- Page 10

  • Incapacité de travail: quel salaire?

    Lien permanent

    Huit Belges sur dix ignorent quel serait le montant de leurs revenus en cas d’incapacité de travail pour cause de maladie ou d’accident.


    C’est ce qu’il ressort d’une étude menée par Baloise Insurance conjointement avec la KU Leuven. Il existe bien une règle de base (un employé touche 65 % de son salaire brut plafonné pendant la première année, après le premier mois à charge de l’employeur), mais elle ne dit pas ce que l’on va toucher exactement.

    « Les informations sont trop dispersées et les calculs bien trop complexes pour les profanes », explique Jan Scheepers, de Baloise Insurance.


    Toujours selon la même enquête, il ressort que 90 % des personnes ne peuvent pas dire quelles seront les répercussions d’un décès inopiné sur les revenus des survivants.


    L’assureur lance donc une plateforme Gonna.be pour lever un coin du voile. Via une boîte de dialogue automatique, l’internaute encode ses différentes données : salaire net, composition du ménage, allocations familiales, dépenses fixes, etc.

    Le site web calcule ce que la personne touchera effectivement. On apprend ainsi qu’un salarié qui perçoit 2.400 euros net par mois recevra à partir du 13e mois d’incapacité d’un peu plus de 1.400 euros, une somme avec laquelle il devra faire face à ses emprunts. « Nous connaissons tous quelqu’un touché par un cancer ou un burn-out. Mieux vaut être bien informé », indique Michaël Vos, expert de Gonna.be.


    Groupes à risques


    « Nous avons identifié trois groupes à risques : les indépendants pour lesquels les règles fixant le revenu ne sont pas les mêmes que pour les ouvriers ou les salariés, les travailleurs qui ont une rémunération très importante et qui dès lors doivent faire face à une très forte diminution des rentrées et enfin les personnes qui ont des frais fixes très conséquents, notamment sur le plan hypothécaire », détaille Michaël Vos.


    La plateforme peut tirer la sonnette d’alarme en cas de risque avéré de perte de revenu. Gonna.be permet aussi de calculer le montant de sa retraite mensuelle, un autre domaine que les Belges connaissent mal, toujours selon l’enquête de Baloise Insurance.


    Par Y.H.

    Source

  • Les infos décès de la région aujourd'hui mercredi 9 octobre 2019

    Lien permanent

    Docteur Louis MEYS (99 ans) de Terwagne, décédé le 06/10/2019.

    Pompes Funèbres Les Mosanes & Kerstenne - 04 225 08 28

     

    Monsieur Roger DUCHENE (84 ans) de Huy, décédé le 08/10/2019.

    Centre funéraire Dubois et Tanier - 085 21 18 64

     

    Monsieur Alain FRAIPONT (47 ans) de Huy, décédé le 07/10/2019.

    Centre funéraire Dubois et Tanier - 085 21 18 64

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances aux la familles .

     

     

  • Aujourd'hui mercredi 9 octobre 2019 JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019

    Lien permanent

    JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019 le mercredi 9 octobre dès 14h!

    Au programme: animations, présence du Loup, démonstrations, etc

    Vous repartirez avec un sac rempli de surprises et bien entendu notre toute nouveau catalogue des jeux et jouets!!

    ils vous attendent nombreux!

     

    Affiche Fete Du Catalogue NANDRIN clic ici .pdf

    04/3611160

    0478/911639

  • Le directeur de l’école communale de Nandrin Yves Mottet devra céder sa place

    Lien permanent

    Depuis la rentrée scolaire, Yves Mottet est aux manettes des deux écoles communales de Nandrin. Un remplacement qu’il a effectué au pied levé.

    L’ancien directeur, Yves Melin lui a cédé sa place mi-août.
    La rentrée des classes a sonné différemment pour Yves Mottet.

    Cet ancien instituteur de mathématiques a été désigné pendant les grandes vacances pour diriger les deux implantations communales de Nandrin. Cela fait maintenant 4 semaines que le Nandrinois tente d’accomplir son nouveau travail. « Ce n’est pas du tout le même travail.

    Il y a évidemment des choses qui me plaisent en tant que directeur comme certaines qui ne me plaisent pas. Mais c’est comme ça dans tous les métiers.

    Je commence à trouver mes marques et à m’y retrouver. Le plus dur c’est de rechercher des informations dans des fardes qui n’ont pas été classées par soi », nous explique Yves Mottet qui n’a pas souhaité investir l’autorité envers ses collègues.

    « Ils ont le même statut que moi. Je suis toujours leur collègue et je n’ai aucune intention d’être autoritaire avec. Il faut que chacun ait sa place ».


    Un nouveau directeur pour le 1er décembre


    Entre la dizaine de fardes sur le bureau et les ordinateurs, il est évident que les deux métiers ne sont pas comparables. « En tant que directeur, il y a énormément d’administratif, de relationnel avec les parents et les enfants.

    Si je dois comparer avec le métier d’instituteur, ce sont deux jobs bien distincts », ajoute le directeur faisant fonction. Car si le Nandrinois semble s’adapter à la situation, il ne lui reste que deux mois.

    « Un appel à candidature externe a été lancé car il y a certains critères à remplir si l’on souhaite devenir directeur d’une école. Comme un apprentissage de 3 modules que je n’ai pas en poche. Un autre directeur doit être trouvé pour le 1er décembre prochain », affirme Yves Mottet qui retournera dans sa classe de 6ème primaire dans l’implantation de Saint-Séverin.

    Par AD 

    Photo AD 

    Source

  • Un travailleur indépendant de plus de 65 ans sur dix serait toujours en activité.

    Lien permanent

    De plus en plus d’indépendants de plus de 65 ans

    Une augmentation de 20 % en moins de 5 ans. Évolution logique au vu du rallongement de l’âge de la retraite ou tendance inquiétante ?

    Selon les chiffres de l’Inasti, l’Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants, plus de 111.000 indépendants de plus de 65 ans ont toujours une occupation professionnelle, soit une augmentation de 22,1 % depuis 2015.

    Des cas très différents : passion et difficulté à lâcher son bébé ou à trouver un repreneur ; et peur de la paupérisation accompagnant une pension insuffisante

    « Certains le font par passion. Ils ont consacré énormément de temps à leur affaire et ont du mal à lâcher leur bébé », explique le Syndicat neutre pour indépendants (SNI), qui s’est procuré les chiffres. « Mais pour nombre d’entre eux c’est une nécessité, parce que la recherche d’un repreneur est difficile ou parce que leur pension ne leur permet pas de survivre financièrement. »

    Le SNI appelle le prochain gouvernement fédéral à harmoniser les statuts des indépendants, employés et fonctionnaires.

    Source

  • Ils souhaiteraient essayer des alternatives à l’avion pour les vacances

    Lien permanent

    Une majorité de Belges (60 %) souhaiterait essayer des alternatives à l’avion pour les vacances, selon une enquête menée dans le cadre de Mobicar, le salon pour les amateurs de caravanes et de motor-homes qui a ouvert ses portes le 3 octobre à Brussels Expo.

    Quatre vacanciers sur dix déclarent qu’il est important de limiter leur empreinte écologique lorsqu’ils voyagent. Si l’on compare les modes de déplacement, un vacancier sur trois trouve qu’une semaine en motor-home ou en caravane constitue l’option la plus écologique, par rapport à l’avion. D’ailleurs, pour un voyage de moins d’une semaine, 43 % des Belges déclarent qu’ils préféreraient utiliser le motor-home ou la caravane plutôt que l’avion.

    Les Belges n’ont pas peur de partir en caravane ou en motor-home.

    Huit sur dix l’ont déjà fait. Pour ce qui est de l’empreinte écologique, 35 % de la population ont déjà opté pour un camping écologique spécial. Par ailleurs, 76 % des personnes interrogées affirment ne pas prendre de vaisselle jetable, 49 % embarquent le vélo et 32 % utilisent un détergent écologique. Encore plus écolo, 17 % ont installé des panneaux solaires sur leur caravane ou motor-home, ou ont opté pour des chargeurs fonctionnant à l’énergie solaire.

    Les raisons

    Sur la première marche du podium des trois raisons de voyager, on retrouve le besoin d’échapper au stress de la vie quotidienne (60 %), la volonté de se détendre (60 %) et l’envie de profiter de la nature (40 %). Lorsqu’ils ont déjà voyagé avec une caravane ou un motor-home, pas moins de 73 % des Belges disent que cette façon de voyager est parfaite pour échapper au stress quotidien. La moitié des personnes estime que la caravane/motor-home est le moyen idéal pour s’évader. Pas moins de quatre répondants sur dix considèrent même que c’est la seule façon de se détendre complètement.

    Enfin, un Belge sur deux ayant déjà voyagé de cette manière, indique qu’il ressent beaucoup plus fortement le sentiment de « voyager » que lorsqu’il part en en vacances en avion.

    Cette année, le salon Mobicar se déroule  à Brussels Expo.

    Plus de 700 modèles de caravanes et de motor-homes seront présentés.

  • Le Belge semble s’accrocher à la voiture de société

    Lien permanent
    Le Belge semble s’accrocher à la voiture de société : 59 % des salariés déclarent ainsi vouloir changer de travail si l’employeur ne leur en offre plus, à en croire une étude du prestataire en services RH Securex auprès de 1.500 travailleurs publiée ce mardi. Les alternatives de mobilité à ce système sont en outre encore trop méconnues.
    La moitié des salariés qui travaillent à Bruxelles trouvent par ailleurs les trajets domicile-travail pesants.
     
    Les salariés de moins de cinquante ans moins enclins à renoncer à leur véhicule de société
    Ce sont surtout les salariés de moins de 50 ans (66 %, contre 36 % pour ceux au-delà de cet âge) qui manifestent l’intention de changer d’employeur si la voiture de société leur est retirée.
    Outre l’attachement à ce véhicule, il semble également régner une aversion pour les alternatives, analyse Securex.
    Deux tiers des sondés confient ne pas être ouverts à troquer leur voiture pour une voiture plus petite combinée avec des moyens de transport alternatifs (vélo, trottinette, abonnement, voiture partagée). Il n’y a pas de différence en la matière entre les hommes et les femmes, ni en matière d’âge ou de lieu de résidence des travailleurs, pointe le prestataire de services RH.

    Les travailleurs les plus libres et flexibles y renonceraient bien plus facilement La flexibilité dont un travailleur jouit ou non en termes de lieu et de temps passé entre le domicile et le travail a par contre un impact sur ces chiffres.
     
    Ceux qui peuvent choisir le moment où ils travaillent (horaires flottants) envisagent davantage (44 % contre 23 %) d’échanger leur voiture de société contre un (plus) petit modèle et de le combiner avec des moyens de transport alternatifs si leur employeur le propose. La différence est encore plus grande (45 % contre 23 %) parmi les salariés pouvant télétravailler.
    Le navetteur bruxellois particulièrement contrarié
    Le navetteur bruxellois se dit particulièrement contrarié par ses déplacements domicile-travail.
    La moitié d’entre eux (49 %) les trouvent en effet pesants. En Flandre, 38 % des travailleurs sont du même avis et en Wallonie 36 %.
    Ces dix dernières années, Securex constate d’ailleurs une forte augmentation de la mesure dans laquelle les travailleurs belges trouvent les déplacements domicile-travail pénibles (+13 % chez les navetteurs du nord du pays et +11,2 % parmi les Bruxellois, contre +1,4 % au sud de la Belgique).
     

     

  • Marche aux lampions contée le 18 octobre 2019 organisé par Comité Scolaire de Saint-Séverin

    Lien permanent

    Ne manquez pas la marche aux lampions contée ce vendredi 18 octobre à Saint-Séverin !

    Pas moins de quatre conteurs vous attendront sur le parcours de la promenade.

    Les lampions (3 euros) doivent être réservés par courriel à reservations@comitescolairests.be avant le 11 octobre (paiement sur le compte BE90 0689 0073 2832 en mentionnant en communication Famille Dupont P4 - 5 lampions).

    Quatre départs sont prévus : à 18 h 15, 18 h 35, 18 h 55 et 19 h 15. Point de départ : la cour de l’école communale de Saint-Séverin. Soyez présent 30 min avant l’heure de départ.

    Hot-dogs et boissons vous seront proposés à des tarifs démocratiques.

    N'hésitez pas à vous déguiser pour l'occasion !

     

    Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

    Marche aux lampions contée

  • Fête du vélo le 19 octobre 2019

    Lien permanent

     

    Une journée placée sur le thème du vélo
    L'occasion de venir faire réviser votre vélo, le faire réparer, de participer à la bourse vélo mais aussi de découvrir diverses animations sur le thème de la mobilité active et douce tout au long de la journée !
    de 10 à 12h00 : Repair'Café Vélo
    de 13 à 15h00 : Départ des randonnées familiales à vélo
    de 13 à 18h00 : Stands divers et Bourse vélo (Attention : dépôt des vélos, pièces le matin de 10 à 12h00)
    18h30 : Projection du film "Aventure cyclo-balkanique"

    Petite restauration et bar tout au long de la journée

    Pour toute information : Jean-Benoît GRAAS, 085/ 27 46 10 ou info@mobicondroz.be

     

    GAL Pays des Condruses

    Fête du Vélo

  • Cinéfamilles "Dragon 3 : le monde caché" au centre culturel d'Amay le 13 octobre 2019

    Lien permanent

     

    Harold est maintenant le chef de Berk au côté d'Astrid et Krokmou, en tant que dragon, est devenu le leader de son espèce. Ils réalisent enfin leur rêve de vivre en paix entre vikings et dragons. Mais lorsque l'apparition soudaine d'une Furie Eclair coïncide avec la plus grande menace que le village n'ait jamais connue, Harold et Krokmou sont forcés de quitter leur village pour un voyage dans un monde caché dont ils n'auraient jamais soupçonné l'existence. Alors que leurs véritables destins se révèlent, dragons et vikings vont se battre ensemble jusqu'au bout du monde pour protéger ce qu'ils chérissent.

    Réalisation : Dean DeBlois
    À partir de 6 ans (1h44)
    Prix : 4,00 €
    Infos : 085/31 24 46 - info@ccamay.be

     

    Centre Culturel d'Amay

  • Manger des céréales, c’est sain!

    Lien permanent

    Plusieurs études s’accordent sur l’importance de consommer des produits céréaliers.

    Le constat provient de plusieurs rapports, et notamment du Global Burden of Disease (GBD), réalisée par l’Université de Washington à Seattle.


    PIRE QUE LA VIANDE

    Sur base des dernières données qui ressortent de ce rapport en 2017, les Belges perdent de nombreuses années de vie en bonne santé à cause de leur faible consommation de céréales complètes.

    Ce taux est 16 fois plus élevé qu’avec une consommation excessive de viande rouge et encore plus élevée qu’avec une consommation trop importante de boissons sucrées.


    QUATRE PRIORITÉS

    La consommation de céréales complètes est pointée comme une priorité alimentaire, notamment par une étude de la revue médicale The Lancet, qui analyse l’évolution du Global Burden of Disease entre 1990 et 2017 dans 200 pays, dont la Belgique.

    La consommation de céréales y figure comme la priorité numéro un, suivie par la consommation de fruits, puis de noix et de graines. En quatrième position, on y retrouve également l’excès de sodium, qui n’est pas bon pour la santé.

    Seulement en cinquième position nous retrouvons, comme cause d’une perte d’années en bonne santé, une consommation trop faible de légumes.
    Manger

    Source

  • Expo Champignons et L'attelage ardennais de Bernard Ridelle le 19 et 20 octobre 2019 à Nandrin

    Lien permanent

    L'attelage ardennais de Bernard Ridelle sera présent le dimanche 20 octobre à l'occasion du w-e champignons.
    Cette année, le dimanche, l'exposition se déroule sur deux sites différents, distants de 1000 mètres: l'école St-Martin et le local du club nature (situé rue Bouhaye).

    Le public pourra se rendre d'un endroit à l'autre, sans utiliser la voiture. Il sera possible ainsi de découvrir à son aise d'une part l'exposition, présentée à l'école St-Martin, et d'autre part le centre nature, situé rue Bouhaye, où aura lieu également la dégustation.

    Expo champignons
    SAMEDI 19 octobre 2019
    de 14h à 20h
    École St-Martin - Rue Rolée n°4 - NANDRIN
    • Exposition des espèces fongiques de nos régions
    • Ateliers pour petits et grands – Stand NATAGORA
    • Détermination par des spécialistes
    • Dégustation de champignons des bois
    • Tournage sur bois par un artisan local
    DIMANCHE 20 octobre 2019
    de 9h30 à 14h30
    JNC - Rue Bouhaye n°36 FRAITURE
    • Promenade dans les bois de l’Herberain à Fraiture (r-v au local des J.N.C. à 9h30 précises – covoiturage possible)
    • Dégustation de champignons des bois après la balade
    • Visite du centre nature de l’école libre
    • Navette entre l’école (exposition) et le local du club (dégustation) avec un attelage ardennais, de 10h30 à 14h30
     
    Organisation :  JNC (Jeunes Naturalistes du Condroz)
    Rens. :  085/51 28 36 - e-Mail : eloypaul@gmail.com

    Au profit des jeunes naturalistes du Condroz
    Avec le soutien de l’administration communale de Nandrin
  • C’est le début du rush chez les dentistes pour continuer à être remboursé

    Lien permanent

    Dans une récente enquête menée par Solidaris, on découvre que 39,8% des Belges avaient dû au moins renoncer à un soin dentaire par manque d’argent. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter avec les années: il a bondi de 4% en à peine 4 ans. En cause, le nouveau système de remboursement. «On peut faire le lien avec l’impact du trajet de soins buccaux instauré en 2016.

    Dans 3 cas sur 10, le patient ayant consulté un dentiste en 2017 n’a pas eu de contact l’année précédente et s’est donc vu facturer un ticket modérateur majoré: cela engendre un surcoût financier de 27 euros par patient en moyenne mais qui monte à plus de 35 euros pour 1 patient sur 4 et dépasse 83 euros pour 5% d’entre eux.

    Ce système pénalise surtout les populations plus précarisées qui sont justement celles qui «sous-consomment» ces soins, de sorte qu’in fine les soins dentaires préventifs deviennent encore plus chers et inaccessibles pour une frange de la population déjà affaiblie sur le plan socio-économique», s’inquiète-t-on chez Solidaris.


    PLUS TÔT QUE PRÉVU

    Un système de remboursement que les Belges ont bien compris mais qu’ils n’anticipent pas assez! «Comme chaque année, le rush a commencé. Les patients appellent maintenant pour effectuer leur visite de contrôle annuelle. Mais, les agendas de certains dentistes sont pleins, voire quasiment, jusqu’à la fin de
    l’année», nous explique Catherine, secrétaire d’un cabinet dentaire.

    «C’est surtout à la fin octobre que les personnes se réveillent. Et là, il est souvent trop tard. Si les dentistes gardent quelques plages horaires libres pour les urgences, celles pour les simples visites sont pleines. Si vous avez oublié, c’est donc maintenant qu’il faut appeler pour votre rendez-vous!».


    DES HEURES SUP

    Certains dentistes contactés avouent devoir étendre leurs horaires en novembre et décembre. «Si durant les grandes vacances, en été, c’est le calme plat, avant les fêtes, c’est la course. Je dois ouvrir mon cabinet plus tôt le matin mais aussi plus tard le soir. Je peux aussi travailler certains week-ends», nous confie un dentiste montois.

    «On reçoit également, durant cette période, pas mal de nouveaux patients. Ils se sont vu refuser un rendez-vous chez leur praticien habituel car ils s’y sont pris trop tard». Rappelons que ces problèmes de rendez-vous touchent principalement les régions qui connaissent une pénurie de dentistes, comme la province de Luxembourg. «À Bruxelles et à Liège, sera bien plus facile pour les retardataires de trouver quelqu’un pour avoir un rendez-vous à temps.

    À Arlon, à Tournai ou encore à Thuin, ce sera bien plus compliqué», conclut la secrétaire d’un cabinet dentaire.

    Par ALISON VERLAET

    Source

  • Attention, Soyez prudents les radars feux rouges vont enfin flasher à Neupré !

    Lien permanent

    Les carrefours de Neupré et Ans seront bientôt dotés de radars « feux rouges », destinés à flasher les automobilistes qui franchissent le carrefour au rouge, voire également de contrôler leur vitesse.

    Depuis plus d’un an, à Neupré et Ans, deux carrefours particulièrement accidentogènes ont été équipés de boîtiers. A l’intérieur de ceux-ci, des radars «feux rouges».

    Ces dispositifs sont installés quelques dizaines de mètres en amont des feux tricolores, et permettent de flasher les automobilistes qui franchissent le carrefour au rouge. Ce dispositif devrait permettre, on l’espère, d’éviter de nombreux accidents. Les croisements équipés sont le carrefour de Plainevaux (Neupré), mais aussi celui que la rue des Français forme avec la N3, à Ans.

     Les boîtiers sont déjà installés.

     Le franchissement des feux rouges sera-t-elle la seule infraction signalée par le dispositif  ?

     

    Source

  • Le nouveau président d’Electrabel plaide pour une prolongation de trois réacteurs belges pour 20 ans!

    Lien permanent

    Tihange 1 et 3 jusqu’en… 2045!

    Le nouveau président du conseil d’administration d’Elelctrabel, Johnny Thijs, remet la prolongation du nucléaire à l’ordre du jour dans une interview accordée au Soir et au Standaard. « On va mettre le dossier sur la table, et c’est aux responsables politiques de décider », dit l’ex-patron de bpost. « On fera de notre mieux pour que (le gouvernement) ait tous les éléments en main pour prendre une décision. Quand je regarde l’impact d’une prolongation sur la sécurité d’approvisionnement, sur les émissions de CO2, et sur les prix, je me dis que mon dossier n’est pas trop mal. Mais il faut que tout le monde soit vraiment convaincu que sortir du nucléaire n’est peut-être pas une bonne chose », ajoute Johnny Thijs, lui-même convaincu.

    L’homme estime qu’il y a « de la place » pour prolonger trois réacteurs, et plutôt pour 20 ans que pour 10. « Si on le fait, il faut investir 1,3 milliard pour les mettre à niveau, car les normes de sécurité évoluent. Alors autant bénéficier de cet investissement pendant 20 ans. Mais si les responsables politiques disent que deux centrales suffisent pendant 10 ans, il faudra discuter. Ça ne me paraît pas logique, mais on verra… »

    Cela remet-il en cause tout le calendrier de sortie du nucléaire en Belgique ? Ce ne serait pas la première fois que l’on donne du bois de rallonge au nucléaire. La loi de sortie du nucléaire date de 2003 : le gouvernement décidait alors de fermer les centrales après 40 ans de fonctionnement. Mais cette loi a été modifiée en 2013 et en 2015 pour prolonger la durée d’exploitation de 10 ans de Tihange 1, Doel 1 et Doel 2. En principe, le calendrier est le suivant : fermeture de Doel 3 en octobre 2022, Tihange 2 en février 2023, Doel 1 en février 2025, Doel 4 en juillet 2025, Tihange 3 en septembre 2025, Tihange 1 en octobre 2025 et Doel 2 en décembre 2025.

    Les trois réacteurs dont l’activité pourrait être prolongée sont Tihange 1 et 3 et Doel 4 selon Damien Ernst, prof de l’Uliège, spécialisé en énergie.

    Marie-Christine Marghem (MR), la ministre de l’Energie en affaires courantes, a demandé de la « stabilité dans les directions politiques » et a indiqué avoir « travaillé au respect du calendrier ». Mais ce sera à son successeur, au gouvernement, fédéral (toujours pas formé) à traiter du dossier.

    Par . DE H.

    Source

  • Villages-solidaires du GAL voir la vidéo

    Lien permanent

     GAL :Groupe d'Action Locale Pays des Condruses
    Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot

     

    Villages-solidaires
     
    ANTHISNES, commune pilote du GAL pays des Condruses,
    Inaugure la plateforme d'entraide citoyenne #villages-solidaires#
    #Citoyens et associations Anthisnoises# découvrez en primeur ce projet de #solidarité# dans votre commune.

    Villages solidaires à Anthisnes!
    Un projet né d’une réflexion avec l’ensemble des acteurs du territoire de nos 7 communes, citoyens, CCCA, communes,Plan de Cohésion sociale, associations en lien avec la solidarité (énéo, SEL,…)! Plus de solidarité dans nos villages pour nos aînés est un souhait. L’intergénérationnel, une envie partagée!
    Les éléments fédérateurs pour ce type de projet nous paraissaient suffisamment présents à Anthisnes que pour pouvoir y débuter un projet pilote.
    En collaboration avec la commune d’Anthisnes et plus précisément le CPAS d’Anthisnes et sa présidente Yolande Huppe, nous avons répondu à l’appel à projet “Quartiers solidaires” en matière d’aide et de soins.
    Un appel à citoyen a été lancé et notre première réunion citoyenne a eu lieu le 11 décembre, 34 citoyens Anthisnois étaient présents.

    Lors de cette rencontre ensemble nous avons défini notre vision de la solidarité:
    C’est quoi pour moi la solidarité ? ”
    “Quel serait pour moi mon village solidaire idéal ?”

    Beaucoup sont venus avec l’envie d’apporter leur aide, leur service aux autres :
    Jardinage, co-voiturage, déplacement, accompagnement à un rendez-vous /une activité, petits travaux de bricolage, prêt d’outils, courses, babysitting, aide numérique, tenir compagnie, aide au rangement divers, aide à la relecture de travaux scolaires, aide scolaire, petite préparation culinaire (pâtisserie…), conseil en cuisine.

    D’autres rencontres ont succédé, le 28 janvier, le 5 mars, le 1 avril. Elles nous ont permis de prendre des décisions tous ensemble quant à la façon dont nous voulions mettre en place cette solidarité. Deux chartes ont vu le jour!
    Charte réseau de solidarité à Anthisnes
    La charte du Volontariat aide à la personne

    Le 3 juin, nous avons présenté la plateforme d’entraide citoyenne et le flyer de présentation du projet Villages solidaires.

    La plateforme et le flyer sont en cours de développement. La plateforme permettra à tout citoyen de nos 7 communes de demander de l’aide et/ou d’offrir son aide.

    Si vous voulez être utile au projet et tester la plateforme faites-vous connaître!

    Vous souhaitez que ce projet Villages solidaires soit également présent à Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot! Contactez-nous et parlez-en autour de vous!

     

     
     
  • Et vous, jeunes parents ?

    Lien permanent

    Bébés:69% des parents achètent en seconde main

    Et ils économisent environ 700€ en faisant cela

    Combien de mamans ont-elles gardé les affaires de leurs enfants dans une caisse ? Surtout celles qui rappellent leur plus jeune âge. Vous serez étonné en lisant le résultat de l’enquête effectuée par iVOX pour « 2ememain ».

    69,2 % des 500 parents d’enfants de moins de 4 ans sondés déclarent acheter leurs articles « enfants & bébés » en seconde main ! Un choix qui leur permet d’économiser plus de 700 € en moyenne.

    Lors de la naissance de leur premier enfant, les parents déboursent en moyenne 2.315 €. Plus d’un quart d’entre eux (27,3 %) avouent même consacrer plus de 3.000 euros à l’habillement et aux divers accessoires nécessaires. Cela peut sembler excessif quand on sait à quel point les bébés grandissent vite.

    Les articles qui ont le plus de succès en deuxième main sont les vêtements (38,8 %), les jouets (37,9 %), les Maxi-Cosi (26,5 %), les buggys (26,3 %), le textile (24,5 %), les voitures d’enfant (23,7 %), les parcs (21,2 %), les tables à langer (20,4 %), les sièges auto (18,8 %) et les chaises hautes (17,7 %).

    Le prix, principale raison

    La grande majorité des (futurs) parents choisissent une partie des articles de leur liste de naissance dans un magasin spécialisé. 44,8 % rachètent des vêtements et accessoires à des parents, ou amis. Ils sont 28,5 % à acheter ces articles sur internet. 71,8 % des parents sondés affirment aussi recevoir des articles en cadeau ou en prêt de leurs parents, amis ou connaissances.

    « Plus d’un quart des parents achètent leurs articles « bébé » sur 2ememain », nous apprend iVOX qui rappelle que la marge d’erreur maximale, pour ce sondage, est de 4,33 %.

    La raison principale qui pousse les parents à acheter en seconde main est le prix (57,2 %). Pour 52,7 %, ces articles ne doivent pas nécessairement être neufs. 49,1 % veulent, disent-ils, éviter le gaspillage en donnant une seconde vie à des objets qui sont souvent dans un état impeccable, ou presque. Près de deux parents sur trois revendent, en tout ou en partie, les vêtements et les accessoires lorsque les bébés ont grandi. En moyenne, ces parents touchent 706 €. De quoi réinvestir dans de nouveaux vêtements. 51,4 % conservent une partie de ces articles. 51,1 % affirment en donner.

    Fait marquant, un parent sur deux tient compte de la (future) revente des articles pour bébé, et ce dès leur achat. Cette démarche se traduit par l’achat d’articles de haute qualité (19,7 %), de vêtements unisexes ou de couleurs neutres (19,7 %) ou de marques prisées (17,7 %).

    Les articles le plus souvent revendus sont les vêtements (50,9 %), les Maxi-Cosi (48,6 %), les jouets (46,2 %) et les voitures d’enfant (44,8 %). « Rien que cette semaine, plus de 11.000 petites annonces ont été postées dans la rubrique « Enfants » de 2ememain. Ce qui en fait l’une des rubriques les plus populaires », déclare Alain Buyle, le porte-parole de la société fondée en 1999 et qui compte 3,2 millions de visiteurs par mois.

    Par Pierre Nizet  Source

  • JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019

    Lien permanent

    JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019 le mercredi 9 octobre dès 14h!

    Au programme: animations, présence du Loup, démonstrations, etc

    Vous repartirez avec un sac rempli de surprises et bien entendu notre toute nouveau catalogue des jeux et jouets!!

    ils vous attendent nombreux!

     

    Affiche Fete Du Catalogue NANDRIN clic ici .pdf

    04/3611160

    0478/911639

  • Mode d'emploi du 112 ou 1722

    Lien permanent

    Activation du numéro 1722

    Quand le SPF Intérieur active donc temporairement le numéro 1722.

    Qui appeler si j’ai besoin d’aide ? Demandez-vous si une vie est potentiellement en danger et si l’intervention des pompiers est nécessaire.

    · J’appelle le 112 quand j’ai besoin en urgence d’une ambulance ou des pompiers parce qu’une vie est potentiellement en danger.

    Exemples : risque d’effondrement, danger sur la voie publique (arbre tombé, câble sectionné, pierres tombées…), risque d’incendie, incident avec blessés…

    · J’appelle le 1722 ou j’utilise le formulaire électronique de ma zone de secours (si elle en possède un) quand aucune vie n’est potentiellement en danger mais que j’ai besoin de l’aide des pompiers.

    Exemples : dégâts importants à la toiture, cave inondée, voie publique inondée…

    · J’appelle un professionnel qualifié (ou je répare moi-même) quand aucune vie n’est potentiellement en danger et que les dégâts ne nécessitent pas l’intervention des pompiers. Les numéros 112 et 1722 ne peuvent pas être utilisés dans ces cas.

    Exemples : arbre tombé dans le jardin, véranda endommagée, dommages causés par la grêle au véhicule, panne d’électricité…

    Priorité aux vies en danger Les centrales d’urgence 112 et les pompiers donnent toujours la priorité aux personnes dont la vie est potentiellement en danger. Ils analysent les situations au cas par cas et déterminent qui doit être aidé en premier. Pendant une tempête ou une inondation, ils doivent traiter beaucoup de demandes en même temps. Le numéro 1722 a pour objectif de désengorger les centrales d’urgence 112 et de ne pas faire attendre les personnes dont la vie est en danger. Il ne s’agit pas d’un numéro d’urgence. Faites preuve de patience et ne rappelez pas pour savoir quand les secours arrivent. Seuls les numéros 112 (pompiers, ambulance) et 101 (police) sont des numéros d’urgence. En cas de tempête ou d’inondation, appelez donc le 112 uniquement si une vie est potentiellement en danger. Si vous appelez quand même le 112 pour une intervention non-urgente des pompiers, l’opérateur vous demandera de rappeler le 1722 à la place. L’activation du numéro 1722 est préventive lorsqu’une tempête ou une inondation est annoncée.

    Cette activation ne présage en rien la gravité de l’avertissement et l’ampleur des dégâts éventuels.

    En temps normal, quand il n’y a pas de risque de tempête ou d’inondation et que le numéro 1722 n’est pas activé, vous pouvez appeler le numéro d’urgence 112 pour toute aide urgente d’une ambulance ou une intervention des pompiers.

    Plus d’infos sur www.112.be

    Source

  • Le réacteur nucléaire Tihange 2 à l’arrêt

    Lien permanent

    Le réacteur nucléaire Tihange 2 à l’arrêt: Engie Electrabel a détecté un problème à une pompe

    Le réacteur nucléaire Tihange 2 a été mis à l’arrêt dimanche, indiquent l’Agence fédérale de contrôle nucléaire et Engie Electrabel, qui exploite la centrale située près de Huy.

    Engie Electrabel a détecté un problème à une pompe et a décidé de mettre le réacteur en question à l’arrêt. « Cet évènement n’a eu aucun impact sur la santé des travailleurs et de la population, et sur l’environnement », assure l’AFCN, qui suit la situation de près.

    Tihange 2 devrait être hors-service environ deux semaines, selon les estimations d’Engie Electrabel.

    Source

     

  • Les petites histoires du Blog : C'est l'histoire de ......

    Lien permanent

    C'est l'histoire de quatre individus:

    Chacun

    Quelqu'un

    Quiconque

     et Personne

    Un travail important devait être fait, et on avait demandé à Chacun de s'en occuper.

      Chacun était assuré que Quelqu'un allait le faire.

      Quiconque aurait pu s'en occuper, mais Personne ne l'a fait. 

     Quelqu'un s'est emporté parce qu'il considérait que ce travail était la responsabilité de Chacun

     Chacun croyait que Quiconque pouvait le faire, mais Personne ne s'était rendu compte que Chacun ne le ferait pas. 

    À la fin, Chacun blâmait Quelqu'un du fait que Personne n'avait fait ce que Quiconque aurait dû faire...

    (Lamartine)

  • S’asseoir, lire, réfléchir, commenter ensemble Aujourd'hui 7 octobre 2019

    Lien permanent

    PRIEURE st Martin de Scry
    Chaque premier lundi du mois de 20 à 22 h.
    « S’asseoir, lire, réfléchir, commenter ensemble »
    Dans son encyclique verte Laudato si’ (2015) : hymne à la création et cri d’alerte, le Pape François plaide pour un développement durable et intégral.

    Il parle de « conversion écologique » et dénonce en même temps les attitudes qui font obstacle aux voies de solutions, comme la négation du problème, l’indifférence, la résignation facile ou la foi aveugle dans les solutions techniques.

    Il y mentionne également la peur liée aux incertitudes d’un changement si important. La peur d’une diminution du niveau de vie de notre société aisée que nous tenons pour acquis, malgré notre empreinte sur les écosystèmes et la vie des populations du Sud.
    En lisant ce vibrant appel à la sauvegarde de la création, et en y réfléchissant ensemble : nous essayerons de dégager des pistes pour devenir acteur et ambassadeur soucieux du soin de la création dans nos milieux de vie.
    Première rencontre le lundi 7 octobre 2019 à 20 h.
    Les suivantes : 4 novembre et 2 décembre 2019
    Contact Myriam : 0479/665405 ou myriam@prieure-st-martin.be
    Invitation cordiale à tous

  • Il est encore possible de réserver au Souper Rallye Dal Molin Nicolas le 12 octobre 2019 à Saint-Séverin

    Lien permanent

    Afin de finaliser ma participation au rallye du Condroz  ils organisent un sympathique souper a la salle de st Séverin Nandrin rue Engihoul 

    menu :

    adulte: 2 boulettes + frites = 12 euros
    enfant : 1 boulette + frites = 10 euros

    Suivi d'une soirée dansante .

    Réservation : 0493/305421 jusqu'au 10 octobre 2019

    Souper Rallye Dal Molin Nicolas

    Public
     · Organisé par Nicolas Dlm
  • Une collecte à Marchin pour les SDF et les démunis

    Lien permanent

    L’ASBL « Les Chouïas » de Marchin et le Réseau solidaire wanzois mené par Dominique Servais renouvellent l’opération colis de Noël.
     
    Une opération basée sur la générosité et avec deux finalités. Une première partie des dons comme des vêtements chauds, bonnets, écharpes, gants… sont réservés aux sans-abri en priorité. Ce sont les Lucioles, un collectif de citoyennes liégeoises qui accueille tous les samedis les sans-abri dans une salle paroissiale. « Elles ont commencé dans la rue et sont d’une grande générosité. Je les admire pour la chaleur humaine qu’elles apportent », explique une bénévole de l’ASBL « Les Chouïas ». L’occasion de mettre en lumière la solidarité du réseau associatif. « Entre Les Chouïas et le Réseau solidaire, c’est un vrai partenariat d’entraide depuis quelques années. On s’échange couramment nos surplus respectifs pour mieux agir », souligne Dominique Servais, coordinatrice du Réseau solidaire wanzois. L’autre partie des dons sera redistribuée par le Réseau solidaire wanzois et la Conférence Saint Vincent de Paul de Marchin à destination de familles de la région.
     
    En 2019, l’appel est prioritairement lancé pour des produits de soins : savons, shampoings, dentifrices, brosses à dents… mais aussi tout ce qui est déodorants, after shave, mousses à raser, produits d’hygiène féminine et produits pour bébés. Les deux associations souhaitent aussi récolter des couvertures, des bonnets, des écharpes… et de la laine pour produire ces essentiels nécessaires à beaucoup de personnes. « Nous avons une petite équipe de tricoteuses dans le réseau, de vraies machines de guerre », plaisante Dominique Servais. Peu avant les fêtes, les bénévoles prépareront des petits sacs avec des essentiels et répartiront les dons entre les associations concernées.
     
    En 2018, plusieurs écoles comme l’école Saint-Louis de Strée, l’école Saint-François de Couthuin, l’école Saint-Joseph de Vyle-et-Tharoul, et l’école du Sacré-Cœur de Huy, ont participé à l’opération. Saint-Louis de Strée a déjà annoncé sa participation à l’édition de cette année. « Nous avons eu une très belle opération en 2018. Nous constatons malheureusement que de plus en plus de personnes recourent aux services des Lucioles. Elles ont débuté avec cent personnes, aujourd’hui ils sont parfois plus de 250 personnes à se présenter le samedi », constate l’ASBL « Les Chouïas ». Un constat partagé par Dominique Servais, « chaque année nous recevons de plus en plus de dons, et chaque année, ce n’est pas suffisant. De plus en plus de familles demandent de l’aide et sont dans de réelles situations de difficulté. »
     
    Par SACHA VELKENEERS

    Infos pour les dons : Les Chouïas – 0497/20.63.66 ou Dominique Servais, rue de la Bergère, 15 4520 Wanze – 0496/46.87.84 (dépôt des dons sur le banc solidaire devant sa porte)
     

  • Le 6 ème souper concert de l' Elan Vocal de Nandrin le 12 octobre 2019

    Lien permanent

    Le 6 ème souper concert de l' Elan Vocal de Nandrin le 12 octobre 2019 Salle des Templiers

    Renseignements

    043712864

    0497501530

    0497760787

    Entrée concert 7 €

    12 octobre.jpg

  • Les infos décès de la région aujourd'hui lundi 7 octobre 2019

    Lien permanent


     Madame Monique LEMAIRE

    épouse Adrien Laurant 

    de Villers-le-Temple (4550)
    + 21/11/1942 - 5/10/2019

    Les infos ici 

     

    Monsieur Carlos Manuel de VAULX de CHAMPION
     
    Domicilié à Strée-lez-Huy (4577, Belgique)
    Né à Puenteareas (1150) le jeudi 23 décembre 1937
    Décédé à Strée-lez-Huy (4577, Belgique) le dimanche 6 octobre 2019 à l'âge de 81 ans
    Epoux de Madame Monique PLISNIER

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances aux la familles .