- Page 3

  • Marche ADEPS Aujourd'hui 27 octobre 2019 Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent
    27-10-2019 MARCHE : 5 - 10 - 20 Km 48/4
    Commune Province Entité
    VILLERS-LE-TEMPLE Liège Nandrin
    Lieu de rendez-vous
    Club de Tennis, Priespré, 3 [4550] - Voir la carte / Itinéraire
    Groupement organisateur
    Pionniers 17e Val Mosan - Benoît Beaujean - 0479 657 742
    Covoiturage
    Trouvez un covoiturage grâce à notre partenaire carpool.be

    Source

  • La commune et les riverains se plaignent de nuisances sonores en pleine nuit

    Lien permanent

    Entre les habitants d’Ampsin, ses alentours et Engie Electrabel, le torchon commence légèrement à sentir le roussi. De nombreux habitants ont interpellé le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux, au sujet de désagréments sonores en pleine nuit causés par des tests à la centrale nucléaire de Tihange.


    « Ce bruit devient une véritable torture », « Encore une nuit d’enfer passée », « Nous nous trouvons Chaussée de Liège et cela devient très pénible ces nuisances, surtout pour nos trois enfants », « Même Rue des Fontaines à Amay, on l’entend avec la fenêtre fermée », autant de commentaires postés sous une publication Facebook du bourgmestre et qui témoignent d’un réel inconfort.


    Discussions avec Engie


    La situation a poussé le bourgmestre, lui-même victime des bruits, à s’adresser directement à Engie Electrabel. « Cela fait plusieurs mois qu’ils préviennent de tests sur leurs groupes diesel. Nous comprenons parfaitement le besoin d’assurer la sécurité des installations, mais ce bruit d’hélicoptère s’entend même avec des boules Quies.

    Beaucoup de riverains se sont manifestés et nous avons envoyé une lettre à Engie. On en a également parlé à la récente réunion annuelle des bourgmestres concernés par la centrale. Il faut trouver une solution et améliorer le silencieux », estime Jean-Michel Javaux.


    Du côté de la centrale, on est conscients de la situation. « Les exigences de sûreté nucléaire nous imposent ces tests de bon fonctionnement et d’un durée de 24h tous les 4 ans et demi, mais ils nous arrivent de procéder à des tests de plus courte durée. Ces neuf groupes diesel, essentiels, permettent l’alimentation de la centrale en cas d’une perte du réseau extérieur.

    Nous étudions activement des pistes techniques pour réduire les désagréments. Engie s’excuse pour la gène occassionnée », souligne la responsable communication du site de Tihange, Laure Sovet.


    Compensations insuffisantes


    La discussion a aussi été abordée lors du conseil communal du 24 octobre dernier, notamment sur l’aspect financier et la répartition des compensations payées par les grandes entreprises, ici Engie, aux communes. « Il y a une situation d’inégalité.

    Nous recevons 285.000 euros de compensation. Ce qui n’est pas suffisant, surtout à un moment où les communes sont à la recherche de nouvelles recettes pour assurer les services à la population.

    Ce n’est pas normal qu’Amay reçoive si peu quand un terrain du côté d’Ampsin, proche de la centrale et donc dévalorisé, coûte moins cher que sur le haut de Huy, une commune qui est bien mieux compensée », estime le bourgmestre d’Amay.

    Selon un précédent article de La Meuse, Huy toucherait grâce à une convention individuelle une compensation de trois millions d’euros. Une somme ne prenant pas en compte divers taxations - comme le précompte immobilier - qui rapporteraient près de 15 millions d’euros. Du côté de Tihange, on n’a pas souhaité réagir sur ce dossier. « Nous restons attentifs aux conditions de vie de nos citoyens.

    On comprend un ou deux tests par an, mais la récurrence est trop importante à l’heure actuelle. Il faudra aussi poser le débat sur la sortie progressive du nucléaire », conclut le bourgmestre d’Amay.

    Par Sacha Velkeneers

    Source

     

  • Aujourd'hui dimanche 27 octobre 2019 Marche ADEPS des pionniers de Villers-le -Temple

    Lien permanent

    Le dimanche 27 octobre prochain organisation d'une marche ADEPS  au profit d'un voyage humanitaire en juillet 2020 des pionniers .

    Celle-ci se passera au tennis de Villers-le-Temple (TC Templier) de 8h à 18h avec bar et petite restauration à disposition.

    Les différents parcours offerts sont 5 - 10 - 15 - 20 km et traverse notre belle commune et ses bois. 

    27 octobre pion.JPG

  • Les avions volent très bas et font beaucoup de bruit

    Lien permanent

    Depuis plusieurs semaines, de nombreux citoyens sont importunés par des nuisances sonores inhabituelles. De nombreux avions survolent à basse altitude la commune de Clavier et aux alentours à destination de l’aéroport de Bierset.

     

    Une situation qui ne peut plus durer pour Laïdya Syne dérangée depuis le début de l’été.


    Laïdya Syne habite Clavier. Depuis plusieurs semaines, ses soirées et nuits sont dérangées par les bruits intempestifs des moteurs d’avion. « Depuis le début de l’été, les avions passent de plus en plus bas.

    Ils font tellement de bruit qu’on les entend en plus de la télévision », nous explique la Claviéroise qui a observé un passage beaucoup plus fréquent.

    « Cela commence souvent à partir de 22 heures. Parfois il arrive qu’il y ait seulement entre 5 et 10 minutes d’écart entre eux.

    Auparavant il y en avait très peu ou à la même fréquence, mais ils survolaient plus haut », ajoute Laïdya qui précise que la situation n’est pas encore au stade de provoquer des insomnies. « Fort heureusement, ils ne réveillent pas nos enfants mais c’est tout de même dérangeant ».
    Pour Laïdya, il est temps de réagir. Le trafic aérien est beaucoup plus dense sur cet axe.

    « Parfois, ils volent tellement bas qu’on pourrait presque lire la compagnie aérienne.

    J’ai également l’impression que ceux qui survolent actuellement la commune sont des avions de marchandises car c’est ceux qui font le plus bruit. Plus ils sont chargés, plus ils font de bruit », ajoute celle qui espère que d’autres habitants de la commune ou aux alentours vont se manifester.

    « Je sais qu’il y a quelques mois, des citoyens des communes Nandrin et de Neupré ont exprimé leur mécontentement et ils ont obtenu gain de cause ».

    zygomaton.jpg


    « Il n’y a pas de changement au niveau des couloirs aériens »


    De son côté, Laïdya ne compte pas en rester là. « J’ai contacté la SOWAER environnement situé à l’aéroport de Bierset. Je n’ai pas grand espoir qu’ils me répondent mais j’ai essayé », poursuit la Claviéroise qui s’inquiète davantage avec l’arrivée du géant chinois Alibaba.


    Face aux mécontentements de certains riverains, Bénédicte Grandgagnage, conseillère en communication de la SOWAER a tenu à les rassurer. « Depuis 2018, les conditions climatiques et les fortes chaleurs ont provoqué de nombreux changements au sein du trafic aérien.

    20 % des avions, en plus, doivent désormais voler dans le sens inverse du vent. Ce qui provoque certainement un peu plus de bruit par endroit. Mais au-dessus de la commune de Clavier, ils survolent à 2700 pieds donc 1,5 kilomètre. C’est encore fort haut !

    On ne peut pas dire que ce sont des décibels trop élevés. Nous contrôlons toutes les trajectoires avec des diapasons. Ils permettent de dire les décibels émis en fonction des communes mais nous sommes disponibles pour écouter les habitants qui ne sont pas contents. Ils peuvent prendre contact avec nous », conclut Bénédicte Grandgagnage.


    Par Amélie Dubois

    Source

  • Offre d'emploi

    Lien permanent

    Emploi  Le TEC recrute !
    Intéressé(e) ? Postule vite ! 
    Infos et conditions sur http://bit.ly/jobs-tec

     

    Clic ici 

     

    Le TEC

  • Expo L'expérience critique : Réfléchir ne nuit pas à la santé du 26 octobre au 11 novembre 2019

    Lien permanent

    expo laic.JPG

    ExpoInvit_26102019_000286.clic ici pdf

  • Marché de nos Producteurs le 16 novembre 2019 à Nandrin

    Lien permanent

    L'événement Faccebook l'annonce

    A l'occasion de l'inauguration de notre "Magasin des Producteurs", nous mettons les petits plats dans les grands et vous invitons au marché des producteurs.

    Fruits, bières, légumes, jus, viandes, fromages, pains, salaisons…

    Tous nos producteurs locaux seront là pour vous rencontrer et vous faire (re)découvrir tous leurs délices : burgers, toasts et caviars de légumes, bières au fût, raclette, charcuteries… On a pensé à tout!!

    Une journée festive qui sera aussi l'occasion de faire connaissance avec l'équipe de Point Ferme.

    Le magasin de nos Producteurs
    rue Tige des Saules 48, 4550 Nandrin

    Le magasin de nos Producteurs

    Marché de nos Producteurs

  • Bourse aux jouets, livres et articles de puériculture aujourd'hui 26 octobre 2019

    Lien permanent

    Aujourd'hui samedi 26 octobre, de 10 à 14h30, dans la salle Bois Rosine, rue Bois Rosine, à Strée, une bourse aux
    jouets, livres et articles de puériculture est organisée.
    Le dépôt est prévu la veille, le vendredi 25 octobre, de 17 à 21h et la reprise, le samedi 26 octobre, de 19 à
    20h.
    Il est demandé un maximum de 20 articles par liste. Prix : 0,50 euro/liste déposée. Sachez que 20%
    de la vente seront retenus au profit de l’asbl AEC (Aide aux Enfants Cancéreux).
    Renseignements : F.Goose.- 085/51.30.94

  • Parce que oui, on change encore…on passe à l’heure d’hiver cette nuit du 26 au 27 octobre 2019

    Lien permanent

    En attendant, il va falloir encore régler nos montres : le passage à l’heure d’hiver s’effectuant toujours le dernier dimanche d’octobre, cette année cela tombe dans la nuit du samedi 26 octobre au dimanche 27 octobre. À 3 heures du matin, il faudra enlever 60 minutes à l’heure légale, il sera alors 2 heures.

    Source

    heure hiver .jpg

  • Les Legend Boucles en province de Liège: c’est terminé

    Lien permanent

    À trois mois du départ des Legend Boucles of… Bastogne, Pierre Delettre a présenté les grandes lignes de l’épreuve ardennaise réservée aux véhicules historiques.

    Avec une annonce qui ne manquera pas de secouer les nostalgiques de la grande époque des Boucles de Spa… «Le parcours 2020 ne passera plus en province de Liège», asséna le fils des propriétaires du Pitchoun, célèbre établissement spadois qui a largement contribué à la réputation des Boucles dans les années 70 à 90.

    «Désormais, toute l’épreuve (du 31 janvier au 2 février, ndlr) va se concentrer du côté de Bastogne et de Libramont.

    Ces dernières années, les concurrents se plaignaient régulièrement de devoir effectuer de longs tronçons transitoires sur autoroute entre les épreuves chronométrées du côté de Bastogne puis de ‘monter’ vers Spa.»

    Ainsi, les spectateurs férus des passages sur les petites routes truffées de pièges de Basse-Bodeux, Stoumont et Wanne devront se rendre plus loin en Ardenne pour voir les grands-mères en action.

    Dans la foulée, on tire aussi un trait sur le parc de regroupement de Coo qui attirait, chaque année, des centaines de personnes au moment des Boucles.

    Ce sont des pans entiers de l’histoire du sport automobile belge, voire international, qui seront rayés de la carte du rallye le 1er week-end de février.

    Il ne faut guère pousser le patron des Boucles, spadois d’origine, dans ses retranchements pour comprendre que la vraie raison est tout sauf logistique: «Franchement, j’en ai plus que marre de la mentalité des élus de cette région», clame Pierre Delettre.

    «Quand je compare la façon dont on est accueilli du côté de Bastogne et de Libramont par rapport aux manières condescendantes de leurs homologues spadois, je me félicite que notre épreuve puisse se déployer ailleurs. Il suffit de se rappeler la façon dont ont été traités les organisateurs du rallye de Trois-Ponts voici quelques mois pour comprendre à quel point les élus communaux considèrent le rallye comme une vache à lait. Désormais, ce sera sans nous.»

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Source

  • Eric Hautphenne élu président de la Fédération PS de Huy-Waremme

    Lien permanent
    Le nouveau président de la Fédération PS de Huy-Waremme est connu. Il s’agit d’Eric Hautphenne, le bourgmestre de Héron. Il a été élu avec 68,8 % des voix. Le vice-président de la Fédération est le Marchinois Eric Lomba. Eric Hautphenne se présentait face à Marc Foccroulle qui présidait la Fédération depuis 2017.
    « C’est une grande satisfaction. Quand je vois le score, mais aussi le nombre de votants, deux affiliés sur trois ont voté, c’est une belle satisfaction démocratique ». Quelques minutes après son élection, Eric Hautphenne était heureux. Comme il l’avait déjà promis lors de la campagne il a annoncé qu’il comptait travailler dans un esprit rassembleur : « Dès demain, nous nous mettrons au travail avec tous. »
    Eric Hautphenne a été élu avec 68,8 % des voix. A la vice-présidence, le Marchinois Eric Lomba a recueilli 51,7 % et la trésorie, Jean François Ronveaux (seul candidat) 86,2 %. Au total 66 % des affiliés au PS de Huy-Waremme, soit près de deux affiliés sur trois, ont voté.
    La campagne visant à élire le nouveau président de la fédération de Huy-Waremme s’est déroulée dans un climat assez tendu : les députés de l’arrondissement étaient divisés quant au choix des candidats. Et l’affichage de leur préférence a irrité certains militants.
    Les militants avaient le choix entre deux candidats : le Braivois Marc Foccroulle, 54 ans, président de la Fédération PS de Huy-Waremme depuis 2017 et Eric Hautphenne, 57 ans, bourgmestre de Héron.
     
    Marc Foccroulle avait pris les rênes de la Fédération suite à la démission de Serge Manzato, éclaboussé par le sacndale Publifin. A l’époque seul candidat en lice après avoir occupé le poste de vice-président à trois reprises, Marc Foccroulle avait récolté 57,15 % des voix des militants de l’arrondissement. Le présentait se présentait en ticket, aux côtés de Thomas Bols et Stéphanie Kiproski qui briguent les vice-présidences.
    Eric Hautphenne, 57 ans, est mandataire communal à Héron depuis 2000. Echevin pendant 4 ans (de 2000 à 2004), il a été élu bourgmestre en 2005, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.
    Sur le plan privé et professionnel, ce père de deux grands enfants est directeur à l’agence wallonne à l’exportation. Le Héronnais se présentait aux côtés du Marchinois, Eric Lomba, qui briguait la vice-présidence.
    Christophe Lacroix contre Marc Tarabella
    Les deux candidatures ont divisé les militants. D’un côté, les députés fédéraux Christophe Lacroix et Hervé Rigot, ainsi que le député provincial Robert Meureau, ont affiché leur soutien à Marc Foccroulle. De l’autre, le député européen Marc Tarabella s’est positionné, dans une vidéo, en faveur d’Eric Hautphenne. Des prises de positions qui n’ont pas plu à Julien André, président des Jeunes Socialistes de Huy-Waremme : « Ce n’est pas correct de la part des députés d’afficher leur choix alors que les militants n’ont pas encore pu prendre connaissance des projets proposés par les candidats » nous confiait-il le 16 octobre dernier.
     

    Par A.BT

     
  • Visite de la réserve naturelle de Rognac: La forêt en automne demain 27 octobre 2019

    Lien permanent

    L’Office communal du Tourisme de Flémalle, en collaboration avec Natagora, vous invite à découvrir cette réserve située à cheval entre les communes de Flémalle et Neuville.
    Le rendez-vous est fixé à 9h30 à l’entrée de la réserve, rue des Violettes – Neuville.
    Réservation obligatoire. Chiens non admis.
    Dimanche: de 9:30 à 11:30
    Gratuit.
    Durée : environ 2h.
    Guide : P. Eloy – 085/51.28.36v
    Infos et réservations:  
    Où :A l'Entrée de la Réserve Naturelle de Rognac
    Rue Des Violettes
    4121 Neuville-en-Condroz
    Téléphone :085/51.28.36 - Réservation obligatoire
     

  • Aujourd'hui 26 octobre 2019, envie de devenir donneur d’organes ?

    Lien permanent

    Envie de devenir donneur d’organes ?
     Votre commune ouvre ses portes ce 26 octobre de 10h à 12h.
     Venez remplir le formulaire et sauvez des vies
    Retrouvez la liste complète des communes participantes sur   Make Belgium Great Again - RTL TVI

  • Elle recherche le cheval qu’elle avait vendu à une Marchinoise

    Lien permanent

    Sandrine Remacle est originaire du Hainaut. Avec son fils âgé de 19 ans, ils sont tous deux passionnés par l’équitation. Il y a quelques années, elle acquiert deux chevaux, Spirit et Lucky. Mais en 2015, elle est contraindre de vendre Lucky à une habitante de Marchin qui lui avait promis de donner des nouvelles de l’animal. Depuis quelques mois, Sandrine n’en a plus et se demande où a disparu son ancien cheval qu’elle adorait tant.
    Sandrine Remacle est originaire du Hainaut. Avec son fils âgé de 19 ans, ils sont tous deux passionnés par l’équitation. Il y a quelques années, elle acquiert deux chevaux, Spirit et Lucky. Mais en 2015, elle est contraindre de vendre Lucky à une habitante de Marchin qui lui avait promis de donner des nouvelles de l’animal. Depuis quelques mois, Sandrine n’en a plus et se demande où a disparu son ancien cheval qu’elle adorait tant.
     
    Suite à un divorce en 2015, elle ne peut plus assumer financièrement les deux chevaux. « J’ai dû prendre une décision difficile autant pour mon fils que pour moi. Cela n’a pas été évident mais parfois on n’a pas le choix et j’ai vendu Lucky à une habitante de Marchin. Cela nous a fendu le cœur », nous explique-t-elle. L’animal est très vite revendu mais entre l’acheteuse et Sandrine un contrat est établi. « Nous avions signé une clause dans laquelle il était mentionné que la nouvelle propriétaire devait me donner de temps à autre des nouvelles du cheval. Chose que j’ai eue au début mais plus par la suite », ajoute Sandrine.
    « Nous souffrons terriblement »
    Voyant les mois passés, sans nouvelle de son animal qu’elle adorait tant, Sandrine tente de renouer le contact la propriétaire. « J’ai essayé de l’appeler mais elle ne répondait plus. Jusqu’à ce que j’appelle avec un autre numéro. Elle a fini par décrocher pour m’annoncer qu’il était atteint de polyarthrite et que Lucky était bon pour la boucherie. Elle a également ajouté qu’elle l’avait placé dans un centre d’éthologie à Huy mais qu’elle ne voulait pas me transmettre l’endroit où il se trouvait », nous déclare Sandrine à son plus grand désespoir. « Nous souffrons terriblement de ce silence avec mon fils. Nous voulons simplement savoir s’il va bien et si on peut aller le voir. Je ne demande pas à le récupérer sauf s’il est maltraité ».
    Sans plus tarder, Sandrine a contacté la Confédération Wallonie-Bruxelles du cheval. « Etant donné que Lucky est pucé, l’institution pourrait m’indiquer où il se trouve mais pour le moment je n’ai pas encore eu de réponse. Cette démarche est à comparable à celle de chercher une aiguille dans une botte de foin », souligne celle qui espère que les cavaliers pourront reconnaître son « Lucky ». Pour la contacter : 0470 184 338 ou par mail saremacle@hotmail.be.
     
    Par AD 
     
     

  • La liste complète des engagés au Rallye du Condroz 2019

    Lien permanent

    0. Jullien/Willem (Mitsubishi Lancer EVO 6) 1. Princen/Kaspers (Skoda Fabia R5) 2. Lefebvre/Dubois (Ford Fiesta R5 MKII) 3. Loubet/Landais (Skoda Fabia R5) 4. Bedoret/Walbrecq (Skoda Fabia R5 Evo) 5. Fernemont/Maillen (Skoda Fabia R5) 6. De Mévius Gh./Jalet (Skoda Fabia R5) 7. Cherain/Portier (VW Polo GTI R5) 8. De Mévius Gu./Wydaeghe (Citroën C3 R5) 9. Matton/Podgorny (Skoda Fabia R5) 10. Munster G./Louka (Skoda Fabia R5) 11. Reynvoet/Verbeke (Skoda Fabia R5) 12. Demaerschalk/Vanneste (Ford Fiesta R5 MKII) 14. Molle/Barral (Citroën C3 R5) 15. Bouillon/De Preter (Ford Fiesta R5) 16. Vanneste/D’Alleine (Citroën C3 R5) 17. Bouche/Jamar (VW Polo GTI R5) 18. De Cecco/Humblet (Skoda Fabia R5) 19. Rouard/Poncelet (Skoda Fabia R5) 20. Baugnet/Rondelet (VW Polo GTI R5) 21. Cracco PJM/Vermeulen (Skoda Fabia R5) 22. Collard/Dubois (Skoda Fabia R5) 23. Potty/Maquet (VW Polo GTI R5) 24. Delhez/Bollette (Porsche 997 GT3)25. Gaban/Penoy (Porsche GT3 RS) 27. Mazuin/Fernandez (Peugeot 208 R2) 28. Munster C./Brion (Opel Adam R2) 29. Pyck/Mourisse (Peugeot 208 R2) 30. Bouvy/Toubon (Porsche 997 GT3) 31. Wartique/Lardinois (Porsche 997 GT3) 32. Debackere/Krieger (Skoda Fabia R5) 33. Van Den Dries/Gallo (Skoda Fabia S2000) 34. Verreydt/Hubin (Porsche 997 GT3) 35. Bux/Spittaels (Porsche 997 GT3) 36. Verstaen/Botson (Ford Fiesta R5) 37. Simpson/Gibson (Skoda Fabia R5) 38. Monfort/Lambion (Skoda Fabia R5) 39. Serderidis/Tsjoen (Skoda Fabia R5) 40. Hubin/Rigo (Skoda Fabia WRC) 41. Jupsin/Mawet (Dacia Sandero R4) 42. Busin/Fraiture (Skoda Fabia R5) 43. Litt/Monjoie (Skoda Fabia R5) 44. Gonay/Jacob (Citroën C3 R5) 45. Schmelcher/Ombelet (VW Polo GTI R5) 46. Verschueren/Prévot (VW Polo GTI R5) 47. Van Der Marel T./Van Der Marel R. (Opel Adam R2) 48. Colignon/Sorlet (Mitsubishi Lancer EVO IX) 49. Willems/Noveveaux (Subaru Impreza) 50. Verhees/Limbioul Mitsubishi Lancer Evo IX) 51. Tsjoens/Balcaen (Mitsubishi EVO X) 52. Bouts/Fiasse (Renault Clio R3T) 53. Tomballe/Riguelle (Citroën DS3 R3) 54. Boesmans/Wathelet (Ford Fiesta R2) 55. Vanbergen/Dal Molin (Peugeot 208 R2) 56. Docquier O./Docquier A. (Citroën C2 R2 Max) 57. Berleur/Mottin (Peugeot 208 R2) 58. Deferm/Surson (Ford Escort MKII) 59. Maeyaert/Dewulf (Ford Escort MKII) 60. Kellen/Hoffmann (Ford Fiesta MK2) 61. Kerkhove/Doublet (Ford Escort MKII) 62. Deveux/Vangrieken (Ford Sierra Cosworth 4x4) 63. Van De Wauver/ Marnette (Lancia Beta Monte Carlo) 64. Deblauwe/Lemaire (Ford Escort RS 1800) 65. Daco/Sevrin (Ford Escort MKII) 66. Lausberg A./Lausberg G. (Porsche SC) 67. Gerome/Geilenkirchen (Ford Escort MKII) 68. Tollet/Wilmet (Ford Escort RS 2000) 69. Orban/Cailloux (Mitsubishi Lancer Evo VIII) 70. Caprasse/Prignon (Audi Quattro) 71. Destrument/Dambrain
    72. Boulanger/Vilmot (Mitsubishi Lancer Evo X) 73. Goedert/Freichel (Subaru Impreza WRX Sti) 74. Heyrick/Huygelier (Subaru Impreza) 75. Lefevre/Loest (Mitsubishi Lancer) 76. Lemaire/Minne (Mitsubishi Lancer Evo IX) 77. Cornet/Pirard (Opel Ascona) 78. Collette/Huberlant (Ford Escort MKII) 79. Remilly/Galand (Renault Clio) 80. Vancoillie/Depoortere (Opel Kadet GTE) 81. Debaere/Lemahieu (BMW Compact M3) 82. Ceuppens/Werner (BMW 130i) 83. Thiry/Garsou (Peugeot 306) 84. Neven/Lallemand (Citroën DS3 R3 Max) 85. Jensen/Fasterholdt (Renault Clio R3T) 86. ‘S Heeren/Delaite (Citroën DS3 R3T) 87. Leroy/Durand (Renault Clio R3) 88. Septon/Boussifet (Ford Fiesta R200) 89. Delrue/Mongelluzzi (Citroën C2 R2) 90. De Jesus/Mazuin (Skoda Fabia) 91. Grommen Jimmy/Duchesne (Opel Adam) 92. Howlett/Vandevenne 93. Catelin/Ozeel (Renault Clio) 94. Crommen/Wuidart (Citroën C2 R2) 95. Valepin/Bourguignon (VW Golf 3 Kit Car) 96. Dumont/Borlez (Skoda Fabia R2) 97. Vandermarliere/Valcke (Peugeot 208) 98. Gillot/Mattart (Ford Escort MKII) 99. Vankemmel/Vandemoortele (Opel Ascona A) 100. Glaude/Hugo (Volvo 144s) 101. Buyse/Balanger (Porsche 911) 102. Jamoulle/Lecocq (Renault Clio) 103. Roiseux/Gathy (BMW 323 i E21) 104. Hoens M. Hoens N. (Ford Escort MKI) 105. Masquelier/Therin (BMW M3 E36) 106. Fernandez/Dawance (Renault Clio R3) 107. Barbé/Picoli (BMW E36) 108. Kranenburg/De Klerk (Opel Adam Cup) 109. Menzing/Van Teunenbroek (Opel Adam Cup) 110.Lamy/Warzée (Citroën C2) 111. Fagnant/Lemasson (Renault Clio RS) 112. Famerée/Faniel (Peugeot 207) 113. Lamy/Henrot (Volvo 242) 114. Dekimpe/Leroy (Ford Escort) 115. Mathieu/Raashaert (Reanult Clio RS-116. Gilain/Priarolo (Ford Fiesta) 117. De Wilde/Thonnard (Honda Civic) 118. Delbruyere/Royer (VW Golf) 119. Lux/Collette (Subaru Impreza) 120. Beulen/Simonis (Peugeot 106) 121. Petitfrère/Blaton (Renault Clio) 122. Brahy/Razzi (Opel Adam R2) 123.Lepailly/Toffoli (Renault Clio RS) 124. Larivière/Cuyvers (Citroën C2) 125. Cawez/Demaddalena (VW Polo 16v) 126. Vandenberghe/Vandevyvere (Renault Clio) 127. Loyen/Demarche (Opel Adam) 128. Soetaert/Henry (Renault Twingo) 129. Jacques/Lacaille (Peugeot 206 RC) 130. Spittaels/Hendrickx (Renault Twingo) 131. De Mol/Colle (Renault Twingo) 132. Poch/Mottart (Renault Clio) 133. Dubois/Barsi (Peugeot) 134. Chamberlan/Bosquelle (Opel Astra) 135. Piot/Ninane (Skoda Fabia) 136. Gerard/Deguelde (Citroën Saxo) 137. Sanzot/Gillet (Skoda Fabia) 138. Van Kessel/Goffin (Peugeot 106 GTI) 139. Vanherle G./Vanherle L. (Peugeot 106) 140. Leroy/Leduc (Citroën Saxo) 141. Pahaut/Morsa (Peugeot 106) 142. Jamin/Beyers (Daf 66 Marathon)
    Par GILLES DANDUMONT

     

    Source

  • Plus on a des difficultés financières, moins on prend le temps de cuisiner ?

    Lien permanent

    Entre 2013 et 2019, avec moins 9 minutes et 33 secondes, ce sont les Belges ayant de fortes difficultés fiancières qui ont perdu le plus temps lors de la préparation du souper.

    «Contrairement à ce que beaucoup de Belges pensent, on peut manger sainement pour pas cher.

    L’excuse d’avoir un petit budget n’est est pas vraiment une.

    Si on est dans cette situation, il est recommandé de faire ses menus à l’avance sur base des promotions et des produits de saison. On évite aussi de faire ses courses le ventre vide.

    J’ai un jour aidé une dame qui avait du mal à gérer son budget. Je lui ai donné ces deux conseils, ainsi que celui de préparer en plus grande quantité et congeler.

    Depuis, elle s’en sort mieux financièrement», réagit Émilie Legay.

    «Les personnes ayant des difficultés financières ont plus vite tendance à acheter exclusivement des plats préparés, des produits blancs ou des snacks. Si cela semble moins cher au premier abord, la qualité nutritionnelle est rarement là.

    Ils ont donc plus vite faim et se rabattent vers des sucreries. Ils ont aussi plus vite des soucis de santé comme du surpoids ou du diabète. Ces types d’alimentation sont loin d’être la bonne solution pour eux», ajoute une nutritionniste namuroise.

    Après les personnes en difficulté arrivent ceux qui savent mettre beaucoup d’argent de côté (moins 8 minutes), les personnes isolées sans enfant et les 46 à 60 ans (avec respectivement moins 6 minutes). «Pour les personnes isolées, il est vrai qu’il est plus diffi cile de cuisiner rien que pour soi.

    On peut donc leur conseiller d’opter pour des livraisons de repas, comme certains CPAS le proposent. Mais, il faut vérifier que leur préparation est réalisée en collaboration avec des diététiciens et des nutritionnistes afin de s’assurer d’avoir les apports nécessaires pour être en bonne santé», précise la diététicienne Émilie Legay.

    18-30 ANS PLUS CONSCIENTS

    Par contre, seuls les 18-30 ans restent plus longtemps en cuisine qu’en 2013.

    Ils sont passés de 39 minutes à 40 minutes. «Ceci montre que les jeunes ont pris conscience des risques de certains aliments, ils préfèrent donc prendre plus de temps mais manger mieux. Certains n’hésitent pas à rogner sur le temps passé devant la télévision ou leur smartphone.

    C’est un signal plus que positif », conclut la spécialiste. -

    Par   ALISON V

     

    Source

  • Une boîte à Livres à Yernée Nandrin

    Lien permanent

    Nouveauté à Yernée Nandrin .

    Une boîte à livres , réalisation par les habitants du quartier , mis en place par le personnel communal de Nandrin, dans le hameau de Yernée  sur le coin de la rue Trihettes et Saint-Donat !!!

    Superbe initiative et réalisation .

    2 boites à l.jpg

  • Festival International du Film de Comédie de Liège du 6 au 10 novembre 2019

    Lien permanent

     

    Le 4ème Festival International du Film de Comédie de Liège se tiendra du 06 novembre au 10 novembre 2019.

    Cette nouvelle édition s'annonce haute en couleurs avec toujours plus de films, d'invités, de rencontres inédites et d'animations ! Pendant 5 jours, la comédie sera au cœur de la Cité ardente !

    Toutes les infos sur https://www.fifcl.be/

     

    Festival International du Film de Comédie de Liège

     

    FIFCL LIÈGE 2019

     

  • Vous souhaitez faire de bonnes affaires, pensez déjà à vos achats de Saint-Nicolas.

    Lien permanent
    On n’a pas encore fêté Halloween et pourtant, si vous souhaitez faire de bonnes affaires, pensez déjà à vos achats de Saint-Nicolas. Les enseignes font traditionnellement des remises de la mi-octobre à la fin novembre. Mais rarement juste avant la fête des enfants.

    Les magasins récompensent les acheteurs prévoyants : dans les catalogues de jouets qui viennent d’atterrir dans nos boîtes aux lettres, les bonnes affaires sont légion si on achète maintenant.
    Ceux qui pensent que le mieux est d’attendre, à limite à quelques jours de la fête du Grand Saint, se trompent : les magasins se disent que, de toute façon, vous ferez vos achats pour combler vos enfants et donc, ne voient aucun intérêt à vous faire des remises.
    Et puis, plus vite les jouets sont achetés, plus vite, les magasins savent quels sont ceux qui ont vraiment la cote. Ils peuvent donc mieux organiser leur approvisionnement et réajuster leurs stocks, ce qui pour eux est une plus-value.

    En magasin ou sur internet ?

    Choisir un jouet pour son enfant en pouvant le manipuler et l’observer sous toutes ses coutures, c’est souvent un plus. C’est pourquoi, la plupart des achats se font encore en magasin. Mais les sites internet commencent à avoir de plus en plus de succès, d’autant que souvent, on y trouve toujours les références souhaitées et que les prix peuvent être très attrayants.

    Notre conseil : n’hésitez pas à surfer sur des sites étrangers, allemands ou hollandais par exemple. Les prix y sont souvent plus bas que chez nous. Mais avant de vous lancer, comparez. Et les folders, et les sites. Un travail peut-être un peu fastidieux mais qui en vaut la peine. A noter que certains sites effectuent le travail pour vous comme par exemple Brickwatch.com qui compare le coût de plus de 1.600 Lego dans quarante boutiques en ligne. Playmowatch.com fonctionne de la même manière, mais pour Playmobil. Et Pepper.com recherche les meilleures offres pour différentes marques. Il ne vous restera donc plus qu’à comparer avec les folders des enseignes traditionnelles.

    Autre solution pour faire des économies : se rabattre sur les sites de seconde main ou se balader dans les bourses aux jouets qui fleurissent en ce moment. On peut parfois y faire de très bonnes affaires.
     
     
    Carrefour
    Cinq fois la différence

    Carrefour s’engage à rembourser 5 fois la différence du prix d’un jouet si vous trouvez moins cher ailleurs. L’offre est valable jusqu’au 6 décembre. Avec cependant des conditions bien précises : le magasin où vous trouverez peut-être le jouet (identique bien entendu) moins cher devra se trouver dans un rayon de 30 km de votre hyper et en Belgique. Et la comparaison ne vaut que sur les articles des folders, pas sur les offres internet.

    Maxitoys
    Plein de remises pour les 30 ans

    Maxitoys fête ses 30 ans et, pour l’occasion, offre toute une série de promotions à ses clients en ce moment.
    Dès aujourd’hui et les 25, 26 et 27 octobre, il y aura une remise de 15% dès 50 euros d’achats. Le catalogue est parsemé d’offres promotionnelles valables à des périodes très précises. Mieux vaut donc bien le feuilleter. Des exemples ? Jusqu’au 8 décembre, à l’achat d’un puzzle Jumbo, un gratuit; jusqu’au 2 décembre, un produit Chicco acheté, un gratuit.

    Dreamland
    Des remises jusqu’au 3 novembre

    Dreamland n’est pas en reste non plus au niveau des remises. Du 26 octobre au 3 novembre, l’enseigne lance une action intéressante : 15% sur les jouets à l’achat de minimum 50 euros et même 20% si votre ticket s’élève à au moins 150 euros. En magasin comme sur internet. Les clients doivent posséder la carte Xtra.

    Autre promotion, mais cette fois du 4 novembre au 6 décembre : un bon de 10% sur tous les jouets à découper dans le catalogue et à présenter à la caisse en même temps que la carte Xtra.
    Une réduction valable aussi sur le webshop grâce au code renseigné dans le folder.

    Cora
    Moins 21% sur un jouet au choix

    Outre un concours pour gagner ses courses de Saint-Nicolas, outre le fait que le magasin s’engage à rembourser 2 fois la différence si on trouve moins cher (d’après les folders et dans un rayon de 20 km), l’enseigne fera une remise de 21% sur un jouet au choix jusqu’au 28 octobre.
     
    Attention, certains articles comme les vélos ou les consoles, sont exclus de cette promotion. Autres actions : 20% de remise jusqu’au 4 novembre sur 6 jeux de société; jusqu’au 2 décembre, un jouet Chicco acheté, un gratuit. Et dans le folder, un coupon vous donnera droit à une remise de 10% (à l’achat de 2) ou de 20% (à l’achat de 3) sur les figurines Funko Pop. Une offre valable jusqu’au 23 novembre.
     

    Par M.Parez

    |
     
  • Attention Les bébés hérissons en péril à l’approche de l’hiver

    Lien permanent

    Les bébés hérissons affluent par centaines dans les centres de revalidation du pays, ces dernières semaines.

    « Le problème, c’est que beaucoup de jeunes se retrouvent dans la nature à cause des nichées tardives », explique Carole-Anne, bénévole au CREAVES (centres de revalidation des espèces animales vivant à l’état sauvage). Et la plupart d’entre eux sont très, très jeunes… Âgés de quelques semaines à peine, les vagues de froid qui ont touché notre pays au début du mois d’octobre leur ont été fatales, et les basses températures des prochains mois ne les épargneront pas non plus.

    Si les bébés de ces petites bêtes à piquants sont si nombreux, c’est à cause du « réchauffement climatique », qui a décalé les nichées d’un mois. En ce moment, les plus jeunes de cette espèce protégée et en voie de disparition devraient atteindre un poids minimal de 600 grammes. Mais certains en pèsent moins de 100 à leur arrivée au centre : « Les jeunes n’ont pas le temps de se préparer pour l’hibernation car la nourriture n’est déjà plus disponible », explique Carole-Anne. Ils se retrouvent sous-alimentés, faibles et en proie à l’hypothermie et aux parasites. Il ne faut pas hésiter à prévenir un centre CREAVES lorsqu’on aperçoit un hérisson en péril : s’il a l’air seul, apparaît en pleine journée, montre des signes de faiblesses, paraît fort jeune…

    Par An.-C.C

    Source.

  • Unique: une crèche pour chiens a ouvert à Liège

    Lien permanent

    Une garderie pour chiens a ouvert ses portes au numéro 90 du boulevard d’Avroy, à Liège. Que ce soit le temps d’une course en ville ou toute la journée, toutou ne sera désormais plus jamais seul. «Paco and Co» accueille votre chien comme à la maison.

    Votre cœur se serre lorsque vous partez travailler et que votre toutou reste à la maison? Ses grands yeux suppliants vous font craquer?

    C’est de ce constat qu’est partie Tina Bovino, toiletteuse de formation, pour ouvrir son établissement, au concept unique en région liégeoise: une crèche pour chiens! Non, vous ne rêvez pas.

    Désormais, votre chien aussi pourra passer ses journées à jouer avec ses camarades sous haute surveillance. Tout comme pour les bambins, Tina Bovino a créé un lieu d’accueil… mais pour les chiens!

    «Depuis toute petite, je suis passionnée par les animaux», nous explique-t-elle.

    «En février, j’ai décidé d’ouvrir mon bar à thème. À l’époque, j’envisageais de tenir un bar à jeux et consoles.»

    Mais en mars, l’adoption de Paco, un mâtin espagnol de quelques semaines, change sa destinée. «Je me suis demandé si je pourrais le prendre avec moi au travail.

    C’était inconcevable de le laisser seul toute la journée…», raconte Tina Bovino. De là, naît l’idée d’un «dog café».

    Le concept comporte plusieurs déclinaisons. Une partie café avec boissons et petites restaurations en présente de Paco et Lola, un mâtin et un chihuahua, mascottes de l’établissement.

    Mais pas seulement puisque chaque client est le bienvenu avec son chien! Bien sûr, ce n’est pas nouveau puisqu’il n’est pas rare qu’un café accepte les chiens. À une différence près: chez «Paco and Co», les chiens – à condition d’être sociables – peuvent être lâchés et s’amuser dans le café.

    Derrière les tables, un grand espace sécurisé par une barrière accueille la «garderie».

    «Les propriétaires peuvent déposer leurs chiens pour quelques heures, pour l’après-midi ou bien pour toute la journée», précise Tina Bovino. Et le programme s’annonce chargé: «Les pensionnaires sont promenés une heure le matin avant l’ouverture du dog café et une heure sur le temps de midi».


    DÉJÀ DES HABITUÉS

    À la demande de ses ‘parents’, toutou peut également être nourri sur place. Le reste du temps, il choisit de se reposer sur l’un des nombreux coussins ou bien de jouer avec une balle ou un os en caoutchouc.

    Un accueil cinq étoiles qui commence déjà à séduire.

    «Depuis l’ouverture, on a déjà accueilli une dizaine de chiens. Deux d’entre eux viennent deux jours par semaine.

    On n’a que des retours positifs… Les gens sont heureux de ne plus laisser leurs animaux seuls chez eux. Et quand ils rentrent, les chiens se sont bien dépensés», continue Tina Bovino.

    Paco and Co ouvre du mardi au samedi pour la garderie, et du mardi au dimanche pour la partie café. Un service toilettage est également disponible sur rendez-vous.

    26 euros pour la journée complète

    Au niveau des tarifs, il faut compter 8 euros pour une heure.

    Mais les prix sont dégressifs. Pour une demi-journée, les ‘parents’ des toutous devront débourser 16 euros.

    Un forfait à 130 euros est disponible pour dix demi-journées. D’autres forfaits ont également été pensés sous forme d’abonnement.

    Il s’agit des forfaits mensuels: pour deux demi-journées par semaine, 108 euros; pour trois demi-journées par semaine, 152 euros et pour quatre, 272 euros. Pour les journées complètes, comptez 188 euros pour deux fois semaines, 272 euros pour  trois fois semaine et 410 euros pour quatre fois semaine.

    Et si vous avez une famille nombreuse, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 25% pour le deuxième chien gardé. «Les repas ne sont pas compris.

    Les propriétaires peuvent amener les croquettes sinon on a un fournisseur de repas équilibrés, moyennant un supplément», ajoute Tina Bovino.

    Un petit espace boutique a également été aménagé si vous souhaitez faire un cadeau à votre boule de poils. «Tous les bénéfices de la boutique sont reversés àl’association qui a sauvé Paco», termine Tina Bovino

    Par VICTORINE MICHEL

    Source 

  • Horaire des célébrations de la Toussaint 2019

    Lien permanent

    Horaire des célébrations de la Toussaint

    Paroisses des communes
    d’Anthisnes, Clavier, Nandrin, Ouffet et Tinlot


    Vendredi 01 novembre


    9h : BORSU : Eucharistie.
    9h : OUFFET (presbytère) : Eucharistie.
    9h : TAVIER : Eucharistie.
    10h30 : ANTHISNES : Eucharistie
    10h30 : OCQUIER : Célébration de la Parole.
    10h30 : NANDRIN : Eucharistie.
    10h30 : TERWAGNE : Eucharistie.
    11h : FRAITURE (clinique) : Célébration de la Parole.
    11h : XHOS : Célébration de la Parole.
    14h : LES AVINS : Eucharistie.
    14h : VILLERS-LE-TEMPLE : Eucharistie.
    14h : WARZEE : Eucharistie.
    15h : FRAITURE : Célébration de la Parole.
    15h HODY : Célébration de la Parole.
    15h : SAINT-SEVERIN : Célébration de la Parole.
    15h30 : CLAVIER-VILLAGE : Eucharistie.
    15h30 : SENY : Eucharistie.


    Samedi 2 novembre


    10h30 : OUFFET : Eucharistie
    10h30 : TINLOT : Eucharistie.
    18h00 : PAIR : Eucharistie


    A l’entrée des églises ou des cimetières,
    des prières et des rameaux de buis bénis
    seront à votre disposition pour vous aider à vivre
    un temps de recueillement près de la tombe de vos défunts.


    Dans certains cimetières, après la célébration prévue à l’église,
    une personne se tiendra à votre disposition
    pour la bénédiction des tombes.

  • Balade champignons le 27 octobre 2019

    Lien permanent

    Les feuillus se préparent à la dormance ; leurs feuilles vont devenir rouges, jaunes, orangées avant de former un tapis croustillant sur la terre. Faines, glands, noisettes, marrons, châtaignes vont tomber, fruits indéhiscents qui firent le quotidien de nos ancêtres. On cueille langue-de-bœuf, verdelet, chanterelle, cèpe ; vous en trouverez peut-être… en suivant notre guide. "Octobre est bon S’il est de saison". Unique départ : à 14h.
    Réservation souhaitée : nombre limité à 30 personnes.
    Où :Ferme Castrale de Hermalle-Sous-Huy
    Chaussée Freddy Terwagne 132a
    4480 Hermalle-sous-Huy

    inscrivez-vous 
    Téléphone :085 31 42 86 - Réservation préférable
    Tarif :7 €/pers. - 5 €/enfant 6-12 ans - 1,25 €/Article 27
    Public :à partir de 7 ans
    Internet :http://www.musee-gourmandise.be

    source

  • le Belge demeure le champion des flashés en France

    Lien permanent

    L’année dernière, 418.535 Belges ont été flashés en France, soit une baisse de 9 % par rapport à 2017 (459.821 verbalisations). Une baisse logique. La colère des Gilets jaunes et des opposants à l’abaissement de la vitesse de 90 à 80 % sur les routes secondaires s’est déchaînée en partie sur les radars fixes installés le long des routes de l’Hexagone.

    Le taux de disponibilité des équipes fixes, y compris les radars tronçon est tombé de 92,7 % en 2017 à 85,6 % selon le rapport annuel 2018 de l’Antai, l’Agence nationale de traitement automatique des amendes routières en France. Les radars feux rouges et passages à niveau n’ont pas été épargnés non plus. Au 31 décembre 2018, il n’y en avait plus que 83,8 % (90,9 % en 2017).

    Après avoir connu une hausse continue depuis 2013, 2018 a enregistré une baisse spectaculaire des contraventions du contrôle automatisé en 2018 : 14,07 millions contre 17,03 en 2017. On parle ici de tous les conducteurs verbalisés, les Français et toutes les autres nationalités.

    Gare aux Lituaniens

    Pour en revenir aux étrangers, le Belge devance largement l’Espagnol (394.186), l’Allemand (348.098), le Hollandais (329.783) et l’Italien (326.369). On notera la « belle » prestation du Luxembourgeois avec 63.017 infractions alors que la principauté ne compte qu’un peu plus de 600.000 habitants. Un peu plus d’un Grand-Ducal sur dix (bébés et vieillards compris) a donc été verbalisé outre-Quiévrain. Mais ce n’est rien par rapport au Lituanien, qui pourtant n’habite pas la porte à côté. Avec une population d’un peu plus de 2,8 millions d’habitants, il totalise 48.666 infractions, soit proportionnellement un taux de 17 %. Les camionneurs pèsent probablement dans cette surprésentation.

    Même les micro-États figurent dans les statistiques de l’Antai, avec 948 infractions commises par des ressortissants de Monaco et 783 par leurs homologues d’Andorre. En tout, la France a passé des accords avec 18 pays pour envoyer des avis de contravention. Au total, 2,9 millions de p.-v. ont ainsi pris le chemin de l’étranger dont 2,3 millions au sein de l’Union européenne.

    À noter qu’une convention spécifique existe entre la Belgique et la France, elle permet des échanges d’informations relatives aux infractions dans le cadre d’un procès-verbal électronique. Le dispositif a été activé 34.287 fois l’année dernière.

     

    Par Yannick Hallet

     

    Source|

  • Une Marchinoise de 16 ans victime du prédateur de Facebook

    Lien permanent

     

    En prononçant une peine avec sursis probatoire, en mars 2017, le tribunal correctionnel de Liège avait laissé une chance à Sullivan Loneux, né en 1996. Le prédateur de Facebook ne l’a pas saisie et il a fait des dizaines de nouvelles victimes, parmi lesquelles figure une Marchinoise dont il a partagé les photos dénudées.

    C’est il y a cinq ans que Sullivan Loneux, 23 ans, a commencé ses activités délictueuses sur Facebook. Se faisant passer pour la représentante d’une agence de mannequins, notamment sous le pseudo de « Evy Raes », il faisait croire à des jeunes filles âgées parfois d’à peine 13 ans qu’elles avaient tout pour devenir des stars.

    Il se faisait envoyer des photos d’elles, de plus en plus dénudées, et une fois les photos devenues très osées, il les faisait chanter en leur demandant des images carrément porno, sous peine de publier ce qu’il possédait déjà. Le Visétois avait bénéficié de sursis en 2017 (sur une peine de 15 mois de prison) mais en 2018, il avait récidivé et il avait été incarcéré. Libéré quelques mois plus tard, il avait encore recommencé.
     
    Parmi ses victimes, une Marchinoise de 16 ans avait été approchée par une « agence de mannequins », via Facebook. La maman de la gamine, qui s’est constituée partie civile pour son enfant mineur, a expliqué que cette « agence » avait proposé à l’adolescente de défiler à Liège pour une marque de lingerie.

    La maman avait autorisé sa fille à envoyer des images d’elle en sous-vêtements. Mais sa fille avait ensuite été contactée par la même personne, qui lui avait signifié que si elle ne lui envoyait pas d’autres photos d’elle nue, elle diffuserait les images déjà en sa possession. La jeune Marchinoise avait de suite envoyé des photos dénudées, et elle n’en avait parlé à sa mère qu’après.

    L’année suivante, cette dernière avait été contactée par la maman d’une connaissance de sa fille qui lui avait expliqué que Sullivan Loneux lui avait montré les photos dénudées, conservées dans son GSM, et qu’il les lui avait même envoyées.

    7 ans de prison assortis de 5 ans de mise à disposition

    Sous la menace de diffusion d’images, le Visétois a commis trois viols. Des photos de dizaines d’autres jeunes filles dénudées, parfois très jeunes, ont été retrouvées dans son GSM, ce qui lui a valu une prévention de pédopornographie.

    Le tribunal a, dans son jugement, épinglé « la perversité et le machiavélisme » du prévenu, qui écope de sept ans de prison, assortis de cinq ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines. Au civil, la victime marchinoise obtient 1 euro provisionnel. « La sévérité de la peine ne nous étonne pas eu égard aux antécédents de notre client », réagissent Me Molders-Pierre et Gorlé, à la défense. On ignore encore s’il y aura appel.
     
    Par LWs 
     

     

     

     

    Le pervers de Facebook Véritable prédateur des réseaux sociaux, il totalise un très grand nombre de victimes.clic ici

  • Le SOS de Liège à la Région pour les Bus TEC annulés

    Lien permanent

    Le TEC Liège a encore supprimé plusieurs lignes ces lundi et mardi. Le débat s’est invité au conseil communal.
     
    Willy Demeyer, le bourgmestre liégeois, a écrit au ministre Henry pour réclamer l’aide du gouvernement wallon.
    Les jours se suivent et se ressemblent pour les usagers des bus du TEC Liège.
     
    Depuis près de deux semaines, des problèmes récurrents avec les véhicules contraignent en effet le TEC à supprimer des parcours.
     
    C’était déjà le cas voici une dizaine de jours, quand une quarantaine de bus avaient été supprimés sur neuf lignes différentes. La ligne 1, qui relie Coronmeuse aux Guillemins, s’était ainsi vue amputée de 18 voyages !
     
    La ligne 4, la boucle urbaine de la ville, en avait cinq de moins. Même traitement pour la ligne 24 qui relie la place Saint-Lambert à Vottem, qui se voyait retirer 13 voyages ! Sans oublier les lignes 12, 16, 138, 58, 7 et 70, elles aussi touchées le même jour.

    Et ce mardi, rebelote. La ligne 1 est à nouveau impactée, avec 12 voyages annulés, tout comme la ligne 4. Ont également été touchées les lignes 5 (4 voyages), 6 (6), 12 (15 trajets) et 17, qui détient le record avec 24 voyages annulés. La veille, huit lignes liégeoises avaient également connu des suppressions…
     
    État du matériel et manque de chauffeurs

    Une situation qui a évidemment le don d’irriter les Liégeois. Une pétition adressée au ministre wallon des Transports, Philippe Henry, et initiée par le conseiller communal MR Fabrice Drèze, a ainsi déjà récolté près de 700 signatures.
    Tout comme la CGSP, il impute en grande partie ces différents problèmes à l’état du matériel roulant et au manque de chauffeurs.

    « Il faut avouer que nous rencontrons un problème au niveau du parc de véhicules. Les anciens bus arrivent en fin de vie et sont donc susceptibles de tomber très souvent en panne.
     
    En plus de cela, les nouveaux bus, notamment hybrides, connaissent des problèmes de jeunesse.
     
    Et aujourd’hui, lorsqu’un bus tombe en panne nous n’avons plus de bus de réserve pour remplacer ceux à l’arrêt », soulignait ainsi dans nos pages Dona Balbo, secrétaire régionale CGSP au TEC.

    Ce dossier est également arrivé sur la table du conseil communal de Liège, via l’interpellation de la conseillère PTB Céline Fassotte.
     
    Qui plaidait pour la mise en place de plusieurs solutions : une dotation spéciale octroyée par le gouvernement pour compenser les conséquences du chantier du tram, des mesures pour fluidifier le trafic et la location de bus supplémentaires pour compenser les soucis techniques que connaissent les véhicules du TEC.
     
    Demeyer se plaint de la situation au ministre

    S’il a balayé l’idée des bus supplémentaires « C’est compliqué. D’autant que ces bus n’existent pas » – Willy Demeyer a toutefois confirmé que des mesures méritaient d’être prises.
     
    Mesures qu’il a d’ailleurs déjà initiées : « Face à cette situation, j’ai écrit le 14 octobre dernier au ministre concerné pour me plaindre de la situation, précisait-il.
     
    En effet, alors que nous réclamons une offre supplémentaire dans le cadre du chantier du tram, dans les faits cette offre diminue. »
     
    « Ce problème affecte plus de 600.000 habitants »

    Et le bourgmestre liégeois de terminer son courrier au ministre Henry : « Je ne doute pas, en fonction de votre indéfectible soutien aux transports en commun, que vous mettrez tout en œuvre pour régler ce grave problème qui affecte plus de 600.000 habitants en région liégeoise. »
     
    La balle est donc maintenant dans le camp du ministre écolo de la Mobilité. Par ailleurs liégeois lui aussi…
     
    PAR GEOFFREY WOLFF
     
     

  • Quatre animations de réalité virtuelle ainsi qu’un cinéma VR se sont installés à Liège, L’événement est ouvert jusqu’à samedi, inclus

    Lien permanent

    La réalité virtuelle s’installe à Liège

    Quatre animations de réalité virtuelle ainsi qu’un cinéma VR se sont installés ce mercredi à Liège. Pendant quatre jours, les visiteurs pourront découvrir gratuitement les dernières nouveautés technologiques en la matière. L’événement est ouvert jusqu’à samedi, inclus.

     

    Parcourir la ville irakienne de Mossoul dévastée par la guerre et les bombardements. Emprunter ses rues, rencontrer sa population, toucher du bout du doigt leur quotidien après la guerre menée contre l’état islamique. Le tout, comme si vous y étiez. Cette expérience, époustouflante, vous pourrez la vivre à Liège.

    Grâce à un casque virtuel posé devant vos yeux et des écouteurs sur vos oreilles, vous serez totalement immergé pendant 11 minutes au cœur de Mossoul.

    Cette possibilité est offerte par la Liège Virtual Week qui s’est installée depuis ce mercredi dans les locaux du Relab place SaintEtienne, juste derrière les galeries Saint-Lambert. Jusqu’à ce samedi inclus, des animations gratuites permettent à chacun de découvrir les différentes technologies immersives qui s’installent petit à petit dans notre quotidien.


    QUATRE ANIMATIONS ET CINÉMA

    Cet événement propose 4 animations de réalité virtuelle ainsi que des séances de cinéma en VR. Ainsi, les visiteurs pourront utiliser des sabres laser pour casser des cubes, rejoindre la planète Mars sur un vaisseau spatial, combattre des envahisseurs extraterrestres, ou réaliser une course à dos de licornes.

    Une expérience pour le moins différente qui a convaincu les élèves de l’I.P.E.S de Waremme, présents pour une journée découverte: «Franchement on s’y croirait!

    C’est super-intéressant de voir comment ces technologies évoluent. Ça annonce du positif pour l’avenir», explique Alan Panetay, élève. «C’était vraiment cool. Ça arrive dans tous les sens! On les voit arriver de partout! On est vraiment dedans.

    Et ce qui est bien, c’est qu’on peut interagir entre nous aussi dans le jeu. Franchement, ça ne nous déplairait pas de l’avoir chez nous», expliquent Messaline, Laura et Pauline, elles aussi conquises par l’animation «Antilat».


    «OUVRIR DES OPPORTUNITÉS»

    La présence de ces jeunes élèves n’était pas due au hasard: «L’objectif est de rendre accessible à tout le monde cette nouvelle technologique», commence Alain Gallez, président de L’ASBL IMAGE&3D, responsable du projet.

    «L’événement a aussi pour but de sensibiliser les jeunes aux opportunités futures que ces technologies peuvent apporter dans leurs carrières. Dans le monde de la réalité virtuelle, il y a un manque criant de personnel.

    C’est pour cette raison que nous voulons informer les jeunes sur les possibilités qui s’offrent à eux. Notamment dans le milieu du codage.

    Ces technologies arrivent dans le monde du gaming mais aussi dans le monde médical, de la construction ou du tourisme.

    Ces animations sont totalement gratuites et disponibles dans les locaux du Relab, place SaintÉtienne.

    Par STEFANO BARATTINI

    Source

     

  • L’assiette de votre enfant est-elle bonne pour lui?

    Lien permanent

    Un enfant belge sur quatre en surpoids!

    L’assiette de votre enfant est-elle bonne pour lui ? Selon le dernier rapport publié par l’Unicef, au moins un enfant sur trois dans le monde est sous-alimenté ou en surpoids. « En 2018, on estimait que 149 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient de retards de croissance dus à de mauvaises pratiques alimentaires et 50 millions d’insuffisance pondérale. »
    Le surpoids est lui aussi problématique. « De 2000 à 2016, le nombre d’enfants souffrant de surpoids a doublé passant d’1 enfant sur 10 à 1 enfant sur 5. » Un constat interpellant qui n’épargne pas la Belgique puisque, selon le rapport, 24 % des jeunes de 5 à 19 ans sont en surpoids.
    Ce phénomène est davantage marqué dans les familles les plus pauvres, « une alimentation saine ayant un prix souvent élevé ». Ces ménages se tournent alors vers une nourriture plus accessible financièrement, ce qui se traduit généralement par une nourriture moins riche du point de vue nutritionnel.
    Comme nous vous l’expliquions ce lundi dans notre grande enquête Sudpresse – Solidaris, il n’est pas non plus toujours évident de déchiffrer les étiquettes des produits que nous achetons. D’où la nécessité de développer le système d’information via les couleurs, appelé Nutriscore. « Le code couleur et la lettre fournissent aux consommateurs une indication sur la valeur nutritive des produits mis à l’étalage ou dans les rayons et aident les clients à faire les bons choix », rappelle l’Unicef. « Ces pratiques et d’autres suivent les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour faire reculer l’obésité chez les enfants. »
    Privilégier le lait maternel
    La question de la nutrition des enfants doit se poser dès leur naissance. Et, selon l’Unicef, cela passe par le lait maternel qui reste « la meilleure alimentation qu’un nourrisson puisse avoir ». Certains pays ont connu une hausse spectaculaire des ventes de lait en poudre. En Belgique, 250.000 tonnes de lait en poudre ont été produites en 2018. C’est 10 % de plus qu’en 2017, d’après les chiffres communiqués par Statbel. Cela ne signifie toutefois pas pour autant que les ventes suivent le même rythme.
    Vers l’âge de 6 mois, les bébés reçoivent une alimentation solide. Là aussi, l’agence pointe l’importance de fournir une alimentation variée « indispensable au bon développement de son corps et de son cerveau ». Dans le monde, moins d’un enfant sur trois bénéficie de cette variété.
    Enfin, le rapport dénonce le « marketing agressif et le matraquage publicitaire qui mettent immédiatement les enfants en présence d’un flot de produits alimentaires industriels ».
    Par SA.B.

    Source 

  • Leurs parents s’exposent à des poursuites judiciaires

    Lien permanent

    Chez nous, la seule vaccination obligatoire, c’est celle contre la poliomyélite, la « polio ». Chaque enfant belge se doit d’avoir reçu les quatre doses de ce vaccin, à 2 mois, 3 mois, 4 mois et 15 mois. Les parents doivent ensuite rentrer leur attestation de vaccination à leur administration communale sous peine de poursuites. L’an dernier, 550 cas ont ainsi atterri entre les mains du parquet. Et cette année, c’est pire.
    En Belgique, on ne rigole pas avec la polio. Car même si on n’a plus recensé de cas depuis 1979, et que la maladie est déclarée comme étant éradiquée par l’OMS en Europe, il reste des zones où la maladie fait rage dans le monde. Elle pourrait donc refaire son apparition à tout moment… Les principales victimes de cette maladie, très contagieuse, ce sont les enfants de moins de 5 ans, qui sont infectés au niveau du système nerveux, du cerveau et de la moelle épinière, et présentent des paralysies pouvant mener à des décès.
    D’où l’importance de vacciner les tout-petits (et tout qui entre sur le territoire belge). Chez nous, c’est un vaccin hexavalent qui est administré en 4 doses aux bébés de 2 mois, avec des rappels à 3 mois, 4 mois et 15 mois. Outre la polio, ce vaccin protège les bébés contre cinq autres maladies, dont la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Il y aura encore un rappel nécessaire, à l’âge de 5-6 ans…


    AVANT LES 18 MOIS DE L’ENFANT


    La loi impose aux parents de prouver que leur bébé a bien été vacciné, et a reçu les 4 doses du vaccin. Avant les 18 mois de l’enfant, ils doivent rentrer à l’administration communale où ils résident, une attestation de leur médecin ou de leur pédiatre, afin que leur dossier soit en règle. « Mais beaucoup de parents oublient », nous explique un pédiatre.
    Mais pas question de prendre ces oublis à la légère. Car outre ces négligences, il y a aussi les « anti-vaccins », qui refusent purement et simplement toute vaccination pour leur enfant. Au risque de leur faire courir un risque, ainsi qu’aux autres enfants qui les entourent. « Actuellement, nous sommes à une couverture vaccinale de 98 % en Belgique contre la polio », insiste-t-on encore. « Et malheureusement, nous n’arrivons pas à atteindre les 100 % ».
    Les administrations communales tiennent à jour leurs registres. Et en cas de certificat de vaccination manquant, ils envoient d’abord deux rappels aux parents, avant de passer le relais à l’inspecteur fédéral de l’hygiène du SPF Santé Publique. Sur les quelque 119.000 naissances annuelles que totalise notre pays, le SPF Santé publique a ainsi reçu 4.135 dossiers d’attestations de vaccinations manquantes en 2018. « Nous envoyons trois autres rappels aux parents, soulignant l’importance de la vaccination et la nécessité de délivrer le certificat. Nous savons par expérience que de nombreux parents font vacciner leurs enfants mais oublient d’en apporter la preuve », explique-t-on au SPF Santé publique.
    Après ces 5 rappels, en 2018, ce sont 657 dossiers qui ont été transmis au parquet. Car les parents en défaut s’exposent à des poursuites judiciaires. Un couple avait ainsi été condamné à 15 jours de prison et à une lourde amende, pour ne pas avoir vacciné sa fille contre la polio il y a quelques années… « Parmi ces dossiers, 107 ont été retirés car les parents se sont mis en ordre entre-temps ». Il reste encore 550 autres dossiers de 2018 entre les mains du parquet.
    Et la situation, cette année, est encore pire puisque ce sont déjà 4.249 dossiers qui ont été soumis par les communes au SPF Santé publique. Qui, après les trois rappels prévus, a transmis 880 dossiers au parquet. 728 sont toujours ouverts, 152 parents s’étant mis en ordre en apprenant les risques qu’ils encouraient…

    Par Laurence Piret

     

    Source