Dossier Justice - Page 2

  • Il a volé des tickets à gratter à la station de Nandrin

    Lien permanent

    justice.jpgSébastien (prénom d’emprunt) a écopé de6 mois d’emprisonnement (avec un sursis simple pour une durée de trois ans) et 100 euros d’amende, ce mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Huy. La justice lui reprochait d’avoir volé sept paquets de tickets à gratter sur son lieu de travail, à savoir une station-service de Nandrin. Nous étions en octobre 2014.

    À ce moment-là, c’est la Loterie Nationale qui se rend compte de drôles de mouvements en région hutoise. Elle s’aperçoit que toute une série de gains sont encaissés de billets gagnants qui, eux, n’ont toutefois pas été «scannés» au moment de leur vente. Une étape normalement obligatoire par tous les vendeurs de tickets et qui, comme dans ce cas, permet de contrer les vols.

    875 EUROS VOLÉS

    La piste remonte alors assez vite à Sébastien qui ne reconnaît pas les faits et dit avoir payé ces billets en liquide. Il les a ensuite donnés à sa petite amie qui s’est, elle, chargée d’aller encaisser les gains dans différents points de vente.

    On évoque un total de 875 euros soustraits à la Loterie Nationale.

    Le parquet avait requis une peine de 8 mois à son encontre.

    Il avait fait défaut à l’audience et ne s’était pas fait représenter par un avocat.

    Article de E.D source Sudinfo 

  • Anne Grégoire gagne son recours,cette histoire avait ému des Nandrinois

    Lien permanent

    gregoire ombret SI MClG.JPGElle contestait l’amende de 5.000 euros du SPW Bien-être animal

    Le médecin urgentiste, Anne Grégoire, qui exploite un home pour animaux à Ombret (Amay) a obtenu gain de cause devant la justice.

    Le tribunal de police de Huy a annulé la décision du SPW Bien-être animal qui la sanctionnait d’une amende de 10.000 euros (sursis pour la moitié) pour deux infractions à la protection du bien-être animal. 

    Anne Grégoire est rayonnante: «Dès que j’ai eu connaissance du jugement, j’ai téléphoné immédiatement à l’équipe de bénévoles qui m’aide au quotidien.

    Tout le monde est super content, moi aussi évidemment. C’est un peu une reconnaissance de notre travail» , se réjouit l’Amaytoise. En septembre 2015, Anne Grégoire, 53 ans, qui exploite un home pour animaux, à Ombret, sur les hauteurs d’Amay, a fait l’objet d’un contrôle du SPW Bien-être animal.

    Lors de cette visite, les fonctionnaires ont relevé deux infractions à la loi sur la protection du bien-être animal: soit un défaut de communication des données d’identification et d’enregistrement des chiens à l’autorité compétente et un manquement au niveau de l’hygiène et des soins aux animaux. Ces manquements ont été sanctionnés d’une amende de 10.000 euros (sursis pour la moitié)contre laquelle Anne Grégoire est allée en recours.

    « On me reprochait de ne pas tenir à jour l’identification des chiens, c’est-àdire les entrées et les décès, mais c’était totalement faux. Mes chiens étaient connus et répertoriés. J’étais en ordre de tout», se défendait-elle. Quant au manque d’hygiène, elle contestait également.

    « Avec mon équipe de bénévoles, nous travaillons tous les jours à l’amélioration du confort des animaux. Ils peuvent venir tous les jours.» Dans cette affaire, le tribunal de police de Huy vient de rendre son jugement. Il annule la décision du fonctionnaire-sanctionnateur de la Région wallonne.

    Le juge Jean-Louis Istasse estime que la visite au domicile d’Anne Grégoire, et donc les sanctions qui en découlent, sont illégales. Cette visite a été autorisée par un juge instruction.

    « Or, seul un juge de police disposait de la compétence requise pour délivrer l’autorisation» , ajoute le juge. Pour la médecin urgentiste, c’est donc le soulagement. Avec ce jugement qui lui est favorable, l’amende saute.

    Mais elle sait qu’elle n’est pas à l’abri d’un nouveau contrôle. Depuis la saisie de 559 animaux chez elle (en 2012), elle est dans le collimateur du Bien-être animal. « Je m’attends à les voir arriver mais je ne les crains pas ».

    Article de MARIE-CLAIRE GILLET Source Sudinfo 

    Une «portes ouvertes» en été

    Malgré ses soucis judiciaires, Anne Grégoire maintient son projet d’organiser chez elle une journée portes ouvertes. L’objectif est de « démontrer que mes animaux sont bien soignés et bien hébergés chez moi» . La date n’est pas encore fixée.

    « Mais ce sera probablement pendant l’été. On voudrait faire une journée «portes ouvertes» par an, pas plus, pour ne pas déranger les animaux» , avance-telle.

    Dans ses projets, il y avait aussi l’aménagement d’un espace de loisirs et d’un salon de toilettage.

    « Pour l’instant, ils sont mis en attente. On préfère consacrer nos moyens financiers, qui ne sont pas extensibles, à installer correctement les chiens» , termine l’Amaytoise.

    Article de M-CL.G. Source Sudinfo 

  • La Nandrinoise nie avoir grugé le vieil homme

    Lien permanent

    justice.jpgUne aide familiale de Nandrin était poursuivie devant le tribunal correctionnel de Huy ce jeudi pour vol et abus de confiance.

    Le ministère public lui reproche d’avoir profité de la confiance d’un nonagénaire, pratiquement aveugle, pour effectuer des retraits non-autorisés sur son compte en banque. On lui reproche aussi le vol de certains objets, comme le vol d’une gourmette.

    C’est une voisine qui, interpellée par ces faits, avait alerté le vieil homme. Ce dernier avait alors déposé plainte. La prévenue, elle, soutient qu’elle se rendait au domicile du vieil homme pour l’aider et qu’elle utilisait la carte de banque pour effectuer des courses ou des retraits d’argent lorsque le nonagénaire le lui demandait.

    L’affaire avait été examinée une première fois en mars 2016. À l’issue de l’audience, le juge avait ordonné une réouverture des débats afin d’entendre certaines personnes, dont le nonagénaire, mais une semaine après cette décision, il était décédé.

    L’affaire a donc été à nouveau examinée, sans que de nouveaux témoignages ne soient venus l’étoffer… L’avocat de la Nandrinoise a remis en cause le témoignage de la voisine: «C’est étrange tout de même la connaissance qu’elle avait de tous les comptes du nonagénaire… On dénonce l’achat de cadeaux, mais la bouteille de parfum que possédait ma cliente chez elle, elle l’avait achetée avec sa propre carte.

    Ma cliente n’est pas une menteuse, elle avait connaissance du code de la carte de banque, mais c’était pour effecteur les achats qui lui étaient demandés.»

    Il a plaidé l’acquittement. Le ministre public a requis une peine de travail de 90 heures. Le jugement sera rendu le 20 avril.

    Article de A BT 

  • Nandrin Il attrape sa compagne à la gorge en plein resto

    Lien permanent

    m.jpgUn homme de 38 ans, originaire de Sprimont, a été interpellé ce vendredi suite à des violences commises sur sa compagne.

    Alors qu’ils étaient dans un restaurant de Nandrin, il se sont disputés au sujet de leur séparation.

    L’homme s’est emporté et pris la victime à la gorge.

    Elle écope d’une incapacité de 4 jours.

    Ayant des antécédents pour ce même type de faits, son dossier a été mis à l’instruction.

    Article source .S.I.

     

  • Journée Portes ouvertes au Palais de Justice de Huy le 3 décembre 2016 de 10h à 16 h

    Lien permanent

    justice.jpgLe Barreau de HUY est heureux de vous accueillir le 3 décembre 2016 au sein du Palais de Justice dans le cadre d'une journée portes ouvertes lors de laquelle nous vous proposerons : stands d'informations, procès fictifs, visites du Palais

    Organisé par Jeune Barreau de Huy

    Source info 

    Journée Portes ouvertes au Palais de Justice de HUY

  • Un souci avec votre amende? Appelez bpost

    Lien permanent

    i2.JPGAvec la prolifération des radars, les parquets de police sont surmenés et ont un moment envisagé de fonctionner avec des quotas.

    Pas très efficace comme message: cela risquait de laisser quelques Fangio impunis. Pour désengorger les parquets de police, le ministre de la Justice Koen Geens (cdH) propose plusieurs solutions.

    Parmi celles-ci: sous-traiter certaines tâches du parquet de police à bpost! Vous ne le savez peut-être pas, mais actuellement, c’est bpost qui imprime et qui vous envoie la demande de paiement après un excès de vitesse.

    C’est aussi bpost qui vérifie que vous payez bien votre amende et qui renvoie le rap
    pel éventuel. C’est encore bpost qui alerte la police si vous ne payez pas.

    L’idée du ministre de la Justice est d’en demander encore un peu plus
    à bpost. Comme il l’annonce dans sa note de politique générale, et dans une question parlementaire.

    « La Poste mettra en place un call center qui pourra répondre dans toutes les langues européennes aux questions de Belges et d’étrangers.

    Ainsi, les tâches administratives diminueront fortement et les parquets pourront libérer du temps pour se concentrer sur leurs tâches clés, c’est-à-dire poursuivre. »


    UN SEUL ENVOI AU LIEU DE DEUX

    Le ministre annonce aussi des délais de paiement réduits par le fait que le procès-verbal et l’invitation à payer se feront sous un seul pli, au lieu de deux expéditions distinctes comme cela se fait actuellement. Au parquet de Charleroi, on se réjouit de la mise en place d’un call center.

    « Cela soulagera nos équipes» , réagit Jean-Christophe Horion, substitut au parquet de police. « Nos employés reçoivent régulièrement des appels d’automobilistes français qui ne savent pas comment s’y prendre pour payer.

    Apparemment, le virement bancaire, ils ne connaissent pas! Que ce travail d’explication soit pris en charge par un call center est une très bonne chose.

    J’espère juste que les téléphonistes du call center sauront de quoi ils parlent! »

    Article F. DE H. source info Sudinfo

  • Nandrinois Une application belge contre le harcèlement

    Lien permanent

    Harcelement Source Sudinfo.JPGLa police belge enregistre annuellement 2.000 appels de victimes de harcèlement. La secrétaire d’État à l’Égalité des chances, Elke Sleurs (N-VA), a décidé d’agir. Elle souhaite lancer une application pour que les victimes de harcèlement puissent être en contact immédiat avec la police locale.

    L’application devra être rapide, facile et efficace. Elle ne sera pas ouverte à tout public, elle sera uniquement mise à disposition des victimes déjà harcelées par le passé.

    Elle s’inspirera d’autres applications déjà disponibles dans plusieurs pays comme les Pays-Bas et le Royaume-Uni. D’ici quelques mois, un projet pilote sera lancé à Anvers.

    Si l’expérience est un succès, l’application sera disponible d’ici quelques années dans toutes les villes du pays.


    LES RECOMMANDÉES

    En attendant, l’association «Stop harcèlement de rue» a réalisé une liste des applications disponibles. Elles peuvent être utiles lors qu’on est victime ou témoin de harcèlement de rue.

    APP-ELLES est destiné à la prévention.

    En cas de danger, il suffit d’appuyer sur le bouton «Alerte agression» pour prévenir un proche grâce à un SMS.

    COMPANION permet aux contacts choisis dans le répertoire du téléphone de suivre une personne tout le long de son trajet grâce à la géolocalisation.

    Si elle se met à courir, l’application prévient ses amis d’un risque potentiel de harcèlement.

    GASPARD est un petit boîtier fourni avec l’application.

    Il suffit d’appuyer 3 fois dessus pour appeler à l’aide des proches et des inconnus dans la rue qui disposent de ce même service.

    QWIDAM permet d’intégrer une victime dans une de ses communautés.

    Elle pourra ensuite envoyer une alerte ou un SOS pour avertir sa communauté quand elle est en danger.

    Article de ALISON VLT source Sudinfo

  • Une peine de travail pour lui avoir tailladé le visage à Nandrin

    Lien permanent

    justice.jpgLa décision vient de tomber ce jeudi lors des audiences du tribunal correctionnel de Huy. Wendy, une Liégeoise de 20 ans, est condamnée à une peine de travail de 100 heures avec un sursis de 3 ans pour la peine d’amende réquisitionnée par le ministère public.

    Pour rappel, Wendy aurait lancé un verre à la figure de d’une certaine Noémie (*) lors d’une sortie en boîte au Monastère à Nandrin le 1er mars 2015. Pour rappel Noémie, son copain et sa belle-sœur avaient décidé de faire la fête.

    Noémie s’était ensuite rendue aux toilettes. Sur ce temps, Wendy avait malencontreusement marché sur le pied de Carine (*), la belle-sœur de Noémie.

    Carine obligea alors Wendy à se « mettre à genoux pour lui dire pardon », avait expliqué cette dernière lors de son audience au tribunal correctionnel de Huy le 22 septembre dernier.

    Noémie était alors sortie des toilettes pour ensuite s’interposer entre Wendy et Carine. C’est à ce moment-là que Noémie se serait pris un verre de champagne dans la figure.

    « Je voulais frapper Carine mais je n’ai pas pensé que j’avais un verre en main », a précisé Wendy. Celle-ci devra rembourser la somme de 1.000 euros à la victime qui s’est constitué partie civile. (* prénoms d’emprunt).

    Article de C.L. source info Sudinfo

  • Nandrinois Alerte aux faux huissiers

    Lien permanent

    i2.JPGUn document vous réclame de l’argent que vous ne devez pas

    C’est une arnaque qui se répand de plus en plus en Belgique. Un courrier vous incite à payer des dettes que vous n’avez pas.

    La Chambre nationale des huissiers de justice a prévenu les parquets des différentes zones concernées. Ces faits sont punissables pénalement.

    Une enveloppe arrive dans votre boîte aux lettres. Lorsque vous l’ouvrez, vous apprenez avec stupeur que vous devez vous acquitter d’une somme de 135 euros liés à des frais d’autoécole impayés.

    En en-tête, des noms d’huissiers connus en Belgique, ce qui vous pousse à payer rapidement la somme.

    Or, lorsqu’on y regarde de plus près, les prénoms sont erronés, l’orthographe des noms de famille est mauvaise.

    Cependant, plusieurs personnes sont tombées dans le panneau et, par peur ou méconnaissance de leurs possibilités, ont payé la somme qui leur était demandée. La Chambre nationale des huissiers de justice a averti rapidement l’ensemble de la profession.

    Peter Coene, dont le prénom a été changé et le nom a été modifié en «Coune» sur la fameuse lettre frauduleuse, nous explique son ressenti.

    « Ce sont des gens inventifs et malins. On nous a prévenus que la lettre avait fait le tour de plusieurs particuliers.

    Il y a donc un faux usage des identités. Cela arrive
    rarement, c’est peut-être déjà la 2 e ou la 3 e fois de ma carrière que je suis confronté à cela », explique-t-il.


    CHOQUÉS DE CETTE ARNAQUE

    « On est choqués bien évidemment. C’est d’une audace inconcevable. J’ignore combien de personnes ont été touchées en tout et comment ce courrier leur a été adressé.

    Comment cette personne peut-elle connaître leurs coordonnées?» , s’interroge l’huissier.
    Lorsque vous recevez une lettre suspecte, Peter Coene vous invite à respecter ces quelques règles.

    « D’abord interrogez-vous sur le contenu de la lettre.

    Si vous n’avez pas eu recours à un service de ce type, ici l’auto-école, faites attention. Deuxièmement, passez toujours un coup de fil à l’huissier pour savoir de quoi il s’agit.

    Écoutez bien comment ce dernier vous parle et quels types de questions il vous pose. Enfin, en cas de doute, contactez d’urgence la Chambre nationale des huissiers de Belgique », indiquet-il.

    « Les responsables n’ont probablement pas envoyé ce courrier à des masses de personnes ». C’est en privilégiant un petit nombre, qu’ils espèrent de cette manière arnaquer les personnes auxquelles ils s’adressent.

    La Chambre nationale des huissiers de justice prévient également sur son site internet: « L’étude des huissiers de justice Coune – Leroy – Van Ham- Herode n’existe pas ». Elle a « déjà dénoncé ces faits pénalement punissables auprès du parquet territorialement compétent »

    Article de .SPO source Sudinfo 15/10/2016

    Plusieurs cas de personnes arnaquées

    C’est sur les réseaux sociaux que la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Il faut dire que cette arnaque a fait son apparition dans les boîtes aux lettres à la fin du mois de septembre.

    « Aucun de ces noms ne ressort comme huissier.

    Le numéro de téléphone appartient à une autoécole », prévient un des internautes. « Je me suis fait arnaquer par lui! Merci à la personne qui a mis l’annonce. Je suis choquée et en colère! », écrit Lola.

    « C’est une blague? Je paie mensuellement 35 euros depuis huit mois », enrage une autre internaute de la région montoise.

    « Il s’agit bien sûr d’une arnaque, à part les prénoms qui ont été changés, la vraie étude se trouve avenue de la Couronne, à Bruxelles.

    Je ne comprends pas comment des gens peuvent payer sans se demander pourquoi ils doivent le faire.

    Quand vous avez une dette impayée, vous le savez et d’un autre côté derrière un numéro de compte il y a toujours une identité.

    Il suffit de bloquer le compte et de reprendre ses mouvements préalables. Donc effectivement il faut porter plainte à la police même si vous n’avez rien payé , conseille Jacques.

  • Huit voleurs avaient pillé tout le Condroz

    Lien permanent

    1Vol.JPGEn à peine 2 mois, à la fin de l’été 2015, 8 voleurs âgés de 23 à 40 ans avaient véritablement écumé le Condroz en y commettant une soixantaine de vols.

    Mais le 22 septembre 2015, les visages de 2 de ces voleurs avaient été immortalisés par des caméras de surveillance.

    Les images avaient été visionnées par des membres de la police fédérale spécialisés dans la criminalité des Balkans, et ces derniers avaient reconnu un des hommes sur la vidéo… Lui et ses complices viennent d’être sanctionnés par le tribunal correctionnel de Liège.

    Les vols se succédaient à une vitesse impressionnante: au mois d’août, c’était une BMW 318 à Nandrin, une BMW X5 à Neupré, une Mercedes classe A à Nandrin, une Audi A6 à Amay.

    Pareil à Ouffet, Tinlot, Clavier, Engis: les voleurs guettaient leur cible et entraient généralement dans la maison en brisant une vitre.

    Ils s’emparaient des clés de voiture, parfois d’autres objets de valeur qui traînaient là, puis ils fuyaient avec leur butin. Parfois, les vols se faisaient à la commande: s’ils avaient besoin d’une grosse Audi, ils sillonnaient les quartiers jusqu’à en trouver une correspondant aux désirs de leur «client»!

    Grâce à l’interpellation des 2 premiers malfrats, la police avait pu confondre les autres. Ils avaient laissé une série d’indices: leurs téléphones avaient accroché des bornes GSM proches des lieux des faits, on retrouvait des photos à eux dans les téléphones volés… Pour les sanctionner, le juge Kuty a retenu le « caractère organisé et attentatoire à la propriété d’autrui » de leurs activités illégales, le « but de lucre » qui les avait animés et « la perte de temps et d’argent que nécessitent les réparations des dégâts causés par l’effraction ».

    Le principal prévenu écope de 4 ans de prison (dont 1 avec sursis) et 12.000 euros d’amende, ses 2 complices principaux sont condamnés à 30 mois et 24 mois (avec, pour chacun, la moitié de sursis), tandis que 4 autres s’en sortent avec des peines de 3, 4 ou 6 mois et que le dernier fera une peine de 150 heures de travail.

    Article de LWS source info Sudinfo

  • Le «revenge porn» sera condamnable

    Lien permanent

    revenge porn,condanationOn appelle ça le «revenge porn». Un nom un peu barbare pour qualifier un phénomène en pleine expansion: la revanche pornographique sur Internet. Cela consiste, en gros, à se venger de son ex en publiant des photos intimes de lui ou d’elle sur les réseaux sociaux.

    Interpol, mercredi dernier, classait ce fléau dans les cas de cybercriminalité en pleine expansion, aux côtés de l’abus sexuel d’enfants en ligne ou de l’extorsion d’argent en échange de données numériques piratées.


    SURTOUT DES FEMMES

    Ce «revenge porn» est justement au centre d’une proposition de loi que dépose la députée cdH Vanessa Matz. Objectif: inclure ce nouveau phénomène en pleine expansion dans le code pénal, afin de le rendre clairement punissable.

    La députée propose d’en faire une circonstance aggravante à l’article réprimant déjà le voyeurisme. Selon son texte, « le coupable qui aura agi par vengeance ou intention méchante sera condamné à une peine d’amende de 500 à 1.000 euros ».

    Cette fourchette est à multiplier par les décimes additionnels, qui sont actuellement fixés à 6. Cela donne donc une amende pénale qui pourra osciller entre 3.000 et 6.000 euros. De quoi, espère Vanessa Matz, faire réfléchir les contrevenants épris de malveillance.

    « Dans près de 90% des cas, les victimes de ces vengeances pornographiques sont des femmes », explique la députée. « Face à cette nouvelle tendance aux conséquences parfois dramatiques
    pour les personnes qui en sont les victimes, l’État a la responsabilité de mener une action efficace sans toutefois limiter les libertés de ses citoyens. »

    À ses yeux, « un juste équilibre doit être trouvé entre la liberté d’expression et le droit au respect de la vie privée, d’autant plus qu’il est rapporté que 30% des femmes ont peur que le contenu de leur téléphone portable se retourne contre elles ».

    De plus, « l’humiliation et la honte sont grandes chez les victimes ». Donc « le dommage moral subi face au dévoilement de leur plus stricte intimité doit, par conséquent, être sérieusement pris en compte et ne pas être sous-estimé ».

    Au terme de ce texte, ce ne sont pas seulement les partages de photos ou de vidéos sur Facebook et Twitter qui deviendront clairement répréhensibles.

    Toutes les applications du genre Snapchat ou Instagram ou même l’envoi de courriels seront passibles de sanctions.

    Article de CH. source Sudinfo

  • 3jeunes condamnés pour avoir volé une camionnette à Nandrin

    Lien permanent

    justicegif.jpgIl y a peu, 3 jeunes ont dérobé une camionnette qui était garée dans l’allée d’un manège à Nandrin.

    Ils s’étaient rendus sur les lieux en quad et avaient fait le reste du chemin à pied en passant par les champs.

    L’un des principaux protagonistes avait démarré la voiture aisément puisque les clés étaient restées sur le contact.

    Ils ont ensuite utilisé le véhicule pour faire un petit tour et se rendre notamment dans la célèbre rue des péripatéticiennes à Seraing.

    La voiture avait finalement été retrouvée, complètement déclassée.

    Lors de l’audience, la partie civile s’était plaint qu’une certaine somme d’argent avait été dérobée de la caisse de la cafétéria.

    Or, les trois jeunes ont toujours nié être passés dans la cafétéria.

    Aujourd’hui, les 3 malfrats vont pouvoir payer pour ce qu’ils ont fait puisque le jugement est tombé.

    Le protagoniste principal qui a conduit la voiture écope d’un an de prison.

    Le second prend 100 heures de travaux d’intérêt général tandis que le troisième écope de 80 heures.

    Article de C.L. source info Sudinfo

  • Bagarre au Monastère de Nandrin: «Je vais te planter, fils de…»

    Lien permanent

    justice.jpgNous sommes le 14 avril 2014. Emmanuel (39) est au Monastère en train de s’amuser avec des amis. Il part aux toilettes et, quand il en ressort, il voit Jean-François qui cherche misère à l’entrée des toilettes.

    « Il y a un long couloir étroit qui relie les WC à la boîte de nuit. Inévitablement, j’ai dû me coller à lui pour passer », expliquait ce mercredi matin Emmanuel au tribunal correctionnel de Huy devant lequel il devait répondre de coups et blessures volontaires.

    Jean-François et Emmanuel s’échangent un regard mais cela
    ne plaît pas à Jean-François. «
    Il m’a dit à plusieurs reprises dans l’oreille: qu’est-ce qu’il y a? »

    Mais Emmanuel ne réagit pas.

    Jean François s’énerve et dit: « Tu crois que c’est parce que tu fais de la boxe que je vais avoir peur. Je vais te planter fils de… » Ni une ni deux, Emmanuel se retourne et lui assène un sacré coup de poing au visage qui cloue Jean-François au sol.

    Le dossier d’Emmanuel et reporté le temps à la justice hutoise de visionner les caméras de surveillance de la boîte.

    Article C.L. source info Sudinfo

  • Les mauvais payeurs sont rarement délogés

    Lien permanent

    justice.jpgMalgré des jugements favorables, les sociétés de logement public recourent de moins en moins à l’expulsion de locataires qui ne payent pas leur loyer.

    Notamment parce qu’il est plus utile de garder un locataire et de l’inciter à payer que de le renvoyer dans la nature.

    Les loyers impayés sont une vraie plaie pour les sociétés de logement public : ce manque à gagner les empêche d’investir dans la rénovation de logements et dans la construction de nouveaux.

    Ou cela met tout simplement en péril leur équilibre budgétaire. Ces impayés représentent environ 12 millions d’euros, soit 7,4 % du chiffre d’affaires des sociétés de logement public, comme le rappellent Paul Furlan, ministre PS du logement, et le député MR Olivier Destrebecq, qui l’a interpellé au Parlement.

    Et même si le phénomène a tendance à diminuer, ou au moins à se stabiliser depuis 2010, il n’en reste pas moins important. Et pourtant, alors que les sociétés pourraient expulser les mauvais payeurs assez facilement, le nombre de ces expulsions reste relativement faible.

    Les derniers chiffres disponibles datent de 2014 mais ils montrent une évolution dans le temps. Et les chiffres de 2015 devraient rester dans les mêmes ordres de grandeur. Entre 2009 et 2014, le nombre de jugements d’expulsion prononcés par un tribunal a explosé, surtout à partir de 2010 mais on constate aussi qu’un nombre assez faible de ces jugements dé- bouche sur une expulsion effective.

    Autrement dit, alors que les sociétés de logement public ont obtenu la possibilité d’expulser un locataire indélicat à 1.255 reprises en 2014, « seuls » 352 d’entre eux ont réellement été mis dehors.

    CLÉMENCE Cette « clémence » peut s’expliquer de différentes manières, ré- pond le ministre Furlan. « L’expulsion effective d’un plus grand nombre de locataires en retard de paiement ne constitue pas nécessairement une solution satisfaisante à la problématique », dit-il au député Destrebecq.

    « Le recours systématique à ce moyen serait contraire à l’objectif social visé par les sociétés de logement public, mais aussi peu efficient en termes de recouvrement. Il est bien plus difficile de récupérer une créance auprès d’un ex-locataire avec qui tous les contacts sont rompus que d’assurer la bonne exécution d’un bon plan d’apurement par un locataire motivé par le souhait de conserver son logement. »

    Voilà qui explique donc qu’un nombre important de jugements favorables aux sociétés de logement n’est pas exécuté. Soit le locataire a payé entre-temps sa dette, soit il a entamé le remboursement, dans le cadre d’un plan d’apurement, précise M. Furlan.

    Depuis 2010, les sociétés de logement public ont mis en place une gestion plus dynamique des impayés. Lesquels avaient explosé entre 2005 et 2009, avant de se stabiliser.

    Et même de diminuer concernant les locataires en place (ceux qui sont toujours dans leur appartement ou leur maison). Par contre, la somme totale des impayés a légèrement augmenté chez les locataires partis. On le voit, le problème reste épineux et les expulsions, en effet, ne règlent pas tout.

    Article de BENOÎT JACQUEMART source Sudinfo article du 29 septembre 2016 La Meuse 

  • Attention, un virus très dangereux circule sur Facebook

    Lien permanent

    alerte.jpgDepuis quelques heures, de nombreux internautes reçoivent, en message privé, une invitation pour visionner une vidéo Youtube : ne cliquez surtout pas !

    En apparence, cette vidéo Youtube ne semble pas dangereuse. Or, si vous cliquez sur le lien (que vous aurez donc reçu via Facebook Messenger), c’est un site « Kamirop.pw » qui s’affichera et qui vous demandera d’installer une extension « nupu ». A ne surtout pas faire !

    La RTBF explique : « Il s’agit en réalité d’une extension malveillante qui agira comme un mouchard sur toutes les pages web que vous consultez. L’extension sera alors capable d’accéder à toutes vos informations, les mots de passe comme les données bancaires. »

     

    Voir l'article complet et vidéo clic ici

    Voici quelles sont les démarches à suivre pour désinstaller ce virus :

    1. Ouvrez l’onglet « extensions » ou « modules complémentaires » de votre navigateur

    Vous trouverez toutes les extensions installées. Désinstallez « EKO », le nom du virus en question.

    2. Changez impérativement votre mot de passe Facebook. Les pirates à l’origine de ce virus ont probablement une idée derrière la tête, même si on ignore les objectifs.

    3. Faites analyser votre ordinateur par un logiciel antivirus.

     

  • Un garagiste de Nandrin a été victime d’un vol

    Lien permanent

    justice.jpgDeux Serbes volent 3.000 euros à un garagiste.

    Ils commandaient des pneus et, sur ce temps, dérobaient l’argent.

    U n garagiste de Nandrin a été victime d’un vol le 30 mai 2013. Deux personnes d’origine serbe lui ont subtilisé 3.000 euros. Comment? En commandant des pneus! Ils dérobaient l’argent pendant que le garagiste allait chercher la commande. Ils risquent 12 mois de prison ferme.

     

    «Je ne sais pas ». Voilà ce que Nikola (60) n’a eu de cesse de répéter ce mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Huy. Avec son comparse Galbin (26), ils devaient répondre tous les deux d’un fait de vol. Le 30 mai 2013, ces deux Serbes se sont rendus dans un garage situé à Nandrin. Ils auraient commandé un premier pneu au garagiste
    et payé avec un billet de 500 euros. Le mécano à alors ouvert son tiroir-caisse permettant aux deux comparses d’avoir une vue sur le contenu de celle-ci. C’est alors qu’ils remarquent une enveloppe. Ils demandent au garagiste un second pneu. Celui-ci s’exécute et, sur ce temps, Nikola et Galbin s’emparent de l’enveloppe qui contenait 3.000 euros! Lorsque le juge Marchal a demandé des explications sur ce fait, les prévenus ne savaient quoi répondre. « Je n’ai jamais été chez un garagiste à Nandrin », a répondu Nikola. « Nandrin? C’est où ça? », s’est défendu Galbin. Le sexagénaire a également joué sur le fait qu’il était malade pour essayer de se dédouaner. « Je suis diabétique, ce n’est pas le moment pour moi
    de faire des bêtises .» Pourtant, un panel photographique a permis à la victime de reconnaître ces deux auteurs. Ce qui est d’autant plus étrange, c’est
    que le même modus operandi, à Herstal cette fois, a été appliqué dans un autre garage.
    Les deux individus ne sont pas à leur premier fait. En effet, Galbin n’a que 26 ans et déjà 7 pages de casier judiciaire. Tandis que Nikola a déjà été interpellé en 2012, 2013 et 2005 pour escroquerie et vol. « Le vol, c’est leur mode de vie », a précisé le substitut du procureur du Roi qui requiert 12 mois de prison et 50 euros d’amende pour les deux prévenus. L’avocat de Nikola demande l’acquittement. « Il manque des preuves .» Le dossier est remis au 12 octobre pour permettre à la justice hutoise de se munir du PV d’Herstal

    Article de C.L Source Sudinfo

  • Une bagarre entre filles à Nandrin : elle lui taillade le visage

    Lien permanent

    justice.jpgLe 1er mars 2015, Noémie (*), son copain et sa belle-sœur décident d’aller en boîte de nuit au Monastère à Nandrin.

    Noémie se rend aux toilettes.

    Sur ce temps, Wendy (*), une Liégeoise de 20 ans marche sur le pied Carine (*), la belle-sœur de Noémie.

    Est-ce par inadvertance ?

    Nul ne le sait, mais la réaction de Carine fut d’obliger Wendy à se « mettre à genoux pour lui dire pardon », expliquait la Liégeoise ce jeudi matin devant le tribunal correctionnel de Huy où elle devait répondre de coups et blessures volontaires.

    Noémie sort des toilettes et s’interpose entre Wendy et Carine.

    Noémie se prend un verre de champagne dans la figure.

    « Je voulais frapper Carine mais je n’ai pas pensé que j’avais un verre en main. »

    « Ma cliente a eu une incapacité de travail de 10 jours et une cicatrice au visage », explique Me Balaes, avocat de la partie civile.

    Ce dernier demande une somme provisionnelle de 2.500 euros pour dédommagement.

    Le substitut du procureur du roi requiert 6 mois.

    (* prénoms d’emprunt).

    Article de C.L. Source Sudinfo http://journal.lameuse.be/ 23/09/2016

  • Nandrinois attention On ne peut pas aller se servir au recyparc

    Lien permanent

    i2.JPGCe jeudi, Mohammed, un Algérien de 29 ans, a été interpellé après avoir volé un sac au parc à containers de Barchon.

    Il avait été repéré par le gérant du parc Intradel sur les caméras de vidéosurveillance.

    Le dit gérant a reconnu l’auteur en train de boire une bière dans un café de Barchon peu de temps après la commission des faits.

    Dans le sac, il y avait un MacBook, un sèche-cheveux et une foreuse, visiblement hors d’état de fonctionnement. Mohammed est en séjour illégal et il a été déféré au parquet de Liège. Pour quel motif? Car ce qui se trouve dans un parc à containers est finalement destiné à être jeté.

    Pourquoi le commun des mortels ne pourrait-il pas aller se servir allègrement?

    D’abord, parce qu’Intradel transforme et surtout revend certains de ses déchets.

    Ensuite, parce que le règlement le dit... Pour ceux qui l’ignoraient encore, sachez qu’il est « formellement interdit de récupérer quelque objet que ce soit se trouvant dans les recyparcs ».

    Par la même occasion, rappelons qu’il est également interdit d’insulter un préposé qui vous prendrait la main dans le sac. -

    Source info Sudpresse Sudinfo 13-08-2016

  • Nandrinois attention Un homme disait collectionner les billets de 50€

    Lien permanent

    attention.pngUn homme d’une cinquantaine d’années a subtilisé 250 euros au Point Chaud de Huy, le mardi 19 juillet dernier. Il prétendait collectionner des billets de 50 euros.

    Plainte a été déposée.

     

    Un client a joué un mauvais tour à une étudiante du Point Chaud de Huy. Mardi 19 juillet à 15h43, un homme est entré dans la sandwicherie située dans la rue des Fouarges pour acheter une bouteille.

    Ce n’est que plus tard, en constatant qu’il manquait 250 euros dans la caisse, que la gérante Joëlle Gustin a décidé de visionner les vidéos de caméras de surveillance.

    « Quand j’ai observé les vidéos, je me suis dit que je n’avais jamais vu cet homme-là », expliquet-elle.

    « C’est un homme dans la cinquantaine qui entre seul dans le magasin.

    On le voit fouiller régulièrement dans ses poches. »

    Celui-ci jette de nombreux coups d’œil dans l’arrière-boutique, en attendant la serveuse.

    « Il y avait d’autres gens assis dans son dos en train de manger, mais ça ne le gênait pas ».

    En revanche, alors que deux clients arrivent à sa hauteur, au guichet, il indique à l’employée de les servir avant lui.

    « On le voit qu’il demande une bouteille qu’il règle avec une pièce », continue Joëlle Gustin.

    Puis il commence son manège.

    « Il explique à la serveuse qu’il collectionne les billets de 50 euros.

    Il lui demande d’observer les numéros de série des billets et de comparer avec les siens. La serveuse ne se méfie pas et les lui tend, étend donné que ses billets à lui sont toujours visibles. »

    C’est alors que discrètement, il s’empare de quelques billets qu’il garde dans sa main pliée. Joëlle Gustin dit avoir observé les images plusieurs fois avant de comprendre le stratagème.

    Après 7 minutes, le malfrat sort du magasin.

    « Il s’est emparé de 250 euros », compte la gérante.

    « Il est arrivé la même chose au Point Chaud de Namur avec un couple, ainsi qu’au C&A en juin où c’était une femme seule ».

    Joëlle Gustin a déposé plainte. Vous pouvez contacter la police si vous avez des informations sur ces faits.

     

    Article de  J.G source Sudinfo 

  • Une dizaine d’écharpes volées à La Différence de Nandrin

    Lien permanent

    justice.jpgL’un des Serésiens est poursuivi pour avoir volé une dizaine d’écharpes Olivier Strelli au magasin « La Différence » à Nandrin.

    Me Lambert, l’avocate de la commerçante, réclame 1.860 euros pour ce vol. Ce n’est pas le seul vol de vêtement commis par le prévenu.

    Avec un quatrième complice, mineur au moment des faits, il a également piqué un training du Real de Madrid, dans un magasin de sport à Liège.

    « Vous avez commis ce fait alors que vous sortiez à peine de prison, a commenté le juge.

    Est-ce que ça vaut la peine de jouer avec son avenir et de risquer la prison pour un training du Real de Madrid ? », a questionné le juge.

    « Non, a reconnu le jeune homme.

    Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça… J’ai pensé que c’était la mode et que cela devait bien m’aller… » 

    Article de A.BT source Sudpresse Sudinfo 

     

  • L’ex Meura Fruits de Villers le Temple Nandrin au tribunal de Huy

    Lien permanent

    justicegif.jpgUne affaire pour le moins originale a fait surface hier au tribunal correctionnel de Huy. En effet, dans les années 2000, l’entreprise Meura Fruits, une siroperie située à Villers-le-Temple dans la commune de Nandrin, se prépare à la faillite.

    En août 2002, la passation de l’acte notarié est signée entre le propriétaire de Meura Fruits et un entrepreneur flamand.

    Ensemble, ils décident, d’un commun accord que l’ancien propriétaire, Jules (nom d’emprunt), pourra laisser les cuves et autres biens qui ont permis l’exploitation de l’entreprise à l’intérieur du bâtiment, jusqu’au 31 décembre 2002, le temps que le fils de l’ancien propriétaire relance l’activité familiale ailleurs. Mais, le nouveau propriétaire, Guy (prénom d’emprunt), un entrepreneur flamand, tente de joindre à plusieurs reprises l’ex entreprise Meura, en vain.

    « J’ai alors contacté le notaire qui a dit que je pouvais prendre pleine possession de mon bien », expliquait-il ce mercredi au tribunal correctionnel de Huy où il était appelé en tant que partie civile. Il détruit alors l’outillage (des cuves en cuivre notamment).

    Mais en mai 2003, Jules porte plaine pour vol et l’affaire passe alors devant la cour d’appel de Liège qui donne gain de cause à Jules, l’affaire étant finalement classée sans suite et obligeant Guy à payer 85.000 euros. Ce qui a fait le poids ?

    Une liste de la valeur estimative des biens reprenant la somme de 127.500 euros signée de la main de Lionel (prénom d’emprunt), un chaudronneur/ferrailleur expert en la matière. Sauf qu’aujourd’hui, après plus de 15 ans, c’est bien Lionel, Jules et son fils Marcus (prénoms d’emprunt) qui se retrouvent sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Huy pour faux et usage de faux.

    « Lionel aurait établi un même faux document à trois reprises, l’estimation des biens, et a signé un exemplaire avec son numéro de TVA d’indépendant alors qu’il avait remis son registre de commerce », expliquait le substitut du procureur du Roi.

    Le hic, est que cette affaire est vieille de plus de 15 ans et que le prévenu, Lionel, ne se souvient plus bien des faits et ce qui l’a motivé à établir cette estimation, qui, selon différentes personnes auditionnées, est bien trop élevée.

    « Je le reconnais », a-t-il dit. L’avocat de la partie civile ré- clame une indemnité de procédure de 5.500 euros, un préjudice moral de 3.000 euros. L’avocate de Jules et son fils demande l’acquittement, pour Lionel, son conseil demande l’acquittement ou une suspension du prononcé.

    Le substitut requiert 12 mois de prison avec un sursis pour Lionel, 2 ans de prison pour Jules avec un sursis et 18 mois pour Marcus.

    Article de C.L. source Sudpresse Sudinfo http://journal.lameuse.be/

  • Ils volent une Mini au Maona de Nandrin et vont la couler dans la Meuse !

    Lien permanent

    justicegif.jpgUne blague et un anniversaire qui ont mal tourné

    C’est ce qui s’appelle une blague qui tourne mal. Ivre après avoir fêté son anniversaire à Nandrin, Julien (prénom d’emprunt) et deux de ses amis n’ont rien trouvé de mieux à faire que de s’emparer des clés d’une Mini. Après avoir fait un tour au volant de la voiture volée, les jeunes ont compris que la situation avait dégénéré. Leur solution ? Jeter l’auto dans la Meuse.

    J’avais beaucoup bu, c’était mon anniversaire. On m’a donné les clés d’une Mini. On a voulu faire une blague en les cachant. Je ne sais plus qui avait eu cette idée. Mais ça a mal tourné », explique Julien (prénom d’emprunt), un Hutois de 26 ans. Mal tourné, le mot est faible. Nous sommes la nuit du 22 au 23 novembre 2014, à la discothèque le Monastère à Nandrin. Ivre, en possession de clés volées, Julien décide de s’emparer du véhicule, avec la complicité de deux amis. Sur les caméras de surveillance de la discothèque, on les voit d’ailleurs clairement à la recherche de l’auto. Julien et un de ses amis montent alors à bord. Alain (prénom d’emprunt), 20 ans, lui, reprend la Seat Ibiza de Julien. UN EMPLOYÉ DE LA BOÎTE « J’étais tellement saoul qu’il m’a fallu 20 minutes pour sortir de la place de parking avec la Mini », poursuit Julien. Après avoir fait un tour, cabossé la Mini en emboutissant un arbre, les jeunes se rendent compte que la situation a totalement dégénéré. Ils décident alors de... faire couler le véhicule dans la Meuse, à hauteur d’Amay. Mais hélas pour eux, la justice les a rattrapés. Hier, Julien et Alain devaient s’expliquer sur ce vol au tribunal correctionnel de Huy. Le troisième larron est mineur, et doit donc passer devant une autre juridiction. « La personne à qui appartenait la voiture est employée dans la boite de nuit. A 6 heures du matin, il s’est rendu compte que sa voiture n’était plus là », a indiqué Maître Burton, avocate de la partie civile. Pour ce vol, Julien risque 100 heures de peine de travail, contre 80 pour Alain. « J’ai juste conduit la voiture de Julien. Je n’ai rien volé. Ce n’était pas mes affaires », s’est défendu Alain dont le conseil a demandé un acquittement: « Le vol de la Mini aurait pu avoir lieu sans la pré- sence de mon client ». Les deux jeunes hommes seront fixés sur leur sort le 16 juin.

    Article de DÉBORAH TOUSSAINT source Sudinfo http://journal.lameuse.be/

  • Nandrin Elle aurait volé un nonagénaire

    Lien permanent

    Une aide familiale est suspectée d’abus de confiance.

    Myriam, aide familiale, travaillait depuis un an et demi pour un nonagénaire habitant Nandrin lorsque celui-ci a porté plainte pour abus de confiance. Elle risque une peine de travail.

     

    Myriam est aide familiale.

    Cela faisait un an et demi qu’elle se rendait régulièrement chez un vieil homme mal voyant âgé de 91 ans, habitant à Nandrin.

    Celui-ci a porté plainte contre elle. Ce jeudi matin, Myriam comparaissait devant le tribunal correctionnel de Huy pour abus de confiance. On lui reproche d’avoir extorqué de l’argent ainsi qu’une gourmette et une bague.

    Parmi les nombreux services que Myriam rendait au vieil homme, elle s’occupait de réaliser quelques achats avec la carte bancaire de la victime. Un jour, Pierrina, la voisine du nonagénaire, a constaté que des objets (notamment une gourmette et une bague) ainsi que de l’argent manquaient au domicile du vieil homme.

    Pierrina a porté ses soupçons sur Myriam. Afin de ne pas créer d’esclandre, lorsque la voisine en question a été trouver Myriam pour qu’elle rende les objets, celle-ci s’est exécutée et a rendu la gourmette, la bague et la carte. « Je ne voulais pas avoir de problème avec elle », se justifiait hier Myriam.

    justice.jpgLors d’une perquisition réalisée chez la prévenue, les forces de l’ordre ont retrouvé chez elle de nombreux objets achetés avec la carte de Monsieur.

    « Ces objets étaient chez moi depuis pas longtemps et, en plus, ils étaient destinés à Monsieur. Les seuls objets achetés avec sa carte et que je comptais garder avec son autorisation étaient destinés à mon chien », s’est expliquée la prévenue.

    Une défense qui a quelque peu dérangé le substitut du procureur du Roi qui a cherché à savoir pourquoi, alors que Myriam rendait visite régulièrement au vieil homme, ces objets étaient toujours chez elle.

    Ce qui a également éveillé les soupçons, ce sont les petits « cadeaux » que Myriam se faisait avec la carte bancaire du vieil homme.

    « Il m’avait dit qu’après tout ce que je faisais pour lui, je pouvais bien me faire plaisir. » Le substitut du procureur du Roi a reconnu une intention délictueuse unique et requiert, à titre principal pour Myriam, une peine de travail de 90h et, à titre subsidiaire, une peine de prison de 6 mois.

    L’avocat de la prévenue requiert quant à lui, un acquittement justifiant que tous les achats faits sont plausibles.

    Article de C.L. Source Sudpresse du 25 mars 2016 

     

  • Nandrinois le harcèlement moral sera dorénavant une incrimination pénale

    Lien permanent

    justice.jpgLa Chambre a adopté jeudi à l’unanimité une proposition de loi faisant du harcèlement moral une incrimination générale dans le Code pénal.

    Jusqu’ici, le harcèlement moral ne pouvait faire l’objet d’initiatives pénales que si une autre qualification était donnée aux faits, par exemple ’harcèlement’ ou ’coups et blessures involontaires’.

    Cependant, des éléments constitutifs de l’infraction classique faisaient parfois défaut, comme le préjudice démontrable et le lien de causalité.

    Le taux de la peine différait également selon l’infraction.

    Afin de remédier à ce problème, la nouvelle loi énonce une incrimination générale du harcèlement moral, par analogie avec la réglementation existante relative au harcèlement moral au travail.

    La proposition de loi adoptée jeudi émane de la députée Open Vld Carina Van Cauter.

    Elle a été cosignée par l’ensemble des partenaires de la majorité ainsi que le sp.a.

    Source Sudpresse 

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Altercation entre deux jeunes au « Monastère » de Nandrin

    Lien permanent

    justice.jpgCe jeudi, Yannick, 24 ans, de Villers-le-Bouillet, a fait face au tribunal correctionnel de Huy pour y faire opposition d’un jugement, prononcé le 12 novembre dernier, qui le condamnait à 3 mois de prison.

    En cause ?

    Des faits qui remontent au 15 juin 2013.

    Cette nuit-là, il était environ 3 heures du matin, au dancing « Le Monastère » de Nandrin, lorsque Yannick s’est battu avec Jordan, un autre jeune présent dans la discothèque. L’origine de cette altercation ?

    Difficile à dire. Selon certains témoignages, Yannick se serait mêlé d’une bagarre déjà en cours mais, selon d’autres, une bousculade aurait eu lieu entre les deux jeunes, tantôt à la suite d’un coup de coude, tantôt car il dansait trop près de sa copine…

    Selon le prévenu, tout aurait commencé alors qu’il se rendait au bar. « Je me suis tourné vers lui pour discuter mais ça a très mal tourné puisque, très vite, de nombreux coups se sont échangés », explique Yannick.

    « Je me suis senti agressé », a poursuivi, de son côté, Jordan, la victime, ce jeudi matin, lors de l’audience. « Plusieurs personnes ont commencé à me frapper. À un moment donné, une main munie d’un verre s’est approchée de mon visage et m’a frappé. »

    Le verre !

    Si Yannick reconnaît avoir porté des coups à Jordan, il nie fermement lui avoir éclaté un « long drink » sur la tête.

    Il est pourtant désigné comme l’auteur de cet acte par Jordan, qui a identifié son auteur présumé sur la base d’un panel photographique lors de l’enquête.

    « Je ne suis pas convaincu que ce soit Yannick qui ait frappé avec le verre », défendait son avocat. Ce dernier demande une suspension simple du prononcé ou une peine de travail, ainsi qu’une réduction du dommage moral qui, pour le moment, s’élève à 1.150 euros.

    Le ministère public a rappelé que Yannick avait sept procès-verbaux à son actif pour des coups portés à autrui et qu’il ne répondait pas aux convocations de la police.

    Article de  C.L source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

  • A été déclarée ouverte, sur aveu, la faillite de la S.P.R.L. Couleur Abricot de Nandrin

    Lien permanent

    fallite.JPGTRIBUNAL DE COMMERCE DE LIEGE Division de Huy FAILLITE

    Par jugement du tribunal de commerce de Liège, division de Huy du 24.02.2016, a été déclarée ouverte, sur aveu, la faillite de la S.P.R.L. Couleur Abricot, dont le siège social est établi à 4190 Ferrières, Chêne Hoyemont, 2 et le siège d’exploitation est établi à 4550 Nandrin, route du Condroz, 3, inscrite à la B.C.E. sous le nº 0892.909.744 pour l’activité de parfumerie et produits de beauté.

    Juge-commissaire : Frédéric Deleuze, juge consulaire.

    Curateur : Luc Minguet, avocat à 4190 Ferrières, chemin du Vieux Thier, 5A. Les déclarations de créances doivent être déposées au greffe du tribunal de commerce de Liège, division de Huy, dans les trente jours, à compter dudit jugement.

    Dépôt du premier P.-V. de vérification des créances, le mercredi 27.04.2016, à 8 h 45, au greffe de ce tribunal.

  • Tentative d'enlèvement à Seraing ce vendredi: un cas similaire signalé à Nandrin

    Lien permanent

    alerte.jpg

    C’est un message inquiétant qu’a laissé sur Facebook un habitant de la région de Liège ce vendredi. L’homme affirme en effet que sa nièce de 11 ans a été victime d’une tentative d’enlèvement à Seraing, alors qu’elle se rendait à l’école.

    Voici le message publié sur Facebook par T.R., l’oncle inquiet : « Ce matin vers 8h30, à hauteur du jardin perdu à Seraing, ma nièce de 11 ans, qui se rendait à l’école, a été victime d’une tentative d’enlèvement.

    Heureusement elle a réussi à prendre la fuite et se réfugier auprès d’une passante. Les auteurs des faits (deux hommes, le passager, cheveux noirs et barbe noire assez longue, serait âgé d’une quarantaine d’années et pas très frais… comme l’a décrit la petite) circulaient dans une vieille camionnette blanche (style Ford Transit) avec du rouge sur l’avant (capot, ailes ? elle n’a pu être plus précise que cela) et vitres teintées sur les côtés. »

    Plus inquiétant encore, ce ne serait pas le premier cas dans la région : « Lors de la déclaration à la police, mon frère a appris qu’il y aurait eu une autre tentative hier du côté de Nandrin sur une autre petite fille et la même description du véhicule.

    Donc soyez vigilants, et n’hésitez pas à contacter la police de Seraing si vous les apercevez ».

    Soyez donc très prudents !

     http://www.lameuse.be/1473610/article/2016-01-23/tentative-d-enlevement-a-seraing-ce-vendredi-un-cas-similaire-signale-a-nandrin

     

    Autres Articles sur la tentative de Nandrin 

    Nandrin clic ici « Ma fille a échappé à un enlèvement »

    Nandrin clic ici «Et si elle avait évité un enlèvement?»

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

    le papa deuxième tentative à Seraing.JPG

    témoignage d'une seconde à Seraing.JPG

     

  • Nandrin « Ma fille a échappé à un enlèvement »

    Lien permanent

    enlévement ,nandrin

    Elle a été abordée par deux hommes.

    La maman est très inquiète

    Muriel Mertens a eu rétrospectivement la peur de sa vie mardi soir, lorsque sa fille de 15 ans lui a raconté sa mésaventure.

    Alors qu’elle venait de descendre de son bus, la jeune fille a été abordée par deux individus qui se trouvaient dans une camionnette blanche. Elle a heureusement pris ses jambes à son cou…

    « J’ai toujours eu très peur d’une tentative d’enlèvement, souffle Muriel Mertens.

    Après l’affaire Dutroux, j’ai répété à mes enfants qu’il ne fallait jamais se laisser aborder par des inconnus et encore moins monter dans leur voiture ! » Une mise en garde qui a peut- être été salutaire à sa fille de 15 ans.

    Mardi, la jeune fille rentrait chez elle en bus après l’école.

    Comme d’habitude, elle est descendue à l’arrêt situé sur la route du Condroz, à proximité du « rond-point des vaches » à Nandrin.

    Il était un peu plus de 16 heures lorsqu’elle a été abordée par deux hommes circulant dans une camionnette blanche : « Ils se sont arrêtés à sa hauteur et lui ont crié : Mademoiselle, Mademoiselle, venez, venez… » Ma fille ne s’est heureusement pas approchée !

    Elle a pris ses jambes à son cou et a couru jusque chez nous.

    Quand elle est arrivée, elle tremblait.

    Elle a vraiment eu une frousse bleue ! »

    La jeune fille a d’abord raconté son histoire à son papa et l’a répété à sa maman, une fois que cette dernière est rentrée du travail.

    « J’ai été choquée. Et si elle avait évité un enlèvement ?

    Je me suis dit qu’il fallait prévenir la police. Je les ai immédiatement appelés, mais, comme ma fille n’avait pas relevé le numéro de plaque ni la marque de la camionnette, ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire. »

    Une réponse qui a choqué Muriel Mertens : « Je me suis dit ce n’est pas possible ! C’est tout de même un incident grave et ils n’en font rien. »

    La Nandrinoise a insisté quelques jours plus tard et, finalement, sa déposition a été prise ce jeudi après-midi.

    La camionnette blanche suspecte n’a pas pu être identifiée.

    À la police du Condroz, on nous a confirmé que l’information avait bien été encodée.

    Selon le policier, c’est le seul incident de ce type qui a été signalé sur la zone de police ces derniers jours. 

    Article de AURÉLIE BOUCHAT source Sudpresse 22 janvier 2016

    Muriel Mertens a aussi été choquée par l’attitude de la police.

     

    Témoignage sur le site Sudinfo Huy-Waremme clic ici 

    enlévement,nandrin

     

    enlévement,nandrin

  • Nandrin Les 4 femmes volaient à l’étalage en famille

    Lien permanent

    justice.jpgLa mère, la fille, la belle fille,la tante, elles sont quatre d’une même famille de la région liégeoise à être poursuivies
    pour deux impressionnants vols à l’étalage de près de 900 euros !

    Le premier a été commis au magasin Okay de St-Georges-sur-Meuse. Préjudice : 622 euros et le second à l’Intermarché de Nandrin pour un montant évalué entre 2 et 300 euros.
    La rafle dans les rayons des grandes surfaces date d’il y a quelques semaines.

    Elle fait l’objet d’une procédure accélérée.
    Elle a été commise en un seul jour avec la complicité d’un proche de la famille poursuivi lui aussi pour les mêmes faits.

    C’est lui qui s’est fait pincer à la sortie du magasin avec le caddie rempli à ras-bord de denrées alimentaires du style :
    charcuterie, aubergine, laitue, « mais aussi de l’alcool comme de la vodka », relève le substitut Marissiaux
    pour qui la présence de ces bouteilles exclut le vol de subsistance pour lequel la justice peut avoir une certaine tolérance.
    « Mais de par le type de biens volés mais aussi le montant du préjudice, le vol de subsistance ne peut être retenu
    », s’est-il exclamé. 
    Il requiert des peines différentes selon la participation de chacun.
    À Nandrin, ils étaient 5. À StGeorges, ils n’étaient plus que trois. Pour ceux qui ont commis les deux vols, il demande une
    peine de travail de 60 heures, pour les autres 46 heures.
    Tous sont en aveux. « Vous faites carrément vos courses à l’œil ? », les a sermonné le juge Dumont qui présidait l’audience correctionnelle.


    TOUS SANS EMPLOI


    La bande se défend en évoquant des problèmes d’argent. Point commun entre les 5 membres de la bande : aucun n’a un emploi.
    Chômage, Mutuelle, CPAS, Pension de veuve, tous dépendent d’une aide, exception faite d’une
    des filles qui termine des études…
    d’éducatrice ! Pas brillant pour démarrer une carrière… 

    Source info Sudpresse article de M-CL.G

  • Nandrin 18 mois de prison pour avoir tabassé 2 hommes

    Lien permanent

    justicegif.jpgEric et Virginie, deux Sérésiens, ont été condamnés à 18 mois de prison pour lui et 15 mois pour elle suite à une violente altercation.

    À l’intérieur de la boîte de nuit le Monastère à Nandrin, le ton est monté entre eux et Jérémy.

    Sur l’injonction du videur, ils sont, tous les trois, sortis de la discothèque. Mais sur le parking de la boîte, deux amis (Christophe et Laura) de Jérémy se sont fait agresser par le couple de Sérésiens qui voulait retrouver Jérémy.

    Christophe a reçu deux coups de poing et des coups de pied ont été donnés à sa voiture. Finalement, les trois amis ont réussi à partir en direction de Huy.

    Mais un kilomètre plus loin, les Sérésiens leur ont fait une queue de poisson pour les obliger à s’arrêter.

    Eric a frappé Christophe et Jérémy avec une matraque télescopique. Laura, elle, a été menacée par Virginie et a également reçu des coups.

    Source info Sudpresse article de D.T

    Journal en PDF