circulation routière - Page 2

  • Nandrinois :Les conseils de la Cellule d’Action Routière

    Lien permanent

    L'Action Routière (CAR) appelait  les automobilistes de Wallonie à s’assurer qu’ils étaient bien préparés pour l’hiver. « Alors que novembre approche, il est en effet temps de penser aux pneus hiver », conseille la cellule. Tous les automobilistes sont par ailleurs invités à vérifier l’état général de leur véhicule, le bon fonctionnement des phares, l’état de leur batterie et le niveau de liquide du lave-glace. Il est également conseillé de prévoir les équipements nécessaires et de bien nettoyer les pare-brise avant et arrière, ainsi que les vitres latérales et les rétroviseurs. »

    Source 

  • De gros embarras de circulation aujourd'hui 30 octobre 2018 sur la N 63 Nandrin

    Lien permanent

    Attention feux tricolores N 63 Nandrin toutes les infos

     la circulation s’effectuera donc de manière alternée aujourd'hui 30 octobre 2018 

     

  • Rallye du Condroz la Zone de Police annonce, voici toutes les infos

    Lien permanent

    RALLYE DU CONDROZ : AVIS AUX AUTOMOBILISTES

    Du 2 au 4 novembre 2018 aura lieu la 45 ème édition du Rallye du Condroz.
    Cet évènement suscite la venue de public en nombre, ce qui engendre des problèmes de circulation.

    Le 03/11/2018, un plan de circulation sera mis en place à Strée : la RN66 sera mise en sens unique dans le sens Saint-Vitu – Strée entre le rond-point et le carrefour avec la rue Saint-Roch.

    Le stationnement sur la RN66 sera autorisé à gauche de la chaussée (sens St-Vitu – Strée) entre la sortie de rond-point et le carrefour avec la rue St-Roch.

    La rue St-Roch sera quant à elle en sens unique dans le sens Strée – Ramelot. Le stationnement y sera autorisé à droite de la chaussée.

    Les automobilistes qui circuleront sur la RN636 (Chaussée de Liège) ne pourront emprunter la rue St-Roch.

    Le stationnement des véhicules sera autorisé rue Tige de Strée à droite de la chaussée dans le sens Strée – Vierset.

    Nous recommandons vivement aux automobilistes non spectateurs du rallye qui désireraient se rendre à Huy ou Ciney de prendre les itinéraires « bis » suivants :

    - venant de Liège (RN 63) : poursuivre la route sur la RN 63 en direction de Marche-en-Famenne au-delà des Quatre Bras (rond-point des vaches) et prendre la sortie « Clavier – Modave N641 », direction Modave (Pont de Bonne) pour rejoindre Huy ou Ciney ;

    - venant de Marche-en-Famenne (RN 63) : prendre la sortie « Clavier – Modave N641 », direction Modave (Pont de Bonne) pour rejoindre Huy ou Ciney ;
    - venant d’Ouffet / Tinlot de prendre la RN 63 à Tinlot en direction de Marche-en-Famenne et prendre la sortie « Clavier – Modave N641 », direction Modave (Pont de Bonne) pour rejoindre Huy ou Ciney ;

    Nous vous demandons de veiller à respecter les règles de stationnement telles que laisser assez de place sur la chaussée afin de permettre aux véhicules de secours d’y circuler sans gêne ; de respecter la propriété des riverains et de ne pas circuler à travers champs et cultures pour rejoindre un emplacement de spectateur.

    Zone de police du Condroz

    zone.JPG

  • La « rue scolaire » est entrée dans le code de la route depuis ce 20 octobre.

    Lien permanent

     Le panneau C3 (cercle rouge d’interdiction), avec la mention bleue « rue scolaire », signifie que la rue est interdite à la circulation. Seuls peuvent encore y accéder les riverains, les services de secours et les personnes qui auraient un garage dans la rue. Ce panneau est a priori mobile. Il sera placé sur une barrière Nadar qui condamnera la rue en question, de manière provisoire et là où se trouve une école. La rue devient de la sorte piétonne. Piétons et cyclistes pourront y circuler en toute sécurité. À Bruxelles, une cinquantaine d’écoles étaient demandeuses d’un tel dispositif. L’école fondamentale de l’athénée de Schaerbeek interdit déjà la circulation rue Verwée chaque matin. « Nous n’avons pas attendu ce nouveau panneau pour interdire la circulation, pour la rentrée du matin », indique le directeur Jean-Louis Crasson. « Nous le faisons depuis le 1er octobre et les résultats sont très convaincants. Notre rue, qui est déjà en sens unique, est fermée pendant une petite heure et du coup, les parents viennent à pied jusqu’à l’entrée de l’école et se trouvent de nouvelles habitudes. Pour la sécurité, c’est beaucoup mieux car les portes de l’école donnent directement sur la rue. C’est un auxiliaire de sécurité, payé par la commune, qui se charge de placer la barrière avec le panneau C3 d’interdiction, en plus d’assurer le passage des enfants sur le passage piéton de la chaussée de Haecht toute proche. Le dispositif est aussi destiné à diminuer la pollution aux abords de l’école. En tout cas, notre rue piétonne est devenue le sujet de conversation entre les parents, qui semblent l’apprécier ! Je souhaiterais d’ailleurs une extension du dispositif, pour l’heure de la sortie des classes ». 58 € D’AMENDE Benoît Godart, porte-parole de Vias (ex-IBSR) applaudit la mesure. « La Région bruxelloise a d’ailleurs débloqué un budget de 1 million d’euros pour pousser les communes à s’équiper. » Car ce sont les communes qui, à la demande des établissements, autorisent ou non d’interdire une rue. Pour rappel, enfreindre cette interdiction vous coûtera 58 € d’amende.

    Article de - F. DE H

    Article source 

  • Impressionnant convoi hier 24 octobre 2018 sur la N 63 Nandrin

    Lien permanent

    Hier mercredi 24 octobre 2018, un des nombreux convois depuis quelques jours, a été immortalisé par Loris Demarteau sur la N 63 à Nandrin .

     

    Il semblerait que l’acheminement éolien en fin de soirée , début de nuit passe par la route du Condroz N 63 Nandrin .

    Photos Loris Demarteau 

    eolien.jpg

  • Nandrinois dés juillet 2019 la voiture électrique va devoir faire du bruit

    Lien permanent

    « Selon les Nations unies, le risque d’une collision d’une voiture électrique avec un piéton est 20 % plus élevé qu’avec un véhicule classique, à cause de l’absence de bruit du moteur », explique Benoît Godart de l’Institut Vias. Le nombre de blessés a augmenté ces dernières années. Via leur Commission économique pour l’Europe (Unece), les Nations unies ont donc décidé de rendre plus bruyantes les voitures silencieuses, qu’elles soient électriques ou hybrides. La mesure sera effective en juillet 2019. À ce stade, il ne semble pas que les scooters et les motos électriques soient concernés. JUSQU’À 20 KM/H Des seuils sonores ont été fixés. À moins de 10 km/h, un véhicule électrique devait émettre 50 décibels. À moins de 20 km/h, ce sera 56 db et 47 db en marche arrière à la vitesse de 6 km/h. « Il semble qu’il n’y ait pas d’harmonisation quant au type de bruit requis. C’est dommage. Chaque constructeur va travailler de son côté », déplore Benoît Godart. Chez Nissan, deuxième marque derrière Tesla en termes d’immatriculations de voitures, le travail sur les émissions sonores a déjà été fait. « Toutes nos LEAF, e-NV200 et Evalia sont équipées de ce dispositif de sécurité depuis le lancement de ces modèles électriques chez Nissan. Un haut-parleur est ainsi placé dans le compartiment moteur. Un interrupteur placé dans l’habitacle permet de le désactiver temporairement. Mais le dispositif se remet en fonction au prochain allumage », indique Melvin Keuter, porte-parole de la marque. Le son relève du sifflement plutôt aigu et modulé. En octobre 2017, Nissan a dévoilé un son baptisé Canto, du latin Je chante, destiné à tous ses futurs modèles. Le son ne se déclenche pas seulement au départ du véhicule. Il revient dès que la vitesse tombe sous 30 km/h comme aux abords d’une école. Au-dessus de 30, le roulement des pneus sur la chaussée et le vent suffisent à attirer l’attention des passants. Rien de tel chez BMW et Volkswagen deux constructeurs bien présents sur le marché de l’électrique. Leurs modèles sont aussi silencieux qu’ils peuvent l’être. « Mais nous nous adapterons dès que la mesure sera effective », assure les deux marques allemandes. -

    Article de YANNICK HALL

    Source  Article

  • Attention feux tricolores N 63 Nandrin du 23 au 26 octobre 2018 toutes les infos

    Lien permanent

    Pendant ces quelques jours, la circulation s’effectuera donc de manière alternée, sur une seule voie, à hauteur du chantier, suite à des travaux nécessaires à la pose de conduites d’eau.

    Pour rappel, ce chantier, d’un budget de près de 467 000 € HTVA, a débuté la semaine du 17 septembre pour une durée d’environ un an. Il vise à réaliser un giratoire pour permettre de mieux sécuriser cette zone accidentogène.

    De manière générale, pendant le chantier, une voie est maintenue dans chaque sens sur la N63 à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Pendant toute la durée des travaux, la rue Petit-Fraineux et la rue Famioul ne sont pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    L’accès aux commerces est toujours maintenu.

    Déroulement du chantier et déviations

    - Depuis la semaine du 17 septembre, jusqu’au printemps prochain : réalisation des accotements et des bandes extérieures de l’aménagement. 

    - Du printemps 2019, à l’automne 2019 : réalisation de la partie centrale de l’aménagement. 

    - Les déviations ci-dessous sont mises en place :

    1. Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696 

    2. Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    3. Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux. 

    4. Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Source article 

  • Soyez prévoyant dés le 23 octobre 2018 sur la N63 Nandrin la circulation s'effectuera de manière alternée

    Lien permanent

     

    N63  Nandrin - Chantier d'aménagement d'un giratoire au carrefour dit "du Monastère". 
    du 23 octobre au 26 octobre, à hauteur du chantier, la circulation s'effectuera de manière alternée, sur une seule voie, grâce au placement de feux tricolores.
     Plus d'info: http://www.sofico.org/…/181022-N63%20carrefour%20Monast%C3%…

     1. Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696

    2. Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    3. Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux.

    4. Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Source 

    23.JPG

  • Nandrinois Les Belges boudent les voitures partagées

    Lien permanent

    De tous les peuples de l’Europe, les Belges sont les moins partageurs.

    En tout cas, lorsqu’il s’agit de leur véhicule.

    Selon une enquête d’ING International Survey, près de 9 Belges sur 10 (87 %) sondés déclarent ne pas envisager de partager leur véhicule entre particuliers et à faire usage d’un système de voitures partagées (mais ils sont tout de même 4,2 %) à l’envisager dans l’année qui vient, comme moyen de transport secondaire.

    Les Belges sont donc à la traîne par rapport au reste des Européens. Ce qui les retient ?

    L’enquête pointe, entre autres, l’attachement émotionnel du Belge à son auto, surtout parmi les jeunes générations (74 % des 18-24 ans interrogés, contre 43,5 % des 55-64 ans). -

    Source 

  • C’est une première en Wallonie, sur la route du Condroz N 63 !

    Lien permanent

    C’est une première en Wallonie ! À Neupré, au carrefour de Plainevaux, les nouveaux radars de feux ont été installés ce mercredi 26 septembre.

    Relativement fréquents en Flandre, ils permettent de flasher les voitures qui grillent le feu rouge et qui sont la cause de nombreux accidents à cet endroit.

    Pour rappel, vu le nombre de franchissement des feux lumineux, la commune de Neupré avait demandé à la Région wallonne qu’elle y installe ces radars fixes dans les deux sens de circulation.

    « Les raccordements sont prévus en octobre et la mise en service vers novembre après qu’une convention ait été signée entre la zone de police, le parquet et le SPW », a précisé la bourgmestre libérale, Virginie Defrang-Firket.

    Le carrefour de Plainevaux sur la route du Condroz est sans doute l’un des plus dangereux de la région liégeoise.

    La route à quatre bandes et la longue ligne droite incitent à la vitesse.

    Article de L.C.

     

    Article complet clic ici 

     

    C’était une demande de la commune de Neupré.

     

    Plus d'info http://neupre.blogs.sudinfo.be/

     

     

  • Nandrinois : Éviter les bouchons et les travaux grâce à des applications… Attention !!!!

    Lien permanent

    Waze réagit : « Pas d’itinéraire sur des routes non autorisées »

     

    Éviter les bouchons et les travaux grâce à des applications… De nombreux automobilistes le font. Mais les itinéraires alternatifs proposés ne plaisent pas toujours à tout le monde. Il y a deux semaines nous vous relations d’ailleurs le calvaire d’un Namurois. Suite à un chantier, sa rue était devenue une « autoroute » : « Il y a maintenant un trafic fou en face de chez moi. Les véhicules ont déjà du mal à se croiser en temps normal… Alors, maintenant, c’est le carnage. De 16 à 18h, c’est devenu invivable à cause du bruit. Et je ne parle pas des accrochages ».

    Face à ce problème, les communes de Kortenberg et de Steenokkerzeel, dans le Brabant flamand, ont décidé d’installer des caméras intelligentes à l’entrée de rues réservées à la circulation locale. Ce mécanisme permettra d’infliger une amende de 55 euros à toute personne qui ne devrait pas y circuler. Ce dispositif scandalise les utilisateurs d’application de navigation qui le considèrent même comme illégal. Et ils jugent que les trajets sont impossibles à vérifier. Un cas concret ? Imaginez que vous vous dirigez dans une rue disposant du système de verbalisation pour y visiter une maison mais qu’il n’y a pas de place, vous allez continuer et sortir de la rue. Comment prouver à la commune que vous ne devez pas être verbalisé ?

    Pas fautif ?

    Ce dimanche, Waze a réagi à la polémique sur sa page Facebook :« Tout comme l’eau, la circulation cherche à rencontrer le moins d’obstacles possibles. Tout comme pour l’eau, le trafic trouve un autre chemin et c’est souvent un chemin qui n’est pas idéal. Pour l’eau, on appelle cela une inondation. Pour la circulation, on se plaint d’un trafic furtif. (…) Lorsque la circulation est fluide, Waze redirige automatiquement sur des routes principales car ces routes sont plus rapides et plus adaptées au trafic. L’argument stipulant que Waze ne tient pas compte du type de routes est incorrect étant donné que Waze tient compte des catégories des routes, ce paramètre étant – mais pas uniquement – utilisé pour le calcul des itinéraires. (…) Les routes qui sont uniquement accessibles au trafic local sont ainsi encodées sur la carte Waze. Ainsi, lorsque des communes prennent de telles mesures, celles-ci sont également adaptées dans Waze et une autre route sera cherchée. (…) Les rues citées dans les articles ont déjà été mises en conformité et adaptées au règlement. Waze ne proposera jamais un itinéraire sur des routes non autorisées. Waze propose aux communes et aux autorités intéressées à lutter contre la mauvaise circulation sur les routes principales et de répertorier les goulots d’étranglement avec l’aide des informations dont dispose Waze ».

    ALISON VLT.

     

     

    Article complet clic ici 

  • Nandrinois attention travaux, route fermé du 19 au 21 septembre 2018

    Lien permanent

    Qu'on se le dise ! Annonce la page Facebook 
    Travaux rue du Fond d'Oxhe - fermeture du 19 au 21 septembre inclus
    La commune de Nandrin va procéder à la réfection de la voirie et toute circulation sera interdite durant cette période.

     

    19.jpg

  • Dés aujourd'hui 17 septembre 2018 les déviations pour la N63 à Nandrin toutes les explications sont ici

    Lien permanent

    Pendant 8 mois, les automobilistes qui empruntent la route du Condroz à hauteur de Nandrin vont devoir faire preuve de patience. La construction concrète du rond-point dit du Monastère, au croisement de la N63 et des rues Famioul et Petit-Fraineux, débute en effet ce lundi 17 septembre. La circulation passera de 4 à 2 bandes. Deux phases de travaux sont prévues.

    Étudié en… 2002, le projet d’aménagement d’un rond-point au niveau du Monastère à Nandrin se matérialise enfin. Après avoir longtemps priorisé d’autres giratoires à Nandrin et à Neupré, la Région wallonne (via la SOFICO) a finalement débloqué un budget de 467.000 € HTVA pour sécuriser cet axe régional accidentogène. Si on a bien cru que le permis délivré allait arriver à expiration vu le délai d’attente, le projet a été sauvé par le gong grâce au CoDT qui a fait passer la validité du permis de 2 à 5 ans. Bref, tout est à présent fin prêt pour entamer la phase concrète des travaux, entendez qui va impacter le trafic et les commerces de la route du Condroz.

    Pendant la durée du chantier (normalement 8 mois), à l’approche du carrefour, les 4 bandes de circulation vont être réduites à 2 : l’une vers Liège, l’autre vers Marche, toutes deux limitées à 30 km/h. Les rues Famioul et Petit-Fraineux seront également inaccessibles via la N63 pour éviter de ralentir davantage la circulation.

    Les travaux sont découpés en deux phases : jusqu’au printemps, réalisation des accotements et des bandes extérieures de l’aménagement ; du printemps 2019 à l’automne 2019, réalisation de la partie centrale de l’aménagement. Les commerces restent toutefois accessibles. Un passage piétons sera par ailleurs créé après le rond-point en venant de Marche, il sera doté d’une zone entourée de barrières au milieu de la route pour éviter que le piéton traverse l’ensemble des voies d’un coup.

    Malgré la fermeture du Monastère, la zone reste importante à sécuriser aux yeux de la commune de Nandrin. «La route du Condroz connaît un développement commercial important, avec de plus en plus d’entrées et de sorties sur la nationale. La réalisation d’un giratoire reste pertinente dans la mesure où il permettra de ralentir les véhicules », insiste l’échevine de l’aménagement du territoire de Nandrin, Charlotte Tilman.

    L’aménagement futur d’une berme centrale végétalisée et de voies de desserte (une à 70 km/h, une autre à 50 km/h pour quitter ou entrer sur la route du Condroz) contribuera à sécuriser davantage la nationale. « On pourra quitter ou rejoindre un commerce avec moins de danger qu’aujourd’hui et la berme empêchera de couper les bandes, on devra faire le tour du rond-point», précise l’échevine qui espère que le chantier (deux millions d’euros ont été promis par la Région pour ce faire) verra le jour lors de la prochaine législature.

    À noter que la réalisation du parking multimodal de la route du Condroz devrait être terminée en même temps que les travaux du rond-point du Monastère.

    Article et plan clic ici

    N63 Nandrin giratoire modifs les plans des déviations Clic ici .pdf

     

    L’intervention se déroule à hauteur du carrefour formé par la N63, les rues Famioul et du Petit Fraineux (aussi appelé «carrefour du Monastère »).

    Le chantier, d’une durée d’un an, doit permettre de créer un rond-point afin de «sécuriser cette zone accidentogène», explique vendredi la Sofico (Société wallonne de financement des infrastructures).

    Pendant les travaux, une voie sera maintenue dans chaque sens sur la nationale à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Les rues Petit-Fraineux et Famioul ne seront pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    Des déviations seront mises en place

     

    Source Par Belga 

    Source 

     

    Pendant tout le chantier, une voie sera maintenue dans chaque sens sur la N63 à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Pendant toute la durée des travaux, la rue Petit-Fraineux et la rue Famioul ne seront pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    Ce chantier représente un budget de près de 467 000 € HTVA, financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Infrastructures.

    Le chantier se déroulera en deux phases. L’accès aux commerces sera toujours maintenu.

    A partir de la semaine du 17 septembre, jusqu’au printemps prochain : réalisation des accotements et des bandes extérieures de l’aménagement.

     Du printemps 2019, à l’automne 2019 : réalisation de la partie centrale de l’aménagement. 

    Les déviations  seront mises en place :

    - Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696 

    - Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul 

    - Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux. 

    - Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Article Complet et plan clic ici 

     

  • Les impacts du rond-point du Monastère à Nandrin, question d'un conseiller communal

    Lien permanent

    La route du Condroz a également été abordée lors des questions d’actualité.

    Le chantier d’aménagement du rond-point du Monastère étant imminent (il débute lundi prochain), Marc Evrard a demandé à la majorité si elle comptait prendre des dispositions pour éviter que le trafic ne se reporte dans les rues du village lors de la durée des travaux.

    « Non pas pour ralentir la circulation car avec les travaux, cela va déjà être le cas mais pour empêcher les poids lourds d’emprunter des voiries non adaptées à un tel charroi. »

    «  J’ai eu l’info ce week-end qu’une berme centrale allait être installée à hauteur du rond-point de la pêcherie, limitrophe avec Nandrin, donc on ne pourra pas tourner à gauche. Les rues Famioul et Petit Fraineux seront aussi fermées.

    Nous allons d’abord voir comment la circulation « normale » va se fluidifier d’elle-même avant de mesurer l’impact et décider des mesures à prendre.

    Pour ce qui est des camions, ceux des carriers d’Anthisnes avaient l’obligation de prendre la rue Famioul et redescendre par les 36 tournants. Nous demandons à la carrière d’établir des itinéraires bis. Le ramassage des immondices est une autre problématique  », relève Michel Lemmens.

    Article complet clic ici 

    Article PAR A.G

  • Nandrinois :Votre commune est concernée par le Plan d’actions de lutte contre le bruit routier en Wallonie.

    Lien permanent

     

    Le Service public de Wallonie Infrastructures a élaboré le « Plan d’actions de lutte contre le bruit routier en Wallonie ».

    Ce plan établit les priorités d’actions de réduction du bruit routier et se fonde sur les cartographies stratégiques du bruit routier du réseau régional de plus de 3 millions de passages de véhicules par an, établies selon la Directive européenne relative à la gestion du bruit dans l’environnement (2002/49/CE).

    Ce plan ne concerne pas la totalité du territoire wallon, mais uniquement 209 communes parcourues par le réseau routier régional de plus de trois millions de véhicules par an. Le Code wallon de l’environnement impose la réalisation d’une enquête publique.

    Celle-ci se déroulera entre le 17/09/2018 et le 05/11/2018.

    Les documents soumis à enquête publique sont : • les cartographies du bruit routier du réseau régional fréquenté par plus de 3 millions de véhicules par an ; • le plan d’actions de lutte contre le bruit routier en Wallonie.

    Toute personne peut consulter ces documents : sur le site internet ouvert par le Service public de Wallonie à cet eff et : http://www.plan-bruit-routier-wallonie.be dans chacune des communes concernées par le plan (la liste de ces communes figurant sur le site internet mentionné ci-dessus), qui informeront la population des dispositions mises en œuvre pour leur permettre d’y accéder. L’autorité compétente est la Direction générale des Routes et Bâtiments du Service public de Wallonie, dont l’adresse figure ci-dessous.

    Les avis et observations peuvent être adressés : Par réponse au questionnaire en ligne accessible via le site internet mentionné ci-dessus.

    Par réponse manuscrite sur le questionnaire téléchargé et imprimé, accessible via le site mentionné ci-dessus, le questionnaire rempli devant être réceptionné au plus tard à la date de clôture de l’enquête, soit par l’Administration communale, soit par l’Administration régionale à l’adresse électronique ou postale suivante Courriel : plan-bruit-routier.dgo1@spw.wallonie.be

    Courrier : Service Public de Wallonie DGO1 - Direction de l’Expertise des Ouvrages rue Côte d’Or, 253 4000 LIEGE Par toute autre disposition mise en place par les communes concernées par le plan.

    Ceux-ci devront être réceptionnés par le SPW ou l’Administration communale avant la date et l’heure de clôture de l’enquête publique.

    A l’issue de l’enquête publique, le Service public de Wallonie étudiera les réponses reçues et les intégrera au plan d’actions de lutte contre le bruit routier qui sera ensuite soumis au Gouvernement wallon pour adoption

     

     

    L’enquête publique se déroule du lundi 17 septembre 2018 à 9h00 au 5 novembre 2018 à 16h00.

  • Nandrinois soyez prévoyant, des déviations seront mises en place sur la N63 à Nandrin toutes les explications sont ici

    Lien permanent

    N63 Nandrin giratoire modifs les plans des déviations Clic ici .pdf

     

    L’intervention se déroule à hauteur du carrefour formé par la N63, les rues Famioul et du Petit Fraineux (aussi appelé «carrefour du Monastère »).

    Le chantier, d’une durée d’un an, doit permettre de créer un rond-point afin de «sécuriser cette zone accidentogène», explique vendredi la Sofico (Société wallonne de financement des infrastructures).

    Pendant les travaux, une voie sera maintenue dans chaque sens sur la nationale à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Les rues Petit-Fraineux et Famioul ne seront pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    Des déviations seront mises en place

     

    Source Par Belga 

    Source 

     

    Pendant tout le chantier, une voie sera maintenue dans chaque sens sur la N63 à l’approche du carrefour avec une vitesse limitée à 30 km/h.

    Pendant toute la durée des travaux, la rue Petit-Fraineux et la rue Famioul ne seront pas accessibles via la N63 afin de fluidifier au maximum le trafic.

    Ce chantier représente un budget de près de 467 000 € HTVA, financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Infrastructures.

    Le chantier se déroulera en deux phases. L’accès aux commerces sera toujours maintenu.

    A partir de la semaine du 17 septembre, jusqu’au printemps prochain : réalisation des accotements et des bandes extérieures de l’aménagement.

     Du printemps 2019, à l’automne 2019 : réalisation de la partie centrale de l’aménagement. 

    Les déviations  seront mises en place :

    - Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696 

    - Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul 

    - Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux. 

    - Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Article Complet et plan clic ici 

     

  • Nandrinois attention: Cela va flasher dans les zones 30

    Lien permanent

    À l’image de la zone de Bruxelles-Nord qui avait positionné un agent devant chaque école de son périmètre, les polices locales étaient de sortie ce lundi pour veiller à la sécurité lors de la rentrée des classes.

    Après la prévention, elles pourraient jouer la carte de la répression dans les prochains jours.

    « Notre service radar a planifié des contrôles de vitesse renforcés aux abords des écoles et dans les zones 30.

     

    Les contrôles seront menés en priorité , notamment des écoles situées sur des chaussées. « Nous aurons aussi à ces endroits un radar préventif lorsque le répressif ne sera pas positionné.

     Par ailleurs, des policiers et des agents de la paix continueront à être déployés près de la centaine d’établissements scolaires.

    UN TEMPS DE RODAGE

    «À chaque rentrée, il y a toujours de nouveaux parents qui ne connaissent pas bien les voies d’accès ni les endroits où se parquer. Il faut un temps de rodage ». 

    « Les écoles et les zones 30 font partie des endroits que nous contrôlons habituellement », indique David Quinaux, porte-parole de la zone de police. De son côté, la zone de Liège privilégie l’approche humaine.

    « Toute l’année, nous avons un contingent important de policiers et d’agents de quartier pour sécuriser les abords des écoles.

    Nous n’allons donc pas déployer du matériel supplémentaire.

    Notre présence quotidienne suffit », commente le service de presse.

    Extrait d'un article de  Y.H

    Source 

  • Nandrinois : Le vélo électrique en test gratuit

    Lien permanent


    À l’occasion de la première Journée Mondiale de la Bicyclette, les Wallons pourront s’inscrire pour une découverte gratuite du vélo électrique lors des mois d’août, septembre et octobre 2018.

    Une nouvelle initiative proposée par le ministre de la Mobilité, Carlo Di Antonio.

    Depuis mars 2017, la Wallonie a conclu un partenariat avec 79 vélocistes wallons afin de proposer un test entièrement gratuit de vélo à assistance électrique. Pendant 15 jours, chaque Wallon pourra participer à cette nouvelle initiative de Carlo Di Antonio, ministre de la Mobilité.

    Pour bénéficier de ce test gratuit, les intéressés devront s’inscrire lors de la première Journée Mondiale de la Bicyclette aux tests qui se dérouleront en août, septembre et octobre 2018 via le site jetestlelectrique.be.

    Pour les personnes ne disposant pas d’une connexion internet, elles pourront toujours se rendre dans un des Espaces Wallonie. Le numéro vert 1718 de la Wallonie est également à la disposition des citoyens afin de répondre aux différentes questions concernant l’action.

    Une fois inscrits, les candidats sont orientés vers un des vélocistes partenaires de leur choix afin de finaliser les conditions de prêt.

    Un projet wallon qui fait écho aux motivations de l’Organisation des Nations Unies qui instaure la 1ère Journée mondiale de la Bicyclette

    Un projet international
    L’ONU souhaite en effet souligner la contribution du vélo aux 17 objectifs qu’elle dessine en matière de développement durable. « L e vélo est un moyen de transport simple, accessible, fiable, propre, durable et respectueux de l’environnement. Il favorise la bonne gestion de l’environnement et entretient la santé », souligne l’Organisation.

    Encore minoritaire en Wallonie, le vélo à assistance électrique connaît un franc succès en Flandre, aux Pays-Bas ou en Allemagne.

    Le vélo électrique est une alternative et efficace au regard de la configuration du territoire wallon : quel que soit le type de route emprunté, ce type de vélo offre un confort d’utilisation optimal en donnant l’impression d’être sur un terrain plat tout au long du parcours.

    Au-delà de réduire l’effort, l’assistance électrique permet aussi d’augmenter la vitesse de déplacement. Le vélo électrique est également bénéfique pour la santé et l’environnement en diminuant la pollution de l’air.

    La mobilisation douce primée
    En 2017, le Gouvernement wallon a décidé mettre en avant la mobilisation douce et notamment le vélo grâce à une enveloppe de près de 6 millions d’euros. « Ce montant a servi au soutien des projets de mobilité douce dans 62 communes », précise Carlo Di Antonio, le Ministre wallon de la Mobilité. « Ceux-ci permettront de favoriser les liaisons entre des quartiers et/ou le RAVeL. Un réseau qui comptera très prochainement 1.700 km de chemins balisés ».

    Depuis 2016 et jusqu’en 2019, pas moins de 32 millions d’euros ont et seront consacrés à la réalisation de 300 km de chaînons supplémentaires du RAVeL et à l’amélioration de sa qualité. L’objectif est de le rendre accessible à tous, tout en portant une attention particulière à son usage utilitaire notamment par les vélos.

     

    Source info clic ici 

     

     

  • Vélo électrique rapide ,Speed pedelec : il vous reste 4 mois pour l’immatriculer !

    Lien permanent

    Dans notre pays, tout véhicule à moteur doit être immatriculé.

    Y compris les cyclomoteurs et, depuis 2016, les vélos électriques rapides comme les speed pedelecs, qui peuvent atteindre les 45 km/h.

    Mais la DIV n’était pas prête sur le plan administratif, et il a fallu du temps aussi pour s’accorder sur un format adapté. Bref, il y a eu une période de tolérance. Mais cette fois, la fin de la récré a sonné. Le gouvernement fédéral a accordé un nouveau bois de rallonge mais il semble bien que ce soit la dernière fois !

    Un nouvel arrêté royal le précise : vous avez jusqu’au 11 décembre 2018 pour immatriculer votre speed pedelec et vous mettre en ordre. Continuer à ignorer la loi et à rouler sans plaque peut vous coûter une amende de 58 euros (infraction du 1er degré).

    La plaque est à retirer à la DIV (SPF Mobilité). Elle fait 10 cm de large sur 12 de haut et coûte 42 euros (livraison comprise). Pour Benoît Godart (porte-parole de Vias, ex-IBSR), il est grand temps que les usagers de pedelecs se conforment à la législation. « J’espère que le gouvernement ne leur accordera plus de nouveau rabiot ! », dit-il.

    « Car ces engins vont très très vite, il est normal que l’on puisse les identifier en cas d’accident, etc. Or, de la fenêtre de mon bureau, j’en vois passer beaucoup et ils sont rarement immatriculés ».

    Au 1er janvier, le SPF Mobilité totalisait 4.100 speed pedelecs immatriculés. Ce qui ne représenterait qu’une petite minorité, le vélo électrique ayant le vent en poupe.

    RÉSISTANCE Mais pourquoi cette réticence ?

    « On observe apparemment une très forte résistance de la part des usagers de ce type de moyen de locomotion », répond Benoît Godart.

    « Le vélo leur procure un sentiment de liberté et ils ont l’impression que l’immatriculation brise leur liberté. Il y a aussi peut-être une question de look ». Ils n’ont pas envie d’enlaidir leur beau vélo design avec… une plaque ! -

    Article de F. DE H

    Source 

  • La plupart des entreprises, tous secteurs confondus, on a donc décidé de prendre des mesures pour permettre au personnel de supporter ces températures élevées

    Lien permanent

    Travailler par ces fortes chaleurs n’est pas une sinécure. Dans la plupart des entreprises, tous secteurs confondus, on a donc décidé de prendre des mesures pour permettre au personnel de supporter ces températures élevées.

    Le TEC ne fait évidemment pas exception à la règle.

    Comme dans d’autres services publics, les impératifs vestimentaires sont quelque peu revus : « Le port du bermuda et du polo est autorisé du 1er avril au 30 septembre, précise Carine Zanella, la porte-parole du TEC LiègeVerviers.

    Et pour les dames, la cravate et le foulard sont facultatifs. » Mais une autre mesure est nettement plus originale. Et elle risque bien de faire des jaloux par ces jours de grandes chaleurs.

    Au TEC-Liège, l’ensemble du personnel bénéficie en effet d’heures de récupération supplémentaires en période de canicule, selon une convention conclue entre la SRWT – qui chapeaute tous les TEC – et les syndicats.

    AU-DESSUS DE 27°

    « Une heure de récupération est attribuée par journée travaillée lorsque la température dépasse les 27° à Uccle, explique Carine Zanella, la porte-parole du TEC Liège-Verviers.

    Elles peuvent ensuite être récupérées par le personnel en heures cumulées, ou en journées complètes pour les chauffeurs.

    On imagine mal en effet qu’ils s’interrompent une heure plus tôt alors qu’ils ont des horaires à respecter. »

    Concrètement, huit jours durant lesquels le thermomètre dépasse les 27° à Uccle – ce qui n’est quand même pas fréquent – et chaque membre du personnel du TEC gagne un jour de congé supplémentaire. Une mesure qui a évidemment un coût.

    Interpellé l’été dernier au parlement, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de la Mobilité avait dévoilé les derniers chiffres, relatifs à l’ensemble des TEC wallons : 159.100 euros en 2014, 225.100 en 2015 et 238.200 en 2016.

    Un budget qui risque de gonfler quelque peu cette année vu les sommets qu’a déjà atteints le mercure ces dernières semaines. Mais, comme les passagers le savent, se trouver dans un bus quand le thermomètre flirte avec les 30° , ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable.

    « Mais nous avons de plus en plus de bus qui sont équipés de cabines climatisées », termine Mme Zanella.

    Ce qui dispense les chauffeurs de ces lignes de ces « heures de chaleur », comme on les appelle ? « Non, la règle est la même pour l’ensemble du personnel. »

    Article de - GEOFFREY WOLFF

    Source 

  • Nandrinois, Dépassements : il faudra laisser 1,5 m aux cyclistes

    Lien permanent

    Le Gracq, l’ASBL des cyclistes au quotidien, a levé un coin du voile sur le futur code de la route qui rentrera en vigueur à partir de 2021.

    À cette date, les véhicules qui doublent un vélo en dehors d’une agglomération devront laisser au minimum 1,5 m, contre 1 m actuellement .

    Contacté par nos soins, le cabinet du ministre fédéral de la Mobilité n’a pas souhaité s’exprimer sur ce changement législatif.

    « Le texte du nouveau code de la route est actuellement étudié par les Régions qui ont été associées à son élaboration.

    Elles devraient rendre leur avis à la rentrée de septembre.

    Si elles acceptent, la publication de l’arrêté royal interviendra assez rapidement. Sinon, il faudra passer par le Comité de concertation », précise la porte-parole du ministre François Bellot.

    Chez Vias (l’ex-IBSR), on est favorable à un tel élargissement.

    «Actuellement, beaucoup de conducteurs ne respectent pas la distance latérale d’1m.

    En la portant à 1,5 m, on attire davantage l’attention du conducteur sur les risques pour le cycliste », indique Benoît Godart, porte-parole de l’Institut Vias.

    SUR LE TROTTOIR

    Toujours selon le Gracq, les enfants pourront rouler à vélo sur le trottoir jusqu’à 10 ans, contre 9 actuellement. « L’âge augmente, mais on garde la taille maximale des roues à ne pas dépasser », précise Benoît Godart.

    Une faveur dont on usera avec modération. Le mieux est de ne pas trop attendre avant de faire circuler l’enfant sur la chaussée.

    Il apprend mieux à rouler prudemment de cette manière. Autre changement important en perspective : les cyclistes pourront remonter les files de voitures à l’arrêt, comme c’est déjà le cas pour les motards. Actuellement, la loi est floue à ce sujet. Les tricycles et les quadricycles (les cuistax) de moins d’un mètre de large seront assimilés à des vélos.« Le futur code s’adapte à l’évolution de la société.

    En Flandre, de plus en plus de gens utilisent des tricycles pour transporter leurs jeunes enfants avec une petite remorque », commente le porte-parole de Vias.

    Autre adaptation aux nouveaux moyens de déplacements, les speed pedelecs, les vélos électriques rapides, seront acceptés dans les zones de circulation locale. « Déjà très présent en Flandre, le principe de route cyclable va se développer en Wallonie.

    Il n’en existe qu’une actuellement à Louvain-la-Neuve. Dans cette zone, les voitures ne pourront pas dépasser les cyclistes. Il faudra faire un gros travail de sensibilisation des conducteurs sur ce point », conclut Benoît Godart. -

    Y.H

    Source 

  • Les automobilistes wallons sont moins convaincus de l’impact positif des radars tronçon

    Lien permanent

    Ainsi, seulement 49% des automobilistes wallons trouvent qu’il s’agit d’une bonne façon d’exercer des contrôles de vitesse, contre 75% des Flamands.

    Dans son baromètre de la mobilité, la VAB a demandé l’avis de 2.000 Belges sur les radars tronçon. Il en ressort que presque 1 automobiliste wallon sur 2 (46%) trouve judicieuse l’installation de radars tronçon sur les autoroutes. Les Flamands sont nettement plus favorables aux radars tronçon avec 75%.

    Selon 4 automobilistes wallons sur 10 (39%), les radars tronçon n’ont pas seulement un impact positif sur la sécurité routière, mais aussi sur la fluidité du trafic : selon eux, la circulation est plus homogène et par conséquent moins sujette aux d’embouteillages. Du côté de la Flandre, 55% des chauffeurs soulignent un impact positif sur la fluidité du trafic.

    Un automobiliste wallon sur trois se dit convaincu de l’effet positif des radars tronçon sur les routes locales: 35% trouvent leur installation judicieuse. Et ils sont 30% à penser qu’ils favorisent aussi la sécurité des cyclistes, selon l’enquête de la VAB.

    Source 

  • les potelets bientôt retirés rue des Quatre Bras à Nandrin

    Lien permanent

    Erratum.

    Comme annoncé précédemment, la zone 30 km/heure à Villers-le-Temple va être élargie dans des portions des rues de la Commanderie (à partir du monument aux morts), de la Tourette (au niveau de la tourette), Joseph Pierco (déjà à 30km/h), Baty Alnay et la place Baudouin 1er.

    La vitesse dans la rue des Quatre Bras sera aussi limitée à 70 km/h, au lieu de 90 km/h, et des chicanes y seront installées. Par contre, les piquets rouges et blancs (censés protéger les cheminements piétons) contestés par beaucoup d’automobilistes vont être retirés.

    «  Suite à la réunion citoyenne, cela est vraiment ressorti des débats.

    Un médecin a même expliqué que le rythme et la finesse des poteaux rendaient la perception complexe pour certains patients.

    Et pas forcément les plus âgés. Je reconnais donc mon erreur d’appréciation et le Collège a décidé de les enlever  », explique l’échevine Charlotte Tilman.

    Ils seront retirés en septembre, peut-être avant.

    La ligne blanche, elle, reste.

     

    PAR A.G.

  • Plusieurs riverains ont réalisé un sondage au sujet des propositions pour la rue des Quatre Bras à Nandrin

    Lien permanent

    Suite à la réunion d’info, plusieurs riverains ont réalisé un sondage au sujet des propositions émises et des aménagements de sécurité potentiels. 62 réponses ont été collectées (sur les 200 toutes-boîtes postés), résumées et envoyées au Collège. André Jaminon épingle notamment que la majorité des sondés souhaite que les piquets de la rue des 4 Bras soient supprimés et que la commune crée un trottoir parallèle la route. Pour l’échevine Charlotte Tilman, les questions n’ont pas été posées de manière pertinente et ne sont donc pas fiables mais elle relève que les ressentis vont dans le même sens des propositions: chicanes plutôt que dos d’âne, création d’une zone 30km/h. «  Pour la création de trottoirs, on n’exclut pas un jour d’élargir la voirie.Avec les moyens et le contexte actuels, ce n’était pas la priorité. Cela s’étudiera lors de l’étude de mobilité globale, sous la prochaine législature. »

     

    Résultat Sondage pour la route des 4 bras Nandrin clic ici par Anré Jaminon.pdf

    PAR A.G.

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

  • Pour fin août-début septembre le rond-point du Mona à Nandrin

    Lien permanent

    Le bourgmestre a annoncé, lors des communications préalables à l’ouverture du conseil communal, que les travaux de création du rond-point du Monastère ont été attribués par la Région. « Ils commenceront fin août-début septembre, pour une durée de 220 jours ouvrables », a-t-il annoncé.

    Par ailleurs, l’étude du rond-point de l’Aldi, à cheval sur Tinlot et Nandrin et impliquant un promoteur privé, se poursuit. « Une réunion de travail est prévue dans les semaines qui viennent. L’échéance 2020 est évoquée pour le début du chantier. » Michel Lemmens est revenu sur la proposition de Marc Evrard de faire passer la route du Condroz à 70 km/h (au lieu de 90). « C’est en réflexion. Avec les travaux à venir, la vitesse sera inévitablement réduite, et entre les deux futurs ronds-points, on passera de deux à une bande, avec une vitesse de 70 km/h », a-t-il indiqué.

    A.G.

    Article Complet clic ici 

  • Une cinquantaine de Nandrinois à la réunion de mobilité concernant Villers-le-Temple

    Lien permanent

    Une dizaine d’élus, majorité et opposition, étaient présents. «Il n’y avait pas que des habitants de la rue des 4 Bras, le rayon était plus large. L’ambiance était relativement sereine, malgré le thème « touchy » de la mobilité. J’ai trouvé les échanges super riches », rapporte l’échevine de la mobilité, Charlotte Tilman.

    « Même si toutes les opinions ne vont pas dans le même sens, quelques dénominateurs communs sont ressortis : nous sommes tous d’accord par rapport au besoin de ralentir la vitesse et la nécessité de trouver une solution pour les piétons. La volonté d’aménagement est envisagée de manière globale ».

    La zone 30 n’a pas engendré de débat, les chicanes ont été peu contestées. Par contre, le maintien des piquets rouges a soulevé beaucoup de remarques. Des problèmes de perception visuelle ont été évoqués. Des citoyens ont aussi soulevé l’hypothèse d’élargir la route pour y aménager un trottoir ou un cheminement cyclo-piéton à part de la voirie.

    « Le Collège n’exclut pas cette possibilité même si elle est difficile à mettre en application : cela signifie des expropriations, des coûts beaucoup plus élevés, une procédure longue… Et il faut tout de même faire quelque chose en attendant », réagit l’échevine Tilman. Le Collège, qui s’est réuni ce jeudi, n’a pas pris de décision, se réservant le temps de la réflexion.

    PAR A.G.

     

    Article complet 

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

     

    Nandrin Une pétition sans réponse depuis… 10 ans !

  • De nouveaux aménagements dans la rue des Quatre Bras et de l’élargissement de la zone 30 à Villers-le-Temple.

    Lien permanent

    Les piquets installés rue des Quatre Bras, à Nandrin, ont déjà fait parler d’eux. Ressenti positif des piétons qui l’empruntent, inquiétude des automobilistes qui disent avoir du mal à se croiser, et plainte des riverains qui souffrent du bruit et de la vitesse. Tout cela donne un problème de mobilité et de sécurité routière épineux à résoudre.

    «  Nous avons installé ces piquets sous cette législature, non pas pour diminuer la vitesse, mais pour assurer un couloir sécurisé aux piétons, dont de nombreux jeunes qui quittent l’arrêt de bus des 4 Bras et reviennent par la rue des 4 Bras  », rappelle l’échevine de la mobilité, Charlotte Tilman.

    Pour recueillir l’avis de la population, une réunion d’information est prévue mercredi 25 avril à 20 heures à la salle du Conseil communal, place Arthur Botty, 1 à 4550 Nandrin. Deux problématiques seront discutées sur base d’une proposition : l’installation de chicanes dans la rue des Quatre Bras (dans la partie agglomération) pour réduire la vitesse des véhicules, ainsi de l’instauration d’une zone 30 pour les rues de la Commanderie, de la Tourette, Joseph Pierco, Baty Alnay et la place Baudouin 1er.

    «  Nous avons besoin d’avoir un ressenti des citoyens concernant ces deux aménagements. Nous faisons une proposition mais, en fonction de l’avis des gens, celle-ci peut évoluer. C’est le but d’une réunion citoyenne  », souligne-t-elle.

    Pour la rue des Quatre Bras, c’est donc l’option des chicanes qui sera proposée. «  Les dos d’âne nous ont été fortement déconseillés, car bruyants. Les plateaux sont quant à eux interdits sur les routes empruntées par les bus des TEC. Nous proposons donc un système de retrécissement de la chaussée, des chicanes qui, nous l’espérons, feront diminuer la vitesse  », explique-t-elle. Et les piquets ? «  Ils resteraient. Les deux dispositifs coexisteraient. » Dans une première phase de test, les chicanes seraient temporaires, les matériaux en dur viendront plus tard si le système fait ses preuves.

    En ce qui concerne Villers-le-Temple, l’élargissement de la zone 30 est voulu pour sécuriser davantage la place lors de la sortie des classes. « Aux sorties scolaires, notamment le mercredi, tous les parents viennent en même temps et se garent là où ils le peuvent. Cela fait qu’il y a des enfants qui circulent sur toute la place. Comme il y a aussi une crèche, un café, une boulangerie, une église, il ne nous semble donc pas superflu de limiter la vitesse à 30 km/h à cet endroit  », conclut-elle.

     

    Article complet clic ici 

     

    D'autre article du sujet 

    Ils ont souffert les potelets de la rue des Quatre Bras de Nandrin clic ici

     

    24b.jpg

  • Nandrinois trois nouveaux radars par mois en Wallonie: voici où ils seront

    Lien permanent

    Depuis décembre 2017, les zones de police locale peuvent soumettre leurs besoins en la matière à la Région par le biais de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. «  Parmi les 72 zones de Wallonie, 29 ont marqué leur intérêt et souhaitent bénéficier des marchés publics organisés par la Région wallonne. Leurs demandes sont en cours d’analyse et d’évaluation  », explique le ministre Di Antonio. Pour les routes régionales, la Wallonie prend à sa charge l’installation du boîtier et les connexions électriques et télécoms. Le coût moyen est de 45.000 euros, mais le prix peut vite grimper de plusieurs dizaines de milliers d’euros supplémentaires s’il n’y a pas d’alimentation électrique disponible à proximité. Les services de police prennent à leur charge l’appareil de mesure proprement dit, facturé 55.000 euros.

    Placés à 2,50 m de haut

    Le choix de la Région s’est porté sur le Redflex NK7 dont la version mobile est déjà utilisée par la police fédérale de la route. C’est le fameux super-radar qui ne déclenche aucun flash lumineux et est capable d’enregistrer plusieurs infractions en même temps. Le long des routes de Wallonie, il sera fixé à environ 2,50 mètres de hauteur afin d’échapper aux vandales. Contrairement aux appareils fixes que l’on connaît depuis des années, le Redflex peut contrôler en même temps la circulation dans les deux sens sur la chaussée.

    En primeur, Carlo Di Antonio nous dévoile l’emplacement des premières localisations (notre infographie). «  Le rythme d’implantation des radars sera d’ici peu d’un radar par semaine  », prévient-t-il. L’objectif est d’installer au total 100 radars, avec un rythme minimum de trois par mois.

     

     

    Le Redflex ne sera qu’une partie du nouvel arsenal contre la vitesse. La Région va également financer les radars contrôlant le franchissement des feux rouges et la vitesse aux carrefours dépendant de son réseau routier. Trois endroits ont déjà été choisis dont deux en province de Liège (notre infographie). Chacun des bras de ces carrefours sera équipé. Le coût de l’investissement pour une configuration à quatre branches est de 500.000 euros.

    La Région a également dans ses projets des radars tronçons qui contrôlent la vitesse moyenne sur plusieurs kilomètres. L’analyse des offres n’est pas encore finalisée. Il faut donc encore un peu patienter.

    «  Pour rappel, tous les radars fixes sont systématiquement annoncés et signalés. Le souhait est d’avertir les usagers qu’ils risquent d’être contrôlés à ces endroits qui sont des zones sensibles pour la sécurité routière  », précise Carlo Di Antonio.

    Y.H.

    Article complet clic ici 

  • Les flashs sont de sortie aujourd'hui mercredi !

    Lien permanent

    Dès 6 heures du matin, aujourd'hui mercredi, et jusqu’à 6 heures du matin jeudi les flashs seront de sortie pour un 8e marathon de la vitesse. Ceux de la police de la route fédé- rale, bien sûr, mais aussi ceux des polices locales. Selon nos confrères du Nieuwsblad, Tispol, l’organisation sous la houlette de laquelle sont rassemblées les polices de la route européennes, souhaite que les emplacements des flashs soient indiqués aux automobilistes.

    FAIRE RÉFLÉCHIR

    « Nous voulons nous adresser à l’intelligence des conducteurs », indique ainsi Paolo Cestra, président de Tispol. « Cette action est placée sous le signe de la prévention. Il s’agit d’obliger les automobilistes à réfléchir à leur vitesse et à l’adapter, pas forcément de plonger la main dans leur portefeuille. »

    Logique : l’objectif déclaré de Tispol est à la fois de réduire à la fois le nombre des accidents et la criminalité sur les routes continentales. La police belge poussera-t-elle dès lors l’amabilité jusqu’à dévoiler la localisation de ces contrôles annoncés ?

    Pas forcément. Rien n’est encore sûr à ce niveau si l’on en croit le service de presse. Que vous sachiez, ou pas, où se trouvent les radars, levez le pied mercredi. Et, tant qu’à faire, les autres jours aussi… -

    Source Sudinfo 

  • Nandrinois : un conducteur pilote son bolide il se filme à 234km/h

    Lien permanent

    Ce lundi, un Liégeois de 26 ans a diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux, où on le voit circuler à bord de sa BMW M6 à une vitesse folle. Le compteur affiche jusqu’à 234km/h au compteur ! Le parquet de Liège ouvre une enquête : l’homme risque gros…

    « Quand tu es en retard pour la chasse aux œufs ».

    C’est par ce commentaire inspiré qu’un jeune homme de 26 ans, domicilié à Liège, a accompagné la diffusion d’une vidéo particulièrement choquante. Sur un groupe privé du réseau social Facebook, destiné aux fans de la marque BMW, ce propriétaire d’une M6 a publié une vidéo de 10 secondes qui fait froid dans le dos. Le groupe est privé, nous n’y avons pas accès, mais ce genre de comportement scandalise, même au sein de la communauté des passionnés de la vitesse.

    On le voit sur l’A604 – l’autoroute entre Grâce-Hollogne et Seraing – en train de pousser son bolide jusqu’à 234 km/h. Il fait jour, il croise des voitures. Vu la faible densité de la circulation, on suppose qu’il n’est fort heureusement pas en heure de pointe.

    Mais à cette vitesse, peu importe : le moindre obstacle (un camion qui déboîte, un ralentissement imprévu) aura immanquablement des conséquences gravissimes. Du côté de la police fédérale, dont dépend la police des autoroutes, on ne décolère pas : « Nous avons déjà eu des cas similaires dans d’autres provinces », nous explique un commissaire.

    « A chaque fois, nous avons transmis les informations au parquet. Ce sera encore le cas ici. » Le parquet de Liège, suite à notre appel, s’est également saisi du dossier.

    « Je peux vous confirmer qu’une enquête sera diligentée à son encontre », nous explique-t-on au parquet de police. « Pour ce type d’infraction, l’intéressé risque une amende de 80€ minimum, à 4.000 € et une déchéance du droit de conduire de 8 jours à 5 ans. »

    Article - ALLISON MAZZOCCATO

    Source et article complet clic ici 

    Voir la Vidéo clic ici