Écoles - Page 3

  • Des vieux GSM ont été récoltés dans les écoles : 118 kg

    Lien permanent

    Selon une estimation, plus de 3 millions de téléphones portables dorment dans les tiroirs des Belges. Au printemps, la Région wallonne avait lancé une grande collecte dans les écoles secondaires et supérieures afin de recycler ces appareils via l’ASBL Recupel. Le bilan vient de tomber. « Nous avons pu récupérer 118,6 kg, ce qui fait près de 1.500 GSM et smartphones », indique le cabinet du ministre wallon de l’Environnement, à la base de l’initiative.

    L’opération n’avait duré que quatre jours, du 1er au 4 avril. « C’est typiquement le genre d’organisation qui doit s’installer dans le temps et devenir un rendez-vous annuel. Tout le monde n’a pas eu le temps de vider son téléphone de ses données pour pouvoir le donner dans le timing prévu », explique le cabinet Di Antonio, donnant en exemple le Grand nettoyage de printemps. Lors de son lancement en 2015, 10.000 volontaires avaient accepté de se retrousser les manches pour nettoyer les abords de leurs communes. En 2019, ils étaient 163.055. Le nombre de participants a donc été multiplié par seize en l’espace de quelques années. « On pourrait connaître une croissance de ce type avec les GSM usagés », estime-t-on chez le ministre wallon de l’Environnement. Au-delà de la récolte, l’objectif était également de sensibiliser les jeunes, grands consommateurs de ces joujoux technologiques.

    Peu écologiques

    Aujourd’hui, ils comptent plus de 70 matériaux différents, dont une cinquantaine de métaux. Leurs alliages sont parfois complexes et rendent nombre d’entre eux difficiles à recycler. Les éléments viennent de partout sur la planète. Entre sa fabrication et sa livraison, un smartphone aura « parcouru » l’équivalent de quatre fois le tour du monde… Pas très écologique.

    Par Y.H.

    Source 

  • Bonne nouvelle pour l’école communale de Villers-le-Temple

    Lien permanent

    Deux critères étaient prépondérants pour espérer des subsides : que le conteneur existant entre dans les critères d’  « insalubrité » retenus et que le projet comprenne la création de maximum 4 classes (+ 2 de remplacement). Bonne nouvelle, le dossier de l’école de Villers-le-Temple a été retenu comme éligible au subside du Conseil de l’Enseignement des Communes et des Provinces. Une enveloppe d’un million d’euros sur dix ans, dont il faut retirer 133.589 euros déjà utilisés pour refaire l’électricité des implantations de Villers et Saint-Séverin. « Nous pouvons donc espérer 850.000 euros. Nous saurons en décembre si nous recevons toute la somme, moins, ou rien... Dans la mesure où nous avons un beau projet fédérateur et que la commune de Nandrin n’a rentré que trois dossiers de subventions scolaires en 25 ans, nous avons de bonnes chances d’être repris », espère le bourgmestre. Au total, le projet reviendra à 1,4 million d’euros, selon les premières estimations. « Si nous n’avons pas de subside, nous le ferons quand même mais ce sera au détriment d’autres choses, forcément.  »

    Mélange d’ancien et de contemporain

    C’est le bureau Architectes et Associés sa, de Liège, seul à avoir remis offre, qui a obtenu le marché et conçu les plans.

     

    Le plan global.
    Le plan global. - Arch. et Associés

     

    Ceux-ci prévoient la construction d’une aile moderne, accolée à l’ancienne école. Elle est plus grande (500 m² au sol) mais en retrait. « Entre les deux bâtiments, il y a une zone tampon, un grand hall qui sert d’entrée. Il était important de créer un ensemble cohérent et un accès unique côté parking », décrit Vincent Evrard, chef de projets pour Architectes et Associés.

     

    Un projet d’1,4 million d’euros.
    Un projet d’1,4 million d’euros. - Architectes et Associés

     

    De grandes baies vitrées distribuent la lumière mais peuvent être occultées. Dans la nouvelle construction, pensée dans un esprit de développement durable (avec panneaux photovoltaïques notamment), les classes sont d’ailleurs orientées au nord « pour avoir une bonne luminosité et éviter les surchauffes », précise-t-il. Le rez est réservé aux classes de maternelle et l’étage aux classes de primaire. Il y a par ailleurs un ascenseur qui dessert le rez, le niveau intermédiaire (la cour de récréation en demi-niveau) et le premier étage. Notons que la classe à côté de la cabine à haute tension sera rasée.

    La fin des conteneurs

    Quid des conteneurs? Le but est qu’à la fin du chantier, il n’y en ait plus. En attendant, il faudra s’organiser. « Actuellement, deux classes (5e et 6e primaire) sont dans le conteneur de chantier. On en a racheté un pour servir de garderie pendant les travaux à la maison de quartier. Fin d’année, la garderie retourne à la maison de quartier et les classes migreront vers le nouveau conteneur, le temps du chantier de la nouvelle aile », programme Michel Lemmens. Si tout va bien, en 2021-2022, la partie « historique » (du 19e) de l’école fera l’objet d’une remise aux normes pour 800.000 euros environ, avec des subsides UREBA: isolation de toiture, de murs etc. « Cette zone sera donc en chantier jusqu’en 2023 », estime-t-il.

     

    Et Saint-Séverin ?

    Viendra ensuite le tour de l’école de Saint-Séverin. « Là, il ne s’agit pas d’une construction mais d’une réfection du bâtiment principal. »

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

  • D’ici quelques mois le ramassage scolaire et des activités en calèche à Nandrin

    Lien permanent

    La commune de Nandrin souhaite transporter les élèves en calèche

    Les arrêtés ministériels sont en cours de rédaction, on saura bientôt si la candidature de la commune de Nandrin est retenue par René Collin et le Gouvernement wallon. L’échevin de la mobilité Ecolo de Nandrin, Sébastien Herbiet, a en effet rentré un dossier lors de l’appel à projet visant l’utilisation moderne et innovante du cheval de trait. « Nandrin étant une commune rurale, pourquoi ne pas y réintégrer le cheval de trait ? Nos fermes en étaient pleines à une époque. C’est un retour aux sources ! Par ailleurs, le cheval a un aspect didactique et crée une ferveur auprès des enfants. Raison pour laquelle j’ai pensé à organiser des transports scolaires en calèche », explique Sébastien Herbiet.

    De courts trajets

    Concrètement, la commune passerait un partenariat avec un professionnel possédant des chevaux de trait et un char à bancs pour tirer les enfants lors d’activités scolaires ou même pour le ramassage scolaire. « Aujourd’hui, si les élèves de Saint-Séverin vont au hall de Villers-le-Temple, ils prennent le bus scolaire. Le cheval de trait pourrait le remplacer, en tout cas pour les petits trajets, car il ne va forcément pas vite. Le principe peut s’appliquer aussi pour une visite de ferme dans la commune, par exemple. »

    Pour expliquer le concept d’équibus, l’échevin s’est rendu avec un cheval de trait dans les trois implantations nandrinoises, à Villers, à Saint-Séverin mais aussi au sein de l’école libre Saint-Martin. Il a sondé le personnel enseignant et les parents pour cerner les besoins et les opinions. « Les réactions sont très positives. Les parents partants pour un ramassage scolaire et des activités en calèche ont inscrit leurs coordonnées sur une fiche, pour que nous puissions géolocaliser la demande. »

    Dans le PST

    Couvert, le char à bancs ne serait utilisé que lors de la belle saison, et uniquement pour les petits trajets internes à la commune.

    Et si la demande de Nandrin est rejetée par le ministre de la ruralité ? « Nous avons inscrit ce point dans notre Programme Stratégique Transversal (à l’ordre du jour du conseil communal de ce mercredi NDLR) à Nandrin, et vu l’engouement suscité par le projet, je pense qu’il y a moyen de la concrétiser », conclut-il, confiant.

    ANNICK GOVAERS

    Source 

    pst.jpg

  • Athénée Royal Agri-St-Georges reconnus "Etablissement sportif 2018 - 2019" par la Fédération Sportive Wallonie-Bruxelles Enseignement.

    Lien permanent

    ils l'annoncent sur leur page Facebook 

    "Grâce aux belles prestations de nos étudiants, nous sommes reconnus "Etablissement sportif 2018 - 2019" par la Fédération Sportive Wallonie-Bruxelles Enseignement.

    Athénée Royal Agri-St-Georges

  • À l’initiative du comité de parents école communale de Villers le Temple , des ateliers de jonglerie et d’équilibre sont proposés aux élèves

    Lien permanent

    Un cirque à l’école pour les jours blancs

    Sur la pelouse de l’école communale de Villers-le-Temple (Nandrin) se dresse un petit chapiteau circulaire rouge et jaune. Depuis lundi, et ce, jusque vendredi, l’ASBL Crazy Circus anime les jours blancs.Chaque matinée et après-midi, les élèves de l’accueil à la 6e primaire participent avec leur classe à des ateliers sur la thématique du cirque.

    Jonglerie et équilibre

    Durant 1h30 pour les plus grands et 1h pour les plus petits, les écoliers travaillent des exercices de jonglerie et d’équilibre. « Il y a six ateliers jonglerie et 4 sur l’équilibre, explique Lorian Demierbe, animateur chez Crazy Circus. On adapte en fonction des âges. »

    Bolas, bâton du diable, ruban, drapeau, mini-vélo ou encore tonneau, les ateliers sont variés afin de montrer aux apprentis circassiens un large panel des métiers du cirque. « Chaque activité dure entre 5 à 10 minutes. Ce qu’ils connaissent en général le mieux ce sont le bâton du diable et les assiettes chinoises pour la jonglerie et le câble funambule pour l’équilibre. Le reste est de la pure découverte. Je suis en tout cas épaté car ils ont un très bon niveau. »

    Avant de débuter, l’animateur prend le temps d’expliquer la technique et les règles de sécurité à suivre pour chaque exercice.Et son œil attentif corrige les petites erreurs avec bonne humeur dès qu’elles se manifestent. Ce mardi après-midi, la classe de 6e primaire d’Étienne Ramelot se veut attentive et motivée malgré la chaleur. L’ambiance est bon enfant et chaque élève semble séduit par l’animation.

    « C’est vraiment quelque chose qui les amuse et qu’ils n’ont pas souvent l’occasion de faire, commente l’instituteur. C’est une chouette activité de fin d’année. Et le fait de travailler sous le chapiteau rend l’animation plus vivante, cela n’aurait pas eu la même saveur dans la salle de gym. »

    Réservé il y a un an

    Cette initiative originale a été mise en place par l’association du comité des parents d’élèves. « On essaye chaque année d’offrir un petit plus aux enfants, précise Laurence Tahay, présidente de l’association. Plutôt que d’offrir quelque chose de banal, comme un cartable ou un plumier, on a préféré leur offrir quelque chose qu’ils peuvent vivre ensemble et qui sort de l’ordinaire. »

    Et cela fait un an que l’association a réservé le pack full option avec le chapiteau. « On voulait vraiment pouvoir faire cette animation durant la semaine des jours blancs. »

    J.RE.

    Source clic ici 

    Photo archive sur le blog .

     

    Toutes les photos clic ici 

     

     

  • Un beau succès pour la Brocante de l'école Saint-Martin Nandrin sous la chaleur d'un début de canicule à Nandrin

    Lien permanent

    Si en 2018, 550 brocanteurs s’étaient déplacés, ils étaient plus de  600 cette année. 

    Ils ont étalé leur marchandise sur près de 4 kilomètres, rue Rolée,  rue Sylvain Gouverneur, dans et autour de l’école Saint-Martin, et même sur la place communale des allées devant l’administration.

    65115088_388147915382410_6204119570907660288_n.jpg

    64988485_324717921800118_7911513863005143040_n.jpg

    64787480_896643890676331_925079322119634944_n.jpg

  • Pour les festivités de fin d'année à l'école Saint-Martin Nandrin , un attelage de chevaux ardennais à l'école

    Lien permanent

    Ce vendredi 21 juin 2019 , dans le cadre des festivités de fin d'année,  l'école Saint-Martin de Nandrin a eu le plaisir d'avoir un attelage de chevaux ardennais à l'école.

    Attelage Bernard Ridelle 

    Les petits des classes maternelles ont  profité avec leur institutrice l'après-midi, entre 13h et 15h30.

    A partir de 15h30, toutes les familles de l'école ont également monté à bord pour un petit circuit dans le centre du village. Les enfants étaient  accompagnés par un membre de leur famille.

    65213792_400610120545393_2793313628281896960_n.jpg

    64572885_917165175292456_4510134780888612864_n.jpg

  • Comment gérer l’échec scolaire de votre ado ? Les conseils d’une psychoéducatrice

    Lien permanent

    Votre enfant n’a-t-il rien foutu de toute l’année ? S’est-il réveillé trop tard ? A-t-il bossé comme un fou pour un résultat décevant ? Autant de cas de figure qui ne changent rien à l’affaire et qui, à écouter Valentine Anciaux, ne doivent pas vous faire hurler.

    Une expérience

    « De toute manière, c’est une expérience dont il faut tirer parti », explique la psychoéducatrice. « Discutez avec votre enfant. Dans le premier cas de figure que vous citez, demandez-lui son projet de vie, comment il compte attaquer l’année prochaine, les choix qu’il veut faire. S’il s’est réveillé trop tard, parlez-lui de sa stratégie qui n’a visiblement pas été optimale. Vous pouvez l’aider à préparer la session du mois d’août, peut-être avec l’aide d’un spécialiste du soutien scolaire… Et s’il a beaucoup travaillé sans y arriver, parlez avec lui de son orientation, mais surtout valorisez ses efforts. Valorisez votre enfant, dites-lui que vous avez confiance en lui. »

     

     

    Valentine Anciaux et Stéphanie de Schaetzen ont lancé psychoeducation.be, un site qui mérite le coup d’œil.

    « Narcissiquement, c’est épouvantable pour un ado de rater son année. Il est important de débriefer son résultat, mais aussi de laisser un temps pour lui permettre de digérer cette information », reprend Mme Anciaux. « Il ne sert à rien de le priver de vacances, de lui en parler sans arrêt, d’en rajouter. On peut très bien laisser passer le mois de juillet et préparer une seconde session en août. N’oubliez pas qu’un ado n’est pas son bulletin, que ce document ne reflète pas tout son être. »

    Pas de punition donc, « car c’est contre-productif…Mais si cela n’a pas marché en néerlandais, on peut envisager un stage en Flandre, par exemple. Imaginons que ce soit un stage de voile et qu’il adore ça, cela peut être très intéressant. Toujours avec son consentement, bien sûr. »

    La spécialiste lâche ensuite une phrase qui surprendra plus d’un parent : « Pour 75 %, nos réussites sont dues à l’intelligence émotionnelle et pour 25 % à nos connaissances ».

    Intelligence émotionnelle

    L’intelligence émotionnelle ? « Se connaître, avoir la maîtrise de soi, être capable de se fixer des objectifs et de les atteindre (automotivation), l’empathie ou la capacité de comprendre le mode d’emploi des autres et les relations interpersonnelles : « Tu as plein de potes, ce n’est pas rien ». Il est important de valoriser d’autres choses que les résultats scolaires et on peut profiter des vacances pour cela. Il n’y a pas que l’école mais plein de chemins pour réaliser ses rêves. Une expérience scolaire malheureuse ne signifie pas que vous ne pourrez pas faire un super-job plus tard. L’enfant qui passe son temps sur son smartphone, au désespoir de ses parents, va peut-être en tirer des choses incroyables qui feront sa réussite professionnelle plus tard. Aujourd’hui, des formateurs vont en entreprise pour développer cette intelligence émotionnelle. »

    En une phrase comme en cent : parents, ayez plus confiance dans le capital de vos enfants !

    Article de DIDIER SWYSEN

    Source 

  • Ce vendredi 21 juin 2019,les festivités de fin d'année à l'école Saint-Martin Nandrin , un attelage de chevaux ardennais à l'école

    Lien permanent

    Ce vendredi, dans le cadre des festivités de fin d'année, nous aurons le plaisir d'avoir un attelage de chevaux ardennais à l'école.

    Les petits des classes maternelles pourront en profiter avec leur institutrice l'après-midi, entre 13h et 15h30.

    A partir de 15h30, toutes les familles de l'école pourront également monter à bord pour un petit circuit dans le centre du village. Les enfants seront accompagnés par un membre de leur famille.

    mini.JPG

    TOURNOI DE FIN D’ANNÉE
    Vendredi 21 juin 2019

    15h00 Activités sportives Matchs de foot des enfants (M2-M3-P1e-6e années) : 15h00 Élèves de St-Martin-Ste-Reine TOURNOI de foot : 17h00 Demi-finales PARENTS-ANCIENS – NC BOYS TINLOT – LA GOYA 19h00 Consolation & finale TOURNOIS de volley et de basket : À partir de 18h30
    17h30 Récital de chant par les élèves de P1 et P2
    19h30 Barbecue « brochette de volaille, saucisse et ratatouille » (RESERVATION OBLIGATOIRE) 21h30 Animation musicale avec D.J. HUGO

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..doc

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..pdf

  • Tournoi de fin d'année mini foot St Martin Nandrin 21 juin 2019

    Lien permanent

    TOURNOI DE FIN D’ANNÉE
    Vendredi 21 juin 2019

    15h00 Activités sportives Matchs de foot des enfants (M2-M3-P1e-6e années) : 15h00 Élèves de St-Martin-Ste-Reine TOURNOI de foot : 17h00 Demi-finales PARENTS-ANCIENS – NC BOYS TINLOT – LA GOYA 19h00 Consolation & finale TOURNOIS de volley et de basket : À partir de 18h30
    17h30 Récital de chant par les élèves de P1 et P2
    19h30 Barbecue « brochette de volaille, saucisse et ratatouille » (RESERVATION OBLIGATOIRE) 21h30 Animation musicale avec D.J. HUGO

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..doc

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..pdf

  • Tournoi de fin d'année mini foot St Martin Nandrin

    Lien permanent

    TOURNOI DE FIN D’ANNÉE
    Vendredi 21 juin 2019

    15h00 Activités sportives Matchs de foot des enfants (M2-M3-P1e-6e années) : 15h00 Élèves de St-Martin-Ste-Reine TOURNOI de foot : 17h00 Demi-finales PARENTS-ANCIENS – NC BOYS TINLOT – LA GOYA 19h00 Consolation & finale TOURNOIS de volley et de basket : À partir de 18h30
    17h30 Récital de chant par les élèves de P1 et P2
    19h30 Barbecue « brochette de volaille, saucisse et ratatouille » (RESERVATION OBLIGATOIRE) 21h30 Animation musicale avec D.J. HUGO

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..doc

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..pdf

  • Comment occuper les élèves après les examens ? Jours blancs pour le climat ?

    Lien permanent

    Jours blancs pour le climat : les jeunes vont adorer

    C’est l’activité numéro 30 de la circulaire : le sommet des jeunes pour le climat qui se tiendra à Namur, les 26, 27 et 28 juin.

    Elle entre donc très officiellement dans la longue liste des manifestations ouvertes aux jeunes de nos écoles dans cette période, un peu floue, entre la fin des examens et le début des vacances.

    Pour les « grands »

    L’activité est ouverte aux ados de 4e, 5e et 6e secondaires qui souhaitent agir de façon concrète pour limiter le réchauffement climatique. Ce sommet sera, pour eux, l’occasion de passer à l’action. « Nous vous proposons une simulation de prise de décisions pour trouver des mesures aussi pertinentes que concrètes en faveur du climat et ce, en conditions quasiment réelles », leur promettent les organisateurs. Pendant ces trois jours, ils disposeront de la présence d’experts pour les conseiller, notamment le Professeur Damien Ernst (énergie), Xavier Miny (droit), etc.

    Afin que l’inscription soit valide (elles sont clôturées le 12 juin), les intéressés doivent l’accompagner d’une courte lettre d’intérêt reprenant leurs motivations ainsi qu’une à trois idées en faveur du climat. Idées qui seront approfondies lors du Sommet, avec l’aide des experts, et présentées devant le Parlement wallon (infos sur : lampspw.wallonie.be/dgo4/site_colloques)

    L’activité fait partie d’une circulaire d’une trentaine de pages envoyée à toutes les écoles. Y figurent une soixantaine d’autres initiatives axées autour de cinq thématiques : l’environnement et le développement durable (sensibilisation au tri des déchets, au gaspillage alimentaire, initiation à la biodiversité, etc.), la citoyenneté (déconstruction des stéréotypes, des préjugés et du racisme en classe, développement de la dimension interculturelle à l’école et du vivre ensemble, découverte du monde de l’entreprise…), la culture (découverte de courts-métrages et de films belges et internationaux, développement des arts plastiques, initiation à l’utilisation d’Internet…), le sport et les loisirs (visites de ville, excursions à vélo, jeux de rôle, etc.).

    Activités gratuites

    Rappelons que la plupart de ces activités sont gratuites ou accessibles à un faible coût. ; Et que les écoles ne sont nullement obligées de les mettre à disposition de leurs élèves.

    Ces dernières années, ce sont approximativement 6.000 jeunes qui en ont bénéficié à chaque fois.

    Article DIDIER SWYSEN

    Source 

     
  • Tournoi de fin d'année mini foot St Martin Nandrin 21 juin 2019

    Lien permanent

    TOURNOI DE FIN D’ANNÉE
    Vendredi 21 juin 2019

    15h00 Activités sportives Matchs de foot des enfants (M2-M3-P1e-6e années) : 15h00 Élèves de St-Martin-Ste-Reine TOURNOI de foot : 17h00 Demi-finales PARENTS-ANCIENS – NC BOYS TINLOT – LA GOYA 19h00 Consolation & finale TOURNOIS de volley et de basket : À partir de 18h30
    17h30 Récital de chant par les élèves de P1 et P2
    19h30 Barbecue « brochette de volaille, saucisse et ratatouille » (RESERVATION OBLIGATOIRE) 21h30 Animation musicale avec D.J. HUGO

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..doc

    Tournoi St-Martin Programme (2019)..pdf

  • Améliorer le bien-être en milieu scolaire

    Lien permanent

    Dès la rentrée des classes 2019, la Province de Liège proposera gratuitement à toutes les écoles, tous réseaux confondus, un nouvel outil de promotion du bien-être en milieu scolaire, dénommé TipTop Kids. Un test réalisé à l’école Saint-Joseph de Belleflamme, à Grivegnée.

    TipTop Kids associe le monde réel, et particulièrement certaines difficultés auxquelles les élèves peuvent être confrontés, aux nouvelles technologies. L’outil s’adresse aux élèves de 8 à 10 ans (classes de 3e et 4e années) et repose sur une application ludique sur tablette qui les emmène dans l’univers de Gluton et les invite à prendre part à une sorte de chasse au trésor. L’objectif est de renforcer le bien-être physique, mental et social ainsi que de prévenir différentes formes de discriminations. Au-delà de l’acquisition des bons comportements alimentaires, l’outil vise également à encourager la pratique d’une activité physique régulière, à développer l’esprit critique de ces jeunes vis-à-vis de ce qu’ils voient à la télévision, à renforcer et développer la confiance et l’estime de soi, à valoriser et développer la communication positive ; l’assertivité et l’empathie, à encourager l’expression des émotions ou encore la gestion non-violente des conflits.

    Source 

  • Aujourd'hui 18 mai 2019 Fancy-fair école communale de Nandrin implantation Saint-Séverin

    Lien permanent

    13 h : ouverture de la salle et du bar
    14 h : spectacle des enfants
    15 h 45 : stands de jeux - animations diverses - châteaux gonflables - parcours aventure - bar et petite restauration - grimage - tombola
    19 h : souper boulets sauce tomate ou lapin, frites, salade ou compote et dessert
    Après le souper : concert du groupe Parental Control (composé de parents d’élèves et de M. Ernest)

    Repas adulte (2 boulets) : 10 €
    Repas enfant (1 boulet) : 5 €
    Jeton jeu : 0,5 €
    Ticket boisson : 1,50 €


     

    Source 

  • Fancy-fair 18 mai 2019 école communale de Nandrin implantation Saint-Séverin

    Lien permanent

    13 h : ouverture de la salle et du bar
    14 h : spectacle des enfants
    15 h 45 : stands de jeux - animations diverses - châteaux gonflables - parcours aventure - bar et petite restauration - grimage - tombola
    19 h : souper boulets sauce tomate ou lapin, frites, salade ou compote et dessert
    Après le souper : concert du groupe Parental Control (composé de parents d’élèves et de M. Ernest)

    Repas adulte (2 boulets) : 10 €
    Repas enfant (1 boulet) : 5 €
    Jeton jeu : 0,5 €
    Ticket boisson : 1,50 €

    Réservations par e-mail (reservations@comitescolairests.be) ou par le talon reçu dans les mallettes avant le 6 mai.
    Paiement sur le compte BE90 0689 0073 2832 du comité scolaire avant le 10 mai.

     

    Source 

  • Fancy-fair 18 mai 2019 école communale de Nandrin implantation Saint-Séverin

    Lien permanent

    13 h : ouverture de la salle et du bar
    14 h : spectacle des enfants
    15 h 45 : stands de jeux - animations diverses - châteaux gonflables - parcours aventure - bar et petite restauration - grimage - tombola
    19 h : souper boulets sauce tomate ou lapin, frites, salade ou compote et dessert
    Après le souper : concert du groupe Parental Control (composé de parents d’élèves et de M. Ernest)

    Repas adulte (2 boulets) : 10 €
    Repas enfant (1 boulet) : 5 €
    Jeton jeu : 0,5 €
    Ticket boisson : 1,50 €

    Réservations par e-mail (reservations@comitescolairests.be) ou par le talon reçu dans les mallettes avant le 6 mai.
    Paiement sur le compte BE90 0689 0073 2832 du comité scolaire avant le 10 mai.

     

    Source 

  • Concert fin d'études samedi 4 mai 2019 Conservatoire de Huy

    Lien permanent

    Pour la première année, nos étudiants en fin d'études seront accompagnés par l'Orchestre de Chambre de Huy. Cet événement sera organisé sous forme de concert, le samedi 3 mai, à 19h, Hall du Conservatoire.

    Entrée gratuite.

    Conservatoire de Huy

     

  • Pour « qu’un élève soit égal à un élève »

    Lien permanent

    L’enseignement libre, qui scolarise un enfant sur deux en Belgique francophone, a lancé une campagne pour interpeller les élus sortants, à un mois des élections, afin que soit respecté le principe d’égalité entre tous les élèves. Pour ce faire, le réseau libre réclame un refinancement de son enseignement au même titre que celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    A travers un petit clip vidéo, qui retrace les différences entre le parcours scolaire de David et Nathalie - deux élèves de 6e primaire dont l’un fréquente une école du réseau officiel de la Fédération Wallonie-Bruxelles tandis que l’autre est inscrit dans une école libre -, la campagne met en lumière les subventions inégalitaires entre ces deux systèmes scolaires.

    Ainsi, l’enseignement organisé dispose de 1.620 euros pour couvrir tous les frais de fonctionnement alors que l’école libre fréquentée par Nathalie ne perçoit que 814 euros, soit 50% de moyens en moins, selon des chiffres de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Or, ces écoles doivent pourtant assurer les mêmes missions éducatives. Ces subventions couvrent tous les frais qui permettent à l’école de fonctionner, à l’exception du salaire des enseignants.

    Source 

  • PORTES OUVERTES aujourd'hui dimanche 28 avril 2019 école Libre de Nandrin

    Lien permanent

    PORTES OUVERTES dimanche 28 avril 2019
    Ste-Reine (Tinlot), 10h30-12h St-Martin (Nandrin), 15h30-17h
    https://www.saintmartinnandrin.be/ecole/

  • La ministre Schyns favorable au smartphone à l’école !

    Lien permanent

    Pas question d’imiter la France. La ministre Schyns n’entend pas interdire le GSM à l’école. Au contraire, elle encourage son utilisation, mais dans un cadre scolaire très précis, convaincue que le smartphone peut être un outil pédagogique intéressant. Les initiateurs de la start-up Wooclap ne peuvent que l’applaudir, car ils proposent de transformer les smartphones en « un outil d’apprentissage exceptionnel », disent-ils. Un atelier du salon namurois de fin avril mettra l’accent sur cette technologie.

    Un outil pour réviser

    Wooclap a lancé une plateforme permettant de créer de l’interaction lors des cours. « Nous avons dépassé le cap des 80.000 professeurs utilisateurs », se réjouit la start-up. Un exemple d’utilisation ? Le prof lance un sondage et les étudiants répondent à ses questions sur leur smartphone. Les résultats peuvent être projetés sur la présentation de l’enseignant. Si la technologie est surtout appliquée dans l’enseignement supérieur, rien n’interdit d’utiliser le smartphone dans le secondaire. En attendant, Wooclap travaille sur d’autres projets : une plateforme qui favorise la révision et pourrait remplacer le syllabus classique.

    D.SW.

    Source 

  • Les rendez-vous de l’Académie Marcel Désiron

    Lien permanent
    Les rendez-vous de l’Académie Marcel Désiron

    1. Journée des Cré-ensembles
    Mercredi 8 mai de 14h à 20h au Centre Culturel de Amay, nos apprentis musiciens sont à l’œuvre.

    2. Journée « Théâtre »
    Samedi 18 mai de 09h à 14h, les élèves des Ateliers d’Applications Créatives sont en représentation au Centre Culturel d’Amay : nos comédiens en herbe vous présentent leurs mises en scène !

    3. Concert Jazz
    Samedi 18 mai de 17h30 à 20h : participation de la section Jazz de l’Académie d’Amay au "Mithra Jazz Festival". 

    4. Evaluation instrumentale des "Qualification" et "Transition"
    Mercredi 22 mai à 18h : évaluation publique des classes d’instrument "Qualification" et "Transition", nos jeunes musiciens sont à l’œuvre à l’Académie (accès par la rue Albert 1er, grille verte).
     
     
    Entrée gratuite

    Commune d'Amay

  • Aujourd'hui jeudi 25 et vendredi 26 avril,à Namur Expo un événement consacré au secteur du numérique éducatif

    Lien permanent

    « Cela fait déjà huit ou neuf ans que nous organisons pareil événement en Norvège, en Suède ou en Finlande. C’est une première en Belgique (un autre salon devrait suivre en Flandre) », explique Hervé Hasquin, le promoteur du projet. « Il y a une réelle demande des enseignants de mieux appréhender le numérique. Nous avons planifié 96 ateliers ultra-pratiques et conférences. Et le salon sera récurrent : une date a déjà été fixée pour 2020. »

    Si SETT (School Education Transformation technology) débarque ainsi en Belgique, il ne joue pas au « loup solitaire » : le programme a été établi avec l’aide d’universitaires et d’enseignants du terrain. Il a d’ailleurs été agréé par l’institut qui accrédite les formations des enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Offensive numérique

    L’école numérique est plus qu’un chapitre du fameux Pacte d’excellence. Elle imprègne toute la démarche : l’école du XXIe siècle sera numérique… ou ne sera pas ! Depuis sept ans, au travers de « Digital Wallonia », la Région wallonne équipe les écoles : la « promotion 2018 » en compte 325 qui se partageront près de 7 millions d’euros d’équipements.

    Les autorités carburent, avec la création récente « d’e-classe », une vaste bibliothèque de ressources éducatives en ligne visant à épauler les enseignants dans l’élaboration de leurs cours. Le centre de compétences TechnofuturTIC vient d’inaugurer, à Charleroi, son éduLAB, un espace de formation numérique pour les profs : 1.500 d’entre eux devraient s’y familiariser chaque année aux outils numériques et collaboratifs.

    La ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns (cdH) a présenté récemment la stratégie numérique de la Fédération. Fédération dont le Parlement a même voté une « prime » de 100€ à chaque enseignant pour l’aider à s’équiper (lisez : « une intervention financière forfaitaire pour l’utilisation d’un matériel informatique privé dans le cadre de la classe »). Et, dès 2019, promet la même ministre, 40 conseillers techno-pédagogiques seront déployés dans les écoles pour épauler les équipes éducatives.

    Une école sur quatre

    Les autorités se réjouissent de l’évolution des dernières années (le parc informatique des écoles a progressé de 38 % entre 2013 et 2017), mais tout cela ne fait néanmoins pas de la Wallonie et de Bruxelles, un pôle avant-gardiste en matière d’école numérique. Quelques chiffres suffisent à montrer le chemin qu’il reste à parcourir : mille écoles wallonnes ont décroché un label numérique… Sur près de 4.000 implantations. Les écoles wallonnes disposent, en moyenne, d’un ordinateur pour neuf élèves (un pour onze à Bruxelles), mais en Flandre, on en compte un pour trois élèves !

    Selon le baromètre « Éducation et numérique » 2018 de « Digital Wallonia », 35 à 40 % des enseignants seulement revendiquent des usages numériques en classe au profit des apprentissages des élèves… Alors que près de 60 % des profs ont un sentiment de compétence modérée, genre « je me débrouille ».

    C’est que tous les enseignants ne sont pas égaux devant cette transformation numérique qui impactera pourtant, à moyen terme, leur manière de donner cours.

    DIDIER SWYSEN

    Source 

  • PORTES OUVERTES dimanche 28 avril 2019 école Libre de Nandrin

    Lien permanent

    PORTES OUVERTES dimanche 28 avril 2019
    Ste-Reine (Tinlot), 10h30-12h St-Martin (Nandrin), 15h30-17h
    https://www.saintmartinnandrin.be/ecole/

  • L’école communale de Nandrin va bannir les PMC et privilégier les collations non emballées

    Lien permanent

    Les poubelles disparaissent des cours de récréation, place au « zéro déchet »

    Le 15 mars dernier, l’école communale de Nandrin organisait une journée zéro déchet. Pauline, Romane et Aurore, élèves en 5e année à Villers-le-Temple, ont constaté une nette différence dans la quantité de déchets à l’école et sont allées trouver le directeur pour lui demander de poursuivre dans cette voie. « Elles souhaitaient qu’on passe tous à la gourde et qu’on continue à diminuer la quantité de déchets », revient Yves Melin, directeur des deux implantations communales.

    Le directeur et le corps enseignant ont donc décidé d’embrayer.

    Dès la rentrée, le 23 avril, les poubelles bleues seront bannies de l’école, tous les jours. Plus possible dès lors d’apporter ses canettes, petits jus en berlingot ou bouteilles en plastique, à moins de les rapporter chez soi en fin de journée… « J’ai demandé à l’IDEN (Intercommunale de Distribution d’Eau de Nandrin, Tinlot et environs) d’équiper nos écoles de fontaines à eau », ajoute le directeur.

    En parallèle, l’école va organiser une journée zéro déchet chaque vendredi. Concrètement, cela signifie que les parents sont invités à glisser un fruit dans la mallette plutôt qu’une collation emballée. « En maternelle, c’est une habitude bien instaurée. Elle se perd malheureusement en primaire. Nous souhaitons la réinstaurer pour produire moins de déchets. » Les emballages apportés à l’école devront être rapportés chez les parents. Cela ne déplace-t-il pas le problème ? « Si, mais nous souhaitons faire prendre conscience aux parents qu’il y a moyen de donner d’autres collations aux enfants, de changer les habitudes de consommation. Nous souhaitons y aller progressivement, pour ne brusquer personne », répond le directeur.

    À la fancy-fair de l’école, les gobelets réutilisables vont faire leur apparition et les chips seront remplacées par des pâtisseries « maison ».

    L’objectif est de devenir une école zéro déchet à la rentrée de septembre.

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

  • L’école libre Saint-Martin, à Nandrin « zéro déchet »

    Lien permanent

    Une quantité de déchets divisée par 4 à St-Martin!

    L’école libre Saint-Martin, à Nandrin, entre pour sa part dans sa troisième année « zéro déchet ». Concrètement, les enfants reçoivent un fruit de l’école une fois par semaine, et sont invités les autres jours à apporter une collation sans emballage dans une boîte. Les gourdes sont aussi de mise, et des fontaines à eau ont été installées par le comité de parents.

    Il n’y a carrément plus de poubelle du tout à Saint-Martin, dans la cour de récréation mais aussi dans la plupart des classes. « Nous avons par contre mis des seaux à compost pour recevoir les restes de légumes et de fruits », précise le directeur, Paul Eloy. « Il reste quelques petites poubelles dans certaines classes et les sanitaires pour recevoir les mouchoirs en papier. »

    De la sorte, l’école a vu sa quantité de déchets divisée par… quatre ! «En 2011, nous en comptions 3.409,5 kg, en 2018 nous sommes tombés à 790,5 kg », chiffre le directeur.

    Le concept est inscrit dans le projet d’établissement depuis 2015 mais les efforts se sont accentués au fil des années, jusqu’à bannir tout emballage. Comment ont réagi les parents ? « Au début, cela a été compliqué. Aujourd’hui, 99% des parents ont compris le principe, nos raisons, et veulent agir pour la planète. On est contents quand on voit que certains élèves qui venaient auparavant avec des « mauvaises » collations, apportent à présent des biscuits ou des petits gâteaux maison. Tous les parents n’ont évidemment pas le temps de faire eux-mêmes les collations mais beaucoup achètent différemment : ils vont chercher des gâteaux ou biscuits en grande quantité et les répartissent sur toute la semaine », félicite Paul Eloy.

    Saint-Martin récupère aussi les piles, les batteries, les bouchons, les cartouches d'imprimantes pour les recycler. Une partie des déchets génère un petit bénéfice pour l’école.

    Par A.G.

    Source 

     

  • Harcèlement en milieu scolaire proposé par le centre de jeune ASF d' Aywaille

    Lien permanent

    5 harc.jpg

    c'était  samedi 30 mars 2019 à 20h le centre de jeunes ASFd Aywaille .

    Conférence débat sur le harcèlement .

    Spectacle avec danse et la chanson de Soprano .

    Des parents et victimes ont eux un temps de parole afin d'exprimer leurs souffrances, témoignages .

    Infos et photos de Laetitia C pour le Blog 

    2har.jpg

    3harc.jpg

    4harc.jpg

    6 harc.jpg

     

     

     

  • Entre le 1er et le 4 avril 2019 Collecte des vieux GSM dans les écoles

    Lien permanent

    Dans la foulée du Grand nettoyage de printemps auquel devraient participer plus de 100.000 Wallons, les jeunes sont appelés à se mobiliser une semaine de plus entre le 1er et le 4 avril. « Tout le monde a chez soi deux ou trois téléphones portables qui traînent dans les tiroirs. Selon les estimations, cela représente entre un et deux millions d’appareils. Nous invitons les élèves à les récolter et à les ramener dans leur établissement scolaire où Récupel aura mis en place des collecteurs », annonce Carlo Di Antonio, ministre wallon de l’Environnement. L’opération est menée conjointement avec son homologue Jean-Luc Crucke, en charge du Climat et de l’Énergie.

    70 matériaux différents

    Les appareils seront tirés. Une partie sera réparée et reconditionnée pour avoir une seconde vie. Récupel a signé une convention avec une série de structures pour les remettre en état. Les GSM inutilisables sont démontés pour récupérer toutes une série de composants et les recycler. « L’opération est assez complexe. Mais cela vaut la peine », explique le ministre Di Antonio. Un smartphone comprend 70 matériaux différents dont près de 50 métaux, et pas des moindres comme le plomb, le cuivre, le nickel, l’indium ou de l’aluminium. L’or est aussi présent (notre infographie).

    « L’objectif n’est pas seulement la collecte. Il s’agit aussi de sensibiliser les jeunes à l’aspect de surconsommation. Aujourd’hui, cela va un peu trop vite dans le remplacement des GSM », note Carlo Di Antonio. « Si les jeunes veulent être proactifs en matière d’environnement, ils doivent aussi associer les discours aux actes. C’est l’occasion d’attendre un peu plus longtemps avant de répondre aux messages des publicitaires et de remplacer son smartphone par le dernier modèle », estime le ministre.

    Les matières premières des téléphones portables sont extraites en Asie du Sud-Est, en Australie, en Afrique centrale et en Amérique du Sud. Elles sont envoyées, entre autres, vers les États-Unis et l’Europe où sont fabriqués les principaux composants qui prennent à leur tour le chemin de l’Asie pour y être assemblés avant de partir à la conquête des consommateurs du monde entier. Les distances parcourues sont considérables, l’équivalent que quatre tours du monde. « L’empreinte écologique d’un smartphone est considérable », conclut Carlo Di Antonio.

    Les impacts écologiques, sociaux et sanitaires contribuent à l’épuisement des ressources, à la réduction de la biodiversité due aux rejets toxiques et à l’émission de gaz à effet de serre.

    Dans une tonne de GSM, on retrouve 300 grammes d’or. Or, pour produire 5 g d’or, il faut une tonne de minerai. « Personne ne veut supprimer l’utilisation des smartphones par les jeunes. Mais quand on aura compris comment ils sont fabriqués, on sera plus respectueux quant à leur usage » souligne de son côté le ministre Crucke.

    Le mettre en mode éco

    Au-delà de la surconsommation de ce type de produit, il s’agit aussi de repenser sur son utilisation. « On peut le mettre en mode économie d’énergie pour éviter de devoir le recharger trop souvent. Cela passe aussi par une meilleure gestion de ses messageries en envoyant des messages avec des pièces jointes moins volumineuses, en supprimant les pièces jointes une fois leur utilité obsolète ou en limitant le nombre de destinataires », détaille Jean-Luc Crucke. Il rappelle que l’envoi d’un courriel avec une pièce jointe d’un Mo génère 35 g de CO2.

    « C’est facile de dire que la responsabilité est ailleurs. Mais chacun peut agir à son niveau. Si on consomme moins, les multinationales produiront moins et donc pollueront moins », conclut Carlo Di Antonio.

    Actuellement, 35 établissements scolaires, des écoles mais aussi des universités, ont décidé de participer à l’opération Call to action de récupération des vieux GSM. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 20 mars, via le formulaire www.wallonie.be/fr/calltoaction.

    Article par YANNICK HALLET

    Source