’entreprise de construction Cop & Portier (de Flémalle) perdrait un chantier qui représente l’équivalent de 8 à 10 emplois pendant un an, ce n’est pas rien », abonde Pol Gilles, secrétaire régional CSC bâtiment, industrie et énergie.

    La CGSP, elle, n’entre pas dans le débat.

    « Il y a beaucoup de manipulation politique dans ce dossier, nous ne prenons pas parti.

    Ce qui importe pour nous, c’est que le personnel bénéficie de conditions de travail satisfaisantes.

    Nous restons vigilants », assure Philippe Lizin, secrétaire régional intersectoriel pour la CGSP de Huy.

    Si la CSC ne se déplacera pas au Conseil, plusieurs membres du personnel devraient y mener une action.

    Le directeur général, chef du personnel, Pierre Jamaigne, n’a pas souhaité faire de commentaire.

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

     

    Réaction de l’opposition

    «Au détriment des Nandrinois»

     

     

    Marc Evrard, chef de file d’uPN, s’est indigné à la lecture du communiqué de la CSC et surtout de la signature de Gaston Merkelbach, ancien co-organisateur du Nandrin Rock Festival et fils de du président de la section nandrinoise du cdH.


     « Il est lié à Michel Lemmens par le festival et son papa est le meilleur soutien du bourgmestre...


    Cette intervention est cousue de fil blanc », accuse-t-il.


    En dehors de la personne du secrétaire régional CSC, qui n’habite pas Nandrin, des membres du personnel communal prévoient de manifester leur désaccord au Conseil.

    Entend-il ce mécontentement?

    « Quand on vous propose le top, forcément ça donne envie.

    Mais pas au détriment des Nandrinois.

    La commune n’a pas les moyens de se payer un tel luxe, assène-t-il.


    Le bâtiment visé par la destruction n’accueillait que 8 personnes
    ,dont , le bourgmestre et le directeur général.


    S’il avait été insalubre, Michel Lemmens l’aurait déclaré comme tel depuis longtemps.
    Certes, il n’est plus aux normes et énergivore mais on pourrait le rénover et investir dans les écoles.

    Cette pression sur l’opposition est scandaleuse ».

    Le groupe Tous Ensemble se réunissait lundi soir pour adopter une position concertée.

    « Le personnel a toute notre attention mais il faut envisager le dossier dans sa globalité.

    Une administration publique vise à accueillir le public...


    L’objet du point n’a rien à voir avec le personnel.»

    Article du 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     

     

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

  • la CSC dénonce «un manque de respect» de l'opposition envers le personnel communal dans le dossier polémique de la nouvelle administration à Nandrin

    Lien permanent

    CSC ADN Source Sudinfo.JPG

    La CSC (qui représente un tiers de l’administration communale et du CPAS de Nandrin) a envoyé un communiqué de presse pour dénoncer « le manque de respect de l’opposition envers le personnel communal. »

    Il vise uPN et TE qui ont convoqué un conseil communal d’urgence ce mardi soir pour annuler le chantier de démolition du bâtiment de l’administration communale.

     

    Nandrin: la CSC dénonce «un manque de respect» de l’opposition envers le personnel communal dans le dossier polémique de la nouvelle administration - lameuse.be '); 

    Voici le contenu du communiqué de presse de la CSC :

    «Alors que le personnel de l’administration communale de Nandrin entrevoyait enfin de meilleures conditions de travail, celles-ci risquent de lui échapper… En effet, les groupes d’opposition au conseil communal semblent remettre en cause la démolition du bâtiment qui devait commencer incessamment pour permettre la construction d’une aile moderne et adaptée aux réalités d’une administration du 21e siècle. Du moins, le point a été porté à l’ordre du jour d’un conseil communal de ce 22 novembre.

     

    Pourquoi une réaction si tardive ? La dépense a été budgétisée, l’accord de subsides a été reçu, le marché a été attribué. Du côté du personnel, c’est l’incompréhension la plus totale. «Non seulement, on ne comprend pas pourquoi une réaction aussi tardive, mais surtout on s’insurge contre ce manque de respect envers le personnel ! s’exclame Gaston Merkelbach, secrétaire régional CSC Services Publics. Le personnel a droit à de bonnes conditions de travail : il doit évoluer dans des bâtiments qui répondent aux normes de sécurité et de bien-être, ce qui n’était plus le cas. Il a mis beaucoup d’espoir dans la construction d’un nouvel immeuble, il a participé au déménagement et il travaille à l’étroit dans l’attente de ce nouveau bâtiment. Tout remettre en question aussi près du but aura de lourdes conséquences : les mandataires locaux doivent en prendre conscience ! »

    En effet, le personnel serait contraint de vivre dans du provisoire pour un temps très long et, en plus, il risque de payer la note à terme: la non-réalisation du projet entraînera, en effet, des coûts importants pour la commune qui, in fine, se répercuteront sur l’administration.

    «Et en outre, une entreprise de la construction de la région perdra un chantier qui représente l’équivalent de 8 à 10 emplois pendant 1 an, intervient Pol Gilles, secrétaire régional CSC bâtiment, industrie&énergie. Ce secteur est en souffrance : chaque chantier qui lui échappe aggrave le mal qui le gangrène. Nous demandons aux élus de Nandrin d’y réfléchir à deux fois avant de remettre en question le projet ».

    Plus d’infos et de réactions dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

     

     

     

     

  • Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin le 22 novembre 2016

    Lien permanent

    Convocation cc 22 nov page 2.JPG

    Conseil Communal du 22 novembre 2016 clic ici .pdf

     

    Lettre de demande de Convocation conseil extraordinaire par l'opposition pour 22 novembre 2016 clic ici .pdf

     

    Point introduit à l’ordre du jour du conseil communal du 22 novembre 2016 qui accompagne la demande de convocation dudit conseil clic ici .pdf

     

  • Un guide aux communes contre le dumping social

    Lien permanent

    Dumping s Source JG SI.JPGSophie Lareppe (32), juriste wanzoise au SPW, présentait ce mercredi au Centre Nobel de Huy une série d’outils permettant de lutter contre le dumping social dans les marchés publics de travaux.

    Une conférence animée par le ministre Christophe Lacroix (PS) et Natacha Vinckenbosch, présidente de la plate-forme «marchés publics durables» au SPW.

    Parmi ces outils se trouvent notamment des extraits de clauses. « Si une commune désire rénover un bâtiment, elle peut copier-coller ces clauses dans les cahiers des charges» , explique-t-elle.

    Ces clauses visent la sous-traitance, la langue et le logement des employés, ou encore les pénalités en cas de dumping social avéré. « Il y figure par exemple que l’encadrement d’un stagiaire doit se faire en français », indique Sophie Lareppe.

    « Cela permet d’éviter le recours à un ouvrier détaché .»

    La Wanzoise a réalisé ce guide d’outils en association avec d’autres juristes du SPW et des acteurs tels que la Confédération Construction wallonne et l’Union des Villes et Communes de Wallonie.

    Natacha Vinckenbosch, présidente de la plate-forme «marchés publics durables» au SPW, révèle que la Belgique est fortement impactée par le dumping social. « En cinq ans, on a perdu près de 20.000 emplois », déplore-t-elle.

    Actuellement, ce sont les pouvoirs adjudicateurs (tels que les communes) qui doivent vérifier si les ouvriers qui réalisent des chantiers respectent les clauses antidumping. « Ils peuvent solliciter le contrôle par le fédéral.

    Le gouvernement va étudier la possibilité d’aider les pouvoirs adjudicateurs, au niveau humain comme au niveau budgétaire, car il est conscient des difficultés budgétaires que rencontrent les pouvoirs adjudicateurs », rapporte Anouck Bertrand, assistante communication du ministre Christophe Lacroix.

    Ces outils ne sont que des recommandations. « Cependant, la volonté des ministres Furlan et Lacroix est d’imposer aux pouvoirs adjudicateurs la lutte contre le dumping social d’ici 2018 », insiste Natacha Vinckenbosch.

    Article de JG source Sudinfo

  • Les deux groupes d’opposition provoquent la convocation d’un conseil communal extraordinaire

    Lien permanent

    Convocation cc 22 nov page 2.JPG

    Conseil Communal du 22 novembre 2016 clic ici .pdf

     

    Lettre de demande de Convocation conseil extraordinaire par l'opposition pour 22 novembre 2016 clic ici .pdf

     

    Point introduit à l’ordre du jour du conseil communal du 22 novembre 2016 qui accompagne la demande de convocation dudit conseil clic ici .pdf

     

  • Les travaux vont débuter à Nandrin pour la nouvelle administration

    Lien permanent

    Depuis quelques jours, une construction en bois, type chalet, a été adossée à la façade avant de l’administration communale (maison Musin) de Nandrin.

    En réalité, il s’agit d’un sas de température qui servira d’entrée dès le début des travaux de démolition et construction de la nouvelle administration communale.

    Laquelle regroupera à la fois les services communaux et ceux du CPAS.

    « L’entrée se fera de ce côté pendant les travaux pour une question de sécurité , confirme le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens.
    L’entrée sur le côté ne sera plus accessible puisque la nouvelle administration sera accolée au bâtiment Musin .» On ne pourra donc plus passer entre ce dernier et le bâtiment datant de 1954 qui abrite le bureau du bourgmestre et le secrétariat, notamment.

    Bâtiment qu’il est prévu de raser, pour rappel.

    L’installation d’un chalet annonce des travaux imminents.

    « Le sas n’est pas encore utilisé mais le sera.

    Nous avons notifié le marché à l’entreprise, chantier qui va être mis en œuvre », indique le mayeur sans avancer de date précise.

    Du côté de l’opposition, on tire la sonnette d’alarme.

    « On a tout lieu de penser que les travaux sont sur le point de démarrer.

    Aménager une entrée provisoire au bâtiment Musin est un signe clair.

    Or, nous n’approuvons pas la destruction du bâtiment de l’administration, rénové à grands frais il y a peu », rappelle Marc Evrard, chef de file d’Union Pour Nandrin.

    Qui a décidé d’agir de concert avec l’autre groupe d’opposition, Tous Ensemble, pour convoquer un conseil communal extraordinaire sur la question (rénovation/extension vs démolition/reconstruction).

    Sept conseillers (sur 17) ont signé cette demande de convocation, soit un tiers des élus, ce qui rend la tenue de ce Conseil inévitable pour la majorité.

    L’objet du point unique à l’ordre du jour porte sur la préservation dudit bâtiment.

    « Nous sommes toujours mis devant le fait accompli.

    Le dossier de la nouvelle maison communale est venu sur la table du Conseil en 2013 (lancement d’une étude de projet), puis en 2015 (désignation d’un auteur de projet) et tout à coup, en 2016, on nous présente des plans terminés sans avoir eu l’occasion d’en débattre en amont.

    Or, le Conseil avait approuvé une étude objective sur l’opportunité de conserver ou non le bâtiment de l’administration communale. Il était normal que les résultats de cette étude soient communiqués au Conseil.

    Cela n’a jamais été le cas », reproche Marc Evrard.

    « Il devait y avoir une analyse de plusieurs options: rénover, détruire etc. Nous n’avons pas eu d’explications quant à la décision prise. Nous ne sommes pas d’accord avec cette méthode.

    On a l’impression qu’ils se disent que le plus important est de mettre le train en route et qu’après, il n’y aura plus moyen de l’arrêter », abonde Benoît Ramelot, chef de groupe Tous Ensemble.

    Si ce dernier se dit prêt à entendre des arguments objectifs en faveur d’une destruction/ reconstruction (« quitte à être convaincu »), Marc Evrard et son groupe s’affichent en défaveur d’une telle option.

    Ils souhaitent la suspension des futurs travaux.

    N’est-ce pas trop tard? « Mieux vaut tard que jamais.

    Et on ne peut pas nous incomber la faute de la précipitation.

    Il fallait faire les choses dans l’ordre.

    Le projet actuel de près de 2 millions est démesuré. »

    Le bourgmestre, en Collège ce lundi à propos de la convocation sollicitée, n’a pas commenté le fond du dossier. «Nous sommes en train d’en débattre.

    Nous préparons notre réponse pour la semaine prochaine. »

    Article ANNICK GOVAERS source Sudinfo.

     

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

  • Une subvention pour lutter contre les inondations à Nandrin

    Lien permanent

    Le Ministre de l’Agriculture et de la Ruralité, René Collin vient d’octroyer une subvention de 69.741,30 euros à la Commune de Nandrin visant à créer un dispositif destiné à la protection contre l’érosion et les inondations à Saint-Séverin.

    La création d’une zone inondable pâturable permettra de réguler le flux de ruissellement provenant des campagnes avoisinantes, ainsi qu’en provenance du pertuis sous la route de Liège.

    La réalisation de ce chantier est subsidiée par la Wallonie à hauteur de 80% du coût total des travaux soit 81.176,63 euros.

    L’objectif est de lutter contre les inondations et les coulées boueuses dues au ruissellement sur le territoire et protéger les terres agricoles de l’érosion.

    Voici une bonne nouvelle pour les Nandrinois

    Source info Sudinfo

  • Le retour des chantiers préélectoraux!Communales 2018

    Lien permanent

    CLIN-D-OEIL.jpgApprêtez-vous! Les bulldozers vont revenir dans les rues dans les prochains mois. À deux ans des élections communales, nous avons sondé le secteur de la construction.

    Et ce dernier s’attend à se frotter les mains avant le scrutin.

    « À nouveau, nous allons connaître un pic avec les élections communales », estime JeanPierre Liebaert, directeur du département économique de la Confédération construction. « En toute logique, 2017 et 2018 seront des années où les investissements des communes vont augmenter.

    Si l’on se base sur les perspectives du bureau fédéral du plan, la série de prévisions dans les investissements des pouvoirs locaux est très claire. Ils s’attendent à une augmentation de 13% pour 2018.

    Hélas, celle-ci sera suivie d’une diminution des investissements de 10% en 2019. ».

    Un pic, suivi d’une chute. Voilà qui ne fait pas forcément les affaires des entrepreneurs. « Comme pour n’importe quel secteur, nous aimons faire face à des trajectoires croissantes et stables », ajoute Jean-Pierre Liebaert.

    « Le volume supplémentaire d’activité qui peut-être réalisé a l’occasion des élections communales est évidemment une bonne chose à prendre.

    Maintenant, les entreprises ont du mal à préparer cet afflux, notamment en matière d’engagements, en sachant qu’il sera sans lendemain.

    Il serait plus intéressant pour le secteur de connaître des investissements lissés dans le temps.

    Enfin, les pouvoirs publics belges devraient prendre exemple sur les pays voisins où l’on investit proportionnellement plus dans les travaux publics. »


    UN CLASSIQUE

    Les travaux préélectoraux sont, en fait, devenus un classique de campagne au même titre que les «préaccords» ou encore les «trahisons post-électorales» « Ces travaux qui précèdent les élections communales, c’est une règle qui n’a jamais été mise en défaut, à l’exception de l’année 1982.

    Ce scrutin arrivait peu après la dévaluation du franc belge et l’économie belge connaissait alors
    une période d’exception. »

    Rappelons qu’en 2011, 6 milliards d’euros avaient été investis dans des travaux de génie civil et qu’il s’agissait, pour l’époque, d’un record.

    Mais si les prévisions du bureau fédéral du plan sont claires, ce climat d’austérité budgétaire alimente toutefois des craintes.

    « Il existe des observateurs qui estiment que les pouvoirs locaux ne pourront pas faire leur traditionnel effort suite à l’ensemble des problèmes budgétaires », concède Jean-Pierre Liebaert.

    « Mais pour savoir ce qu’il en sera exactement, je vous donne rendez-vous après les élections. » C’est noté!

    Article de GUILLAUME BARKHUYSEN source info Sudinfo

    Lire la suite

  • Nandrinois il est revenu !!!

    Lien permanent

    IMG_20160805_185532-1-2.jpg

    IMG_20160805_185515-1-2.jpgDepuis hier 5 août 2016 l'Ange ailé est de retour, comme quoi tout le monde peu changer d'avis sous le beau ciel bleu de Nandrin . 
     
     
    C'était en avril 2013 l’ange ailé qui surplombait le monument aux morts de la Première Guerre mondiale, place Arthur Botty n'était plus, voir article ci dessous du 26 avril 2013. 

    L’ange ailé du monument aux morts clic ici a... chuté

    Article du 26 avril 2016
     
    mon.JPGLes plus observateurs des Nandrinois l’auront remarqué : l’ange ailé qui surplombait le monument aux morts de la Première Guerre mondiale, place Arthur Botty (du nom du juge résistant abattu par les Allemands en 14-18), n’est plus.
    Il a en effet chuté de son piédestal et s’est écrasé au sol.
     
    «La statue en laiton n’a pas résisté au choc : elle s’est brisée», confirme Michel Lemmens, le bourgmestre de Nandrin. 
    Personne n’a heureusement été blessé.
    Un acte de vandalisme ? «Non, le temps a fait son œuvre, tout simplement.
     Cette statue date de 60-70 ans.» 
    La commune a demandé un devis pour réparer le monument, mais pas l’ange lui même.
     
     
    «Non. Elle est cassée. 
     
    Et de l’avis même des anciens combattants que nous venons de réunir pour préparer la fête de l’Armistice, cet ange ailé brandissant un glaive était trop agressive, pour un monument aux morts nandrinois», glisse-til.
     
     
    Une coupole devrait par contre recouvrir la pointe de l’obélisque. 
     
    «La pierre du bonnet est en effet fendue et de l’eau pourrait s’y infiltrer. » 
     
    Article de ANNICK GOVAERS dans le Journal La Meuse Huy -Waremme du 26 avril 2013 
  • Les subsides qui seront alloués aux communes pour la rénovation des routes > Nandrin : 158.111 euros

    Lien permanent

    i2.JPGLa Région wallonne a déterminé les montants des subsides qui seront alloués aux communes pour la rénovation des routes. Au total, les 31 communes de l’arrondissement décrochent 4.988.916 euros de subsides.

    Huy, Hannut et Waremme se classent en tête, avec respectivement 436.453 euros, 380.251 euros et 285.682 euros.

    Ce jeudi, le Gouvernement wallon, sur proposition du ministre des Pouvoirs locaux et de la Ville, Paul Furlan, a arrêté le montant de la programmation 2017-2018 du Fonds Régional d’Investissements communaux ainsi que sa répartition entre les communes (FRIC).

    La répartition des subsides relatifs à la rénovation des rues est connue. À Huy,l’échevin des travaux Éric Dosogne (PS) est plutôt satisfait du montant octroyé à la cité du Pontia : « 436.453 euros, cela correspond à la moitié de la subsidiation précédente, mais qui était, elle, étalée sur quatre ans et non pas deux années.

    Au final, les subsides sont donc plus ou moins identiques. »

    Côté travaux, il énumère d’abord ceux qui devraient être terminés prochainement grâce aux précédents subsides : les rues Fond l’Evêque, Prés Brions, Jacques Grégoire ou des Vignes devraient être restaurées cette année.

    Pour les deux prochaines années, la priorité devrait être donnée aux rues Wahehaye et du Crucifix : « La rue du Crucifix est assez longue et doit être refaite complètement, il faudra donc évaluer si les subsides sont suffisants. » Autres voiries susceptibles d’être rénovées : celles de la sarte à Ben et du Bois des Rois.

    À Tihange, la rue Pol carré et des malles Terres devraient bénéficier d’une rénovation.

    « Pour les rues du centreville, nous allons disposer d’un subside d’1,7 million dans le cadre de la revitalisation du centre-ville » précise l’échevin.

    À Waremme, ce sont la rue des Marais, les trottoirs de la rue Ernest Malvoz, la rue Joseph Noville et la rue des Prés qui sont concernées par ces subsides. La ville bénéficie de 285.682 euros.

    À Hannut, les rues de la Justice et de la gare et de Wamont ainsi à Bertrée sont concernées par des subsides qui s’élèvent à 380.251 euros.

    C’est aussi le cas de la rue de la Prâle, où les travaux sont terminés.

    « On se rend bien compte qu’avec le Fonds régional pour les investissements communaux, nous avons moins de subsides qu’auparavant », indique le bourgmestre Manu Douette.

    Article de JG source Sudinfo H-W

     

    Voici le détails des subsides attribués pour nos communes :

    > Amay : 282.493 euros > Anthisnes: 135.183 euros > Berloz : 71.387 euros > Braives : 185.477 euros > Burdinne : 112.085 euros > Clavier : 185.554 euros > Crisnée : 83.704 euros > Donceel : 100.917 euros > Engis : 169.472 euros > Faimes : 108.162 euros > Ferrières : 247.785 euros > Fexhe-le-Haut-Clocher : 92.383 euros > Geer : 90.595 euros > Hamoir : 139.301 euros > Hannut : 380.251 euros > Héron : 153.468 euros > Huy : 436.453 euros > Lincent : 74.316 euros > Marchin : 177.025 euros > Modave : 137.588 euros > Nandrin : 158.111 euros > Oreye : 85.413 euros > Ouffet : 109.303 euros > Remicourt : 122.235 euros > Saint-Georges-sur-Meuse : 142.207 euros > Verlaine : 100.026 euros > Villers-le-Bouillet : 157.352 euros > Wanze : 279.065 euros > Waremme : 285.682 euros > Wasseiges : 97.386 euros. - J.G. Notre arrondissement L

     

     

  • Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement »

    Lien permanent

    admnopposition.jpg

    L’opposition

    Du côté de l’opposition, Benoît Ramelot, chef de groupe Tous Ensemble, se montre fataliste.

    « Je n’étais pas favorable à ce projet de maison communale par rapport à son coût total qui pourrait profiter à d’autres projets prioritaires.

    Maintenant, à partir du moment où il est sur les rails, je ne vais pas m’acharner contre.

    On vérifiera toutefois si cela se fait dans les règles et dans le raisonnable », indique-t-il.

    Marc Evrard, à la tête de « Pour Nandrin », annonce que son groupe marquera une abstention au prochain conseil communal. « Le rapprochement de la commune et du CPAS est une bonne chose à terme.

    Dans un souci de rationalisation, mettre les personnes sous un même toit est logique.

    Cependant, par les temps qui courent, nous n’avons pas les moyens d’investir entre 1,8 et 2,3 millions d’euros pour un tel projet luxueux.

    La commune de Nandrin se désendette, or ici nous allons repartir dans une spirale d’endettement.

    Par ailleurs, n’y a-t-il pas d’autres projets plus utiles pour les citoyens ?

    L’église de Nandrin, propriété communale, mérite également réflexion. »

    Article de  A.G 

    L’article complet et les réactions dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

  • Déviation annoncée sur la route du Condroz N63 à Nandrin

    Lien permanent

    DSC_1034.JPG

    Déviation annoncée sur le route du Condroz N63 de Nandrin en raison de travaux sur la rue de Dinant !!!

  • Travaux rue Rolée à Nandrin

    Lien permanent

    DSC_0090.JPG

    Nandrinois attention la rue rolée est en travaux !!! 

    Entre l'école Saint Martin et la bas de la rue !!!

    Voir l'album photo clic ici 

     

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/travaux-rue-rolee-a-nandrin/

  • Une crèche privée route du Condroz à Nandrin

    Lien permanent

    surce sudinfo n 63.JPGLe Collège n’a pas suivi l’avis de la Région : le permis est accordé

    L e terrain inoccupé et le petit parking en face du rond-point des Vaches laisseront bientôt place à de nouvelles surfaces commerciales. 1.080 m2 de commerces avec des bureaux à l’étage sont prévus dans le permis accordé par le Collège nandrinois, en dépit de l’avis défavorable du fonctionnaire délégué de la Région wallonne. Le promoteur BMB nous annonce l’ouverture d’une crèche pour 24 bambins, ainsi que d’un salon de coiffure et d’une boulangerie-croissanterie.

     

    Le Collège communal nandrinois vient d’accorder le permis au promoteur BMB pour la construction de 2 x 540 m2 de surfaces commerciales au rond-point des Vaches, route du Condroz à Nandrin.

    Le dossier a mis du temps à aboutir, le premier et le second projet ayant jusque-là été rejetés par la majorité.

    «À l’inverse de la première demande de permis qui concernait une crêpe sur un seul niveau complètement fermé, le bâtiment comprend ici trois petits volumes sur deux niveaux.

    Nous préférons cette configuration qui s’intègre mieux au paysage », commente Charlotte Tilman, échevine de l’urbanisme à Nandrin.

    Le Collège a donc décidé de ne pas suivre l’avis défavorable du fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui préconisait un grand volume fermé sur deux niveaux.

    « Cela aurait trop écrasé le carrefour. Depuis le premier projet, beaucoup de corrections ont été apportées par le promoteur, il a fait de beaux efforts », justifie Charlotte Tilman.

    «Au terme de l’enquête publique, trois réclamations de riverains ont été introduites. Elles étaient en relation avec des propriétés privées », ajoute-t-elle.

    Au printemps prochain, devrait donc démarrer la construction de ces nouveaux commerces. Mais aussi l’aménagement d’un parking à usage public de 50 places.

    « C’est une condition au permis. En plus de leur propre parking, ils doivent créer un parking multimodal et verdurisé, avec une borne de recharge électrique, sur le terrain du MET. Ce parking est destiné au public qui pourra s’en servir pour le covoiturage », indique-t-elle.

    Il remplacera le petit parking actuel.

    « Celui-ci, en macadam, n’est ni joli ni pratique. » Quels commerces verront le jour dans ce nouveau mini-complexe ?

    « Je l’ignore, nous ne pouvons pas décider de l’occupation des surfaces », répond l’échevine.

    Renseignements pris auprès du promoteur BMB (Benelux Master Builders), le salon de coiffure Coiff’Men et une boulangeriecroissanterie au moins occuperont le rez-de-chaussée tandis qu’une partie de l’étage (250 m2 ) sera transformée en crèche privée pour 24 enfants.

    « Je préfère ne pas dévoiler les enseignes pour l’instant, pour la crèche, il s’agit d’un grand groupe. Quant au reste des surfaces, nous sommes en négociation.

    Il s’agira en tout cas de petits commerces complémentaires par rapport à ce qui existe déjà route du Condroz, en misant sur l’hyperproximité. Pas d’alimentaire donc », indique Bastien Binet, administrateur de BMB, forcément ravi de l’obtention du permis.

    « Cela faisait longtemps qu’on l’attendait… »

    Source Sudpresse Sudinfo article de  ANNICK GOVAERS

     

    http://journal.sudinfo.be/

  • Nandrin Feu vert pour la création du trottoir

    Lien permanent

    conseil communal du 26 oct.JPG

    Les élus ont voté l’élargissement du domaine public, préalable au permis Tige des Saules.

    Le projet de construction rue Tige des Saules est revenu sur la table du conseil communal, ce lundi soir, non pas sur l’objet même des logements sociaux mais sur l’élargissement du domaine public afin d’y aménager un trottoir. Une étape préalable à l’octroi potentiel du permis d’urbanisme par la Région.

     

    Le dossier des huit logements sociaux prévus rue Tige des Saules (dont quatre devraient être rattachés à la future résidence-services, selon la volonté du Collège) avance. Lundi soir, les élus nandrinois ont approuvé par 9 voix positives contre 3 abstentions de Tous Ensemble et 3 « non » de PourNandrin, l’élargissement du domaine public, soit la réalisation d’un trottoir de 46,61 mètres.

    Ce chemin à Yernée Fraineux passe donc du domaine privé de la commune au domaine public.

    Un élément clé du potentiel futur permis d’urbanisme. « Si le Conseil s’était prononcé contre cet élargissement, soit Meuse Condroz Logement pouvait introduire un recours auprès du ministre Di Antonio, soit elle acceptait de réaliser le trottoir sur fonds privés mais alors, il ne pourrait pas être utilisé par le public, ce qui serait dommage », commente Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

    ENQUÊTE PUBLIQUE : 55 RÉCLAMATIONS

    Le projet de la majorité n’a pas laissé les riverains indifférents, suscitant inquiétudes et incompréhensions. Au terme de l’enquête publique, 55 réclamations avaient été introduites auprès de la commune. « L’enquête publique portait sur l’élargissement de la voirie, ainsi que sur la profondeur de construction.

    Le premier point devait passer au conseil communal, l’autre fera l’objet d’un avis du Collège.

    C’est la Région qui, in fine, rendra la décision finale.

    Le Collège ne rend qu’un avis, qui sera positif car nous souhaitons augmenter le nombre de logements sociaux à Nandrin, conformément au plan d’ancrage voté en 2011 », souligne Charlotte Tilman.

    Dans la foulée de l’enquête publique, une réunion de concertation a été organisée le 5 octobre dernier entre des représentants des riverains, les échevins Charlotte Tilman et Daniel Pollain, l’administration communale et Meuse Condroz Logement qui porte le projet.

    Suffisant pour apaiser les craintes des habitants ? «Il y a une volonté de rencontrer les desiderata de la population en adoucissant l’impact du bâtiment dans le permis.

    Par exemple, le reculer par rapport au front bâti, changer les matériaux, ajouter de la verdure…

    Nous allons transmettre ces éléments au fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui, seul, décidera d’accorder ou non le permis d’urbanisme. »

    Le dossier reviendra sur la table du conseil au moment de l’emphytéose avec Meuse Condroz Logement, probablement début 2016.

    Source sudpresse article ANNICK GOVAERS

    Journal en PDF

  • Nandrin Une commission sécurité-mobilité a été créée

    Lien permanent

    Pour répondre aux préoccupations des Nandrinois en matière de sécurité routière et de mobilité, une commission ad hoc vient créée.

    Elle rassemble la police, la DGO1 et DGO2 (soit la Région wallonne), le conseiller en mobilité de la commune, l’échevine Tilman et des représentants de riverains via le Conseil consultatif des aînés et la Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de la mobilité. L’objectif est de répondre aux interpellations de riverains et trouver des solutions d’aménagement justes et adaptées. Une adresse email a spécifiquement été créée pour recueillir les doléances : mobilite@nandrin.be.

    La première réunion de la commission s’est tenue le 8 octobre et concernait l’inquiétude de deux riveraines au sujet des marquages au sol pointillés tracés rue de la Chapelle et rue Baty Alnay, à Villers-le-Temple.

    « Devoir rouler au milieu de la route est plus dangereux qu’auparavant, ne réduit en rien la vitesse dans notre quartier et ne sécurise pas davantage les piétons ni les cyclistes», estiment-elles. «J’ai reçu les 2 riveraines.

    La voie centrale banalisée est encouragée par l’IBSR.

    On remarque un ralentissement de la vitesse et cela donne une meilleure place aux piétons et cyclistes. C’est efficace », conclut Charlotte Timan. 

    ANNICK GOVAERS

     

    Journal en PDF

  • Le Ministre René Collin a signé l'arrêté subsidiant le projet de hall relais à Nandrin

    Lien permanent

    i2.JPGBonne nouvelle ce jeudi matin 22 octobre 2015  pour le GAL du Pays des Condruses.

    Le Ministre René Collin a signé l'arrêté subsidiant le projet de hall relais à Nandrin.

    Une bonne nouvelle pour les producteurs locaux et un service de proximité supplémentaire en alimentation pour les consommateurs. 

     

    Source info: le Facebook de Philippe Dubois bourgmestre de Clavier 

     

    Voir aussi l'article 

    Le hall relais s’installera clic ici Espace Tige des Saules de Nandrin

  • Sécuriser les usagers faibles de la rue des 4 Bras Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    DSC_0766.JPG

    Ils sont la !!!!! 

    Qui, ? les piquets afin de sécuriser les usagers faible de la rue des quatre bras Villers le Temple Nandrin !!! 

     

    DSC_0764.JPG

    Les pointillés ont été tracés à Villers-le-Temple clic ici Nandrin

     

    Nandrin Une pétition sans réponse depuis… 10 ans clic ici !

     

    Nandrin 39.312 euros clic ici  pour la sécurité routière

  • Début des travaux pour le okay de Nandrin route du Condroz

    Lien permanent

    DSC_0197.JPG

    DSC_0196.JPG

    Début des travaux pour le okay de Nandrin route du Condroz 

    Création  d'un bassin de retenue 

    Nandrin Un Okay route du Condroz : l’enquête publique est lancée

     

  • Nandrin Le panneau du téléphérique a été retiré mais...

    Lien permanent

    2015-04-23 16.45.43.jpg

    Le retrait de certains panneaux installés le long de la Route du Condroz à Nandrin pour faire la promotion de la ville de Huy a débuté.

    Celui qui faisait la publicité du téléphérique, pourtant inaccessible depuis l’accident d’hélicoptère, a notamment été enlevé.

    Mais les deux piquets qui le soutenaient sont toujours bien en place...

    Source Sudinfo article de C.W

  • Nandrin Une pétition sans réponse depuis… 10 ans !

    Lien permanent

    Josianne Jaminon.JPG

    Depuis 2004, Josiane Jaminon veut sécuriser les rues des Quatre-Bras et Bois Goreux
     
    En 2004, cette mamy a collecté 68 signataires afin de conscientiser les responsables communaux au manque de sécurité routière. 
    Dix ans plus tard, elle attend toujours une réponse sur le terrain.
     
    Josiane Jaminon-Mantaux a 69 ans.
     Pas question pour cette mamy de baisser les bras en matière de sécurisation routière et de mobilité. La preuve ?
    Elle est membre du conseil consultatif des aînés à Nandrin,qui plus est, très active au sein de l’atelier « mobilité-sécurité ».
    Déjà en novembre 2004, sous une autre majorité communale,cette riveraine de la rue des Six Bonniers avait réussi à sensibiliser une septantaine de riverains quant au manque de sécurité aux abords des rues des Quatre-Bras et Bois de Goreux.
    Ils avaient adressé un courrier au collège des bourgmestre et échevins en invoquant,pour les piétons, «des manquements significatifs au niveau de l’éclairage, du marquage routier… Cette route, sans accotements stables, subit un trafic automobile
    assez dense. »
     Il lui fut répondu : «Nous prenons les dispositions nécessaires en ce qui concerne l’éclairage public et la pose de catadioptres. »
     
    « COÛTEUX DANS LE CONTEXTE ACTUEL »
     
    Six mois plus tard, Josiane Jaminon relance les responsables car elle ne voit rien venir. 
    Elle invite à réaliser un bandeau de cheminement piéton à l’aide d’un marquage au sol. 
    Il lui est signifié que le devis établi par l’ALE pour l’éclairage public est trop onéreux et qu’il n’y aura pas de marquage au sol car il induirait un faux sentiment de sécurité.
    Dix ans après, Josiane n’en démord pas. 
     
    Elle va adresser une carte anniversaire à la nouvelle majorité, une carte illustrée par un enfant qui joue au foot.
     
    Pourquoi ? 
    «Ils disent qu’ils n’ont pas les moyens or ils en ont trouvé pour refaire la buvette et les terrains de foot qui sont très bien éclairés ! »
     
     Elle souhaite que les responsables communaux se joignent à elle pour circuler, à pied, entre le quartier des Six Bonniers et la rue de Dinant menant à divers commerces de site des Quatre-Bras.
    «Ainsi ils se rendront compte ! »
    De son côté, le bourgmestre, Michel Lemmens (échevin sous l’ancienne législature) confie : «Nous avons rencontré l’IBSR. 
    Le marquage au sol tel que proposé n’est pas approprié.
     
     Aménager des trottoirs et y installer l’égouttage (avec réduction de la largeur de la voirie) s’avère trop coûteux dans le contexte actuel. 
    Par contre, cette rue est sélectionnée et deviendra une voie centrale banalisée, donc une bande centrale pour usagers motorisés, encadrée de part et d’autre par une bande signalée par pointillés destinées aux cyclistes et piétons.
    Cette année, nos finances devraient nous permettre de placer un point lumineux. 
    Un cheminement cyclo-pédestre sécurisé est prévu pour rallier la rue de Dinant avec ses commerces et le site du Péry, et de là rejoindre le quartier des Six Bonniers. » 
     
    Article pour le Journal La Meuse de KS

    4bras.JPG

  • Nandrin,L’administration ouverte le samedi

    Lien permanent

    alerte.jpg

    Les Nandrinois pourront bientôt accéder plus facilement aux bureaux administratifs de leur commune.
     Les horaires d’ouverture des services de la Population et de l’Urbanisme seront en effet élargis à 25h par semaine (au moins), soit 6h de plus, à partir du 1er janvier. 
    Le point figurait à l’ordre du jour du conseil communal,mardi soir.
    Ainsi, les bureaux ouvriront du lundi au vendredi à partir de 8h30 (30 minutes plus tôt) et seront accessibles l’après-midi (de 14 à 16h) les lundi, mardi et mercredi. 
    La permanence du jeudi soir reste d’actualité mais se termine désormais à 19h30.
     Et, nouveauté, l’administration ouvre ses portes le premier samedi du mois, le matin et sur rendez-vous (hors vacances scolaires). 
    «Il fallait répondre à la demande de la population. 
    De plus, avant, le travail administratif considérable justifiait la fermeture des bureaux au public l’après-midi.
     Aujourd’hui, grâce à l’informatisation de l’administration, ce n’est plus le cas. 
    L’ouverture à 8h30 est un plus pour les Nandrinois qui pourront passer à la commune avant d’aller travailler.
     Et si un étudiant en kot a besoin d’un papier, il pourra désormais prendre rendez-vous le samedi matin », précise Daniel Pollain, échevin de la gestion des ressources humaines.
    Par ailleurs, les statuts administratif et pécuniaire et le règlement de travail du personnel communal (une soixantaine de personnes) vont aussi changer. 
    «On répond à une circulaire de la Région wallonne et on en profite pour resserrer les boulons. 
    Je souligne qu’en période de crise, nous ne licencions personne, nous revalorisons au contraire certains barèmes pour une moitié du personnel.
     Nous uniformisons et réduisons le temps de travail à 37h/semaine (au lieu de 38), avec des aménagements », poursuitil.
    Par exemple, la journée de congé en cas de don de sang est supprimée. 
    Le vendredi de congé des ouvriers l’est aussi mais tout le monde termine à 13h le vendredi.
    L’horaire « hiver » (salage des routes etc.) sera désormais établi sur une semaine au lieu de deux, en fonction des conditions climatiques.
    «On s’aligne sur les règlements existants dans les autres administrations.
    Tout a été concerté avec les chefs de service, toutes les organisations syndicales et le CPAS même s’il n’est pas directement concerné. » 
     
    Article de ANNICK GOVAERS pour la Meuse 
     

    Journal en PDF

    Mercredi 22 Oct. 2014

    Mercredi 22 Oct. 2014

  • Nandrin :Plus d’argent pour le rond-point du Monastère

    Lien permanent

    2102014.JPG

    Les trois giratoires promis, route du Condroz, sont concernés

     

    Alors que la route du Condroz reste une des plus dangereuses de l’arrondissement de Liège, on vient d’apprendre que les trois ronds-points prévus pour réduire la vitesse des véhicules et sécuriser les usagers faibles sont reportés aux calendes grecques.
     
    C’est la députée libérale wallonne (et conseillère communale de Neupré) Virginie Defrang-Firket qui a posé la question lundi au nouveau ministre des travaux publics Maxime Prévot.
    « Est-il vrai que le rond-point prévu au carrefour dit « du Chêne Madame », celui au carrefour à feux dit « des Sept Fawes », ainsi que celui de Nandrin dit « du dancing du Monastère » ne se feront pas comme prévu car la Sofico n’a plus les moyens financiers pour les réaliser
    ? »
    Et la réponse ministérielle a confirmé ses craintes.
    1. Pour le double giratoire du « Chêne Madame », il s’agit d’un projet de 1,7 million,avec un passage inférieur pour les piétons et les cyclistes et de nombreux aménagements périphériques.
    L’octroi du permis n’a pas abouti car le restaurant « À propos » a demandé une révision du projet pour être moins impacté.
    2. Pour le giratoire des « Sept Fawes »,l’estimation des travaux est de 500.000 euros et le permis a bien été octroyé en octobre 2012.
     Il faut déjà penser à le renouveler 
    3. Quant au giratoire du carrefour « du Monastère », il coûtera aussi 500.000 euros et le permis a été octroyé en juillet 2014.
    PAS ASSEZ D’ARGENT À LA SOFICO
    « Malheureusement, explique le ministre Maxime Prévot, le précédent gouvernement wallon n’a pas pu les intégrer dans son Plan routes, compte tenu de la situation budgétaire de la Sofico.
     Un autre Plan routes va être réalisé en seconde partie de législature. »
    Soit une réouverture des discussions qui n’est pas prévue avant 2016… 
    En attendant, le ministre propose que la police effectue régulièrement des contrôles de vitesse, en plus du radar fixe déjà en place.
     Il parle également de radar « feu rouge » lançant directement à la phase rouge le feu qui suit. 
    Et il rappelle que des aménagements de sécurité ont déjà été réalisés ces dix dernières années sur la route du Condroz, notamment aux carrefours de Plainevaux et de Rotheux.
    « Rien de concret à l’horizon », conclut donc la députée Virginie Defrang-Firket, alors qu’il y a des accidents quasi chaque week-end et des morts quasi chaque année. » 
     
    Article de LUC GOCHEL pour le journal la Meuse H-W du 2 octobre 2014 

    ournal en PDF

    Jeudi 2 Oct. 2014

    Jeudi 2 Oct. 2014

  • « J’ai perdu des vaches à cause d’eux » Nandrin (Saint-Séverin)

    Lien permanent

    st s 2 avril 2014.JPG

    Le fermier répond aux plaintes des riverains

    Dans une précédente édition, nous relations l’énervement des riverains de la rue du Moulin de Falogne à Nandrin.
     Ils se plaignaient de l’état crasseux de la rue « 365 jours par an ». 
    Le fermier Dieudonné a tenu à expliquer plus en détails sa version de l’histoire. 
    Selon lui, c’est la lenteur de la commune pour réparer la canalisation et l’attitude déloyale des riverains qui ont retardé la construction de son étable.
     
    C’est en compagnie de son avocat Geoffroy Van Cutsem que Bernard Dieudonné, dossier à l’appui, tient à prouver sa bonne foi.
    « Certains le font passer pour un fermier tout-puissant qui fait régner sa propre loi. 
    Or, c’est le contraire. Son projet est valable et on l’empêche de le réaliser », plaide son conseil.
    C’est en août 2008 que tout commence.
    L’agriculteur de Neupré demande un permis d’urbanisme à la commune pour construire une étable destinée à un élevage bio de vaches Salers, rue du Moulin de Falogne. 
    Un terrain de 12 ha en pente avec ruisseau qui appartient à la famille Dieudonné et que celle-ci souhaite exploiter. 
    Le permis est accordé le 13 novembre 2008.
     Le permis est valable 5 ans et des travaux doivent être entrepris endéans 2 ans. 
    C’est là que le bât blesse. 
    Selon Bernard Dieudonné, il a bien commencé les travaux à temps. 
    «On avait mis de l’empierrement et des pieux pour la charpente.
    Seulement, on a constaté qu’il y avait des écoulements d’eaux usées sur le terrain, venant de l’amont. 
    On a interpellé la commune en juin 2010 car il était impossible de couler la chape de béton avec cette eau. 
    Pas de réponse.
    On a envoyé un rappel. Des riverains se sont coalisés et ont envoyé une lettre à la commune en novembre 2010. »
     Pour Dieudonné, ce courrier pourrait avoir influencé l’autorité communale.
    «Lucien Moreau est le beau-père du ministre Henry et Roger Croughs,l’ancien directeur général d’Intradel,malgré ses démêlés judiciaires,a le bras long.., glisse Geoffroy Van Cutsem. 
    Ils veulent couler une retraite paisible à la campagne. »
     En novembre 2010, la commune répond.
    «Elle dit qu’il s’agit d’eau claire et ne s’en inquiète pas. »
    Les travaux se poursuivent «par la structure métallique » en juillet 2011. «Le 15 juillet 2011, la commune ordonne l’arrêt des travaux,arguant que ceux-ci n’ont pas commencé dans les 2 ans.
     Nous avons été en justice et avons gagné.
     Aussi en appel. 
    Mais tout cela a bloqué les travaux... Et l’eau continuait à couler !
     On a fait faire une analyse et vu les déchets (excréments, détergents etc) découverts, j’ai perdu l’appellation bio pendant 2 ans !
    Un expert a trouvé l’origine des écoulements et la commune a fini par réparer la canalisation défectueuse de la rue. »
    En attendant, les vaches ont passé deux hivers (2010-2011) dehors.
    «Je n’avais pas d’autre endroit où les mettre et on ne peut mélanger deux cheptels. Conséquences : 2 vaches sont mortes (1 autre a failli) et il y a eu 3 avortements. 
    Et puis la perte du statut bio nous a causé préjudice.
    Deux experts doivent d’ailleurs chiffrer les dommages. »
    Aujourd’hui, les travaux ne sont toujours pas terminés et le permis est périmé. 
    Une nouvelle demande a été introduite... 
     
    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse H-W du 2 avril 2014 
     
     
    LES RIVERAINS
     
    « C’est de la diffamation »
    Le riverain Roger Croughs dément avoir d’une quelconque façon tenté d’influencer la décision communale.
    «Si Bernard Dieudonné dit ça, je porte plainte pour diffamation.
    C’est absolument faux. En plus,l’urbanisme n’a rien à voir avec les déchets que je sache.
     Quant à M. Moreau et son beau-fils, Ecolo n’était pas encore dans la majorité communale à l’époque.
     Bernard Dieudonné se croit juste tout permis, c’est à lui de se mettre en ordre avec le règlement d’urbanisme.
     Et je souligne que je n’ai rien contre les agriculteurs, je connais tous ceux de Nandrin et je préfère même avoir des vaches devant chez moi que des maisons.»
    Un autre riverain réagit : «La commune a suffisamment de litiges avec M. Dieudonné pour se positionner sans une intervention des riverains...
    On est plutôt entre les deux camps qui jouent au ping pong. » 
    Article de A.G.
     
    LE BOURGMESTRE
    « Une histoire de gros sous »
     
    Le bourgmestre nandrinois et ancien échevin des travaux, Michel Lemmens, ne souhaite pas entrer dans les détails concernant ce dossier.
     Il confirme que la pollution détectée (savon...) provenait d’une canalisation, aujourd’hui réparée.
    Il dénonce néanmoins des revendications financières «hors normes » du fermier neupréen. 
    «On conteste le rapport d’expertise. » 
    Et pointe les infractions urbanistiques de l’étable.
    Article de A.G.