0800 14 689 Coronavirus - Page 2

  • Depuis la semaine dernière, le curé de l’unité pastorale Fernand Nguyen a été placé sous oxygène après avoir contracté le Covid-19.

    Lien permanent

    Le prêtre d’Amay Fernand Nguyen a dû être remplacé: il a contracté le Covid

    Depuis plusieurs semaines, la Belgique fait face à une hausse de décès liés à l’épidémie du coronavirus. Si les réceptions après les funérailles sont interdites, conformément aux mesures gouvernementales, les funérailles peuvent quant à elles être célébrées dans les églises, mais toujours dans le respect de la distanciation sociale avec un maximum de 15 personnes.

    Les curés et prêtres travaillent sans relâche pour que les célébrations puissent avoir lieu. Cependant, le prêtre de l’unité pastorale d’Amay, Fernand Nguyen est tombé malade après avoir contracté le Covid-19.

    Alité depuis une semaine, à son domicile et placé sous oxygène, le curé, âgé de 67 ans, devrait être absent pour plusieurs semaines.

    Seul hic… Il est le seul curé de l’unité pastorale pour la commune (l’église d’Amay, Jehay, Ampsin).

    Une situation compliquée puisque de moins en moins de prêtres sont ordonnés chaque année dans notre pays. Le nombre de prêtres a baissé de manière continue et aujourd’hui, entre 3 et 8 prêtres entrent en fonction chaque année.

    Ce manque de renouvellement du personnel ecclésiastique entraîne plusieurs problèmes organisationnels pour les prêtres.

    Christian Moyse en renfort

    « Les pompes funèbres sont débordées et ce n’est pas toujours évident de retrouver quelqu’un.

    Mais nous avons la grande chance d’avoir pu trouver le soutien d’un célébrant de funérailles laïques dans l’unité pastorale, Christian Moyse qui termine son stage à l’unité pastorale de Huy.

    Il est Amaytois et il a célébré sa première absoute il y a peu. Il devait normalement venir ces moments-ci pour se répartir les funérailles avec Fernand Nguyen.

    Mais au vu de l’absence du prêtre Nguyen, Christian Moyse s’occupera de l’ensemble des funérailles », nous indique Jean-Louis Matagne, modérateur de l’unité pastorale.

    Depuis le 2 novembre, plus aucune cérémonie religieuse ne peut avoir lieu.

    Cependant, les églises restent ouvertes pour y prier, s’y recueillir ou y allumer une bougie.

    La Collégiale d’Amay sera bientôt accessible le mercredi et le dimanche de 15h à 17h ainsi que le samedi de 10h à 13h.

    L’église d’Ampsin est quant à elle ouverte le samedi de 15h à 17h.

    « Nous envisageons d’ouvrir ces deux églises pour répondre aux souhaits des gens qui viennent y faire une pause, par petit groupe de 4 personnes. Nous avons réussi à obtenir la collaboration de quelques volontaires qui vont permettre l’ouverture quelques heures par semaine », poursuite Jean-Louis Matagne.

    Article de par 

    Par Amélie Dubois

    Journaliste à La Meuse Huy-Waremme
     
  • Une lettre ouverte circule sur les réseaux sociaux. Alisée (13 ans), demande de mettre fin à l’école en présentiel.

    Lien permanent

    L’école en présentiel restera la priorité !  

    Dans une lettre, des élèves prônent l’hybridation par peur d’être contagieux, mais les experts rassurent

    Une lettre ouverte circule sur les réseaux sociaux.
     
    Son émettrice, Alisée (13 ans), demande de mettre fin à l’école en présentiel. Une demande qui va à l’encontre de l’avis des experts et des décisions politiques.
     
    Explications.  

     

    Alisée a 13 ans et vit à Bruxelles.
     
    Mercredi soir, elle a envoyé une lettre à plusieurs responsables politiques, dont la ministre de l’Éducation Caroline Désir.
     
    L’objectif ?
     
    Demander de mettre fin à l’enseignement en présentiel pour tous les élèves.
     
    En contrepartie, un enseignement hybride devrait selon elle être mis en place : « Tous les cours devraient être organisés en distanciel et les enfants ne pouvant pas rester chez eux pourraient assister aux cours en présentiel en nombre limité », peut-on lire dans la lettre.
     
    Ce qui l’a motivée, c’est la crainte d’être contagieuse pour ses proches.
     
    « Mon papa a 61 ans et des amis ont des parents qui ont des problèmes pulmonaires », nous explique-t-elle.
     
    « La solution proposée permet à ceux-là de suivre leurs cours à distance mais ceux qui ont besoin d’aller à l’école pourraient y aller. »
     
    Que ce soit du côté des politiques ou des experts, l’idée d’élargir l’enseignement à distance ne séduit pas, mais alors là, pas du tout.
     
    Depuis le début de la crise, une task force pédiatrique s’est constituée avec comme but de s’assurer que les enfants soient bien pris en considération dans cette crise.
     
    La pédopsychiatre Delphine Jacobs en fait partie et se montre tout de suite rassurante : « Les enfants ont moins de risque d’être infectés et quand ils le sont, ils ont moins de risque d’être malades.
     
    Il y a également moins de risque qu’ils le transmettent à un adulte. »
     
    Il semblerait en réalité que ce soit à partir de 15 ans qu’un adolescent se rapprocherait le plus du risque présenté par les adultes.
     
    « C’est pourquoi il a été décidé de maintenir le présentiel jusqu’en 2 e secondaire, soit jusqu’à 14 ans », précise-t-elle.
     
    Ensuite, pour Delphine Jacobs, il était important de trouver une formule qui tienne compte de l’épidémie, mais aussi des réalités de chacun.
     
    « Il y a des élèves qui aiment être à la maison et qui ne font certainement pas ça trop mal.
     
    Mais l’enseignement à distance présente des risques. » Au niveau des apprentissages, « des études montrent qu’en moyenne, les enfants n’apprennent rien à distance », affirme la spécialiste.
     
    « En Flandre, après le premier confinement (lors duquel des nouvelles matières avaient dû être enseignées contrairement à la Wallonie, NdlR), une étude a montré qu’il y avait, dans de très bonnes écoles, un retard de six mois ! »
     
    Angoisses et démotivation
     
    Delphine Jacobs regorge ensuite d’exemples de risques au niveau psychosocial : violences intrafamiliales en hausse, harcèlement sur le Web, usages compulsifs d’internet, angoisses, perte de motivation… « Cela fait un siècle que l’enseignement est obligatoire et ce n’est pas pour rien », ajoute-t-elle.
     
    « C’est le principal outil dont on dispose pour diminuer les inégalités entre les enfants.
     
    Et on voit déjà qu’avec le coronavirus, les inégalités augmentent.
     
    Et cela est notamment dû aux écoles qui ont dû fermer… » La task force pédiatrique espère d’ailleurs que l’école reviendra en présentiel à 100 % dès que possible.
     
    La solution hybride proposée dans la lettre ouverte voulait répondre à cet objectif.
     
    Mais d’après quelques échos récoltés auprès du terrain, ce serait très compliqué voire impossible à mettre en place.
     
    Article de Par SABRINA BERHIN 
     
     
  • Non, le RailPass ne sera pas suspendu !!!

    Lien permanent

    TRAJETS GRATUITS EN TRAIN PENDANT LE CONFINEMENT
     
    Le « Hello Belgium RailPass » faisait partie des mesures annoncées pour relancer le tourisme et l’économie.
     
    Avec le confinement, la question de sa suspension peut se poser. Le bourgmestre d’Ostende, Bart Tommelein, a d’ailleurs appelé à le suspendre pour éviter les foules.
     
    Ce 11 novembre, 4.500 voyageurs se sont rendus en train à Ostende.
     
    Une affluence « tout à faire normale » pour la SNCB qui rappelle que la situation n’avait rien de comparable avec la situation de l’été.
     
     
    Pour le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, faire un lien entre le RailPass et l’affluence est un « mauvais procès à l’encontre du train et du Hello Belgium Rail Pass », indique son porte-parole, Benoît Ramacker.
     
    « Le ministre est étonné de la demande du bourgmestre.
     
    La situation était maîtrisée dans les trains et il n’y a pas eu d’affluence extraordinaire voire problématique.
     
    Il revient bien évidemment à chaque voyageur de se comporter de manière responsable, dans le train et à destination, selon les règles liées à la situation sanitaire. »
     
    Il n’est donc pas question de suspendre le RailPass à l’heure actuelle.
     
    Et ce, même s’il ne remplit plus sa mission de soutien du secteur touristique ou de l’économie vu les fermetures imposées par le confinement.
     
    « Il faut de tout », souligne son porte-parole.
     
    « Ici, le RailPass est un réel soutien pour les Belges.
     
    Certains vivent dans des situations plus précaires, en appartement et sans jardin. C’est peut-être ce RailPass qui leur permettra de s’évader. »
     
    Des activités en plein air
     
    Le confinement actuel n’est en effet pas le même que celui de mars puisque les déplacements sont toujours autorisés.
     
    « Il n’y a pas d’interdiction de déplacement et on encourage même les Belges à faire des activités en plein air », commente-t-il.
     
    « Aller se promener, faire du sport, c’est bon pour notre santé et notre bien-être mental.
     
    On les encourage à prendre l’air et c’est donc normal qu’ils aient profité de ces derniers jours pour aller à la côte mais aussi en Ardenne ou ailleurs… »
     
    Il rappelle également que le ministre estime que la mesure du RailPass est un « vrai succès » et qu’elle démontre que « les gens ont envie de prendre le train ».
     
    Article de par SA.B.
     
     

  • Comité de concertation aujourd'hui 13 / 11 /20 Les mesures actuelles sont maintenues !!! infos Crisiscentrum / Centre de Crise !!!

    Lien permanent

    Un Comité de concertation s’est réuni ce vendredi: les mesures actuelles sont maintenues

    Un Comité de Concertation s’est réuni, virtuellement à 14h. Comme cela était pressenti, il a été décidé de maintenir les règles en vigueur.

    Toutes les infos clic ici 

     
    Le gouvernement fédéral et les exécutifs des entités fédérées ont discuté aujourd’hui en Comité de concertation de la situation épidémiologique.
    Malgré de légères améliorations, la situation reste particulièrement grave et le Comité de concertation a décidé de maintenir les règles en vigueur.
     
    Le Comité de concertation a constaté que notre pays se trouve toujours en situation d’urgence sanitaire.
     
    Si le nombre de contaminations est en légère baisse, le virus demeure largement répandu, affichant une incidence cumulée en 14 jours de 1.232 contaminations confirmées par 100.000 habitants par jour (chiffres du 12 novembre).
     
    La situation dans les hôpitaux est contrastée.
     
    Alors que le nombre de nouvelles hospitalisations recule légèrement comme le nombre total de patients hospitalisés, le nombre de patients COVID aux soins intensifs se situe sur un plateau depuis la semaine dernière.
     
    Le nombre de décès dus au COVID-19 augmente toujours avec une moyenne de 200 décès par jour la semaine dernière.
     
    Les extrapolations de l’incidence et des hospitalisations indiquent que dans les deux semaines à venir, toutes les provinces se trouveront toujours en phase 4 d’alerte COVID.
     
    Compte tenu de la réouverture des écoles ce lundi 16 novembre, une extrême prudence reste de mise et le Comité de concertation a décidé de maintenir les mesures en vigueur actuellement.
     
    Le prochain Comité de concertation est fixé au vendredi 27 novembre.

     

  • Nombre de cas Covid-19 Condroz, Nandrin, mise à jour aujourd'hui 13 Novembre 2020!!!

    Lien permanent

    Dans certaines communes, plus d’une personne sur dix a été infectée par le coronavirus depuis le début de l’épidémie.

    En Belgique, le nombre de nouvelles contaminations recule encore, selon les chiffres publiés par Sciensano ce vendredi. En moyenne, du 3 au 9 novembre, il y avait 6.877 nouveaux cas soit une baisse de moitié par rapport aux 7 jours précédents.

    Depuis le début de la pandémie, 520.393 personnes ont donc été contaminées dans notre pays. Un chiffre impressionnant qui rappelle que personne n’a été épargné. Mais certaines communes ont été touchées plus que d’autres…

     

    Article Complet clic ici 

     

     

    Nandrin en %

    13 nov pour cent .jpg

     

    13 nov.jpg

    13 nov condroz .jpg

    Source 

     Source: Sciensano Récupérer les données 

  • Voir ou revoir conférence de presse (Covid-19) le SPF Santé Publique aujourd'hui vendredi 13/11/2020

    Lien permanent

    Un nouveau Comité de concertation a lieu ce vendredi à 14h heures: voici ce à quoi il faut s’attendre

    Si les politiques aimeraient des mesures adaptées pour les fêtes, les virologues préfèrent faire preuve de prudence. À quoi faut-il donc s’attendre à l’issue de ce Comité de concertation ?

    Article complet Clic ici 

     

    Revoir les conférences de presse

    https://news.belgium.be/fr/corona

    Vidéo https://youtu.be/5VdrRK6XfJU

    Les orateurs:

    - Antoine Iseux (FR) - Centre de Crise National - Steven van Gucht (NL) - interfederaal woordvoerder - Yves Van Laethem (FR) - porte-parole interfédéral - Yves Stevens (NL) - Centre de crise National

  • Aperçu des mesures frontalières en province de Liège avec l'Allemagne et les Pays-Bas

    Lien permanent

    Puis-je voyager dans l'euregio Meuse-Rhin ?

    Aperçu des mesures frontalières en province de Liège avec l'Allemagne et les Pays-Bas

    Le bureau Euregio Meuse-Rhin de la province de Liège a synthétisé les mesures covid liées aux frontières dans l'Euregio Meuse-Rhin, c'est-à-dire entre la province de Liège, la Rhénanie Nord Westphalie en Allemagne et le Limbourg aux Pays-Bas.

    Consultez les mesures via ce lien

    infos clic ici.pdf

     

     

     

    Source Clic ici 

    http://gouverneur.provincedeliege.be/

  • Rentrée scolaire en code rouge: voici tout ce qui change!

    Lien permanent

    Outre le port du masque obligatoire pour le personnel et les enfants de plus de 12 ans, on y insiste notamment sur l’aération des locaux et l’importance de favoriser le sport en plein air (pour le maternel et le primaire) pour limiter les risques.

    En maternel et en primaire. En maternel, les cantines peuvent fonctionner. En primaire, les élèves doivent apporter leur repas. Ils doivent manger avec leur groupe-classe et si les repas sont pris dans le réfectoire commun, les groupes-classes doivent être maintenus avec une distance suffisante.

    Toutes les activités extra-muros (excursions d’une journée, excursions de plusieurs jours, etc.) sont suspendues.

     
     

    Si les enfants utilisent des jeux d’extérieur, pendant les récrés par exemple, ils doivent se laver les mains avant et après avoir joué. Ils peuvent avoir cours de sport, de préférence en extérieur.

    Les internats peuvent poursuivre leur activité, et, c’est important, en cas de fermeture d’une classe ou d’une école en raison d’un nombre de membres du personnel sous certificat médical ou de quarantaine rendant impossible la poursuite des activités pédagogiques, une solution de garde doit être fournie au moins pour les élèves « dont les parents travaillent dans un secteur dont l’activité se poursuit en présentiel et n’ont d’autres solutions de garde ».

    En secondaire, la présence des élèves de 3e, 4e, 5e et des rhétos se fera donc à hauteur de 50 %, et de 100 % pour les élèves de 1re et de 2e secondaire. L’école peut choisir sa formule : présence une semaine sur deux ou 2 à 3 jours par semaine pour les mi-temps.

    Pour eux, les repas sont pris avec les membres du groupe classe, et dans la classe. Autre changement : ce sont les profs qui changent de classe pour dispenser les cours, tandis que les élèves ont autant que possible cours dans un local de classe fixe et à une place fixe au sein de celle-ci. Et ce, afin de limiter les déplacements et les flux de personnes.

    Les cours de sport sont quant à eux suspendus et « peuvent être remplacés par des activités éducatives en classe avec l’enseignant d’éducation physique ».

     

     

    Article de LAURENCE PIRET

     

    Article complet Source Sudinfo clic ici 

  • La rentrée scolaire, Le grand baromètre !!!

    Lien permanent

    Si les chiffres tendent donc à baisser, les experts et le monde médical scruteront particulièrement les chiffres du Covid à partir ce lundi, et dans les deux, trois semaines qui suivront.
     
    En effet, ce 16 novembre, les élèves du maternel, du primaire et du 1 er degré secondaire feront leur rentrée en présentiel et, même si cette rentrée se fait « en code rouge » (voir par ailleurs), tout le monde s’accorde à dire qu’il y aura inévitablement un effet « rentrée » dans les chiffres du Covid.
     
    « Tout l’intérêt est de savoir quel sera cet effet », insiste Yves Van Laethem.
     
    « Je ne pense pas qu’il sera nul, mais je pense qu’il sera mineur car on a pris un maximum de précautions avec la fermeture des hautes écoles et des universités.
     
    On va vérifier si l’impact sur les courbes est effectivement peu important et ne dépasse pas les bienfaits psychologiques et pédagogiques de la présence des enfants à l’école.
     
    On va aussi avoir des parents qui reprennent leur boulot en présentiel lorsque celui-ci n’est pas possible en télétravail.
     
    Donc il faudra être attentifs et prudents pour les semaines qui viennent ».
     
    Et pouvoir réagir vite, le cas échéant, si les chiffres se remettaient à s’emballer comme en octobre.
     
    Article de  L.P.
     
     

  • Nombre de cas Covid-19 Condroz, Nandrin, mise à jour aujourd'hui 12 Novembre 2020!!!

    Lien permanent

    Vingt-quatre patients ont été transférés d’un hôpital à l’autre lundi, faute de place dans leur établissement. Cela porte le nombre total de transferts à 1.068, selon les données de Sciensano diffusées jeudi.

    En moyenne, 198 personnes sont décédées chaque jour entre le 2 et le 8 novembre à cause d’une infection au coronavirus. Ce chiffre augmente de 32 % par rapport à la semaine précédente, mais reste autour de la barre des 200 comme au cours des derniers jours. Au total, le Covid-19 a causé la mort de 13.758 personnes en Belgique.

    Le nombre moyen d’infections au coronavirus poursuit sa baisse et reste sous la barre des 8.000 par jour, avec une moyenne de 7.665 cas détectés quotidiennement, contre 7.834 dans le bilan de Sciensano de mercredi. Cela représente une baisse de 46 % par rapport aux sept jours précédents.

    Le nombre de cas baisse de façon similaire dans toutes les provinces, avec des reculs un peu plus prononcés, à -50 % ou davantage, à Bruxelles, ainsi que dans les provinces de Liège et des Brabants flamand et wallon.

    C’est Liège qui enregistre le plus grand nombre de cas par rapport à sa population, avec 2.440 contaminations pour 100.000 habitants confirmées en 14 jours. Le Hainaut suit avec 2.197 cas, sur le même nombre d’habitants et sur la même période.

    Article complet clic ici 

     

    12 nov cart.jpg

    12 nov condroz .jpg

     

    Source 

     Source: Sciensano Récupérer les données 

    12 nov cart.jpg

  • Nombre de cas Covid-19 Condroz, Nandrin, mise à jour aujourd'hui 11 Novembre 2020!!!

    Lien permanent

    Le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de Covid-19 continue de diminuer, de -23 %, et s’établit désormais à 535,9 par jour en moyenne, selon le bilan provisoire de l’Institut de santé publique Sciensano publié mercredi. Le nombre de personnes hospitalisées s’élève à 7.058 (-2 %), dont 1.470 patients traités aux soins intensifs, un total qui recule pour la première fois depuis le mois de septembre.

    Le Covid-19 a également causé la mort de 13.561 personnes en Belgique.

    En moyenne, 190 personnes sont décédées chaque jour entre le 1er novembre et le 7 novembre à cause d’une infection au coronavirus, en hausse de 35 % par rapport à la semaine précédente.

    Quelque 208 décès ont notamment été comptabilisés rien que pour le 6 novembre, un chiffre record pour cette 2e vague.

    Source Sudinfo 

    11 nov carte .jpg

     

    11 nov condroz .jpg

     

    Source 

     Source: Sciensano Récupérer les données 

  • Rentrée confirmée le lundi 16/11 : 100 % à l’école jusqu’en 2 e secondaire, à mi-temps dès la 3 e

    Lien permanent

    ENSEIGNEMENT : DE LA 3 E À LA 7 E SECONDAIRE  

    École à mi-temps sans doute jusqu’à la Noël 

     
     
    Alors que vient de débuter cette seconde semaine, un peu forcée, de congé de Toussaint, la reprise des cours est toujours bien fixée au lundi 16 novembre et il ne devrait y avoir aucune surprise : les enfants rentreront à l’école, dans l’enseignement fondamental et le premier degré du secondaire.
     
    Dès la 3 e secondaire, ce sera « l’hybridation » : cours à mi-temps à l’école, à mi-temps à distance.
     
    Un système qui pourrait perdurer jusqu’au 18 décembre, dernier jour d’école avant les vacances de Noël.  
     
    « Les enfants ne rentrent vraiment pas à l’école cette semaine du 11 novembre ? Même pas en fin de semaine, vous êtes sûr ? »
    La question nous a été posée régulièrement ces derniers jours, les parents se montrant parfois hésitants, suite à des rumeurs, disent-ils.
     
    Cours suspendus
     
    Alors oui, nous sommes sûrs : les cours ne reprendront pas avant lundi prochain, le 16 novembre, dans les écoles de Wallonie et de Bruxelles.
     
    La décision de prolonger jusqu’au 11 novembre avait été prise par la ministre de l’Éducation, Caroline Désir, après consultation des acteurs de l’enseignement.
     
    La suspension des cours ces jeudis 12 et vendredi 13 novembre était cette fois venue du Comité de concertation.
     
    On parle de cours suspendus, pas d’écoles fermées, puisque des garderies seront organisées et que les enseignants seront à la disposition de leur pouvoir organisateur pour préparer la rentrée, surtout dès la 3 e secondaire, puisque l’organisation de « l’hybridation » est laissée au libre choix du pouvoir organisateur.
     
     
    Cent pour cent des élèves sont donc bien attendus à l’école le 16 novembre, des maternelles à la 2 e secondaire.
    Enseignement hybride, moitié à l’école, moitié à distance, à partir de la 3 e secondaire.
     
    Cet enseignement hybride devait, au départ, être de circonstance entre le 16 novembre et le 1 er décembre, date d’une évaluation. Dans les écoles francophones, il pourrait être poursuivi deux semaines de plus, jusqu’aux vacances de Noël qui démarreront le soir du vendredi 18 décembre.
     
    En fait, les autorités se trouvent face à une demande des acteurs de l’enseignement qui souhaiteraient un peu de stabilité.
     
    À noter que la Flandre a suivi, ce lundi, l’exemple francophone. Le ministre Ben Weyts regrettait la décision de faire suivre partiellement un enseignement à distance pour une partie du secondaire.
     
    Mais au cours d’une réunion de concertation lundi après-midi, virologues, syndicats et le cabinet du ministre ont finalement décidé de s’en tenir à la position du comité de concertation.
     
    Peur de rentrer
     
    Et du côté syndical ?
     
    « Une minorité d’enseignants a peur de rentrer lundi », précise Joseph Thonon (CGSP-Enseignement).
     
    La majorité est prête à rentrer, même s’il reste des inquiétudes sur le plan sanitaire et on n’exclut d’ailleurs pas de faire intervenir l’Inspection ; aussi sur la manière dont vont se dérouler les cours à distance.
     
    Nous avons demandé à adoucir autant que possible la charge de cours, nous ne souhaitons pas que les enseignants fassent deux fois le boulot. »
     
    Article de DIDIER SWYSEN
     

  • Voir ou revoir conférence de presse (Covid-19) SPF Santé Publique 11/11/2020

    Lien permanent

    le nombre de patients en soins intensifs en baisse pour la première fois depuis septembre

    Le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de Covid-19 continue de diminuer, de -23 %, et s’établit désormais à 535,9 par jour en moyenne, selon le bilan provisoire de l’Institut de santé publique Sciensano publié mercredi.

    Le nombre de personnes hospitalisées s’élève à 7.058 (-2 %), dont 1.470 patients traités aux soins intensifs, un total qui recule pour la première fois depuis le mois de septembre.

    Le Covid-19 a également causé la mort de 13.561 personnes en Belgique.

    En moyenne, 190 personnes sont décédées chaque jour entre le 1er novembre et le 7 novembre à cause d’une infection au coronavirus, en hausse de 35% par rapport à la semaine précédente.

    Quelque 208 décès ont notamment été comptabilisés rien que pour le 6 novembre, un chiffre record pour cette 2e vague.

    On va à nouveau tester les asymptomatiques clic ici !!!

    Article Complet Sudinfo clic ici 

  • Boulangerie Michaux Villers le Temple annonce les délicieux petits Bonhommes réalisés par votre artisan boulanger

    Lien permanent
     
     
    Ils sont là, les délicieux petits Bonhommes réalisés par votre artisan boulanger, un régal avec un bon chocolat chaud !
     
     
    Boulangerie Tartes de Campagne
     
     
    2 Rue de la Tourette
    4550 VILLERS-LE-TEMPLE
    085512565
     
     

     

  • On va à nouveau tester les asymptomatiques !!!

    Lien permanent

    Yves Van Laethem a confirmé ce lundi matin que les personnes asymptomatiques allaient à nouveau être testées dans les prochains jours.
     
    Un pas en avant, un pas en arrière, un pas en avant !
     
     
    Souvenez-vous...
     
     
    Pour alléger la pression sur les centres de tests et les labos, les ministres de la Santé avaient, en compagnie du commissaire coronavirus Pedro Facon, décidé le 19 octobre dernier de revoir la stratégie de dépistage et de ne plus tester les personnes asymptomatiques.
     
    Mais pouvait-on vraiment parler de « stratégie » puisque ce changement n’était pas voulu mais subi.
     
     
    Une décision actée jusqu’à la mi-novembre et qui va donc évoluer dans les prochains jours.
     
    100.000 tests par jour
     
    Lors de la conférence de presse du Centre de crise ce lundi, Yves Van Laethem a en effet confirmé que les personnes asymptomatiques allaient à nouveau bientôt pouvoir être testées : « C’est le but, courant novembre, de pouvoir à nouveau étendre la stratégie de testing à des personnes qui ne peuvent plus le faire actuellement car le système était embouteillé », a-t-il confirmé.
     
     
    Il n’y a pas de date précise, mais cela devrait se faire dans la seconde moitié du mois de novembre lorsque la plateforme qui doit aider les laboratoires cliniques sera mise en place, « pour étendre le nombre de plus de 100.000 par jour ».
     
     
    Les personnes qui auraient dû être testées, comme celles ayant eu des contacts à hauts risques, mais qui ne l’étaient plus vu l’engorgement, devraient à nouveau être en mesure de bénéficier de cet indispensable dépistage.
    « Fondamental »
     
    « C’est fondamental dans la phase qui nous attend, lorsque le nombre de cas va diminuer, pour isoler les nouveaux cas », a conclu Yves Van Laethem.
     

  • Pour la deuxième vague, le Gouvernement wallon a prévu une nouvelle aide, Facture d’eau : plus de 70.000 foyers ont obtenu une réduction !!!

    Lien permanent

    Pour la deuxième vague, le Gouvernement  wallon a prévu une nouvelle aide de 40 €  

     

    En Wallonie,clic ici  les personnes touchées par le chômage temporaire peuvent obtenir cette ristourne sur l’eau

     

    Intercommunale de Distribution d'Eau Nandrin IDEN clic ici  annonce 40 euros de réduction sur votre facture d’eau

     

    Vous avez été touché par le chômage temporaire à cause du coronavirus ? Saviez-vous que vous pouvez obtenir une réduction de 40 € sur votre facture d’eau. Plus de 70.000 foyers l’ont déjà demandé  

     

    En avril dernier, alors que l’Europe était frappée par le premier confinement, le Gouvernement wallon mettait en place une série de mesures pour aider les ménages touchés par la crise du coronavirus.
     
    Et concrètement, en matière de distribution d’eau courante, les coupures devenaient interdites et une réduction forfaitaire de 40 euros était accordée à tous les travailleurs concernés par le chômage temporaire.
     
    Ce « geste » sur la facture, des dizaines de milliers de ménages, dont un membre a dû avoir recours au fameux chômage temporaire coronavirus, peuvent en bénéficier. Et il est encore possible de demander cette intervention jusqu’au 30 novembre !
     
    Or, au 1 er novembre, du côté de la Société wallonne des eaux – la SWDE –, qui couvre 200 communes, on a comptabilisé 82.382 demandes, dont 58.289 ont été acceptées, pour un total de 2.331.560 € d’interventions.
     
    « Les demandes refusées n’étaient pas accompagnées du document certifiant la situation de chômage économique », nous explique Benoît Moulin, responsable de la communication à la SWDE.
     
    Du côté de la Compagnie intercommunale liégeoise des eaux, la Cile, on nous précisait ce lundi qu’approximativement 16.000 demandes avaient été introduites et 12.000 avaient été acceptées.
     
    Au total, sur ces deux acteurs majeurs de la distribution d’eau en Wallonie, c’est donc 70.000 foyers qui auront obtenu cette réduction forfaitaire de 40 €. Et à ce nombre, il faut ajouter tous les foyers raccordés chez d’autres distributeurs comme l’inBW, l’AIEC ou encore l’Inasep.
     
    2 e vague de réductions
     
    Notons que les travailleurs qui seront à nouveau touchés par du chômage temporaire avec cette deuxième vague pourront de nouveau obtenir une aide de 40 euros.
     
    « Vu le risque de chômage temporaire lié au rebond de l’épidémie, une nouvelle aide de 40 euros pourra être introduite auprès de son distributeur pour toute période de chômage temporaire total ou partiel entre le 1 er novembre et le 30 mai 2021 », a ainsi indiqué dans un communiqué le Gouvernement wallon le 21 octobre dernier. « La SPGE poursuivra sa mission auprès des distributeurs d’eau pour coordonner cette aide, dans le cadre de l’enveloppe prévue initialement de 10 millions d’euros. »
     
    Du côté de la Cile, on nous confirme que les demandes d’interventions pour cette deuxième vague pourront bientôt être envoyées.
     
    « Comme les personnes peuvent encore introduire une demande pour la première vague, jusqu’au 30 novembre, nous attendons afin que cela ne se superpose pas et ne génère pas d’erreurs », nous explique Colette Bawin, responsable communication à la Cile.
     
    « Normalement, on ouvrira la possibilité de demander cette nouvelle intervention début décembre. »
    Comment ça marche ?
     
    Vous êtes ou avez été concerné par le chômage temporaire en raison du coronavirus et vous souhaitez obtenir ces 40 € de ristourne ? Il suffit de remplir le formulaire disponible sur le site web du distributeur qui couvre votre commune. Vous devrez y inscrire différentes données, dont votre numéro de client.
     
    Et vous devez y joindre l’attestation nominative qui vous a été envoyée par votre organisme payeur (Syndicat ou Capac). Après vérification, les 40 € seront déduits de votre prochaine facture.
     
    Article de GUILLAUME BARKHUYSEN
     
     
  • Nombre de cas Covid-19 Condroz, Nandrin, mise à jour aujourd'hui 10 Novembre 2020!!!

    Lien permanent

     

    Le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de Covid-19 continue de diminuer, de -14 %, et s’établit désormais à 574 par jour en moyenne, entre le 31 octobre et le 6 novembre. Le nombre de personnes hospitalisées s’élève à 7.217 (+4 %), dont 1.474 patients traités aux soins intensifs.

    Le Covid-19 a également causé la mort de 13.055 personnes en Belgique. En moyenne, 179 personnes sont décédées chaque jour à cause d’une infection au coronavirus, en hausse de 39 % par rapport à la semaine précédente.

    Article Complet Sudinfo avec carte clic ici 

    10 nov carte .jpg

    10 nov condroz.jpg

     

    Source 

     Source: Sciensano Récupérer les données 

  • Office et Maison du Tourisme Maison du Tourisme Terres-de-Meuse l' accueil est fermé

    Lien permanent
     
     
    Suite à la confirmation du Centre de crise, et sur base d’une communication du Cabinet de Madame la Ministre du Tourisme Valérie De Bue,
     
    tous les bureaux d’accueil des Maisons du Tourisme, des Offices communaux du Tourisme et des Syndicats d’Initiative doivent être fermés jusqu’à nouvel ordre.
     
     
    Vous pouvez cependant nous contacter :
     
     
     
    Par téléphone au 085/21 29 15, du lundi au vendredi de 9h à 16h.
     
     
    Retrouvez nos brochures et dépliants sur :
     nos sites Web « www.terres-de-meuse be »
     
     
     
    Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution de la situation de notre bureau d’accueil.
    Prenez soin de vous, L’équipe du tourisme Huy.
     
     

     

  • 5.000 élèves étaient en quarantaine fin octobre

    Lien permanent

    Julien Nicaise : « Il faut éviter les décrochages scolaires »

    Cours de récréation silencieuses. Enfants à la maison. Alors que les écoles sont à l’arrêt pour 15 jours, le nouvel administrateur général de Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE), le Liégeois Julien Nicaise, prend le temps de répondre à nos questions. Il a officiellement pris ses fonctions quelques heures avant l’arrivée de la crise du coronavirus.
    Il n’a donc pas vécu un baptême de tout repos.  

     

    « Effectivement », concède-t-il, « j’avais conscience que mes nuits seraient un peu plus courtes.
     
    Toutefois, cette crise a transformé tout cela en un challenge dantesque. »
     
    On ne le sait pas toujours mais vous êtes le premier employeur francophone ?
     
    « 200.000 élèves et 30.000 personnes (enseignants, personnel administratif, ouvriers...). On est le premier employeur au sud du pays. Et aussi... 400.000 parents. »
     
    Vous avez dû gérer les absences avec cette crise ?
     
    « À tous les niveaux, chacun donne tout. Juste avant les fermetures de la fin du mois d’octobre, il y avait plus de 5.000 élèves en quarantaine et 1.500 membres du personnel absents. »
     
    Comment soutenir les élèves en cette période ?
     
    « Il faut éviter les décrochages, favoriser la remédiation.
     
    L’un de mes combats pour les années à venir est de réduire le nombre de jeunes qui quittent l’enseignement après 10-15 ans sans diplôme et sans qualification.
     
    Pour moi, c’est un échec, pour le jeune aussi. Il s’agit d’un échec sociétal parce que, pendant des années, l’État providence a misé sur lui… »
     
    Quelles solutions ?
     
    « Il faut convaincre les enseignants que le redoublement n’est pas nécessairement la meilleure solution en termes d’apprentissage. »
     
    La réussite est importante ?
     
    « Une réussite scolaire influence fortement la vie.
     
    Moins de chômage, une vie plus longue, moins de problèmes de santé…
     
    Ce n’est pas automatique mais, statistiquement, la détention d’un diplôme va de pair avec une vie socio-économique, a priori, plus facile. »
     
    Pour cela il faut encore améliorer la formation des enseignants ?
     
    « Le métier évolue avec le numérique.
     
    Je veux une formation initiale renforcée.
     
    Il faut un an de plus. Trois ans c’est trop peu. »
     
    Mieux les payer ?
    « Je suis favorable à ce qu’ils soient payés davantage.
     
    Je reconnais qu’il y a déjà eu des augmentations salariales depuis les années 2000. »
     
    Le Covid a redoré l’image des enseignants, paradoxalement ?
     
    « Dans la crise, beaucoup de familles, qui ont dû s’occuper de leur enfant, se sont rendu compte qu’enseigner est un métier. »
     
    Article par  VINCENT LIÉVIN
     
     

     

  • Des patients Covid transférés par le 2e hélico médicalisé de Bra cette semaine

    Lien permanent

    helicovbn.jpg

    Cet hélicoptère médicalisé a été mis en service le dimanche 1er novembre dernier, au départ de la base héliportée du Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne.

    Il est exclusivement affecté aux transferts interhospitaliers de patients Covid-19 organisés durant la pandémie, avec une disponibilité opérationnelle qui s’étend du lundi au vendredi de 9h à 18h.

    Au terme de ces 6 premiers jours de mise en service :

    9 patients ont bénéficié d’un transfert héliporté. Ils ont été dirigés vers des hôpitaux situés en Flandre (Anvers, Louvain) et en Allemagne (Düsseldorf, Münster, Coblence).

     

    17 heures de vol ont été nécessaires pour réaliser ces missions exceptionnelles.

    Cette durée comprenant les temps de déplacement vers l’hôpital demandeur, de transfert du patient vers l’hôpital de destination et de remise en disponibilité du vecteur.

    Pas de facture aux patients

    Le coût des transferts héliportés effectués durant la crise sanitaire est pris en charge par le SPF Santé Publique.

    Il est important de le souligner. Aucune facture n’est adressée aux patients pour ce type de mission.

    À noter également que le CMH, grâce à l’énorme soutien de la population au travers de la carte d’affiliation, a pu proposer au SPF de la Santé un prix à l’heure de vol bien en dessous des coûts réels engagés.

    Cela démontre à nouveau que le CMH n’a pas de vocation commerciale mais est seulement et avant tout animé par un « esprit d’utilité publique ».

    L’hélicoptère est un EC135-T1 appartenant au Secours Aérien Français.

    Il est aménagé d’un intérieur médical adapté au transport de patients avec tout l’équipement médical permettant d’assurer la surveillance intensive de patients fragilisés.

    Le service de transfert et la surveillance médicalisée des patients sont organisés par l’équipe médicale du CMH.

    Une réponse efficace

    Cette solution exceptionnelle de transfert interhospitalier par hélicoptère permet de conserver des capacités d’hospitalisation dans les unités de soins intensifs de notre région et de répondre de manière efficace, professionnelle et rapide aux problématiques consécutives à l’évolution de la pandémie :

    la saturation des capacités de prise en charge hospitalière, notamment au sein des différentes unités de soins intensifs,

    le besoin croissant de transferts de patients des unités de soins intensifs des hôpitaux de Wallonie vers des hôpitaux plus éloignés, notamment en Flandre et en Allemagne.

    la difficulté croissante d’organisation des transferts de patients par la route et la disponibilité des ambulances.

    Mike dispo 24h/24 pour les urgences

    Ce deuxième hélicoptère permet enfin de maintenir l’hélicoptère principal du Centre Médical Héliporté, le SMUH bien connu EC-145 #Mike, avec une disponibilité maximale 24h sur 24 pour sa mission première de secours à la population en aide médicale urgente dans les provinces de Liège, Luxembourg et Namur. Sa présence est d’autant plus importante que la crise actuelle mobilise beaucoup les SMUR des différents hôpitaux de la région et que l’activité est dès lors en forte augmentation. L’équipe du CMH de Bra-sur-Lienne met un point d’honneur à rendre service une fois de plus et à mettre toute son expertise à disposition des autorités fédérales dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent.

    Article complet Sudinfo 

     

  • Nandrin la plus impactée, sur ces 14 derniers jours, 5.702 nouveaux cas ont été détectés dans l’arrondissement de Huy-Waremme

    Lien permanent

    La seconde vague de coronavirus n’épargne malheureusement pas l’arrondissement de Huy-Waremme.

    Sur ces 14 derniers jours, 5.702 nouveaux cas ont été recensés dans les 31 communes. Un total cinq fois supérieur à celui du mois dernier.

    Le 12 octobre, l’arrondissement enregistrait en effet 1.097 nouveaux cas… et le 14 septembre, 107.

    Cependant, l’arrondissement ne fait plus partie des communes avec la plus grande incidence. Aucune localité ne fait partie des dix communes les plus infectées de Belgique. Pour rappel, le 12 octobre, la commune de Tinlot était l’entité la plus impactée du pays avec une incidence de 1.828 nouveaux cas pour 100.000 habitants, suivie par sa voisine condrusienne Ouffet avec une incidence à l’époque de 1.430.

    Comme partout ailleurs, les cas ont encore augmenté dans ces deux localités du Condroz et l’incidence s’est presque multipliée par deux.

    Cependant, ce sont d’autres communes (principalement liégeoises) qui occupent désormais les premières places du triste classement épidémiologique : Pecq (Hainaut), Jalhay, Aubel, Pepinster et Blegny.

     

    Nandrin la plus impactée

    La commune la plus impactée de l’arrondissement est Nandrin avec 222 nouveaux cas, ce qui représente une incidence de 3.856 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

    Quatre autres communes dépassent également le seuil d’incidence de 3.500 : Wasseiges, Villers-le-Bouillet, Modave et Clavier.

    Selon les données de Sciensano, le nombre de nouveaux cas par commune varie entre 576 et 61 : Huy (576), Waremme (479), Amay (460), Wanze (453), Hannut (347), Villers-le-Bouillet (232), Nandrin (222), Saint-Georges-sur-Meuse (216), Remicourt (182), Engis (170), Clavier (169), Modave (160), Marchin (156), Braives (155), Héron (141), Ferrières (138), Verlaine (127), Wasseiges (111), Faimes (110), Crisnée (109), Hamoir (109), Anthisnes (107), Oreye (104), Fexhe-le-Haut-Clocher (94), Burdinne (91), Tinlot (90), Berloz (88), Geer (87), Ouffet (83), Donceel (75) et Lincent (61).

     

    Article de par RO MA 

    Source Sudinfo 

  • LES CHIFFRES MONTRENT UN LÉGER MIEUX MAIS… 173 décès par jour en moyenne

    Lien permanent

    1a covid.jpg

    La Belgique n’est plus le pays d’Europe détenant le plus grand nombre de cas de coronavirus par rapport à sa population.
    Notre pays se trouve désormais en 3 e position, avec un taux d’incidence de 1.333 cas par 100.000 habitants, derrière la République Tchèque (1.551 cas) et le grand-duché de Luxembourg (1.459).
     
    Autre amélioration, le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de Covid-19 diminue de 5 % et s’établit désormais à 618 par jour en moyenne, selon le bilan de Sciensano publié dimanche.
     
    Le nombre de personnes hospitalisées s’élève à 6.893 (- 5 %), dont 1.464 aux soins intensifs.
     
    Le nombre moyen d’infections au coronavirus est passé à 10.512 par jour entre le 29 octobre et le 4 novembre, en baisse de 35 % par rapport à la période de 7 jours précédente.
     
    73.586 nouveaux cas ont été diagnostiqués : 51 % en Wallonie, 38 % en Flandre et 10 % à Bruxelles.
     
    Les provinces de Hainaut et de Liège demeurent les plus touchées.
     
    Le 2 novembre, le nombre d’admissions a franchi la barre des 7.000, avec un pic le 3 novembre, à 7.487.
     
    En moyenne, 173 personnes sont décédées chaque jour à cause du coronavirus, (+ 66 %) par rapport à la semaine précédente.
     
  • Nombre de cas Covid-19 Condroz, Nandrin, mise à jour aujourd'hui 9 Novembre 2020!!!

    Lien permanent

    Le nombre moyen d’infections au coronavirus est passé à 9.487 par jour entre le 30 octobre et le 5 novembre. Cela représente une baisse de 40 % par rapport à la période de sept jours précédente.

    Le nombre de contaminations en Belgique s’élève à 500.789 lundi, contre 494.168 dimanche, depuis le début de l’épidémie.

    Par ailleurs, le nombre d’admissions à l’hôpital pour cause de Covid-19 continue de diminuer, de -9 %, et s’établit désormais à 597 par jour en moyenne, entre le 30 octobre et le 5 novembre.

    Le nombre de personnes hospitalisées s’élève à 6.948 (+1 %), dont 1.469 patients traités aux soins intensifs.

    Le Covid-19 a également causé la mort de 13.055 personnes en Belgique. En moyenne, 179 personnes sont décédées chaque jour à cause d’une infection au coronavirus, en hausse de 55 % par rapport à la semaine précédente.

     

    Article complet clic ici 

     

    9 nov Carte .jpg

    9 nov condroz.jpg

    9 nov bis.jpg

     

    Source 

     Source: Sciensano Récupérer les données 

  • Prendre l'air oui, pas n'importe comment !!! des idées balades ici !!!

    Lien permanent

     

     

     

    bien moins bien.jpg 1.jpg

     

    Bouillon est littéralement pris d’assaut par les touristes.

    Des queues se créent dans les bois. La police interviendra.

    Ce samedi après-midi, une foule impressionnante a eu l’idée de se tourner vers Rochehaut et sa « balade des échelles » pour sortir de son cocon alors que la journée s’avérait radieuse.

    Sans concertation, les voilà dans les bois à se suivre à la queue leu leu.

    Ils auraient voulu faire pire qu’ils n’y seraient pas parvenus.

    Un marcheur s’interroge sur les réseaux sociaux : « On fait la file à chaque échelle !

    Et ce que vous voyez n’est qu’une partie de la file.

    Pratiquement personne pendant la semaine le long de la Semois… Et là… le piège.

    Impossible de faire demi-tour ! »

    Article Complet Clic ici 

     

     

    La mare aux Joncs pleine à craquer à Seraing: «Des comportements irresponsables»

    Ce vendredi, la mare aux Joncs, implantée près du bois de la Vecquée, a véritablement été prise d’assaut à Seraing.

    Fort apprécié des promeneurs et des familles, le site était plein à craquer.

    Et pour cause, des dizaines et des dizaines de voitures ont été contraintes d’aller se stationner sur le côté de la route, tant il y avait du monde.

    À 16 heures ce dimanche 8 novembre 2020, il n’y avait d’ailleurs quasiment plus une place de disponible.

     

    124022585_366566387905674_7540776133681757227_n.jpg

    Article Complet Clic ici 

     

     

    Condroz

    124069832_391725825520058_2292752002820970615_n.jpg

     

    Promenade  via le lien suivant : https://www.cirkwi.com

    Superbe site !!!! facile !!!!

    Cirkwi.com - Toutes les balades, randos et routes touristiques

     
     

    Aux Houx (9km)

     
     
     

    https://www.cirkwi.com/fr/Nandrin

     

    Balade des Rochettes

    https://www.cirkwi.com/fr/circuit/200817-balade-des-rochettes

     

     

    Toutes les balades sur Nandrin Clic ici 

    https://www.cirkwi.com/fr/Nandrin?offset=0

     

  • Bientôt des tests rapides dans les écoles

    Lien permanent

    La Belgique a commandé 500.000 tests antigéniques rapides mais elle en commandera au total plusieurs millions. « Au niveau fédéral, 100.000 sont déjà arrivés et des marchés publics seront encore passés dans les prochaines semaines », annonce Carole Schirvel, la commissaire Covid-19 adjointe.
     
    « Ces tests rapides – puisqu’on obtient les résultats en 20 minutes – seront d’abord utilisés pour les personnes symptomatiques ».
     
    Leur intégration dans la stratégie de testing se veut rapide.
     
    « D’ici la semaine prochaine, les tests antigéniques seront intégrés au niveau des urgences des hôpitaux afin de faciliter les transferts mais aussi d’identifier les malades pour les isoler », détaille-t-elle.
     
    Dans un second temps, ces tests, qui reposent sur un prélèvement dans les narines, seront également distribués au niveau des centres de testing et de prélèvement ainsi qu’au niveau des médecins généralistes.
     
    Par la suite, les tests antigéniques serviront dans la recherche de cas lorsque des clusters sont identifiés dans des collectivités.
     
    Mais pas dans toutes les collectivités.
     
    Seulement celles où l’on retrouve des personnes à faible risque.
    Comprenez donc : pas dans les maisons de repos mais plutôt les écoles, les entreprises, les services de police…
     
    Ce seront aux entités fédérées de définir une priorisation de leur utilisation.
     
    « L’idée n’est pas que les écoles se présentent au centre de prélèvement », précise Carole Schirvel.
     
    « Les entités fédérées vont devoir définir la manière dont ils vont organiser le screening.
     
    Nous sommes, de notre côté, en train de développer les protocoles qui détermineront par exemple la fréquence à laquelle il faudra réaliser ces tests en fonction du type de collectivité. »
     
    Tout cela devrait se mettre en place d’ici la fin du mois.
     
    « Mais l’opérationnalisation dépendra des entités fédérées. »
     
    Le recours aux tests rapides permettra d’identifier plus rapidement les porteurs asymptomatiques dans les collectivités touchées par l’épidémie.
     
    « On pourra alors isoler plus rapidement.
     
    Et dans le cas d’une école, cela permettra aussi d’éviter de fermer des classes entières en réalisant un screening de proximité et plus proactif.
     
    On évitera aussi que des profs soient écartés inutilement de manière à assurer la continuité. »
     
     
    Article PAR SABRINA BERHIN

  • De nouvelles espèces de champignons bleus apparaissent dans les bois de Villers le Temple ? LE MASCUS CORONAVIRUS

    Lien permanent

    124104442_351013729328153_166334835783162841_n.jpg

    Un habitant me fait parvenir des photos, il est scandalisé par le nombre de masques dans les bois.

    Si le titre a une touche d'humour !!! le constat en a moins !!!

    Les enfants sont dispensés de masques donc, l'acte d'adultes.

    Le mot civisme,  respect, Incivilités etc.... donne toute son importance, depuis de nombreuses années, les plus jeunes nous rappellent l'importance de l'héritage que l'adulte laisse aux générations futures.

    "Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants". C'est un proverbe africain cité dans "Terre des Hommes" de Saint-Exupéry (ouvrage paru en 1939)"

    S'il vous arrive de penser aux autres voici comment vous débarrasser de vos masques !!!

    124018948_3865482550140166_1739182467657545934_o.jpg

    Attention Ils sont interdits dans les PAPIERS/CARTONS de vos recyparcs & en collecte porte-à-port info ici

  • L’agence Immo Bertrand soutient l’horeca en offrant des menus à emporter

    Lien permanent

    Ainsi, pendant un mois, chaque semaine l’agence met en valeur un établissement au travers d’un concours, sur sa page Facebook «Immobiliere Bertrand», permettant de gagner un menu 4 personnes à emporter.

     

    « Les restaurants sont directement impactés par la situation. Nous avons la chance de faire partie d’un secteur qui ne subit pas la crise de face et nous désirions soutenir les commerces en difficultés en offrant ces menus sur fonds propres », commente l’agent immobilier Xavier Bertrand. « J’invite d’ailleurs toutes les secteurs qui le peuvent à faire un geste à leur échelle. C’est une période compliquée où nous devons nous entraider ».

    + de 400 participations

    Cette semaine l’Immobilière Bertrand organise le 3e concours, avec déjà plus de 400 participations, pour soutenir le restaurant Pastel, situé rue Vierset-Godin.

    Dans le courant du mois d’octobre, l’agence a déjà collaboré avec les restaurants L’Escale et Pane & Vino.

    « Nous avons plus de 5.000 abonnés sur Facebook, et nous voulons profiter de notre visibilité pour aider les établissements impactés grâce aux différents partages et likes », précise Xavier Bertrand.

     
     

    « Merci Xavier »

    Un geste applaudi par les restaurateurs.

    « C’est une belle preuve de solidarité et on remercie Xavier et son équipe. En espérant que son geste puisse en inspirer d’autres », renchérit Driss d’Amario, le gérant du Pastel qui a également lancé son épicerie fine installée actuellement dans son restaurant.

    Achraf Daouas, gérant de l’Escale a lui précisé que l’agence avait apporté une belle visibilité à son établissement.

     

    Le concours est en ligne jusqu’à samedi midi. Dès lundi, c’est un dernier restaurant que l’Immobilière Bertrand mettra à l’honneur avec un nouveau menu à remporter.

    Article et rédaction par La.Ma

     

    Source Sudinfo 

     

     

     

  • Le prochain Conseil communal du lundi 09 novembre sera diffusé en direct via un lien You Tube

    Lien permanent

    Le prochain Conseil communal du lundi 09 novembre sera diffusé en direct via un lien You Tube.
     
    Plus d'infos via les Actualités de notre site www.clavier.be
     
    Le lien pour la séance en direct sera publié via le site et sur cette page FB quelques instants avant l'ouverture de la séance !
     
    L'occasion pour tous les citoyens claviérois d'assister à une séance...
     

  • La compagnie CBRN du 4eme Génie d’Amay désinfecte les ambulances 24h/24

    Lien permanent

    Mobilisés dans la lutte contre le virus Covid-19, les militaires amaytois ont été appelés pour prêter main forte aux services de santé bruxellois, en déployant une ligne de désinfection des ambulances sur l’esplanade du Cinquantenaire.

    Cette intervention de l’armée belge est l’occasion de mettre en lumière le travail de la 3ème compagnie CBRN du 4ème Bataillon de Génie d’Amay, spécialisée dans la gestion des menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires.

    vec l’aide du FAU (Field Accomodation Unit), la compagnie CBRN a déployé une chaîne de désinfection au profit des ambulances COVID civiles et militaires en moins de 24 heures. Elle permet de désengorger les 2 lignes de désinfection existantes du SIAMU de Bruxelles.

    « Un dispositif avait déjà été mis sur pied lors de la première vague sur le parking de l’Hôpital Militaire Reine Astrid », rappelle l’adjudant Nicolas Colignon, responsable des relations publiques du 4ème Bataillon d’Amay. En cette deuxième vague de la pandémie, l’appui de la Défense comporte néanmoins deux nouveautés. C’est la première fois que des ambulances civiles sont prises en charge par ce dispositif, et l’esplanade du Cinquantenaire n’était pas équipée, contrairement aux urgences de l’hôpital militaire.

    « Cette fois, les moyens déployés sont beaucoup plus lourds, avec des containers », explique la capitaine Anne Ernotte, commandante de la compagnie CBRN. « Lors de la première vague, nous étions simplement installés à la sortie des urgences avec des auvents et des tonnelles ».

    «Le personnel a réagi au quart de tour ! »

    En charge de l’opération, la capitaine Ernotte s’est étonnée de la réactivité des autorités locales et de l’engouement des militaires de la compagnie. « Les autorités civiles se sont activées rapidement. C’est une mission pour laquelle toutes les portes étaient grandes ouvertes. Ça semblait être un sacré défi au premier abord, mais ça a été finalement assez facile à mettre en oeuvre. Le personnel de la compagnie a lui aussi réagi au quart de tour, ils étaient demandeurs de pouvoir aider la nation ».

    Même si la capitaine a l’humilité de rappeler que les vrais héros de la nation sont actuellement les membres du personnel médical civil, son unité est là pour soulager les lignes de désinfection civiles, qui en ont grandement besoin.

    Une désinfection entre 10 et 30 min

    La ligne de désinfection du Cinquantenaire est ouverte 24h/24 et 7 jours sur 7. Deux équipes de 4 militaires se relaient toutes les 4 heures. Les deux équipes sont relayées toutes les 72 heures. « La durée de la désinfection se situe entre 10 et 30 minutes », détaille Anne Ernotte. « Les ambulanciers sortent reconditionnés, prêts à repartir en mission ».

    Même si la durée de la mission de la 3ème compagnie CBRN est indéterminée, les militaires sont prêts à poursuivre leurs efforts jusqu’en 2021 s’il le faut.

    Une centaine d’ambulances désinfectées

    Basée à Amay, la 3ème compagnie CBRN est la seule unité de la Défense entièrement consacrée à la gestion des menaces CBRN. Opérationnelle depuis 2006, elle est spécialisée dans la lutte contre les menaces biologiques, un savoir-faire qu’elle démontre sur le terrain depuis samedi. « La ligne de désinfection du Cinquantenaire peut accueillir jusqu’à 35 ambulances toutes les 24 heures, avec un équipage de minimum 2 personnes à chaque fois, ce qui représente un minimum de 70 ambulanciers désinfectés chaque jour, même si ça varie d’un jour à l’autre », explique la capitaine Anne Ernotte.

    Entre l’ouverture de la ligne le 31 octobre et jeudi à 7 heures, 92 ambulances et 183 ambulanciers ont déjà pu être désinfectés. Ouvert 24h/24, le dispositif observe un pic entre midi et 20h.

    Par P.TAR

    Article complet Clic ici 

     

     

    Source Sudinfo article et photos clic ici 

  • Le «Click&Collect», la solution sûre pour les commerces non-essentiels qui ont dû fermer

    Lien permanent

    C’est la solution trouvée pour faire face à la fermeture des commerces «non-essentiels ».

    Vendredi dernier, le Comité de concertation a annoncé que tous les magasins non-essentiels devront fermer leurs portes durant au moins un mois à partir du lundi.

    Il sera toutefois possible d’être livré et d’aller chercher des achats en « click&collect ».

    Mais en quoi consiste cette solution ?

    Comeos, porte-parole du commerce et des services en Belgique, a tenté d’expliquer cela dans une courte vidéo.

     

    Source Sudinfo