- Page 12

  • Vivre Contemporain Nandrin‎ fêtera bientôt 19 ans

    Lien permanent

     

    Vivre Contemporain fête ses 19 ans
    du 12 octobre au 24 novembre !
    Nombreuses promotions et articles déstockés sur les plus grandes marques de mobilier contemporain.
    Allez flâner dans plus de 2000 m2 et découvrez des ambiances chaleureuses qui s’adaptent à tous les goûts.

     

    Vivre Contemporain Nandrin

    Fêtons les 19 ans de Vivre Contemporain

  • ATTENTION !!! À PARTIR DU 1ER DÉCEMBRE, ON ARRONDIT!

    Lien permanent

    Les 1 et 2 centimes seront vendus, échangés ou détruits

    Perdues dans nos poches ou tiroirs, les petites pièces rouges de 1 et 2 cents ont souvent eu tendance à disparaître dans la nature. Et ce, depuis leur création. « Chaque année, il fallait en refrapper parce qu’elles ne circulaient simplement pas », confirme la Banque nationale de Belgique. Résultat ? Bien que la production ait été complètement stoppée, on recense encore aujourd’hui 798.676.390 pièces de 2 cents et 831.243.399 pièces de 1 cent. Soit un total de 24.285.961,8 euros ! À titre de comparaison, les pièces de 2 euros sont bien moins nombreuses avec quelque 411 millions de pièces en circulation.

    Bonne nouvelle cependant : dès le 1er décembre, tous les montants payés en espèces devront être arrondis. Finis les 10,23 euros. Vous payerez désormais 10,25 euros. Un arrondi qui ne sera pas toujours au désavantage des clients puisqu’il est prévu d’arrondir aux 0 ou 5 cents les plus proches. Une note de 10,12 euros sera, par exemple, revue à la baisse.

    Toujours valables

    L’arrondi ne sera toutefois pas d’application partout. « Tout vendeur qui agit en tant qu’entreprise et qui participe donc à l’activité économique devra arrondir ses prix au moment de passer en caisse. Uniquement s’il s’agit d’un paiement en cash », indique le SPF Économie. « De plus, il faut que le paiement se déroule en présence physique du consommateur et du vendeur. » Sont donc exclus des arrondis les paiements par chèques-repas ou autres bons. Quant aux paiements par carte bancaire, ils pourront être arrondis à condition de le préciser. À noter également que les documents fournis par les communes, comme les cartes d’identité, ne seront pas arrondis. « Dans les faits, le prix de base indiqué est déjà souvent rond », précise-t-on au SPF Economie.

    La conséquence de ces arrondis, c’est qu’ils feront progressivement disparaître les pièces de 1 et 2 cents. Mais attention, les paiements via celles-ci seront toujours autorisés tant que l’Europe ne décide pas de les supprimer totalement. Si vous souhaitez payer 10 centimes en pièces de 1 centime, libre à vous.

    Mais la tendance sera quand même là : les pièces rouges se feront de plus en plus rares. Les commerçants les rapporteront à la banque qui ne les remettra pas en circulation. Elles retourneront alors à la BNB où elles seront stockées. Là, plusieurs cas de figure : soit elles seront vendues à des pays qui les utilisent encore ou échangées avec ces derniers. Dernière possibilité : leur destruction pure et simple. Même la piste de la vente et de l’échange sera privilégiée pour éviter d’avoir à en refrapper de nouvelles.

    Par Sabrina Berhin Source

     

     

  • L'Arbre de l'année 2019 !!! il faut voter

    Lien permanent
    Ils ne sont pas nécessairement les plus grands, les plus âgés ou les plus beaux, mais plutot ceux qui ont une histoire à partager. 
    L’intérêt de l’arbre pour son environnement, pour la société, et son histoire sont des éléments importants à retenir. 
    Un jury professionnel évaluera les candidatures et procédera à la sélection d’un arbre par province et pour la Région bruxelloise.
    Ce sera ensuite à vous de faire valoir votre choix en participant au vote.

    L'Arbre à Clous,ou tilleul du Fief a été retenu pour représenter la Province de Liège au concours de l'Arbre belge de l'année 2019  si vous souhaitez  participer au concours , vous pouvez dès aujourd'hui voter  via le site www.arbrebelge.be (entre le 1e et le 30 octobre).

    https://www.arbrebelge.be/index.php/fr/2015-05-25-13-38-70

    Rencontrer les lauréats de 2019

    Votez ici pour l'arbre 2019! 

    Vote du public ouvert entre le 1 et le 30 octobre 2019 à 10h00

  • Bonne nouvelle : pas d’hiver précoce

    Lien permanent

    Une fois encore, les prévisions de MeteoBelgique MeteoBelgique ont été très bonnes pour le mois de septembre. Tout ce qui avait été dit, ou presque, s’est vérifié: la première décade froide et la dizaine de jours de beau temps d’arrière-saison, avec quelques jours estivaux, se sont vérifiées. 


    « Et pour les trois prochains mois ? », demanderez-vous.

    « Les indices de confiance sont vraiment très faibles pour ces mois-là », prévient Philippe Mievis que nous suivons depuis quelques années dans ses tendances. « Actuellement, le trimestre s’annonce assez doux, surtout novembre et décembre. »

    Octobre et décembre devraient être très pluvieux. « À priori, pour l’instant, pas d’hiver avant l’heure, mais cela peut encore évoluer. Nous ferons notre première analyse de l’hiver qui nous attend le mois prochain. » 

    OCTOBRE. Un mois morose se confirme, du moins dans sa première moitié, avec un temps automnal à la clé.

    Le premier jour du mois, 23,8 mm de précipitations ont ainsi été récoltés à l’Observatoire Royal d’Uccle. Les températures seraient parfois un peu plus douces ou un peu plus fraîches que la normale, mais sans excès.

    Bref, un temps à la… normande. Comme les dépressions seront plus proches, on devrait avoir une première quinzaine venteuse et perturbée. « En seconde partie du mois, et surtout en dernière décade, une nouvelle influence anticyclonique devrait nous donner un temps progressivement plus sec et plus ensoleillé.

    Mais l’indice de confiance reste faible et le mois d’octobre, comme celui de septembre, est assez délicat à cerner. »

    En résumé, on devrait récolter beaucoup d’eau en ce mois d’octobre!

    NOVEMBRE. « Ici aussi, nous avons la confirmation d’un mois doux tel qu’annoncé dans notre précédente analyse. Mais, finalement, il ne devrait pas être trop pluvieux », écrit Philippe Mievis.

    Ce sera dû, dit-il, à la présence récurrente d’un anticyclone souvent placé pas trop loin de nous. « Par contre, sa présence ne devrait pas nous gratifi er d’une insolation généreuse, les nuages bas et brumes et brouillards joueront souvent les trouble-fête. » 

    DÉCEMBRE. L’indice de confiance pour ce mois n’est que de 55%. A priori, ce mois devrait être doux et à nouveau perturbé. « Pas d’hiver précoce en vue pour l’instant, mais ce sera encore à confirmer lors de nos prochaines analyses. » -


      Par PIERRE NIZET

     

    Source

    météo.JPG

     

     

  • Salon du jeune bourlingueur à Liège (Palais des congrès) le 6 novembre et à Huy (siège d’Infor Jeunes) le 16 novembre 2019

    Lien permanent

    La Maison des Langues de la Province de Liège a mis sur pied, en partenariat avec le Centre J de la ville de Liège et les Infor jeunes de Malmedy, Huy et Hannut, un salon qui s’adresse spécifiquement aux jeunes âgés de 15 à 25 ans qui souhaitent vivre l’expérience de partir à l’étranger. Ils sont nombreux, en effet, à l’issue de leur cursus dans l’enseignement secondaire, à vouloir partir à l’étranger pour améliorer leurs connaissances linguistiques et découvrir le monde avant d’entamer des études supérieures. « De nombreuses alternatives existent comme, par exemple, le volontariat à l’étranger, les working holidays, un séjour au pair… », souligne-t-on du côté de l’organisation.

    Ce salon cadre avec la volonté exprimée dans le projet de ville « Liège 2025 » de redéfinir les politiques menées au niveau de la jeunesse dans le cadre d’un processus participatif à mener auprès des jeunes et des professionnels du secteur. « On se rend compte que les jeunes qui souhaitent partir à l’étranger sont souvent démunis ou ne sont pas bien informés des possibilités qu’ils ont », souligne Julie Fernandez Fernandez, échevine en charge des solidarités, de la cohésion sociale et des droits des personnes à Liège.

    Trois éditions

    Ce salon du jeune bourlingueur se déclinera en trois éditions qui auront lieu à Malmedy (Malmundarium) le 12 octobre, à Liège (Palais des congrès) le 6 novembre et à Huy (siège d’Infor Jeunes) le 16 novembre. Une vingtaine d’opérateurs seront présents pour informer les jeunes et les aider à concrétiser leur projet. Les visiteurs pourront aussi y rencontrer d’autres jeunes déjà partis à l’étranger qui pourront faire part de leur expérience. L’entrée est gratuite.

    Par Belga

    Source

  • Gala de cinéma du Soroptimist Club de Huy le 5 octobre 2019

    Lien permanent

    Super film plein d’humour et plongé dans la réalité du conflit palestino-israelien !
    Accueil 19h 30 Samedi 5 octobre au Centre Culturel de Huy.

    Bar et bar à champagne .


    Pour de bonnes causes !!!!!

    Plus vous serez nombreux, plus le Siroptimist de Huy pourra soutenir des associations sociaux - sanitaires...

  • Bourse jouets, vêtements, puériculture, livre par l'association des parents de Flône demain 5 octobre 2019

    Lien permanent

    Bourse jouets, vêtements, puériculture, livre
    Bourse aux jouets, vêtements tout âge, livres et articles puériculture.
    Bourse organisé par l'association des parents de Flône.
    8 euros la table de brasseur, chaises mises a dispo. Ainsi qu'un petit bar
    Nombre d'exposants :
    80
    Organisateur :Association parents
    Emplacement :8 euros la table de brasseur
    Où :chaussée romaine 24540 Flône
    Téléphone :0479554972
    Le Samedi 5 octobre : de 7:00 à 16:00
     

  • Le nº pour trouver un médecin de garde ? 1733

    Lien permanent

    « Les patients qui ont besoin d’un médecin de garde peuvent désormais le joindre plus facilement grâce au numéro de téléphone central 1733. Ce numéro, lié aux services locaux de garde, est destiné à l’assistance médicale non urgente », annonce le SPF Santé publique. « Plus de 9 millions de personnes peuvent déjà utiliser le numéro 1733 pour joindre le médecin de garde le week-end, les jours fériés et, dans certaines régions, les soirs de semaine. À l’avenir, il sera possible d’appeler le 1733 partout en Belgique. Le patient ne doit se souvenir que d’un seul numéro, peu importe où il se trouve ou d’où il appelle ».

    Deux phases

    Ce service existe depuis 2014. Il a été introduit progressivement et en plusieurs phases. « Lorsqu’un patient appelle le numéro 1733 dans une région en phase 1, il est redirigé vers un collaborateur du poste de garde ou vers le médecin de garde après avoir indiqué la langue et le code postal. Le patient reçoit ensuite un rendez-vous », détaille le service communication de service public. Ce système est par exemple d’application à Liège, Charleroi, Mons, Verviers ou encore Bruxelles.

    « Lorsqu’un patient appelle le numéro 1733 dans une région en phase 2, il est redirigé vers un opérateur de la centrale d’urgence après avoir indiqué la langue et le code postal. Cet opérateur pose un certain nombre de questions et donne des instructions complémentaires en fonction de l’état de santé du patient. Ainsi, l’opérateur peut : inviter le patient à se rendre au poste de garde, lui conseiller d’attendre une consultation de son médecin traitant, envoyer un médecin de garde vers le patient si nécessaire, envoyer une ambulance si la situation paraît grave », poursuit le SPF. Namur, La Louvière, Arlon, Tournai et Mouscron jouissent de ce service plus important.

    Bientôt Du changement

    « Mais, dans le futur, le SPF Santé publique a l’ambition d’opérer un tri téléphonique via les centrales d’urgence (phase 2) partout en Belgique, sur base de protocoles standardisés. Ceci permettra d’orienter les patients vers les soins adéquats et de réduire le recours inutile aux urgences », conclut le service communication. En attendant, pour savoir si votre commune se situe en phase 1 ou 2, vous pouvez vous rendre sur le site : www.1733.be.

    Le gros hic de ce service, très peu de Belges le connaissent aujourd’hui ! Le SPF Santé publique vient donc de lancer une campagne destinée à mieux faire connaître le 1733. Un spot de promotion est déjà diffusé en radio. Des publicités apparaîtront également dans plusieurs journaux, ainsi que sur certains sacs de boulangerie et les médias sociaux. Enfin, les médecins généralistes et pharmaciens recevront des affiches et des dépliants pour leur cabinet et leur officine.

    Par Alison Verlaet

     source

     

     

     

  • Attention !!! Ils ont toutes les autorisations requises

    Lien permanent

     

    L'annonce est sur le Facebook de la commune voisine de Neupré .

    Des chasseurs, avec toutes les autorisations requises et en accord avec la police et le DNF, sont ces jours-ci et ce, en toute légalité présents sur le domaine public de Neupré pour réduire, durant LA NUIT  uniquement, la population de sangliers  qui prolifèrent sur notre territoire. Pour rappel, cet animal peut être dangereux pour l'homme. Il occasionne de conséquents et coûteux dégâts sur le territoire. En outre, la surdensité de sangliers est une des causes importantes de régression de certaines espèces sensibles par une destruction des micro-habitats utilisés comme refuge ou site de reproduction.

    Commune de Neupré

     

  • Guillaume Vierset Harvest group le 5 octobre 2019 au centre culturel d'Amay

    Lien permanent

    Un jazz moderne dans une folk d’aujourd’hui
    Harvest group est né à l’initiative du jeune guitariste Guillaume Vierset (Sabam Jazz Award 2013, Octave de la musique 2015), révélé notamment en tant que leader du LG Jazz Collective mais également guitariste de Typh Barrow, Sacha Toorop, Thomas Champagne, Bravo Big Band, etc.

    Harvest propose une musique intimiste, nostalgique, aux confins de la folk et du jazz et dont l’inspiration voyage entre Jakob Bro et Neil Young, Jim Hall et Sam Amidon, Pat Metheny et Bon Iver, Julian Lage & Nick Drake. Le premier album sorti en 2015 ('Songwriter') avait déjà fait sensation et avait été nominé dans la catégorie « Best Jazz Album » aux Octaves de la musique 2016.

    Avec ce deuxième opus sorti en Juin 2019 chez Igloo Records « Nacimiento Road », le groupe a trouvé son identité, un son de groupe hors du commun, une originalité dans l’écriture et dans la manière de mélanger les genres, un ascenseur émotionnel sans précédent. L’écriture douce, fragile, nostalgique, déstabilisante, surprenante, déconcertante et les discours entre la guitare, le violoncelle et le saxophone soprano offrent à l’ensemble des accents oniriques de meilleurs goûts. Soutenu par une rythmique de premier choix à la musicalité et à la sensibilité à fleur de peau. Un voyage curieux et subtil conduit par l'un des groupes les plus en vue de l’actuelle scène du jazz Belge.

    Distribution : Mathieu Robert (saxophone soprano), Marine Horbaczewski (violoncelle), Yannick Peeters (contrebasse), Yves Peeters (batterie), Guillaume Vierset (guitare, compositions)

    Extrait

    Date : samedi 05/10/2019 à 20h30
    Prix : prévente 10€ - sur place 12€
    Infos et réservations : info@ccamay.be – 085/

  • Ouverture demain 4 octobre 2019 de la Brasserie le 320 anciennement le Terminus‎ à Nandrin

    Lien permanent

     

     

    320.jpg

    Le Terminus

    route du Condroz 320, 4550 Nandrin

     

     

    Brasserie le 320 anciennement le terminus

    Ouverture clic ici

     

     

  • Goûter de l' amicale des pensionnés de Villers-le-Temple le 26 octobre 2019

    Lien permanent

    Le comité vous invite cordialement à la cinquième manifestation de 2019 :
    Evènement : GOUTER
    Lieu : Salle communale de SAINT-SEVERIN
    Date et heure : 26 octobre 2019 à 14 heures
    Animation musicale : Frédéric
    Participation : 7 euros pour le membre en ordre de cotisation 2019
    10 euros pour le sympathisant
    Numéro de compte bancaire : BE87 0003 2517 2894
    Pour la bonne organisation, nous vous demandons de vous inscrire auprès de Lindsay Chapelle au
    0498/43.80.69 en semaine après 17h ou le week-end, jusqu’au 18 octobre au plus tard
    Pour ceux qui éprouveraient des difficultés pour se rendre à nos manifestations, merci de bien vouloir le préciser au moment de la réservation du repas.
    AMICALE DES PENSIONNES DE VILLERS-LE-TEMPLE

  • Petit Déjeuner Terroir Organisé par La Ferme de Béemont le 6 octobre 2019

    Lien permanent

     

     

     

     

     

    P'tit déjeuner à la Ferme de Béemont composé de produits locaux et bio.
    Notre menu toujours au prix de 12,5€, café à volonté...
    Réservation souhaitée : via Facebook ou au 0474/90.58.38.
    Au plaisir de partager ce moment avec vous...


    Dimanche 6 octobre 2019 de 08:00 à 13:00

    La Ferme de Béemont
    Béemont 10, 4590 Warzée, Liege, Belgium

    Petit Déjeuner Terroir

    Public
     · Organisé par La Ferme de Béemont
  • RÉSEAUX SOCIAUX ET ADOS ?

    Lien permanent

    Les réseaux sociaux offrent de formidables opportunités à condition de connaître leur mode de fonctionnement

    Etre présent sur les réseaux sociaux, c’est une évidence pour nos ados. Ils leur permettent d’échanger avec leurs camarades de classe et d’étendre leurs savoirs.

    Mais les plus jeunes ne se rendent pas toujours compte des mécaniques qui se cachent derrière.
    Instagram interdit aux moins de 13 ans ?

    En théorie seulement… Les jeunes sont aujourd’hui nombreux à transgresser la règle.
    «C’est le propre des ados», sourit Damien Van Achter, expert en média numérique.

    «En interdisant, on crée l’envie.» Au final, être présent sur un réseau social du haut de ses 12 ans n’est pas problématique en soi. «Tout dépend de l’usage qu’on en fait. Un couteau, par exemple, ça permet de découper, de faire des choses sympas. Mais ça peut aussi être utilisé comme une arme…» Les réseaux sociaux, c’est pareil.

    «Il y a des risques, mais les principaux risques c’est de ne pas être au courant de comment ça marche», explique-t-il. Internet, la sphère publique Une règle prime sur toutes les autres avec les réseaux sociaux: ne jamais publier, écrire, commenter des choses si l’on souhaite qu’elles restent dans la sphère privée.

    «Même si vous avez l’impression d’être amis, les amis d’aujourd’hui ne sont pas forcément ceux de demain. On peut se disputer. Internet, c’est la sphère publique.»
    Et une fois qu’une information est dévoilée dans la sphère publique, «on n’a d’autre choix que de l’assumer quand elle nous reviendra en pleine figure».

    La prudence est donc de mise. Mais comme Damien Van Achter le souligne d’emblée, les réseaux sociaux offrent d’innombrables possibilités. Et c’est ça qu’il faut saisir.

    «Les ados doivent profiter au maximum des opportunités du numérique pour apprendre des choses, discuter avec des gens à l’autre bout du monde. Jamais nous n’avons eu accès à des savoirs aussi grands!» Les jeunes – et leurs parents – ne doivent donc pas craindre les réseaux sociaux mais apprendre à les comprendre et à les utiliser, à en décoder les codes. Et surtout, à ne pas se laisser les réseaux sociaux impacter la vie réelle.

    Prenons le principe des flammes sur Snapchat.

    Ces flammes qui apparaissent entre deux utilisateurs signifient que vous avez échangé de nombreux snaps entre vous.

    «Ça devient addictif. Certains ados ont tellement peur de la perdre qu’ils donnent leur mot de passe à leurs frères et sœurs par exemple pour entretenir la flamme lorsqu’ils sont à l’étranger.

    Tout ça parce que, dans leur esprit, perdre une flamme reviendrait à perdre un ami. Alors que tout ça n’est qu’une construction mentale.» Les réseaux sociaux font aujourd’hui partie intégrante de la vie de nos ados.

    À côté d’Instagram, Snapchat et Facebook, une nouvelle appli a vu le jour: TikTok.

    Fondée sur le partage de courtes vidéos, elle figure dans le top 3 des applications de divertissement aujourd’hui. «Derrière, nous retrouvons une entreprise chinoise», met en garde Damien Van Achter.

    «Leurs rapports à la vie privée sont différents. Je ne serais pas surpris que le prochain grand scandale en matière de protection de la vie privée vienne de cette application…»

    Par SABRINA BERHIN

    DES INFOS QUI DÉRANGENT « Parents et enfants doivent en discuter »

    Le harcèlement à l’école a toujours existé. Mais les réseaux sociaux n’ont-ils pas amplifié le phénomène ?

    «Avec les réseaux sociaux, l’école ne se termine plus à 15h30.

    Et une conversation qui a commencé à l’école peut se poursuivre à 15h32, pendant la soirée et même durant la nuit entière.

    Le harcèlement a augmenté parce que les réseaux sociaux permettent de faire circuler l’information », rapporte Damien Van Achter qui, encore une fois, préfère voir les opportunités aux risques. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire.

    Et si un conseil peut être donné aux jeunes utilisateurs, c’est de ne pas hésiter à en parler avec leurs parents.

    «Il faut communiquer avec eux.

    Les parents peuvent tout entendre parce qu’ils aiment leurs enfants. Et ils feront tout pour chercher des solutions avec eux.»

    À côté des faits de harcèlement, les réseaux sociaux peuvent également donner accès à des informations dérangeantes.

    « Il ne faut pas garder cela pour soi.

    La meilleure attitude à avoir est d’en parler. Même si les adultes s’y connaissent moins bien que les plus jeunes, ils ont certainement des choses à leur apprendre.»

    Le retour des messages vocaux

    En utilisant les réseaux sociaux, les ados ne cherchent rien d’autre qu’un moyen de dialoguer avec leurs amis. « Etre en contact permanent mais ses camarades de classe ou ses copains des activités extrascolaires, c’est quelque chose d’important.

    C’est pourquoi on remarque que c’est principalement l’option de messagerie qui est utilisée par les jeunes.»
    Aujourd’hui, disposer d’une option de messagerie est l’indispensable des réseaux sociaux.

    Mais ici, pas question d’envoyer de traditionnels messages écrits. Sur les réseaux sociaux, les messages sont plutôt visuels voire sonores. De façon étonnante, on assiste à un retour aux messages vocaux.

    « On ne les écoute plus sur notre boîte vocale mais par contre, on s’en envoie par Facebook ou Whatsapp. »

    La voix reste aujourd’hui le meilleur moyen pour faire passer un message. Avec la voix, pas de doute sur l’intention ou les émotions qui animent le destinateur

     

    Par SABRINA BERHIN

    Source

  • 167 attractions pour la Foire à Liège elle débute ce samedi 5 octobre

    Lien permanent

     

     

    Ce samedi 5 octobre, la 160e édition de la Foire d’Octobre ouvre ses portes sur le boulevard d’Avroy. « Avec ses 167 attractions et plus d’un million de visiteurs, la Foire de Liège est l’une des plus belles Foires d’Europe et la plus grande de Belgique », lance Maggy Yerna, échevin du Développement économique et territorial. « La Foire d’Octobre est un atout inestimable pour notre Ville puisque bien souvent, une sortie sur la Foire s’accompagne d’une visite dans l’horeca liégeois et dans les commerces du centre-ville. Une enquête réalisée en 2016 le confirme : 30 % de la clientèle déclare fréquenter un café ou un restaurant, lors de la visite de la Foire, 22 % font des achats dans les commerces et 19 % se garent dans les parkings en ouvrage. »

    Pour occuper le boulevard d’Avroy pendant six semaines, les forains s’acquittent d’une redevance d’un peu plus d’un million d’euros qui vient gonfler les caisses de la Ville de Liège.

    Une seule grande nouveauté lors de cette édition 2019, mais elle est de taille : le Move it 32. Cette attraction est unique en son genre en raison de son mouvement articulé autour de trois axes. Les organisateurs garantissent des frissons.

    Plus classiquement, d’autres attractions demeurent incontournables comme le Top of the World, la Roue Royale, le XXL, le Galopant, la Wild Mouse ou encore le Deca Dance, la Turbine, le Caraïbes folies, le Polyp, le Cake Walk, la Petite Suisse, Elliott le dragon ou le mythique Rotor.

    La Foire d’Octobre débute ce samedi 5 octobre jusqu’au lundi 11 novembre 2019. Les mercredis, samedis, dimanches et jours fériés, elle ouvre à 14h. Les autres jours, à 15h30.

    La fermeture est prévue à 1h30 lors des nuits de vendredi à samedi et de samedi à dimanche ainsi que les veilles de jours fériés. La foire fermera une heure plus tôt les autres jours.

    Les lundis 28 octobre et 11 novembre, vous pourrez profiter de nombreuses réductions. Enfin, le cortège « Halloween » se mettra en branle, sur le champ de foire, le mercredi 30 octobre, dès 17heures.

    Par A.B   Source

  • Cherche d’urgence une trentaine de conducteurs de bus.

    Lien permanent

    Emploi: le TEC va recruter 200 chauffeurs en 2020

    « Le taux d’échec à nos examens, le permis de conduire un bus et de certificat de capacité, est élevé alors que nous avons déjà fait un tri lors des entretiens d’embauche et que nous les avons formés dans nos propres auto-écoles », constate Stéphane Thiery, directeur marketing de l’Opérateur de transport de Wallonie, le nom administratif du TEC. L’OTW peine à recruter. «Les collègues de la Stib à Bruxelles rencontrent les mêmes difficultés.  Pour l’instant, nous faisons face à une pénurie de personnel. Il nous manque une trentaine de chauffeurs dont une vingtaine dans la région de Liège. Nous nous sommes arrangés avec nos conducteurs dans le respect de la législation, mais cela ne peut pas durer », reconnaît le porte-parole du TEC.

    En marge de cette pénurie, 200 engagements de chauffeurs sont déjà planifiés pour 2020. « Ce chiffre correspondra à nos besoins… s’ils restent constants », précise notre interlocuteur, faisant référence à la déclaration de politique du nouveau gouvernement wallon. « Les orientations sont très ambitieuses au niveau de l’impact environnemental de l’activité économique et de la mobilité. Pour y arriver, il va falloir investir massivement dans le matériel roulant et le type de motorisation afin d’améliorer la quantité et la qualité de l’offre. Nous devrons donc augmenter notre nombre de chauffeurs », annonce Stéphane Thiery.

    Les débouchés sont appelés à se développer. Intéressé ? « Nous cherchons des personnes ayant le sens des responsabilités. La conduite s’effectue dans un environnement parfois difficile, notamment en ville, et il faut gérer les passagers, tout en leur donnant des informations. Le chauffeur est une sorte de commandant de bord », résume le porte-parole. Pour postuler, il faut avoir au moins 21 ans et être titulaire d’un permis voiture. Le candidat est rémunépendant sa formation (12,9 euros brut de l’heure). Par la suite, il gagnera près de 14 € de l’heure après six mois d’expérience. La sélection est rigoureuse car il faut être fiable en termes du respect des horaires et accepter le contact avec une clientèle très variée.

    Des spécialistes de l’hybride

    Le TEC ne compte pas étoffer ses effectifs rien qu’avec de nouveaux chauffeurs. Toujours en 2020, il veut embaucher quelques dizaines de techniciens (électromécanique, électronique, carrosserie, etc.) pour s’occuper du parc. Un diplôme A2 ou A3, ou l’équivalence en expérience professionnelle est requis. « Nous venons d’acquérir 300 bus hybrides. Nous allons aussi avoir besoin de spécialistes dans ce domaine. En rentrant chez nous, on est appelé à travailler sur les technologies de l’avenir », assure Stéphane Thiery. Tout comme pour les chauffeurs, l’impulsion attendue de la Région pour le TEC devrait ouvrir de nouvelles opportunités d’emplois.

    « En 2020 et durant les années suivantes, notre troisième pilier pour le recrutement sera la digitalisation », pointe le directeur marketing de l’OTW. D’une part, il faudra des pros de l’informatique pour la gestion des infrastructures et de l’équipement technologique embarqué à bord. Une quinzaine de spécialistes sont recherchés dans ce domaine. D’autre part, il faut accompagner le voyageur tout au long de son parcours de client, en l’informant sur les perturbations ou les retards notamment via les réseaux sociaux. Cela passe aussi par la digitalisation des ventes et le développement d’applications. Ici, on parle d’un maximum une vingtaine de recrutements à l’horizon 2025.

    « L’enjeu est de passer de 4 à 10 % la part des déplacements en transports en commun pour 2030. Il va falloir aller chercher des automobilistes, tout en veillant à la qualité du service pour les usagers », conclut Stéphane Thiery.

    Par Yannick Hallet        Source

     

     

  • Grand test national be-alert, ce jeudi 3 octobre 2019

    Lien permanent

    Ce jeudi 3 octobre, un grand test national de be-alert sera mené par 187 communes du pays. Une façon de voir si ce système d’alerte de la population (par sms, mail ou message vocal) fonctionne bien et supporte une telle «charge».

     

     

    Soyez alerté : inscrivez-vous!

    Source

  • Balade champignons à Saint-Hubert le 6 octobre 2019 dans les idées sorties du Blog

    Lien permanent

    Le Syndicat d’Initiative de Saint-Hubert organise chaque année sa balade champignons.

    Promenade, cueillette, explication et dégustation.

    Cette balade gourmande est encadrée et commentée par des mycologues avisés et un guide nature expérimenté. Réservation obligatoire.

    Venez en apprendre plus sur les champignons !


    EN PRATIQUE Le 6 octobre 2019 6870 Saint-Hubert

    Infos : 061 61 30 10

     

  • C'était Nandrin et son Bourgmestre aujourd’hui 2 octobre 2019 à l'émission 71 de RTL, le Bourgmestre a-t-il gagné ?

    Lien permanent
    Aujourd'hui mercredi 2 octobre 2019, et le mercredi est le jour des bourgmestres dans l'émission 71 de RTL animée par Jean-Michel Zecca .
     
    Nandrin les participants et leur Bourgmestre Michel Lemmens sur le plateau d'RTL .

    Jean-Michel Zecca ainsi que le Bourgmestre ont fait une sympathique présentation du Village et de ses richesses en patrimoines.

    Ainsi que des cadeaux représentatifs, avec une mise à l'honneur d'artistes vivants ou malheureusement disparus tragiquement du village.

    Le but est de gagné l'émission et les gains vont à une association,  pour Nandrin le Bourgmestre annonce le bénéficiaire sera l'organisateur du Nandrin Festival et grand feu.

    Organisation qui réunit entre 10 000 et 15 000 festivaliers .

    Le Bourgmestre ne laisse pas un grand doute sur l'issue du résultat de l'émission, et déclare que l'opposition lui dit toujours qu'il a réponse à tout.
     

    Un parcours sans faute avec pratiquement tout le public éliminé, sauf 71312287_438286406820700_1473974398791712768_n.jpgLaurent qui réalise depuis le début un parcours sans faute également comme le Bourgmestre.
     

    Le Bourgmestre  va-t-il  faire partie des réusites total du 71 ? 
     

    Que Nenni !!!  voila que le Bourgmestre chute sur la dernière question, Laurent le Nandrinois empoche les 2100 € , par contre l'organisation du Nandrin Festival devra se contenté de 690 €
     

    Mais ne dit-on pas le principal est de participer .
     
     
     

    71335920_404237323622299_6437535512843517952_n (2).jpg

    71912567_668289556999982_3902110936697143296_n.jpg

    71312287_438286406820700_1473974398791712768_n.jpg

    71907869_506902146814073_7842535296661979136_n (2).jpg

    Revoir la vidéo Clic ici 

     

    https://www.rtlplay.be/septante-et-un-p_8533/emission-du-02-10-c_12512053

     

  • Deux policiers de la zone de Huy, un de la zone du Condroz et un Modavien inquiétés dans une affaire d’agression sexuelle à Modave

    Lien permanent

    Agression sexuelle à Modave: trois policiers inquiétés

    Deux policiers de la zone de Huy, un de la zone du Condroz et un Modavien inquiétés dans une affaire d’agression sexuelle à Modave. La chambre du conseil de Huy doit décider la semaine prochaine s’ils sont renvoyés ou non devant le tribunal.

    C’est une affaire extrêmement délicate qui est actuellement pendante devant la chambre du conseil de Huy. Trois policiers - deux de la zone de Huy et un de celle du Condroz- et un Modavien sont soupçonnés pour l’un d’avoir commis un attentat à la pudeur et pour les trois autres d’abstention coupable, à savoir ne pas avoir porté secours à une Modavienne, mère de famille de 43 ans.

    Le jour de la marche blanche à Liège

    Les faits remontent au 5 juin 2018. C’est un dimanche. Ce jour-là, souvenez-vous, une marche blanche est organisée à Liège en hommage à Cédric Vangriecken et aux deux policières liégeoises Soraya Belkacemi et Lucille Garcia, tous trois tués par Benjamin Herman.

    Le Modavien D. y participe avec deux de ses amis, policiers à la zone de Huy. À l’issue de la manifestation, les trois hommes reviennent à Modave au domicile de D. et s’installent sur la terrasse pour boire un verre. Un troisième policier vient les rejoindre.

    En cours de soirée, D. invite sa voisine à le rejoindre. Elle accepte mais une fois sur la terrasse, elle découvre que son voisin n’est pas seul. Trois hommes qu’elle ne connaît pas sont attablés avec lui. Elle veut repartir mais ils insistent pour qu’elle reste et prenne un verre avec eux.

    Selon ses souvenirs, dit-elle, deux verres de vin blanc lui sont servis. Et puis, c’est le trou noir. La suite de l’histoire, ce sont les voisins qui la rapporteront plus tard aux policiers.

    Pantalon baissé, culotte dévoilée

    Ce soir-là, un père et sa fille de 10 ans qui promènent leur chien aperçoivent dans la nuit déjà bien avancée deux hommes en train de traîner une femme. Ils reconnaissent leur voisine. Elle semble inconsciente et se trouve dans une fâcheuse posture. Elle a le pantalon baissé jusqu’aux genoux ou jusqu’aux chevilles – ils hésitent - mais, c’est certain il est rabattu et l’on voit sa culotte.

    Surpris et inquiet, ce voisin invite deux autres personnes de la rue à le rejoindre et ensemble ils suivent l’étrange trio jusqu’au domicile de la Modavienne. Par la fenêtre, ce qu’ils voient les choque au plus haut point. Leur voisine a été couchée sur le divan. Elle est affalée, le pantalon toujours abaissé et la culotte à demi retirée. Elle est maintenue par un des deux hommes tandis que l’autre tient son sexe à quelques centimètres de son visage…

    Face à ce spectacle pervers et odieux, ils crient pour mettre en fuite les deux hommes. Surpris, ceux-ci tentent de se dédouaner, en affirmant qu’ils n’ont rien fait. Selon ces témoins, ils tiennent à peine debout. Celui qui a ouvert sa braguette peine d’ailleurs à la refermer, diront-ils. Ils préviennent la police.

    « Elle se montrait entreprenante »

    À leur arrivée, gros malaise. Les policiers de la zone du Condroz découvrent que les deux hommes qui ont ramené la Modavienne chez elle sont des collègues. Le parquet de Huy est prévenu et ordonne de suite que la Modavienne subisse un test d’agression sexuelle. Les résultats sont négatifs. Pas de viol donc mais un taux d’alcool important a été relevé : 2,3 grammes d’alcool par litre de sang.

    Une prévention d’attentat à la pudeur pourrait être retenue contre le policier qui a exhibé son sexe. Celui-ci reconnaît les faits mais il ne sait pas expliquer son geste. Il ne se souvient de rien, dit-il.

    Les deux autres policiers ainsi que le Modavien sont soupçonnés d’abstention coupable, à savoir ne pas avoir porté secours à la victime. Ce qu’ils contestent en dénonçant le comportement inapproprié et aguicheur de la victime qui serait arrivée chez D. sous l’influence de l’alcool et en se montrant très entreprenante vis-à-vis des policiers, affirme D.

    Mesures contre les policiers

    La chambre du conseil de Huy devant laquelle l’affaire a été plaidée vendredi passé doit rendre son ordonnance la semaine prochaine. On saura alors si les quatre hommes sont renvoyés devant le tribunal, c’est ce que demande Me Jean-Louis Gilissen, avocat de la partie civile. Et si oui, sous quel chef d’inculpation.

    En attendant, deux des trois policiers ont fait l’objet d’une mesure : le policier exhibitionniste a été suspendu « dans l’intérêt du service » et le second qui l’accompagnait au domicile de la victime ne peut plus réaliser d’auditions vidéo filmées impliquant des mineurs d’âge. À ce stade, on ne parle pas de sanction disciplinaire : l’un et l’autre continuent à percevoir leur salaire.

     

    Par M-Cl.G     Source

     

  • Un commerçant a reçu une amende pour avoir voulu créer une carte de fidélité à un client!

    Lien permanent

    Un commerçant a reçu une amende de 10.000 euros pour avoir voulu créer une carte de fidélité avec la carte d’identité électronique d’un client!

    La chambre contentieuse de l’Autorité de protection des données (APD) a infligé une amende administrative de 10.000 euros à un commerçant qui voulait utiliser une carte d’identité électronique (eID) pour créer une carte de fidélité, indique jeudi l’APD dans un communiqué. Outre l’amende, l’APD a ordonné au commerçant de se conformer aux exigences du RGPD

    «L’utilisation de cartes d’identité électronique comme cartes de fidélité est une pratique courante. Cependant, le RGPD (Règlement général sur la protection des données) ne permet pas d’accéder à de nombreuses données à caractère personnel si celles-ci ne sont pas strictement nécessaires pour l’offre d’un service et sans une base légale valable. La chambre contentieuse considère qu’il s’agit d’une infraction grave et impose de ce fait une amende s’élevant à 10.000 euros», précise Hielke Hijmans, président de la chambre contentieuse.

    L’APD a reçu une plainte concernant l’utilisation par un commerçant de la carte d’identité électronique (eID) dans le cadre de la création d’une carte de fidélité. Le plaignant ne voulant pas présenter sa carte d’identité, la carte de fidélité lui a été refusée alors qu’il a proposé de transmettre par écrit au commerçant les données le concernant pour pouvoir bénéficier d’une carte de fidélité.

    La chambre contentieuse de l’APD a jugé cette pratique non conforme au RGPD car elle ne respecte pas le principe de minimisation des données et qu’il n’y a pas de consentement valable.

    «Cette décision constitue une nouvelle balise importante du chemin vers une meilleure protection de la vie privée de nos citoyens», prévient David Stevens, président de l’APD.

    Par Belga 

    Source

  • Un matelas « affiché » à 375 euros était ainsi vendu 1.560 euros

    Lien permanent

    David, un Français habitant dans la Loire, se rendait régulièrement l’an dernier sur les marchés hebdomadaires de la région, où il proposait des matelas à la vente.

    Mais si tout était affiché comme s’il s’agissait d’une excellente affaire, il n’en était rien : au moment de payer par carte, le commerçant distrayait le client, empochant bien plus qu’annoncé. L’affaire vient d’être jugée au tribunal correctionnel de Liège.


    Si 13 clients ont porté plainte contre les agissements de David, il pourrait y en avoir d’autres, des personnes âgées notamment, tant la manœuvre était bien rodée.

    A côté des matelas qu’il vendait, il apposait une affichette sur laquelle un prix était barré, puis il mettait en grand un autre chiffre, en rouge, qui en fait ne correspondait qu’à une prétendue réduction.

    Il ajoutait qu’il s’agissait de modèles d’exposition, ce qui pouvait justifier le montant très bas affiché…

    Quatre fois le prix !
    Une fois le client séduit, le commerçant lui faisait remplir un bon de commande en premier, c’est-à-dire avant que le prix réel n’y soit indiqué.

    Il n’acceptait que les payements par carte bancaire, et il veillait, au moment où le client devait composer son code, à le distraire afin qu’il ne vérifie pas le montant encodé.

    Ce n’est qu’après avoir reçu leurs extraits bancaires, où lorsque leur carte affichait « solde insuffisant », que les personnes se rendaient compte qu’elles avaient été lésées. Un matelas « affiché » à 375 euros était ainsi vendu 1.560 euros.

    Les clients avaient été escroqués sur les marchés de Seraing, Visé, Fléron, Herstal, Spa et Verviers. David, a tranché le tribunal, a bien fait usage de manœuvres frauduleuses. Il n’avait en outre pas déclaré son activité de commerçant ambulant en Belgique et n’y avait rien payé comme impôts, empochant indûment un montant de plus de 35.000 euros (qui lui sera confisqué).

    Il écope par défaut d’une peine de huit mois de prison et de 6.800 euros d’amende, assorties d’une autre confiscation de 11.840 euros au bénéfice des parties civiles. Il se voit également interdit d’exercer une activité commerciale en Belgique pour une durée de cinq ans.

     

    Par LWs 

    Source

  • Bloquez les dates pour 2020 !!!

    Lien permanent

     

    Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

    Lutter contre la malpropreté dans les espaces publics en Wallonie.

    Découvrez l'ensemble des actions positives en matière de propreté publique menées par l'asbl Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre

    L’asbl Be WaPP ambitionne d'impliquer et de fédérer un maximum de citoyens, communes, intercommunales, associations et secteurs afin que la lutte contre les déchets sauvages et les dépôts clandestins soit considérée comme un véritable enjeu de société. Elle veut ouvrir le débat sur l’importance de la propreté publique et créer une dynamique participative où chacun peut jouer un rôle.
     
     
    COORDONNÉES SUPPLÉMENTAIRES
  • Découvrir la réflexologie : massage pieds, mains ou crâne le 4,5 et 6 octobre 2019

    Lien permanent

     

     

    Réflexologue agréée, Coach certifiée, praticienne en musicothérapie, j'accompagne les personnes souhaitant retrouver Mieux-Être, Equilibre et Santé. Je reçois au Centre Ressource&Vous à Nandrin. Durant ce WE, je vous propose de découvrir la réflexologie grâce à des massages pieds, mains ou crâne au choix (15min/pers prix 5 €). Venez en profiter et réserver votre plage horaire via ce lien https://doodle.com/poll/ep22fy4wyqx5p7ve, au plaisir de vous y rencontrer, Stéphanie Dessy

     
    La Petite Boutique de Nandrin
    Rue du Presbytère 3, 4550 Nandrin

     

    Ressource&Vous

    Découvrir la réflexologie : massage pieds, mains ou crâne

    https://doodle.com/poll/ep22fy4wyqx5p7ve

  • Les pionniers de Plainevaux se tiennent à votre disposition

    Lien permanent

    Les pionniers de Plainevaux se tiennent à votre disposition pour vous aider pour nous permettre de partir en camp !
    N'hésitez pas à garder le numéro de téléphone et de contacter quand vous le souhaitez !

  • L’occasion pour ses futurs usagers d’en franchir les portes, sera visible sur l’espace Tivoli du 5 au 13 octobre

    Lien permanent

    Le tram est déjà une réalité en Cité ardente

    Certains le comparaient au monstre du Loch Ness : tout le monde en parle, mais personne ne l’a jamais vu. Mais aujourd’hui, la réalité est tout autre : le tram est arrivé en Cité ardente. Ce mercredi, il s’exposait ainsi au dépôt du TEC de Robermont, avant de s’installer pour quelques jours sur l’espace Tivoli.

    S’il ne s’agit encore que d’une maquette à l’échelle 1/1, cette étape marque toutefois un tournant important dans ce dossier.

    « C’est le troisième événement de l’année autour du tram, s’est félicité Vincent Peremans, l’administrateur général du TEC. Nous avons eu la signature du contrat en février, puis le lancement des travaux, et enfin l’arrivée de la maquette. Le rêve se réalise enfin concrètement. »

    Après avoir plus de dix ans à imaginer ce fameux tram liégeois, les équipes qui ont travaillé sur ce projet ont en effet enfin pu en franchir les portes.

    Une étape-clé

    Une étape symbolique donc, mais également technique : « Cette maquette, c’est une étape-clé dans le processus de fabrication du matériel roulant », a d’emblée précisé Michel Rucquois, le directeur général de Tram’Ardent. Les prochains jours vont en effet être consacrés à passer en revue toutes les exigences techniques prévues par le cahier des charges, avant de lancer la fabrication du véritable tram liégeois.

    S’il a tout du vrai, celui vient d’arriver à Liège présente en effet quand même quelques différences par rapport à celui transportera des passagers dès 2022. Dont une de taille : il a été construit… en bois.

    « C’est en effet une réplique en bois, sur une structure métallique. Les éléments intérieurs sont par contre identiques à ceux qui se trouveront dans le vrai tram. »

    La maquette est également plus petite que le vrai tram : 19 mètres de long, contre 45 pour celui qui sillonnera la Cité ardente. Mais elle a toutefois le mérite d’offrir du concret aux Liégeois.

    Sur l’espace Tivoli du 5 au 13

    « Car on ne croit que ce que l’on voit, assure Willy Demeyer, le bourgmestre liégeois. Ce n’est pas parce que le centre-ville est en travaux que tout le monde croit que le tram va bel et bien arriver. Or, cette fois, il est là. »

    Et il reste plus que jamais pertinent, continue-t-il, « au niveau climatique, parce qu’il va améliorer la qualité de l’air en ville en supprimant les émissions de plusieurs milliers de voitures et de bus, au niveau urbanistique, parce que, dans le cadre de ce chantier, 50 hectares en plein centre-ville vont être complètement remodelés, mais aussi au niveau social, termine Willy Demeyer. Parce que les conditions de transport actuelles, dans des bus bondés, ne sont plus acceptables. »

    Il faudra toutefois attendre octobre 2022 pour que les premières rames relient Sclessin à Coronmeuse.

    Mais d’ici là, les Liégeois auront quand même l’occasion de découvrir leur futur « réseau structurant ».

    Du 5 au 13 octobre, la maquette dévoilée ce mercredi sera en effet installée sur l’espace Tivoli et sera accessible au grand public (en semaine de 11 à 18h, le week-end de 10 à 18h et le 5 octobre jusqu’à 21h à l’occasion des Coteaux de la Citadelle).

    Ce mini-tram prendra ensuite la direction du musée des transports en commun de la rue Natalis, où il restera exposé.

    GEOFFREY WOLFF

     

    Source

  • Villages-solidaires Anthisnes commune pilote du GAL

    Lien permanent

    CAL :Groupe d'Action Locale Pays des Condruses
    Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot

     

    Villages-solidaires
     
    ANTHISNES, commune pilote du GAL pays des Condruses,
    Inaugure la plateforme d'entraide citoyenne #villages-solidaires#
    #Citoyens et associations Anthisnoises# découvrez en primeur ce projet de #solidarité# dans votre commune.