circulation routière - Page 4

  • Rappel de la zone 30 km/H pour les enfants au centre de Strée Modave sur la N 66

    Lien permanent

    De chaque côté de la route, sur la N 66 à Strée Modave, à la hauteur de l'école Libre Saint-Louis de Strée , des panneaux avec les dessins d'enfant qui appellent au respect de la zone 30 km/H 

     

    Petit rappel sur le Blog d'Ethias 

    https://www.ethias.be/pro/fr/blog/securite-routiere-ecole.html

    Sécurité routière

    Prévenir les accidents de la circulation aux abords des écoles


    Septembre coïncidant avec le retour des enfants à l’école, il nous a semblé opportun d’axer notre réflexion sur les comportements adéquats à adopter en tant que conducteur de véhicule lorsque nous approchons d’un établissement scolaire. Une étude de l’IBSR montre que 78% des accidents impliquant des enfants et se produisant pendant les heures d’école surviennent à moins de 300 m de l’école et 5% dans la zone 30 spécifique à l’école.

    La vitesse, un facteur d’insécurité majeur

    Les statistiques sont sans équivoque, chaque fois qu’un usager faible est heurté par un véhicule, ses chances de survie diminuent de façon pratiquement exponentielle avec la vitesse. La vitesse est le facteur de risque qui pèse le plus sur la gravité des lésions. Les chances de survie d’un piéton sont de 95 % en cas de collision à 30 km/h avec un véhicule contre seulement 55 % à 50 Km/h. La mise en place de zones 30 est donc un bon moyen de prévention. La distance de freinage dépend principalement du temps de réaction et de la vitesse du véhicule ; auxquels il faut ajouter, en fonction, d’autres facteurs comme l’état des pneus et des amortisseurs, le revêtement de la chaussée et les conditions atmosphériques.

    Les temps de réaction dont on tient compte dans l’exemple ci-dessous sont des temps minimum pour un conducteur en parfaite santé. La moindre distraction augmente ce temps de réaction et, par conséquent, la distance de freinage.

    Par exemple, l’usage du GSM au volant augmente le temps de réaction de 30 à 70%. 

    Lien entre la vitesse et la distance de freinage 

    De plus, la vitesse influence de façon très sensible notre visibilité et donc notre faculté à détecter un danger ou à percevoir à temps un enfant qui s’apprête à traverser.

    Les enfants sont plus vulnérables que les adultes

    Aux abords des écoles, on croisera des jeunes qui auront des comportements différents en fonction de l’âge :

    • les jeunes enfants, piétons ou cyclistes, perçoivent le trafic différemment des adultes. Ils ne peuvent anticiper les risques au-delà des véhicules en approche et ont tendance à confondre « voir » et « être vu ». De par leur spontanéité, ils peuvent en surprendre plus d’un en bondissant subitement du trottoir vers la chaussée. Ils surestiment également leur sécurité en accordant une confiance absolue aux dispositifs de signalisation tels que les feux piétons ou les passages cloutés. Ainsi, ils considèrent que traverser au « vert » garantit qu’il ne peut rien leur arriver. Ceci explique en partie qu’en situation d’urgence, leur temps de réaction sera plus long.
    • les adolescents, qui font également usage du vélo ou du cyclomoteur, sont en recherche d’identité et plus enclins à enfreindre les règles établies. Ils se forgent leur propre réalité de la sécurité. On assiste ainsi à une augmentation de prises de risques.
    • C’est donc à nous, adultes qu’il appartient d’adapter nos comportements.

     

    Aménagement des zones 30 et adaptation de la vitesse

    L’aménagement des zones 30 est du ressort des gestionnaires de voirie, sous l’égide des dispositions légales en vigueur.

     

    Seule une bonne et adéquate signalisation permet d’avertir les conducteurs qu’ils doivent adapter leur vitesse et traverser ensuite ces zones avec toute l’attention requise. En fonction de la situation concrète sur le terrain, différents types de signalisation s’imposent

    https://www.ethias.be/pro/fr/blog/securite-routiere-ecole.html

    30 km h.jpg

  • Attention 50 KM/h dans les travaux de la N 63 route du Condroz de Nandrin

    Lien permanent

    Du 50 KM/H pendant la durée des travaux entre les deux ronds-points 

    Des travaux sont en cours entre le rond-point des Vaches aux Quatre bras de Nandrin et le rond-point
    de Yernée Fraineux sur la route  du Condroz à Nandrin. La circulation est ramenée sur une bande entre les deux ronds-points. Il s’agit de la réalisation d'une berme centrale. Il durera plus ou moins de deux semaines.

    Attention travaux N 63 route du Condroz Nandrin, clic ici,  soyez vigilants !!!

  • Attention travaux N 63 route du Condroz Nandrin, soyez vigilants !!!

    Lien permanent

    Travaux entre le rond-point des vaches aux quatre bras de Nandrin et le rond-point de Yernée Fraineux sur la N 63 route du Condroz à Nandrin 

    La circulation est ramenée sur  une bande entre les deux ronds-points.

    Il semblerait que les travaux seront plus ou moins de  deux semaines , pour la réalisation d'une sorte de berne centrale .

    70538355_588197421721643_6511126762393436160_n.jpg

    70210352_464204744181645_3532426046215290880_n.jpg

     

    70428197_1317903451721568_618142598162284544_n.jpg

    70891324_403107413738555_7837264121954304000_n.jpg

     

  • Le vélo gagne du terrain par rapport à la voiture sur le chemin du travail

    Lien permanent

    +92,3% de Wallons allant bosser à vélo

    Désormais, 13 % des travailleurs belges enfourchent régulièrement leur vélo pour effectuer le trajet depuis le domicile, soit deux fois plus qu’il y a cinq ans selon une étude menée par le spécialiste RH Acerta.

    En Flandre, ce taux est de 15,2 % (+105,7 % depuis 2014). Dans le sud du pays, il n’est que de 0,9 %, mais la progression est similaire pour 92,3 %. Désormais, près d’un Wallon sur cent va bosser à vélo. Voici quatre ans, ils n’étaient que 4 sur 1.000. Il faut reconnaître que les plus grandes distances et les dénivelés en dissuadent plus d’un. Les Bruxellois sont plus assidus : 3,7 % de travailleurs ont opté pour la petite reine.

    L’origine de la popularité accrue du vélo sur le chemin du travail est a trouvé dans la diversification de ce moyen de locomotion : versions électriques et ses variantes comme la trottinette, ainsi que dans la volonté de limiter les émissions CO2. « Le marché du travail a aussi joué activement la carte du leasing vélo. Tous ces facteurs réunis ont donc clairement produit leurs effets », estime Laura Couchard, juriste chez Acerta.

    Les distances s’allongent

    Toujours selon l’étude, on observe un recul de l’âge moyen du travailleur à vélo. Il était de 40,04 ans en 2013 contre 41,38 ans en 2018. Les 50 ans et plus roulent aussi souvent que les moins de 35 ans. La distance moyenne parcourue entre la maison et le bureau augmente aussi, passant de 7,3 km à 9,4 km. Le groupe parcourant plus de 30 km pour aller gagner sa vie est passé de 5,5 % à 9,8 % pendant la période de référence. Cette hausse est en partie due au succès du vélo électrique.

    « Les employeurs mettent à disposition l’infrastructure nécessaire, voire propose des vélos de société. L’indemnité vélo est aussi pour bon nombre de personnes un déclencheur pour passer à ce moyen de transport », explique Laura Couchard. Un travailleur qui parcourt régulièrement un aller-retour de 20 kilomètres par jour peut percevoir une indemnité vélo nette allant jusqu’à 920 euros sur base annuelle. « De cette manière, vous récupérez rapidement le coût d’un vélo électrique, surtout si le vélo est proposé dans un plan cafétéria », souligne la juriste d’Acerta. Mieux encore, l’indemnité grimpe à 1.840 euros si l’on fait 20 km le matin pour aller bosser et la même distance le soir.

    « Les indemnités vélos ne sont pas une obligation légale, mais des accords à ce sujet ont été conclus dans pas mal de secteurs », rappelle Laura Couchard.

    Par YANNICK HALLET

    Un travailleur sur six les utilise à Bruxelles

     

    Outre le succès grandissant du vélo parmi les travailleurs, un pourcentage croissant d’entre eux opte pour le train, le bus, le tram ou le métro. La hausse de 51 % de ces usagers en cinq ans est toutefois nettement inférieure à l’augmentation des cyclistes (+104 % à l’échelle nationale).

    À l’heure actuelle, seulement 4,15 % des travailleurs usent des transports en commun. Une région se classe loin devant : Bruxelles. Le pourcentage y grimpe à 17,3 % (+71,8 % en cinq ans). En Wallonie, la progression quinquennale est de 21,9 %. Le taux d’utilisateur reste relativement bas avec 2,6 %. Comme pour le vélo, l’âge moyen du travailleur recule, 39 au lieu de 38 ans.

    L’intervention financière – obligatoire – de l’employeur demeure un incitant pour se tourner vers les transports en commun. Encore faut-il que l’offre en liaisons suive… « Ce n’est pas faisable pour chaque entreprise », reconnaît Laura Couchard d’Acerta.

    Par Y.H.

    Source

  • Deux Liégeois lancer une application pour promouvoir l’usage du vélo de manière ludique en ville, Des pass Ardentes à gagner

    Lien permanent

    Le principe de cette application ? Il s’agit d’une plateforme digitale qui permet à des sociétés, des groupes d’individus, des ASBL, des commerces, etc. d’encourager leurs employés, leur clientèle ou de simples citoyens à utiliser le vélo en organisant des défis et en y associant des récompenses.

    Un exemple concret ? « Par cette application, un boulanger pourrait inciter sa clientèle à venir chercher son pain à vélo et cette dernière recevrait, par exemple, une réduction ou un cadeau une fois le défi relevé », explique Guillaume Kerckhofs, l’un des créateurs de cette application.

    Les défis sont de différentes sortes.

    Ils peuvent être à court (200 kms), moyen (1.200 kms) ou long terme (4.000 kms, par exemple), avec un maximum de kilomètres à effectuer par jour pour encourager les petits trajets. Ils peuvent être relevés seuls ou en équipe et s’adresser à la communauté de l’application : promotion d’un événement, d’une marque, d’une destination.

    Mais il y a aussi possibilité pour les entreprises d’organiser des défis privés pour leurs employés : « Vous roulez ensemble 5.000 kms et la société offre le resto », continue Guillaume Kerckhofs.

    L’intérêt de ce genre de team building  ? La pratique du vélo aurait des effets positifs sur l’individu et diminuerait le taux d’absentéisme au travail.

    Des pass Ardentes à gagner

    Plusieurs partenaires se sont ainsi déjà manifestés, et non des moindres : les Ardentes, les Francofolies, mais aussi la Bière des Amis et les Auberges de Jeunesse.

    Dès aujourd’hui, il est donc possible de rouler à vélo pour gagner des pass pour les deux festivals ou encore des nuitées dans les auberges. Il vous suffit de vous inscrire sur l’application, de sélectionner votre défi puis de commencer à pédaler.

    Ce produit a été imaginé par deux Liégeois. Guillaume Kerckhofs est fonctionnaire. Antoine Safin est consultant indépendant spécialisé dans les ressources humaines. Désireux de contribuer à la réduction de l’utilisation de la voiture en ville, ils travaillent sur cette application depuis le mois de mai de cette année.

    Et c’est finalement à quelques jours de la semaine de la mobilité qu’ils ont réussi à la lancer.

    N’importe qui peut participer aux défis mais aussi en créer un, à condition dans ce dernier cas de figure de payer : un euro par participant.

    Avec la possibilité de négocier le prix si votre événement est censé toucher une grosse communauté.

    Tout cela est gratuit pour le secteur non-marchand (ASBL).

    Par LAURENT CAVENATI

    Source

  • la Semaine européenne de la Mobilité 16 au 22 septembre 2019

    Lien permanent

    Chaque année, la Wallonie propose au grand public de se mobiliser du 16 au 22 septembre, lors de la Semaine européenne de la Mobilité.

    Il y a certainement une organisation pas loin de chez vous, 

    L’objectif ?

    Démontrer les avantages des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle comme la marche, le vélo, le covoiturage et les transports en commun. Il est important d’agir en faveur d’une mobilité plus efficace, plus respectueuse de notre cadre de vie et qui s’inscrive dans le développement durable.

    Le concept ? En 2019 : on bouge pour le climat !

    Notre mobilité a un impact sur le changement climatique. 25% des émissions de gaz à effet de serre en Wallonie pour être exact ! La part la plus importante par rapport aux autres causes. Alors, bouger mieux, c’est bon pour notre portefeuille, notre qualité de vie, notre santé… mais aussi pour le climat. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Comment participer ?

    Faites le plein d'idées et de conseils via la rubrique "Organiser une action" et inscrivez-vous au Défi Mobilité.

    Retour sur les Workshops de préparation de l'édition 2019

    À destination des communes : retrouvez les différentes présentations de la matinée en cliquant ici.

    Source

    http://mobilite.wallonie.be/home/agenda/semaine-de-la-mobilite.html

     

    Téléchargez le guide pratique des communes

     

    guide-communes-semob-2019.png

    Contact

    Direction de la Planification de la Mobilité

    Tél. 081/ 77 31 33

    EMail: semaine.mobilite@spw.wallonie.be

    ou

     

     

  • Soyez prévoyants aujourd'hui 07 septembre 2019 si vous allez à Liège, soyez nombreux pour les acclamer

    Lien permanent

     

    Ce samedi 07 septembre 2019, une colonne historique forte de plus de 50 véhicules US d'époque circulera entre Rocourt et Liège à partir de 14H30.


    Cette colonne effectuera également un circuit interne à la ville de Liège entre 17H00 et 18H30.


    Pour finir, DEUX blindés (STUART M5 et SHERMAN) ainsi que de l'infanterie effectueront une boucle sur le boulevard d'Avroy à partir 17H00.


    Venez nombreux acclamer nos libérateurs tout au long du trajet.

     

    Commandement Militaire de la Province de LIEGE

  • Soyez prévoyants circulation dés lundi 9 septembre 2019 au 13 septembre 2019

    Lien permanent

    Du lundi 9 au vendredi 13 septembre (sous réserve des conditions climatiques), le SPW nous informe de travaux de réfection de voirie au niveau de la Route de France (N677) et le rond-point avec la N639 route d'Esneux et d'Engis (36 tournants).
    Des déviations seront mises en place et le rond-point reste cependant accessible durant la durée des travaux.
    Nous vous demandons d'adapter votre vitesse à l'approche du chantier et de respecter la signalisation mise en place.

    Info

    Commune de Neupré

  • Alors que le nombre de tués a baissé sur les routes et dans les carrefours ces dix dernières années, il a augmenté dans les ronds-points

    Lien permanent

    Ronds-points : 21 accidents par semaine

    Entre 2009 et 2018, le nombre d’accidents corporels a diminué de 19 % de manière générale. Le recul est de 21 % sur les routes, de 17 % dans les carrefours et de 7 % dans les ronds-points ! L’année dernière, il y a eu 1.088 sinistres corporels dans un giratoire, soit près de 21 par semaine

    La tendance est similaire pour les blessés. La baisse n’est que de 10 % dans les ronds-points, contre 21 % ailleurs. Pis, l’Institut Vias observe une hausse de 40 % en dix ans du nombre de tués dans les giratoires alors que le nombre total de décès a diminué de 37 % dans le même temps. « En 2018, la part des tués dans les ronds-points était de 2,3 % par rapport à l’ensemble, contre 1 % en 2009 », note Benoît Godart de Vias.

    Aujourd’hui, il y a davantage de ronds-points qu’hier. « Effectivement, et certains ont d’ailleurs remplacé des carrefours dangereux. Mais cela n’est pas la seule explication. Les accidents résultant d’une perte de contrôle du véhicule sont trois fois plus fréquents dans les ronds-points (28 %) que dans les autres types de carrefours », pointe le spécialiste de la sécurité routière. Des usagers essaient de freiner le moins possible en dehors des heures de pointe et parfois de les franchir quasiment en ligne droite si l’infrastructure le permet.

    Autre élément interpellant, 30,6 % des victimes sont des cyclistes, alors que leur implication dans tous les types d’accidents n’est que de 20,8 %. À l’inverse, les personnes à bord d’une voiture ne représentent que 40,1 % des victimes dans les ronds-points (50,1 % dans l’ensemble des accidents). En clair, ce type d’infrastructure est nettement plus dangereux pour les adeptes du vélo.

    « Et puis, il y a une mauvaise connaissance des règles de circulation », complète Benoît Godart. Une enquête de Vias a montré que 13 % des conducteurs ne savaient pas qu’en roulant sur la bande intérieure d’un rond-point il faut céder la priorité à ceux qui circulent sur la bande extérieure en le quittant. Les Wallons sont les moins au courant (15 %).

    Une amende de 116 euros

    « Un conducteur qui coupe tout pour sortir alors qu’il est sur la bande la plus à gauche commet une infraction du 2e degré, soit une amende de 116 euros », rappelle notre interlocuteur. Les infrastructures s’adaptent pour empêcher ce genre de comportement incivique. Des séparateurs sont installés entre les deux bandes d’un même rond-point pour éviter de se rabattre trop vite. Par ailleurs, 21 % des conducteurs ignorent qu’il faut céder le passage aux piétons en sortant du giratoire. « Cette méconnaissance des règles de priorité nuit clairement à la sécurité routière », estime le porte-parole de Vias.

    Dernier conseil. Et là il ne s’agit pas du code de la route : Il faut éviter de trop coller dans un rond-point car certains conducteurs sortent au dernier moment car ils suivent leur GPS qui peut avoir un temps de retard.

    YANNICK HALLET

    Source 

    rond point.JPG

  • Le terminus de plusieurs bus transféré quai Roosevelt à Liège

    Lien permanent

    Depuis quelques mois, des travaux en lien avec l’arrivée du tram sont en cours en divers endroits de Liège, notamment rue Léopold où les bus ne peuvent plus accéder à leur terminus «Gare Léopold». Celui-ci a donc été transféré vers la place de l’Yser en Outremeuse.

    Afin d’améliorer les conditions de mobilité en ville, il a été décidé de procéder à des changements au niveau d’autres lignes. Ainsi, le terminus des lignes 5, 6, 7, 78 et 134 sera transféré vers le quai Roosevelt.

    Une mesure qui entrera en vigueur le 2 septembre prochain. Concrètement, à partir du rond-point de la Cité, les autobus poursuivront leur itinéraire via le quai-sur-Meuse jusqu’au quai Roosevelt. Les modifications seront d’application du lundi au samedi, et non le dimanche en raison du marché dominical de la Batte qui se déroule sur les quais. Le dimanche, le terminus de ces lignes de bus sera donc maintenu place de l’Yser.

    Alors que le terminus de la place de l’Yser restera fonctionnel jusqu’à la fin des travaux rue Léopold, annoncés jusqu’en octobre 2020, le terminus sur le quai Roosevelt y sera maintenu jusqu’à la mise en service du tram, annoncée pour octobre 2022.

    Source 

  • Réouverture des gares de Liège Carré et St -Lambert

    Lien permanent

    Comme prévu, la liaison ferroviaire entre la gare des Guillemins et celle du Palais (appelée aujourd’hui Saint-Lambert) devrait rouvrir le 1 septembre prochain.
    Pour rappel, cette liaison avait été fermée durant l’été afin d’effectuer des travaux de modernisation des deux tunnels: celui entre les Guillemins et Jonfosse (rebaptisée « Carré ») et entre la gare du Carré et Saint-Lambert.
    Ces travaux reprendront encore une fois durant les vacances de Pâques et durant l’été 2020.

    On refera le socle des voies et on remplacera deux autres aiguillages en sortie de gare St Lambert avec fermeture aussi de la ligne jusqu’à Herstal.

    Les trains venant de Visé ou d’Anvers seront donc limités à Herstal d’un côté et aux Guillemins de l’autre. 

    Source 

  • Le superéthanol E85 bientôt autorisé chez nous

    Lien permanent

    Selon les stations-service, le litre d’E85 se paie aux alentours de 0,5-0,8 euros en France, contre plus de 1,4 pour la 95 et 1,5 pour la 98. Ce carburant contient 85 % de bioéthanol, complété par 15 % d’essence traditionnelle.

    Même s’il nécessite l’installation d’un boîtier (entre 700 et 1.600 euros, lire ci-contre) et entraîne une consommation plus importante (+20 %), l’E85 permet de sérieuses économies sur le long terme.

    Il cartonne chez nos voisins.

    Ils font le plein d'essence et leur compte en banque est vidé !

    Le superéthanol devrait bientôt débarquer en Belgique, mais il risque de ne pas être aussi intéressant. Un arrêté royal est en cours de finalisation chez la ministre fédérale de l’Énergie, Marie-Christine Marghem. Il a été déjà validé par des organes tels que le Conseil supérieur des Indépendants. C’est maintenant au tour du Conseil d’État de se prononcer.

    « Si tout se passe bien, le texte pourrait être validé avant la fin de l’année. Nous sommes certes en affaires courantes, mais il y a moyen de demander l’urgence au regard des objectifs 2020 de la Belgique en matière d’émissions », précise le cabinet de la ministre. Le texte doit aussi être signé par les ministres Ducarme et Beke, en charge des Classes Moyennes et de l’Économie.

    Le ministre des Finances a aussi son mot à dire au niveau du montant des accises.

    La Brafco, la Fédération des négociants en carburants, redoute un scénario comme pour le diesel XTL, un produit de synthèse nettement plus cher que la version fossile. « L’idéal serait d’avoir un taux d’accises de zéro comme pour le CNG, le gaz naturel comprimé », indique Olivier Neyrinck de la Brafco.

    Max 1,1 euro/l

    Du côté de l’Association belge de bioéthanol (BBA), on estime – au prix actuel de l’essence – que le litre d’E85 devrait être d’un euro, voire 1,1 pour vraiment séduire l’automobiliste.

    « On verra avec le prochain gouvernement. La note De Wever évoque une taxation accrue au niveau des émissions de CO2. Il faudra voir comme sera considéré l’E85 », explique Hendrik Lemahieu de la BBA. Selon lui, le gouvernement sortant semblait ouvert à ne pas être trop gourmand avec les accises.

    L’essor du superéthanol ne se fera pas sans les pétroliers. « Le secteur n’est pas opposé à l’E85, mais il n’est pas demandeur non plus », prévient Jean-Benoît Schrans, porte-parole de la Fédération pétrolière.

    Il rappelle que l’éthanol est déjà présent dans l’essence actuelle à concurrence de 10 %. « L’Europe veut plafonner la contribution des biocarburants utilisés dans le secteur des transports, produits à partir de cultures alimentaires avec en 2020 un seuil maximum de 7 % de biocarburants première génération comme l’éthanol. L’85 dépasse donc de loin les limites européennes », détaille le représentant des pétroliers.

    « Quoiqu’il en soit, on ne devrait jamais avoir des prix aussi bas pour l’E85 qu’en France car ce biocarburant est une filière pour leurs importants surplus céréaliers. La situation de l’agriculture n’est pas la même en Belgique », conclut Olivier Neyrinck de la Brafco.

    Toutes les voitures ne pourront pas rouler à l’E85

    « En proportion très importante, le bioéthanol est plus corrosif que l’essence. Cela peut mordre et poser des problèmes au niveau des joints. Certaines voitures déjà en circulation ne sont pas adaptées à ce carburant. Il faudra voir modèle par modèle avec la marque », prévient Jean-Marc Ponteville de Volkswagen Belgique. Cela dit, le moteur est le même que pour une essence. Au Brésil, on roule de belle lurette au bioéthanol. « Si l’E85 se développe en Belgique, les constructions automobiles ne manqueront pas d’adapter les nouveaux véhicules mis en vente », rassure notre interlocuteur.

    La qualité énergétique de l’E85 n’est pas la même que l’essence. Elle est un peu plus faible. Il faut en injecter plus dans le moteur. Or la concentration peut varier dans le moteur en fonction des pleins essence/bioéthanol. « C’est pour cette raison que l’on doit installer un boîtier qui détecte en permanence la concentration d’octane et gère le moteur pour conserver la même puissance », explique le porte-parole de VW.

    Reste à avoir du bioéthanol en suffisance. « La capacité actuelle de production en Belgique est d’environ 200 millions de litres par an. On pourrait monter à 500 millions. La capacité est suffisante pour faire face à l’arrivée de l’E85 », estime Hendrik Lemahieu, de la Belgian Bioethanol Association. Et en cas de manque, les pétroliers ont toujours la possibilité de s’approvisionner dans d’autres pays européens.

    Supprimer les accises sur le diesel synthétique

    L’E85 n’est pas le seul nouveau carburant proposé aux automobilistes. Le diesel XTL, un produit de synthèse, existe aussi et est déjà autorisé à la vente en Belgique. « On l’appelle aussi HVO. Pour l’instant, il n’y a qu’une seule station-service à le proposer à Bornem en Flandre et un seul transporteur à l’utiliser », explique Olivier Neirynck de la Fédération des détaillants en carburants et combustibles. Il faut être très motivé pour remplir son réservoir.

    Le prix maximal est de 2,002 euros le litre alors que le diesel normal flirte avec 1,5 €. « En fait, le niveau des accises du XTL/HVO est identique au diesel alors qu’il est plus cher à produire. Nous plaidons pour la suppression totale des accises sur ce produit, comme c’est le cas en Allemagne. Ainsi, il sera légèrement moins cher que le diesel habituel », indique Olivier Neyrinck. Pour lui, le XTL/HVO est plus écologique que le diesel : « Les émissions sont moins élevées, notamment au niveau des fameuses particules NOX. En matière de consommation, il est au moins au niveau du diesel, et au mieux un peu plus performant. C’est la réponse au dieselbashing que l’on connaît actuellement ».

    Y.H.

    Source 

     

    Suite 

     

     

    Mauvaise nouvelle pour les conducteurs qui comptaient passer au superéthanol, une fois sa commercialisation autorisée en Belgique. Ce nouveau carburant que la ministre de l’Énergie, Marie-Christine Marghem, s’apprête à reconnaître (nos éditions de ce jeudi) ne bénéficiera pas d’une taxation avantageuse, contrairement à ce qui se fait en France.

    « Ce produit sera taxé comme l’essence », explique la porte-parole du SPF Finances. Il sera donc soumis à un droit d’accise, à un droit d’accise spéciale et à une cotisation sur l’énergie. Le tout représentera près de 60 cents par litre.

    « Si l’on ajoute à cela, la TVA qui s’applique sur les accises, on devrait arriver aux alentours de 2,2 du litre. C’est une estimation rapide. Personne ne va payer cela alors que l’essence avoisine 1,5 euro/l », déplore Olivier Neirynck, directeur technique de la Brafco, la fédération des détaillants de combustibles et de carburants.

    En France, le litre d’E85 se vend, en moyenne 0,7 euro, avec des différences notables selon les endroits. Beaucoup d’automobilistes se ruent dessus, même si la consommation est supérieure de 20 % à l’essence (la valeur énergétique de l’E85 est inférieure) et malgré la nécessité d’installer un boîtier spécial, valant plusieurs centaines d’euros. Chez nos voisins, cet investissement de départ est rapidement amorti, tant le produit est avantageux.

    Incohérent !

    « Avec un tel prix, aucun pétrolier ne va investir pour lancer ce carburant en Belgique. Le superéthanol nécessite des cuves et des pompes particulières. On ne peut pas utiliser celles employées pour l’essence », déplore Olivier Neirynck, très remonté. « Une ministre mouille sa chemise pour mettre à disposition un nouveau carburant plus écologique et on le tue avec la fiscalité. Il faut être cohérent. Le CNG (gaz naturel comprimé), un carburant purement fossile, n’est pas soumis aux accises, ce qui rend son prix attractif. Et l’E85, qui est renouvelable, est taxé, ce qui empêchera toute concurrence avec l’essence. Nous regrettons profondément cette situation ».

    YANNICK HALLET

    Source 

     

  • les plots pour bloquer les gens du voyage sont de retour à Nandrin

    Lien permanent

    Les gens du voyage étaient déjà venus au Péry l’année passée. La cohabitation s’était relativement bien passée, mais « l’endroit n’est pas fait pour. C’est un terrain de foot, pas de camping. Les entraînements ont en outre repris, il y a eu un tournoi la semaine dernière. La fois passée, le terrain avait été quand même un peu dégradé donc on prend nos dispositions. »

    « Le même groupe que l’an dernier »

    Les plots avaient fini par être retirés, la période du 15 août achevée, mais le mayeur a fait réinstaller un dispositif ce lundi. « Nous avons eu l’info que le groupe d’une cinquantaine de caravanes stationnées à Herstal souhaitait venir à Nandrin, nous lui avons signifié que ce n’était pas un lieu fait pour, mais dans le doute, nous n’avons d’autre choix que placer des plots en concertation avec la police », déclare Michel Lemmens. « A priori, il s’agit du même groupe que l’année passée qui estime avoir bien été accueilli. Nous avons prévenu le club de foot que les accès vers le site des Templiers étaient malheureusement entravés de nouveau », conclut-il. Il espère que les gens du voyage ne forceront pas le passage.

    PAR A.G. 

    Source 

  • Soyez prévoyants !!! Travaux de mardi 3 au 6 septembre 2019

    Lien permanent

    FERMETURE DE VOIRIE
    La zone de Police du Condroz informe les citoyens que la route nationale 638 à Anthisnes/Limont (Grand-Route à Limont) sera fermée entre les bornes kilométriques 7 et 5,2 entre le mardi 03 septembre 2019 et le vendredi 06 septembre 2019 inclus pour des travaux de réfection de la voirie. Il s'agit du tronçon situé après la Basse-Voie à Limont vers Hout-Si-Ploû.
    Une déviation sera mise en place via les communes de Nandrin, Neupré et Esneux. Merci d'avance pour votre compréhension.

    20190828_163022.jpg

  • Une application pour s’y retrouver avec les restrictions sur les voitures polluantes interdites

    Lien permanent

    Bruxelles a banni les vieilles voitures polluantes en instaurant une zone de basses émissions. Gand et Anvers ont fait de même. D’autres villes en Europe limitent aussi leur accès. Leur nombre ne cesse d’augmenter. Pour s’y retrouver et éviter le p.-v., il existe une app Green Zones, disponible sur Apple Store et Google Play Store.

    Gratuite pour les automobilistes, elle combine trois types de données : les cartes des zones environnementales, les règles des zones environnementales et le statut d’accès qui en résulte pour un véhicule défini au préalable par l’utilisateur. Bref, vous saurez tout ce qu’il faut savoir des péages urbains et autres vignettes si vous vous rendez en voiture à Londres, Paris ou Francfort. Un outil particulièrement utile si l’on visite l’Allemagne où de très nombreuses zones sont concernées. En tout, ce sont cinq pays qui sont référencés.

    Rien n’est vraiment gratuit. L’application permet d’acheter des vignettes et autres documents, à un prix plus élevé. Il existe un mini-abonnement pour les campings-cars et les voitures de collection.

    L’app affiche aussi les niveaux des polluants atmosphériques dont le NOx. La valeur de ces niveaux permet d’activer, ou non, des restrictions de circulation dans de nombreuses zones.

    Y.H.

    Source

  • Qui est le plus rapide entre Nandrin et le CHU ? découvrez la réponse dans la vidéo !!! Test gratuitement jusqu'au 30 août 2019

    Lien permanent

     

    Nandrin – CHU : voiture ou bus-WEL qui est le plus rapide ? Source 

    Fais le test pour le moment gratuitement jusqu'au 30 août 2019 

    D'Aujourd'hui 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL clic ici

     

  • Soyez prévoyants circulation interdite entre le 23/08 et le 20/09 sur un tronçon de la rue Tige de Strée

    Lien permanent

    Soyez prévoyants

    ATTENTION circulation interdite entre le 23/08 et le 20/09 sur un tronçon de la rue Tige de Strée !

    ORDONNANCE DE POLICE
    Article 1 : La circulation est interdite, entre le 23.08.2019 et le 20.09.2019, rue Tige de Strée, dans sa portion comprise entre les carrefours qu’elle forme avec la Place G. Hubin d’une part, et les rues Trois Barrières et des Hayettes d’autre part, à l’exception des riverains et des engins du chantier de construction de la nouvelle école.

    Article 1 bis : L’arrêt et le stationnement sont interdits, même période, rue Tige de Strée entre le carrefour qu’elle forme avec la Place G. Hubin et la 1ère habitation après le chantier (n°2), de part et d’autre de la chaussée.

    Article 1 ter : Une déviation est mise en place via la rue Trois Barrières d’une part, et la Place G. Hubin d’autre part.

    Article 2 : La signalisation (au minimum A31, A51, C3 + additionnel « excepté riverains », E3, F41 + barrières Nadar et lampes clignotantes) sera placée conformément au Code de la Route par l’entrepreneur responsable.

    Article 3 : Les contrevenants à la présente ordonnance seront punis de peines de simple police.

    Commune de Modave

     

     

  • D'Aujourd'hui 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL

    Lien permanent

    Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL en utilisant le code promo "WEL2019". 
    Ce code promo sera valable dès le 12 août et est à introduire directement dans l'application WEL.

    Les lignes WEL, c’est quoi ? 

    Depuis le 29 avril 2019, six nouvelles lignes WEL – pour Wallonia Easy Line – circulent sur le réseau TEC. Avec un système de paiement et de réservation obligatoire via l’application WEL, ces nouvelles lignes vous garantissent un voyage confortable dans des bus climatisés et équipés de WIFI

    Combien ça coûte ?

    Le prix d’un trajet à bord d’une ligne WEL s’élève à 5€, quels que soient vos arrêts de départ et d’arrivée, avec un plafonnement à 70€ par mois et 580€ par an.

    À partir du 14e trajet effectué sur un même mois civil, vos parcours sur une ligne WEL seront donc gratuits !

    Comment réserver ma place ?

    Que ce soit pour un siège classique ou un emplacement pour fauteuil roulant, la réservation de votre place à bord d’une ligne WEL est obligatoire au plus tard 30 minutes avant votre départ.

    C’est directement via l’application WEL, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store que vous effectuerez vos réservations.

    Comment valider mon trajet ?

    Pour valider votre place, rien de plus facile : il vous suffit de scanner le QR Code présent dans le bus via votre application WEL ! 

    Trouver ma ligne WEL

    Six lignes WEL sont à votre disposition en Wallonie.

    Ligne W01 – Athis - Mons

    Ligne W02 – Bastogne - Arlon

    Ligne W03 – Chimay - Charleroi

    Ligne W04 – Liège - Marche

    Ligne W05 – Nivelles - Namur

    Ligne W06 – Braine-L'Alleud - Waterloo - Wavre Nord

     

    Comment changer ma réservation ?

    Il n'est pas possible d'annuler la réservation d'une place à bord d'une ligne WEL ni de se faire rembourser un titre acheté. Cependant, vous pouvez introduire une demande de changement de réservation.

    Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer un e-mail à l'adresse mobilewel@tec-wl.be en précisant la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée du parcours que vous désirez modifier et préciser la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée de votre nouveau parcours. 

    Attention, cette demande doit être introduite au plus tard 2 jours ouvrables avant la date du parcours à annuler.

    Source 

    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/solutionsdemobilit%C3%A9/solutionstec/ligneswel.aspx?fbclid=IwAR01TYrrELc3RG-crGKApOfDxAHSOAkeWhR81B20vtWYdPtZWO1IAo7-QZg

     

  • Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL du 19 au 30 août 2019

    Lien permanent

    Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL en utilisant le code promo "WEL2019". 
    Ce code promo sera valable dès le 12 août et est à introduire directement dans l'application WEL.

    Les lignes WEL, c’est quoi ? 

    Depuis le 29 avril 2019, six nouvelles lignes WEL – pour Wallonia Easy Line – circulent sur le réseau TEC. Avec un système de paiement et de réservation obligatoire via l’application WEL, ces nouvelles lignes vous garantissent un voyage confortable dans des bus climatisés et équipés de WIFI

    Combien ça coûte ?

    Le prix d’un trajet à bord d’une ligne WEL s’élève à 5€, quels que soient vos arrêts de départ et d’arrivée, avec un plafonnement à 70€ par mois et 580€ par an.

    À partir du 14e trajet effectué sur un même mois civil, vos parcours sur une ligne WEL seront donc gratuits !

    Comment réserver ma place ?

    Que ce soit pour un siège classique ou un emplacement pour fauteuil roulant, la réservation de votre place à bord d’une ligne WEL est obligatoire au plus tard 30 minutes avant votre départ.

    C’est directement via l’application WEL, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store que vous effectuerez vos réservations.

    Comment valider mon trajet ?

    Pour valider votre place, rien de plus facile : il vous suffit de scanner le QR Code présent dans le bus via votre application WEL ! 

    Trouver ma ligne WEL

    Six lignes WEL sont à votre disposition en Wallonie.

    Ligne W01 – Athis - Mons

    Ligne W02 – Bastogne - Arlon

    Ligne W03 – Chimay - Charleroi

    Ligne W04 – Liège - Marche

    Ligne W05 – Nivelles - Namur

    Ligne W06 – Braine-L'Alleud - Waterloo - Wavre Nord

     

    Comment changer ma réservation ?

    Il n'est pas possible d'annuler la réservation d'une place à bord d'une ligne WEL ni de se faire rembourser un titre acheté. Cependant, vous pouvez introduire une demande de changement de réservation.

    Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer un e-mail à l'adresse mobilewel@tec-wl.be en précisant la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée du parcours que vous désirez modifier et préciser la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée de votre nouveau parcours. 

    Attention, cette demande doit être introduite au plus tard 2 jours ouvrables avant la date du parcours à annuler.

    Source 

    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/solutionsdemobilit%C3%A9/solutionstec/ligneswel.aspx?fbclid=IwAR01TYrrELc3RG-crGKApOfDxAHSOAkeWhR81B20vtWYdPtZWO1IAo7-QZg

     

  • Une place de parking lors du 15 août à Huy ? mieux vaut arriver tôt ! des solutions ici

    Lien permanent

    À Huy, les festivités du 15 août attirent traditionnellement entre 10.000 et 15.000 visiteurs. Mais cette année, avec les Septennales, la ville s’attend à voir débarquer entre 50.000 et 80.000 personnes. Avec une telle affluence, trouver une place de parking deviendra vite un casse-tête. L’office du Tourisme conseille d’arriver tôt, « déjà en fin de matinée », et de penser à se garer dans le sens du retour afin de quitter la ville plus facilement.

    Dans l’hyper-centre, « les parkings du Quadrilatère, du CHRH et Celli (au bout du CHRH) comptent 2.500 places », précise l’échevin Éric Dosogne. Comme l’an passé, celui de l’hôpital sera exceptionnellement gratuit mais une partie des 400 places disponibles sera occupée par les véhicules des figurants participants au cortège. « Quand elle sera saturée, la chaussée Napoléon sera également interdite à la circulation sauf pour les riverains », ajoute l’inspecteur principal Pierre Brasseur.

    Si vous ne pouvez pas rejoindre Huy plus tôt et n’avez pas peur de marcher quelques kilomètres, le parking de la centrale nucléaire sera également mis à disposition.

    Tarif spécial au parking SNCB

    Côté rive gauche, si le quai Batta sera fermé toute la journée à cause du village des confréries puis du spectacle des féeries lumineuses et du feu d’artifice, « le parking de l’ancien Match sera accessible sauf l’étage car il sera occupé par les VIP », indique l’inspecteur.

    La SCNB proposera également un tarif préférentiel à 5 € la journée pour son parking de la gare. « 405 places sont disponibles dont 7 pour les PMR », confirme le porte-parole.

    En outre, il est possible de se garer au port et au parking de la gare de Statte.

    Il est alors simple de rejoindre l’avenue Batta via le parcours qui longe la Meuse.

    De l’autre côté du fleuve, les parkings des différents commerces à Ben-Ahin disposent également de parkings.

    Lors de cette journée, 80 policiers encadreront le cortège. Ils seront une cinquantaine de plus en soirée pour veiller au maintien de l’ordre.

    J.RE.

    Source 

  • Soyez prévoyants si vous emprunter la RN 90

    Lien permanent

    Des mesures de circulation pendant les travaux de l’écluse

    Elle a pour but de réguler la circulation sur cette voirie. Soit à partir de cette date, la circulation s’effectuera uniquement sur les bandes de circulation destinées au sens Liège Huy. La première bande de circulation du sens Liège Huy sera réservée au sens de circulation Liège – Huy, tandis que la seconde sera réservée à la circulation Huy vers Liège.

    La piste cyclable sans issue

    La piste cyclable présente sur cette artère sera rendue sans issue à partir du rond-point de la centrale nucléaire et interdite après la maisons des éclusiers.

    Le carrefour formé par la RN 90 et l’Ancienne Grand-Route sera rendu inaccessible, à l’exception des riverains et la desserte locale pour la seule habitation y implantée, ainsi que pour les véhicules de chantiers. Dès lors, les véhicules précisés désirant emprunter la RN 90 à partir de ce carrefour auront obligation de virer à droite en direction de Liège, traverser la zone de chantier à allure du pas et réintégrer la N90 à hauteur de la BK 109.9, située sur le territoire d’Amay.

    Source 

     

  • L’obligation du port du casque fait toujours débat ?

    Lien permanent

    Le vélo est un moyen de locomotion de plus en plus privilégié par les Belges adeptes de mobilité douce avec une augmentation enregistrée de 15,7 % de nombre de cyclistes à Bruxelles. Le nombre d’accidents impliquant les cyclistes augmente, par conséquent, lui aussi, avec une hausse de 76 % depuis 2005.

    Rendre le port du casque obligatoire pourrait a priori passer comme un bon moyen d’améliorer la sécurité des cyclistes mais il pourrait s’agir d’une « fausse bonne idée ».

    En effet, comme le démontre la mort tragique du coureur professionnel Bjorg Lambrecht lors du Tour de Pologne, le port du casque n’est pas gage de survie en cas d’accident. Son efficacité est limitée en cas de chocs survenant au de-là de 30 km/h.

    « Le fait de porter un casque ne permet pas de réduire le risque d’accident. C’est pourquoi il est primordial d’investir dans le développement du vélo et de s’attaquer en priorité aux causes des accidents. Cela passe par des infrastructures sécurisantes, la réduction de la vitesse, la formation des usagers, la répression des infractions… », explique le Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens). Si l’on compare l’évolution du nombre d’accidents corporels enregistrés par la police au cours des 10 dernières années entre les différents moyens de transport, on remarque que les cyclistes connaissent l’évolution la moins favorable, selon Vias. En 2018, la police a enregistré en Belgique 10.079 accidents corporels où un cycliste était impliqué, 88 décès et 10.157 blessés. Le nombre d’accidents corporels et avec blessés est resté stable entre 2008 et 2018, alors que le nombre de tués a diminué de 20 %. « Leur proportion dans le nombre total de tués de la route a cependant fortement augmenté. C’est probablement un reflet de l’augmentation de l’usage du vélo », explique l’Institut pour la sécurité routière.

    Un frein au vélo

    L’obligation du port du casque représenterait une contrainte et donc un frein dans la pratique du vélo en lui donnant notamment l’image d’une activité potentiellement dangereuse. Selon le Gracq, le casque obligatoire constitue un frein majeur à la mise en selle et, par conséquent, à la croissance du nombre de cyclistes. Or, une augmentation du nombre de cyclistes permettrait d’améliorer la sécurité de ceux-ci.

    « Dans les pays qui ont rendu le casque obligatoire (comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande), on a constaté une diminution du nombre de cyclistes ou, au mieux, une stagnation. Cette régression est d’autant plus dommageable qu’il est prouvé que les conditions de sécurité pour les cyclistes s’améliorent avec l’augmentation du nombre de cyclistes », indique le Gracq.

    Vers une obligation pour les enfants?

    Les chutes de vélo et les blessures qui en découlent sont plus fréquentes chez les enfants que chez les adultes. Depuis 2017, la France a d’ailleurs rendu le port du casque obligatoire pour les jeunes cyclistes de moins de 12 ans. Une telle loi pourrait-elle voir le jour en Belgique ?

    « Le gouvernement étant en affaires courantes, il n’est pas possible de prendre de nouvelles initiatives politiques. Cependant, dans le cadre de la réflexion sur l’obligation du port du casque pour les cyclistes, j’avais été informé du point de vue des associations de cyclistes », explique le ministre de la Mobilité, François Bellot.

    « Dans ce débat, il est également question de la responsabilisation des parents avant de parler d’obligation légale qui ne sensibilisera pas nécessairement le public cible et donc risque de ne pas suffire pour atteindre l’objectif, à savoir une meilleure protection des enfants. Personnellement, en tant que grand-père, je demande à mes petits-enfants de porter le casque sans attendre que la loi ne les y oblige. Dans cette matière, je crois qu’il est surtout utile que les parents et les enfants soient sensibilisés notamment par des cours d’éducation routière qui peuvent être donnés dans les écoles ou encore par des campagnes de sensibilisation organisées par les associations de cyclistes et/ou par les autorités régionales. »

    Chez Vias, on se dit favorable au port du casque chez les enfants. Parce que les chutes sont plus nombreuses mais aussi pour « éduquer » les enfants au port du casque afin qu’ils gardent cette habitude une fois adultes.

    PAR PAULINE GOVAERT

     

    Source

  • Chaque jour, un bus relie Arlon à Paris pour 15 euro

    Lien permanent

    En juin dernier, la société BlablaCar, plate-forme dédiée au covoiturage, a lancé sa branche BlablaBus. Une branche dont le but est de proposer toute une série de lignes de bus entre les grandes villes françaises et européennes. Pour ce faire, BlaBlaCar a racheté la société Ouibus. L’une des premières lignes lancée par BlablaBus fut celle Paris-Sedan. Une ligne qui, en juillet, avait été étendue à Luxembourg, devenant ainsi une ligne Luxembourg-Paris.

    Chaque jour, un bus part donc de la capitale grand-ducale pour rejoindre la capitale française en faisant un arrêt intermédiaire dans le chef-lieu de la province. À 7h40 du lundi au dimanche, le BlablaBus fait halte sur le parking du parc des expositions à Arlon, à proximité du hall polyvalent. Un bus orange des Voyages Rémi, de Givet, floqué des autocollants « BlablaBus » de tous côtés. L’arrivée à Paris est fixée à 14h, soit un peu plus de six heures plus tard. En voiture, rejoindre Arlon à Paris met environ 3h30 (4h avec les inévitables embouteillages). Sur son trajet, le bus effectue encore deux arrêts. L’un à Sedan, l’autre à Charlevilles-Mézieres où il change de chauffeur. Le service est donc intéressant aussi pour les gens qui habitent en Gaume ou du côté de Bouillon. Sedan n’est qu’à quelques kilomètres de la Cité de Godefroy.

    Le prix de ce trajet Arlon-Paris est fixé à 14,99€ avec un bagage en soute et deux bagages à main compris. D’après nos confrères de l’Union Ardennais, entre 20 et 40 personnes empruntent chaque jour la ligne Luxembourg-Paris. À noter que Blablabus propose aussi toute une autre série de trajets passant par Arlon. À savoir des lignes de bus vers Dijon ou encore Lyon. Des trajets qui nécessitent cependant une correspondance à Paris et dont le prix est fixé à une trentaine d’euros.

    PAR SYL.C.

    Source 

  • La ligne de bus Liège-Marche gratuite pendant 2 semaines

    Lien permanent

    C’est la ligne la plus fréquentée du tout nouveau réseau de bus express du TEC. Et elle est liégeoise ! Le tracé Liège-Marche a le vent en poupe, et ce, depuis sont lancement.

    En quelques mois, elle a déjà attiré pas moins de 2.724 voyageurs. C’est tout simplement le meilleur résultat enregistré par ce nouveau réseau lancé le 29 avril dernier. À cette date, l’opérateur de transport public wallon avait lancé six nouvelles lignes express appelées « Wallonia Easy Line ». Ces nouvelles navettes, toutes équipées d’une connexion internet, ont pour objectif de persuader les travailleurs de laisser tomber leur bonne vieille voiture. Et depuis leur inauguration, c’est la ligne Liège-Marche qui a connu le plus de passagers.

    « Tenter l’expérience »

    Du 19 au 30 août, la ligne deviendra gratuite pendant quasiment deux semaines.

    Une occasion parfaite de tenter l’expérience, pour ceux qui hésitent encore à abandonner leur voiture : « C’est bien entendu une manière d’attirer du public. Mais au-delà de ça, c’est peut-être un moyen de convaincre certains voyageurs de tester cette offre. Le travailleur qui utilise sa voiture, est une cible qui est difficile à atteindre. Pour plusieurs raisons, l’utilisation et la possession d’une voiture ont été encouragées dans notre pays notamment via le marché du travail. C’est donc très compliqué aujourd’hui pour ces personnes de laisser tomber leur voiture. En rendant ces lignes gratuites pendant deux semaines, nous espérons en persuader certains d’essayer nos lignes. Ces bus permettent de gagner du temps pour soi, même pour travailler, grâce à son réseau wi-fi », explique Stéphane Thiery, porte-parole du TEC.

    « Succès à Liège »

    Si dans d’autres régions le concept peine parfois à convaincre les Wallons, à Liège, la formule semble plutôt fonctionner : « A Liège, l’offre a su rencontrer son public. Les premiers mois ont été concluants. Je pense que le fait que le bus passe par des pôles économiques comme le centre-ville et le Sart-Tilman participe à ces bons résultats. Cela veut dire que certains voyageurs en avaient besoin. Dans d’autres villes, le réseau a été moins utilisé. Nous allons essayer de comprendre pourquoi. Peut-être que d’autres villes wallonnes n’en ont pas besoin. » Malgré des premiers résultats plus qu’encourageants, Stéphane Thiery l’avoue, la Cité ardente peut encore faire mieux : « Nous pouvons tripler voire même quadrupler l’affluence. Même si la ligne fonctionne bien, il y a encore de la place dans le bus. C’est un transport plus respectueux de l’environnement. C’est juste une question d’habitude. »

    Par STEFANO BARATTINI

    Source 

  • Le bourgmestre de Nandrin a fait placer des blocs de béton pour bloquer les gens du voyage

    Lien permanent

    Nandrin: des plots en béton pour bloquer les gens du voyage

    En 2018, à la même époque de pèlerinage, 30 caravanes s’étaient installées sur le terrain de foot sans autorisation, mettant les autorités communales devant le fait accompli. Elles y étaient restées une semaine mais le bourgmestre avait déjà prévenu que des mesures seraient prises pour qu’une future installation ne soit plus possible.

    Les entraînements ont repris

    C’est désormais chose faite. Les trois accès vers le site des Templiers, rue du Péry, ont été entravés par des plots en béton, suite à un arrêté de police du bourgmestre.

    Deux bloquent complètement le passage, le troisième ne permet qu’à une voiture de passer. « L’année passée, il n’y avait pas eu trop de dégâts, ils avaient été relativement corrects, avaient payé leur consommation d’eau et collaboré avec la commune et la police même s’ils s’étaient installés de force, sans demander notre avis. Quand ils sont sur place, pour les déloger il faut 30 à 50 policiers, effectif impossible à réunir à l’époque. J’ai donc pris mes précautions cette année. Le terrain de foot du Péry n’est pas fait pour les accueillir, il ne dispose pas des infrastructures adéquates, contrairement à Amay par exemple, il doit servir aux entraînements jeunes et seniors du club qui ont repris », commente Michel Lemmens.

    « Un peu embêtant mais on sait passer »

    Du côté du club, on se réjouit de l’installation de ces blocs qui ne gênent pas trop. « On sait passer en voiture, il suffit de viser juste, sourit Francis Dupont, président de Templiers-Nandrin. Ceux qui ne s’y aventurent pas font le chemin à pied. C’est un peu embêtant car nous partons en car à Blankenberge ce dimanche et le car ne peut pas passer, mais nous avons finalement fixé le rendez-)vous au parking de covoiturage. »

    PAR A.G

    Source 

     

  • Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL

    Lien permanent

    Du 19 au 30 août, voyagez gratuitement sur les lignes WEL en utilisant le code promo "WEL2019". 
    Ce code promo sera valable dès le 12 août et est à introduire directement dans l'application WEL.

    Les lignes WEL, c’est quoi ? 

    Depuis le 29 avril 2019, six nouvelles lignes WEL – pour Wallonia Easy Line – circulent sur le réseau TEC. Avec un système de paiement et de réservation obligatoire via l’application WEL, ces nouvelles lignes vous garantissent un voyage confortable dans des bus climatisés et équipés de WIFI

    Combien ça coûte ?

    Le prix d’un trajet à bord d’une ligne WEL s’élève à 5€, quels que soient vos arrêts de départ et d’arrivée, avec un plafonnement à 70€ par mois et 580€ par an.

    À partir du 14e trajet effectué sur un même mois civil, vos parcours sur une ligne WEL seront donc gratuits !

    Comment réserver ma place ?

    Que ce soit pour un siège classique ou un emplacement pour fauteuil roulant, la réservation de votre place à bord d’une ligne WEL est obligatoire au plus tard 30 minutes avant votre départ.

    C’est directement via l’application WEL, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store que vous effectuerez vos réservations.

    Comment valider mon trajet ?

    Pour valider votre place, rien de plus facile : il vous suffit de scanner le QR Code présent dans le bus via votre application WEL ! 

    Trouver ma ligne WEL

    Six lignes WEL sont à votre disposition en Wallonie.

    Ligne W01 – Athis - Mons

    Ligne W02 – Bastogne - Arlon

    Ligne W03 – Chimay - Charleroi

    Ligne W04 – Liège - Marche

    Ligne W05 – Nivelles - Namur

    Ligne W06 – Braine-L'Alleud - Waterloo - Wavre Nord

     

    Comment changer ma réservation ?

    Il n'est pas possible d'annuler la réservation d'une place à bord d'une ligne WEL ni de se faire rembourser un titre acheté. Cependant, vous pouvez introduire une demande de changement de réservation.

    Pour ce faire, il vous suffit d'envoyer un e-mail à l'adresse mobilewel@tec-wl.be en précisant la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée du parcours que vous désirez modifier et préciser la date, l'heure et les arrêts de départ et d'arrivée de votre nouveau parcours. 

    Attention, cette demande doit être introduite au plus tard 2 jours ouvrables avant la date du parcours à annuler.

    Source 

    https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/solutionsdemobilit%C3%A9/solutionstec/ligneswel.aspx?fbclid=IwAR01TYrrELc3RG-crGKApOfDxAHSOAkeWhR81B20vtWYdPtZWO1IAo7-QZg

     

  • Attention des blocs de béton protègent l'accès au Péry à Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    Les trois accès au Péry de Fraineux sont protégés par des blocs de béton transformant l'endroit en piétonnier.

    Du moins hier, mercredi 7 août  2019,  fin de journée .

    Certainement de la prévention , quand d'autres villes ou villages devient des endroits de campement sauvage .

     

     

     

     

  • Information circulation soyez prévoyants du 5 au 16 août 2019

    Lien permanent

    Abattage d’arbres sur la route de Rotheux/Seraing du 5 au 16 août

    Il s’agissait aussi là d’une étape préparatoire à la création de la fameuse piste cyclable qui reliera dans le futur les deux communes liégeoises. Pour rappel, cette piste cyclable s’étendra de l’Athénée Royal de l’Air Pur de Seraing à la route du Condroz et a pour objectif d’inciter à l’utilisation des modes doux. Comme l’espace sur la route est insuffisant pour créer cette liaison, la Ville de Seraing, en accord avec le Département de la Nature et des Forêts (DNF), souhaitait élargir les lieux en abattant des arbres susceptibles de tomber.

    Le chantier devait commencer le 4 juillet mais avait finalement été reporté à une date ultérieure non communiquée. La société Paul Jacquemin, en charge de l’abattage des arbres, avait toutefois laissé entendre que le travail pourrait commencer au début du mois d’août de cette année.

     

     

    La date des travaux est désormais connue. Ceux-ci se dérouleront en deux phases. La première aura lieu du lundi 5 août au vendredi 9 août. Et la seconde du lundi 12 août au vendredi 16 août. La route de Rotheux, qui se prolonge en route de Seraing quand on avance en direction de Neupré, sera ainsi fermée durant deux semaines afin d’effectuer les travaux nécessaires. Elle sera toutefois rouverte à la circulation le week-end.

    La commune de Neupré a d’ores et déjà averti ses citoyens via sa page Facebook « afin qu’ils puissent prendre les mesures nécessaires », fait savoir la bourgmestre Virginie Defrang-Firket. Ces travaux concernent pour le moment uniquement la commune de Seraing. Les arbres côté neupréen sont en effet situés sur une propriété privée et un accord doit donc être trouvé. Ils devraient être abattus pendant les congés de Toussaint.

    LAURENT CAVENATI

    Source 

  • Les usagers sont au rendez-vous sur la N 63 route du Condroz Nandrin

    Lien permanent

     

    Depuis aujourd'hui 1er Août  2019 le parking et le Well bus sont au rendez-vous !!!

    Bonne nouvelle pour les (futurs) usagers du car tout confort « WEL » des TEC clic ici

     

    Bientôt L'arrêt au nouveau parking multimodal sur la route du Condroz N 63 Nandrin, l’autocar «WEL» circulera plus souvent clic ici

     

    Il est fini le parking multimodal sur la N 63 route du Condroz à Nandrin et pourtant l’arrêt du WEL Bus est aux Quatre Bras clic ici

     

    Dés le 1er août l’arrêt pour le Well Bus sera au parking multimodal sur la N 63 route du Condroz à Nandrin Saint-Séverin clic ici

  • Bonne nouvelle pour les (futurs) usagers du car tout confort « WEL » des TEC

    Lien permanent

    Nandrin: le car «WEL» s’arrêtera au parking multimodal dès jeudi

    La commune de Nandrin réclamait à cor et à cri, depuis le lancement de la ligne, un déplacement de l’arrêt actuel des Quatre-Bras vers le parking multimodal flambant neuf de la route du Condroz, plus adapté au parking et à l’embarquement sécurisé à bord du car. Le député Rodrigue Demeuse avait même interpellé le ministre Di Antonio à ce sujet (entre autres) et celui-ci avait confirmé l’intention des TEC de déplacer l’arrêt du WEL au parking multimodal (arrêt dénommé « Saint-Séverin, Petit Fraineux ») « rapidement ».

    Les nouveaux horaires

    La date est désormais fixée : ce sera d’application dès le 1er août prochain, soit jeudi. Vers Liège, les nouveaux horaires de cet arrêt sont 6h26, 7h22, 7h26, 8h26 et 16h33, 17h23, 18h23. Vers Marche, le car passe à 7h05, 08h05, 09h05 et 17h07, 17h42, 18h07, 18h57.

    10.000 euros à affecter

    « Je l’ai appris par mail. J’imagine que l’interpellation de Rodrigue Demeuse est à la source de la réaction. Je suis dans tous les cas très content que cela se mette en place, c’est une décision sage. J’espère qu’une solution sera trouvée à Tinlot également. Nous sommes tous dans le même bateau et notre intérêt à tous est que le « WEL » fonctionne en ayant un taux de remplissage suffisant », commente Michel Lemmens. Le bourgmestre nandrinois appelle à un dialogue avec les TEC. « Nous avons à Nandrin 10.000 euros à affecter à une opération, nous pensions les consacrer à une diminution de l’abonnement pour nos citoyens. Nous aimerions discuter avec les TEC pour déterminer quelle formule est la plus opportune. »

    Pour rappel, le « WEL » est un car tout confort, équipé de wi-fi, qui fait la liaison Marche-Liège et inversement aux heures de pointe pour (principalement) les travailleurs. Le parking multimodal de 44 places est désormais accessible même s’il reste les bornes électriques à installer.

     

    Source