- Page 3

  • Nos cimetières zéro phyto, les solutions

    Lien permanent

    Nos cimetières, majoritairement très minéraux, sont des espaces où la tolérance aux plantes indésirables semble impossible. Suite à la pression des usagers de ces lieux, les gestionnaires tendent à maintenir les espaces dans un état de "propreté" irréprochable.
    Si éviter l'apparition d'herbes indésirables était réaliste avec des herbicides chimiques, ce l’est déjà nettement moins dans le contexte du "zéro phyto" préconisé par la nouvelle législation.
    Pour répondre aux nouvelles contraintes, deux possibilités s’offrent aux gestionnaires : revoir la conception des cimetières et/ou dégager du temps de travail pour réaliser un désherbage alternatif
    intensif.

     

    Infos clic ici 

    http://adalia2018.vps005.visible.be/sites/default/files/media/resources/Fiche-Cimetieres.pdf

     

    https://www.adalia.be/cimetieres

     

     

  • Vers des prêts à 0% pour rénover l’installation

    Lien permanent

    Nos canalisations d’eau ont longtemps été réalisées en plomb. Un métal toxique mais facile à travailler dont le plombier tire d’ailleurs son nom.

    Dangereux pour la santé, le plomb a été progressivement remplacé par d’autres matériaux. Mais dans les maisons construites il y a plusieurs décennies, le plomb reste parfois massivement présent.

    Le gouvernement wallon devrait proposer, durant la législature, un prêt avantageux pour remplacer votre installation. Une idée inscrite noir sur blanc dans la déclaration de politique régionale : « le Gouvernement réfléchira au lancement d’un mécanisme de prêts à taux zéro aux particuliers, aux sociétés de logements publics, aux écoles, etc., pour financer la rénovation de leurs installations intérieures. »

    Des travaux coûteux

    « Dans les nouveaux immeubles, il n’y pas de rénovations à faire. Mais dans les maisons plus anciennes, une mise en conformité peut s’avérer assez coûteuse », nous explique Cédric Prevedello, conseiller scientifique chez Aquawal, l’Union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l’eau.

    Dans la déclaration de politique régionale, le nouveau gouvernement wallon prévoit aussi que le « passeport eau », sorte de certification eau des bâtiments, sera mis en œuvre et intégré à terme au futur passeport habitation, dans un souci de simplification administrative.

    Un robinet sur 23

    Selon des chiffres publiés en 2015, seuls 95,6% des contrôles réalisés sur l’eau du robinet étaient conformes en matière de présence de plomb dans l’eau. La présence de ce métal toxique provient principalement de la dissolution du plomb dans les vieilles canalisations. Selon ces chiffres, c’est donc plus d’un robinet sur 25 qui posait problème en Wallonie.

    « On recommande de retirer ces vieilles canalisations  », ajoute Cédric Prevedelo « Et il faut aussi éviter les adoucisseurs d’eau lorsque la maison est équipée de canalisations de ce type. Car le calcaire protège le contact entre l’eau et le plomb ».

    G.B.

    PAR GUILLAUME BARKHUYSEN

    Source

  • ‎Fete des trolls le 20 octobre 2019 La Ferme des enfants

    Lien permanent

     

    Les dimanches après-midi à la ferme vous ont manqués ? A nous aussi ! Heureusement, les Trolls, lutins et autres Féeries reviennent le 20 octobre pour une après-midi magique sans nulle autre pareille. La Fête des Trolls va vous révéler son lot de spectacles, d'animations et de surprises qui feront que la Ferme ne sera plus jamais la même ! Restez connectés pour découvrir le programme et ses surprises tout au long du mois et bloquez déjà la date, le 20 octobre ! Toute l'ambiance inimitable des dimanches à la ferme, la magie en plus !".

    Vieille Voie de Tongres, 48
    4000 Liège

    04 224 13 24

     

     

    La Ferme des enfants

    Fete des trolls

  • Souper Rallye Dal Molin Nicolas le 12 octobre 2019 à Saint-Séverin

    Lien permanent

    Afin de finaliser ma participation au rallye du Condroz  ils organisent un sympathique souper a la salle de st Séverin Nandrin rue Engihoul 

    menu :

    adulte: 2 boulettes + frites = 12 euros
    enfant : 1 boulette + frites = 10 euros

    Suivi d'une soirée dansante .

    Réservation : 0493/305421

    Souper Rallye Dal Molin Nicolas

    Public
     · Organisé par Nicolas Dlm
  • Attention si vous recevez ce mail, il s’agit d’une arnaque!

    Lien permanent

    «Votre abonnement Netflix a été annulé»: attention si vous recevez ce mail, il s’agit d’une arnaque!

     

    L’alarme est sonnée concernant une tentative d’hameçonnage pour vider les comptes bancaires des utilisateurs qui cliquerait sur ce mail se faisant passer pour Netflix.

     

    Mieux vaut prévenir que guérir. Depuis vendredi, le service de sécurité des courriers électroniques, MailGuard, tire la sonnette d’alarme concernant un mail se faisant passer pour Netflix et annonçant aux clients que leur abonnement a bien été annulé.

    Sauf qu’il s’agit évidemment d’une tentative d’hameçonnage de la part d’escrocs pour obtenir les coordonnées bancaires des personnes qui cliquerait sur le lien qui permet de réactiver son abonnement. Une fois sur cette page de phishing, ressemblant à Netflix, l’utilisateur est redirigé vers ce qui semble être une page de compte avec une notification indiquant que les informations de paiement doivent être mises à jour. C’est là que le piège se renferme.

     

     

    Si l’arnaque semble pour l’instant cibler les clients australiens de Netflix, il est possible que celle-ci s’étende à d’autres pays.

    source

  • Si vous avez des arbres fruitiers et que vous ne savez pas quoi faire de leur production

    Lien permanent

    Pressez vos fruits et fabriquez votre eau-de-vie

    C’est en faisant le tour du monde et fort d’une histoire familiale riche, qu’est né l’Atelier Constant-Berger, le projet d’Adeline et Léandre, 28 ans tous les deux. « Après nos études de gestion aux HEC, nous sommes en effet partis faire le tour du monde », explique Adeline, originaire de Slins (Juprelle). « Ma famille a une histoire familiale forte puisqu’elle produit du péket depuis 1826.

    Durant ce voyage, on s’est rendu compte de la chance d’avoir ce patrimoine familial et culturel. D’autant que les bartenders essayent de revenir aux bases de la mixologie. Or, aux débuts, le genièvre était la base de la mixologie. On s’est donc dit qu’on pourrait remettre le péket au goût du jour, alors qu’aujourd’hui, ce n’est plus qu’un produit festif. On a donc voulu perpétuer ce savoir-faire, cette histoire, et retravailler le péket blanc, l’ancêtre du gin. Proposer un produit de qualité pour les bartrenders. » Mais avant de se lancer dans l’aventure, Léandre entreprend de se former. « Il est allé suivre une formation en distillation à Hasselt ainsi qu’une formation pratique à l’IFAPME version flamande. »

    Parallèlement à ça, Adeline s’assure qu’ils pourront vivre de ce projet. D’autant que l’un de leurs principaux challenges est le montant des accises, très élevé en Belgique, surtout pour le genièvre. Alors, les deux jeunes ont eu une chouette idée. « De par la formation de Léandre, on a appris qu’on pouvait distiller autre chose que le grain, des fruits notamment pour en faire de l’eau-de-vie. Nous avons choisi de nous installer à Battice, dans une partie des locaux d’une entreprise gérée par Léandre. Or, on s’est rendu compte que ni la Basse-Meuse ni le Pays de Herve, pourtant connus pour leur fruiticulture, n’avaient d’eau-de-vie produite dans la région. »

    D’où l’idée de faire de l’eau-de-vie en plus du genièvre. Mais pas avec n’importe quel produit : « En élaborant notre business plan, nous avons rencontré l’ASBL Diversifruits dont l’objectif est de promouvoir l’arboriculture hautes tiges. Alors on s’est dit « Pourquoi ne pas faire notre eau-de-vie à base de fruits hautes tiges mais aussi proposer aux gens de venir presser leurs fruits pour en faire des jus ou de l’eau-de-vie ? Et ainsi permettre aux gens de devenir acteur de leur propre consommation. »

    Et depuis 10 jours, le pressoir est ouvert au public. Celui-ci peut amener ses fruits hautes tiges deux fois par semaine. Quant à l’eau-de-vie et le genièvre, ils ne seront disponibles que l’année prochaine, le temps de terminer le processus de distillation.

    Par AURÉLIE DRION

     

    Source

  • LA CHASSE AUX FRAUDES EST OUVERTE 1 carte de stationnement pour handicapés sur 5 illégale

    Lien permanent

    Traquer les utilisateurs frauduleux de places pour personnes handicapées : depuis un an, une application mobile permet de repérer les cartes invalides ou celles créées de toutes pièces. S’il est facile de sanctionner une personne qui ne dispose simplement pas de carte, il est plus difficile de repérer ceux qui utilisent de faux ou anciens documents. C’est là que l’application « Handi2Park » entre en jeu.

    Disponible sur Androïd et iPhone, elle est très simple d’application. Il vous suffit d’encoder le numéro de carte ou, pour les documents émis à partir de 2016, de scanner le code QR.

    En un an, entre juillet 2018 et juillet 2019, quelque 319.991 contrôles ont été effectués par ce biais. Résultat ? 11,7 % d’entre eux ont révélé l’utilisation d’une carte non-valide. Tandis que 7,3 % ont indiqué que la carte utilisée était inconnue des services… Deux possibilités : soit il s’agit d’une fausse carte de stationnement, soit d’une erreur de manipulation. Précisons également que certaines cartes ont pu être contrôlées à plusieurs reprises et donc comptabilisées autant de fois.

    « L’opération a d’abord été testée par des professionnels dans quatre communes à savoir Koekelberg, Namur, Courtrai et Anvers », rapporte Gerrit Van de Mosselaer, porte-parole du SPF Sécurité sociale. « Et, depuis l’automne dernier, l’application est ouverte à tout un chacun, services de police, comme les citoyens lambda. »

    Dénoncer les infractions

    N’importe qui peut donc utiliser l’application mais la compétence en matière de détection des abus reste du ressort de la police. « Les citoyens qui détecteraient un possible abus doivent le rapporter aux forces de l’ordre ou au SPF Sécurité sociale qui en fera référence aux services de police. »

    Cette application semble opportune quand on sait de nombreuses cartes « périmées » circulent encore dans la nature. Sur quelque 465.146 cartes en circulation, 250.000 ne sont plus valides. C’est le cas notamment des documents appartenant à une personne aujourd’hui décédée, des cartes pour lesquelles un duplicata a été demandé ou dont l’utilisation a expiré. Gerrit Van de Mosselaer tempère tout de même : « Cela ne signifie pas qu’il y a nécessairement des abus. Nombre de cartes auront probablement été perdues lors du décès du titulaire du droit. »

    Si l’application permet de repérer ces stationnements frauduleux, elle ne règle pas tous les soucis. Des personnes continuent aujourd’hui, malgré les campagnes de sensibilisation, de stationner sur des places pour handicapés, sans carte.

    Il arrive aussi qu’une carte soit utilisée alors que la personne handicapée ne se trouve pas à bord du véhicule. Enfin, les copies ou utilisation d’un numéro existant sur un faux document ne sont pas non plus à exclure. En attendant, « Handi2Park » permet d’augmenter de manière significative les contrôles des abus.

    « Ce qui permet de s’assurer qu’un plus grand nombre de places de stationnement reste effectivement libre pour les personnes handicapées », précise le SPF Sécurité sociale. Policiers, à vos smartphones !

    Par SABRINA BERHIN

     

    Source

  • Atelier cuisine Organisé par Coralie Thomas et La Fine Bouffe le 30 septembre 2019

    Lien permanent

    Nous cuisinerons de bons petits plats ensemble pour ensuite les déguster.
    Les produits de saison et un max bio seront au rdv.
    Nous nous arrêterons aussi sur les sensations de notre corps et nous apprendrons à manger lentement.
    Vive les 5 sens, l'énergie et la santé !

     

      0496 48 77 81

    Rue Tige de Strée, 4577 Modave, Belgique

     

    Coralie Thomas et La Fine Bouffe

    Atelier cuisine

  • Pour de nombreux ménages, la facture annuelle d’eau est difficile à encaisser

    Lien permanent

    Wallonie: le prix de l’eau gelé durant cinq ans

    Cette petite ligne présente dans la déclaration de politique régionale (DPR) du nouveau gouvernement wallon va faire plaisir à des milliers de ménages. « Le Gouvernement assurera une régulation efficiente du secteur de l’eau », peut-on lire dans la DPR. « Cette régulation doit concilier la sécurité d’approvisionnement, la maîtrise du prix, un service de qualité… Les opérateurs mettront tout en œuvre afin de ne pas augmenter le prix de l’eau au-delà de l’inflation. »

    Traduction : vos prochaines factures d’eau ne devraient pas augmenter davantage que l’inflation. Et ces décomptes annuels ne pèseront pas plus lourd sur votre portefeuille.

    « Le fait de ne pas augmenter le prix de l’eau au-delà de l’inflation est un engagement ferme de notre Gouvernement », nous explique Willy Borsus (MR), vice-président du gouvernement wallon et ministre en charge de la politique des prix dans le secteur de l’eau. « Nous n’avons pas voulu de nouveaux impôts mais nous ne voulions pas non plus augmenter les dépenses pour les citoyens. L’eau est un bien fondamental qu’il faut préserver. Il y a pour nous une double préoccupation : préserver ce bien fondamental, mais aussi le pouvoir d’achat. »

    Comment ça fonctionne ?

    Pour mieux comprendre comment est fixé le prix de l’eau, il faut d’abord rappeler que la tarification en Wallonie repose sur le concept global de coût vérité.

    Lorsque le consommateur met la main au portefeuille pour son mètre cube, il paie d’abord le coût vérité à l’assainissement (CVA). Fixé par la Société publique de la gestion de l’eau (SPGE), il est fixé à 2,365 € par m3 depuis le 1er janvier 2017.

    Ensuite, il y a le coût vérité à la distribution (CVD). Il est différent pour chaque distributeur (SWDE, Cile, in BW…).

    Une formule mathématique, identique pour tous les distributeurs wallons, reprend ces deux paramètres et permet de calculer à la fois le montant de la redevance mais aussi les différents prix à payer pour un mètre cube d’eau. De manière concrète, et lorsqu’on ajoute la contribution au fonds social de l’eau et la TVA, le consommateur wallon paie entre 5€ et 5,50€ le mètre cube. À la SWDE, qui couvre 70 % des habitants, une consommation de 100 m³ durant un an générera une facture de 545,17€.

    Stagnation ces derniers mois

    Ces dernières années, l’eau n’a jamais aussi bien mérité son surnom d’or bleu. Des hausses successives du CVD et du CVA se sont répétées. Et entre 2005 et 2015, les tarifs ont augmenté de 70 % en Wallonie. Mais ces changements de prix s’expliquaient par des investissements massifs réalisés en matière d’assainissement pour atteindre les objectifs européens.

    Notons qu’en 2019 et 2020, ces prix étaient déjà gelés. « Le précédent gouvernement avait carrément bloqué le prix de l’eau », nous explique Cédric Prevedello, conseiller scientifique chez Aquawal, l’Union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l’eau. « Ici, les tarifs pourront quand même suivre l’inflation. »

    Par GUILLAUME BARKHUYSEN

    Source

  • Une ouverture de saison, deux festivals des arts de la rue 27,28 et 29 septembre 2019 toutes les infos

    Lien permanent

    RDV PROS
    1 WEEK-END EN BELGIQUE
    2 FESTIVALS DES ARTS DE LA RUE
    3 LIEUX MARCHIN-HUY-BRUXELLES

    Une ouverture de saison, deux festivals des arts de la rue, une cinquantaine de compagnies, des rendez-vous pros et un PechaKucha… Professionnels des arts de la scène, faites votre programme et vivez un week-end belge dédié aux arts de la rue et du cirque les 27, 28 et 29 septembre !

    Infos et inscriptions : https://latitude50.be/collaborations/rdvpros/

    Photo de Latitude 50 - pôle des arts du cirque et de la rue.
     

    Ouverture saison Latitude 50 - Gratuit

    27 SEPT 20H30
    CIE DU DEUXIEME + AMIR ET HEMDA
    PLACE DE BELLE-MAISON A MARCHIN
    Gratuit - Pas de réservation, placement libre

    CIE DU DEUXIEME : ANIMANIVERSAIRE
    Les grands moments officiels, c’est avec Animaniversaire, le spécialiste de la fête !
    Avec Animaniversaire, tout est bon à fêter : ouvertures et clôtures d’évènements, naissances, enterrements, hommages… Des prestations de grande valeur et de qualité avec du personnel à la hauteur, dévoué et à votre écoute. Trois bonnes raisons pour cette première belge d’Animaniversaire à Marchin : l’ouverture de la fête du village, le lancement de la nouvelle saison de Latitude 50 et la mise en bouche du festival des arts de la rue Les Unes Fois d’un Soir qui se déroulera le lendemain à Huy, ville voisine de Latitude 50. Advienne que pourra !

    EN 1ERE PARTIE : AMIR & HEMDA
    Dans le cadre de circusnext platform, cofinancé par le programme Europe Créative de de l’Union européenne
    Zoog c’est un coup d’oeil entre deux acrobates, une routine, un rituel. C’est un jeu d’amour et de haine, une infinie recherche d’unité, un échange de cruauté et de tendresse. A travers leurs corps, les deux partagent une histoire in
  • WEEK-END FESTIF EN TERRES-DE-MEUSE 27, 28 et 29 septembre!!!!

    Lien permanent

    WEEK-END FESTIF EN TERRES-DE-MEUSE 27, 28 et 29 septembre!!!!

    Croisière commentée sur la Meuse, balade/expo vélo sur le Ravel, spectacles gratuits et festival des arts de la rue, visite (dé)guidée du Fort de Huy, visite gratuite thématique de Huy,... Plus d'info: https://www.terres-de-meuse.be/activites/agenda

    De quoi vous concocter un chouette programme en famille ou entres amis sur tout un week-end dans notre belle région!

    Réservez votre hébergement ou votre restaurant: https://www.terres-de-meuse.be/sejourner

    Les Unes Fois d'un Soir Ville de Huy (Officiel) 

    Latitude 50 - pôle des arts du cirque et de la rue 

    Commune de Braives 

    ADL de Braives Adl Wanze Fort de Huy 

    Bateau "Val Mosan" - Huy Office du Tourisme de Huy

     

     

     

  • Confronté à une pénurie d’arbitres, le BRA de Liège peine à remplir toutes les désignations le week-end

    Lien permanent

    62047430arbitre-jpg.jpgL’arbitrage doit faire envie, pas pitié !

    Il faut les voir se démener, portés par la flamme de la passion et de la détermination, sur le terrain arrière du CREF de Blegny qui supporte les chocs de leurs multiples courses, au son des directives et des encouragements de leur préparateur physique et de son staff.

    Comme chaque mardi soir, les arbitres liégeois se retrouvent pour une séance d’entraînement collective durant laquelle les efforts répétés finissent inlassablement par les unir dans la souffrance.

    Le reflet de la société

    Souffrance, le mot est lâché, il résume parfaitement le quotidien de ces hommes en noir devenus cibles privilégiées, faciles des joueurs, des clubs et du public. Gonflées par les réseaux sociaux, les remarques et/ou les injures s’entassent et finissent par décourager les moins motivés, qui baissent vite les bras devant ce mur d’incivilité.

    Dernièrement, un jeune homme a encore été agressé – coup porté à la mâchoire par le frère d’un joueur qui venait de recevoir un… carton jaune – durant une partie en U14.

    Le constat est sans appel : ces dernières années, le nombre d’arbitres de la province n’a cessé de diminuer (ce qui est le cas partout en Wallonie, voir infographie) pour atteindre, aujourd’hui, un seuil critique. « Chaque week-end, une quinzaine de matches des équipes premières doit se dérouler sans referee », indique, fataliste, Joseph Fontaine, responsable des désignations.

    En compagnie de Jean-Noël Jacob, président du BRA liégeois, d’autres membres du service – Gaëtan Simon, Pino Mercato, Jacques Frisschen – mais aussi d’Eric Romain, directeur de l’arbitrage à l’ACFF, nous avons évoqué cette pénurie qui touche le monde de l’arbitrage. « Une déficience qui n’est pas propre uniquement à notre discipline, elle est visible dans tous les autres domaines sportifs », notent-ils. « C’est compliqué d’accrocher les gens, notamment les plus jeunes pour qui il s’agit d’une occupation parmi tant d’autres. Ils sont plus vite découragés ou ne prennent pas toujours cela au sérieux. C’est le reflet de la société actuelle. Heureusement que les anciens sont encore bien présents pour poursuivre leur travail… » Le football diffuse – malheureusement – la même chanson au bord des terrains, une cacophonie rythmée par les remarques et les critiques injustes, violentes. Un manque de respect qui se remarque même dans les catégories d’âge. « Le devoir d’exemplarité a disparu », expliquent nos différents interlocuteurs. « L’arbitre représente l’autorité et on a trop tendance à se révolter face à ses décisions. Il faut changer les mentalités. »

    Un sport à part entière

    En attendant, le nombre de désignations continue de croître et les cellules responsables de l’arbitrage peinent à remplir toutes les cases. Des limites qui auraient pu les inciter à revoir leurs critères de sélection, mais tous s’y opposent catégoriquement : « Ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi, nous avons un rôle à assumer. Les représentants du corps arbitral doivent réussir deux examens – un physique, un écrit – et s’ils n’y parviennent pas lors des trois sessions ouvertes, ils ne peuvent pas – ou plus – entrer en ligne de compte. Certains clubs se plaignent de l’absence d’un homme en noir les week-ends de match, ils doivent comprendre que si nous les recrutons et que nous les formons, l’enrôlement des arbitres fait aussi partie de leurs devoirs puisqu’ils doivent affilier des personnes. C’est un souci que nous partageons et que nous devons régler ensemble. »

    Comment, justement, contrer le phénomène d’érosion ? « Il faut rendre l’arbitrage plus attractif en considérant qu’il s’agit d’un sport à part entière. Nous devons nous ouvrir davantage vers le monde extérieur, cela passe par de la communication, du marketing. Nous devons faire envie, pas pitié ! Récemment, les meilleurs sifflets provinciaux se sont retrouvés pour un petit stage à Tubize, dans les installations des Diables rouges, c’est une initiative de ce type qui peut inciter les jeunes à s’orienter vers une carrière et à en parler autour d’eux. Il y a évidemment peu d’élus, mais quand on évoque les chiffres des rémunérations mensuelles – plusieurs milliers d’euros – que peuvent percevoir les arbitres de D1A et D1B, sans oublier ceux qui ont le statut international, on sent déjà que certains y voient un autre intérêt… »

    Gaëtan Simon, qui jouit d’une expérience de trente années dans le domaine et qui a officié en première division, l’assure : « Il n’y a pas beaucoup de sports où on est aussi bien suivi par des formateurs, il faut profiter de cette assistance, des moyens dont nous disposons afin de faire bouger les choses. »

    Parce que l’idée générale est de susciter des vocations, l’ACFF plaide pour la création d’un attrait via l’identification à un matricule bien spécifique. « L’idée est de devenir arbitre d’un club, que ce soit le Standard, le RWDM, etc. », précise Eric Romain. « Il s’agit d’une fonction bien déterminée qui peut inciter les gens à partir plus vite dans le créneau. »

    S’il souffre et panse ses plaies – le Footbelgate a jeté l’opprobre sur l’intégrité des referees, même si les répercussions négatives ne se sont pas fait ressentir au sein de la corporation –, l’arbitrage continue de (sur)vivre. Mais si le vent tourne encore plus vite que les girouettes en football, il serait temps de mettre un terme à cette carence, pour le bien de tous les acteurs et du jeu.

    Par YOUNG KRUYTS

     

    Source

  • Prudence !!! c’est une arnaque !

    Lien permanent

    Des tickets gratuits pour le Kinepolis de Liège: arnaque!

    Un concours pour gagner des cartes cadeaux a été publié sur un page Facebook « Kinepolis – Liège ». La démarche à suivre est simple. Pour participer au concours, les intéressés doivent simplement écrire « le mot ‘cinéma’ dans les commentaires  », comme le précise le statut Facebook accompagné de deux affiches de films. Les participants ont la possibilité de gagner 10x2 cartes-cadeaux pour la salle de cinéma liégeoise Kinepolis.

    En réalité, ce concours est une arnaque bien rodée qui avait déjà fait plusieurs victimes il y a quelques jours à Bruxelles, où un concours similaire avait lieu sur une autre fausse page « Kinepolis Bruxelles ». « Dimanche, j’ai écrit « cinéma » dans les commentaires », nous racontait déjà Nathalie, qui nous avait alertés via notre bouton Alertez-nous. « J’ai reçu un message de la page sur Messenger m’indiquant que j’avais gagné. Je devais pour cela cliquer sur un lien et verser 2 euros. Je n’ai évidemment fait aucun des deux parce que cela ressemblait fort à une arnaque. J’ai ensuite contacté Kinepolis qui m’a indiqué que de nombreuses fausses pages avaient été créées pour arnaquer les gens avec de faux concours ».

    L’exploitant de salles de cinéma nous avait confirmé être au courant du problème.

    « On gagne toujours »

    Nathalie n’est pas la seule à avoir signalé cette arnaque. Dans les avis de la page Facebook en question, des dizaines de commentaires préviennent de l’arnaque. « On gagne toujours  », précisait Claire, accompagnant son statut d’une capture d’écran du message que leur ont envoyé les gestionnaires de la page.

    « Attention, ce concours est une arnaque. Nous avons participé avec 5 comptes différents et nous avons tous gagné ! Étrangement, il faut remplir un formulaire en ligne et payer. Signalez la page  », ajoutait Rebecca.

    Des informations que nous avions pu confirmer en suivant le même procédé. En commentant le statut avec « cinéma », un message arrive indiquant que nous avons gagné. Le lien qu’il contient mène à une page affirmant que nous avons gagné 100 euros valables dans tous les cinémas belges. Il faut ensuite entrer ses coordonnées et le numéro de sa carte de crédit.

    Cette fois-ci, une arnaque qui cible les Liégeois

    Alors qu’on croyait toutes les pages fermées par Facebook, Sébastien de Wandre nous indique ce matin via notre bouton Alertez-nous qu’une nouvelle page a été créée et se fait ainsi passer pour le Kinepolis de Liège avec le même procédé. Ne vous laissez donc pas avoir avant que la page ne soit supprimée.

    « Un classique »

    Pour Olivier Bogaert, commissaire à la Federal Cyber Crime Unit, « c’est un classique  ». Les cyberpirates «  usurpent le nom de l’entreprise. Ils demandent de fournir des informations personnelles et de payer 2 euros avec une carte de crédit  ». Le problème n’est pas les deux euros, mais les données qui sont fournies. « Les participants ne lisent souvent pas les conditions générales qui rappellent qu’ils souscrivent à un abonnement. Ensuite, de l’argent est retiré automatiquement chaque mois depuis leur compte. »

     

    PAR RÉDACTION (AVEC GAUVAIN DOS SANTOS

     

    Source

  • Marche ADEPS le 17 novembre 2019 à Modave

    Lien permanent

    Marche sur l'un des parcours de balade pédestre tracés pour notre marche ADEPS annuelle, le tout suivi d'une possibilité de petite restauration.
    Distances : 5, 10, 15 et 20 km. Inscriptions sur place dès 8h30
    Contact et renseignements : Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux - 085/41.29.69 - info.sivh@gmail.com

    Tourisme Modave Marchin Clavier Tinlot

    Marche adeps

     

    Dimanche 17 novembre 2019 de 08:30 à 17:00

    vallée du Hoyoux, 6 B, 4577 Modave

  • Trottoir: comment allier respect de la nature et du règlement communal, les solutions !!!

    Lien permanent

    Cela fait maintenant 4 ans que la nouvelle législation interdisant la pulvérisation sur les surfaces perméables reliées au réseau d'égouttage est entrée en vigueur. Les citoyens doivent faire face à ce changement en adaptant leur manière d'entretenir leur trottoir tout en respectant le règlement de leur commune.

     

    Pour plus d’infos sur les manières d’entretenir votre trottoir sans pesticides, découvrez notre dépliant

    Pour lutter naturellement contre les mauvaises herbes, consultez notre rubrique "désherber autrement"

     

    Source

    https://www.adalia.be

     

  • Il y a de la nouveauté au Chat Lait de Nandrin pour la rentrée!

    Lien permanent

    Goûter le fromage frais ail et fines herbes !

    Délicieux sur une tartine grillée avec une tranche de saumon fumée ou encore à l’apéro en dips

    L'annonce sur la page Facebook du Chat Lait 

  • Petit Déjeuner Terroir Organisé par La Ferme de Béemont le 6 octobre 2019

    Lien permanent

     

     

     

     

     

    P'tit déjeuner à la Ferme de Béemont composé de produits locaux et bio.
    Notre menu toujours au prix de 12,5€, café à volonté...
    Réservation souhaitée : via Facebook ou au 0474/90.58.38.
    Au plaisir de partager ce moment avec vous...


    Dimanche 6 octobre 2019 de 08:00 à 13:00

    La Ferme de Béemont
    Béemont 10, 4590 Warzée, Liege, Belgium

    Petit Déjeuner Terroir

    Public
     · Organisé par La Ferme de Béemont
  • Fête Fédération Wallonie Bruxelles le 27 septembre 2019 ANGÈLE & SES INVITÉS 100% gratuit

    Lien permanent

    ANGÈLE & SES INVITÉS

    QUAND :
    27 septembre 2019 @ 20:30
    OÙ :
    Grand Place de Bruxelles
    Angèle & ses invités @ Grand Place de Bruxelles

    Line up de la soirée :

    ANGELE
    ROMEO ELVIS
    MC SOLAAR
    TAMINO
    JEANNE ADED
    ALOÏSE SAUVAGE
    ALAIN SOUCHON
    CABALLERO et JEANJASS

     

    Source

  • ‎Place aux enfants à Nandrin aussi le 19 octobre 2019

    Lien permanent

    « Place aux enfants » a réussi à rassembler au fil des années – et ce depuis 1995 – plus de 12.000 enfants et près de 5 200 adultes.

    L’éveil à la citoyenneté commence avec la rencontre de son voisin. Il s’agit, le temps d’une journée, non pas de partir à la découverte des métiers, mais des acteurs opérant au sein de la communauté. Il est question de rencontres, d’échanges, de partage et de questionnements. Les enfants participeront à diverses activités et poseront les questions qui les préoccupent. L’objectif de l’opération est de stimuler les jeunes participants à adopter un comportement actif au sein de leur vie quotidienne.

    « Place aux enfants » prône des valeurs telles que la solidarité, l’autonomie et la recherche du bien commun, chaque intervenant occupant une place légitime au sein de la société. L’opération défend le principe d’une démocratie dans laquelle chacun, à son niveau, participe activement.

    Cette opération encourage le développement du lien social au sein des communes participantes et amorce le début d’une relation privilégiée entre les enfants et les acteurs de leur commune.

    Une activité chez un boulanger n’est pas uniquement l’occasion d’apprendre à faire du pain. Les enfants pourront mettre un nom sur un visage qu’ils croisent tous les jours, comprendre ses choix de fabrication et les valeurs qu’il souhaite transmettre à travers les actions qu’il pose quotidiennement. De même, la visite d’un théâtre sera l’occasion d’éveiller nos jeunes citoyens à l’importance des arts dans la société. Au Parlement, les enfants appréhenderont la manière dont s’organise l’État. La rencontre avec un photographe apportera un regard différent sur le monde.

    Les activités proposées couvrent les secteurs économique, politique, social, culturel et sportif de la vie communale.

     

    Cette année place aux enfants aussi à Nandrin !!!

    Votre enfant a entre 8 et 12 ans et se passionne déjà pour le monde qui l’entoure ?

    Il est curieux, a soif de rencontrer et d’échanges ?

    Place aux enfants lui permettra de découvrir sa commune, ses rouages, ses artisans et ses habitants, tout en s’amusant….

    Infos et inscriptions : ATL Nandrin 085/27.44.66

    Source
     
    Le theme de cette annee 2019 est "Place aux enfants se bouge pour le climat"
     

     

     

  • Foire À Partir D’1Euro dés le 4 octobre 2019 à Statte

    Lien permanent

    4oct1.jpg

    4oct2 (4).jpg

     

     

     

    Foire À Partir D’1Euro

  • Les travaux de moins de 3.000 euros et d’isolation du toit,simplifié par le nouveau gouvernement wallon

    Lien permanent

    L’auditeur ne sera plus forcément obligatoire pour obtenir une prime

    C’était un point auquel tenait beaucoup le précédent ministre de l’Energie Jean-Luc Crucke : le retour de l’auditeur énergétique dans la procédure d’octroi aux particuliers des primes favorisant les économies d’énergie et la rénovation des logements. Le nouveau gouvernement wallon conserve l’auditeur mais entend en dispenser quelques travaux.

    L’objectif de l’obligation d’audit était de garantir une utilisation efficace des deniers publics en imposant l’ordre dans lequel les travaux devaient être réalisés. Avec comme argument : cela ne sert à rien de remplacer les châssis d’une maison sur le point de s’effondrer.

    Philippe Henry, ministre de l’Énergie, proposera toutefois « rapidement » de supprimer cette obligation d’audit dans deux cas : pour les travaux d’isolation de la toiture et pour les travaux inférieurs à 3.000 euros. « L’audit a un coût et ralentit les procédures », expose le ministre. D’après les estimations, un audit coûterait environ 700 euros.

    « On s’est rendu compte que, très souvent, l’isolation du toit arrive en premier dans les priorités. Ça ne vaut donc pas la peine de dépenser de l’argent pour un audit quand on veut réaliser ce genre de travaux. » La justification est la même pour les petits travaux. « Le jeu n’en vaut pas la chandelle. L’audit devra être d’application là où c’est vraiment utile. »

    30 % de perte de chaleur

    Cette décision va probablement de pair avec la volonté du gouvernement de donner la priorité à la généralisation de l’isolation des toitures d’ici 2030. L’audit aurait probablement constitué un frein dans la poursuite de cet objectif. Un objectif ambitieux, quand on sait qu’un toit mal isolé représente jusqu’à 30 % des pertes de chaleur.

    Après cette première modification, une augmentation des montants des primes est également prévue dans. « Ça va devoir s’organiser progressivement, souligne Philippe Henry qui rappelle que « l’ambition est bien plus importante » sous ce gouvernement.

    Celui-ci s’est notamment engagé, dans sa politique de déclaration régionale, à renforcer progressivement « les critères de performance énergétique des bâtiments (PEB), à investir massivement dans l’isolation des bâtiments et à développer les énergies renouvelables pour le solde de la consommation énergétique ».

    Dans ce contexte, une évaluation du système des primes sera réalisée. Avant ça et moyennant les deux modifications annoncées ci-dessus, le gouvernement laissera tout de même le temps au système actuel – et récemment modifié – de montrer ce qu’il a dans le ventre.

    Par SABRINA BERHIN

     

    Source

  • Entre 116 et 2.000 euros pour un stationnement frauduleux

    Lien permanent

    Les stationnements illégitimes sur une place de parking réservée aux personnes handicapées sont un problème auquel les services de police sont confrontés quotidiennement.

    En 2018, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Jan Jambon, avait communiqué le nombre de procès-verbaux enregistrés chaque année en la matière. En 2015 et 2016, on était aux alentours de 30.000 par an.

    Ce chiffre, la nouvelle application pourrait le faire grimper, à condition que les constatations d’infractions remontent aux services de police ou soit directement utilisée par ces derniers, ce qui ne semble pas le cas partout. Une zone de police nous informe d’ailleurs ne même pas être au courant de l’existence d’un tel outil, pourtant bien utile.

    Mais que risque-t-on en cas de fraude ? Stationner de manière illégitime sur une place de stationnement réservée aux personnes handicapées fait partie des infractions du deuxième degré. Le montant de l’amende s’élève alors à 116 euros en cas de perception immédiate. Un montant qui peut grimper jusqu’à 160 euros pour une transaction proposée par le parquet et jusqu’à 2.000 euros en cas de passage au tribunal.

    S.B.

    Par
    SABRINA BERHIN

    Source

  • Ils dorment dans nos tiroirs !!! plus de 3 millions de GSM, en avez-vous ?

    Lien permanent

    Plus de 3,2 millions d’anciens téléphones portables traînent dans les tiroirs des ménages belges. À peine 8 % sont recyclés, un pourcentage bien trop faible compte tenu des matières premières réutilisables qui s’y trouvent, indique Recupel.

    L’organisation en charge de la collecte et du traitement des produits électroniques a organisé, dimanche, une opération symbolique afin d’encourager les Belges à rapporter leur appareil ancien ou défectueux. Quelque 80 personnes ont ainsi rendu un dernier hommage à leur cher téléphone avant de le placer dans un cercueil conçu pour l’occasion, dans la chapelle des Brigittines, à Bruxelles.

    Malgré les nombreuses campagnes de Recupel, peu de Belges rapportent leur téléphone pour le recycler. « L’une des principales raisons de cet échec réside dans la valeur sentimentale accordée à l’objet », affirme Recupel. « Or, plus nous collecterons d’appareils, plus nous pourrons réutiliser leurs matières premières. Nous aurons ainsi de moins en moins besoin de recourir à l’exploitation minière traditionnelle », explique la porte-parole de Recupel Saar Bentein. « L’urban mining est non seulement une bonne chose pour l’environnement, mais aussi pour la société. Il suffit de songer à des pays comme le Congo, où le cobalt présent dans les batteries de GSM est extrait dans des conditions souvent inhumaines », conclut-elle.

     

    Source

  • La polémique avait fait rage en 2018 : les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux pour la santé ?

    Lien permanent

    Terrains synthétiques: moratoire prolongé

    La polémique avait fait rage en 2018 : les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux pour la santé ? Ou plutôt, les petites billes de caoutchouc (des pneus recyclés) qui servent à amortir les chocs et à tenir les brins « d’herbe » sont-elles nocives ? Pour les utilisateurs des terrains, en particulier les plus jeunes, et pour l’environnement.

    La Wallonie compte largement plus de 150 terrains synthétiques et il s’en crée de nouveaux des dizaines chaque année en Belgique.

    À l’heure actuelle, on ne sait toujours pas si ces billes sont dangereuses pour la santé. Une étude commandée par la ministre des Infrastructures sportives précédente, Valérie De Bue, se voulait rassurante.

    Mais les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux. Jean-Luc Crucke, qui avait décidé de prendre aux frais de sa commune le nettoyage du terrain synthétique de Frasnes, est un adepte du principe de précaution. « Je vais prolonger le moratoire sur les billes en caoutchouc », nous dévoile-t-il.

    « Autrement dit, les subsides seront toujours refusés pour ce type de terrain avec ces granules aussi appelées SBR. » Le but est aussi de favoriser les alternatives à ces billes de caoutchouc : le coco ou, mieux, le liège. Le coco aurait tendance à s’envoler avec le vent…

    Étude environnementale

    À côté de la santé des utilisateurs, il y a donc aussi l’environnement. « On n’a pas encore d’idée sur l’impact environnemental exact », reprend M. Crucke.

    « Par exemple sur les terres et sur l’eau. Des analyses avaient été annoncées par Carlo Di Antonio (ministre sortant de l’Environnement, NDR).

    L’étude n’a pas été faite ou, en tout cas, je ne l’ai pas. Céline Tellier (Écolo, nouvelle ministre de l’Environnement) va demander une étude d’impact à l’Institut scientifique de service public. »

    En attendant, les subsides seront donc uniquement octroyés aux terrains recourant au coco et au liège, ce dernier présentant un autre avantage : « C’est un produit wallon », conclut le ministre Crucke.

    Par B.J.

     

    Source

  • L’Université du Temps Disponible de Huy accueille l’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville pour une conférence de rentrée sur l’histoire de la Collégiale le 26 septembre

    Lien permanent

    Le jeudi 26 septembre, l’Université du Temps Disponible de Huy accueille l’évêque de
    Liège, Jean-Pierre Delville pour une conférence de rentrée sur l’histoire de la Collégiale
    (d’après le récent ouvrage de Chantal du Ry).
    La conférence a lieu à la Collégiale de Huy à 17h.

    L’entrée est gratuite. Infos au 085/25.44.59
    ou sur utd.huy.be https://utd.huy.be/

     

    Source

  • INNER WHEEL HUY-OCQUIER BALADE GOURMANDE ILS ONT MANGÉ DANS DES LIEUX INEDITS

    Lien permanent

    Ce dimanche, il était possible d’effectuer une balade dans les rues de Huy et de profiter de bons plats lors de chaque halte. Au départ de la Grand-Place de Huy, le club « Inner Wheel Huy-Ocquier » proposait une balade à travers les lieux prestigieux et typiques de la ville : « À l’aide d’un guide, les participants pouvaient (re)découvrir Huy et son passé. C’est également l’occasion de pouvoir manger dans des lieux inédits », explique Patricia Carrette. À la base de l’idée, la présidente pour un an : Anne Albesa Dura-Fossépré : « J’avais cette idée en tête depuis le mois d’avril. Je viens de Huy, il me semblait inconcevable de ne pas organiser un événement en lien avec la ville ».

    Après la Grand-Place, le parcours emmenait les curieux au Cloître des Frères Mineurs, la Maison Batta, l’Eglise Saint-Mengold, pour terminer par un petit tour sur le Val Mosan. En tout, 132 adultes et 4 enfants ont répondu présents. cet événement était l’occasion au groupe de se faire connaître : « Historiquement, Inner wheel provient d’Angleterre. Lors de la guerre 14-18, les femmes de Rotariens ont dû reprendre le flambeau. Mises de côté au retour des hommes, Margaret Golding a décidé de créer un mouvement uniquement réservé aux femmes de Rotariens dès 1924 », précise Francine Poncin. « À Huy, le club a vu le jour en 1984 et s’est au fur et à mesure ouvert à toutes les dames intéressées. Actuellement, il y a 32 membres dans notre club ».

    Cadeaux de Saint-Nicolas pour les enfants

    En Belgique, il existe 3 districts regroupant 2010 membres. Les objectifs de chaque club et leurs membres sont semblables à ceux du Rotary : promouvoir l’amitié sincère, encourager l’idéal de service personnel et stimuler l’entente internationale. Pour ce faire, l’« Inner Wheel Huy-Ocquier » collabore avec différentes associations : « Nous sommes en contact constant avec l’ASBL « L’Espoir » à Couthuin. L’association accueille des enfants placés par le juge et sont donc entourés d’éducateurs. Nous offrons par exemple chaque année un cadeau pour la Saint-Nicolas. Nous collaborons aussi avec l’ASBL Le Cartel à Comblain-au-Pont et avec Au fil de l’eau. Ce que nous récoltons nous sert à offrir des choses à ces enfants », termine Francine Poncin.

    La balade gourmande fut un véritable succès et une autre activité sera organisée au printemps prochain. Les membres de l’« Inner Wheel Huy-Ocquier » participeront également à un voyage humanitaire au Sénégal, au mois de mars prochain, dans le but d’amener du matériel pour les enfants.

    Par MAXIME GILLES

    Source

    22 am.JPG

  • Offre d'emploi Co-responsable du rayon fruits/légumes dans la région de Nandrin

    Lien permanent

    Offre d'emploi Co-responsable du rayon fruits/légumes dans la région de Nandrin.

    L'offre complète par ici


    http://www.mirhw.be/pages/chercheur/offres.php

     

    DESCRIPTION :
    Vous secondez le responsable de rayons.
    Vous travaillez en équipe et respectez les consignes.
    Vous réalisez des commandes de fruits et légumes en concertation avec le responsable de rayons.
    Vous réalisez la mise en place et le réassort des produits.
    Vous veillez à la rotation des produits.
    Vous nettoyez et rangez votre poste de travail.
    Vous portez des charges lourdes.
    Vous appliquez les normes HACCP.

    Temps plein de 36h/30semaine réparti sur 5 jours
    Horaires entre le lundi PM et dimanche AM - Entre 8H30 et 19H00, un dimanche sur trois
    Stage éventuel avant l’emploi suivant le profil

    Modalités candidature
    Veuillez svp envoyer votre CV et votre lettre de motivation par mail de préférence à l’adresse suivante : adrien.fosseur@mirhw.be

    PROFIL REQUIS :
    Vous supportez le froid et la station debout.
    Vous êtes claire voyant, flexible, organisé et méticuleux.
    Vous êtes souriant et dynamique.
    Vous portez des charges lourdes
    Vous êtes mobile



    EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE :
    Une expérience en rayon fruits et légumes ou en réassortiment est exigée.



    #job

     #missionregionalehuywaremme

     #emploi

    23off.jpg

  • Grâce à cette victoire, les visiteurs dépasse Templiers Nandrin au classement

    Lien permanent

    Les hommes de Michaël Lèbe restaient sur deux défaites et devaient réagir. En face, Templiers restait sur un six sur six et devait confirmer. À la fin d’un match tendu, ce sont finalement les visiteurs qui s’imposent 1-3

    TEMPLIERS-NANDRIN........1

    XHORIS.....................3

    Les buts: 7e Djaouaoua (0-1), 22e Burton (1-1), 55e Longnoul(1-2), 82e Barankiewicz sur pen (1-3).

    Templiers-Nandrin: Hanosset, Damsin, Bertels (65e Janin), Barbay, Velter (45e Mare), Sougnez, Burton, De Blaere, Di Pasquale, Bawin (71e Henry), Grégoire.

    Xhoris: Hoferlin, Banneux, Prieto, Clotuche, Bernard, Mack, Sacre, Barankiewicz (90e Ghafghaf), Djaouaoua (60e Mackels), Lawarrée, Lognoul (75e Jacot).

    Cartes jaunes: Sacre (40e), Banneux (55e), Bernard (59e), Lognoul (60e), Burton (64e), Barbay (75e), Henry (80e).

    Cartes rouges: Janin (80e), Velter (90e).

    Arbitre: M. Kizedioko

    Ce dimanche, Templiers recevait Xhoris sur son terrain synthétique. Une rencontre sous haute tension qui a été lancée dès la 8e minute de la partie avec l’ouverture du score de Djaouaoua qui dribble son adversaire et trompe tranquillement le gardien pour donner l’avantage à Xhoris. Par la suite, les visiteurs auront encore quelques belles opportunités mais c’est finalement Templiers qui, contre le cours du jeu, parvient à égaliser via le jeune Burton qui pousse le ballon de la tête au fond des filets. Ce sera le score au repos. «Notre première mitemps n’a pas été bonne du tout. Je pense qu’on peut s’estimer heureux de rentrer aux vestiaires avec ce résultat», déclare Fabrice Pieters, le T1 de Templiers. En seconde période, Templiers revient avec de meilleures intentions et le match s’accélère. À la 50e minute, Hoferlin, qui a été préféré à Paulus dans les cages, repousse le penalty de Steve Bawin. Quatre minutes plus tard, Lognoul, bien lancé en profondeur, contourne Hanosset et redonne l’avantage à Xhoris.

    Dans une fin de match très tendue, Barankiewicz assure la victoire des siens en transformant un penalty à la 80e minute. «C’est une victoire qui fait du bien, elle nous permet d’évacuer la frustration des semaines précédentes. Nous avons eu la main mise sur quasiment l’entièreté du match, je pense que cette victoire est bien méritée», déclare Michaël Lèbe, le coach de Xhoris ravi de prendre les trois points.

    De son côté, Fabrice Pieters reconnaît que l’adversaire a été supérieur. «Nous avons fait quelques ajustements en seconde période mais le 1-2 nous a fait mal. Nous ne parvenons pas à tenir un bon niveau durant 90 minutes, il va falloir corriger cela rapidement car nous n’avons pas de match référence.» Au classement, Xhoris compte 10 unités et prend la 4e place, tandis que Templiers-Nandrin retombe à la 7e position.

    Par GUILLAUME TIRION

    Maxime Mare (Templiers): «Il faut se remettre en question»

    Cette défaite reflète le début de saison de Templiers qui fait preuve d’une grande irrégularité. «Il nous faut du temps avant de rentrer dans le match à chaque fois et à la fin, on le paie cash. Les faits de match n’ont pas été en notre faveur mais je pense que nous devons nous remettre en question et trouver des solutions.» Le latéral gauche reconnaît la supériorité de Xhoris. «Nous sommes tombés sur une belle équipe qui mérite sa victoire. Le championnat est relevé, il va falloir continuer à travailler à l’entraînement», termine le joueur, un peu abattu après cette 3e défaite de la saison.

    G.T

    Source

  • Il y a de très grandes chances que vous chaussiez des pneus hiver d’ici quelques semaines.

    Lien permanent

    Même si le soleil brillera ce week-end, Françoise s’interroge : doit-elle acheter un nouveau jeu de pneus hiver ou opter pour des 4 saisons. L’automne commence ce samedi. Elle n’est pas la seule à se poser la question. Beaucoup ont déjà tranché. Selon une enquête de l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR), 28 % des automobilistes qui n’ont pas de pneus hiver ont fait ce choix parce qu’ils sont équipés de 4 saisons. « Cela représente au total 12 % des conducteurs wallons », note Pierre-Laurent Fassin, de l’AWSR.

    Ce taux d’équipement ne répond pas à la question de notre lectrice. Faut-il oui, ou non, passer à ces pneumatiques ? « La technologie de ces pneus 4 saisons a évolué. Ils devraient permettre de continuer à se déplacer lors d’un hiver normal. Je n’aurais pas dit cela il y a vingt ans. Toutefois, les derniers hivers ont été froids avec des routes enneigées. Les pneus hiver sont plus adaptés à ces conditions atmosphériques et donc renforcent la sécurité », précise notre interlocuteur.

    La principale raison pour les Wallons de ne pas acheter des pneus hiver est le coût d’acquisition et de stockage (47 %). Viennent ensuite l’utilisation des 4 saisons (28 %), le faible kilométrage parcouru (28 %), l’absence d’utilité (19 %) et le manque de place pour le stockage (16 %). Enfin 4 % de la population ne sait pas pourquoi elle fait l’impasse.

    Six conducteurs sur dix (58 %) disposent de pneus hiver, 59 % chez les hommes et 56 % chez les femmes. Les 18-34 ans sont les principaux usagers (62 %), contre 55 % pour les 35-54 ans et 56 % pour les plus de 55 ans. Avec un taux de 79 %, les gros rouleurs, plus de 30.000 km par an, sont, de loin, les plus assidus. Les pourcentages baissent progressivement sous ce seuil : 60 % pour les conducteurs entre 20.000 et 30.000, 55 % entre 10.000 et 20.000, 56 % entre 5.000 et 10.000 et 52 % pour les moins de 5.000.

    « Nous constatons que 30 % de la population ne dispose pas de pneus adaptés au mauvais temps », déplore Pierre-Laurent Fassin, appelant à ne pas s’y prendre au dernier moment : « Les utilisateurs de voitures de société vont devoir prendre rendez-vous avant le 1er novembre. Pour les autres, il ne faut pas attendre les premières neiges. Les garages seront alors pris d’assaut ».

    613 accidents depuis 2016

    L’AWSR a analysé les chiffres des accidents survenus entre 2016 et 2018. « En Wallonie de novembre à mars, un sinistre sur vingt survient lors de conditions hivernales, neige ou verglas. Pour la province de Luxembourg, c’est un accident sur huit », prévient le porte-parole de l’Agence. Pour la période étudiée, l’AWSR a enregistré 613 accidents corporels sur une route enneigée ou verglacées en Wallonie. Le bilan était de six tués et de 817 blessés. Plus d’une fois sur trois (250/613 sinistres), l’un des usagers impliqués avait perdu le contrôle du véhicule (5 tués et 333 blessés). « Les conditions hivernales sont un facteur favorisant les pertes de contrôles », rappelle Pierre-Laurent Fassin.

    Par YANNICK HALLET

     

    Source

  • Une initiation à la formation pour obtenir le permis de conduire pratique

    Lien permanent

    Initiation permis de conduire pratique 2019.jpg

    Les PCS du Condroz, de l'Ourthe et de Marchin ainsi que Devenirs et l'IPEPS H-W relancent une initiation à la formation pour obtenir le permis de conduire pratique durant les congés de Toussaint.