Météo

  • Une nouvelle tempête s’abat sur la Belgique ce dimanche !!!

    Lien permanent

    David Dehenauw confirme sur Twitter !

    Des vents moyens de 9 Beaufort (Bft) ont été mesurés dimanche matin au poteau Westhinder en mer du Nord, indique le météorologue de l’IRM (Institut royal météorologique de Belgique) David Dehenauw sur Twitter.

    On peut donc désormais parler d’une tempête en Belgique.


    Cette tempête avait été annoncée et le numéro 1722 pour les situations non-urgentes a été activé dès samedi soir.
    Le vent sera modéré à généralement assez fort avec des rafales de 85 à 90 km/h.

    Elles pourront atteindre 95 à 100 km/h le long du littoral.

     

    Source

  • Ça va assurément secouer le week-end prochain, après Ciara et Dennis, voici Ellen !!!

    Lien permanent

    Après Ciara et Dennis, voici Ellen: ça va encore souffler le week-end prochain!

    On ne sait pas si on pourra parler de tempête mais le week-end prochain sera à nouveau mouvementé.

    Alors que l’on digère à peine les rafales de Dennis, alors que les dégâts provoqués par Ciara sont encore bien visibles par endroits, notre pays va devoir faire face à un nouveau week-end venteux.
     
    En effet, si on ne peut pas encore parler de tempête – il faut pour cela que la vitesse de 9 beaufort soit atteinte – ça va assurément secouer le week-end prochain : « En principe, ça ne devrait pas être une tempête », assure Frank Duboccage, Monsieur météo de VTM, à nos confrères du Laatste Nieuws.
     
    « Mais pour Dennis, on ne pensait pas non plus que les vents seraient finalement si puissants, et finalement ce fut le cas. Et par endroits, et à certains moments, la tempête Dennis a été plus forte que Ciara ».
     
    Le week-end prochain, une nouvelle dépression, nommée Ellen, devrait en effet frapper notre pays et une partie de l’Europe.
     
    « Pour l’instant, on part sur des rafales de vents qui vont de 80 à 90 km/h », explique le météorologue.

    Bref, il va encore falloir s’accrocher…
     

     

  • Tempête Dennis on doit encore attendre l’arrivée du front froid vers 21h ou 22h sur l’axe Liège-Saint-Hubert

    Lien permanent

    Le temps est tempétueux depuis ce matin, mais en fin d’après-midi et ce soir que les rafales les plus puissantes sont attendues sur notre pays.

    Le vent souffle aux quatre coins de la Belgique depuis ce matin. Les pompiers sont en intervention un peu partout et les dégâts sont déjà considérables par endroits.
    Et pourtant, comme l’a expliqué David Dehenauw ce midi sur le plateau du RTL Info 13h, le « pire » est à venir. Si l’intensité des rafales devrait être moindre par rapport à la semaine dernière et la tempête Ciara, l’arrivée d’un front froid dans l’après-midi va renforcer le vent.
    Tempête Dennis: l'analyse météo de David Dehenauw


    Celui-ci arrivera par la côte avant de passer par le centre du pays et, en fin de soirée, traversera la région liégeoise : « On doit encore attendre l’arrivée du front froid était vers 16h ou 17h à la Côte.
    Vers 19h sur l’axe Bruxelles-Charleroi, et à 21h ou 22h sur l’axe Liège-Saint-Hubert », a expliqué le spécialiste de l’IRM à nos confrères.
    Concrètement, de fortes rafales sont attendues, mais celles-ci seront accompagnées de pluie.
    La situation se calmera ensuite : « Après, le temps se calme un petit peu avec encore des rafales entre 60 et 80 km/h, donc pas vraiment un temps calme, mais le pire sera passé après le passage du front froid tard l’après-midi et ce soir ».

    Quelques jours après Ciara, c’est au tour de la tempête « Dennis » de faire son passage sur la Belgique.

    Si Dennis s’annonce moins intense que Ciara , on devrait malgré tout connaître des rafales de vents atteignant les 100 km/h.

    Des premiers dégâts sont déjà observés aux quatre coins de la Belgique.

    De quoi donner du fil à retordre aux pompiers qui ont déjà procédé à de nombreuses interventions.

     

    Source

     

     

  • La tempête DENNIS arrive sur la Belgique ce dimanchele numéro d’urgence 1722 activé

    Lien permanent

    Mêmes consignes que dimanche dernier, CIARA ,  pour les vents forts de la tempête DENNIS !! Évitons les bois !!!
    Soyons attentifs à nos animaux domestiques !!! surtout !!!
    Ne laissons pas dehors tout ce qui peut s’envoler autour de nos maisons !!!
    Adaptons notre vitesse de conduite et évitons les déplacements qui ne sont indispensables exemples Bois etc 
    Appelons, si danger sur la route, la police au 101, le 112 en cas de besoin d’ambulance ou des pompiers et le 1722 pour les interventions des pompiers non urgentes.

     

    Info 16 fvrier 2020 tempête DENNIS à 12h 45,

     

    Arbre sur la route Vallée Hoyoux 

    16 f dennis 1.JPG

     

     

     

     

    Des rafales de vent de 70 à 90 km/h sont prévues aujourd'hui dimanche sur tout le pays.

    Localement, des pointes proches de 100 km/h ne sont pas exclues.


    Le numéro 1722 a pour objectif de désengorger les centrales d’urgence 112 et de ne pas faire attendre les personnes dont la vie est en danger. Il ne s’agit pas d’un numéro d’urgence.


    Seuls les numéros 112 (pompiers, ambulance) et 101 (police) sont des numéros d’urgence. Le numéro 112 ne doit donc être composé que si une vie est potentiellement en danger.


    « Les centrales d’urgence 112 et les pompiers donnent toujours la priorité aux personnes dont la vie est potentiellement en danger.

    Ils analysent les situations au cas par cas et déterminent qui doit être aidé en premier. Pendant une tempête ou une inondation, ils doivent traiter beaucoup de demandes en même temps.

    Le numéro 1722 a pour objectif de désengorger les centrales d’urgence 112 et de ne pas faire attendre les personnes dont la vie est en danger. Il ne s’agit pas d’un numéro d’urgence », explique le SPF Intérieur.

    L’activation du numéro 1722 est préventive lorsqu’une tempête ou une inondation est annoncée.

     

    « Cette activation ne présage en rien la gravité de l’avertissement et l’ampleur des dégâts éventuels », rappelle encore le SPF Intérieur.

    Source

    Les rafales de vent pourront atteindre 80 à 100 km/h, dimanche, selon les prévisions de l’Institut royal météorologique (IRM).
    Une alerte jaune a donc été émise pour l’ensemble du pays, depuis la nuit dernière jusqu’à ce soir 23h. Le temps sera, par ailleurs, très nuageux et le pays traversé de l’ouest vers le centre dans l’après-midi par une zone de pluie active.
    Il fera très doux pour la saison, avec des maxima oscillant entre 11 et 16 degrés. Le vent de secteur sud-ouest soufflera fort voire très fort.
    La perturbation quittera le pays par l’est vers minuit. Le temps redeviendra sec sur la majorité des régions, sous des minima de 3 degrés en Hautes-Fagnes à 7 degrés dans le centre. Le vent, de secteur sud-ouest, deviendra progressivement modéré à l’intérieur du pays mais restera assez fort à fort au littoral. Des rafales jusqu’à 90 km/h sont attendues, qui diminueront ensuite aux alentours de 50 km/h.
    La semaine débutera avec une nébulosité variable et des averses, principalement dans l’après-midi. Du côté des températures, le thermomètre affichera entre 6 et 10 degrés.
    Quelques éclaircies devraient intervenir mardi, qui alterneront avec des passages nuageux pouvant être porteurs d’averses. Celles-ci pourraient revêtir un caractère hivernal en Ardenne. Le mercure atteindra 4 à 9 degrés.
     
  • Tempête de grêle à Nandrin aujourd'hui 11 février 2020

    Lien permanent

    Il était plus ou moins 13 h aujourd'hui 11 février 2020 quand une tempête de grêle à balayé Nandrin .

    gre 3 .jpg

    gre2 (2).jpg

    gre4.jpg

  • Dégâts importants rue sur haies à Nandrin suite à la tempête Ciara en photos

    Lien permanent

    La tempêté Ciara laisse un triste paysage dans la rue sur haies de Nandrin .

    Le passage de la tempête à fait comme un couloir dans la sapinière .

    Laissent une image de désolation .

    Les photos parleront d'elle-même L'Album clic ici

     

     

  • Voici quelques mesures avant, pendant et après la tempête Ciara

    Lien permanent

     
    La tempête Ciara va toucher la Belgique ce dimanche. L’IRM a d’ailleurs lancé une alerte orange vent pour l’ensemble du pays. Voici les conseils des pompiers qui pourront, sans aucun doute, vous épargner de nombreux dommages
     
    Les vents violents sont des phénomènes imprévisibles qui peuvent être dévastateurs et occasionner de nombreux dégâts. Bien qu’on ne puisse pas toujours les prévoir, quelques mesures préventives peuvent vous épargner de nombreux dommages. Vous trouverez sur cette page quelques exemples de recommandations qui peuvent vous être utiles.
    Avant la tempête
    En tout temps, vérifiez qu’aucune tuile ne se détache, faites contrôler régulièrement l’état de votre cheminée, attachez la citerne à mazout et bouchez les ouvertures, placez des parafoudres aux prises : ils protègent contre les surtensions provoquées par la foudre sur le réseau d’électricité.
    À l’annonce d’une tempête, r entrez tout ce qui peut être emporté par le vent, fermez portes et fenêtres, é teignez ordinateur(s) et télévision et débranchez les appareils électriques et rentrez vos animaux domestiques.
    En cas d’alerte de tempête, informez-vous et restez à l’écoute des médias et des recommandations des autorités.
    Votre maison est maintenant en sécurité ? N’hésitez pas à apporter de l’aide à vos voisins, si nécessaire.
    Pendant la tempête
    En rase campagne, ne vous abritez jamais sous un arbre lors de grands vents. Restez à l’intérieur et ne sortez qu’en cas de nécessité.
    Si vous devez absolument sortir pendant une tempête Évitez de toucher des fils électriques au sol, car ils peuvent être sous tension.
    Si vous devez vous déplacer. Conduisez principalement sur les routes prioritaires et évitez les trajets par les bois. Ne stationnez pas votre véhicule à proximité d’arbres.
    Il se peut qu’une tempête soit accompagnée de pluies diluviennes ou d’orage, dans ce cas : Évitez de conduire sur les routes inondées.
    Rentrez dans le bâtiment le plus proche mais ne vous abritez jamais sous un arbre. Débranchez les radios et les téléviseurs et écoutez les bulletins météorologiques sur votre radio à piles ou gsm.
     
    Après la tempête
    Votre toit endommagé  ? Les services de secours pourront évaluer la nécessité de recouvrir certains toits endommagés à l’aide de bâches (solution temporaire). Ne reportez pas la réparation d’un toit endommagé, cela ne peut que vous amener des problèmes supplémentaires. Orientez-vous rapidement vers des entrepreneurs privés.
    Si la tempête a charrié des débris, informez-vous auprès de votre commune afin de savoir si un ramassage est prévu.
    Appelez le 1722 pour des interventions non urgentes des services d’incendie (chute d’arbre…). Si votre zone de secours a ouvert un e-guichet ou un numéro de téléphone, vous pouvez aussi vous y adresser directement. Gardez le numéro d’appel d’urgence 112 libre pour les personnes en danger de mort.
    Prenez au plus vite contact avec votre assureur. Il pourra répondre à toutes vos questions et vous aidera à lancer la procédure de règlement du sinistre.
    Prenez des photos des endroits endommagés : elles pourront être utiles pour la constitution de votre dossier d’assurance.
    Informez-vous après des autorités afin de savoir si le Fonds des Calamités interviendra.
     

  • le Fond d’Oxhe ainsi que les voiries vers Yernée, Nandrin et Modave seront fermées en fonction de l’évolution de la tempête aujourd'hui 9 février 2020

    Lien permanent

    Information importante.

    Bonsoir à toutes et tous. Etant donné l’alerte IRM, par mesure de précaution et en accord avec les communes de Nandrin et Modave, nous fermerons demain en fonction de l’évolution de la tempête, le Fond d’Oxhe ainsi que les voiries vers Yernée, Nandrin et Modave; ainsi que la Chaussée Romaine et la rue Trixhelette (à l’exception des circulations locales exceptionnellement autorisées bien entendu). Pensez également à vos mobiliers de jardin et autres objets potentiellement volants et merci de ne pas sortir vos poubelles trop tôt. Bon dimanche malgré tout.

    Par le Bourgmestre d'Amay Monsieur Jean Michel Javaux 

     

     

  • Tous les matches officiels et amicaux ainsi que D1A et D1B de dimanche, dont Standard-Bruges, sont annulés

    Lien permanent

    Toutes les rencontres de Jupiler Pro League et de Proximus League prévues dimanche ont été reportées à cause du passage de la tempête Ciara.


    L’Institut royal météorologique a émis samedi une alerte orange pour le vent pour la journée de dimanche, avec un risque de dégâts élevé sur tout le pays. Elle débutera à 10h00 pour prendre fin lundi matin à 11h00. La force du vent augmentera rapidement dimanche et l’IRM prévoit déjà dans l’après-midi des rafales de 80 à 110 km/h et un risque de dégâts par endroits.


    L’Union belge de football a donc décidé, en concertation avec l’IRM, de reporter l’ensemble des matches, dont le choc entre le Standard de Liège et le Club de Bruges. Deux autres matches de D1A étaient prévus dimanche : Antwerp – Genk et Waasland-Beveren – Courtrai. En D1B, le match Westerlo – Lokeren était au programme.

    Les rencontres de D1, D2 et D3 amateurs ont également été reportées

    Suite aux dernières informations météorologiques et l'alerte orange décrétée dès 10 h 00, le comité Provincial décide la remise de tous les matches officiels et amicaux de Dimanche 9 février 2020 

    Source 

     

     

  • Attention les parcs et cimetières liégeois fermés à cause de la tempête

    Lien permanent

    En raison de la venue de la tempête Ciara, les parcs et les cimetières seront fermés à Liège.

    De même que le boulevard de l’Ourthe.


    Ce week-end, la tempête Ciara va frapper l’Europe et la Belgique ne sera pas épargnée.

    Ce dimanche, des rafales de vent allant jusqu’à 120km/h vont toucher le pays.


    L’IRM n’a pas encore lancé d’alerte, mais celle-ci ne saurait tarder.


    A Liège, en raison des vents forts annoncés en fin de week-end, les parcs et cimetières seront ainsi fermés ce dimanche 9 février à partir de l’après-midi.

     

    Par mesure de précaution également, le boulevard de l’Ourthe sera également fermé à la circulation.

    Par L.C.

     

    Source

  • Soyez prévoyants la tempête Ciara va frapper la Belgique ce week-end!

    Lien permanent

    La tempête Ciara va frapper l’Europe de l’ouest ce dimanche. Et la Belgique ne sera pas épargnée.

    La Belgique va être frappée par une première tempête en cette année 2020. Les journées de dimanche (surtout) et lundi seront en effet décoiffante à cause de la tempête Ciara, qui est en train de se former dans l’Atlantique nord.

    Selon la chaîne météo, ce sont les îles Britanniques qui seront les plus touchées, avec des rafales allant jusqu’à 180 km/h, mais il faut tout de même s’attendre à des coups de vent allant jusqu’à 120 km/h à la mer du nord et, donc, à la côte belge. Mais il fera venteux sur toute la Belgique : « Sur tout le pays, on attend des vents atteignant la vitesse de 6 beaufort, et jusqu’à 10 beaufort à la mer du Nord. Et il va pleuvoir sérieusement », explique David Dehenauw, le Monsieur météo de RTL-TVI et de l’IRM, à nos confrères du Laatste Nieuws.

    Selon lui, une bonne partie du pays devra faire face à des rafales jusqu’à 100 km/h. Et cette vitesse-là, des toitures peuvent s’envoler et les enfants ont des difficultés à rester debout.

     

    L’IRM n’a pas encore lancé d’alerte, mais celle-ci ne saurait tarder. Mais soyez attentifs aux prévisions dans les prochains jours si vous avez des activités prévues dimanche.

    Source

  • Les incontournables tendances saisonnières pour les trois prochains mois

    Lien permanent

    MeteoBelgique a publié ses incontournables tendances saisonnières pour les trois prochains mois. Ils concernent donc le dernier mois hivernal météorologique (février) et les deux premiers mois printaniers (mars et avril). Philippe Mievis constate, tout comme nous, qu’il n’y a pas encore eu le moindre flocon de neige cet hiver sur Uccle.
    « Il faut remonter à l’hiver 1989-90 pour une situation analogue qui fut d’ailleurs le seul cas depuis 1833 ».
    Mais, à l’époque, il y avait eu quelques précipitations neigeuses en février et en mars.

    « Si on n’enregistre aucun jour de neige (de novembre à avril), ce serait une première dans l’histoire climatologique d’Uccle ». Alors, possible ? « À part un refroidissement probable pour fin février et/ou début mars, la tendance sera toujours au temps doux et souvent perturbé, entrecoupé de quelques blocages anticyclonaux. Mais ceux-ci ne seront – encore et toujours cet hiver – pas bien placés pour nous garantir du temps vraiment hivernal ».

     Février. Le temps devrait osciller entre des périodes de temps perturbé et des périodes plus calmes sous influence anticyclonique. « Mais le maître mot restera encore et toujours la douceur, même s’il peut faire temporairement plus froid, selon le placement de l’anticyclone ».
    La fin de mois pourrait cependant être plus hivernale, précise Philippe Mievis.
     Mars. Un début de mois plutôt frais nous attend sous les giboulées… avant de reprendre dans la douceur et les perturbations. « Il y aura quelques périodes de temps plus calme et ensoleillé, surtout en fin de mois ».
     Avril. Il s’annonce assez mitigé. « Le temps s’annonce fort variable. Pour le véritable printemps, il faudra sans doute encore un peu attendre ».
    Par Pierre Nizet

    Source

  • Un hiver très, très doux et pas de neige

    Lien permanent


    Pour la première fois cet hiver, on peut affirmer qu’on a eu froid, hier.

    Le thermomètre est tombé à Uccle sous les moins deux degrés.

    Il était 8 h du matin et il faisait - 2,4º. Du côté de Dourbes, à 9 h, il faisait encore plus froid avec - 4,9º. Pour cette nuit passée, l’IRM prévoyait des minima entre - 7º et - 8º dans les Hautes Fagnes et dans le fond des vallées ardennaises.


    On ne battra donc pas le plus faible nombre de jours d’hiver cette saison. Un record qui date de l’hiver 2014 avec seulement 4 jours de gel observés à Uccle. Du côté de l’Observatoire Royal, on a déjà comptabilisé 5 jours d’hiver : le 29/12, le 1/1, le 19/1, le 21/1 et le 22/2.


    Le record ? 6,6º


    Pour rester dans les records, on a demandé à David Dehenauw son top 5 des hivers les plus doux jamais enregistrés en Belgique (toujours à Uccle). « Le record date de 2007 avec une moyenne enregistrée du 1er décembre au 28 février de 6,6º », explique le météorologue de Blankenberge.

    Suivent les années 2016 et 2014 avec une moyenne de 6,3º. Ensuite, il faut remonter plus loin dans le temps pour avoir le 4e et le 5e hiver le plus doux à Uccle. En 1990, la moyenne affichait 6,1º. En 1975, elle atteignait 5,8º.


    Un hiver « normal » a une moyenne de 3,6º. En général, c’est le mois de janvier qui est le plus froid (3,3º de moyenne), devant février (3,7º) et décembre (3,9º).

    On peut déjà annoncer que l’hiver cette année sera doux voire très doux. En décembre, la moyenne était de 5,9º soit deux degrés de plus que la normale.

    Le mois de janvier n’est pas encore terminé mais, au 20/01, la moyenne était de 6,6º, soit 3,3º de plus que la normale. Elle va chuter ces prochains jours avant d’à nouveau remonter.

    Figurez-vous qu’on prévoit un maximum de 11 degrés à Uccle mardi prochain et une température minimale de… 9 degrés !

    Quand on regarde les prévisions de l’IRM à 14 jours, il fera doux au moins jusqu’au 4 février.


    « Et la neige ? », demanderez-vous.

    Pour la basse et la moyenne Belgique, on ne voit rien arriver pour les deux prochaines semaines.

    « Il y a un petit risque pour la Haute Belgique pendant la transition », avance David Dehenauw. Cet hiver doux, on le doit à un grand anticyclone basé au-dessus de la moitié sud de l’Europe et à une dépression sur la moitié nord.

    « On a droit à des vents du secteur ouest ou sud-ouest ».


    Par Pierre Nizet

    Source

  • Conférence à l'occasion des 10 ans de Belgorage le 18 avril 2020

    Lien permanent

    Belgorage va fêter ses 10 ans  à cette occasionun évènement digne de ce nom à Wépion dans la salle LEVEL2. Au programme, des présentations de qualité, un déjeûner typique du terroir et la projection d’un court métrage sur les orages de la Tornado Alley sur grand écran. Les places étant limitées à 100 personnes, n’attendez plus et réservez votre place dès maintenant.

    Au programme

    9h30 : Accueil des participants à la conférence.

    10h00 : Exposé – Les orages notoires ayant sévi en Belgique.

    11h00 : Exposé réalisé par l’invité d’honneur, Marc Vandiepenbeeck (Ancien climatologue à l’Institut Royal Météorologique).

    12h00 : Repas – Show Cooking composé de produits du terroir (Un plat végétarien est prévu pour celles et ceux qui le souhaitent.).

    14h00 : Exposé – Les tornades et les rafales descendantes en Belgique.

    15h00 : Exposé – La Tornado Alley, une région aux Etats-Unis où les orages règnent en rois.

    16h00 : Pause café.

    17h00 : Projection – Court-métrage illustratif portant sur des observations orageuses réalisées dans la Tornado Alley aux Etats-Unis.

    19h00 : Fin de

    Le 18 avril 2020

    Salle Level2, rue Ry de Flandre 1, 5100 Namur (Wépion)

    Accueil à 9h30

    50€/personne – Tout compris (Accès à la conférence, repas chaud, pause café et boissons comprises)

     

    Réservations clic ici pour les infos 

     

    la conférence.

     

  • Voici les prévisions météo région par région des prochains jours

    Lien permanent

    Lundi matin, il conviendra d’être prudent suite à la présence de brouillard givrant par endroits et localement de plaques de givre ou de glace. Après la dissipation de la grisaille matinale, pouvant persister jusqu’en mi-journée dans certaines régions, le temps deviendra sec, calme, avec alternance d’éclaircies et de passages nuageux. Les maxima se situeront entre 2 degrés en Hautes Fagnes et 7 degrés à la Côte. Le vent sera faible à parfois modéré de secteur nord-est.

    Mardi à l’aube, les gelées seront quasi généralisées. La matinée sera froide avec quelques bancs de brouillard givrant ainsi que des nuages bas localement tenaces, surtout sur l’ouest et le nord-ouest du pays. En cours de journée, le temps deviendra ensoleillé. Les maxima oscilleront entre 2 et 5 degrés. Le vent sera généralement faible de direction variable.

    Mercredi matin, on note encore le risque de quelques bancs de brouillard givrant. Assez rapidement, beaucoup de nuages bas dériveront ensuite depuis la Mer du Nord, éventuellement accompagnés de quelques bruines. Dans l’extrême sud-est du pays, les éclaircies persisteront toute la journée. Les maxima seront compris entre 2 et 7 degrés.

     

    Source

  • Mais où est donc passé le gel hivernal?

    Lien permanent

    Vous l’avez sans doute déjà constaté, il ne fait vraiment pas froid pour le moment ! Et cela dure déjà depuis pas mal de temps. Pourtant, nous sommes bel et bien en hiver.


    Les trois mois de l’hiver météorologique sont décembre, janvier et février.

    En décembre, on ne peut pas dire que nous ayons eu froid avec une moyenne de 5,9 degrés enregistrés à Uccle. C’est 2 degrés de plus que la « normale ».

    « Il n’y a qu’un seul jour où on a enregistré une température sous le zéro degré, c’était le 29/12 avec -1,1º », rappelle le météorologue David Dehenauw. Depuis le début janvier, rebelote : on n’a eu qu’une seule fois une température sous le zéro à Uccle.

    C’était le 1er janvier avec - 0,7º. Le mois est loin d’être terminé mais allez voir les prévisions de l’IRM pour les quatorze prochains jours : du 8 au 21 janvier, on ne devrait pas avoir de températures minimales sous 1º. Aujourd’hui et demain, on prévoit d’ailleurs une température maximale de… 12 degrés !


    « Le record à Uccle pour un 8 janvier est 12,1º et, pour un 9 janvier, il est de 13,7º. Tous les deux remontent à 2007 », précise David Dehenauw. On ne sera donc pas loin de les battre.

    Quand au record du plus petit nombre de jours avec une température hivernale négative, il remonte à 2014. « Nous n’avions eu que 4 jours de gel ».


    Par Pierre Nizet

    Source

  • L’hiver? Pas pour tout de suite d’après les prévisions météo de Luc Trullemans!

    Lien permanent

    « La semaine prochaine il fera encore plus doux mais avec le retour de la pluie pour mardi. Pas vraiment de scénario hivernal en perspective avant le 15 janvier », résume Luc Trullemans dans son billet météo hebdomadaire.

     Lundi :
    Après une nuit relativement claire avec des minimales étant descendues entre 0 et 3º au sud du sillon Sambre et Meuse et entre 2 et 5º en plaine, cette journée sera très agréable avec beaucoup de soleil et des températures comprises entre 4 et 9º selon l’altitude. Avec l’approche d’un front froid sur les îles britanniques, le vent du sud deviendra à nouveau bien sensible avec des pointes de 30 à 50 km/h. Il pleuvra quelque peu la nuit suivante sous un vent soutenu avec petites rafales entre 35 et 55 km/h et des températures de 3 à 8º selon les endroits.
     
    Evolution pour la période de mardi jeudi prochain :
    Après le passage du front froid, nous aurons temporairement à nouveau une poussée anticyclonique sur le Golfe de Gascogne et la France mais d’autres perturbations atlantiques glisseront le long du flanc nord de cette zone et nous arroseront régulièrement en étant accompagnées d’une poussée de forte douceur océanique qui amènera les températures entre 9 et 13º en plaine et entre 6 et 9º en Ardenne.
     
    Tendance probable pour la période du 10 au 16 janvier :
    Sous une nouvelle influence anticyclonique, les perturbations devraient devenir moins fréquentes et moins actives avec donc graduellement moins de pluie dans un air également moins doux avec maximales entre 5 et 9º en plaine et de 2 à 5º en Ardenne.
    De petites gelées devraient également revenir en plaine en fin de période et pourront alors être plus modérées en Ardenne avec des minima entre -2 et -4º sur le relief de l’est.
     
  • Il ne devrait pas y avoir de neige en Belgique cet hiver!

    Lien permanent

    Il nous reste encore pratiquement trois mois d’hiver.

    Jusqu’à présent, le froid ne s’est pas vraiment installé.

    Et cela devrait continuer.


    Le mois de décembre a été généralement doux avec de nombreux épisodes pluvieux et un peu plus froid et sec sur la fin. Ce n’était pas vraiment l’hiver et Noël s’est plutôt déroulé au balcon.


    Mais que nous réserve la suite ?

    Selon les prévisions de Météo Belgique, on devrait poursuivre sur la même lancée pour les trois mois à venir, même en février.

    Et les perturbations devraient être moins actives : l’anticyclone des Açores sera souvent bien marqué et nous amènera de la douceur.


    D’autant que d’après les prévisionnistes, les descentes d’air polaire devraient concerner l’Europe de l’est plus que nos contrées.


    La perspective de voir un mois de février avec des surprises hivernales s’éloigne donc chaque semaine un peu plus. Météo Belgique souligne cependant que l’indice de fiabilité est encore faible.

     

    Janvier sera un mois doux et moins perturbé que décembre. Mais la grisaille sera souvent au rendez-vous. Fin du mois, il devrait faire un peu plus froid et on pourrait s’attendre à un peu de neige mais rien de bien méchant.
    D’autant que très rapidement le temps redeviendra doux.


    Ce temps doux perdurera au début du mois de février.

    Il devrait faire plus frais en seconde quinzaine du mois, alors que les précipitations deviendront moins fréquentes.
    Mais a priori, pas de réelle offensive hivernale ne semble à l’heure actuelle à l’ordre du jour.


    À noter que la fiabilité est faible concernant ces prévisions.

    Enfin, on devrait connaître un mois de mars classique avec quelques giboulées en début de période, avant un temps plus doux que la normale en deuxième partie de mois.
    Cette absence d’hiver, nous la connaissons de plus en plus régulièrement.
    L’année 2019 a d’ailleurs été la quatrième année la plus chaude à Uccle depuis le début des observations en 1833, selon le bilan climatologique de l’IRM.


    Les températures moyennes mensuelles étaient dans la plupart des cas supérieures aux valeurs normales, à l’exception de janvier, mai et novembre, où elles ont été plutôt inférieures.

    Et l’hiver 2019 a connu quelques records de températures, notamment le 26 février, avec le mercure qui a grimpé jusqu’à 20,2ºC à Uccle.


    C’est la première fois depuis 1901 qu’un « jour de printemps » était observé en Belgique en hiver.
    À l’inverse, la température la plus basse remonte au 22 janvier, avec -15,9ºC à Bütgenbach.

     

    Quant au mois de décembre, il fut plus chaud que la normale (5,9ºC en moyenne à Uccle). La température la plus élevée a été notée le 17 décembre, avec 16,6ºC à Liège.


    La neige est par contre tombée en 2019 : la couche la plus élevée a été mesurée le 30 janvier au Mont-Rigi (34 cm). Et début mai, des chutes de neige « exceptionnellement tardives » ont donné lieu à une couche de 8 cm de neige à Couvin et Verviers.


    Comme quoi, on ne peut vraiment plus se fier aux saisons !

    Par M.P.

    Source

    meteo janvier 2020.JPG

  • Douceur et éclaircies pour ce jour de Noël 2019

    Lien permanent

    Si des averses seront encore présentes sur l’est du pays ce mercredi, des éclaircies feront leur apparition au-dessus des autres régions, particulièrement dans l’après-midi, indique l’IRM dans son bulletin météo

    Fin de l’alerte météo: douceur et éclaircies pour ce mercredi de Noël, voici les prévisions météo région par région

    Ce jour de Noël, il y aura des passages nuageux étendus parfois porteurs d’averses, surtout sur la moitié est du pays. Dans l’ouest, le temps restera généralement sec avec quelques éclaircies plus probables l’après-midi. Les températures évolueront à peine et seront comprises entre 5 ou 6 degrés sur les hauteurs ardennaises et 8 ou 9 degrés dans l’ouest. Le vent sera généralement modéré, et encore assez fort au littoral en début de journée, de secteur ouest à nord-ouest. En fin de journée, le vent diminuera en force.

     


    Ce soir et cette nuit, le temps deviendra calme et sec mais souvent nuageux dans l’ensemble du pays. Du brouillard ou de la brume pourront se former surtout dans la moitié est du pays, et pourront même devenir givrants au sud du sillon de Sambre-et-Meuse. Les minima seront compris entre -1 et -2 degrés en Hautes-Fagnes et 5 ou 6 degrés dans le nord-ouest. Le vent deviendra faible et reviendra du secteur ouest au secteur sud-est.


    Jeudi
    Jeudi, le temps sera partiellement nuageux à souvent très nuageux. Dans le courant de l’après-midi, de faibles pluies pourraient nous atteindre par l’ouest, suivies d’une perturbation plus active durant la nuit. Les maxima se situeront entre 3 et 6 degrés et le vent soufflera de manière faible à principalement modérée de secteur sud.


    Vendredi
    Vendredi, la nébulosité sera d’abord abondante avec des périodes de pluie. L’après-midi, le temps deviendra plus sec et plus dégagé. Les maxima seront compris entre 4 degrés en Haute-Fagne et 8 ou 9 degrés en plaine. Le vent sera généralement faible et s’orientera au nord-est.

     

    Source

     

  • Pas de neige à Noël en route pour être la 3e année la plus chaude

    Lien permanent

    On n’était pas loin, hier, d’un record de température pour un 17 décembre à Uccle. Le thermomètre installé à l’Observatoire Royal est monté jusqu’à… 15,4°.

    Il était alors 13h et il ne fallait plus que 0,6o pour égaler le record de 2015.

    On peut quand même parler d’une température remarquable pour cette époque de l’année. Nous avons demandé à David Dehenauw de nous dire, deux semaines avant la fin de 2019, vers quelle température moyenne on se dirigeait.

    Et là, surprise.

    On va plus vers une moyenne de 11,4° pour l’année écoulée.

    «Selon les dernières prévisions, on pourrait atteindre les 11,7 degrés», explique le Côtier qui profite actuellement de quelques jours de vacances, après avoir fêté ses 49 automnes.

    «Cela ferait alors la troisième année la plus chaude après 2014 et 2018».

    Ces deux années-là, on avait atteint les 11,9 degrés.

    Hier, nous avons calculé d’autres paramètres. Au 16 décembre, on a récolté 771,4 mm de précipitations à Uccle. La moyenne pour une année normale est de 852,4 mm.

    On sera donc en deçà cette année. Idem pour le nombre de jours de pluie sur une année «normale».

    Au 16/12, il y en a eu 172, soit 27 de moins que la normale.

    On a eu beaucoup de soleil.

    1.731h et 28 min alors que la normale est de 1.544 h 35 min.


    PAS DE NOËL BLANC!

    En regardant les prévisions pour les deux dernières semaines de l’année, on peut affirmer avec certitude qu’il n’y aura pas de neige en plaine, ni sans doute ailleurs en Belgique, pour le réveillon de Noël. Et les chances d’en avoir au 31 décembre sont plus que minimes.

    Par P. N.

    Source

  • Des averses et des rafales de vent, voici les prévisions météo

    Lien permanent

    Quelques averses persisteront sur l’est de la Belgique jeudi matin, elles pourront adopter un caractère hivernal sur les sommets ardennais, prévoit l’Institut royal météorologique (IRM).
    La Belgique toujours en alerte jaune ce jeudi matin: des averses et des rafales de vent, voici les prévisions météo région par région

    Ailleurs, le ciel sera partagé entre éclaircies et champs nuageux avant que les pluies ne reviennent depuis l’ouest en fin de journée. Après une matinée fraîche, le thermomètre affichera de 0 à 6 degrés. Le vent se renforcera durant l’après-midi avec des rafales atteignant 60 km/h.

    .
    Nuages, pluies et averses rythmeront la soirée de jeudi, sous un vent temporairement assez fort avec par endroits des rafales de 75 km/h. Des flocons pourront venir recouvrir la Haute Belgique, avant l’arrivée d’air un peu moins froid en cours de nuit. La neige deviendra dès lors fondante ou se transformera en pluie. Il fera entre -1 et +5 degrés.
     
    Vendredi, le temps sera instable et venteux avec des périodes de pluie ou des averses, éventuellement hivernales sur les hauteurs de l’Ardenne. Les températures seront comprises entre 1 et 8 degrés. Le vent restera fort, avec des rafales de 60 à 70 km/h. Au littoral, elles pourront atteindre les 80 km/h.

    Samedi débutera sous la pluie avant que les éclaircies pointent le bout de leur nez dans l’après-midi. Le mercure oscillera entre 2 et 9 degrés. Le vent se renforcera encore, avec des rafales de 60 à 70 km/h à l’intérieur des terres et jusqu’à 90 km/h à la mer.
     
     

  • Il est un chasseur d’orages .....

    Lien permanent

    Originaire de Marchin, Attila est un chasseur d’orages

    Attila Fekete, 57 ans, a longtemps habité à Marchin avant de s’installer à Nivelles. Sa passion : photographier les phénomènes météolorogiques particuliers comme les orages, où les arcus, ces nuages en rouleau qui assombrissent soudainement le ciel.


    Certains en ont peur et se terrent sous la couette au moindre coup de tonnerre et puis d’autres les adorent.

    Attila Fekete est de ceux-là.

    Il ne sait pas très bien d’où lui vient sa passion pour les orages. Peut-être des étés passés en Hongrie, d’où son père était originaire. « Je me souviens d’orages impressionnants, avec une activité électrique intense. » Un souvenir qui lui a sans doute donné l’envie de devenir chasseur d’orages.

    Une passion originale, qui cadre avec la famille Fekete, habituée aux hobbies hors-norme : depuis 50 ans, la maman Lyvia écrit des histoires, quant à Iby, sa sœur, elle photographie des squelettes sous un pseudonyme de vampire…


    Mais on ne s’improvise pas chasseur d’orages. Depuis une quinzaine d’années, Attila affine sa technique. « Je suis membre de Belgorage, un collectif belge spécialisé dans l’étude des phénomènes orageux se déroulant en Belgique et ailleurs. »

    Les passionnés échangent leurs informations en matière de prévisions, d’observations et de prises de vues. « Nous pouvons notamment nous connecter sur les radars de Belgocontrôle – l’organisme en charge du trafic aérien- cela nous permet d’avoir des données très précises. »


    Lorsqu’un orage se prépare, Attila saute dans sa voiture et part à sa rencontre.

    Un moment grisant pour lui : « Lorsqu’on s’approche de la tache rouge foncée qui figure l’orage sur le radar, on reçoit un bon shoot d’adrénaline.

    Les éclairs qui tombent tout près, le vent… cela donne la chair de poule. »

    Une fois arrivé face à l’orage, l’objectif d’Attila est de la photographier : « Il faut un matériel particulier, une super-cellule qui permet notamment de photographier les éclairs à travers les nuages ou d’immortaliser les ramifications des éclairs, invisibles à l’œil nu. »


    L’ex-Marchinois affirme ne s’être jamais mis en danger : « Quand je suis très près, je reste dans ma voiture, elle agit comme une cage de Faraday. » Il a quand même connu quelques frayeurs, comme ce jour où la foudre est tombée à 300 mètres de lui. « Cela fait un bruit énorme, je suis resté sourd pendant 1 heure… »


    Outre les éclairs, il aime aussi photographier les nuages, comme les arcus, en forme de rouleau. Son hobby hors du commun l’a amené à faire pas mal de kilomètres.


    « Un soir, je suis parti à 17 heures et je suis rentré à 3 heures du matin après avoir parcouru 600 km pour les photographier. » Il a exposé certaines de ses photos, mais conserve la plupart dans ses archives. « Un jour, il faudra que je mette de l’ordre dans tout ça » conclut-il en riant.


    Par Aurélie Bouchat

     

    Source

  • Tendances saisonnières ? on aura très peu de périodes hivernales !!!

    Lien permanent

    À l’instar de l’année dernière, il y a très peu de chances d’avoir de la neige pour Noël ou Nouvel An en Belgique. Selon MeteoBelgique, qui a livré ses dernières tendances le 7 décembre, on a la confirmation du retour d’un temps doux et perturbé après quelques jours plus froids en ce début décembre. « Cette tendance, d’un temps doux, venteux et pluvieux, devrait nous concerner jusqu’au début des vacances de fin d’année ». Avec, peut-être un relatif refroidissement par la suite. « À l’heure actuelle, pour le centre de notre pays, nous estimons la probabilité de neige pour Noël à 10 % et à 15 % pour le jour de l’An ».


    Pour trouver la trace d’un dernier Noël blanc en Belgique, il faut remonter à 2011 dans les Hautes Fagnes. Pour un dernier Nouvel An blanc en Belgique, cela remonte à 2015, toujours dans les Hautes Fagnes. En ce début de mois, le météorologue Philippe Mievis avait dévoilé ses incontournables tendances saisonnières. C’est le seul en Belgique à s’avancer pour les trois prochains mois. « L’hiver 2019-2020 devrait être doux et souvent perturbé », annonce-t-il. « Le temps hivernal, cet hiver, sera rare et de courte durée. Cela n’empêche pas d’avoir l’une ou l’autre surprise temporaire, et ce, d’autant plus qu’on se dirigera vers la fin de l’hiver ».


     Décembre. La douceur reprend ses droits en cours de première décade avec un temps plutôt perturbé avec pluies et grisaille.

    « Cette tendance devrait se poursuivre en seconde décade (même si l’un ou l’autre petit intermède plus frais peut se produire), avant de connaître, en dernière décade, une accalmie et le placement d’un blocage anticyclonique nous apportant un temps plus frais mais plus sec également.

    Mais, a priori, pas de grand froid à attendre ici non plus pour cette fin décembre 2019 ».


     Janvier. « La première partie du mois devrait être un peu plus hivernale mais, a priori, cela concernerait plutôt l’Ardenne et les Hautes Fagnes.

    Ensuite, retour de la douceur et des rails dépressionnaires pour tout le monde pour la seconde partie de janvier ».


    Février. « Beaucoup d’incertitudes et de divergences pour ce dernier mois de l’hiver météorologique.

    Peut-être le mois le plus hivernal de notre hiver ?

    Il est encore trop tôt pour le certifier à l’heure actuelle. »


    Par Pierre Nizet

     

    Source

  • Le mois d’octobre le plus chaud dans le monde

    Lien permanent

    Octobre 2019 a été le mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré sur la planète, a annoncé mardi le service européen Copernicus sur le changement climatique, notant qu’il s’agit du 5e mois consécutif battant ou s’approchant d’un record. Le mois d’octobre de cette année a été 0,63ºC au-dessus de la température moyenne de la période de référence 1981-2000, battant de très peu (0,01ºC) octobre 2015, mais à 1,2ºC au-dessus de la température préindustrielle.

     

    Source

  • Le temps sera moins pluvieux qu’en octobre, mais le soleil percera peu

    Lien permanent

    Après un premier week-end de novembre assez nuageux, le reste du mois sera assez instable au niveau des précipitations, mais globalement moins pluvieux que le mois d’octobre, où il avait plu 20 jours… Mais ne vous réjouissez pas trop : on aura aussi moins de lumière car le ciel restera très chargé.
    Ce mois de novembre a débuté par des températures un peu plus élevées que la normale, avec des pointes de 14 degrés ce samedi. Pour ce dimanche, malgré un ciel nuageux dans l’est et le centre du pays, quelques éclaircies sont prévues, notamment à l’ouest. Les maxima pourront sensiblement varier selon la zone : le mercure pourrait afficher 8 degrés en Haute-Fagnes et 12 à la côte. Les vents, par contre, seront de plus en plus faibles en cours de journée.
    Des orages à prévoir
    Et le reste du mois se profile également assez variable. Selon Météo Belgique, les températures seront légèrement plus élevées que la normale et il fera un peu moins pluvieux, notamment pendant les deuxième et troisième décades du mois. Mais d’ici le 10 du mois, il va falloir supporter la pluie, le ciel gris et l’absence de belle lumière automnale…
    Selon les prévisions de l’IRM, la journée de lundi sera caractérisée par un temps variable avec des pluies et averses, voire même des coups de tonnerre en soirée. Les températures vont osciller entre les 8 et les 13 degrés comme maxima.
    « Mardi et mercredi, il y a aura aussi des risques d’averses, mais en quantités plus faibles par rapport à lundi », affirme David Dehenauw, météorologue à l’IRM. Le mercure va afficher des maxima autour des 10-11 degrés, ce qui est dans la moyenne pour la saison. Les averses feront leur retour jeudi en raison d’une perturbation en provenance de la France.
    Le risque de pluie sera là également le week-end prochain, vendredi et samedi. Pour les balades dans les bois, c’est loupé.
    De la neige !
    Si le temps restera assez variable sur l’ensemble du pays pendant toute la semaine prochaine, il existe un véritable risque de voir les premières neiges de l’automne tomber sur les hauteurs du pays.
    « Dans les Hautes Fagnes, le ciel sera couvert pendant toute la semaine. On prévoit également beaucoup de pluie avec des maxima de 9 degrés, qui pourraient davantage baisser dans les jours suivants pour atteindre les 5 degrés mercredi ou jeudi et des minima de 0 degré à partir du week-end » affirme le météorologue de l’IRM.
    « Un risque de neige existe pendant la nuit, mais il s’agit d’une neige qui ne va tout de même pas tenir pendant la journée ».
    Un espoir après le 15
    Pour la semaine suivante, les premières éclaircies pourraient enfin se manifester entre samedi 9 et lundi 11 novembre.
    Même s’il ne s’agit que de tendances, la semaine du 11 au 16 novembre s’annonce moins catastrophique, avec des éclaircies possibles et une réduction des pluies.
    Les maxima vont rester autour des 8 degrés, sauf pour la journée de lundi 11, où l’IRM ne prévoit que 4 degrés. Sortez vos écharpes et vos bonnets ! Les tendances de l’IRM prévoient toutefois un temps plus sec -et moins gris- dès le 13 novembre.
    Si la grisaille ne va donc pas nous abandonner, on peut être rassurés car, selon les tendances de l’IRM, des conditions anticycloniques vont s’établir près de chez nous.
    Cela pourrait donc favoriser un climat plus froid, mais aussi plus sec.
    Par L.R.
     

  • Rallye du Condroz la météo du Week-end

    Lien permanent

    De grosses rafales samedi: voici les prévisions météo région par région pour ce long week-end

    Samedi

    Samedi, le ciel sera changeant avec quelques averses locales. L'après-midi, le temps pourrait devenir généralement sec sur une large partie centrale du pays. Il fera encore assez doux avec des maxima de 12 à 15 degrés. Il faudra toutefois composer avec un vent soutenu de sud-ouest; celui-ci sera assez fort dans l'intérieur des terres et fort au littoral. Les rafales seront voisines de 70 km/h, voire 80 km/h à la côte.

     

     

    Dimanche

    Dimanche, le temps restera variable avec risque de quelques averses par endroits. Une perturbation sur la France pourrait déborder sur le sud du pays et y conduire à une nébulosité abondante avec des pluies plus prolongées. Le vent sera moins soutenu mais les températures perdront quelques degrés, avec des maxima de 8 à 13 degrés.

     

    Source

  • Beau week-end avec des températures au-delà de 20 degrés

    Lien permanent

    Aujourd'hui Samedi, un courant de sud-ouest très doux caractérisera la journée. Des pluies pourront toujours déborder sur le nord-ouest du pays, tandis que le soleil devrait se montrer plus généreux en allant vers la Gaume. Une petite averse n’est pas exclue en soirée. Les températures atteindront 16 à 20 degrés.

    Dimanche, la zone de pluie qui ondule sur les Iles Britanniques et la Mer du Nord s’avancera lentement sur la Belgique. A l’avant de ce front pluvieux, il fera particulièrement doux avec des maxima de 18 à 23 degrés. Quelques rayons de soleil sont encore attendus mais l’atmosphère deviendra plus instable avec possibilité de quelques averses.

     

    Source

  • Cela faisait 3 ans et 3 mois qu’il n’avait plus autant plu

    Lien permanent

    «Le long épisode de sécheresse que nous avons connu jusqu’à récemment a fait place à une transition particulièrement pluvieuse depuis la dernière semaine de septembre», témoigne le météorologue de l’IRM, Pascal Mormal.

    Il nous livre les statistiques récoltées à la station climatologique d’Uccle.

    «Au pluviomètre, on a déjà récolté 104,4 mm ces 30 derniers jours.

    Mais le plus remarquable est la concentration des pluies: depuis le 22 septembre: 100,5 mm sont tombés en seulement 17 jours.

    Un total de plus de 100 mm tombés en un peu plus de deux semaines, c’est assez remarquable et sensiblement plus que la moyenne qui se situe autour d’une quarantaine de mm pour un tel laps de temps, à ce moment-ci de l’année.»


    181,6 MM AU MONT RIGI!

    En tenant compte des pluies qui étaient encore attendues mercredi, il faut remonter au mois de juin 2016 pour trouver trace d’une période aussi pluvieuse sur un espace de temps similaire.

    «À cette époque, on avait enregistré à Uccle entre le 7 et le 23 juin, 141,4 mm tombés principalement sous forme de précipitations orageuses».


    Ailleurs dans le pays, les pluies de ces deux dernières semaines ont donné lieu à des cumuls localement remarquables (totaux compris entre le 22 septembre et le 8 octobre).

    Quelques exemples: Stembert près de Verviers 103,3 mm, Beitem 106 mm, Bougnies près de Mons 116,5 mm, Vezon près de Tournai 121,9 mm, Buzenol 129,6 mm, Bièvre 135,1 mm, et Mont Rigi… 181,6 mm! «Si le temps actuel est plutôt déprimant pour la plupart d’entre nous, il faut souligner que ces pluies régulières et pas trop violentes sont bénéfiques pour la recharge des nappes phréatiques qui vont pouvoir commencer à résorber l’important déficit observé depuis trois ans».

    Il devrait faire plus sec jusqu’au week-end. Dimanche, les températures devraient franchir la
    barre des 20oC.

    «Au niveau des précipitations, cette accalmie ne devrait être toutefois que temporaire car de nouvelles précipitations sont attendues dès le début de la semaine prochaine».

    Pascal Mormal précise que les chiffres fournis pour Uccle proviennent de la station climatologique historique et sont mesurés à 8 h chaque jour.

    «Ils diffèrent très légèrement des données publiées sur notre site et qui sont établies à partir d’une station automatique sur un pas de temps 0h-24 h depuis le mois de février 2019».

    Pour la cohérence climatologique et pour favoriser la comparaison avec les données historiques plus anciennes de cette station, il a donc préféré nous fournir les données de la station historique d’Uccle.

    Par PIERRE NIZET

    Source

  • Bonne nouvelle : pas d’hiver précoce

    Lien permanent

    Une fois encore, les prévisions de MeteoBelgique MeteoBelgique ont été très bonnes pour le mois de septembre. Tout ce qui avait été dit, ou presque, s’est vérifié: la première décade froide et la dizaine de jours de beau temps d’arrière-saison, avec quelques jours estivaux, se sont vérifiées. 


    « Et pour les trois prochains mois ? », demanderez-vous.

    « Les indices de confiance sont vraiment très faibles pour ces mois-là », prévient Philippe Mievis que nous suivons depuis quelques années dans ses tendances. « Actuellement, le trimestre s’annonce assez doux, surtout novembre et décembre. »

    Octobre et décembre devraient être très pluvieux. « À priori, pour l’instant, pas d’hiver avant l’heure, mais cela peut encore évoluer. Nous ferons notre première analyse de l’hiver qui nous attend le mois prochain. » 

    OCTOBRE. Un mois morose se confirme, du moins dans sa première moitié, avec un temps automnal à la clé.

    Le premier jour du mois, 23,8 mm de précipitations ont ainsi été récoltés à l’Observatoire Royal d’Uccle. Les températures seraient parfois un peu plus douces ou un peu plus fraîches que la normale, mais sans excès.

    Bref, un temps à la… normande. Comme les dépressions seront plus proches, on devrait avoir une première quinzaine venteuse et perturbée. « En seconde partie du mois, et surtout en dernière décade, une nouvelle influence anticyclonique devrait nous donner un temps progressivement plus sec et plus ensoleillé.

    Mais l’indice de confiance reste faible et le mois d’octobre, comme celui de septembre, est assez délicat à cerner. »

    En résumé, on devrait récolter beaucoup d’eau en ce mois d’octobre!

    NOVEMBRE. « Ici aussi, nous avons la confirmation d’un mois doux tel qu’annoncé dans notre précédente analyse. Mais, finalement, il ne devrait pas être trop pluvieux », écrit Philippe Mievis.

    Ce sera dû, dit-il, à la présence récurrente d’un anticyclone souvent placé pas trop loin de nous. « Par contre, sa présence ne devrait pas nous gratifi er d’une insolation généreuse, les nuages bas et brumes et brouillards joueront souvent les trouble-fête. » 

    DÉCEMBRE. L’indice de confiance pour ce mois n’est que de 55%. A priori, ce mois devrait être doux et à nouveau perturbé. « Pas d’hiver précoce en vue pour l’instant, mais ce sera encore à confirmer lors de nos prochaines analyses. » -


      Par PIERRE NIZET

     

    Source

    météo.JPG

     

     

  • Il y a de très grandes chances que vous chaussiez des pneus hiver d’ici quelques semaines.

    Lien permanent

    Même si le soleil brillera ce week-end, Françoise s’interroge : doit-elle acheter un nouveau jeu de pneus hiver ou opter pour des 4 saisons. L’automne commence ce samedi. Elle n’est pas la seule à se poser la question. Beaucoup ont déjà tranché. Selon une enquête de l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR), 28 % des automobilistes qui n’ont pas de pneus hiver ont fait ce choix parce qu’ils sont équipés de 4 saisons. « Cela représente au total 12 % des conducteurs wallons », note Pierre-Laurent Fassin, de l’AWSR.

    Ce taux d’équipement ne répond pas à la question de notre lectrice. Faut-il oui, ou non, passer à ces pneumatiques ? « La technologie de ces pneus 4 saisons a évolué. Ils devraient permettre de continuer à se déplacer lors d’un hiver normal. Je n’aurais pas dit cela il y a vingt ans. Toutefois, les derniers hivers ont été froids avec des routes enneigées. Les pneus hiver sont plus adaptés à ces conditions atmosphériques et donc renforcent la sécurité », précise notre interlocuteur.

    La principale raison pour les Wallons de ne pas acheter des pneus hiver est le coût d’acquisition et de stockage (47 %). Viennent ensuite l’utilisation des 4 saisons (28 %), le faible kilométrage parcouru (28 %), l’absence d’utilité (19 %) et le manque de place pour le stockage (16 %). Enfin 4 % de la population ne sait pas pourquoi elle fait l’impasse.

    Six conducteurs sur dix (58 %) disposent de pneus hiver, 59 % chez les hommes et 56 % chez les femmes. Les 18-34 ans sont les principaux usagers (62 %), contre 55 % pour les 35-54 ans et 56 % pour les plus de 55 ans. Avec un taux de 79 %, les gros rouleurs, plus de 30.000 km par an, sont, de loin, les plus assidus. Les pourcentages baissent progressivement sous ce seuil : 60 % pour les conducteurs entre 20.000 et 30.000, 55 % entre 10.000 et 20.000, 56 % entre 5.000 et 10.000 et 52 % pour les moins de 5.000.

    « Nous constatons que 30 % de la population ne dispose pas de pneus adaptés au mauvais temps », déplore Pierre-Laurent Fassin, appelant à ne pas s’y prendre au dernier moment : « Les utilisateurs de voitures de société vont devoir prendre rendez-vous avant le 1er novembre. Pour les autres, il ne faut pas attendre les premières neiges. Les garages seront alors pris d’assaut ».

    613 accidents depuis 2016

    L’AWSR a analysé les chiffres des accidents survenus entre 2016 et 2018. « En Wallonie de novembre à mars, un sinistre sur vingt survient lors de conditions hivernales, neige ou verglas. Pour la province de Luxembourg, c’est un accident sur huit », prévient le porte-parole de l’Agence. Pour la période étudiée, l’AWSR a enregistré 613 accidents corporels sur une route enneigée ou verglacées en Wallonie. Le bilan était de six tués et de 817 blessés. Plus d’une fois sur trois (250/613 sinistres), l’un des usagers impliqués avait perdu le contrôle du véhicule (5 tués et 333 blessés). « Les conditions hivernales sont un facteur favorisant les pertes de contrôles », rappelle Pierre-Laurent Fassin.

    Par YANNICK HALLET

     

    Source