Actualités jeunesse

  • Dès aujourd'hui Vendredi 21 février la remise des clés d'Amay au président du carnaval 2020, le grand cortège carnavalesque, c’est ce dimanche, le programme ici

    Lien permanent

    Vendredi 21 février à 19h : à l’administration, la remise des clés de la ville au président du carnaval 2020, Lionel De Marco, pour l’ouverture officielle des manifestations;
     Dimanche 23 février à 14h: le grand cortège carnavalesque durant plus de trois heures ;

     Lundi 24 février à 13h30 : bal costumé des enfants au gymnase ;
    Mardi 25 février : Course des garçons de café ;
    Vendredi 28 février à 19h30 : l’enterrement de Mitchi Peket. Lors de ce rituel, chaque cafetier offre au passage des participants un peket sur la devise : «Beût-on ou tchant-on ? Buvons po k’minser » ;
     Samedi 29 février dès 19h : sur le site de la Tour romane, le procès de la macrâle, ponctué d’un feu d’artifice.

     

    Par AG 

    Source

  • De nouveaux jeux dangereux ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux

    Lien permanent

    Des médecins appellent à la vigilance les parents et les établissements accueillant des ados.

    Bien qu’encore marginaux, trois nouveaux jeux dangereux ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux.

    D’après le corps médical, il faut sensibiliser les plus jeunes à leurs risques au plus vite pour éviter leur expansion.


    Un urgentiste et un généraliste mettent en garde les parents d’adolescents.

    « Il faut absolument sensibiliser vos enfants aux dangers de jeux qui tournent actuellement sur la toile. J’ai déjà soigné deux jeunes qui avaient l’un un poignet foulé et l’autre une grosse entorse à la cheville. Mais, les conséquences de ces jeux dangereux peuvent être bien plus graves. Ils pourraient y avoir des membres cassés, des lombaires endommagées, des lésions cutanées profondes ou encore de graves traumatismes crâniens », nous confie Nicolas, un généraliste.


    Trois jeux ciblés


    Le premier jeu dangereux, qui a fait son apparition il y a quelques jours en Belgique, est apparu aux États-Unis et a connu un succès grandissant grâce au réseau social Tik Tok.

    Les enfants sont trois. Ils se placent l’un à côté de l’autre, épaule contre épaule.

    Ils sautent ensuite en même temps en respectant le décompte du jeune placé face à eux qui filme la scène.

    Ils sautent une première fois puis une seconde fois. Lors de ce dernier saut, les deux jeunes aux extrémités mettent un coup de pied dans les jambes de celui placé au centre. Généralement, il n’est pas conscient de ce qu’il va se passer car il pense simplement être filmé. Il n’arrive alors pas à se réceptionner sur ses jambes et tombe sur le dos. Dans certaines vidéos sur les réseaux, des victimes ont même leur tête qui claque violemment le sol.


    Une variante de ce jeu dangereux a fait son apparition en Amérique du Sud. Alors qu’un groupe de jeunes discute ou se balade, quelqu’un arrive dans leur dos et lance une écharpe. Elle est tenue aux extrémités par le joueur et enlace les jambes ou les pieds de la victime. Le premier tire ensuite d’un coup sec et fait tomber vers l’avant le second. Si bon nombre d’entre de victimes se réceptionnent sur les mains, certains n’arrivent pas à se rattraper et heurtent violemment le sol du menton.

    « Le troisième jeu dangereux revient de manière cyclique dans notre pays. Dans les cages d’escaliers, quelques élèves forment un bouchon. Puis, un nombre plus important court et se jette sur eux pour casser ce bouchon. Tout le monde tombe alors les uns sur les autres », nous confie un urgentiste préférant rester anonyme.


    La prévention avant tout


    « Nos jeunes participent à ces jeux car ils ne sont pas conscients des risques qu’ils prennent, suivent l’effet de groupe, sont soumis à la pression des réseaux sociaux ou sont des victimes d’autres joueurs. Fort heureusement, ces jeux sont encore très marginaux.

    Mais, il faut sensibiliser les adolescents au plus vite sur leurs dangers car ils pourraient rapidement devenir viraux. La prévention est le seul moyen d’y mettre un terme », conclut le médecin des urgences.
    par Alison Verlaet

     

    Source

     

    21jeux dangereux.JPG

  • Templiers-Nandrin fonde sa pemière équipe féminine !!!

    Lien permanent

    Des dames ambitieuses à Templiers-Nandrin

     

    Templiers-Nandrin fonde sa pemière équipe féminine, qui devrait évoluer en P2 l’année prochaine. Avec des ambitions.


    « Nous avons créé une équipe à Templiers, le club désirait construire un projet pour les dames. J’ai donc postulé et amené des joueuses avec moi. Nous bénéficions de superbes installations, comme un terrain synthétique, ce qui est très rare dans le football féminin », déclare Florian Jehoulet, coach de l’équipe féminine.


    « Nous avons créé une équipe compétitive et très jeune (14 à 19 ans). Nous avons actuellement 11 joueuses qui ont évolué dans des divisions de niveau Nationale. Nous avons aussi, 2,3 autres qui sont en test. Nous sommes également en contact avec d’autres joueuses qui sont intéressées de rejoindre notre équipe l’année prochaine, mais qui veulent finir la saison avec leur club. Cependant, nous recherchons toujours des filles pour compléter notre noyau », poursuit le T1.


    Matchs amicaux


    Les footballeuses sont déjà actives avec le club. « Nous jouons déjà des matchs amicaux pour préparer la saison prochaine. Les rencontres que nous avons effectuées sont très satisfaisantes. Nous organisons d’ailleurs un tournoi féminin le 23 mai, le Ladies Cup Challenge, il nous permettra de lancer notre saison », déclare Florian.

    Templiers profitera des services d’un entraîneur qui connaît déjà le monde du football féminin. « L’année passée, j’entraînais les dames à Grâce-Hollogne, nous évoluions en P1 et avions disputé la finale de la coupe de la province. C’était ma première expérience dans le football féminin, avant ça j’entraînais des jeunes. J’ai commencé à Montegnée, puis je suis allé à Oreye. Ensuite, j’ai eu la chance d’entraîner les jeunes d’une équipe qui évolue en Nationale à Seraing », commente le coach ambitieux.


    Le niveau national comme objectif


    Pour sa première année, le club nandrinois a déjà de beaux objectifs.

    « Nous voulons monter le plus vite possible au niveau national.

    Cette année nous devrions jouer la tête pour monter en P1, nous avons un noyau de qualité.

    Nous organisons également un stage lors de la 2e semaine de Pâques, pour les filles de 6 à 14 ans.

    Le club veut déjà préparer le futur en cherchant des jeunes. » conclut Florian Jehoulet.

    Par Roman Masuy

     

     

    1stage fille .jpg

     

    Source

  • Nouveautés de cette 45e édition du carnaval d’Amay, Les enfants auront leur propre course !

    Lien permanent

    Le coup d’envoi du carnaval d’Amay a été donné ce samedi à l’occasion du ramassage du bois pour la préparation du grand feu. L’occasion de décrire les grandes étapes de cet événement amaytois attendu par beaucoup. Une des grandes nouveautés de cette 45e édition est la création d’une course de garçons de café réservée aux enfants.
    Le dimanche 23 février, 23 chars prendront le départ à Amay pour le grand cortège carnavalesque à travers les rues de l’entité. « Parmi ceux-ci, une quinzaine sont d’Amay. Mais certains groupes présentent trois chars », précise Joseph Ligot, du comité chargé de l’organisation du carnaval. Relevons qu’il n’y aura de nouveau pas de char des Schtroumpfs des élèves de l’école maternelle du Préa.
    Cette année, petit changement de parcours : le départ ne sera pas donné de la chaussée Roosevelt, mais derrière le Delhaize, rue de l’Industrie. « Cela afin de faciliter la manœuvre des chars qui ne doivent plus faire demi-tour ». Le cortège rejoindra ensuite la chaussée par la rue Bossy et la rue Kinet et le parcours suivra alors son cours normal.
    Une course pour enfants
    Grande nouveauté de cette 45e édition, les enfants, habitués de la course des garçons de café, auront cette année leur propre course. « On s’est dit que les cafés n’étaient pas des lieux appropriés pour les enfants. Ces derniers auront une course rien que pour eux, mais à travers différents commerces, plutôt que les traditionnels cafés », explique Cyril Bernard, serveur à la brasserie de la gare et co-organisateur de l’événement avec le Syndicat d’Initiative d’Amay.

    La course des petits, accessible dès 6 ans, prendra place en matinée (à 10h) au départ de la Tour Romane et la remise des prix aura lieu à la Forêt de Popy. L’inscription coûte 5 euros. Le principe est le suivant : réussir un maximum d’épreuves (et obtenir ainsi un maximum de points) dans les commerces participants, mais aussi rapporter des chiques. « Une façon de perpétuer la tradition Brokète al T chim'nêye du Mardi Gras qui se perd un peu aujourd’hui », ajoute l’Amaytois.
    Les cafés ne paient plus
    Quant aux adultes, la course des garçons de café qui leur est dédiée sera organisée dans l’après-midi, à 14h30. L’an dernier, l’événement avait rassemblé 35 participants, dont une majorité d’enfants. «Cette année, on a pu s’y prendre bien à temps. Nous avons réussi à conclure un partenariat avec Peterman, Zizi Coin Coin et Kidibul qui offriront les consommations des participants dans les différents cafés. On s’est dit que ces derniers n’avaient pas à payer cela car ils doivent s’y retrouver financièrement aussi », souligne Cyril Bernard.
    Les établissements où se dérouleront les différentes épreuves adultes sont cette année au nombre de sept : Le Variété, l’Ode, Le Relax, le Mundial, la Brasserie de la Gare, la Friterie de la gare et la Tour Romane. L’inscription revient à 12 euros. Il y aura des jeux d’adresse, de rapidité, etc. dont beaucoup de jeux en bois. Des prix, coupes et médailles seront remis aux plus performants. « Nous espérons 80 à 100 participants cette année ».
    Qu’ils soient adultes ou enfants, tous les concurrents doivent se déguiser. « Cela fait d’ailleurs partie des critères de cotation », note Cyril Bernard.

     

    Par AG 

    Source

    Photo archive Blog Nandrin 

  • Le collectif Kéfaré (composé du Centre Culturel de Marchin, de la commune de Modave et de la Maison des Jeunes Le Goéland) rénove une vieille caravane

    Lien permanent

    Des jeunes rénovent une caravane à Modave
    Depuis un peu plus de deux ans, le collectif Kéfaré rénove une vieille caravane.

    Cet été, des jeunes pourront partir en camp avec leur Kréativan.
    Il y a un peu plus de deux ans, le collectif Kéfaré (composé du Centre Culturel de Marchin, de la commune de Modave et de la Maison des Jeunes « Le Goéland ») a acquis une vieille caravane. Son objectif : rénover la caravane pour ensuite l’utiliser dans des projets divers tels que la distribution de crêpes, photomaton, studio d’enregistrement, salle de lecture, mini-salle de projection…
    «Nous arrivons au bout de la rénovation de la caravane», annonce fièrement François Perniaux, animateur socio-culturel à Modave.
    Une dizaine de jeunes ont eu la possibilité d’avancer sur la rénovation de la Kréativan au cours de stages organisés par le collectif. «Ils ont commencé par réparer l’intérieur de la caravane. Ils l’ont d’abord vidée et démontée. Ils ont ensuite été amenés à bricoler et découvrir la menuiserie en isolant la caravane, réparant les fenêtres, tapissant les murs...», se rappelle l’animateur.


    Quelques travaux doivent encore être réalisés pour achever la rénovation de la caravane. Les jeunes s’occuperont ensuite d’aménager l’intérieur en fonction des projets qui lui seront dédiés.«L’intérieur sera modulable. Nous prévoirons un petit espace cocooning avec des coussins pour raconter des histoires aux plus jeunes ou organiser une mini-salle de projection, occulterons les fenêtres, ajouterons une lumière tamisée.... Pour une activité crêpes, nous installerons un réchaud. Nous fixerons aussi une bande de tableau noir à l’extérieur de la Kréativan, sur laquelle il sera possible d’écrire à la craie », détaille François Perniaux.


    EN CAMP CET ÉTÉ


    L’objectif du collectif est de terminer la rénovation de la Krétivan d’ici mai, afin de pouvoir partir en camp avec elle cet été.


    «Les enfants dormiront sous tente, mais nous organiserons des activités dans et autour de la caravane. Nous nous déplacerons tous ensemble dans les communes de Marchin, Modave et Clavier. Ce sera un vrai projet itinérant», révèle l’animateur.


    Avant le camp, de nouveaux stages se dérouleront au complexe sportif de Vierset (Tige de Hestreux) pendant les vacances de Pâques et au centre culturel de Marchin au printemps. En plus de terminer de rénover la caravane, les jeunes pourront découvrir des techniques pour créer des capsules vidéo (tournage, montage, son) et perfectionner leur pratique de la trottinette, du skate board ou du waveboard. À la fin des stages, le collectif organisera des activités au sein de la caravane afin que les jeunes puissent se représenter les activités qui y seront organisées.
    Des ateliers ouverts dès 10 ans se déroulent également tous les mercredis de 14h à 16h (hors congés scolaires) au complexe sportif de Vierset. N’hésitez pas à rejoindre François Perniaux pour l’aider à terminer les travaux de la caravane pour cet été.


    Par FIONA SORCE

    Source

    Inscription : 0478981493 (François Perniaux) ou jeunesse@modave.be

     

    Une dizaine de jeunes ont rénové la Kréativan.Une dizaine de jeunes ont rénové la Kréativan. - D.R.

  • Sortie PCS 2020 à la découverte de l'Avourie le 26 février 2020

    Lien permanent

    Transport organisé :
    Départ : 14h – Nandrin (administration communale)

    Retour : vers 17h30
     Prix : 4 € (transport, visite et jus de pomme compris)
     Réservations indispensables avant le 21 février au 0474 77 51 46
     Ouvert aux habitants des communes d’Anthisnes, Clavier, Nandrin, Ouffet et Tinlot
     

  • Programme 2020 du Carnaval D' Amay

    Lien permanent

    Dates-clés du carnaval 2020

    21/02 19h - La remise des clés de la ville à l’Administration communale
    23/02 14h - Le cortège carnavalesque (départ face au fleuriste Intuitions)
    24/02 13h30 - Le bal des enfants (gymnase communal d’Amay)
    25/02 9h La Course des enfants et à 14h La Course des garçons de café
    28/02 19h30 - Enterrement « Mitchi Pecket » (lieu de départ défini ultérieurement)
    29/02 Grand feu (départ 19h place A. Grégoire, arrivée 20h Tour Romane). 22h – Bal de clôture Blandina’s
    Programmation des festivités
    Cette année, le carnaval d’Amay se déroulera du samedi 15 février au samedi 29 février.
    Le cortège, lui, aura lieu le dimanche 23 février.
    Vivez ce folklore carnavalesque intense en toute sécurité
    Le centre-ville sera interdit à la circulation entre 12h et 19h.
    Une déviation sera mise en place au pont d’Ampsin et au pont d’Ombret
    13h30 : formation du cortège face à la boutique fleuriste Intuitions.
    Les groupes rallieront le lieu de concentration par la chaussée Roosevelt.
    14h : DEPART DU CORTEGE
    Itinéraire prévu : chaussée Roosevelt - rue de Biber - rue de l’Industrie - place Gustave Rome - rue Joseph Wauters - chaussée Roosevelt - place Adolphe Grégoire - rue Paul Janson - chaussée Roosevelt - rue de l’Hôpital - fin au gymnase communal.
    Afin d’éviter des incidents prévisibles, il est souhaitable de déplacer les véhicules en stationnement sur le parcours du cortège dès 11h30.

     

     

     

    Source info 

  • Le le Standard organise deux journées de détection pour repérer de jeunes joueuses

    Lien permanent

    FootFeminin.be l'annonce sur son site clic ici

     

    Le Standard Femina est réputé pour former de jeunes talents.

    10 rouches sont également reprises dans les sélections nationales U19 et U16.

    le Standard organise deux journées de détection.

    Elles se tiendront le lundi 24 février et le mercredi 26 février.

    Toutes les infos clic ici 



     https://www.footfeminin.be/news/2020-02-11/le-standard-de-liege-organise-des-journees-de-detection-pour-reperer-de-jeunes-joueuses#ixzz6DpCTLSFb

  • Aujourd'hui samedi 15 février 2020 Bal du carnaval Organisé par Comité Scolaire de Saint-Séverin

    Lien permanent

     

     

    Ouverture des portes à 13 h 30

    Animation carnavalesque de 14 h à 16 h 30.

    Bar - petite restauration - cotillons.

    Entrée gratuite pour les enfants et les adultes costumés.
    3 euros pour les autres.

     

     

    Bal du carnaval

    Public
  • Aujourd'hui le 14 février 2020 Cortège du carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin dans les rues de Nandrin

    Lien permanent

    Ce vendredi 14 février aura lieu la première édition de notre cortège de carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin.
    En effet, tous les enfants de l’école vêtus de leurs plus beaux costumes défileront dans les rues de notre village. 
    Le cortège démarrera devant l’école, rue de la Rolée 4, à 14h00 et se dirigera vers la place Ovide Musin. Les enfants seront accompagnés d’une fanfare et auront l’autorisation de lancer des confettis. Les petits des classes d’accueil et 1ère maternelle suivront le cortège à bord de l’Equibus (calèche couverte) avec leurs enseignantes.
    Notre circuit passera devant l’église et la boucherie pour ensuite rejoindre l’école en remontant par le parking communal. Les rues empruntées seront fermées pendant la durée du cortège et la police assurera notre sécurité.
     
    C’est avec grand plaisir, que nous vous convions, ainsi que vos amis, à venir assister à notre défilé et/ou à marcher avec nous en musique et faire de cette journée une réussite. 
    Au plaisir de passer un merveilleux moment avec vous et nos petits "carnavaliers" !

  • Etudes formations metiers Salon SIEP 14 & 15 février 2020

    Lien permanent

    Des informations qui vous concernent, que vous soyez face à un choix d'orientation scolaire ou de réorientation professionnelle, voire à la recherche d'un emploi !
    Des exposants compétents, variés (plus de 150 établissements), disponibles et dynamiques.
    Des démonstrations de métiers insolites ou traditionnels mais toujours réalisées avec passion par les élèves et professeurs d'écoles namuroises ou d'ailleurs.
    L'équipe du SIEP à votre écoute pour vous guider et répondre à vos questions sur les études, les formations et les professions.
    Bref... un cocktail pétillant d'informations en prélude à votre choix d'études ou de formation !

    5 ESPACES DE DÉCOUVERTES
    Information – Orientation
    Pour accueillir les visiteurs, les guider et les orienter dans leur recherche avec la présence du SIEP, des centres PMS en inter-réseaux et des services d'information régionaux.
    Études
    Pour découvrir l'éventail des filières de l'enseignement secondaire, supérieur et universitaire.
    Emploi – Formations
    Pour présenter les métiers et les compétences requises pour être performant sur le marché du travail. On y découvre des organismes de formation, la promotion sociale, des fédérations professionnelles et des entreprises privées venues recruter.
    International
    Pour favoriser l'ouverture aux autres cultures. Rencontres, échanges et mobilité en sont les vecteurs, notamment par l'apprentissage des langues, des études et stages à l'étranger, etc.
    Jeunesse
    Pour répondre aux demandes et aux besoins des jeunes en matière de droits, de devoirs et d'engagement (culture, loisirs, logement, santé, etc.).

     

    2020 : des métiers pour votre avenir ! 

    Entrées gratuites clic ici 

     

     

    Programme du salon de Namur 2020 clic ici

     

     

    Toutes les infos clic ici 

  • Samedi 15 février 2020 Bal du carnaval Organisé par Comité Scolaire de Saint-Séverin

    Lien permanent

     

     

    Ouverture des portes à 13 h 30

    Animation carnavalesque de 14 h à 16 h 30.

    Bar - petite restauration - cotillons.

    Entrée gratuite pour les enfants et les adultes costumés.
    3 euros pour les autres.

     

     

    Bal du carnaval

    Public
  • Soutenir dimanche 16 février 2020 l'équipe des Ladies de Templiers Nandrin - Ladies d'Engis

    Lien permanent

    Dimanche 16 février 2020 à 18 h 00  Les Ladies Templiers - Ladies d'Engis rue du Pery à Yernée-Fraineux 

    N'hésitez pas de venir soutenir l'équipe !!!

    1equipe fille.jpg

  • Cortège du carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin le 14 février 2020 dans les rues de Nandrin

    Lien permanent

    Ce vendredi 14 février aura lieu la première édition de notre cortège de carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin.
    En effet, tous les enfants de l’école vêtus de leurs plus beaux costumes défileront dans les rues de notre village. 
    Le cortège démarrera devant l’école, rue de la Rolée 4, à 14h00 et se dirigera vers la place Ovide Musin. Les enfants seront accompagnés d’une fanfare et auront l’autorisation de lancer des confettis. Les petits des classes d’accueil et 1ère maternelle suivront le cortège à bord de l’Equibus (calèche couverte) avec leurs enseignantes.
    Notre circuit passera devant l’église et la boucherie pour ensuite rejoindre l’école en remontant par le parking communal. Les rues empruntées seront fermées pendant la durée du cortège et la police assurera notre sécurité.
     
    C’est avec grand plaisir, que nous vous convions, ainsi que vos amis, à venir assister à notre défilé et/ou à marcher avec nous en musique et faire de cette journée une réussite. 
    Au plaisir de passer un merveilleux moment avec vous et nos petits "carnavaliers" !

  • Stage Football à Pâques du 06 au 10 avril 2020 Templiers Nandrin

    Lien permanent

    Le prix du stage est 90€. / 80€ pour le 2ème (Un ballon + une gourde offerts)
    Réservation obligatoire : 0479/57.01.06 ou erikvanhove@hotmail.com ( !!! attention places limitées par catégorie)
    Le stage est donné par des entraîneurs diplômés. Le stage comporte des entraînements techniques, des jeux basés sur le football et de petits matchs
    Le stage est prévu pour des enfants de 5 (2014) à 14 ans (2005) (chaque enfant joue dans sa catégorie d’âge)
    Une commande de sandwiches est possible quotidiennement au prix de 2,5€ et ce dès le premier jour (Salami – Jambon – Fromage – jambon/fromage)

    Horaire :
    08:00 – 09:00 Garderie
    09:00 – 12:00 Football
    12:00 – 13:00 Dîner
    13:00 – 1600 Football
    16:00 – 17:00 Garderie

  • Les U 12 de Templiers Nandrin à l'émission La Tribune sur la RTBf lundi 10 février 2020

    Lien permanent

    Chaque lundi, Michel Lecomte et son équipe de chroniqueurs décortiquent pour vous la journée de championnat.
      Plus d'infos sur rtbf.be/t
    v

    Source  info et photo EriK Vanhove

     

    Revoir l'émission https://www.rtbf.be/auvio/detail_la-tribune?id=2599421

     

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_la-tribune?id=2599421&jwsource=cl

  • La 25ème édition du jogging de l'école Saint Martin de Nandrin aura lieu le samedi 14 mars 2020

    Lien permanent

    Jogging annuel de l'école Saint Martin de Nandrin aura lieu le samedi 14 mars 2020.
    Bloquez la date ! Cette année nous fêterons la 25ème édition du jogging. Pour cela, en plus des traditionnels parcours, nous vous proposons un parcours run & bike .

    Jogging 2020 de l'école St Martin de Nandrin

  • Aujourd'hui Inscription Nocturne en 1 er secondaire lundi 10 février 2020 Athénée Royal Agri-St-Georges

    Lien permanent

    Inscriptions en 1re secondaire - Nocturne

     

     

    Athénée Royal Agri-St-Georges

     

  • Simon Gronowski rescapé de la Shoah conte son histoire aux enfants des écoles de Nandrin

    Lien permanent
    Ce 7 février, Simon Groweski, rescapé de la Shoah, s’est rendu à la salle le Templier de Nandrin. Plus de 160 enfants de 5e et 6e primaires issus des écoles Saint-Martin (Nandrin), de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple sont venus écouter le récit émouvant de ce grand homme.
    Installés au fond de leur siège, plus de 160 élèves de Nandrin écoutent le récit de Simon Groweski, rescapé de Shoah.
    « J’avais votre âge quand j’ai vécu les événements que je vais vous raconter », annonce l’homme. « J’ai le devoir de vous expliquer les crimes qui ont été commis pendant la seconde guerre mondiale par les nazis. Ils ont tué des millions de gens. Vous devez connaître le passé de notre pays. » En entendant ces mots, des enfants écarquillent les yeux : certains ignoraient cette part de l’histoire.
    « Le 6 mars 1943, j’étais à table. Ma sœur m’avait préparé une tartine de confiture. Soudain, nous avons entendu quelqu’un sonner avec insistance à la porte. Des hommes sont rentrés et nous ont crié « Gestapo, papiers ». Ma mère s’est levée, toute blanche. Elle a tendu les papiers. Nous avions été dénoncés. Je n’ai jamais su par qui… »

    Jetés dans des cachots, puis dans une caserne avec d’autres familles, les Groweski passent leurs journées à attendre qu’on leur explique pourquoi ils sont enfermés.
    Un jour, des nazis viennent les chercher en leur annonçant qu’ils partent travailler. « Nous avons embarqué dans un train à bestiaux. Il n’y avait pas de sièges, juste un peu de paille par terre. La porte s’est refermée sur nous dans un grand bruit métallique. La lumière du jour n’arrivait à passer que par deux petites ouvertures. Personne ne pouvait imaginer que nous partions mourir. »
    Pendant le trajet, des personnes réussissent à ouvrir les portes depuis l’intérieur. Aidé de sa maman, Simon Groweski parvient à sauter hors du train et s’échapper. « Ma mère n’a pas eu cette chance. Si j’avais su qu’elles ne sauteraient pas, je ne pense pas que je serais parti sans elle », confesse l’homme ému.
    Durant plus d’une heure, il raconte son histoire. Les enfants l’écoutent, dans un silence religieux. « Hitler a tué ma mère et ma sœur dans une chambre à gaz à Auschwitz. Mon père était hospitalisé donc il n’a pas été déporté. À la libération, quand on a découvert les montagnes de cadavres, les fours crématoires, les chambres à gaz… mon père a compris que ma mère et sa sœur ne reviendraient pas. Il est mort quelques mois plus tard. Attristé, il ajoute : « Mes parents étaient des braves gens, je vous le jure. Ils n’ont jamais mérité pareil malheur. Ils sont morts pour être nés juifs. »
    DEVOIR D’HISTOIRE
    Simon Groweski tient à transmettre son histoire pour ne pas que de telles atrocités se reproduisent. « Je n’ai pas voulu vous transmettre un message de chagrin mais de bonheur. La vie est belle. Gardez la foi en l’avenir et croyez en la bonté humaine. N’oubliez pas ce que vous avez entendu aujourd’hui. Quand un enfant entend un témoin raconter son histoire, il devient lui-même témoin. », conclut Simon Groweski.

    Des élèves témoignent
    Particulièrement touchés par le récit de Simon Gronowski, certains élèves ont tenu à nous confier leur ressenti après son témoignage.
    « J’avais peur en écoutant son récit », confie Samuel, 10 ans, élève à l’école Saint-Martin. « Je me mettais dans sa peau et imaginais ce qu’il avait pu ressentir. J’aurais eu peur que des nazis me tirent dessus en sautant du train. Il a marché tout seul en pleine nuit, pendant des kilomètres, en espérant trouver de l’aide. C’est très courageux ! Je ne pense pas que j’aurais survécu si j’avais été à sa place. »
    Sa camarade Linka ajoute : « Je n’aurais pas eu le courage de sauter du train et de laisser ma maman ».
    D’autres ont découvert une part historique dont ils ignoraient l’existence. « Je ne savais pas que des millions de personnes avaient été tuées, ni qu’Hitler avait organisé tout cela. Je suis vraiment choqué. », reconnaît Guillaume 11 ans, de Saint-Séverin.
    Quant à Pauline et Assia (Villers-le-Temple), elles sont admiratives de la force de Samuel Gronowski. « Malgré tout ce qu’il a vécu, il garde le sourire. Il n’est pas resté enfermé chez lui, il a réussi à vivre, à construire une famille et à trouver le bonheur. »
    Tous ces élèves ont promis de devenir témoins à leur tour et de raconter à leurs proches l’histoire de Simon Gronowski.

    Par FIONA SORCE
     
    Il a décidé de briser le silence après 60 ans

    Simon Gronowski, 88 ans, a attendu 60 ans après son calvaire pour raconter son histoire au grand public. « Je n’osais pas en parler car cela me rappelait mes parents et ma sœur décédés. Je culpabilisais énormément suite au décès de ma mère qui, elle, n’a pas pu sauter du train qui l’amenait à Auschwitz. »
    Aujourd’hui, il raconte son histoire pour plusieurs raisons. « Je m’exprime pour rendre hommage aux victimes, contrer les négationnistes et surtout remercier les personnes qui ont risqué leur vie pour me sauver », souligne Simon Gronowski.
    L’homme se définit comme un passeur de mémoire pour les générations futures. Il écrit des livres et parcourt les écoles belges, françaises, allemandes ou encore anglaises pour rencontrer et sensibiliser les jeunes aux horreurs de la guerre. Il nous a glissés à l’oreille que plusieurs réalisateurs lui ont déjà proposé de réaliser un film sur sa vie mais, pour l’instant, aucun projet n’a abouti.

    Par Loris Demarteau
     
     
     
     

     

     

     

     

  • Le dessinateur nandrinois Benoit Ers surfe sur la vague du succès

    Lien permanent

    Un dessinateur nandrinois dédicace sa BD à... Josiane Balasko!

    Cela fait 5 ans que le dessinateur nandrinois Benoit Ers surfe sur la vague du succès suite à la publication du premier tome de sa bande dessinée « Les Enfants de la Résistance » coécrite avec Vincent Dugomier. La BD fait un tabac en Belgique et surtout... en France ! Au Festival d’Angoulême, l’actrice Josiane Balasko a admiré le résultat.


    La BD « Les Enfants de la Résistance », coécrite en 2015 par le Nandrinois Benoit Ers et Vincent Dugomier, cartonne en Belgique et en France avec plus de 500.000 exemplaires vendus. « Les Enfants de la Résistance » raconte l’histoire de trois jeunes enfants d’un petit village de France qui refusent de se soumettre à l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale. Les cinq premiers tomes de la BD sont un succès et c’est pour cette raison que le dessinateur a décidé de publier le 24 janvier dernier le 6e tome de la BD. Dans ce tome intitulé « Désobéir ! », les trois enfants aident les travailleurs les plus récalcitrants à fuir les usines contrôlées par les Allemands mais une milice française fraîchement créée menace les aventures de ces trois enfants.


    Josiane Balasko émerveillée


    « Désobéir ! » a été présenté la semaine dernière au Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême, haut lieu de la bande dessinée en France.

    « Ce tome a été très bien accueilli par le public et nous en sommes ravis », souligne Benoit Ers.


    Mais ce n’est pas tout, l’actrice française Josiane Balasko, émerveillée par la bande dessinée, a même demandé une dédicace de Benoit Ers à l’intérieur de l’ouvrage. « J’étais très heureux que ma BD ait plu à une si grande actrice. Je l’ai trouvée extravertie et sympathique, elle se comportait comme madame tout le monde » précise le nandrinois, ravi de cette belle rencontre.

    La BD a également été feuilletée par Franck Riester, ministre français de la culture comme on peut le voir sur une vidéo publiée sur son compte Twitter.


    « Je n’ai pas rencontré personnellement Monsieur Riester mais la bande dessinée lui a été proposée par Christel Hoolans, directrice des éditions du Lombard. Le Lombard avait fait une sélection des oeuvres les plus prometteuses de sa gamme afin de les proposer au Ministre et je suis très honoré que ma bande dessinée lui ait plu » commente encore le dessinateur.


    Une passion depuis 30 ans


    Benoit Ers est un véritable passionné de bandes dessinées depuis plus de 30 ans « Je n’ai pas fait des études de dessin ni de littérature mais je me réfugie souvent dans le dessin et l’écriture. Il m’arrive de me réserver des week-ends complets pour avancer dans l’illustration de mes bandes dessinées. J’ai besoin de cela » nous confie t-il.
    Benoit Ers travaille aujourd’hui sur la création du 7e tome de sa BD « Les Enfants de la Résisitance ».

    A noter que le dessinateur sera présent au Salon du Livre de bruxelles en mars prochain.

    Par  Loris Demarteau 

    Source

  • Cortège du carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin le 14 février 2020 dans les rues de Nandrin

    Lien permanent

    Ce vendredi 14 février aura lieu la première édition de notre cortège de carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin.
    En effet, tous les enfants de l’école vêtus de leurs plus beaux costumes défileront dans les rues de notre village. 
    Le cortège démarrera devant l’école, rue de la Rolée 4, à 14h00 et se dirigera vers la place Ovide Musin. Les enfants seront accompagnés d’une fanfare et auront l’autorisation de lancer des confettis. Les petits des classes d’accueil et 1ère maternelle suivront le cortège à bord de l’Equibus (calèche couverte) avec leurs enseignantes.
    Notre circuit passera devant l’église et la boucherie pour ensuite rejoindre l’école en remontant par le parking communal. Les rues empruntées seront fermées pendant la durée du cortège et la police assurera notre sécurité.
     
    C’est avec grand plaisir, que nous vous convions, ainsi que vos amis, à venir assister à notre défilé et/ou à marcher avec nous en musique et faire de cette journée une réussite. 
    Au plaisir de passer un merveilleux moment avec vous et nos petits "carnavaliers" !

  • Le 30ème anniversaire du Club Nature, les jeunes Naturalistes du Condroz Fête la Nature le 18 avril 2020

    Lien permanent

    VISITE DU CENTRE NATURE de l’école St-Martin Nandrin
    Ateliers pour enfants et adultes
    • DÉMONSTRATION de TOURNAGE par Tom Leroy
    • TIR À L’ARC ET AU PROPULSEUR avec Dany Charlier
    • CUISINE VERTE avec Colette Eloy
    • VANNERIE avec Nat Phuangthaisong (Art is A' Nat)
    • CRÉATIONS TEXTILES par Patricia Di Moro (Velvetpat)
    • FABRICATION D’UN HOTEL À INSECTES avec Phil Eloy
    Sorties nature pour enfants et adultes à 15h30 & à 16h30
    • LES COLÉOPTÈRES avec Daniel Maquet
    • LES PLANTES MÉDICINALES avec Annick Dermine (Amour de Soi)
    EXPOSITION PHOTOS : de 1990 à 2020
    BARBECUE (réservation obligatoire au 085/512836)
    ANIMATION MUSICALE AVEC PHIL

    Avec la participation de Natagora Condroz-Mosan


    Samedi 18 avril 2020 de 14:30 à 23:30


    Rue de la Bouhaie, 4557 Tinlot, Belgique

     

    Fête de la nature clic ici

  • En 10 ans, le nombre de dancings a baissé de 36%

    Lien permanent

    En Europe, la Belgique a longtemps fait figure de référence pour ses clubs. Mais, depuis quelques années, les discothèques semblent fermer les unes après les autres. Selon les statistiques nationales, on comptait 544 discothèques en 2008 sur le territoire national. Il n’en reste que 398.
    Le Millenium à Liège, le Palladium à Baisy-Thy, le Cherry-Moon à Lokeren ou le Zillion à Anvers. Chaque week-end, ces discothèques ont réuni, durant de nombreuses années, des milliers de clubbeurs. Leur point commun ? Elles ont toutes fermé leurs portes. Et si l’on se penche sur les statistiques nationales, on ne peut que constater que ces clubs semblent connaître un véritable déclin.
    Pour se faire une idée, il suffit d’analyser le nombre d’assujettis à la TVA dans la catégorie « Discothèque, dancings et similaires ».
    En 2008, le territoire belge en comptait 544. Cinq ans plus tard, il n’en restait que 478. Enfin, les chiffres les plus récents (2018) montrent qu’il n’en reste désormais que 398.


    Les raisons d’un déclin
    Propriétaire du « Moulin de Solières », disc-jockey et ex-patron de l’O-zone, Marc Ronveaux connaît le monde de la nuit depuis plusieurs décennies. Pour lui, plusieurs raisons expliquent cette désaffection du public.
    « Premièrement, il y a les contrôles routiers », estime Marc Ronveaux. « C’est quelque chose de positif parce qu’il y a moins d’accidents. Mais on remarque que les conducteurs font désormais davantage attention et effectuent de moins longues distances pour leurs sorties. Vu qu’ils s’arrangent avec un Bob qui ramène tout le monde, ils sortiront dans un rayon assez proche. »
    Paradoxalement, le disc-jockey estime que les réseaux sociaux et les nouveaux moyens de communication n’ont pas arrangé les choses.
    « Quand nous étions plus jeunes, il n’y avait pas Facebook », ajoute Marc Ronveaux. « Nous étions contents de nous retrouver le week-end pour raconter la semaine. Maintenant, tout a déjà été expliqué sur les réseaux sociaux. »
    Enfin, le disc-jockey pointe aussi des changements d’habitudes culturelles.
    « Les fêtes familiales ont changé et les gens restent davantage chez eux. Il y a aussi les afterwork, les apéros urbains ou encore les marchés de Noël… »
    Qui veut racheter le Metropolis ?
    Preuve que le secteur ne va pas bien, le célèbre Metropolis, à Nassogne, qui a fermé ses portes en 2014, est à vendre. Il y a quelques années, il accueillait plus de 1.000 personnes chaque week-end. Mais aujourd’hui, personne ne semble se précipiter pour le racheter… « Ce bâtiment de 850 m² au sol sur 12.206 m² ne demande qu’à être réhabilité. Faire offre à partir de 670.000 € » précise l’annonce immobilière. Vu le prix et la conjoncture, il n’est pas certain que le futur propriétaire y ouvre… une nouvelle discothèque.
    Par Guillaume Barkhuysen

    Source

  • AR. Agri Huy - Action job - Infor Jeunes Huy le 10 février 2020

    Lien permanent

    Tu cherches à gagner un peu d'argent de poche ou plutôt "Tu en veux plein les poches ?!"

    Infor'Jeunes plante sa tonnelle dans ton école sur le temps de midi pour t'aider à trouver un Job étudiant !!

    - Animations pour t'aider à faire ton CV
    - Offres de Job
    - Conseil à la rédaction de CV et de lettre de motivation
    - Information sur la législation (combien d'heure puis-je travailler ? Combien puis-je gagner? ...)
    - Trucs et astuces pour postuler à un job
    - Simulation d'entretien d'embauche


    Lundi 10 février 2020 de 12:00 à 14:00

    Athénée Royal Agri huy
    rue saint victor 5, 4500 Huy


    Organisé par Centre Infor Jeunes Huy

     

    Centre Infor Jeunes Huy

    AR. Agri Huy - Action job - Infor Jeunes Huy

     

     

  • Chaque élève doit savoir qui peut l’aider !!! dossier Harcèlement

    Lien permanent

    Le cas de Maëlle est aussi vécu de façon dramatique au cabinet de la ministre de l’Éducation. « Il montre encore une fois que la lutte contre le (cyber)harcèlement doit être une priorité. Mon souhait est que plus aucun enfant ne soit confronté à pareille situation sans savoir qu’il y a un numéro de contact qui lui permet d’être aidé », dit Caroline Désir (PS). « Si un seul ado passe à travers les mailles de tous les dispositifs qui existent, c’est un échec pour nous tous. »


    En fait-on suffisamment à l’école pour lutter contre ce fléau ? « Il y a un travail de prévention indispensable et il porte déjà ses fruits », reprend la ministre. Cela fait plusieurs années que ce sujet est sur la table de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il y a de nombreuses initiatives qui sont prises dans les écoles. Nous soutenons chaque année énormément de projets, à hauteur de 230.000 €. Il faudra les évaluer et dégager de bonnes pratiques. Mais il est primordial de pousser la réflexion plus loin. »


    Parmi ses nombreux contacts, la ministre explique avoir rencontré les équipes de Child Focus. « Elles font un travail remarquable, par exemple en matière de cyberharcèlement, avec une ligne d’écoute ouverte 24 heures sur 24. Nous avons une vraie volonté de poursuivre le travail avec eux. »
    Il faut dire que le gouvernement s’est engagé à lutter contre le harcèlement et à garantir à chaque enfant un cadre scolaire bienveillant et approprié au meilleur développement des apprentissages. Cela se trouve écrit dans sa déclaration de politique communautaire.

    Dès les maternelles


    « Le nouveau référentiel pour l’école maternelle aborde le développement des compétences de sociabilisation et de respect de l’autre et de soi, ainsi que d’empathie. Cela doit être abordé dès le plus jeune âge », explique encore Caroline Désir. « Des appels à projets sont lancés et permettent aux écoles de faire de la prévention, du soutien ou de la formation. »


    La ministre insiste également sur les plans de pilotages, qui sont progressivement développés dans les écoles « et qui peuvent constituer un levier important et intéressant en la matière, au travers notamment de l’objectif d’accroître les indices du bien-être et du climat scolaire ou des objectifs particuliers que se fixe l’équipe éducative ».


    La lutte contre le (cyber)harcèlement passe aussi par la formation des enseignants. « Différentes formations liées à la prévention contre le harcèlement à l’école existent », dit la ministre. Et le point sera aussi abordé, avec sa collègue de l’Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR), responsable pour la réforme de la formation initiale des enseignants.


    Numéro vert
    Mme Désir réfléchit, avec son administration, à renforcer les actions à mener ou à pérenniser celles en cours. « Je pense à la plateforme « harcèlement à l’école », mise en place dans le cadre de mesures de prévention et de prise en charge du harcèlement et du cyber harcèlement. Elle recense des ressources et infos utiles pour les équipes éducatives, les parents et élèves.


    Il y a aussi le numéro vert, « Écoute école », qui a pour mission l’écoute et l’information à destination des élèves, des parents et des membres de l’équipe éducative qui seraient confrontés à des tensions et/ou des violences en milieu scolaire. »

    Ce numéro (0800/95.580) est ouvert, du lundi au vendredi, de 9h à 16h.

    Par Didier Swysen

    Source

  • CyberHelp : application outil de lutte contre le cyber-harcèlement

    Lien permanent

    Le cyber-harcèlement est un problème public dont la portée est aujourd’hui largement reconnue en Fédération Wallonie-Bruxelles et qui fait l’objet de la plus grande attention de la part des pouvoirs publics. De nombreux adolescents y sont aujourd’hui confrontés et les caractéristiques propres à ce phénomène d’ampleur appellent une réponse urgente et adaptée.

    Dans ce cadre, un vaste projet pilote a été lancé à Mons et dans le Borinage en 2015. Ayant pour terrain d’étude 11 écoles secondaires de la région de Mons-Borinage, 1518 élèves de ces écoles ont participé à une vaste enquête visant à déterminer les besoins et les fondements d’une réponse en adéquation avec leurs attentes. La logique inhérente à cette vaste enquête a en effet été d’interroger le public cible dans le cadre de la construction d’une réponse au problème public constitué par le cyber-harcèlement.

    Pour ce faire, un questionnaire quantitatif a été élaboré par l’Université de Mons, afin de conférer à cette étude un cadre scientifique. Sur base des résultats, nous souhaitons pouvoir proposer une solution complète et cohérente, dont nous évaluons les résultats de façon continue, sur base de son application au territoire de la région de Mons-Borinage.

    L’application « CYBERHELP » constitue un élément du dispositif global visant à luter contre le cyber-harcèlement. Elle permet tout d’abord aux adolescents d’alerter des personnes-ressources sur les problématiques liées au cyber-harcèlement. Elle leur permet également de s’informer sur cette thématique et sur l’utilisation à risque des TIC d’une manière générale. Elle se mue enfin également en plateforme de prévention, permettant d’informer rapidement en cas de nécessité. Elle ne remplace en aucun cas l’écoute et la prévention, éléments essentiels de la lutte contre le phénomène du cyber-harcèlement.

    Ce projet a bien entendu été mené avec de nombreux partenaires.

    Outre le Service de Prévention de la Ville de Mons, avec qui ce projet est mené, les différents intervenants sont "Inforjeunes Mons", ainsi que le Microsoft Innovation Center de Mons et l’Université de Mons.

     

    Vous pouvez télécharger sur  Play Store  Android App Store I phone 

  • Openado présidera une conférence dédiée au harcèlement, jeudi 6 février à Huy

    Lien permanent

    « Le harcèlement scolaire, l’affaire de tous ! »

    Ce 6 février, une conférence consacrée au harcèlement scolaire sera donnée à l’IPES de Huy par le service Openado.
    Insultes, violences, menaces… Le harcèlement scolaire préoccupe, à juste titre, de plus en plus les parents et les enseignants.
    Afin de tenter d’apporter des solutions pour lutter contre ce fléau, la Province de Liège a décidé de dédier une conférence à la thématique « Le harcèlement scolaire », l’affaire de tous ! ».
    Organisée ce 6 février, la conférence sera présidée par Openado, un service d’accompagnement et d’écoute destiné aux enfants de 0 à 25 ans, leur famille et les équipes éducatives en contact avec des jeunes en difficulté.

    Les conférencières, Véronique Livet (assistante sociale) et Chloé Clinquart (infirmière en santé communautaire), tâcheront d’offrir des pistes aux professionnels et parents pour prévenir le harcèlement en milieu scolaire, détecter les signes pour réagir au mieux dans une situation d’intimidation et apporter de l’aide à son enfant.
    « Nous prendrons le temps de définir la thématique du harcèlement, les protagonistes, le contexte dans lequel il s’installe et perdure en milieu scolaire, que mettre en place dans une école pour détecter les enfants témoins, auteurs ou victimes… Nous devons faire en sorte que le harcèlement devienne l’affaire de tous » affirme Véronique Livet.
    CONCERTATION ESSENTIELLE
    « Le harcèlement en milieu scolaire est un phénomène contre lequel un enseignant ou un parent ne peut lutter seul », tient à mettre en lumière Véronique Livet. « Pour détecter des cas de harcèlement, le premier critère est de se concerter », ajoute l’assistante sociale. « Quand la souffrance d’un enfant nous interpelle, l’idéal est de croiser les regards pour évaluer au mieux la situation. »
    Pour Véronique Livet, « il ne faut pas hésiter à impliquer les parents en créant une alliance éducative entre l’école et les parents. Il est préférable d’avoir le même objectif et de gérer le problème à plusieurs. »
    DES PISTES DE SOLUTIONS
    Selon l’assistante sociale, il est essentiel que les enseignants se forment à l’intervention et à la prévention du harcèlement scolaire. « Les violences visibles et invisibles échappent bien souvent au contrôle des enseignants, éducateurs et parents », ajoute-t-elle. « Il ne faut pas attendre qu’une crise survienne pour organiser un travail de prévention au sein des écoles. »
    Elle précise qu’« il pourrait être intéressant de mettre en place un espace de parole au sein des classes pour permettre aux élèves de parler de leurs difficultés avec leurs condisciples ». Ritualiser un espace de parole, pour que cela devienne une habitude au sein de la classe ou de l’école, faciliterait peut-être les échanges entre les élèves et les professeurs.
    Véronique Livet tient à ajouter que des harceleurs peuvent devenir des victimes, et inversement.
    « Il faut inviter les élèves à parler de leur ressenti. Je ne dis pas que c’est simple, mais il faut essayer. »

    Adresse : salle des fêtes de l’IPES de Huy – Avenue Delchambre, 6 – 4500 HUY.La conférence est gratuite et ouverte à tous sur inscription au 04/279.43.40 ou iproms@provincedeliege.be.

     

     

    Par FIONA SORCE

     

    Source

  • Soirée d'information à l'attention des futurs élèves de 1 er année et de leurs parents à l'Athénée Royal d'Ouffet aujourd'hui 5 février 2020

    Lien permanent

    Soirée d'informations ce jeudi 6 février à 18h

    Tous les professeurs du 1er degré seront heureux d' accueillir afin de présenter leur cours.

     

     

  • Dates-clés du carnaval 2020 d'Amay

    Lien permanent

    Dates-clés du carnaval 2020
    15/02 13h30 - Le ramassage du bois - départ cour de l’école des Tilleuls (rue de l’Hôpital)
    21/02 19h - La remise des clés de la ville à l’Administration communale
    23/02 14h - Le cortège carnavalesque (départ face au fleuriste Intuitions)
    24/02 13h30 - Le bal des enfants (gymnase communal d’Amay)
    25/02 9h La Course des enfants et à 14h La Course des garçons de café
    28/02 19h30 - Enterrement « Mitchi Pecket » (lieu de départ défini ultérieurement)
    29/02 Grand feu (départ 19h place A. Grégoire, arrivée 20h Tour Romane). 22h – Bal de clôture Blandina’s
    Programmation des festivités
    Cette année, le carnaval d’Amay se déroulera du samedi 15 février au samedi 29 février.
    Le cortège, lui, aura lieu le dimanche 23 février.
    Vivez ce folklore carnavalesque intense en toute sécurité
    Le centre-ville sera interdit à la circulation entre 12h et 19h.
    Une déviation sera mise en place au pont d’Ampsin et au pont d’Ombret
    13h30 : formation du cortège face à la boutique fleuriste Intuitions.
    Les groupes rallieront le lieu de concentration par la chaussée Roosevelt.
    14h : DEPART DU CORTEGE
    Itinéraire prévu : chaussée Roosevelt - rue de Biber - rue de l’Industrie - place Gustave Rome - rue Joseph Wauters - chaussée Roosevelt - place Adolphe Grégoire - rue Paul Janson - chaussée Roosevelt - rue de l’Hôpital - fin au gymnase communal.
    Afin d’éviter des incidents prévisibles, il est souhaitable de déplacer les véhicules en stationnement sur le parcours du cortège dès 11h30.

     

     

     

    Source info 

  • L’école de demain se dévoile à Namur Expo les 6 & 7 février 2020

    Lien permanent

    L’école de demain a rendez-vous les 6 et 7 février à Namur Expo, avec la deuxième édition du SETT. C’est la grand-messe dédiée à l’intégration des nouvelles technologies dans l’enseignement, organisée en collaboration avec l’Université de Namur et la Fédération Wallonie-Bruxelles.
    Un rendez-vous entièrement gratuit pour les professionnels de l’éducation, au programme très riche comportant une centaine de conférences, d’ateliers et cafés-causeries. De nombreux experts du numérique belges et internationaux seront présents, ainsi que des acteurs de terrain (lisez : actifs dans nos écoles).
    Bon équilibre
    « Ce ‘mix’ assure un bon équilibre entre des thèmes généraux, structurants, visionnaires et le partage de bonnes pratiques et le retour d’expériences », expliquent les organisateurs. « L’école et ses acteurs font face à un défi majeur : l’intégration du numérique et des nouvelles technologies dans leurs contenus et méthodes d’apprentissage. C’est pour les accompagner, les inspirer et les outiller que cet événement a vu le jour l’an dernier. » En 2019, plus de 1.500 professionnels de l’enseignement étaient venus de toute la Wallonie et de Bruxelles.


    Selon une enquête de satisfaction lancée par les organisateurs, 94 % des participants se disaient satisfaits de leur visite.
    Nouveauté : cette année, le SETT lance ses Awards. « L’occasion pour les classes et les écoles de donner un coup de projecteur sur leurs propres initiatives en matière de numérique dans l’éducation », expliquent les responsables de l’événement.

    Les jeudi 6 et vendredi 7 février, de 9 à 17h, à Namur Expo.

    Infos : www.sett-namur.be.

    Inscription gratuite en ligne au moyen du code d’enregistrement distribué aux directions d’écoles.

    Code égaré ?

    Envoyez un e-mail à sett-namur@easyfairs.com

     

    Par D.SW.

    Source