Finances - Page 2

  • Bonne nouvelle : l’arrivée de « l’invitation à payer » dans votre boîte aux lettres sera légèrement retardée

    Lien permanent

    Le précompte immobilier arrivera un peu plus tard !

    Si vous avez actuellement le nez dans votre déclaration d’impôts, vous avez probablement oublié que suivra, dans quelques semaines, l’arrivée du précompte immobilier.

    Cet impôt, parfois très élevé, qui touche tous les propriétaires de bâtiments.

    Si c’est la Wallonie qui reprendra en 2021 la gestion de cette taxe, c’est encore le SPF Finances qui s’occupe son enrôlement. Bonne nouvelle : l’arrivée de « l’invitation à payer » dans votre boîte aux lettres sera légèrement retardée.

    « L’envoi des avertissements-extrait de rôle 2020 s’étalera sur les mois d’août et septembre de cette année et ce sur demande de la Région Wallonne », nous explique Florence Angelici, porte-parole du SPF Finances.

    « Habituellement, l’envoi des avertissements-extrait de rôle débutait fin juillet. »

     

    En matière d’impôt sur les personnes physiques, notons que 700.844 personnes ont déjà complété leur déclaration sur Tax-on-web.

    Pour rappel, il vous reste jusqu’au 30 juin pour rentrer une déclaration papier et jusqu’au 16 juillet en ligne.

    Article et rédaction Par Guillaume Barkhuysen

    Source

  • La prime des électriques élargie aux simples vélos

    Lien permanent

    Les Wallons pourront également prétendre à un coup de pouce financier de la Région s’ils acquièrent – toujours pour se rendre au travail – un simple vélo sans assistance électrique, un vélo cargo ou un vélo d’occasion.

    Les modalités doivent encore être précisées pour ce dernier cas de figure.

    Il est probable qu’il faille passer par un revendeur d’occasions, plutôt qu’un site web spécialisé dans la seconde main.

    Avec cet élargissement, le montant de la prime oscillera dès lors entre 100 et 400 euros.

    Le ministre Henry compte déposer son projet de primes sur la table du gouvernement wallon la semaine prochaine pour en discuter et l’affiner.

    Pour la rentrée

    « Avec le confinement et le déconfinement, les gens ont découvert les modes de déplacements actifs, la marche et le vélo. Maintenant, il faut faire en sorte que cela devienne une habitude structurelle », explique Philippe Henry.

    L’objectif est de faire avancer le dossier cet été pour une entrée en vigueur au plus tard à la rentrée. « Il ne faut pas bloquer le secteur du vélo en reportant trop la décision de la prime.

    Si son instauration prend plus de temps, il n’est pas exclu d’avoir un mécanisme de rétroaction pour les gens qui n’auraient pas attendu », précise le cabinet du ministre contacté par nos soins.

    Article et rédaction par Y.H.

    Source

  • En Wallonie, les personnes touchées par le chômage temporaire peuvent obtenir cette ristourne sur l’eau

    Lien permanent

    Plus de 77.000 Wallons ont demandé une ristourne sur leur facture d’eau!

    Le gouvernement wallon a annoncé en avril dernier qu’il mettait la main à la poche pour soutenir le pouvoir d’achat. Concrètement, en matière de distribution d’eau courante, les coupures devenaient désormais interdites et une réduction forfaitaire de 40 euros était accordée à tous les travailleurs concernés par le chômage temporaire.

    Un « geste » de 40 euros dont peuvent théoriquement bénéficier des dizaines de milliers de ménages dont un membre a dû avoir recours au fameux chômage temporaire pour circonstance exceptionnelle. Pour rappel, la ministre de l’économie, Nathalie Muylle, avait estimé au début de la crise que le chômage temporaire pourrait toucher un million de personnes sur l’ensemble de la Belgique. Et selon Statbel, en avril 2020, environ 588.000 personnes occupées en moyenne ont été absentes pour cause de chômage temporaire pendant toute la semaine de référence analysée. Par ailleurs, 390.000 personnes ayant un emploi n’ont pas travaillé pour une autre raison et ont déclaré spécifiquement que cette raison était liée au Covid-19.

    77.000 demandes

    Du côté de la SWDE, le distributeur qui couvre 200 communes, soit 2,4 millions de personnes, on a dénombré 65.855 demandes.

     
     

    Parmi les 64.444 demandes déjà traitées, 72,8 % ont été acceptées mais pas encore payées, 23,1 % ont été refusées et 4,1 % des demandes ont déjà fait l’objet d’un octroi de la prime. Au total, c’est 1.873.560 € qui ont été déjà ristournés.

    À la Cile, le distributeur d’eau qui couvre la moitié de la province de Liège, dont la Cité ardente, on a reçu à ce jour 11.887 demandes, dont 3.860 sont déjà traitées.

    Notons que cette réduction n’est pas la seule mesure prise par le secteur pour aider les personnes en difficulté.

    « Quand la crise a débuté, nous avons immédiatement arrêté les procédures en recouvrement », nous explique Colette Bawin, responsable communication à la Cile. « Nous avons également suspendu les placements de limiteurs de débit chez les personnes en défaut de paiement. Et nous avons enlevé les limiteurs installés. »

    Les distributeurs ont également mis en place des délais allongés pour le paiement des factures et accordent avec davantage de souplesse des mesures comme des reports d’échéances.

    Mode d’emploi

    Vous êtes concerné par le chômage temporaire en raison du coronavirus et vous souhaitez obtenir ces 40 € de ristourne ? Rien de plus simple ! Il suffit de remplir le formulaire disponible sur le site web du distributeur qui couvre votre commune (Cile, SWDE, InBW…). Vous devrez y inscrire différentes données, dont votre numéro de client. Et vous devez y joindre l’attestation nominative qui vous a été envoyée par votre organisme payeur (syndicat ou Capac). Quand le distributeur aura vérifié que vous respectez bien les conditions requises, les 40 € seront déduits de votre prochaine facture.

    Article et rédaction Par Guillaume Barkhuysen

    Source

    Intercommunale de Distribution d'Eau Nandrin IDEN clic ici  annonce 40 euros de réduction sur votre facture d’eau

     

  • Report des délais pour les assujettis à la TVA vacances d’été 2020.

    Lien permanent

    Report des délais pour les assujettis à la TVA – vacances d’été 2020.
    Sur proposition du ministre des Finances, le SPF Finances accordera des facilités aux assujettis à la TVA lors des vacances d’été 2020.

    Il s’agit d’un assouplissement des délais pour le dépôt de leurs déclarations et pour le dépôt de leurs relevés intracommunautaires.


    Ces facilités ne s’appliquent pas au dépôt des déclarations visées par le régime du « Mini One Stop Shop » (MOSS) ni à leur paiement. Les dispositions légales européennes ne le permettent pas.
    Pour plus d'info: https://finances.belgium.be/…/report-des-delais-pour-les-as…

    Report de paiement de la cotisation 2020 à charge des sociétés


    La loi du 29 mai 2020 modifiant le chapitre II du titre III de la loi du 30 décembre 1992 portant des dispositions sociales et diverses, relatif à l'instauration d'une cotisation annuelle à charge des sociétés, destinée au statut social des travailleurs indépendants afin de reporter en 2020 la date de paiement de ladite cotisation au 31 octobre, a été publiée dans le MB du 8 juin 2020.


    Ladite loi prévoit un report de paiement de la cotisation 2020 à charge des sociétés au 31 octobre 2020 mais les montants ne changent pas : 347,50 EUR ou 868 EUR en fonction du total des bilans des sociétés.


    En revanche, l’arrêté royal du 25 mars 2020 - modifiant l'arrêté royal du 15 mars 1993 pris en exécution du chapitre II du titre III de la loi du 30 décembre 1992 portant des dispositions sociales et diverses, relatif à l'instauration d'une cotisation annuelle à charge des sociétés, destinée au statut social des travailleurs indépendants – relève le seuil du total du bilan de 700.247,09 EUR à 702.954,47 EUR.

    Concrètement, cela signifie qu’un plus grand nombre de sociétés pourront payer le montant le plus bas, soit 347,50 euros (c-à-d toutes les sociétés dont le total du bilan ne dépasse pas 702 954,47 euros).


    Diminution temporaire du taux de TVA dans le secteur de l’HORECA


    Le Moniteur belge du 12 juin publie un arrêté royal du 8 juin 2020 modifiant l'arrêté royal n° 20, du 20 juillet 1970, fixant les taux de la taxe sur la valeur ajoutée et déterminant la répartition des biens et des services selon ces taux en ce qui concerne les mesures visant à soutenir le secteur de l'horeca.


     Le taux réduit de TVA de 6 % s'appliquera temporairement aux services de restaurant et de catering à partir du 8 juin 2020 jusqu’au 31 décembre 2020,


    À l'exclusion des livraisons de bières ayant un titre alcoométrique volumique acquis excédant 0,5 % vol. et d'autres boissons ayant un titre alcoométrique volumique acquis excédant 1,2 % vol.


    Bien que le terme « services de restaurant » puisse suggérer le contraire, cette expression couvre également la fourniture de boissons sans repas (dans la mesure où elle soit accompagnée d'un nombre suffisant de services accessoires pertinents) dans tous les points de vente possibles de boissons (cafés, tavernes, etc.).


    Cette mesure s'appliquera à tous les établissements permanents ou temporaires fournissant des services de restaurant ou de catering.


    Plus d’info: https://finances.belgium.be/…/diminution-temporaire-taux-tv…
    http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article.pl…


    Assimilation de nouvelles périodes d’absence en v

    ue de la prolongation du congé de maternité
    Des modifications ont été apportées au congé de maternité par la loi modifiant les périodes survenues durant le repos prénatal et pouvant être prises en compte pour la prolongation du repos postnatal. Cette loi a été votée par les parlementaires à la Chambre des représentants le 4 juin 2020 et sa publication au Moniteur belge est en cours.
    L’entrée en vigueur de la loi est rétroactive au 1er mars 2020. Les modifications apportées par la loi peuvent donc avoir un impact sur les congés de maternité déjà en cours.


    Plus d’info : https://emploi.belgique.be/…/assimilation-de-nouvelles-peri…

    Congé parental corona – FAQ
    L’ONEM a actualisé son FAQ le 8 juin 2020.
    Plus d’info: https://www.onem.be/…/IC…/FAQ-Corona/FAQ_CPC_FR_20200608.pdf
    Mesures de prévention et conséquences sur le plan du droit du travail
    Le SPF ETCS a actualisé son aperçu des mesures le 8 juin 2020.
    Plus d’info : https://emploi.belgique.be/…/update-coronavirus-mesures-de-…

    Questions et réponses coronavirus
    Le SPF ETCS a actualisé son FAQ le 5 juin 2020.
    Plus d’info:
    https://emploi.belgique.be/fr/themes/coronavirus


    Chômage temporaire: feuille d’info pour les employés


    La feuille d’info pour les employés a été actualisée le 9 juin 2020.


    Plus d’info:https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t2
    Chômage temporaire: feuille d’info pour les employeurs
    La feuille d’info pour les employeurs a été actualisée le 9 juin 2020.
    Plus d’info:https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/e1-0


    FAQ – Chômage Temporaire


    L’ONEM a actualisé son FAQ le 11 juin 2020.


    Plus d’info:https://www.onem.be/…/chomage/FAQ/Faq_Corona_FR_20200611.pdf

    Activités économiques autorisées


    Le Conseil National de Sécurité du 3 juin 2020 a décidé le passage en phase 3 du plan de déconfinement à partir du 8 juin. La phase 3 marque un changement d’approche radical.

    Désormais, la liberté est la règle et les interdictions constituent l’exception.


    Les activités qui restent interdites le sont car elles impliquent soit des contacts trop rapprochés entre les individus, soit des rassemblements de masse.


    Plus d’info: https://economie.fgov.be/…/coronavirus/coronavirus-activites
    Conseils pour la réouverture des établissements horeca
    Pour accompagner la réouverture des établissements du secteur horeca, le SPF Economie a préparé un guide de conseils et des supports de communication afin d’aider les restaurateurs/cafetiers à reprendre leurs activités dans des conditions sûres.
    Plus d’info : https://economie.fgov.be/…/act…/coronavirus-conseils-pour-la
    Conseils pour la réouverture des commerces de détail
    Pour accompagner la réouverture des commerces de détail, le SPF Economie a préparé un guide de conseils et des supports de communication afin d’aider les indépendants et les commerçants à reprendre leurs activités dans des conditions sûres.
    Plus d’info :https://economie.fgov.be/…/a…/coronavirus-conseils-pour-la-0

    Vidéos de sensibilisation : Au travail en toute sécurité
    Il est toujours aussi important de respecter les mesures de prévention au travail. Afin d'expliquer ces mesures et donner des conseils, le SPF Emploi a réalisé 6 vidéos.
    Plus d’info : https://emploi.belgique.be/…/videos-de-sensibilisation-au-t…

    Annulation d’événements


    Afin de limiter l'impact sur le secteur des événements et de sauvegarder les intérêts des détenteurs de billet, la ministre de l’Économie a décidé de prendre des mesures.

    L’arrêté ministériel du 19 mars 2020, modifié par les arrêtés ministériels du 7 juin 2020 et du 8 juin 2020, suspend le remboursement obligatoire des billets pendant six mois et permet l'émission d'un bon d'échange égal au montant payé.


    Plus d’info : https://economie.fgov.be/…/coronavir…/coronavirus-annulation


    Impact économique du coronavirus


    Pour cette analyse d'impact économique, le SPF Economie suit de près, sur la base des statistiques officielles, les développements économiques résultant du coronavirus et met fréquemment à jour cette analyse.
    L'analyse a été achevée le 10 juin 2020.


    Plus d'info :https://economie.fgov.be/…/entreprises/coronavirus/impact-e…

    Source

    https://finances.belgium.be/fr/

  • Pass touristique offert aux résidents belges info !!!

    Lien permanent

    Pass touristique offert aux résidents belges.


    Les modalités concrètes de cette décision prise par le gouvernement doivent encore être concertées avec ce dernier.

    Plus d’information sera communiquée sur notre site web dès que possible.

     

    Toutes les infos seront ici 

  • Environ 200 personnes, des indépendants, réalisaient une action symbolique pour délivrer un message fort concernant leur situation.

    Lien permanent

    200 indépendants couchés sur le terrain de foot de Solières

     

     

     

     

    (David Rossomme - Event See)

    Samedi, sur le coup de 11h, environ 200 indépendants se sont rassemblés sur le terrain de foot de Solières, chemin de Perwez, pour se faire entendre. Ces travailleurs proviennent des « secteurs oubliés » : patrons de discothèques, brasseurs, le monde de l'événementiel, forains, maraichers ou encore ASBL sportives. Des personnes venant d'un peu partout (Huy, Liège, Namur, Charleroi, Bruxelles, etc.) pour délivrer un message fort : « Nous sommes indépendants et dans la m**** ». L’occasion de s’unir et de sensibiliser le monde politique à leur situation.

    Dans le respect de la distanciation sociale, les participants, soutenus notamment par l’échevin des affaires économiques de la ville de Huy Éric Dosogne, se sont tout d’abord couchés sur le ventre, pour représenter un cimetière, avant de se relever et sauter en criant « Get Up » ! Un cri du cœur et de motivation.

    Des indépendants qui veulent se relever

    À la base de cette action symbolique, plusieurs indépendants de divers horizons, dont Marc Ronveaux, gérant de deux établissements, dont la boîte de nuit « Le Moulin de Solières », à Huy, une discothèque capable d’accueillir jusqu’à 600 personnes. Il déplore un manque de considération : « Les mesures que l’on devrait respecter rendent la situation intenable (port du masque, distanciation). Nous avons des charges fixes et rouvrir ne serait pas rentable. Pour nous relever, il faudrait mettre la TVA à 6 % pendant un an, au lieu de 21%, et recevoir la même aide financière qu’en Flandre, qui est de 160 euros par jour de fermeture ». Des problèmes qui se ressentent dans d’autres domaines.

    11 mesures envoyées aux ministres

    Vincent Maillien, fondateur du groupe indépendant sur Facebook qui rassemble plus de 38.000 membres et dans le groupe de réflexion, a exprimé son soutien aux personnes en difficulté. Pour essayer de faire évoluer les choses, un front commun représenté par les indépendants du groupe réflexion a proposé toute une série de mesures, 11 en tout, qui pourraient aider les personnes à s’en sortir (voir ci-dessous).

    Des propositions économiques, fiscales, administratives et organisationnelles pour attirer l'attention des ministres : « Le but est d’éviter la faillite pour de nombreuses personnes. Nous défendons l’intérêt des indépendants, mais pas seulement. Nous souhaitons que tout le monde se sente concerné par cette lutte. Nous sommes tous dans le même bateau. Si ce versant de l’économie flanche, cela aura des répercussions sur le reste du tissu économique et social. L’union fait la force », souligne Vincent Maillien.

    Une situation d’urgence

    Le club de foot de Solières offrait donc pour l’occasion ses installations. Son directeur général, David Camerini, était présent pour représenter les ASBL sportives : « Il n’y a plus de rentrées financières depuis plus de 3 mois et aucun événement ne sera organisé prochainement. Les mesures actuelles sont stériles et j’espère que des solutions viables seront prises prochainement ».

    Les 200 indépendants souhaitent que leur message soit entendu par les ministres et les présidents de partis et que ces derniers prennent conscience de l’urgence de la situation.

    Les 11 propositions

    1. TVA à 6% sur les alcools afin de pouvoir relancer les activités ;

    2. Avenant à la loi sur le « droit passerelle » alloué durant la crise afin qu’il ne soit pas taxé et éligible à tous les indépendants ;

    3. Exonération de la taxe sur les sociétés ;

    4. Retour aux heures normales d’ouverture et d’accès au bar ;

    5. Allongement du report des crédits d’investissements ;

    6. Prime supplémentaire adaptée à la période de fermeture (« Ceux qui ouvriront en septembre auront connu 6 mois de fermeture ») ;

    7. Une aide de 160 euros / jour comme en Flandre ;

    8. Mise à jour des informations, décisions gouvernementales et régionales en temps réel ;

    9. Sensibiliser la Sabam, la Rémunération Equitable, l’AFSCA,... sur le fait de créditer leurs factures au prorata des fermetures ;

    10. Revoir et adapter le système forfaitaire de taxation des fûts de bières ;

    11. Ne réclamer la TVA due qu’après paiement de la facture par le client.

    Article et rédaction Par Maxime Gilles

    Source

    (David Rossomme - Event See)

  • Des mesures de soutien Un accord est intervenu vendredi, au sein du « super-kern »

    Lien permanent

    Un nouveau système de tax shelter Covid-19 temporaire jusqu’à la fin de l’année ouvert à l’ensemble des PME impactées par la crise.


     Une déduction majorée (25 %) pour les investissements entre le 12 mars et le 31/12/2020.


     L’augmentation de 50 à 100 % de la déductibilité des frais liés à l’organisation d’événements et de catering jusqu’au 31 décembre.


     Suspension de l’acompte de TVA de décembre pour favoriser les liquidités des sociétés.


     Une augmentation de 10 à 20 % de la part du revenu net pouvant bénéficier de la réduction d’impôts au titre de libéralité.

    La réduction d’impôts pour les dons effectués en 2020 à des  institutions agréées passera de 45 à 60 %.


    Création d’un chômage Corona adapté, transition entre le chômage temporaire Corona et le chômage économique classique. L’entreprise devra démontrer une baisse de 10 % de son chiffre d’affaires.

    Le travailleur continuera à percevoir 70 % de sa dernière rémunération plafonnée.


    > La possibilité pour les entreprises en restructuration ou difficulté de procéder à une réduction des heures de travail dans l’attente d’une reprise et afin d’éviter des licenciements.


     Amélioration de l’accessibilité du congé parental Corona. Jusqu’au 30 septembre avec une allocation revalorisée à 150 % pour les familles monoparentales ou avec un enfant handicapé.


     Facilitation du remboursement des frais en  télétravail : maximum de 127 €/mois (meilleure articulation vie privée/vie professionnelle)

    Article par DIDIER SWYSEN

    Source

     

  • Une enveloppe de 100 millions pour les CPAS !!! Un accord est intervenu vendredi, vers 22h, au sein du « super-kern »

    Lien permanent

    Elle sera dédiée aux personnes en difficulté afin d’étendre le bénéfice des mesures sociales à un public plus large. Cela pourra concerner les loyers, la facture énergétique, celle des soins de santé... », se réjouissait le ministre de
    l’Intégration sociale, Denis Ducarme (MR).


    Dès la semaine prochaine, les partis devraient intensifier les rencontres en vue de vraies négociations sur le plan de relance et l’accord de gouvernement.

    Le temps de la crispation doit faire place au temps des avancées... Et au vu de l'incident avec la N-VA, ce n’est pas gagné. 

    Article de DIDIER SWYSEN

    Source

  • Jusqu’à 400€ de prime pour s’acheter un vélo électrique ou pliable!

    Lien permanent

    Même si la gestion de la crise sanitaire était prioritaire, les ministres wallons ont pu avancer sur des dossiers de fond. Mobilité, chantiers, énergie, transports en commun… Philippe Henry fait le point dans ses matières.


    On n’a jamais autant marché ou fait du vélo. Des projets en la matière ?

     

    Avec la situation actuelle, c’est le bon moment pour obtenir un changement d’habitudes et de mentalité en faveur de la marche et du vélo. On se rend compte que la voiture occupe une partie considérable de l’espace public. Le but est de rééquilibrer la répartition de l’espace. La Région wallonne apporte son aide aux communes qui souhaitent adapter temporairement leurs voiries. L’aide est soit technique avec des propositions d’aménagements, soit financière pour par exemple un marquage au sol.

     

    Ces aménagements sont annoncés comme temporaires.


    Ils devraient durer jusqu’en octobre, mais l’idéal est que ces aménagements deviennent structurels. Le provisoire devient du définitif avec des travaux supplémentaires, ou on modifie les adaptations en tenant compte de l’usage observé. Récemment j’ai participé au lancement d’une taskforce avec la ville de Liège. D’autres villes ont des ambitions en la matière, Verviers, Namur, Charleroi ou encore Louvain-la-Neuve.


    Tout le monde ne peut pas se rendre à pied à son travail.


    Au-delà des infrastructures, il faut un soutien individuel aux personnes. Je vais proposer la semaine prochaine au gouvernement wallon l’octroi d’une prime à l’achat d’un vélo électrique. Elle concernera les personnes qui veulent se rendre au travail avec un vélo électrique ou pliable.


    Une prime de combien ?


    Entre 200 et 400 € selon le modèle. Les montants exacts seront déterminés par le gouvernement. Il faudra une attestation de l’employeur ou quelque chose dans le genre pour pouvoir l’obtenir.
    Y compris les speed-pedelec qui peuvent rouler jusqu’à 45 km/h ?


    Non. Mais il n’est pas exclu qu’on élargisse à d’autres catégories par la suite.


    Et les trottinettes électriques ?


    Ces engins ne constituent pas une mauvaise solution, mais ils sont plus récents. Il existe différents niveaux de qualité. On se concentre d’abord sur le vélo électrique. Grâce à lui, le relief ou les distances ne sont plus discriminants. Les gens peuvent l’utiliser même s’ils n’ont pas la condition physique ou sont habillés pour le bureau.


    C’est pour quand ?

    La prime devrait être mise en œuvre pour l’été. On a prévu aussi une prime pour les communes et les employeurs afin qu’ils puissent s’équiper de parkings pour vélos, de boxes sécurisés ou de points de recharge. Il y a aura aussi une prime pour effectuer les réparations de son vélo.


    Et les routes pour les voitures ? Le secteur des entrepreneurs de voirie se plaint régulièrement que les travaux sont au ralenti depuis 2019.

    Les contrats s’étaient accumulés à la fin de la législature précédente. Il a fallu régler la situation avec un engagement budgétaire supplémentaire de plusieurs dizaines de millions d’euros par an. Par ailleurs, un rapport a relevé des soucis dans un grand nombre de tunnels. L’enveloppe initiale de 30 millions est passée à près de 100 millions. Maintenant, les travaux vont à nouveau être adjugés. Nous avons fixé une première liste cette semaine. Les adjudications devraient être lancées d’ici la fin juin.


    Des exemples de chantier ?

    Dans le Hainaut, nous aurons l’aménagement d’un carrefour giratoire à l’échangeur de Saint-Ghislan sur l’autoroute Bruxelles-Paris. Dans le Brabant wallon, le revêtement de la N243 Wavre Chaumont Gistoux sera réhabilité ainsi que les pistes cyclables. Le revêtement sera refait également sur la N89 à La Roche. Dans la province de Liège, il y aura la sécurisation du carrefour de Geer sur la N615 et la réfection de l’E42 entre Battice et Ensival. Dans le Namurois, on s’occupera de la traversée de Gesves (N942). Ces travaux doivent encore être validés par le gouvernement wallon. À l’automne, nous aurons d’une deuxième vague d’adjudications.

    Article et rédaction Par Yannick Hallet

    Source

  • Avis aux utilisateurs de compteurs à budget le Gouvernement wallon octroie une aide de 100€ pour l'électricité et de 75€ pour le gaz

    Lien permanent

    AVIS AUX UTILISATEURS DE COMPTEURS À BUDGET 
    Le Gouvernement wallon octroie une aide de 100€ pour l'électricité et de 75€ pour le gaz aux détenteurs de compteurs à budget dans le cadre de la crise sanitaire.
    Pour bénéficier de cette aide, vous devrez effectuer deux passages dans un point de rechargement et réaliser l’opération suivante :
    1. Introduisez votre carte dans votre compteur
    2. Rendez-vous ensuite dans un point de rechargement et introduisez votre carte dans le terminal sans effectuer de paiement
    3. Introduisez à nouveau votre carte dans votre compteur
     Le premier passage en point de recharge vous permettra de réactiver votre compteur et d’éviter la coupure automatique. 

    Cette action doit être réalisée AVANT le 30/06, sinon celui-ci se coupera automatiquement le 30 juin.
     Le deuxième passage vous permettra de bénéficier de l'aide de 100€ (électricité) et 75€ (gaz). Vous pouvez réaliser cette seconde opération jusqu'au 30 octobre 2020.

    Resa

    resa 12 j .png

  • Chiffres record pour les grandes surfaces

    Lien permanent

    Au cours de la semaine précédant la Pentecôte, le chiffre d’affaires des supermarchés belges a augmenté de 21,2% sur base annuelle. Les ventes ont même été meilleures qu’à Pâques (+ 18%).

    C’est ce qui ressort des nouveaux chiffres du bureau d’études Nielsen.

    Tout n’est pas à mettre sur le dos du coronavirus: les périodes de longs week-ends ou le beau temps, ont aidé.

    «Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est que malgré les similitudes relatives avec les semaines précédentes comme le soleil, les températures élevées, les vacances, les ventes des produits de grande consommation continuent de grimper et dépassent désormais le niveau de la semaine de Pâques.

    C’est très important.», explique Johan Vrancken, directeur général de Nielsen Benelux Connect. Les ventes d’alcool ont augmenté de 48%, tandis que beaucoup d’autres catégories enregistrent également une croissance à deux chiffres.

    Le secteur des glaces et des snacks se porte bien également… tout comme les cosmétiques ou encore les produits pour animaux.


    ET LE BIO…

    Une autre catégorie qui progresse fortement et là, le lien est directement fait avec le confinement et les nouvelles habitudes des Belges: le bio.

    Selon une étude menée par le VLAM, l’Office flamand d’Agro-Marketing, les produits bio affichent désormais une part de marché moyenne de 3%, mais celle-ci varie énormément selon les produits.

    C’est dans les substituts de viande (20%), les œufs (9%) et les légumes (6%) que la part de marché du bio est la plus élevée.

    Les viandes arrivent en bas de classement avec une part de marché inférieure à 1% pour les produits bio. Le nombre de références est également en augmentation constante: on a recensé 14.000 produits bio différents l’an dernier, explique RetailDetail.

    Les produits bio se vendent en premier lieu dans les grands supermarchés, avec une part de marché de 39%.

    La supérette, troisième canal de distribution d’aliments bio après les magasins spécialisés, gagne à nouveau du terrain en 2020: manifestement, les Belges ont redécouvert leur quartier durant le confinement.

    Article et rédaction M.SP.

    Source

  • L’allocation parentale Covid-19 pour les indépendants prolongée !!!

    Lien permanent

    Déjà octroyée pour mai et juin, elle est prolongée en juillet et en août. Elle s’adresse aux travailleurs indépendants à titre principal qui ont poursuivi ou repris leurs activités en mai et juin, mais qui ont été amenés à réduire leur temps de travail pour s’occuper d’un ou plusieurs enfants de moins de 12 ans ou en situation de handicap.

    À l’approche des futures vacances scolaires, de nombreux parents indépendants ne sont pas toujours en mesure d’organiser des solutions de garde pour leurs enfants.

    D’où la prolongation. L’allocation s’élève à 532,24€ ou à 875€ si l’indépendant cohabite exclusivement avec un ou plusieurs enfants dont il a la charge.

    Elle n’est pas cumulable avec le revenu de remplacement « droit passerelle ».

    Précisons que la mesure existe aussi pour les salariés.

    Source

  • Report prolongé des paiements à l’administration fiscale !!!

    Lien permanent

    Depuis le début de la pandémie, indépendants et entreprises ont la possibilité de reporter les paiements à l’administration fi scale. Cela leur donne un répit financier supplémentaire et leur assure des liquidités.

    Ce report de paiement est prolongé du 30 juin au 31 décembre 2020.

    Les entreprises devront individuellement faire la demande de report auprès du SPF Finances.

    Le report peut porter sur le précompte professionnel, la TVA, l’impôt des personnes physiques et l’impôt des sociétés.

    Le SPF Finances n’appliquera pas d’intérêts de retard ni d’amendes

    Source

  • Demandez de l’aide par téléphone ! pour vos déclarations d'impôts !!!

    Lien permanent

    Corona oblige, 114.000 contribuables ont déjà reçu une aide à distance


    En raison de l’épidémie de coronavirus, l’aide gratuite aux contribuables pour remplir leur déclaration d’impôts n’est plus organisée dans les communes ni les bureaux des Finances.

    C’est par téléphone que cela se passe cette année et, visiblement, le système compte certains avantages.


    L’administration fédérale des Finances n’a pas voulu abandonner les contribuables cette année, malgré la généralisation du télétravail.

    Elle a mis en place un système d’aide gratuit à la déclaration fiscale par téléphone. L’année dernière, les fonctionnaires ont aidé 620.000 citoyens à remplir leur déclaration fiscale : soit dans les bureaux des Finances, soit dans les administrations communales.


    En ces mois de mai et de juin, c’est par téléphone que cela se passe.

    Il faut appeler le 02/575.56.67. pour prendre un rendez-vous. Et, le jour venu, un fonctionnaire vous appelle pour vous donner le coup de main demandé.

    Nous avons tenté l’expérience jeudi un peu avant midi et, contrairement à certains call center d’entreprises, nous avons obtenu une réponse en quelques secondes seulement !


    « Ce premier contact permet non seulement de fixer un rendez-vous téléphonique avec le citoyen, mais il permet aussi d’identifier les problèmes qui se posent. On peut ainsi expliquer aux personnes les informations et les documents qu’elles doivent rassembler en vue du rendez-vous ultérieur », explique Santos Lekeu-Hinostroza, agent au SPF Finances.


    Efficacité !
    « En temps normal, il n’est pas rare que les gens doivent attendre leur tour dans la file avant de nous rencontrer puis, une fois avec nous, on se rend compte qu’il manque l’un ou l’autre documents, ce qui les force à revenir une seconde fois. »


    Visiblement, le contact par téléphone ne complique pas le travail, d’après Santos Lekeu-Hinostroza, même si le contact humain lui manque un peu. Les rendez-vous durent, selon les cas, de 5 à 20 minutes en général. Ce qui permet au fonctionnaire d’aider plus ou moins 25 contribuables par jour. L’agent remplit la déclaration en direct, envoie ensuite un document au contribuable qui doit le signer et le renvoyer aux finances.


    La semaine dernière 125.000 rendez-vous téléphoniques avaient déjà été pris par des citoyens et 114.000 citoyens avaient été aidés par téléphone. On est toutefois loin des 620.000 citoyens aidés l’an dernier.

    C’est pourquoi le SPF insiste pour que les gens qui sollicitent une aide prennent rendez-vous au plus vite. Car cette aide téléphonique au contribuable se terminera le 30 juin. Actuellement, les délais restent brefs : il est même possible de fixer un rendez-vous téléphonique avec un spécialiste dans les 48 heures.


    Déclarations « papier »


    On notera que cette aide téléphonique est réservée aux déclarations « papier ».

    « Pour tax on web (les déclarations en ligne), les contribuables doivent passer par le contact center du centre P (particuliers) dont ils dépendent », insiste Santos Lekeu-Hinostroza.

    « Une information qu’ils trouveront en ligne sur myminfin ».

    «Pour moi, c’est un service super-luxe»


    Pour Marie-Louise, pensionnée ixelloise, la formule actuelle est tout simplement parfaite. « Par le passé, je faisais ma déclaration moi-même. Quand on a pu se rendre à la commune pour se faire aider, j’y suis allée. Avec le confinement, j’ai appris que les aides pouvaient se faire par téléphone et j’ai pris rendez-vous. Et pour moi, c’est clairement le super-luxe ».


    Elle rappelle qu’à la commune, les années antérieures, il fallait faire la file.

    « Avec un bon livre, ça allait. Mais le système téléphonique est plus confortable !

    J’ai téléphoné pour prendre rendez-vous : on vous fixe un jour en précisant qu’on vous appellera le matin ou l’après-midi. J’ai préparé mes documents ce jour-là et j’ai attendu. En dix minutes, ma déclaration était prête. On m’a ensuite envoyé les documents que je devais simplement renvoyer une fois signés. »


    La déclaration de Marie-Louise n’est pas très complexe mais l’aide proposée par les Finances lui a été précieuse car son mari est décédé en janvier, ce qui impliquait certaines adaptations.

    Si elle a le choix, l’an prochain, entre un service à la commune et par téléphone, elle assure qu’elle prendra sans hésitation la deuxième formule : « Le service était très bon aussi à la commune mais ici, on évite la queue. »

    Rédaction par  Michel Royer

     

    Source

     

  • Rail Pass de 10 voyages pour tous !!!

    Lien permanent

    Chaque résident en Belgique pourra bénéficier d’un rail pass de 10 voyages en train, valable du 1er juillet au 31 décembre 2020.

    Le supplément vélo sera supprimé temporairement par la SNCB…

    Une décision qui a surpris la patronne de la SNCB, Sophie Dutordoir qui a twitté : « La manière dont cette décision a été prise sans la moindre  concertation pose des questions sérieuses.

    Entre autres, celle de la sécurité sanitaire des voyageurs et du personnel. »

    Source

  • Chômage temporaire et droit passerelle de crise maintenus !!!

    Lien permanent

    Le droit passerelle de crise est maintenu en juillet et en août pour les indépendants contraints d’arrêter leur activité au moins 7 jours d’affilée suite à la pandémie de Covid 19.

    La mesure pourra être prolongée jusque fi n décembre. « Le « droit passerelle » permet aux indépendants actifs à titre principal de bénéficier d’un revenu de remplacement mensuel de 1.291,69€ (1.614,10 € si charge de famille) », explique le ministre des Indépendants, Denis Ducarme (MR).

    « Les indépendants complémentaires et les pensionnés actifs dont le revenu annuel est supérieur à 6.996,89€ pourront eux aussi continuer à bénéfi cier d’une allocation complète ou partielle. ».

    Le coût de la mesure est estimé à 125,9 millions d’euros pour juillet et août 2020

    Source

  • Le congé de maternité ne sera plus raboté

    Lien permanent

    La Chambre a approuvé ce jeudi en séance plénière une proposition de loi visant à préserver le repos d’accouchement de quinze semaines des femmes enceintes. Le texte a été adopté à 96 voix pour, 41 contre et 9 abstentions. Cette proposition de loi, dépo
    sée par les députées Evita Willaert (Groen) et Marie-Colline Leroy (Ecolo) et cosignée par la députée PS Ludivine Dedonder permet d’assimiler le chômage temporaire à du travail et donc de ne pas pénaliser les mères dans le cadre de leur congé prénatal.
    Un amendement de la députée Nahima Lanjri (CD&V) précise que ce droit est maintenu en cas de maladie ou d’incapacité de travail. «Nous redressons une injustice», a-t-elle fait valoir. Selon la loi en vigueur jusqu’ici, les femmes enceintes ne
    pouvaient reporter leur congé prénatal après l’accouchement que si elles avaient travaillé pendant les semaines précédant l’accouchement.


    UNE DISCRIMINATION

    Les femmes qui se retrouvaient au chômage temporaire, en incapacité de travail pour maladie ou qui étaient écartées de leur lieu de travail étaient donc pénalisées: cette période était comptabilisée comme si elles avaient volontairement entamé leur congé prénatal.


    Cette loi pénalisait aussi les femmes enceintes qui se sont retrouvées au chômage temporaire en raison de la crise Covid-19 et ne peuvent ou ne pourront donc, de facto, pas reporter leur congé prénatal après l’accouchement.

    Pour la députée PS Ludivine Dedonder, cosignataire de la proposition, «cette injustice, dont sont victimes de nombreuses femmes est enfin corrigée.»

    Le texte voté ce jeudi aura un effet rétroactif au 1er mars dernier

    Source

  • Remplir votre déclaration d'impôt ? LE SPF Finances vous simplifie la tâche !

    Lien permanent

    Votre déclaration via Tax-on-web (MyMinfin) : simple et rapide !

    Dès début mai, votre déclaration (en grande partie pré-remplie) ou votre proposition de déclaration simplifiée sera disponible dans Tax-on-web (MyMinfin).

    Comment accéder à votre déclaration ou proposition de déclaration simplifiée ?

     

    Allez sur MyMinfin et identifiez-vous soit via itsme soit via votre carte d’identité, son code PIN et un lecteur de carte (code PIN perdu ou oublié ?).

     

    Vous recevez une proposition de déclaration simplifiée ?

    Vos données sont correctes et complètes ? Vous ne devez rien faire.

    Vous recevrez automatiquement votre avertissement-extrait de rôle (note de calcul).

    Vos données sont inexactes ou incomplètes ? Vous devez les corriger, soit dans Tax-on-web (via MyMinfin), soit via le formulaire de réponse papier.

     

    Plus d’infos ? Besoin d’aide ?

    Trouvez une réponse à votre question

     

     

    Consultez le site du SPF Finances clic ici .

    Téléphonez au SPF Finances : 02 572 57 57 (chaque jour ouvrable de 8 h 30 à 17 h).

    Faites remplir votre déclaration par les experts du SPF Finances

     

    Dès que vous recevrez votre déclaration, téléphonez au numéro indiqué sur l’enveloppe.

    Vous obtiendrez un rendez-vous pour faire remplir votre déclaration par téléphone.

    Après le remplissage par téléphone, vous recevrez par la poste un document avec les données déclarées, à signer et à renvoyer. Vous pourrez aussi finaliser votre déclaration via Tax-on-web (MyMinfin).

    Dans le contexte actuel lié au coronavirus et afin de garantir votre sécurité, toutes les séances d’aide au remplissage organisées dans les bureaux du SPF Finances ou dans les communes sont annulées.

     

    Via l’eBox, recevez en ligne vos documents du SPF Finances

    Simplifiez-vous la vie et recevez directement en ligne des documents du SPF Finances via l’eBox, la « boîte aux lettres » digitale et sécurisée des pouvoirs publics.

    Activez votre eBox sur passezaudigital.be !

     

    Vous recevrez alors une notification (par exemple un e-mail) dès qu’un nouveau document sera disponible.

    https://www.passezaudigital.be/ebox

    http://www.myminfin.be/

    https://finances.belgium.be/fr/particuliers

  • AG Insurance va envoyer 200.000 bons d’achat !!!

    Lien permanent

    «Sur le plan économique, notre pays sera probablement longtemps et durement impacté», note Edwin Klaps, managing director chez AG Insurance.

    Contraints de fermer leurs portes à cause du confinement, de nombreux commerçants, restaurateurs et PME sont frappés de plein fouet par la crise.

    L’assureur a donc décidé de débloquer 4 millions d’euros pour relancer l’économie locale.

    La méthode est originale. Il va donner de l’argent à ses fidèles clients pour qu’ils le fassent circuler.

    «Notre investissement se fera sous la forme de bons d’achat qui pourront être dépensés chez les commerçants participant à l’action.

    Au total, ce seront 200.000 bons d’achat qui pourront être utilisés potentiellement auprès de 30.000 commerçants invités à participer dans toute la Belgique.

    Même s’il n’y en a que deux tiers à accepter, cela fera toute de même 20.000 commerces, de quoi être présent sur tout le territoire», note Edwin Klaps. C’est donc 20 euros que recevront les clients qui en feront la demande.

    AG a préféré agir ainsi plutôt que d’envoyer d’office une kyrielle de bons dont le montant aurait été inférieur et qui n’auraient peut-être pas été utilisés.

    L’éventail des commerces sera large, depuis les restaurants et les cafés jusqu’aux salons de coiffure ou d’esthétique en passant par les pédicures, les magasins de vêtement et de manière générale les commerces de détails non alimentaires. Les supermarchés ne seront donc pas concernés, tout comme les chaînes de grandes enseignes, sauf exception si un petit indépendant franchisé en fait la demande.

    Un site internet permettra de localiser les commerces participants, complété par une affichette en devanture.

    L’idée est aussi de faire découvrir des adresses que l’on ne connaît pas.


    VALABLES TROIS MOIS

    Les commerçants peuvent s’inscrire à partir de la mi-juin. Pour les titulaires d’assurances chez AG Insurance et de BNP Paribas Fortis, qui participe aussi à l’opération de relance, il faudra patienter jusqu’à la mi-juillet.

    Les bons auront une durée de vie de trois mois. Le processus lié à leur réception et à leur utilisation sera entièrement électronique, via des QR-Codes et des SMS.

    Pour ce faire, AG a travaillé en collaboration avec Hashting, une start-up belge spécialisée dans le développement digital. «Par cette action, nous souhaitons faire jouer la solidarité avant tout, un principe au cœur de notre ADN», conclut Edwin Klaps.

    Article par Y.H

    Source

  • Avis aux utilisateurs de compteurs à budget !!!!

    Lien permanent

    Resa  vous informe 

    AVIS AUX UTILISATEURS DE COMPTEURS À BUDGET

    Dans le cadre du confinement, nous avions pris des mesures afin de vous éviter de recharger votre compteur à budget. Le confinement touchant à sa fin, le mode prépaiement de votre compteur va reprendre son fonctionnement habituel.
    Voici l’opération à réaliser impérativement pour éviter la coupure automatique de votre compteur !
    Quel que soit votre solde disponible (même si vous avez un solde positif) !
     1) Nous vous invitons à passer sans tarder votre carte une première fois dans votre compteur
     2) Passez-la ensuite dans une borne de rechargement sans effectuer de rechargement
     3) Et puis à nouveau dans votre compteur.
    Cette opération maintiendra le gel de votre solde mais vous évitera une coupure d’alimentation dans les prochaines semaines.
     Attention, si vous ne réalisez pas cette opération, votre compteur sera automatiquement coupé dans le courant du mois de juin même s’il affiche un solde positif !
    Les modalités de facturation relative à la consommation enregistrée durant le confinement vous seront communiquées prochainement.
    - L’équipe du Service Clientèle -
    Ci-dessous, quelques réponses aux questions que vous vous posez peut-être 
     Que se passe-t-il si je n’effectue pas cette opération (avec ou sans paiement)?
    Mon compteur sera automatiquement coupé dans le courant du mois de juin même si le compteur affiche un solde positif !
    Seul un passage au bureau d’accueil de Resa me permettra de bénéficier à nouveau d’énergie.
     Qu’affichera mon compteur si je respecte bien la procédure compteur-borne (sans effectuer de paiement) -compteur ?
    Cette opération n’impactera pas le solde affiché sur votre compteur mais vous évitera une coupure déjà programmée dans le compteur.
     J’ai rechargé il y a deux jours, dois-je y retourner ?
    Oui, cette procédure doit être effectuée une fois à partir du 05 juin 2020.
     J’ai continué de recharger durant la période de confinement, qu’adviendra-t-il des rechargements effectués durant cette période?
    Vos paiements ont été transmis à votre fournisseur et viendront en déduction de votre facture de décompte.
     Quand recevrais-je ma facture ?
    Les modalités de facturation relative à la consommation enregistrée durant le confinement vous seront communiquées prochainement.
     Vais-je devoir payer les consommations enregistrées durant la période de confinement ?
    Oui, néanmoins, les modalités relatives à la facturation de la consommation enregistrée durant le confinement sont actuellement à l’étude et vous seront communiquées prochainement.
     Où trouver une borne de rechargement ?
    Pour connaître les points de recharge, vous pouvez consulter la carte interactive sur le site internet de RESA.

    Resa

    resa.png

     

  • Des subsides pour aménager des rues pour le respect des distanciations sociales, Un coup de pouce financier à nos communes

    Lien permanent

    Un coup de pouce financier à nos communes

    Afin de pouvoir garantir la distanciation sociale sur la voie publique, des communes réaménagent temporairement leurs rues, ce qui a un coût. Le ministre wallon de la Mobilité vient de dégager une première aide financière, qui devrait être suivie d’une enveloppe plus conséquente.
    Deuxième étape de l’aide de la Région aux communes.

    Au plus fort du confinement, le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry avait écrit aux bourgmestres pour leur proposer de fermer certaines de leurs voiries régionales à la circulation automobile de manière à ce qu’elles deviennent des espaces sécurisés pour les cyclistes et piétons, comme dans plusieurs villes européennes.

    Le SPW Mobilité et Infrastructures pouvait les conseiller et les aider dans cette démarche. Après ce soutien logistique, la Région délie désormais les cordons de la bourse.


    « Ce coup de pouce financier s’inscrit dans une démarche plus large de mobilisation régionale inédite pour soutenir les communes dans ces aménagements temporaires », explique Philippe Henry.

    Cette fois, il s’agit des voiries communales en ville et non plus régionales.

    « Pour des aménagements temporaires, un subside d’une vingtaine de milliers d’euros sera accordé aux communes qui en font la demande (avec toutefois une limitation si les demandes sont trop nombreuses), pour des travaux de peinture, de signalisation, d’installation de barrières, de bacs à fleurs, etc.

    Ces aménagements devront être validés par le Service public de Wallonie », détaille le ministre wallon. Cela permettrait notamment d’étendre l’espace disponible pour les terrasses de l’Horeca.


    Plafond de 24.000 €


    Le SPW a d’ailleurs mis en ligne sur son site dédié à la Mobilité un workshop destiné aux communes pour leur donner des idées d’aménagements, par exemple la création de pistes cyclables, la suppression temporaire d’une bande de circulation que se partageraient les transports en commun et les cyclistes ou l’instauration de nouvelles rues piétonnières.

    « Cela peut être aussi des dispositifs ralentisseurs. Les communes peuvent être créatives en fonction de la configuration du terrain qui leur est propre.

    Une dizaine de communes pourront bénéficier de subsides, avec un plafond de 24.000 € par commune pour les aider dans la matérialisation de ces aménagements », indique Christophe Blerot, porte-parole du SPW Mobilité et Infrastructures. Et de préciser : « Dans les grandes agglomérations, les administrations disposent de matériels et de services travaux importants.

    Ce qui n’est pas forcément le cas dans les plus petites villes. La volonté est d’encourager leurs initiatives ».

     

    Ces aménagements s’opèrent dans la continuité de ce qui a déjà été fait sur les voiries régionales. « Nous proposons aussi une assistance technique aux communes qui ne disposent pas d’un conseiller Mobilité. Ce genre de conseiller est capable de réfléchir à des aménagements à l’échelle d’un territoire. Le temps d’une journée, un bureau d’études viendra dans la commune fait un état des lieux et envisager des possibilités d’aménagements », décrit Christophe Blerot du SPW.


    Si ce premier coup de pouce financier ne concerne qu’un nombre limité de communes. Le cabinet Henry planche sur une aide plus structurelle. Le ministre compte proposer une extension de l’enveloppe budgétaire dans les prochaines semaines au gouvernement wallon.


    Article et rédaction par Yannick Hallet

    Source

     

  • Pourquoi ne pas investir dans un bien à la Côte?

    Lien permanent

    Les ventes d’appartements et de maisons à la Côte belge toujours à la hausse

     

    Si les vacances à l’étranger semblent pas mal compromises, pourquoi ne pas se tourner vers les plages belges ? Et par la même occasion, pourquoi ne pas investir dans un bien à la Côte ? C’est ce que de plus en plus de Belges semblent envisager en tout cas.
    Selon l’une des agences immobilières contactées, il semblerait que, depuis le déconfinement, les demandes de visites d’appartements ou de maisons au littoral soient reparties à la hausse. « Mais il est cependant encore un peu tôt pour en tirer des conclusions », nous explique M. Baert de l’agence Ultimmo. « Nous avons dû suspendre ces visites pendant 2 mois et nous devons donc rattraper les rendez-vous mais on a tout de même l’impression d’avoir plus de demandes ».
    Au niveau des locations par contre, les affaires ne tournent pas trop bien. « Les propriétaires bloquent ces locations parce qu’ils comptent profiter de leur bien cet été. »
    Demandes en hausse

    Investir dans un bien à la Côte n’est cependant pas du ressort de tout le monde. D’autant que le prix moyen des appartements a augmenté de 5,5 % en 2019 par rapport à l’année précédente. La fédération des notaires le chiffre à 275.507 €. Le prix moyen d’un appartement sur la digue a également augmenté : 341.075 € en moyenne, soit une augmentation de 4,5 % comparé à 2018.
    Ces fortes sommes ne rebutent cependant pas les acheteurs puisque le nombre de transactions immobilières a augmenté de 6,9 % l’an dernier. Selon Fednot, les plus fortes hausses ont été enregistrées à Heist-aan-Zee (+22,7 %), Coxyde (+18,2 %), Blankenberge (+16,9 %) et Zeebrugge (+15 %). Le nombre de transactions a diminué uniquement à Nieuport (-1,1 %), à Bredene (-1,0 %) et au Coq (-2,5 %).
    « Notre Côte reste populaire auprès des acheteurs de tous les âges. L’augmentation du nombre de transactions immobilières sur la Côte est certainement liée à la suppression du woonbonus (bonus logement) en Flandre. En Flandre occidentale, cela a eu comme conséquence une augmentation de +11,9 % du nombre de transactions », a commenté le notaire ostendais Bart van Opstal.
    M. Baert, d’Ultimmo, souligne pour sa part que cette tendance à la hausse s’est confirmée dans les premiers mois de 2020 : « On a bien travaillé en début d’année. » Mais ensuite, la crise du coronavirus est passée par là et on a assisté à une chute des transactions assez spectaculaire : – 32,8 % au cours du premier mois de confinement. Lors du deuxième mois de confinement, la baisse à la Côte était plus importante que dans le reste du pays : – 28,5 % à la Côte contre -18,1 % au niveau national, a confirmé le notaire Bart van Opstal.
    Le prix moyen d’un appartement à la Côte varie fortement d’une commune à l’autre. En 2019, le prix moyen était compris entre 164.174 euros (à Westende) et 513.939 euros (à Knokke). La Panne et Westende étaient les deux communes les moins chères en 2019, les deux seules communes où le prix moyen est inférieur à 200.000 euros.
    Combien à Coxyde ?

    Nous avons demandé à M. Baert une petite estimation pour Coxyde : un appartement 2 chambres sur la digue s’affiche en moyenne dans son agence à 300.000 €. Et une maison 2 chambres, avec travaux à prévoir et à l’intérieur des terres, à 350.000 €.

     

    Article de M.P.

    Source

  • Une plaine de jeux à Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Après avoir répondu à l’appel à projets « C’est ma ruralité ! », la commune de Nandrin avait été sélectionnée et a reçu un subside de 15.000 euros pour mettre sur pied son projet « Rencontre le long du voye di messe ».

    Mardi soir, les élus ont approuvé le cahier des charges. Il s’agit de créer une plaine de jeux et un étang didactique entre l’école de Saint-Séverin et ce chemin avec, notamment, un petit pont en bois.

    Cet aménagement, accessible à tous, revient en tout à 26.230 euros et devrait voir le jour cette année.

    Article de AG 

    Source

  • Nandrin supprime la taxe sur les plats à emporter !!!

    Lien permanent

    La réunion du conseil communal s’est tenue mardi soir exceptionnellement à la salle Saint-Séverin, en raison de la distanciation sociale à respecter.

    Les élus ont voté deux mesures d’allégement fiscal dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19, pour l’année 2020.

    La première taxe économique supprimée concerne les plats à emporter. Une taxe étonnante mais très ancienne : « plus de 25 ans », estime le bourgmestre, Michel Lemmens.

    Elle vise les trois friteries de l’entité, qui permettent de manger à l’extérieur.

    « A l’époque, elle avait été mise en place pour compenser le coût du nettoyage communal des abords des friteries où les clients jetaient leurs sachets, raviers et boissons.

    C’était une taxe dissuasive, un peu à l’image des dancings » D’un montant de 1.875 euros (625 euros par friterie), elle a donc été gelée pour l’année 2020.


    Autre taxe économique non enrolée cette année, la taxe sur les panneaux publicitaires, aussi bien pour les contribuables nandrinois que les grosses entreprises.

    D’un montant de 7.000 euros, elle a donc été gelée.


    Mardi soir, le conseil communal a ratifié ces décisions du Collège, prises antérieurement. 

    Article de Annick Govaers 

    Source

  • Fonds d’urgence de 4 millions d’euros pour le sport !!!

    Lien permanent

    Afin d’apporter une aide directe aux secteurs touchés par les mesures de confinement, un Fonds d’urgence a été mis en place par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 4 millions d’euros sont directement affectés au sport.

    La subvention est destinée à soutenir des opérateurs actifs reconnus dans le secteur du sport par la Fédération Wallonie-Bruxelles dont la viabilité financière est menacée du fait de l’application des mesures sanitaires de confinement.

    Cette viabilité financière de l’opérateur sera évaluée en tenant compte des risques de manque et/ou d’absence de trésorerie suite à l’annulation d’organisations et de manifestations sportives entre le 13 mars et le 14 juin 2020.

     

     Qui sont les bénéficiaires ?

    Comment introduire votre dossier? Quelles sont les dépenses admissibles?


    Autant de réponses que vous trouverez dans le Vade Mecum 

    Vade Mecum Formulaire clic ici

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    Source

  • Chômage temporaire, congé parental…prolongation des mesures corona jusqu’au 31 août 2020

    Lien permanent

    Chômage temporaire, congé parental…: le Groupe des 10 trouve un accord sur la prolongation des mesures corona jusqu’au 31 août

    Le Groupe des 10 est parvenu à un « accord minimaliste » sur la prolongation jusqu’au 31 août des mesures corona proposées par le gouvernement pour aider les entreprises et leurs employés à surmonter la crise liée au coronavirus, a fait savoir jeudi soir le président de la FGTB Robert Vertenueil. Patrons et syndicats doivent se retrouver le 15 juin en vue de discuter d’une prolongation éventuelle jusqu’à la fin de l’année. « Nous aurons alors une meilleure vision de la situation économique », a indiqué Pieter Timmermans, CEO de la FEB (Fédération des entreprises de Belgique).

    L’accord porte avant tout sur la prolongation du chômage temporaire pour force majeure, mais aussi sur le congé parental corona, le gel de la dégressivité des allocations de chômage… « Toutes les mesures prises jusqu’au 30 juin sont reconductibles, sans modification, jusqu’au 31 août », détaille le responsable de la FGTB.
    Syndicats et employeurs ont convenu de se retrouver le 15 juin afin de déterminer si ce paquet de mesures peut être prolongé jusqu’à la fin de l’année. « Les patrons sont demandeurs d’une telle prolongation, mais si le chômage temporaire est maintenu aussi longtemps, nous pourrions alors demander de revoir à la hausse les indemnités de chômage versées aux travailleurs », explique Robert Vertenueil.

    D’ici la mi-juin, le Conseil national de sécurité aura émis de nouvelles recommandations et la Banque nationale (BNB) aura publié de nouvelles analyses, ajoute M. Vertenueil.
    « Il est important de ne pas se prononcer à trop long terme afin de prendre des mesures qui soient appropriées au mieux à la situation en temps réel de la pandémie », justifie Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC.
    La décision du Groupe des 10 va être communiquée au gouvernement fédéral qui décidera s’il suit l’accord trouvé par les interlocuteurs sociaux.
    La question des pécules de vacances à verser aux employés n’a par contre pas été tranchée jeudi soir. « Les employeurs souhaitent être aidés au travers de baisses de cotisations sociales qui se feraient par le biais de la Sécurité sociale, ce que nous refusons », ajoute le président du syndicat socialiste.
    Dans le calcul de ce pécule de vacances, le gouvernement a décidé d’assimiler la période de chômage temporaire de force majeure à du travail, « mais il convient maintenant de se demander qui va payer. Les entreprises ne peuvent pas faire face à un tel coût », nuance Pieter Timmermans, CEO de la FEB

     

    Source

  • Le remboursement de certains abonnements est possible en raison de la pandémie de Covid-19!

    Lien permanent

    Salles de sport, transports en commun: le remboursement de certains abonnements est possible en raison de la pandémie de Covid-19!

    Si les conditions générales de vente sont globalement d’application, certaines sociétés donnent des alternatives à leurs clients.

    Vous évitez de prendre les transports en commun depuis le début de la pandémie de coronavirus ? Votre abonnement à la salle de sport ne vous sert à rien depuis plusieurs semaines ?

    Le remboursement de certains abonnements est possible en raison de la période exceptionnelle que nous vivons.


    Malheureusement, et comme l’explique la RTBF, les transports en commun, que cela soit les TEC, la SNCB ou la STIB, fonctionnent tous selon les conditions générales de vente. Le remboursement d’un abonnement se fera donc sous conditions. Le hic ? Celles-ci formulent que l’annulation ou la suspension peut se faire uniquement pour une période à venir et non pour une période déjà écoulée…

     

    Stéphane Thiery, le directeur marketing des TEC, déclare à nos confrères : « Dans les conditions générales de vente, on ne règle pas le passé. On règle le futur. Le transport en commun a continué à rouler. Si quelqu’un ne peut plus aller sur le transport en commun, pour la période qui est devant lui, il peut se faire rembourser pour la partie d’abonnement déjà payée pour le futur. On ne rembourse pas l’abonnement du passé ».


    En ce qui concerne les salles de sport, des alternatives ont été proposées par certaines sociétés aux clients : ne rien réclamer pour soutenir le club sportif, demander une suspension ou un remboursement de l’abonnement, ou encore bénéficier d’avantages que vous n’aviez pas avant le confinement. Même son de cloche au niveau du secteur culturel qui fonctionne… « au cas par cas ».


    Julie Frères, porte-parole de Test-Achats, déplore la situation : « Malheureusement, il n’y a pas de règles spécifiques qui s’appliquent en cas de force majeure d’un abonnement qu’on aurait conclu ».

     

    Source

  • Oui la crise du coronavirus a eu un impact sur les prix dans nos supermarchés !!!

    Lien permanent

    Les prix dans les supermarchés ont bien augmenté

    Oui la crise du coronavirus a eu un impact sur les prix dans nos supermarchés. C’est ce que révèle ce jeudi Test-Achat


    L’épidémie du coronavirus aura bien eu un impact sur les prix dans les supermarchés. C’est en tout cas ce que révèle ce jeudi Test-Achats. La raison de cette augmentation ? L’interdiction temporaire des promotions.


    « Les hausses ont été les plus importantes chez Carrefour Hyper, Collect & Go et Colruyt. Au pic de la période, ces supermarchés étaient 5 à 6 % plus chers qu’au début mars », précise l’association des consommateurs.


    Pourtant, depuis quelque temps, les promotions ont fait leur retour dans les magasins. Cela n’aurait donné lieu qu’à « quelques ajustements ».

    Une première baisse, « légère d’environ 1 % chez Colruyt, Collect & Go et Cora », a été constatée début avril. Puis, le retour des folders promotionnels, accompagnés de nouvelles réductions, a eu un effet chez Albert Heijn : « une baisse de prix de -2 % et une réaugmentation de + 2 % la semaine suivante, selon que les produits de notre panier soient ou non en promotion », précise Test-Achats.

    Et pour mai ? L’association indique que « Colruyt, Collect & Go et Carrefour Hyper ont affiché une tendance à la baisse encourageante. Cependant, leur niveau de prix était toujours de 4 % et 3 % supérieur à celui de début mars ».


    Mais, pour Test-Achats, « la tendance observée semble maintenant s’inverser. Colruyt est actuellement 5,2 % plus cher qu’au début mars. Sur la même période, Collect & Go a enregistré une hausse de 4,1 % et Carrefour Hyper de 3,7 %. Chez Albert Heijn, le niveau des prix est actuellement 1,5 % plus cher qu’au début mars.

     

    Chez Delhaize, l’augmentation est limitée à 0,5 %.

    Les prix chez Match et Intermarché sont assez stables depuis un moment ; ils sont même un peu moins chers qu’au début mars. »

    Source

  • Une sur-prime de la commune à Nandrin pour les audits énergétiques

    Lien permanent

    Dans le cadre de la mission Rénov’Energie, dont la première saison a été lancée 2018-2019 par le GAL Pays des Condruses, plusieurs communes ont proposé à leurs habitants de les accompagner dans leurs démarches de rénovation énergétique (isolation, chauffage, solaire, éclairage)

    . L’accompagnement proposé est personnalisé et gratuit, car subventionné par des fonds européens, wallons et communaux.


    La commune de Nandrin, signataire de la Convention des Maires (objectif : -40 % de CO2 d’ici 2030), prend activement part à l’opération Rénov’Energie. Avec une frange Ecolo dans sa majorité, elle essaie d’encourager un maximum ses citoyens à réaliser des diagnostics énergétiques chez eux, dans l’espoir qu’ils entreprennent par la suite un projet de rénovation énergétique visant à diminuer leur production de CO2 et leur consommation en énergie.

    Les maisons, 20 % du CO2


    « Au niveau du territoire communal, près de 20 % de la production de CO2 provient des habitations, qui sont souvent mal isolées, » souligne le bourgmestre Michel Lemmens. « Lorsque le certificateur agréé du GAL se rend chez vous pour un pré-audit, cela coûte 60€, qui sont remboursés si vous entreprenez l’audit complet par la suite.

    L’audit consiste à une analyse approfondie des murs, de la toiture, du vitrage, de la chaudière, de l’électricité…

    On vous indique les pistes de financement pour réduire votre empreinte carbone et, à terme, réaliser des économies. »

    En prenant part au projet Rénov’Energie, la commune espère convaincre des citoyens pour avoir un impact plus global sur les émissions de la commune. Afin de les aider à se lancer dans la démarche, elle propose une sur-prime sur l’audit de leur habitation.

     

    Un budget de 5.000€ en 2020


    Cette aide de la commune est un supplément à la prime sur l’audit déjà versée par la Région Wallonne, qui s’élève entre 110 et 660€ en fonction de votre revenu. Par exemple, si vous gagnez plus de 97.700€/an, c’est 110€.

    Si vous gagnez moins de 23.000€ par an, c’est 660€. « La commune ajoute 50 % de ce montant, soit entre 55 et 330 €, » explique le bourgmestre.

    « C’était un budget communal de 3.000 € en 2019 et c’est 5.000 € en 2020.

    On verse entre 25 et 30 primes par an. C’est un chouette petit coup de pouce pour se lancer. »


    Reste maintenant à faire connaître cette aide aux citoyens. Une campagne de publicité et une première réunion d’information ont eu lieu en début d’année, mais la crise sanitaire a ralenti l’opération.


    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

     

    Michel Lemmens, Bourgmestre de Nandrin, participe à l'opération Renov'Energie, découvre la vidéo

     

    energie .jpg

     

     

  • Des jours sombres en perspective, des centaines de millions de pertes pour nos communes

    Lien permanent

    La crise du Covid aura aussi de lourdes conséquences pour les communes et leurs finances. Ce mardi, lors d’une rencontre avec le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, quelques chiffres plutôt effrayants ont été évoqués. M. Dermagne a tenu tout d’abord à souligner la gestion, selon lui exemplaire, des communes et de leurs autorités confrontées au Covid.

    Mais le plus dur reste à venir.


    Le plus gros manque à gagner guettant les communes a trait aux taxes additionnelles sur l’impôt des personnes physiques.

    En 2018, selon les chiffres de l’Union des villes et des communes de Wallonie, les additionnels à l’IPP représentaient 18,9 % des recettes des communes. Or, selon le ministre Dermagne, ces recettes pourraient baisser de 12 % l’an prochain. Pourquoi ?

    À cause des pertes de revenus estimées de nombreux Wallons.

    Nous avons évoqué ce lundi le nombre de pertes d’emploi que l’on peut craindre à cause de la crise sanitaire.


    Toujours selon des estimations, les pertes (ou le manque à gagner) pour 2020 seraient de 180 millions d’euros et de 300 millions d’euros en 2021 pour les 253 communes wallonnes (les germanophones ne sont pas comptées).

    Énorme, évidemment. Et ce n’est pas tout. D’autres recettes vont aussi faire défaut.

    Par exemple des taxes sur les parkings, réduites à cause du ralentissement de l’activité.

    Ou les taxes sur l’Horeca, pour les mêmes raisons. Et il faut ajouter des frais supplémentaires à venir pour les CPAS.

    Déficit


    Face à cette situation et aux temps difficiles qui s’annoncent, le gouvernement propose une série de mesures.

    Tout d’abord, il autorisera un déficit budgétaire de 3 % en 2020 (lors de l’ajustement budgétaire à venir) et de 5 % en 2021. Les communes pourront aussi puiser dans leurs réserves.

    « Et pour ceux qui ne peuvent pas le faire, il y aura des emprunts à taux zéro via le Crac (Centre régional d’aide aux communes, NdlR), pour financer le déficit du Covid, remboursable sur 10 ans », explique Pierre-Yves Dermagne.

    « De plus, les communes pourront participer au processus de relance, soit en puisant dans les réserves du budget extraordinaire (celui réservé aux gros investissements, NdlR), soit de l’ordinaire.

    Par exemple, les communes qui mettent en place des chèques pour aider le commerce local ou le secteur culturel. Les communes pourront contracter un emprunt sur 20 ans maximum, de 100 € maximum par habitant. »


    Rassurer les contribuables


    Le soutien à la relance permettra aussi d’amortir le choc pour certains métiers et de préserver des recettes fiscales.
    Enfin, pour rassurer les contribuables, M. Dermagne précise qu’il « n’est pas question d’autoriser une augmentation de la fiscalité locale » pour compenser les pertes.

    Article et rédaction par Benoît Jacquemart

    Source