Actualités Enfants - Page 3

  • Les grands-parents peuvent garder leurs petits-enfants

    Lien permanent

    Les grands-parents ne faisant pas partie d’un groupe à risque peuvent à nouveau garder leurs petits-enfants, s’ils sont inclus dans la bulle sociale choisie, c’est l’annonce de Wouter Beke, ministre flamand de la Famille, ce dimanche. « Une bonne nouvelle pour de nombreuses familles et un soutien supplémentaire pour celles-ci », a-t-il affirmé sur Twitter.


    La règle sera aussi d’application en Wallonie, comme nous le confirme la porte-parole de Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé (PS) : « Il s’agit d’une application des règles édictées par le CNS. En ce sens, nous les suivons également : chacun peut revoir sa famille (4 personnes maximum) pour autant qu’il soit prudent, surtout en ce qui concerne les personnes âgées ».


    Les grands-parents en question ne peuvent pas avoir plus de 65 ans et ils ne doivent pas présenter de soucis de santé. Ils doivent également faire partie de la bulle sociale élargie avec laquelle on peut désormais entrer en contact, c’est-à-dire les quatre personnes extérieures au foyer.


    Le centre de crise a toutefois nuancé : « Si la mesure de distanciation physique d’un mètre et demi devient de plus en plus difficile à tenir l’objectif n’est pas que les enfants restent dormir chez leurs grands-parents ».
    Les grands-parents ne peuvent pas non plus être membre du personnel soignant, a précisé Erika Vlieghe, la présidente de groupe d’experts en charge du déconfinement (GEES).


    Le porte-parole du centre de crise, Yves Stevens, a encore ajouté que les petits-enfants n’étaient pas censés passer la nuit chez leurs grands-parents.


    Article et rédaction par P.G.

    Source

  • Let's Sport 2020 lance les stages d'été à Nandrin

    Lien permanent

    LANCEMENT DE NOS STAGES D'ETE


     Economisez 10€ sur le stage de votre choix en vous inscrivant avant le 31 mai !


     Les stages se déroulent sur nos sites de Flône, Nandrin et Saint-Georges.


     Nous vous proposons un large éventail d'activités sportives différentes 


    NOUVEAUTE 2020 : STAGES DE SPORT & LANGUE : des groupes de niveaux sont effectués au début de la semaine, les enfants pratiquent le sport dans la langue choisie en plus de réaliser des activités d'apprentissage en anglais ou néerlendais.


     Si les mesures de confinement venaient à se durcir, l'annulation sera évidemment gratuite !


     Inscription via l'adresse lets.sport2020@gmail.com ou au 0472/44.97.54


     Prix : 100€ (-10€ avant le 31 mai)


     Pour encore plus d'informations sur les activités que nous vous proposons tout au long de l'année, nous vous invitons à aller sur notre site internet :
    https://letssport2020.wixsite.com/website

     

  • Bonne nouvelle, un congé parental «corona» aussi pour les indépendants

    Lien permanent

    Coronavirus: bonne nouvelle, un congé parental «corona» aussi pour les indépendants

    Le conseil des ministres a approuvé samedi l’instauration d’un congé parental « corona » pour les travailleurs indépendants à titre principal devant réduire leurs activités pour s’occuper d’un enfant de moins de 12 ans ou handicapé ces mois de mai ou juin.

    L’indemnité s’élèvera à 532,24 euros par mois, ou 875 euros en cas d’une famille monoparentale.
    Elle ne sera toutefois pas cumulable avec le revenu de remplacement « droit passerelle ».

    Pour bénéficier de ce congé, les parents indépendants pourront dès la semaine prochaine introduire leur demande auprès leur caisse d’assurances sociales.

     

    Source

  • Préparer au mieux la reprise de l’école des enfants de moins de 12 ans, vous trouverez dans ce tutoriel des informations utiles

    Lien permanent

    Bonne rentrée à l’école demain pour les enfants de 6eme primaire avec toutes les mesures de sécurité qui s’imposent pour eux et le personnel!

    Voici quelques bons conseils complémentaires.

    Vous trouverez dans ce tutoriel des informations utiles pour préparer au mieux la reprise de l’école.

    Tutoriels et infos clic ici 

     

    Votre enfant reprend le chemin de l'école ce lundi et vous souhaitez préparer au mieux cette reprise avec lui?

    Découvrez notre nouveau tutoriel "retour à l'école" disponible en 3 versions (enfants de plus de 12 ans, enfants de moins de 12 ans et parents) sur http://www.croix-rouge.be/tuto-deconfinement/ 

    Croix-Rouge de Belgique

     

  • Masques en tissu pour les primaires, en papier pour les secondaires, pour permettre la reprise dès lundi

    Lien permanent

    C’est la ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS) qui l’a annoncé sur Facebook, photos à l’appui : « La journée de ce vendredi est consacrée à répartir les masques en lots pour les 2.400 établissements scolaires, la journée de samedi à l’acheminement des lots vers les centres de distribution et la journée de dimanche à la distribution aux chefs d’établissement ».


    Distribués ce dimanche


    « Tous les masques seront distribués dans les écoles ce dimanche pour permettre la reprise des leçons dès lundi. Merci aux services de l’administration, aux directeurs d’école, aux inspecteurs, aux enseignants et à tous les acteurs qui se mobilisent pour cette reprise », a-t-elle écrit, tout en mettant la main à la pâte.


    Ce sont près de 850.000 masques qui vont être distribués ce week-end dans nos écoles qui reprendront, pour la plupart, partiellement les cours lundi prochain : 600.000 masques en papier et 250.000 en tissu.

    Rappelons que, suite au retard d’une des firmes qui ne fournira les 300.000 masques en tissu initialement prévus que lundi prochain, un accord a pu être trouvé en urgence avec le ministre fédéral, Philippe De Backer, pour que la Fédération rachète 600.000 masques jetables à un fournisseur du gouvernement fédéral, ainsi qu’avec la Communauté germanophone qui a fait don de 50.000 masques en tissu supplémentaires à la Fédération Wallonie-Bruxelles.


    Circulaire aux écoles


    Cet apport permettra à tous les enseignants et à tous les élèves, qui rentreront ce lundi 18 mai, de pouvoir bénéficier de masques de protection. Une circulaire, envoyée hier aux écoles, indique d’ailleurs comment cela va se passer.


    Pour les élèves de 6e primaire des établissements d’enseignement fondamental ordinaire et spécialisé et pour les membres du personnel, concernés par la rentrée du 18 mai, l’intégralité des masques en tissu prévus sera distribuée selon les modalités et le calendrier établis.


    Pour les élèves et les membres du personnel des établissements d’enseignement secondaire ordinaire et spécialisé et pour les membres du personnel de ces écoles, concernés par la même rentrée de lundi prochain, des masques de protection jetables seront distribués à la place des masques en tissu, à raison de deux masques par jour par élève et par membre du personnel.


    Ces établissements recevront dans un deuxième temps l’intégralité des masques en tissu prévus initialement.


    Hainaut : le 19 mai


    Le Collège provincial du Hainaut a, par ailleurs, décidé de retarder la reprise d’activités dans les écoles et les institutions provinciales, au plus tôt, au mardi 19 mai.

    « Il s’agit de laisser le temps à chacun de se fournir en matériel de protection et de finaliser les aménagements de locaux nécessaires à la distanciation », précise-t-il.


    Le retour en classe des élèves de 6e primaire et de dernière année du secondaire se déroulera donc au plus tôt le mardi 19, sur base d’un avis favorable de l’Inspection régionale de l’enseignement provincial et du député-président de chaque école.

    Le retour en classe dans le spécialisé est fixé au 25 mai.

     

    Article et rédaction par Didier Swysen

    Source

  • Le virologue Marc Wathelet invite «toutes les communes à interdire l’ouverture des écoles»

    Lien permanent

    Le virologue Marc Wathelet invite «toutes les communes à interdire l’ouverture des écoles»: d’autres experts ne sont pas d’accord et rassurent.

    Tous les virologues ne sont pas d’accord au sujet de la reprise des cours prévue ce vendredi en Flandre et ce lundi en Wallonie.


    Ce mercredi, lors de la conférence de presse après le Conseil national de sécurité, Sophie Wilmès a confirmé que la reprise progressive des cours dans les écoles était fixée au lundi 18 mai (en Flandre, des « tests » seront déjà effectués dès demain). Et si de nombreux responsables politiques et experts affirment qu’il n’est pas trop tôt pour que les enfants retrouvent le chemin de l’école, de nombreux parents restent inquiets.


    Reprise des cours lundi prochain: les parents craignent plus une infection à l’école qu’un retard d’apprentissage, selon un sondage

    À nos confrères de la DH, le virologue Marc Wathelet invitait d’ailleurs « toutes les communes » à « interdire la réouverture des écoles » lundi prochain.

    Selon lui, « le gouvernement considère la transmission des moins de 12 ans comme négligeable » à partir d’« une position épousée par ses experts sur base d’une analyse incorrecte de la littérature ».

    Et Marc Wathelet de préciser : « Un article scientifique du célèbre virologiste allemand, le Dr Drosten, établit qu’il n’y a pas de différence significative […] dans la contagiosité en fonction de l’âge ».


    Mais pour d’autres experts, les propos de Marc Wathelet sont trop alarmistes : « Le Dr Drosten est un virologue brillant.

    Mais son étude et ses conclusions selon lesquelles les enfants sont aussi contagieux que les autres n’avaient aucune base statistique fiable », explique le microbiologue Herman Goosens à nos confrères du Nieuwsblad.

    « Notre position est et reste que les enfants sont moins contagieux et qu’ils représentent, à cet égard, un plus faible danger que les adultes ou les personnes âgées ».


    Une idée partagée par deux autres virologues que l’on voit souvent en cette période : Marc Van Ranst et Steven van Gucht.« Les enfants et les écoles ne sont pas considérées comme des moteurs dans la propagation du virus », a expliqué à nos confrères le porte-parole interfédéral coronavirus.

    Et pour Marc van Ranst, si un deuxième pic de contamination devait arriver, ce ne serait pas à cause des écoles.


    Exemple danois


    Steven van Gucht rappelle que très peu d’enfants sont malades du Covid-19 et, si c’est le cas, qu’ils ne présentent que très rarement des symptômes. Il s’appuie sur les chiffres du Danemark pour confirmer ses propos.

    Là, les écoles ont rouvert il y a quatre semaines et cela n’a provoqué presque aucune nouvelle contamination.
    En attendant, plusieurs communes wallonnes ont déjà annoncé qu’elles n’ouvriraient pas leurs portes lundi.

    Source

  • Une check-list à rallonge pour nos écoles !!! les infos et le check-list ici

    Lien permanent

    Les écoles ont elles aussi leur check-list pour garantir une reprise en toute sécurité. Une check-list à rallonge avec quelque 125 critères à vérifier. Un vrai casse-tête organisationnel !


    Les écoles s’activent pour la reprise partielle de ce 18 mai. Et ce n’est pas une mince affaire ! Pour les aider dans leur tâche, une « check-list » a été élaborée par les fédérations des pouvoirs organisateurs, les organisations syndicales et les fédérations d’associations de parents.

    check-list ecole clic ici .pdf

    Une check-list qui vise à garantir une reprise en toute sécurité et qui compte pas moins… de 125 items ! Preuve de l’importance de l’organisation demandée aux établissements scolaires.


    La check-list reprend par exemple les mesures pour l’hygiène des lieux et des mains. Y a-t-il, par exemple, à chaque point d’eau destiné au lavage des mains, du savon ? Des serviettes en papier et non en tissu ? La présence d’une poubelle fermable ? Les sanitaires seront-ils bien nettoyés au moins deux fois par jour ?

     

    Au niveau de l’organisation, la check-list veille également à s’assurer que les pauses de midi auront bien lieu en classe, que les récréations seront alternées, que les locaux seront aérés de manière naturelle, que les cours seront privilégiés en extérieur, que seuls les repas froids seront acceptés, etc.


    Pour chacun de ces items, les répondants sont donc invités à cocher « oui » ou « non ». Dans un monde idéal, toutes les écoles obtiendraient 125 « oui ». « Aucun critère n’est impossible », affirme Joseph Thonon, président communautaire de la CGSP-Enseignement. « Je pense que les écoles devraient répondre par l’affirmative à tous les critères. »


    La check-list, c’est en effet l’adaptation pratico-pratique de la circulaire ministérielle envoyée aux établissements en vue de la reprise. Et cette circulaire est très claire : si la sécurité n’est pas garantie, la reprise des leçons est retardée jusqu’à ce que des solutions soient trouvées.


    Oui mais… Pour Roland Lahaye, secrétaire général de la CSC-Enseignement, une certaine souplesse doit être tolérée. « Si on attend d’avoir des oui partout, plus aucun établissement ne recommence », lance-t-il d’emblée.

    « Il y a des incontournables comme les masques, les distances sociales, le gel, l’interdiction de mélanger les groupes, l’hygiène des mains… Mais d’autres éléments dépendent des réalités locales. »


    Thermomètres introuvables


    Et le secrétaire général de citer quelques exemples : « Prenons la règle des 10 élèves maximum par classe. Si une école a un local un peu plus grand, on peut monter à 11 ou 12, tout en respectant les distances.

    De même, il faut un thermomètre digital à distance dans l’espace prévu pour les enfants malades.

    Or, on sait qu’ils sont introuvables. On ne va quand même pas empêcher la reprise si le thermomètre n’est pas un thermomètre digital à distance ! »


    Pour pouvoir reprendre effectivement – et partiellement – leurs cours, les écoles doivent en tout cas obtenir le feu vert des conseillers en prévention, des services internes pour la protection et la prévention au travail et des organes locaux de concertation.

    « Nous demandons que ceux-ci soient saisis et confirment, avant toute reprise des leçons, que l’ensemble des conditions sont remplies pour permettre l’accueil des élèves et du personnel dans des conditions optimales de sécurité », rappelle la ministre de l’Enseignement Caroline Désir. « La check-list sera évidemment un outil précieux pour permettre aux acteurs de se positionner. »




    Pallier l’incertitude qui entoure les masques

    La mise en place de la quasi-totalité des mesures repose presque uniquement sur les épaules des écoles. Ce n’est cependant pas le cas des masques et du gel, pour lesquels les directions dépendent directement de la livraison organisée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le critère des masques est pourtant primordial puisqu’il fera à lui seul pencher la balance dans un sens ou dans l’autre.


    La livraison des masques est prévue entre vendredi et dimanche.

    Un timing qui a conduit le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC) à recommander une reprise le 19 mai plutôt que le 18.

    « Il y a une incertitude et nous avons voulu gérer celle-ci en recommandant de déplacer la rentrée d’un jour », indique le directeur général Etienne Michel. « Le problème n’est pas tellement d’aller chercher les masques en dernière minute, je pense qu’on peut trouver du temps pour ça. Mais une fois qu’ils seront reçus, il faudra vérifier si le nombre est suffisant et s’ils correspondent à ce que l’on attendait. Il y aura lieu aussi de penser à leur distribution le lendemain matin. »
    Pour éviter tout risque de pagaille et en concertation avec le terrain, le SeGEC a donc décidé de recommander de postposer la reprise, cela étant rendu possible par la circulaire.
    Large suivi en région carolo
    « Il y a bien évidemment eu concertation avec les directions d’école et je pense donc qu’elles vont majoritairement suivre cette recommandation car la demande était forte », précise Etienne Michel.

    « Quelques écoles ont pris des dispositions en se procurant un petit nombre de masques en parallèle mais ce n’est pas la majorité. » En région carolo par exemple, la quasi-totalité des écoles libres a décidé de suivre la recommandation.
    Pour le secrétaire général de la CSC-Enseignement, Roland Lahaye, il faut se montrer intransigeant sur la question des masques mais ceux-ci ne doivent cependant pas bloquer la remise des avis nécessaires à la reprise. « Les écoles peuvent très bien recevoir le feu vert pour la reprise, sous réserve de la distribution effective des masques. »


    En commission de l’Éducation ce mardi, la ministre Caroline Désir a également rappelé que, pour les rentrées du 18 mai et du 25 mai, « le nombre de masques prévus pour chaque établissement est calculé, à raison de deux masques par personne, sur base du nombre total de membres du personnel de l’établissement et du nombre total d’élèves de l’établissement concernés par la reprise des cours.

    Des masques sont également prévus pour les élèves de plus de 12 ans fréquentant les garderies. »


    Le 25 pose davantage question que le 18 mai

    Selon Joseph Thonon, président communautaire de la CGSP-Enseignement, cette check-list ne devrait pas amener davantage d’écoles à se déclarer « non prêtes » pour la reprise du 18. « On n’a fait que rendre opérationnelle la circulaire qui avait déjà été communiquée aux écoles. Je pense d’ailleurs qu’il y a encore moyen de s’adapter d’ici vendredi. »
    Il estime également que les reports seront plus nombreux pour la reprise du 25 que pour celle du 18.

    « Il y a une évaluation qui doit être faite après le 18 mais le timing est serré », explique-t-il. Un avis partagé par la CSC-Enseignement.

    Le secrétaire général, Roland Lahaye, rappelle qu’il a toujours eu davantage confiance pour le retour du 18 que du 25. « Il y a des paramètres que l’on ne maîtrise pas comme le nombre d’enfants qui vont se présenter dans les garderies et qui pourraient rendre impossible la deuxième phase. »


    Certaines écoles devront faire preuve de créativité pour organiser ces reprises de la meilleure façon qui soit. « Il faut en tout cas tout faire pour essayer de rentrer. Les enfants en ont besoin, notamment d’un point de vue social », rappelle Joseph Thonon.

     

    Article et rédaction par Sabrina Berhin 

    Source

  • Le 18 mai, les masques seront obligatoires dans les écoles, 600.000 masques attendus pour les écoles

    Lien permanent

    Le 18 mai, les masques seront obligatoires dans les écoles. Non seulement pour les professeurs, mais aussi pour tous les élèves de plus de 12 ans. « Les commandes ont été passées pour 1.500.000 masques en tissu afin de répondre aux besoins de la Fédération Wallonie-Bruxelles et donc pas uniquement à destination de l’enseignement même si c’est le plus gros besoin », indique le porte-parole du ministre-président Pierre-Yves Jeholet qui précise qu’environ 600.000 masques sont prévus pour les écoles.
    La Fédération Wallonie-Bruxelles entend fournir deux masques en tissu par enseignant et élève de plus de 12 ans. La livraison n’a cependant pas encore été effectuée. L’objectif est de disposer de suffisamment de masques pour la reprise du 18 mai et puis pour la rentrée du 25 mai.
    600.000 masques, la quantité semble suffisante, en sachant que toutes les années ne rentreront pas et que, même parmi les années prévues, certains parents seront réticents à l’idée de remettre leur enfant à l’école.


    Encore une fois, la seule inconnue de l’équation, c’est le timing. Il reste une semaine à la Fédération Wallonie-Bruxelles pour recevoir ces masques et organiser une première livraison.

    Source

  • Les grands-parents ne pourront pas garder les enfants

    Lien permanent

    Dimanche sera la journée des retrouvailles pour de nombreuses familles. De façon limitée, comme l’a rappelé le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem.


    Yves Van Laethem a insisté sur la façon dont fonctionnent ce qu’il a appelé « les bulles » que forment nos foyers et nos proches.


    « Il faut bien comprende le système de bulles que nous allons pouvoir étendre à d’autres personnes. Nous allons contacter seulement 4 autres peronnes. Il faut limiter les contatcts pour limiter le risque de propagation. du virus. Mais vous n’y êtes pas obligés. Si sentez plus à l’aise de ne pas le faire, vous n’êtes pas forcés, a précisé Yves Van Laethem. S’il ne faut pas augmenter les contacts c’est pour ne pas ouvrir une voie royale à la propagation du virus ».
    Il a encore insisté sur le « contrat tacite » qui est passé avec la population et le fait qu’il n’y aura pas de contrôle.

    Il a aussi rappelé qu’en dehors de ces contactson a toujours droit à faire du sport avec deux personnes. « En dehors de la bulle sociale élargie, il y a la possibilité de voir deux autres personnes ».


    « Les personnes âgées sont vulnérables, a encore dit Yves Van Laethem. Ce n’est pas parce que les grands-parents entrent dans votre bulle qu’ils pourront à nouveau à l’avenir garder les enfants. Ils ne vont pas retrouver ce rôle ancien ».
    Pour lui, moyennant le respect de ces règles, on pourra contenir la propagation du virus.

    Source

     

  • Dès lundi 11 mai 2020 les courses avec les enfants c’est permis !

    Lien permanent

    Les mamans et les papas solos l’ont entendu ce mercredi de la Première ministre Sophie WIlmès: ils pourront dès lundi être accompagnés de leur(s) enfant(s) de moins de 18 ans pour aller faire les courses ou du shopping.

    Une mesure qui clarifie la situation pour beaucoup de familles monoparentales, pour lesquelles la corvée des courses était devenue un casse-tête.

    Impossible de laisser leur(s) enfant(s) chez les grands-parents, mais de nombreux magasins appliquant à la lettre la règle selon laquelle il fallait faire ses courses seul, ils s’exposaient à être refoulés à l’entrée des supermarchés avec leur progéniture, même s’ils n’avaient aucun autre choix de garde.

    «Certains magasins étaient tolérants, et laissaient des parents entrer avec leurs enfants.

    Mais pour les parents, ce n’était pas un choix mais une obligation, et ils devaient gérer leur peur d’exposer peut-être leurs enfants au virus alors que cela aurait pu être évitable», souligne Christophe Cocu, directeur général de la Ligue des Familles, qui salue la mesure.

    «Cela clarifie les règles et ne laisse plus d’équivoque.

    Donc cet assouplissement est positif».


    BABY-SITTING

    Mais pour la Ligue des Familles, il faut aller plus loin. «Pour l’instant, on laisse trop les parents seuls face à une responsabilité qui devrait être mieux prise en charge par le collectif.

    On a obtenu le congé parental Corona, qui n’est pas accessible financièrement à toutes les familles. On a rouvert les garderies de façon un peu plus large, mais tout en disant que cela devait rester vraiment en extrême recours… Beaucoup de parents se lèvent à 6h pour travailler avant le réveil de leurs enfants, et retravaillent une fois qu’ils sont couchés.

    Cela fait déjà deux mois, et ce n’est pas tenable jusqu’en septembre.

    Il faut faire quelque chose pour alléger les tensions, avec l’approbation des experts de la santé bien sûr. Autoriser à nouveau le baby-sitting si la personne s’engage à ne garder des enfants que dans une seule famille. Pouvoir faire garder ses enfants par des proches, des voisins, des amis.

    Cela aura un impact sur la dispersion du virus, mais ce sont des mesures gratuites qui faciliteraient grandement la vie des parents si les autorités sanitaires l’autorisent».

    Article de - L.P.

    Source

     

  • Membre de la fédération des milieux d’accueil de la petite enfance (FeMaP), elle dénonce la situation dans laquelle les accueillantes d’enfants se trouvent.

    Lien permanent

    Une accueillante d’Amay dénonce la qualité des masques reçus

    Stéphanie Nollomont pousse un cri de colère.

    Cette directrice de la crèche amaytoise, Rase-Moquette estime que les accueillantes font partie des oubliés de la crise sanitaire.

    En effet, Stéphanie et ses collègues ont reçu des masques de l’ONE… dont la qualité et la protection laisse à désirer.


    Stéphanie Nollomont est la directrice de la crèche « Rase-Moquette » à Amay. Membre de la fédération des milieux d’accueil de la petite enfance (FeMaP), elle dénonce la situation dans laquelle les accueillantes d’enfants se trouvent.

    En début de semaine, chacune a reçu des masques de l’ONE et du cabinet de la ministre de la petite enfance mais pour Stéphanie Nollomont, c’est la goutte qui fait déborder le vase.

    « La qualité des masques laisse à désirer. Ça ou rien c’est la même chose. Il ne filtre rien du tout.

    C’est un manque de considération pour notre milieu.

    C’est un danger pour les enfants mais également pour les accueillantes. Ce n’est pas correct. De plus, on n’a reçu aucun gel hydroalcoolique », lance-t-elle.

    Stéphanie Nollomont a rouvert sa crèche à tous les enfants ce lundi 4 mai.

    « Je n’ai pas d’enfants qui viennent avant le 18 mai. Mais pour certaines accueillantes ce n’est pas le cas », s’inquiète Stéphanie Nollomont.

    « Celles qui vont faire confiance aux masques que l’on a reçus, cela m’inquiète.

    Mais bon pour celles qui verront que ces masques ne protègent rien, ne les porteront certainement pas », ajoute la directrice.

    Un nouvel arrivage de masques est prévu pour le 18 mai.

    « En espérant que ce ne soient pas les mêmes », continue celle qui travaille depuis quinze ans dans le milieu de la petite enfance.


    Stéphanie Nollomont et d’autres accueillantes doivent désormais trouver d’autres masques afin d’assurer l’accueil des enfants en toute sécurité.

    Article et rédaction Par A.D.

    Source

  • Création d’un congé parental spécifique à la crise du coronavirus !!!

    Lien permanent

    Accord sur un congé parental «corona» avec effet rétroactif

    Les partis qui soutiennent les pouvoirs spéciaux se sont accordés samedi matin sur la création d’un congé parental spécifique à la crise du coronavirus, a-t-on appris à plusieurs sources.


    La ministre de l’Emploi Nathalie Muylle avait annoncé qu’une nouvelle modalité du congé parental serait accessible pour permettre aux parents de faire face à la situation actuelle.


    L’objectif était de permettre aux parents concernés de prendre ce congé entre le 1er mai et le 30 juin, mais des discussions politiques ont ralenti le dossier.

    Les partis du gouvernement et ceux qui soutiennent les pouvoirs spéciaux depuis l’extérieur se sont mis d’accord ce samedi. Le système aura un effet rétroactif.


    Un conseil des ministres doit se tenir ce samedi encore pour officialiser la décision. Le texte sera ensuite envoyé au Conseil d’État

    Source

  • Il restera compliqué de voir et garder ses petits-enfants !!!

    Lien permanent

    On dit que le coronavirus va changer nos habitudes pour une longue période, est-ce vrai ?


    Les gestes barrières seront effectués dans notre vie de tous les jours. On n’aura plus de grandes tablées d’anniversaire au restaurant, des vacances à 20 membres de la famille dans une auberge… Il est clair que les vacances vont se passer différemment cet été, la preuve en est de plus en plus de compagnies aériennes annulent leurs vols et les frontières restent fermées. Pour les restaurants, bars, cinémas et salles de concert, cela reste dans le vide. Un peu partout, on essaie d’imaginer. Il faudra accepter d’être moins libre, de respecter les distances et de devoir plus prévoir les choses. Dans les restaurants, on n’y viendra plus à l’impromptu car il y aura beaucoup moins de couverts. Dans un musée, on ne pourra par exemple plus retourner 3 fois voir le tableau qu’on apprécie, on devra suivre un parcours défini. Au cinéma, il faudra peut-être aussi réserver. Nos habitudes d’ouverture sur le monde et aux autres vont être changées tout en sachant qu’on va un jour revenir à la situation d’avant. Je suis intimement persuadé que le monde du passé va revenir. On ne va pas se balader dans deux ans avec un masque sur la Grand-Place de Bruxelles. Mais il faudra du temps…

    Comment protéger au mieux nos seniors ? Un fois que les visites familiales seront autorisées, faut-il les garder isolés ?

    Les personnes âgées devront faire deux fois plus attention et nous devrons faire deux fois plus attention à eux. Elles pourront sortir mais devront se laver davantage les mains, limiter leurs contacts sociaux… Elles devront aussi faire un peu plus attention dans le mélange de génération. Voir ses petits-enfants sera plus compliqué dans les prochains mois même si les enfants ont envie de voir leurs grands-parents et que les grands-parents ont envie de voir leurs petits-enfants. Les barbecues de famille cet été auront bien lieu mais ils seront moins peuplés que les autres années. On sait que cette tranche de la population va devoir faire attention plus longtemps et ce sera notre rôle de le faire comprendre dans les prochaines semaines. J’ai la soixantaine, j’aimerais voir ma fille. Mais, c’est mieux comme ça pour le moment. C’est pour mieux la revoir après.

    Article et rédaction par Alison Verlaet

    Source

  • Garderies scolaires ? La Belgique entame sa première phase de sortie de crise sanitaire

    Lien permanent

    La reprise des cours, pour les 6es primaire et les 6es secondaire uniquement, est prévue pour le 18 mai.

    Mais de nombreux parents, eux, vont reprendre le travail dès ce lundi.

    Un rush dans les garderies est-il à craindre ?

    Pour la ministre de l’éducation en FWB Caroline Désir, les parents devaient continuer à ne se tourner vers les garderies qu’en dernier recours, afin que l’école puisse poursuivre son objectif pédagogique et rouvrir ses portes.


    « Pour la reprise progressive de l’école le 18 mai, la FWB met tout en œuvre pour fournir l’équipement requis aux écoles, en particulier les masques et le gel hydro-alcoolique .», souligne-t-on au cabinet de la Ministre.

    Depuis le confinement, le taux de fréquentation des garderies a été d’1% environ.

    La fréquentation des garderies, à partir du 4 mai et du 11 mai, sera un indicateur pour préparer au mieux la rentrée du 18.

    Article et rédaction de L.P.

    Source

  • Soutenir ELA Belgique asbl dimanche 3 mai 2020 vente aux enchères, Didier Boclinville animera cette vente

    Lien permanent

    ELA Belgique asbl

    Avec Didier Boclinville Suite 

    Page Didier Boclinville


    Aide et soutien aux familles et patients atteints par une Leucodystrophie.
    Favoriser la recherche sur les Leucodystrophies.

    Les leucodystrophies sont des maladies génétiques qui détruisent la myéline (la gaine des nerfs) du système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Lorsque cette gaine est abîmée, le courant ne passe plus et les messages nerveux sont interrompus. Perte des mouvements et de l’équilibre, perte de la vision et de l’ouïe, perte de la parole et de la mémoire : les leucodystrophies paralysent toutes les fonctions vitales. Chaque semaine en France, 3 à 6 enfants naissent atteints de ces terribles maladies (20 à 40 en Europe).

    Fondée en 1992, l'Association Européenne contre les Leucodystrophies (ELA) est une association de parents et de patients motivés et informés qui se partagent les responsabilités au sein d'ELA et unissent leurs efforts contre les leucodystrophies et les maladies de la myéline (leucomalacies et sclérose en plaques).

    Les objectifs d'ELA sont clairs :
    - Aider et soutenir les familles
    - Financer la recherche médicale,
    - Informer les professionnels de santé,
    - Sensibiliser l’opinion publique
    - Développer son action au niveau international.

    ELA est présente en Belgique, en Espagne, en France, au Luxembourg, en Italie, et en Suisse

    ELA Belgique asbl

     

  • Les allocations familiales pas liés à la fréquentation scolaire !!!

    Lien permanent

    Face aux fausses informations qui circulent sur internet, l’Agence wallonne pour une vie de qualité (AViQ) rappelle jeudi dans un communiqué que le droit aux allocations familiales n’est pas lié à la fréquentation scolaire jusqu’aux 18 ans de l’enfant.


    Une caisse wallonne d’allocations familiales a prévenu l’AViQ lundi que de « fausses informations émanant d’un site internet de fake news » circulaient à propos de ce droit.

    Un article, intitulé ’Les parents dont les élèves ne retournent pas à l’école perdront les allocations familiales’ a ainsi été partagé plus de 50.000 fois, pointe l’agence wallonne.


    Cette dernière tient donc à attirer l’attention sur le fait que les caisses d’allocations familiales et l’AVIQ ne vérifient pas la fréquentation scolaire jusqu’au 31 août de l’année des 18 ans d’un enfant.


    « Au-delà des 18 ans, dans certains cas, la fréquentation scolaire est un critère pour continuer à bénéficier des allocations familiales », précise-t-elle.

    « Cependant, dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, la Région wallonne a pris des mesures pour garantir la continuité des paiements et ne pas tenir compte de la fréquentation scolaire.

     

    Ainsi il a été décidé de déroger à l’obligation de suivre les cours à raison d’au moins 17h par semaine pendant la durée du confinement dans l’enseignement non supérieur. »


    L’arrêté pris dans le cadre des pouvoirs spéciaux concernant cette disposition a été approuvé en première lecture par le gouvernement wallon le 10 avril dernier.

    Une approbation définitive est attendue prochainement.

    Source

  • Le congé spécifique pour les parents rencontrant des difficultés à garder leurs enfants ?

    Lien permanent

    Le congé spécifique pour les parents rencontrant des difficultés à garder leurs enfants ces prochains mois n’était  pas encore finalisé hier vendredi 1 er mai 2020. 

    Rebondissement aujourd'hui samedi 2 mai

    Les partis qui soutiennent les pouvoirs spéciaux se sont accordés samedi matin sur la création d’un congé parental spécifique à la crise du coronavirus, a-t-on appris à plusieurs sources.
    La ministre de l’Emploi Nathalie Muylle avait annoncé qu’une nouvelle modalité du congé parental serait accessible pour permettre aux parents de faire face à la situation actuelle.
    L’objectif était de permettre aux parents concernés de prendre ce congé entre le 1er mai et le 30 juin, mais des discussions politiques ont ralenti le dossier.

    Les partis du gouvernement et ceux qui soutiennent les pouvoirs spéciaux depuis l’extérieur se sont mis d’accord ce samedi. Le système aura un effet rétroactif.

    Source


    La ministre de l’Emploi Nathalie Muylle avait annoncé qu’une nouvelle modalité du congé parental serait accessible dès le 1er mai pour permettre aux parents de faire face à la situation actuelle, rappelle jeudi la Ligue des Familles.
    « Cela fait sept semaines que les enfants ne vont pas à l’école et il n’y a toujours aucune solution digne de ce nom pour les parents », regrette Christophe Cocu, directeur général de la Ligue.

     

    À partir du 4 mai, et peut-être encore davantage le 11, des parents seront nombreux à reprendre le travail. « Nous apprenons aujourd’hui qu’il faudrait faire la demande de ce congé trois jours à l’avance, puis l’employeur aurait six jours pour se prononcer. Ce congé ne sera donc toujours pas accessible quand les parents en auront massivement besoin », souligne la Ligue des Familles.


    Par ailleurs, le congé ne serait accessible que jusqu’au 30 juin, « alors qu’on ne sait pas encore si les stages et camps seront maintenus. Il est possible que les parents en aient encore besoin jusqu’en septembre. »


    La Ligue appelle le gouvernement à rendre ce nouveau congé effectif, « mais aussi et surtout à mieux le rémunérer et à le rendre accessible aux indépendants ».

    Source

  • Les enfants ne sont pas moins contagieux que les adultes, appel à la prudence pour les écoles

    Lien permanent

    Le célèbre virologue Christian Drosten est formel:

    les enfants ne sont pas moins contagieux que les adultes, appel à la prudence pour les écoles

    Les enfants sont tout aussi porteurs du coronavirus que les adultes, d’après une étude allemande. La quantité de charge virale pouvant être détectée dans les voies respiratoires ne diffère pas selon les groupes d’âge, selon cette analyse dirigée par le très réputé virologue Christian Drosten de l’hôpital de la Charité de Berlin.

    Sur la base de leurs résultats, les chercheurs mettent en garde contre une réouverture sans restriction des écoles et des jardins d’enfants en Allemagne.

    Les mesures de confinement adoptées pour contenir la pandémie de coronavirus ont montré leurs effets. Avec le relâchement progressif de ces règles, la manière dont la fermeture des écoles et des crèches a contribué à l’amélioration de la situation suscite de plus en plus la discussion.

    Jusqu’à présent, le niveau de transmission des enfants n’est pas clairement défini.

    L’étude de cette question est difficile, notamment parce que les écoles ont été fermées prématurément et parce que le virus, surtout dans les premiers stades de l’épidémie, a principalement été transmis par des voyageurs adultes.


    Lire aussi
    Un virologue allemand, référence en matière de coronavirus, met en garde contre une deuxième vague d’épidémie «plus puissante et incontrôlable»

    Concrètement, les chercheurs ont analysé les échantillons provenant de 3.712 personnes infectées par le coronavirus entre janvier et le 26 avril, et déterminé la quantité de charge virale.

    Cette dernière ne variait pas d’un groupe d’âge à l’autre.

     

    Lors de la prise en compte du risque de contamination en cas de réouverture des écoles et des crèches, les mêmes précautions devraient être prises que pour des adultes, concluent les chercheurs.


    Certains arguments jouent néanmoins en faveur d’une contagion moins importante des enfants, admettent les chercheurs : ils développent moins de symptômes, ils toussent donc moins, et ils expirent moins d’air.

    Ils sont en revanche plus actifs socialement et physiquement.

    Source

  • une nouvelle circulaire précise les modalités de reprise partielle des leçons dans l'enseignement spécialisé

    Lien permanent

    Enseignement spécialisé : une nouvelle circulaire précise les modalités de reprise partielle des leçons dans l'enseignement spécialisé. Plus d’infos : http://www.enseignement.be/index.php?page=26823&do_id=7810

    enseignement.be

    FWB - Circulaire 7557 (7810_20200430_094230).clic ici pdf

  • Explosion du cyberharcèlement en plein confinement, notamment chez les plus jeunes

    Lien permanent

    La députée Jacqueline Galant pointe l’explosion du cyberharcèlement en plein confinement, notamment chez les plus jeunes. Le harcèlement scolaire a disparu mais d’autres formes se sont développées.

    Chez Child Focus, les signalements ont doublé, voire triplé.


    La suspension des cours a-elle été une bouffée d’oxygène pour les jeunes victimes de harcèlement scolaire ? C’est ce qu’affirme le psychopédagogue et spécialiste de la question Bruno Humbeeck.

    « Le confinement est arrivé en pleine haute saison du harcèlement scolaire », explique-t-il.

    « Cet arrêt a donc été vécu comme un soulagement. Je peux vous dire que pour ces jeunes, le confinement, c’est la joie. »


    Par contre, il ne faut pas croire que le combat est gagné. Loin de là. « Le jour où l’école reprendra (pour l’ensemble des élèves, NdlR), il est très probable d’assister à un grand retour du harcèlement scolaire et de sa déclinaison, à savoir le cyberharcèlement. »

    C’est pourquoi il insiste sur l’importance de mettre en place des dispositifs préventifs, et notamment l’outil Cyber-Help.

    Avec ce projet, les élèves sont invités à télécharger une application mobile qui permet d’alerter l’équipe éducative en cas de problèmes de harcèlement. « Il faut que les établissements scolaires s’équipent », insiste-t-il.


    Cette nouvelle positive de la disparition, du moins temporaire, du harcèlement scolaire, est cependant contrebalancée par le renforcement d’autres formes de cyberharcèlement. Un renforcement directement lié au confinement.

    Ce lundi, en séance plenière du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la députée Jacqueline Galant a souhaité mettre l’accent sur la problématique.

     

    L’ennui et le besoin de diffuser l’agressivité qui nait dans les espaces confinés conduisent à certaines dérives. En Belgique également.

    Dans ce contexte, le cyberharcèlement touche aussi bien les adultes que les plus jeunes. Et pour ce dernier, l’absence de l’école n’est peut-être pas sans conséquence.

    « À l’heure actuelle, les possibilités de se confier à des camarades de classe ou à des professeurs sont beaucoup moins nombreuses », rappelle la députée.


    Child Focus confirme la problématique. « Les signalements relatifs aux images d’abus sexuels d’enfants ont doublé », explique le porte-parole Stephan Smets.

    « De même, pour ce qui est de la sextorsion (pratique qui consiste à faire chanter les jeunes à l’aide de photos ou de vidéos compromettantes, NdlR), le nombre de dossiers a triplé. »

    Les jeunes ne sont effectivement pas les seuls à n’avoir jamais été aussi présents sur la toile. En plein confinement, c’est également le cas des prédateurs.


    Participer aux Vidéos TikTok


    Interdire les réseaux sociaux à ses enfants n’est cependant pas la solution.

    À l’heure actuelle, c’est pour eux le seul moyen de garder contact avec leurs proches et amis. Le conseil qui peut être donné aux parents, c’est bien évidemment d’en discuter ouvertement, mais aussi de s’impliquer.

    L’application TikTok est par exemple très à la mode et créer une vidéo ensemble serait une bonne idée selon Child Focus.


    La problématique du cyberharcèlement n’a pas disparu avec le confinement et ne disparaîtra pas après. Pour en parler, six étudiants en relations publiques lancent à partir dès ce mercredi trois lives sur le compte Instagram « cyberharcelement.parlons_en  

    ».

    « À l’origine, nous organisions une conférence mais nous avons dû nous adapter », explique Evi Bettens. « Nous avions opté pour cette thématique après le suicide de Maëlys. »


    L’initiative a été soulignée par Jacqueline Galant qui rappelle que des aides existent : « Je veux rappeler aux victimes qu’il existe des plateformes comme le numéro gratuit et anonyme Ecoute Enfants « 103 » ou encore le site internet stopcyberhate.be. »


    Article et rédaction par Sabrina Berhin

    Source

  • Sera-t-il interdit de faire redoubler des élèves cette année?

    Lien permanent

    Une certitude: très peu d’élèves redoubleront en juin

    Sera-t-il interdit de faire redoubler des élèves cette année ?

    Si ce n’est pas annoncé aussi sèchement dans la circulaire du week-end dernier, il y est quand même précisé que « le redoublement doit être exceptionnel » et que « la décision doit être prise en dialogue avec les parents et les élèves ».


    En cas de réussite, poursuit le texte, « la décision s’accompagne, de mesures précises pouvant comprendre des travaux d’été et devant impliquer un plan de remédiation à la rentrée 2020.

    En cas d’échec ou d’attestation d’orientation restrictive, la décision doit faire l’objet d’une motivation détaillée expliquant en quoi il est impossible de permettre le passage de classe ou la certification, ou encore pourquoi l’orientation de l’élève doit être limitée à certaines filières ».


    Techniquement, le redoublement n’est donc pas interdit, mais cela doit se prévoir en concertation avec les parents.

    « Il y a sans doute des parents qui préféreront voir leur enfant recommencer leur année s’ils sont convaincus que ce serait mieux pour lui », explique le cabinet de la ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS).

    « Le redoublement doit vraiment être considéré en dernier recours. En cette année très particulière, nous préférons qu’une solution soit trouvée en concertation avec les parents, que l’on réfléchisse à ce qui serait la meilleure solution ou orientation pour les enfants. »

    Ce qui est aussi une façon d’éviter de trop nombreux recours, la fin de l’année scolaire s’annonçant chaotique.

    Autre initiative d’une école liégeoise : envoyer aux parents un formulaire à remplir pour savoir si leur enfant (6e primaire) sera présent à la rentrée du 18 mai. Cela signifie-t-il qu’elle se fera sur base volontaire ?

    « Il a été demandé aux écoles de garder le contact avec les enfants qui ne reviendraient pas et de leur envoyer du travail », précise le cabinet qui ne critique pas l’initiative.

    Il est compréhensible qu’une école souhaite savoir qui sera présent le 18 mai, pour s’organiser du mieux qu’elle peut.

    Le taux d’occupation de la garderie, avec la reprise économique du 4 mai, puis commerciale du 18 mai, reste une grande inconnue…

    Article et rédaction par Didier Swysen

    Source

  • Des masques pour enfants effectuée via la Conférence des Élus Meuse-Condroz-Hesbaye

    Lien permanent

    Huy-Waremme: 20.000 masques pour enfant commandés

    Une commande de 20.000 masques pour enfants a été effectuée via la Conférence des Élus « Meuse-Condroz-Hesbaye ».


    Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les bourgmestres de l’arrondissement de Huy-Waremme veulent unir leurs forces et jouent ainsi la carte de la supracommunalité.

    Pour rappel, il y a environ deux semaines, la Conférence des Élus « Meuse-Condroz-Hesbaye » a effectué une commande de 200.000 masques, afin d’offrir à chaque habitant de l’arrondissement une protection.

    Cependant, ces masques de taille unique ne sont pas vraiment adaptés aux enfants.


    Pour résoudre ce problème, une commande de 20.000 masques pour enfant (de 5 à 12 ans) a été effectuée par les communes de Huy-Waremme qui participent au projet. Ces protections devraient arriver à la fin du mois de mai.

    Ces derniers jours, plusieurs communes (comme entre autres Hamoir, Héron et Tinlot) ont d’ailleurs lancé des appels à la mobilisation pour confectionner des masques pour enfants (voir La Meuse du 24 avril).


    Concernant les masques « pour adultes », une partie a déjà été livrée aux autorités communales et plusieurs communes nous ont indiqué que les distributions devraient avoir lieu dans le courant de la semaine prochaine.

    Notons également que les communes de Huy-Waremme participent à l’opération « Coudre contre le Covid » avec le CHU de Liège.

    À partir de la première semaine de mai, 350 couturiers et couturières de l’arrondissement donneront du temps pour confectionner des blouses et surblouses chirurgicales pour les institutions hospitalières.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Il y a des cas en Belgique, la Maladie qui touche les enfants peut-être liée au coronavirus et inquiète les médecins

    Lien permanent

    Maladie peut-être liée au coronavirus qui touche les enfants et qui inquiète les médecins: «Il y a des cas en Belgique dont je suis au courant»

    Ce mardi, les autorités sanitaires britanniques tentaient de savoir s’il existait un lien entre le coronavirus et une maladie grave qui touche, depuis peu, un petit nombre d’enfants.

    Après l’Angleterre et la France, des cas similaires de cette maladie infantile seraient également recensés en Belgique.
    Vidéo

    Belga image
    La maladie mise en évidence ce lundi par les médecins britanniques ressemble à la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire affectant les jeunes enfants et dont la cause reste indéterminée.

    « C’est une nouvelle maladie qui, selon nous, peut être causée par le coronavirus », déclarait Matt Hancock, ministre britannique de la Santé, à la radio LBC.

    « Nous ne sommes pas sûrs à 100 % parce que certaines des personnes qui l’ont contractée n’ont pas été testées positives (au coronavirus). Nous faisons donc actuellement beaucoup de recherche. Mais c’est quelque chose qui nous préoccupe », a-t-il ajouté.

     

    Le ministre a indiqué qu’il y avait « un petit nombre de cas ». « Il s’agit d’une maladie très rare, mais je pense qu’il est tout à fait plausible que cela soit dû à ce virus, du moins dans certains cas » avait déclaré lundi le chef des services sanitaires, Chris Whitty, lors de la conférence de presse quotidienne du gouvernement sur le coronavirus.

    La société britannique de soins intensifs pédiatriques (PICS) avait relayé lundi une alerte du service public de santé anglais, NHS England, concernant une petite augmentation du nombre de cas d’enfants gravement malades, certains atteints du Covid-19, d’autres non.

    Leurs syndromes se rapprochaient de ceux de la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique.


    Parmi les symptômes des jeunes patients figurent des douleurs abdominales, des troubles gastro-intestinaux et une inflammation cardiaque.

    Le professeur Russell Viner, président du Royal College of Paediatrics and Child Health (RCPCH), a rappelé qu’il y avait une faible probabilité pour que des enfants atteints du coronavirus deviennent gravement malades.


    Des cas aussi en Belgique


    Ce mercredi matin, sur les ondes de Bel-RTL, Jean-Christophe Goffard, chef de service de médecine interne à l’hôpital Erasme, a expliqué qu’il existait aussi des cas de cette maladie en Belgique.

    « Oui il y a eu des cas en Angleterre, en France. Probablement aussi des cas en Belgique dont je suis au courant », explique-t-il dans un premier temps avant de reconfirmer quelques secondes plus tard lorsque Fabrice Grosfilley lui redemande s’il y a « au moins un cas en Belgique ».

    « Oui a priori », répond le médecin.


    Mais il invite les citoyens à ne pas paniquer puisqu’il existe un traitement pour cette maladie.

    « C’est une maladie un peu mystérieuse qui existe et qui est décrite depuis très longtemps : il y a des manifestations à la fois cutanées et cardiaques, notamment en provoquant des infarctus chez les enfants.

    Mais il existe des traitements pour cette maladie.

    Et là, actuellement, il y a une association qui semble émerger entre cette maladie et le nouveau coronavirus.

    On reste cependant toujours dans la spéculation mais néanmoins, il y a quelques cas qui ont constaté.

    Mais il y a un traitement. Le tout, c’est de ne pas passer à côté. »

    Par Sudinfo

    Vidéo interview clic ici 

    Lire aussi
    Inquiétude des médecins autour d’une maladie peut-être liée au coronavirus et qui touche les enfants: des cas au Royaume-Uni et maintenant en France!

  • Caval'Longle d'Outrelouxhe propose divers services pour vous et votre cheval

    Lien permanent

    CAVAL‘LONGLE AU MANÈGE LE PEGASE

    Caval'Longle

    ⦁ Leçons d’équitation par une monitrice Adeps.
    ⦁ Cours tous niveaux : dressage, obstacle, initiation au cross,
    ⦁ Stages toutes les vacances pour enfants à partir de 5 ans.
    ⦁ Camp pour cavaliers confirmés fin du mois août.
    ⦁ leçon pour adultes en fin de journée.
    ⦁ Cours particuliers et collectifs pour les propriétaires de chevaux et poneys.
    ⦁ Passage des brevets.
    ⦁ Balades organisées.
    ⦁ Location de box : pension complète, demi-pension, box fait par nos soins, nous sortons vos chevaux les jours où vous n’êtes pas libre moyennant supplément.
    ⦁ Jeunes chevaux au travail.
    ⦁ Nombreuses promenade dans les environs.
    ⦁ Piste couverte et extérieure, parcours de cross.
    ⦁ Cafétéria chauffée.

    Contactez-nous au 0474/24 55 25.
    ⦁ Visitez également notre site facebook : Caval'Longle.

    Coordonnée :

    Caval'Longle par Chloé Longle 

    0474/24.55.25

    Adresse
    Chaussée des Romains, 4a
    4577 Outrelouxhe (commune de Modave)

    http://poneyclubpegase.e-monsite.com/

    1manege.jpg

    2 manège.jpg

     

     

  • Les enfants présentant ces symptômes nécessitent des soins urgents, avertit le NHS.

    Lien permanent

    Des médecins mettent en garde contre une maladie infantile !!!

    Des médecins au Royaume-Uni mettent en garde contre une maladie inconnue qui touche un petit groupe d’enfants, rapportent mardi les médias britanniques

    . Les experts examinent si l’infection peut être liée au nouveau coronavirus.


    Les médecins généralistes ont reçu du système de soins de santé NHS un avertissement urgent relatant que les soins intensifs au Royaume-Uni avaient reçu ces dernières semaines des enfants présentant des symptômes inhabituels. Une partie d’entre eux a été testée positive au coronavirus mais pas tous.


    Bien que le nombre d’enfants touchés par ces symptômes soit faible, le NHS appelle à la vigilance. Les experts examinent si l’affection est liée au coronavirus ou si elle est causée par une autre infection encore non identifiée.
    Les enfants présentent des symptômes semblables au syndrome de choc toxique avec notamment une fièvre élevée, une pression artérielle basse, une éruption cutanée et des difficultés respiratoires.

    Certains enfants souffraient également de maux gastrointestinaux (vomissement, douleur abdominale, diarrhée), d’une inflammation des muscles cardiaques et d’une numération sanguine inhabituelle. Selon les experts, ces symptômes sont le signe que le corps combat une infection.

     

    Les enfants présentant ces symptômes nécessitent des soins urgents, avertit le NHS.

    Source article complet clic ici

     

  • Des sentiers propres pour l'été ? Un blogueur lutte contre les déchets !!!

    Lien permanent

    Trekking et Voyage • Inspiration rando, voyage & outdoor

     

    SENTIERS PROPRES 
    En cette période de confinement, nombreuses sont les personnes à se balader dans leur région. La nature fait en effet un bien fou et redécouvrir les alentours est passionnant... Malheureusement j'ai dernièrement constaté de nombreux déchets sur les sentiers...  Ça me révolte et j'en ai marre de me sentir impuissant ! 
    J'ai donc décidé d'agir avec les moyens que j'ai tout simplement en relançant une campagne de sensibilisation et d'action (la première avait eu lieu en 2017 : https://www.trekkingetvoyage.com/mobilisation-sentiers-pro…/) afin de nettoyer nos sentiers pour l'été 
    Mais tout seul, je n'y arriverai pas, J'AI BESOIN DE TOI !
    Je t'invite donc à prévoir un sac poubelle et une paire de gants la prochaine fois que tu iras te balader. Si malheureusement tu tombes sur des déchets, ramasse ce que tu peux et fais une petite photo que tu m'enverras.
     Attention : il reste important de respecter les mesures de confinement en vigueur (pas de rassemblement, distanciation) et de prendre soin de bien se protéger (gants, masques) avant de ramasser quoi que ce soit ! Note aussi que cette campagne n'incite pas à sortir de chez soi mais plutôt d'anticiper un ramassage en cas de déchet pendant une balade près de chez soi ! En tout cas pendant la période de confinement.
     Certaines administrations communales distribuent des sacs poubelles gratuitement et acceptent même de récupérer les sacs remplis de déchets ramassés en balade (sinon une poubelle publique si elle n'est pas déjà remplie) ! 
     Je m'engage de mon côté à :
    - faire pareil lorsque je me balade près de chez moi,
    - t'envoyer un petit cadeau via mes partenaires (surprise) pour te remercier (sur le territoire belge),
    - tenir une carte des déchets ramassés pour avoir une idée du boulot effectué.
    ENSEMBLE je suis persuadé que nous pouvons rendre à la nature son plus bel appareil grâce à cette action simple et concrète Je compte sur toi pour PARTAGER le message et surtout, jouer le jeu !
     N'OUBLIE PAS D'ENVOYER TA PHOTO ici ou sur maxime@trekkingetvoyage.com
    Et si tu représentes un organisme touristique, une marque, une agence ou une société belge sensible à la nature et qui a envie de faire partie du projet en offrant quelques goodies, n'hésite pas à me contacter !

    Info de Trekking et Voyage • Inspiration rando, voyage & outdoor

    Un blogueur hutois lutte contre les déchets !!!

    Article et rédaction dans le Journal La Meuse de Huy Waremme par Ro.Ma.

     

    Avec le confinement, le nombre de promeneurs sur nos sentiers a augmenté. Ce qui entraîne à certains endroits une accumulation de déchets !


    Le blogueur hutois Maxime Alexandre, spécialisé dans les vidéos de randonnée, est inquiet face à l’état actuel de nos forêts. Il a publié une vidéo pour sensibiliser les promeneurs et propose une campagne « sentiers propres » : il appelle les marcheurs à se munir d’un sac et de gants pour ramasser les déchets trouvés lors des promenades.

    « J’ai décidé de me servir de la puissance des réseaux sociaux pour tenter une petite action citoyenne, un appel à la mobilisation », explique le Hutois qui compte plus de 30.000 « j’aime » sur sa page Facebook « Trekking et Voyage. Inspiration rando, voyage & outdoor ».

    « Si tout le monde ramasse des déchets, on pourra vraiment rendre les sentiers plus propres pour l’été », espère le randonneur.


    Des cadeaux et une carte


    Maxime Alexandre demande qu’on lui envoie les photos des déchets trouvés à l’adresse maxime@trekkingetvoyage.com.

    Il réalisera ensuite une carte afin de montrer le travail accompli.

    « Depuis ce dimanche, j’ai déjà reçu quelques photos.

    J’espère que la mayonnaise va prendre ».

    De plus, le blogueur, qui travaille avec des sponsors, va également contacter différents organismes touristiques pour obtenir des cadeaux (des « goodies ») à offrir aux participants, comme des cartes postales, des plans, etc.
    Le randonneur rappelle l’importance des mesures de confinement en vigueur.

    Il préconise l’usage de gants et de masques. « Cette campagne n’incite pas à sortir de chez soi, mais plutôt à anticiper un ramassage de déchets pendant une balade près de chez soi », assure le Hutois.


    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

     

     

  • La commune de Nandrin annonce la distribution de masques aux citoyens de Nandrin

    Lien permanent
     
     
     
    Nandrin  l'annonce sur Facebook 

     Distribution de masques aux citoyens à partir du 7 mai 


    Distribution de 5800 masques en porte-à-porte.


    Via l’achat groupé lancé par la Conférence des élus Meuse-Condroz-Hesbaye, la commune de Nandrin recevra 5.800 masques afin de fournir à chaque citoyen un masque dit « de confort ».


    Il s’agit d’une protection supplémentaire face au coronavirus mais n’empêche nullement le besoin de respecter les mesures barrières.


    Afin d’éviter les déplacements et de respecter les règles de distanciation sociale, la distribution s’effectuera en porte-à-porte.

    Le personnel communal effectuera une tournée de distribution à partir du jeudi 7 mai.

    Chaque ménage recevra une enveloppe contenant la quantité de masque correspondant à sa composition inscrite au registre de la population de Nandrin.

    (pour les enfants en garde alternée, le masque sera fourni dans sa commune de domicile).
    Prenez soin de vous. 

    Nandrin 

     

     

    Lire la suite

  • les parents paniquent en pensant à la reprise des cours le 18 mai 2020 ? les modalités ici !!!

    Lien permanent

    «Non, mes enfants ne retourneront pas à l’école!»: les parents paniquent en pensant à la reprise des cours le 18 mai

    Ce vendredi 24 avril, la première ministre, Sophie Wilmès a annoncé lors d’une conférence de presse la reprise des cours pour le 18 mai prochain, en respectant toute une série de mesures d’hygiène.

    Pour la plupart des parents, cependant, il est hors de question de « risquer la vie » de leurs enfants pour le peu de jours qu’il reste avant la fin de l’année.


    Aurore habite à Courcelles et est maman d’un petit garçon de 10 ans. Elle fait partie du groupe Facebook créé récemment contre la réouverture des écoles en Belgique. Ce groupe rassemble plus de 46.000 personnes. Aurore et tant d’autres parents refusent que leurs enfants reprennent les cours : « Mon fils est asthmatique et le virus s’attaque aux poumons. Je panique à l’idée qu’il retourne à l’école », confiait la Courcelloise avant la conférence de presse de ce vendredi soir.

    Un groupe Facebook créé récemment contre la réouverture des écoles clic ici en Belgique.

     

    Source

     

     

    Lire la suite

  • Le retour en classe n’est pas pour demain ?

    Lien permanent

    Retour à l’école: une prudence extrême est de mise

    Faut-il permettre un retour des enfants à l’école pour « libérer » les parents qui pourraient ainsi reprendre le travail ? Pas question de poser la question dans ces termes-là.
    Ce lundi, une grande réunion se tiendra autour de la ministre de l’Éducation, Caroline Désir. Objectif : écouter les acteurs de terrain (et les acteurs de l’enseignement en général) pour préparer une éventuelle reprise, et déjà la rentrée de septembre. Mais il n’y a aucune décision à attendre pour une éventuelle réouverture des écoles à l’issue de cette réunion.
    Pistes sur la table
    « Il s’agit d’une première réunion d’échanges et tout ne sera pas réglé à la sortie », nous dit-on au cabinet de la ministre. « On a vraiment besoin de temps et de discrétion pour travailler convenablement. »
    Pas de décision à attendre ce lundi, mais plusieurs pistes, remontées du terrain, seront examinées. Par exemple, il a été évoqué un retour en classe des rhétos, qui pourraient ainsi compléter leur dernière année alors que les cours sont suspendus depuis la mi-mars. « Pour l’instant, on continue à ne pas donner de nouvelles matières », nous précise le porte-parole de la ministre. « Il s’agit toujours de révisions ou d’exercices sur des matières déjà vues. Mais on pourrait quand même donner de nouvelles matières aux rhétos. La question sera sur la table. Ces matières pourraient être données en virtuel pendant le confinement, puis en classe ensuite. »

    Autres propositions à examiner : rouvrir à de petits groupes d’élèves. Ou seulement des demi-journées, ou quelques heures par jour. Les directions d’écoles ont des idées, qu’elles font remonter vers la ministre. « En fait », précise-t-on chez la ministre Désir, « il ne faut pas s’imaginer qu’on va rouvrir l’école comme avant. Il n’y aura pas tout le monde dans les classes, il n’y aura pas tout le monde à la cantine ou dans la cour de récréation. » Et puis se posent une foule de questions, comme la distanciation sociale (difficile à mettre en œuvre avec les plus petits), le port de masques, l’utilisation de gel hydroalcoolique…
    Le porte-parole nous rappelle que la décision de déconfinement sera prise par le Conseil national de sécurité. « Mais toutes les précautions de sécurité doivent être prises pour les enseignants et les élèves. »
    On le sait, il y a des pressions, notamment du monde économique, pour qu’on rouvre aussi les écoles afin de permettre aux parents de retourner travailler. Chez la ministre, on se veut très clair : « L’école, c’est un lieu pédagogique, pas une garderie pour que les gens puissent retourner travailler. L’argument économique ne doit pas entrer en ligne de compte. »
    L’enseignement obligatoire en Belgique francophone, ce sont 900.000 élèves et 100.000 profs. S’ils reprennent le chemin de l’école, ce sera très progressivement. Et pas tout de suite.

     

    Rédaction de l'article Benoît Jacquemart

    Source

     

  • Le RES TEMPLIERS-NANDRIN recherche des joueurs , vidéo des installations ici

    Lien permanent

    Le RES TEMPLIERS-NANDRIN recherche des joueurs pour étoffer tous leurs noyaux, de U6 à U21 (2015 à 2000.) 

    Jetez un oeil aux installations via ce lien et n'hésitez pas à nous contacter : https://www.youtube.com/watch?v=7nj9kWxU2J0

    Des places en tant que Formateur(trice) sont également disponibles !
    Label 2

    Classé 14ème au Ranking Provincial.