circulation routière - Page 6

  • Qui est le plus rapide entre Nandrin et le CHU ? découvrez la réponse dans la vidéo !!! Test gratuitement jusqu'au 30 août 2019

    Lien permanent

     

    Nandrin – CHU : voiture ou bus-WEL qui est le plus rapide ? Source 

    Fais le test pour le moment gratuitement jusqu'au 30 août 2019 

    D'Aujourd'hui 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL clic ici

     

  • Soyez prévoyants circulation interdite entre le 23/08 et le 20/09 sur un tronçon de la rue Tige de Strée

    Lien permanent

    Soyez prévoyants

    ATTENTION circulation interdite entre le 23/08 et le 20/09 sur un tronçon de la rue Tige de Strée !

    ORDONNANCE DE POLICE
    Article 1 : La circulation est interdite, entre le 23.08.2019 et le 20.09.2019, rue Tige de Strée, dans sa portion comprise entre les carrefours qu’elle forme avec la Place G. Hubin d’une part, et les rues Trois Barrières et des Hayettes d’autre part, à l’exception des riverains et des engins du chantier de construction de la nouvelle école.

    Article 1 bis : L’arrêt et le stationnement sont interdits, même période, rue Tige de Strée entre le carrefour qu’elle forme avec la Place G. Hubin et la 1ère habitation après le chantier (n°2), de part et d’autre de la chaussée.

    Article 1 ter : Une déviation est mise en place via la rue Trois Barrières d’une part, et la Place G. Hubin d’autre part.

    Article 2 : La signalisation (au minimum A31, A51, C3 + additionnel « excepté riverains », E3, F41 + barrières Nadar et lampes clignotantes) sera placée conformément au Code de la Route par l’entrepreneur responsable.

    Article 3 : Les contrevenants à la présente ordonnance seront punis de peines de simple police.

    Commune de Modave

     

     

  • D'Aujourd'hui 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL

    Lien permanent

    Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL en utilisant le code promo "WEL2019". 
    Ce code promo sera valable dès le 12 août et est à introduire directement dans l'application WEL.

    Les lignes WEL, c’est quoi ? 

    Depuis le 29 avril 2019, six nouvelles lignes WEL – pour Wallonia Easy Line – circulent sur le réseau TEC. Avec un système de paiement et de réservation obligatoire via l’application WEL, ces nouvelles lignes vous garantissent un voyage confortable dans des bus climatisés et équipés de WIFI

    Combien ça coûte ?

    Le prix d’un trajet à bord d’une ligne WEL s’élève à 5€, quels que soient vos arrêts de départ et d’arrivée, avec un plafonnement à 70€ par mois et 580€ par an.

    À partir du 14e trajet effectué sur un même mois civil, vos parcours sur une ligne WEL seront donc gratuits !

    Comment réserver ma place ?

    Que ce soit pour un siège classique ou un emplacement pour fauteuil roulant, la réservation de votre place à bord d’une ligne WEL est obligatoire au plus tard 30 minutes avant votre départ.

    C’est directement via l’application WEL, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store que vous effectuerez vos réservations.

    Comment valider mon trajet ?

    Pour valider votre place, rien de plus facile : il vous suffit de scanner le QR Code présent dans le bus via votre application WEL ! 

    Trouver ma ligne WEL

    Six lignes WEL sont à votre disposition en Wallonie.

    Ligne W01 – Athis - Mons

    Ligne W02 – Bastogne - Arlon

    Ligne W03 – Chimay - Charleroi

    Ligne W04 – Liège - Marche

    Ligne W05 – Nivelles - Namur

    Ligne W06 – Braine-L'Alleud - Waterloo - Wavre Nord

     

    Comment changer ma réservation ?

    Il n'est pas possible d'annuler la réservation d'une place à bord d'une ligne WEL ni de se faire rembourser un titre acheté. Cependant, vous pouvez introduire une demande de changement de réservation.

    Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer un e-mail à l'adresse mobilewel@tec-wl.be en précisant la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée du parcours que vous désirez modifier et préciser la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée de votre nouveau parcours. 

    Attention, cette demande doit être introduite au plus tard 2 jours ouvrables avant la date du parcours à annuler.

    Source 

    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/solutionsdemobilit%C3%A9/solutionstec/ligneswel.aspx?fbclid=IwAR01TYrrELc3RG-crGKApOfDxAHSOAkeWhR81B20vtWYdPtZWO1IAo7-QZg

     

  • Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL du 19 au 30 août 2019

    Lien permanent

    Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL en utilisant le code promo "WEL2019". 
    Ce code promo sera valable dès le 12 août et est à introduire directement dans l'application WEL.

    Les lignes WEL, c’est quoi ? 

    Depuis le 29 avril 2019, six nouvelles lignes WEL – pour Wallonia Easy Line – circulent sur le réseau TEC. Avec un système de paiement et de réservation obligatoire via l’application WEL, ces nouvelles lignes vous garantissent un voyage confortable dans des bus climatisés et équipés de WIFI

    Combien ça coûte ?

    Le prix d’un trajet à bord d’une ligne WEL s’élève à 5€, quels que soient vos arrêts de départ et d’arrivée, avec un plafonnement à 70€ par mois et 580€ par an.

    À partir du 14e trajet effectué sur un même mois civil, vos parcours sur une ligne WEL seront donc gratuits !

    Comment réserver ma place ?

    Que ce soit pour un siège classique ou un emplacement pour fauteuil roulant, la réservation de votre place à bord d’une ligne WEL est obligatoire au plus tard 30 minutes avant votre départ.

    C’est directement via l’application WEL, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store que vous effectuerez vos réservations.

    Comment valider mon trajet ?

    Pour valider votre place, rien de plus facile : il vous suffit de scanner le QR Code présent dans le bus via votre application WEL ! 

    Trouver ma ligne WEL

    Six lignes WEL sont à votre disposition en Wallonie.

    Ligne W01 – Athis - Mons

    Ligne W02 – Bastogne - Arlon

    Ligne W03 – Chimay - Charleroi

    Ligne W04 – Liège - Marche

    Ligne W05 – Nivelles - Namur

    Ligne W06 – Braine-L'Alleud - Waterloo - Wavre Nord

     

    Comment changer ma réservation ?

    Il n'est pas possible d'annuler la réservation d'une place à bord d'une ligne WEL ni de se faire rembourser un titre acheté. Cependant, vous pouvez introduire une demande de changement de réservation.

    Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer un e-mail à l'adresse mobilewel@tec-wl.be en précisant la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée du parcours que vous désirez modifier et préciser la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée de votre nouveau parcours. 

    Attention, cette demande doit être introduite au plus tard 2 jours ouvrables avant la date du parcours à annuler.

    Source 

    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/solutionsdemobilit%C3%A9/solutionstec/ligneswel.aspx?fbclid=IwAR01TYrrELc3RG-crGKApOfDxAHSOAkeWhR81B20vtWYdPtZWO1IAo7-QZg

     

  • Une place de parking lors du 15 août à Huy ? mieux vaut arriver tôt ! des solutions ici

    Lien permanent

    À Huy, les festivités du 15 août attirent traditionnellement entre 10.000 et 15.000 visiteurs. Mais cette année, avec les Septennales, la ville s’attend à voir débarquer entre 50.000 et 80.000 personnes. Avec une telle affluence, trouver une place de parking deviendra vite un casse-tête. L’office du Tourisme conseille d’arriver tôt, « déjà en fin de matinée », et de penser à se garer dans le sens du retour afin de quitter la ville plus facilement.

    Dans l’hyper-centre, « les parkings du Quadrilatère, du CHRH et Celli (au bout du CHRH) comptent 2.500 places », précise l’échevin Éric Dosogne. Comme l’an passé, celui de l’hôpital sera exceptionnellement gratuit mais une partie des 400 places disponibles sera occupée par les véhicules des figurants participants au cortège. « Quand elle sera saturée, la chaussée Napoléon sera également interdite à la circulation sauf pour les riverains », ajoute l’inspecteur principal Pierre Brasseur.

    Si vous ne pouvez pas rejoindre Huy plus tôt et n’avez pas peur de marcher quelques kilomètres, le parking de la centrale nucléaire sera également mis à disposition.

    Tarif spécial au parking SNCB

    Côté rive gauche, si le quai Batta sera fermé toute la journée à cause du village des confréries puis du spectacle des féeries lumineuses et du feu d’artifice, « le parking de l’ancien Match sera accessible sauf l’étage car il sera occupé par les VIP », indique l’inspecteur.

    La SCNB proposera également un tarif préférentiel à 5 € la journée pour son parking de la gare. « 405 places sont disponibles dont 7 pour les PMR », confirme le porte-parole.

    En outre, il est possible de se garer au port et au parking de la gare de Statte.

    Il est alors simple de rejoindre l’avenue Batta via le parcours qui longe la Meuse.

    De l’autre côté du fleuve, les parkings des différents commerces à Ben-Ahin disposent également de parkings.

    Lors de cette journée, 80 policiers encadreront le cortège. Ils seront une cinquantaine de plus en soirée pour veiller au maintien de l’ordre.

    J.RE.

    Source 

  • Soyez prévoyants si vous emprunter la RN 90

    Lien permanent

    Des mesures de circulation pendant les travaux de l’écluse

    Elle a pour but de réguler la circulation sur cette voirie. Soit à partir de cette date, la circulation s’effectuera uniquement sur les bandes de circulation destinées au sens Liège Huy. La première bande de circulation du sens Liège Huy sera réservée au sens de circulation Liège – Huy, tandis que la seconde sera réservée à la circulation Huy vers Liège.

    La piste cyclable sans issue

    La piste cyclable présente sur cette artère sera rendue sans issue à partir du rond-point de la centrale nucléaire et interdite après la maisons des éclusiers.

    Le carrefour formé par la RN 90 et l’Ancienne Grand-Route sera rendu inaccessible, à l’exception des riverains et la desserte locale pour la seule habitation y implantée, ainsi que pour les véhicules de chantiers. Dès lors, les véhicules précisés désirant emprunter la RN 90 à partir de ce carrefour auront obligation de virer à droite en direction de Liège, traverser la zone de chantier à allure du pas et réintégrer la N90 à hauteur de la BK 109.9, située sur le territoire d’Amay.

    Source 

     

  • L’obligation du port du casque fait toujours débat ?

    Lien permanent

    Le vélo est un moyen de locomotion de plus en plus privilégié par les Belges adeptes de mobilité douce avec une augmentation enregistrée de 15,7 % de nombre de cyclistes à Bruxelles. Le nombre d’accidents impliquant les cyclistes augmente, par conséquent, lui aussi, avec une hausse de 76 % depuis 2005.

    Rendre le port du casque obligatoire pourrait a priori passer comme un bon moyen d’améliorer la sécurité des cyclistes mais il pourrait s’agir d’une « fausse bonne idée ».

    En effet, comme le démontre la mort tragique du coureur professionnel Bjorg Lambrecht lors du Tour de Pologne, le port du casque n’est pas gage de survie en cas d’accident. Son efficacité est limitée en cas de chocs survenant au de-là de 30 km/h.

    « Le fait de porter un casque ne permet pas de réduire le risque d’accident. C’est pourquoi il est primordial d’investir dans le développement du vélo et de s’attaquer en priorité aux causes des accidents. Cela passe par des infrastructures sécurisantes, la réduction de la vitesse, la formation des usagers, la répression des infractions… », explique le Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens). Si l’on compare l’évolution du nombre d’accidents corporels enregistrés par la police au cours des 10 dernières années entre les différents moyens de transport, on remarque que les cyclistes connaissent l’évolution la moins favorable, selon Vias. En 2018, la police a enregistré en Belgique 10.079 accidents corporels où un cycliste était impliqué, 88 décès et 10.157 blessés. Le nombre d’accidents corporels et avec blessés est resté stable entre 2008 et 2018, alors que le nombre de tués a diminué de 20 %. « Leur proportion dans le nombre total de tués de la route a cependant fortement augmenté. C’est probablement un reflet de l’augmentation de l’usage du vélo », explique l’Institut pour la sécurité routière.

    Un frein au vélo

    L’obligation du port du casque représenterait une contrainte et donc un frein dans la pratique du vélo en lui donnant notamment l’image d’une activité potentiellement dangereuse. Selon le Gracq, le casque obligatoire constitue un frein majeur à la mise en selle et, par conséquent, à la croissance du nombre de cyclistes. Or, une augmentation du nombre de cyclistes permettrait d’améliorer la sécurité de ceux-ci.

    « Dans les pays qui ont rendu le casque obligatoire (comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande), on a constaté une diminution du nombre de cyclistes ou, au mieux, une stagnation. Cette régression est d’autant plus dommageable qu’il est prouvé que les conditions de sécurité pour les cyclistes s’améliorent avec l’augmentation du nombre de cyclistes », indique le Gracq.

    Vers une obligation pour les enfants?

    Les chutes de vélo et les blessures qui en découlent sont plus fréquentes chez les enfants que chez les adultes. Depuis 2017, la France a d’ailleurs rendu le port du casque obligatoire pour les jeunes cyclistes de moins de 12 ans. Une telle loi pourrait-elle voir le jour en Belgique ?

    « Le gouvernement étant en affaires courantes, il n’est pas possible de prendre de nouvelles initiatives politiques. Cependant, dans le cadre de la réflexion sur l’obligation du port du casque pour les cyclistes, j’avais été informé du point de vue des associations de cyclistes », explique le ministre de la Mobilité, François Bellot.

    « Dans ce débat, il est également question de la responsabilisation des parents avant de parler d’obligation légale qui ne sensibilisera pas nécessairement le public cible et donc risque de ne pas suffire pour atteindre l’objectif, à savoir une meilleure protection des enfants. Personnellement, en tant que grand-père, je demande à mes petits-enfants de porter le casque sans attendre que la loi ne les y oblige. Dans cette matière, je crois qu’il est surtout utile que les parents et les enfants soient sensibilisés notamment par des cours d’éducation routière qui peuvent être donnés dans les écoles ou encore par des campagnes de sensibilisation organisées par les associations de cyclistes et/ou par les autorités régionales. »

    Chez Vias, on se dit favorable au port du casque chez les enfants. Parce que les chutes sont plus nombreuses mais aussi pour « éduquer » les enfants au port du casque afin qu’ils gardent cette habitude une fois adultes.

    PAR PAULINE GOVAERT

     

    Source

  • Chaque jour, un bus relie Arlon à Paris pour 15 euro

    Lien permanent

    En juin dernier, la société BlablaCar, plate-forme dédiée au covoiturage, a lancé sa branche BlablaBus. Une branche dont le but est de proposer toute une série de lignes de bus entre les grandes villes françaises et européennes. Pour ce faire, BlaBlaCar a racheté la société Ouibus. L’une des premières lignes lancée par BlablaBus fut celle Paris-Sedan. Une ligne qui, en juillet, avait été étendue à Luxembourg, devenant ainsi une ligne Luxembourg-Paris.

    Chaque jour, un bus part donc de la capitale grand-ducale pour rejoindre la capitale française en faisant un arrêt intermédiaire dans le chef-lieu de la province. À 7h40 du lundi au dimanche, le BlablaBus fait halte sur le parking du parc des expositions à Arlon, à proximité du hall polyvalent. Un bus orange des Voyages Rémi, de Givet, floqué des autocollants « BlablaBus » de tous côtés. L’arrivée à Paris est fixée à 14h, soit un peu plus de six heures plus tard. En voiture, rejoindre Arlon à Paris met environ 3h30 (4h avec les inévitables embouteillages). Sur son trajet, le bus effectue encore deux arrêts. L’un à Sedan, l’autre à Charlevilles-Mézieres où il change de chauffeur. Le service est donc intéressant aussi pour les gens qui habitent en Gaume ou du côté de Bouillon. Sedan n’est qu’à quelques kilomètres de la Cité de Godefroy.

    Le prix de ce trajet Arlon-Paris est fixé à 14,99€ avec un bagage en soute et deux bagages à main compris. D’après nos confrères de l’Union Ardennais, entre 20 et 40 personnes empruntent chaque jour la ligne Luxembourg-Paris. À noter que Blablabus propose aussi toute une autre série de trajets passant par Arlon. À savoir des lignes de bus vers Dijon ou encore Lyon. Des trajets qui nécessitent cependant une correspondance à Paris et dont le prix est fixé à une trentaine d’euros.

    PAR SYL.C.

    Source 

  • La ligne de bus Liège-Marche gratuite pendant 2 semaines

    Lien permanent

    C’est la ligne la plus fréquentée du tout nouveau réseau de bus express du TEC. Et elle est liégeoise ! Le tracé Liège-Marche a le vent en poupe, et ce, depuis sont lancement.

    En quelques mois, elle a déjà attiré pas moins de 2.724 voyageurs. C’est tout simplement le meilleur résultat enregistré par ce nouveau réseau lancé le 29 avril dernier. À cette date, l’opérateur de transport public wallon avait lancé six nouvelles lignes express appelées « Wallonia Easy Line ». Ces nouvelles navettes, toutes équipées d’une connexion internet, ont pour objectif de persuader les travailleurs de laisser tomber leur bonne vieille voiture. Et depuis leur inauguration, c’est la ligne Liège-Marche qui a connu le plus de passagers.

    « Tenter l’expérience »

    Du 19 au 30 août, la ligne deviendra gratuite pendant quasiment deux semaines.

    Une occasion parfaite de tenter l’expérience, pour ceux qui hésitent encore à abandonner leur voiture : « C’est bien entendu une manière d’attirer du public. Mais au-delà de ça, c’est peut-être un moyen de convaincre certains voyageurs de tester cette offre. Le travailleur qui utilise sa voiture, est une cible qui est difficile à atteindre. Pour plusieurs raisons, l’utilisation et la possession d’une voiture ont été encouragées dans notre pays notamment via le marché du travail. C’est donc très compliqué aujourd’hui pour ces personnes de laisser tomber leur voiture. En rendant ces lignes gratuites pendant deux semaines, nous espérons en persuader certains d’essayer nos lignes. Ces bus permettent de gagner du temps pour soi, même pour travailler, grâce à son réseau wi-fi », explique Stéphane Thiery, porte-parole du TEC.

    « Succès à Liège »

    Si dans d’autres régions le concept peine parfois à convaincre les Wallons, à Liège, la formule semble plutôt fonctionner : « A Liège, l’offre a su rencontrer son public. Les premiers mois ont été concluants. Je pense que le fait que le bus passe par des pôles économiques comme le centre-ville et le Sart-Tilman participe à ces bons résultats. Cela veut dire que certains voyageurs en avaient besoin. Dans d’autres villes, le réseau a été moins utilisé. Nous allons essayer de comprendre pourquoi. Peut-être que d’autres villes wallonnes n’en ont pas besoin. » Malgré des premiers résultats plus qu’encourageants, Stéphane Thiery l’avoue, la Cité ardente peut encore faire mieux : « Nous pouvons tripler voire même quadrupler l’affluence. Même si la ligne fonctionne bien, il y a encore de la place dans le bus. C’est un transport plus respectueux de l’environnement. C’est juste une question d’habitude. »

    Par STEFANO BARATTINI

    Source 

  • Le bourgmestre de Nandrin a fait placer des blocs de béton pour bloquer les gens du voyage

    Lien permanent

    Nandrin: des plots en béton pour bloquer les gens du voyage

    En 2018, à la même époque de pèlerinage, 30 caravanes s’étaient installées sur le terrain de foot sans autorisation, mettant les autorités communales devant le fait accompli. Elles y étaient restées une semaine mais le bourgmestre avait déjà prévenu que des mesures seraient prises pour qu’une future installation ne soit plus possible.

    Les entraînements ont repris

    C’est désormais chose faite. Les trois accès vers le site des Templiers, rue du Péry, ont été entravés par des plots en béton, suite à un arrêté de police du bourgmestre.

    Deux bloquent complètement le passage, le troisième ne permet qu’à une voiture de passer. « L’année passée, il n’y avait pas eu trop de dégâts, ils avaient été relativement corrects, avaient payé leur consommation d’eau et collaboré avec la commune et la police même s’ils s’étaient installés de force, sans demander notre avis. Quand ils sont sur place, pour les déloger il faut 30 à 50 policiers, effectif impossible à réunir à l’époque. J’ai donc pris mes précautions cette année. Le terrain de foot du Péry n’est pas fait pour les accueillir, il ne dispose pas des infrastructures adéquates, contrairement à Amay par exemple, il doit servir aux entraînements jeunes et seniors du club qui ont repris », commente Michel Lemmens.

    « Un peu embêtant mais on sait passer »

    Du côté du club, on se réjouit de l’installation de ces blocs qui ne gênent pas trop. « On sait passer en voiture, il suffit de viser juste, sourit Francis Dupont, président de Templiers-Nandrin. Ceux qui ne s’y aventurent pas font le chemin à pied. C’est un peu embêtant car nous partons en car à Blankenberge ce dimanche et le car ne peut pas passer, mais nous avons finalement fixé le rendez-)vous au parking de covoiturage. »

    PAR A.G

    Source 

     

  • Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL

    Lien permanent

    Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL en utilisant le code promo "WEL2019". 
    Ce code promo sera valable dès le 12 août et est à introduire directement dans l'application WEL.

    Les lignes WEL, c’est quoi ? 

    Depuis le 29 avril 2019, six nouvelles lignes WEL – pour Wallonia Easy Line – circulent sur le réseau TEC. Avec un système de paiement et de réservation obligatoire via l’application WEL, ces nouvelles lignes vous garantissent un voyage confortable dans des bus climatisés et équipés de WIFI

    Combien ça coûte ?

    Le prix d’un trajet à bord d’une ligne WEL s’élève à 5€, quels que soient vos arrêts de départ et d’arrivée, avec un plafonnement à 70€ par mois et 580€ par an.

    À partir du 14e trajet effectué sur un même mois civil, vos parcours sur une ligne WEL seront donc gratuits !

    Comment réserver ma place ?

    Que ce soit pour un siège classique ou un emplacement pour fauteuil roulant, la réservation de votre place à bord d’une ligne WEL est obligatoire au plus tard 30 minutes avant votre départ.

    C’est directement via l’application WEL, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store que vous effectuerez vos réservations.

    Comment valider mon trajet ?

    Pour valider votre place, rien de plus facile : il vous suffit de scanner le QR Code présent dans le bus via votre application WEL ! 

    Trouver ma ligne WEL

    Six lignes WEL sont à votre disposition en Wallonie.

    Ligne W01 – Athis - Mons

    Ligne W02 – Bastogne - Arlon

    Ligne W03 – Chimay - Charleroi

    Ligne W04 – Liège - Marche

    Ligne W05 – Nivelles - Namur

    Ligne W06 – Braine-L'Alleud - Waterloo - Wavre Nord

     

    Comment changer ma réservation ?

    Il n'est pas possible d'annuler la réservation d'une place à bord d'une ligne WEL ni de se faire rembourser un titre acheté. Cependant, vous pouvez introduire une demande de changement de réservation.

    Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer un e-mail à l'adresse mobilewel@tec-wl.be en précisant la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée du parcours que vous désirez modifier et préciser la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée de votre nouveau parcours. 

    Attention, cette demande doit être introduite au plus tard 2 jours ouvrables avant la date du parcours à annuler.

    Source 

    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/solutionsdemobilit%C3%A9/solutionstec/ligneswel.aspx?fbclid=IwAR01TYrrELc3RG-crGKApOfDxAHSOAkeWhR81B20vtWYdPtZWO1IAo7-QZg

     

  • Attention des blocs de béton protègent l'accès au Péry à Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    Les trois accès au Péry de Fraineux sont protégés par des blocs de béton transformant l'endroit en piétonnier.

    Du moins hier, mercredi 7 août  2019,  fin de journée .

    Certainement de la prévention , quand d'autres villes ou villages devient des endroits de campement sauvage .

     

     

     

     

  • Information circulation soyez prévoyants du 5 au 16 août 2019

    Lien permanent

    Abattage d’arbres sur la route de Rotheux/Seraing du 5 au 16 août

    Il s’agissait aussi là d’une étape préparatoire à la création de la fameuse piste cyclable qui reliera dans le futur les deux communes liégeoises. Pour rappel, cette piste cyclable s’étendra de l’Athénée Royal de l’Air Pur de Seraing à la route du Condroz et a pour objectif d’inciter à l’utilisation des modes doux. Comme l’espace sur la route est insuffisant pour créer cette liaison, la Ville de Seraing, en accord avec le Département de la Nature et des Forêts (DNF), souhaitait élargir les lieux en abattant des arbres susceptibles de tomber.

    Le chantier devait commencer le 4 juillet mais avait finalement été reporté à une date ultérieure non communiquée. La société Paul Jacquemin, en charge de l’abattage des arbres, avait toutefois laissé entendre que le travail pourrait commencer au début du mois d’août de cette année.

     

     

    La date des travaux est désormais connue. Ceux-ci se dérouleront en deux phases. La première aura lieu du lundi 5 août au vendredi 9 août. Et la seconde du lundi 12 août au vendredi 16 août. La route de Rotheux, qui se prolonge en route de Seraing quand on avance en direction de Neupré, sera ainsi fermée durant deux semaines afin d’effectuer les travaux nécessaires. Elle sera toutefois rouverte à la circulation le week-end.

    La commune de Neupré a d’ores et déjà averti ses citoyens via sa page Facebook « afin qu’ils puissent prendre les mesures nécessaires », fait savoir la bourgmestre Virginie Defrang-Firket. Ces travaux concernent pour le moment uniquement la commune de Seraing. Les arbres côté neupréen sont en effet situés sur une propriété privée et un accord doit donc être trouvé. Ils devraient être abattus pendant les congés de Toussaint.

    LAURENT CAVENATI

    Source 

  • Les usagers sont au rendez-vous sur la N 63 route du Condroz Nandrin

    Lien permanent

     

    Depuis aujourd'hui 1er Août  2019 le parking et le Well bus sont au rendez-vous !!!

    Bonne nouvelle pour les (futurs) usagers du car tout confort « WEL » des TEC clic ici

     

    Bientôt L'arrêt au nouveau parking multimodal sur la route du Condroz N 63 Nandrin, l’autocar «WEL» circulera plus souvent clic ici

     

    Il est fini le parking multimodal sur la N 63 route du Condroz à Nandrin et pourtant l’arrêt du WEL Bus est aux Quatre Bras clic ici

     

    Dés le 1er août l’arrêt pour le Well Bus sera au parking multimodal sur la N 63 route du Condroz à Nandrin Saint-Séverin clic ici

  • Bonne nouvelle pour les (futurs) usagers du car tout confort « WEL » des TEC

    Lien permanent

    Nandrin: le car «WEL» s’arrêtera au parking multimodal dès jeudi

    La commune de Nandrin réclamait à cor et à cri, depuis le lancement de la ligne, un déplacement de l’arrêt actuel des Quatre-Bras vers le parking multimodal flambant neuf de la route du Condroz, plus adapté au parking et à l’embarquement sécurisé à bord du car. Le député Rodrigue Demeuse avait même interpellé le ministre Di Antonio à ce sujet (entre autres) et celui-ci avait confirmé l’intention des TEC de déplacer l’arrêt du WEL au parking multimodal (arrêt dénommé « Saint-Séverin, Petit Fraineux ») « rapidement ».

    Les nouveaux horaires

    La date est désormais fixée : ce sera d’application dès le 1er août prochain, soit jeudi. Vers Liège, les nouveaux horaires de cet arrêt sont 6h26, 7h22, 7h26, 8h26 et 16h33, 17h23, 18h23. Vers Marche, le car passe à 7h05, 08h05, 09h05 et 17h07, 17h42, 18h07, 18h57.

    10.000 euros à affecter

    « Je l’ai appris par mail. J’imagine que l’interpellation de Rodrigue Demeuse est à la source de la réaction. Je suis dans tous les cas très content que cela se mette en place, c’est une décision sage. J’espère qu’une solution sera trouvée à Tinlot également. Nous sommes tous dans le même bateau et notre intérêt à tous est que le « WEL » fonctionne en ayant un taux de remplissage suffisant », commente Michel Lemmens. Le bourgmestre nandrinois appelle à un dialogue avec les TEC. « Nous avons à Nandrin 10.000 euros à affecter à une opération, nous pensions les consacrer à une diminution de l’abonnement pour nos citoyens. Nous aimerions discuter avec les TEC pour déterminer quelle formule est la plus opportune. »

    Pour rappel, le « WEL » est un car tout confort, équipé de wi-fi, qui fait la liaison Marche-Liège et inversement aux heures de pointe pour (principalement) les travailleurs. Le parking multimodal de 44 places est désormais accessible même s’il reste les bornes électriques à installer.

     

    Source

  • Dés le 1er août l’arrêt pour le Well Bus sera au parking multimodal sur la N 63 route du Condroz à Nandrin Saint-Séverin

    Lien permanent

    « Je suis convaincu que le TEC n’en a rien à faire de cette ligne. Avoir placé l’arrêt aux rond-point des vaches sans concertation est un fait exprès », avait-il affirmé.

    Carine Zanella, porte-parole du TEC Liège Verviers dit être tombée de sa chaise en lisant cette déclaration. « Soit le bourgmestre a des trous de mémoire soit il a fait une crise de délire, mais quand on a lancé la ligne, je lui ai téléphoné et je lui ai bien dit que quand le parking d’écovoiturage de Nandrin serait terminé, on y déplacerait l’arrêt du WEL mais qu’en attendant, il fallait bien trouver une solution. Le même discours a été tenu à une réunion où il était présent », assure-t-elle. « Le propos a dans le même sens avec l’échevine de Tinlot, au sujet des ronds-points. » Elle conclut en réaffirmant la volonté du TEC de collaborer avec les communes, « tout le monde a à y gagner. »  

    Le TEC répond au mayeur de Nandrin: «L’arrêt du WEL sera déplacé»

     

    Il est fini le parking multimodal sur la N 63 route du Condroz à Nandrin et pourtant l’arrêt du WEL Bus est aux Quatre Bras

     

  • La vitesse des véhicules sera ramenée de 50 km/h à 30 km/h, Attention !!! les usagers de la N 90

    Lien permanent

    Une seule bande de circulation sur la N90

    Une ordonnance de police vient d’être rédigée par le bourgmestre de Huy dans le cadre de la mise à grand gabarit de l’écluse d’Ampsin-Neuville, quai de l’Industrie. Elle concerne la phase préparatoire du basculement de la circulation qui se déroulera sur la RN 90 du 29 juillet au 18 août.

    Durant cette phase préparatoire, la circulation des usagers dans le sens Huy vers Liège se fera uniquement sur la bande de circulation de droite, jusqu’à la fin du territoire de la ville de Huy. La seconde bande de circulation sera réservée aux véhicules de chantier.

    La vitesse des véhicules sera ramenée de 50 km/h à 30 km/h à hauteur du chantier et le dépassement sera interdit, dans les deux sens de circulation.

    Le séparateur physique de type new jersey présent entre les BK 108.55 et 108.60 sera démonté. En outre, un séparateur physique sera placé afin de séparer les deux bandes de circulation de la RN 90 du sens Liège-Huy pour le futur basculement de la circulation des usagers du sens Huy vers Liège.

    Source 

  • le pont de la Forge à Villers-le-Temple devra être totalement remplacé.

    Lien permanent

    Depuis février dernier, le pont de la Forge à Villers-le-Temple est fermé à la circulation suite à des dégâts provoqués lors d’une intervention de l’IDEN. Après la consultation du service technique provincial il y a quelques jours, le pont devra être totalement remplacé. « Le pont a été fermé car il risquait de s’effondrer. Il doit être reconstruit complètement », souligne Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

    L’option de la reconstruction présente l’avantage de pouvoir procéder au déplacement de divers câbles et conduites qui entravent actuellement le bon écoulement des eaux. Malheureusement, la mise en œuvre de cette solution globale est complexe et nécessite du temps. « Nous aimerions que les travaux débutent dans le courant de l’automne mais cela a pris énormément de temps. Les ouvriers d’IDEN qui ont provoqué les dégâts travaillaient en sous-traitance », poursuit le bourgmestre. La société Sotrez-Nizet a été choisie par la commune pour s’occuper des aménagements. « Ils ont réalisé en urgence les plans et le cahier de charges », précise Michel Lemmens.

    Le conseil communal du 26 juin a dégagé un budget de 45 000 euros pour la reconstruction du pont. L’IDEN, l’intercommunale de distribution d’eau de Nandrin interviendra à hauteur de 15 000 euros.

    Le chantier devrait débuter dans le courant de l’automne prochain lorsque l’ensemble des autorisations seront obtenues.

    Par A.DU

    Source

     

    La circulation y est impossible, il faudra détruire le pont et le refaire

  • Tu prévois un voyage en train ? attention un préavis de grève pour le 27 juillet

    Lien permanent

    Les accompagnateurs de train veulent faire grève afin de protester contre la pénurie persistante de personnel. Et ils veulent le faire le samedi 27 juillet.

    Le syndicat indépendant des chemins de fer SIC a lancé un préavis de grève pour ce jour-là, le samedi 27 juillet, jour où des trains supplémentaires arriveraient pour le festival Tomorrowland à Boom.

    Et en raison du beau temps, on peut imaginer qu’il y aura également du monde pour se rendre à la côte belge. « Mais nous, nous ne pouvons pas partir en vacances avec nos enfants cet été », déclarent les surveillants des trains.

    Le préavis de grève fait suite à des consultations intensives entre la direction et les syndicats, où la pénurie de personnel est sur la table depuis longtemps.

    Source

  • Attention Soyez prévoyant(e)s Vélos à Saint-Séverin aujourd'hui 21 juillet 2019 ! toutes les infos sur le circuit ici !!!

    Lien permanent

    ü Après plusieurs années d’absence à Saint-Séverin, Le Royal Sporting Club Cycliste Nandrinois revient le 21 juillet avec le Championnat de Wallonie pour Aspirants et Minimes.

    La raison principale de cette absence était et est toujours l’impossibilité de faire circuler un peloton, sans risque, sur la rue Saint-Donat (vu son impraticabilité entre Yernée et le cimetière de Saint-Séverin). Ce qui fait que le magnifique circuit apprécié des coureurs, reliant Sain-Séverin, Fraineux, Yernée et retour à Saint-Séverin est abandonné pour encore quelques années.

    ü Infos pratiques

    Vous trouverez ci-dessous toutes les informations utiles et pratiques, soit pour aller encourager les vedettes du cyclisme de demain ou pour prendre vos dispositions afin de ne pas être incommodé par cette activité de dimanche prochain, 21 juillet 2019.

     

     

    Circuit.jpg

    ü ATENTION – ATTENTION ! Soyez prévoyant(e)s …

    Monsieur André RINGLET insiste sur les mesures de circulation édictées par l’arrêté communal qui interdit toute circulation durant les épreuves, c’est-à-dire entre 9h30’ et 18h00.

    Toutefois, il se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions au : 0486/979 983.

    Heures et Circulation.jpg

  • Bientôt L'arrêt au nouveau parking multimodal sur la route du Condroz N 63 Nandrin, l’autocar «WEL» circulera plus souvent

    Lien permanent

    Tout d’abord, le ministre wallon de la mobilité et du transport confirme qu’une enquête de satisfaction sera menée à l’automne, comme évoqué précédemment dans nos colonnes. Cette étude sera effectuée non seulement à bord des véhicules afin de sonder les clients et noter les améliorations qu’ils suggèrent, mais également auprès des non-clients qui n’utilisent pas les lignes WEL alors qu’ils pourraient potentiellement le faire. « La première partie de l’enquête se fera en face à face via un questionnaire que l’enquêteur administrera durant le trajet du client. La deuxième partie se fera via deux focus groupes couvrant le territoire wallon », précise Carlo Di Antonio. Vu que cette étude concerne l’ensemble des 6 lignes WEL, le GAL Pays des Condruses va mener sa propre enquête sur les communes condruziennes traversées.

    Les tarifs ne changent pas

    Rodrigue Demeuse avait également interpellé le ministre au sujet du prix (5 euros par trajet, donc 10 euros aller-retour, ou un abonnement de 70 euros/mois ou 580 euros/an), qui peut être dissuasif pour certaines personnes. A ce sujet, le ministre répond que le tarif correspond au prix actuel des titres Horizon+, titres du réseau express de l’Opérateur de transport de Wallonie dont l’offre convergera, à terme, vers l’offre WEL. Pas de changement tarifaire en vue, donc.

    Par contre, il reconnaît que le système de réservation préalable obligatoire via une application peut constituer un frein. « La possibilité d’emprunter le bus sans réservation préalable est actuellement à l’étude », annonce-t-il.

    Pour attirer davantage de clients, la fréquence de passages des cars va par ailleurs être revue à la hausse. Actuellement, elle est limitée au matin et au début de soirée. « La Région a pour ambition d’augmenter le niveau de service de la ligne Liège-Marche dès le mois de septembre. »

    L’arrêt de Nandrin aux Quatre-Bras, tant décrié par le bourgmestre local, sera bien déplacé « rapidement » au nouveau parking multimodal sur la route du Condroz, confirme Carlo Di Antonio. Tinlot n’est pas en reste puisqu’il affirme « qu’un arrêt est prévu à Tinlot et sera effectif dès que les travaux d’aménagement de voirie permettront un cheminement global sécurisant. Le délai de mise en place pourra être raccourci en fonction de l’itinéraire de déviation prévu durant les travaux. » « Il ouvre ainsi la porte à la création d’un arrêt à Tinlot, sans attendre la réalisation des travaux du futur rond-point, en fonction de l’itinéraire de déviation qui sera prévu », se réjouit Rodrigue Demeuse. A l’origine, il fallait attendre la fin du chantier en 2021 pour y voir créé un arrêt WEL.

    210 voyageurs/semaine

    Pour rappel, les premières statistiques des TEC pour la ligne Marche-en-Famenne-Liège révélaient un total de 1.893 voyageurs en deux mois, soit une moyenne de 210 voyageurs par semaine. C’est mieux que les autres lignes WEL mais trois fois plus de passagers sont nécessaires pour atteindre les objectifs des TEC.

    PAR ANNICK GOVAERS

     Source 

  • La Fête Nationale du 21 juillet en Vélos à Saint-Séverin ! toutes les infos ici !!!

    Lien permanent

    ü Après plusieurs années d’absence à Saint-Séverin, Le Royal Sporting Club Cycliste Nandrinois revient le 21 juillet avec le Championnat de Wallonie pour Aspirants et Minimes.

    La raison principale de cette absence était et est toujours l’impossibilité de faire circuler un peloton, sans risque, sur la rue Saint-Donat (vu son impraticabilité entre Yernée et le cimetière de Saint-Séverin). Ce qui fait que le magnifique circuit apprécié des coureurs, reliant Sain-Séverin, Fraineux, Yernée et retour à Saint-Séverin est abandonné pour encore quelques années.

    ü Infos pratiques

    Vous trouverez ci-dessous toutes les informations utiles et pratiques, soit pour aller encourager les vedettes du cyclisme de demain ou pour prendre vos dispositions afin de ne pas être incommodé par cette activité de dimanche prochain, 21 juillet 2019.

     

     

    Circuit.jpg

    ü ATENTION – ATTENTION ! Soyez prévoyant(e)s …

    Monsieur André RINGLET insiste sur les mesures de circulation édictées par l’arrêté communal qui interdit toute circulation durant les épreuves, c’est-à-dire entre 9h30’ et 18h00.

    Toutefois, il se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions au : 0486/979 983.

    Heures et Circulation.jpg

  • Attention sur la N 63 route du Condroz Nandrin

    Lien permanent

    Il semblerait que des brebis (moutons ) seraient sur la route du Condroz N 63 Nandrin à la hauteur du rond-point de jour de Mai - Inter-marché Saint-Séverin .

    Aujourd'hui 16 juillet 2019 à 9h 25 

     

    Source 

  • Les Wallons se tournent de plus en plus vers la mobilité douce et vous ?

    Lien permanent

    Selon les données du Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens), en Belgique, un vélo vendu sur deux est un vélo électrique et 10 % des vélos qui circulent sur nos routes sont électriques. Bien que ces chiffres soient issus d’observations du Gracq et non d’études menées par un véritable observatoire du vélo, le succès de ce moyen de transport est réel, comme en témoignent les vendeurs.

    « On vend de plus en plus de vélos électriques. À Namur, il s’agit surtout de vélos de ville ou pour des balades, alors qu’à Liège on vend davantage de VTT », constate Vincent Marche, conseiller vendeur chez Bicyclic à Namur. Les avantages pointés par les cyclistes et les vendeurs sont nombreux : un vélo électrique est rapide, permet de se remettre au sport en douceur et convient également à ceux qui n’ont pas la condition physique requise pour faire du vélo.

    Travailleurs et seniors

    C’est sans doute pour cela qu’il est assez populaire parmi les travailleurs et les seniors. « Deux profils de clients existent : ceux qui se tournent vers le vélo électrique pour faire des balades, donc pour le loisir, et ceux qui font ce choix pour la mobilité », explique Vincent Marche. Un constat partagé chez Provélo Namur, qui remarque l’intérêt croissant pour la mobilité alternative, sans doute lié à la médiatisation des enjeux environnementaux.

    Philippe, par exemple, enfourche son vélo électrique tous les matins depuis mai 2018 pour parcourir les 18 km qui séparent son domicile de son lieu de travail. « Le vélo c’est un sport, mais le vélo électrique est un moyen de déplacement. Il permet d’être dehors, de se détendre et de bouger. C’est rapide et c’est bon pour l’environnement », constate celui qui s’est « converti » à ce moyen de déplacement grâce à l’action « Je teste l’électrique » organisée par la Région wallonne.

    Pour le loisir

    Pour d’autres, c’est une question de loisir et d’exercice physique, raison pour laquelle les seniors en sont de plus en plus attirés.

    « Le vélo à assistance électrique permet de continuer à faire de l’exercice physique tout en gardant le confort », détaille Célia Dufour, chargée de mission chez Provélo. L’assistance électrique permet de mieux supporter les grandes distances, même pour ceux qui ont l’habitude de rouler à vélo, comme Jean-Pierre : « J’ai un vélo de course, mais je souhaite acheter un vélo électrique pour me rendre au badminton. J’ai 69 ans et, en montée, un vélo électrique c’est une belle aide ». Pour d’autres, comme Marc-Yves, le vélo électrique est indispensable : « Je ne pourrais plus m’en passer », sourit-il. Au point d’en louer un en attendant la réparation du sien. « En ville, le vélo classique suffit, mais pour des randonnées, l’électrique est meilleur », ajoute-t-il. Si ce marché a de l’avenir, c’est aussi parce que le prix de ce vélo se démocratise, comme on le relève chez Bicyclic, et que les consommateurs sont prêts à investir après avoir bien réfléchi à leur achat.

    LAVINIA ROTILI

    Source 

  • Premier bilan des six lignes Bus Wel lancées le 29 avril dernier pour inciter à abandonner la voiture

    Lien permanent

    wel2.jpgNouveaux bus WEL : 21 fois plus  de passagers à Marche qu’à Mons.

    « Directes, rapides et confortables », c’est ainsi que le TEC décrivait ses six premières lignes WEL lors de leur lancement le 29 avril dernier. Les bus traditionnels sont remplacés par des autocars climatisés avec Wifi gratuit. Le nombre d’arrêts est limité afin de garantir une bonne vitesse commerciale entre des pôles de moyenne ou grande importance (notre infographie). Le service est uniquement assuré le matin et le soir en semaine, pour permettre aux travailleurs d’effectuer l’aller-retour. Deux mois plus tard, le TEC tire un premier bilan.

    C’est la ligne Marche-en-Famenne/Liège qui s’en tire le mieux, avec un total de 1.893 voyageurs, soit une moyenne de 210 voyageurs par semaine. L’analyse plus fine des statistiques montre des pointes hebdomadaires à 260 et 276. À l’inverse, la liaison entre le village d’Athis et Mons passant par Dour ne totalise que 87 trajets. La dernière semaine de juin n’a enregistré qu’un seul aller-retour. Braine-l’Alleud/Wavre fait à peine mieux avec 101 usagers en 9 semaines.

     

    « Les WEL sont typiquement des lignes qui doivent s’insérer dans la durée. Elles visent à convaincre les automobilistes d’abandonner leur véhicule et d’opter pour une solution durable et écologique. Ce transfert de mode de déplacement est extrêmement complexe en Belgique », explique Stéphane Thiery, directeur du marketing du TEC. La société de transport compte beaucoup sur la rentrée de septembre. « Des échos d’étudiants qui ont testé le produit nous reviennent. Ils viendront chez nous, une fois qu’ils auront achevé leur abonnement SNCB », indique notre interlocuteur, donnant en exemple la ligne WEL Marche/Liège que nous avons testée.

    Enquête de satisfaction

    Le TEC vise au moins un taux de fréquentation équivalent aux bus Conforto. Pour l’atteindre, le WEL Marche-Liège devrait embarquer près de trois fois plus de passagers. « Nous allons tout faire pour que ce service réponde au mieux aux besoins de la population. En septembre, nous mènerons une enquête de satisfaction pour voir notamment s’il faut maintenir le principe des réservations », promet le directeur marketing. Les horaires et des points d’arrêt pourraient être adaptés.

    « Ces lignes sont des projets menés dans des environnements très différents les uns des autres », ajoute Vincent Peremans, administrateur général de l’OTW, l’Opérateur de Transport de Wallonie. « Nous ferons l’évaluation après un an. Si certaines lignes ne fonctionnent pas, nous proposerons de les arrêter pour éviter de gaspiller de l’argent public. » L’OTW suivra de près l’évolution de la fréquentation mois. Une croissance, même faible, laisse de l’espoir. Par contre, une baisse à l’automne pourrait suggérer que des voyageurs ont testé et n’ont pas été convaincus.

    « Nous avons mené deux grandes campagnes de communication sur le WEL. Nous en ferons encore une à l’automne, puis on laissera faire le bouche-à-oreille. Pour le Conforto3, lancé en avril 2018, il nous a fallu un an avant qu’il ne soit rempli. Je pense que le WEL est un bon produit en termes de confort et de prix », conclut Vincent Peremans. Si la mayonnaise prend, l’OTW a 34 autres projets de ligne WEL pour 2020.

    Moins cher que le train, et plus rapide

    7h40 du matin à Marche-en-Famenne.
    Nous guettons le WEL à destination de Liège.
    Deux personnes attendent.
    « Non, nous allons sur une autre ligne.
    Mais je connais le WEL. Ma femme l’a pris pour rejoindre à Liège.
    C’est plus rapide que le train.
    Cela faisait longtemps qu’on attendait une telle liaison », dit l’un d’eux. Le bus arrive.
    Je suis seul à bord avec le photographe.
    « Vous seriez monté avec moi de Liège, vous auriez eu du monde à interviewer. Je viens de décharger une vingtaine de passagers au terminus de Marche.
    D’habitude, j’ai une jeune étudiante malentendante à cette heure-ci, mais c’est les vacances », explique Arnaud, le chauffeur.
    Un peu plus tard, une passagère monte et éprouve des difficultés à scanner son QRCode prouvant qu’elle a réservé et payé.
    « Cela m’est déjà arrivé la semaine dernière. J’ai un nouveau téléphone », dit Joëlle Petillon en s’installant. « Nous sommes en général quatre dames à voyager ensemble, nous avons sympathisé à bord. Les congés ont déjà commencé pour elle. »
    Joëlle descend à Liège Opéra.
    Jusqu’à présent, elle rejoignait Huy en voiture puis elle prenait le train.
    « Maintenant, le parking est payant à la gare de Huy. Avec le train, cela me coûte 138 euros par mois, sans le trajet en voiture. Le prix du bus est plafonné à 70 € par mois. »

    « Cela va le stage des enfants ? », demande Arnaud à une dame qui valide à son tour.

    « Oui », répond Dorien Van Hede. « Avec mon compagnon, nous utilisons ce service depuis la mi-juin.

    Nous travaillons tous les deux au CHU où il y a un vrai problème de parking. Nous devons souvent tourner avant d’avoir une place. Le bus nous dépose juste à deux minutes du travail.

    Le seul souci, c’est l’horaire. Le bus passe ici à 7h25. Or la crèche n’ouvre qu’à 7h30.

    Je dois donc attendre le suivant à 8h30. J’aimerais bien en avoir un à 8 h, même chose au retour.

    C’est un peu juste. »

    Un prix très raisonnable

    Pas le temps d’approfondir la question. Nous arrivons à Nandrin pour reprendre dans l’autre sens le dernier bus de la matinée vers Marche.

    Une jeune fille somnole à l’avant et ouvre les yeux à notre arrivée.

    « J’ai pris le tout premier bus ce matin à Marche pour aller saluer de la famille à Neupré.

    Maintenant, je rentre. C’est la première fois. Je suis encore étudiante.

    D’habitude, j’utilise le TEC pour de plus courtes distances où je paie parfois jusqu’à 2,50 euros.

    En comparaison, le prix du WEL est très raisonnable. Le Wifi fonctionne super-bien.

    Le temps passe vite.

    À mon avis, je vais le reprendre plusieurs fois pendant les vacances », estime Amandine.

    PAR YANNICK HALLET

     Source  

  • Une alternative à la voiture individuelle, La plateforme d’autopartage veut se développer chez nous.

    Lien permanent

    La région liégeoise est maintenant, comme d’autres, en phase de recherche d’alternatives à la voiture à usage individuel. Drivy, la plateforme française d’autopartage, l’a bien compris. Bien que déjà présente en Cité ardente, elle souhaite maintenant accroître son développement dans notre région.

    Le principe ?

    « J’ai une voiture, que je partage avec d’autres particuliers, détaille Barry Chantraine, un Ansois qui met sa voiture en location via Drivy. C’est de la location de particulier à particulier. Et tout se fait via une appli. »

    Réservation, état des lieux, paiement, disponibilité, prix, tout se fait en quelques clics seulement. « L’important, c’est de savoir bien gérer son agenda, précise-t-il. Parce qu’on a l’obligation de la mettre en location au moins sept jours par mois. Il faut donc être certain de ne pas en avoir besoin à ce moment-là. »

    C’est en France que l’Ansois a découvert ce système d’autopartage, voici quelques années. « Je suis allé ensuite décortiquer le site internet de Drivy, et j’ai décidé de tester la formule pendant un an, avec une petite voiture que je mettais en location. »

    Aujourd’hui, sa Citroën C4 Picasso passe régulièrement entre d’autres mains : « Il y a beaucoup de demandes. Pour l’instant, ma voiture a été louée toutes les semaines, précise-t-il. Mais pour la durée de la location, j’ai bloqué à 15 jours. »

    Ses clients ? Des Liégeois, mais aussi beaucoup d’étrangers de passage dans la région. « J’ai eu des permis congolais, algériens, français. Les Liégeois, ce sont des gens qui ont une voiture de fonction et qui ne peuvent pas aller à l’étranger avec, des personnes sans voitures qui en ont besoin pour partir en week-end ou en vacances, ou d’autres qui en ont une mais ne veulent pas faire 1.200 kilomètres avec. J’ai aussi souvent des personnes dont la voiture est en panne ou accidentée, et qui n’ont pas droit à une voiture de remplacement via leur assurance. »

    Et ça marche. En trois mois à peine, à raison d’une moyenne de 30 euros pour une journée de location et 200 kilomètres, « je paie tous les frais de ma voiture, les taxes, l’assurance. Le reste de l’année, c’est tout bénéfice. »

    GEOFFREY WOLFF

    Source 

  • Attention aux scan-cars ils contrôleront 30.000 véhicules par jour

    Lien permanent

    D’ici quelques mois, c’en sera fini de voir les policiers liégeois arpenter les trottoirs à la recherche de pare-brise où sont absents carte riverain ou ticket d’horodateur. Ce qui ne signifie en rien que les contrôles en matière de stationnement vont disparaître en Cité ardente. Au contraire, ils sont amenés à s’intensifier de façon spectaculaire dans un avenir très proche. En cause, l’arrivée prochaine des scan-cars.

    Ces deux voitures électriques, banalisées, sillonneront en continu toutes les rues de la ville, périphérie comprise. Les caméras dont elles sont pourvues se chargeront quant à elles, sur base des plaques d’immatriculation, de débusquer tous ceux qui auront omis d’alimenter l’horodateur ou se seront installés sur des emplacements réservés aux riverains sans être titulaires de la carte ad hoc. Un procédé infaillible, estime-t-on du côté de la Ville, où on a déjà budgété, pour les trois mois de 2019 durant desquels ces scan-cars devraient être à l’œuvre, des rentrées supplémentaires de l’ordre de 300.000 euros.

    Prévention

    Selon les premières estimations, chacune de ces voitures devrait en effet procéder à 10 à 15.000 contrôles par jour. Et dans tous les quartiers de la ville. Une - mauvaise - surprise donc pour tous ceux qui contournaient la redevance de stationnement en garant leur véhicule dans les quartiers périphériques, bien moins contrôlés que les grandes artères du centre-ville. Mais la Ville a d’ores et déjà annoncé la couleur : pas question de prendre les fraudeurs par surprise. « Une campagne de prévention sera menée avant le début des contrôles », a ainsi souligné le bourgmestre liégeois, Willy Demeyer.

    G.W.

    Source 

  • NANDRIN DANS LE ZYGOMATON DE LA SEMAINE SUDINFO LA MEUSE H-W AUJOURD'HUI 29 JUIN 2019

    Lien permanent

    Le Zygomaton d'aujourd'hui samedi 29 juin 2019 , fait un petit clin d’œil à l'actualité Nandrinoise.

    Pour le comprendre, il faut lire les articles ci-dessous  .

    Le Bourgmestre Michel Lemmens , au volant du Wel Bus ....

    En cette période de canicule , espérons qu'en plus du Wifi ,il y a la climatisation .

    Le Blog partage cette tranche d'humour de La Meuse Huy-Waremme, version papier du  samedi 29 juin 2019 

    Pour motiver les travailleurs de l’entité, Nandrin souhaite rembourser une partie de l’abonnement clic ici

    Le bourgmestre de Nandrin en colère: « Du sabotage » clic ici

    Le TEC répond au mayeur de Nandrin: «L’arrêt du WEL sera déplacé» clic ici

     

  • Le TEC répond au mayeur de Nandrin: «L’arrêt du WEL sera déplacé»

    Lien permanent

    « Je suis convaincu que le TEC n’en a rien à faire de cette ligne. Avoir placé l’arrêt aux rond-point des vaches sans concertation est un fait exprès », avait-il affirmé.

    Carine Zanella, porte-parole du TEC Liège Verviers dit être tombée de sa chaise en lisant cette déclaration. « Soit le bourgmestre a des trous de mémoire soit il a fait une crise de délire, mais quand on a lancé la ligne, je lui ai téléphoné et je lui ai bien dit que quand le parking d’écovoiturage de Nandrin serait terminé, on y déplacerait l’arrêt du WEL mais qu’en attendant, il fallait bien trouver une solution. Le même discours a été tenu à une réunion où il était présent », assure-t-elle. « Le propos a dans le même sens avec l’échevine de Tinlot, au sujet des ronds-points. » Elle conclut en réaffirmant la volonté du TEC de collaborer avec les communes, « tout le monde a à y gagner. »

    Le ministre interpellé

    Le député wallon Ecolo, Rodrigue Demeuse, a rebondi ce vendredi en interpellant par écrit le ministre wallon de la mobilité, Carlo Di Antonio. Pour lui, l’évaluation prévue par le TEC de la ligne Marche-Liège en septembre intervient « trop tard ». « Il est urgent de prendre des mesures rapides pour améliorer l’accessibilité de ce service. Une analyse des difficultés pourrait être menée dès à présent, sans attendre le mois de septembre, dès lors que des problèmes importants sont déjà clairement identifiés. La suppression du système de réservation obligatoire et le déplacement de l’arrêt de Nandrin vers le nouveau parking d’écovoiturage constituent notamment deux mesures à mettre en œuvre sans attendre, afin d’apporter les modifications requises pour la rentrée scolaire », suggère-t-il. Le député s’interroge aussi sur la méthodologie de l’évaluation qui sera menée et demande si un prix plus attractif et une plus grande fréquence des cars est envisageable.

    PAR A.G
     
     
  • Le bourgmestre de Nandrin en colère: « Du sabotage »

    Lien permanent

    La commune de Nandrin, si désireuse de cette ligne WEL, s’inquiète d’un flop et veut inverser la vapeur au plus vite.

    Elle a inscrit dans son Programme Stratégique Transversal, c’est-à-dire sa feuille de route stratégique pour les cinq ans à venir, une intervention communale dans les frais d’abonnement de ses citoyens, pour les inciter à utiliser cette liaison. « 10.000 euros de budget par an sont prévus. Nous n’avons pas encore déterminé le montant précis de l’aide individuelle ni quel public cible nous allons viser par cette mesure mais il est important de prévoir quelque chose car le coût semble poser problème à certains. Nous espérons pouvoir en discuter avec le TEC autour d’une table », commente le bourgmestre nandrinois, Michel Lemmens (PS) qui tient aussi absolument à déplacer l’arrêt actuel du rond-point des vaches au parking de covoiturage qui vient d’être achevé. Il ne décolère d’ailleurs toujours pas de cet arrêt non concerté. « Je suis convaincu que le TEC n’en a rien à faire de cette ligne et que l’emplacement de l’arrêt à Nandrin a été choisi exprès dans une tentative de sabotage. Tout comme l’absence d’arrêt actuel à Tinlot », lance-t-il.

    Le TEC, lui, assure croire en cette ligne : « Jamais nous n’avons lancé une campagne aussi ciblée et intense que pour ces lignes ». Il dit étudier la possibilité de déplacer l’arrêt nandrinois.

    Par Annick .G.

    Source