• On doit respecter les règles et donner un signal à la population même si on sait que ce n’est pas facile », tempère Philippe Dubois.

    Lien permanent

     Les policiers ne   frapperont pas aux portes ! »

    Dans nos colonnesdu journal La Meuse H-W, ce mardi, le bourgmestre de Hamoir (province de Liège), Patrick Lecerf, nous confiait qu’il ne respecterait pas les règles imposées pour le réveillon de Noël.
     
    Il juge les mesures sanitaires trop draconiennes et inhumaines, surtout au vu de l’évolution favorable des contaminations.
     
    « À Noël, je ne vais quand même pas inviter juste mon fils et refuser à ma belle-fille et à mes petits-enfants de venir.
     
    On sera prudent en respectant les distances », déclarait-il après avoir annoncé qu’il ne respecterait pas la bulle sociale.
     
    Sa sortie a suscité ce mardi une vague de réactions, majoritairement positives. « Dans les nombreux messages que j’ai reçus, beaucoup de gens me remercient d’avoir exprimé ce qu’ils pensent et ce qu’ils ont l’intention de faire à Noël », indique le mayeur de Hamoir dont les propos ont été relayés jusqu’en Flandre et jusqu’à la VRT qui a souhaité l’interviewer : « Les journalistes flamands me disent que c’est un message qui fait aussi son chemin-là-bas ».
     
    Suite à ces déclarations, nous avons interrogé Philippe Dubois, président de la zone de police du Condroz et bourgmestre de Clavier quant aux éventuelles patrouilles déployées le soir de Noël.
     
     
    bon sens des citoyens
     
     
    « Il faut prendre la juste mesure de ce qui a été dit par Patrick Lecerf. Je regrette que l’on ne puisse pas avoir un peu de largesse le soir du réveillon mais de là à dire que l’on va transgresser, il ne faut pas. On doit respecter les règles et donner un signal à la population même si on sait que ce n’est pas facile », tempère Philippe Dubois.
     
     
    « On attend des policiers qu’ils veillent au respect des mesures.
     
    Le message n’est pas de verbaliser mais d’encourager la population.
     
    Ils n’iront pas chez les gens, ils ne vont pas aller frapper aux portes. Les situations seront laissées à la libre appréciation des policiers.
     
    Il est évident que si une dizaine de voitures se trouvent devant les habitations ou on se plaint du vacarme incessant, ils devront intervenir mais le but n’est pas d’aller à tout prix chez les gens.
     
    Et il ne faut pas non plus tomber dans la délation, sauf pour les comportements excessifs », conclut Philippe Dubois.
     
     
    Article de AD 
     
     

  • Juontheroad explore les plus beaux coins de notre pays, le blog vous en a déjà parlé de la rando à Villers-le-Temple

    Lien permanent
    Avec ses photos léchées et ses infos pratiques, Justine Toussaint (ou Juontheroad), Wanzoise de 30 ans, partage ses randonnées coups de coeur en Belgique sur Facebook et Instagram. Elle compte de plus en plus d’abonnés, séduits par ces escapades près de chez nous, en plein confinement.  
     
    En ces temps confinés, nombreux sont les Belges à vouloir s’évader.
     
    Mais le dépaysement ne rime pas forcément avec destinations lointaines, l’émerveillement peut se produire à un jet de pierre de chez soi, comme l’a appris Justine Toussaint. « J’ai l’âme d’une voyageuse, je recherche sans cesse de nouvelles escapades à découvrir.
     
    Avec le confinement, mon activité professionnelle (elle est chargée de communication digitale indépendante dans l’Horeca et le tourisme, notamment pour la Maison du Tourisme Terres-de-Meuse NDLR) s’est ralentie et j’avais besoin de satisfaire mon besoin d’évasion autrement, j’ai pris le temps de découvrir ce qui se trouvait dans ma région et en Belgique, et il y a de vraies pépites ! », s’enthousiasme-t-elle.
     
     
    Son blog voyage et rando (www.juontheroad.com), relayé également sur Facebook et Instagram (Juontheroad) connaît d’ailleurs un intérêt certain depuis le confinement.
     
    « Au départ, je l’avais créé pour partager mes récits de voyages autour du globe, sans réel but derrière.
     
    Avec le confinement, je l’ai axé sur les balades à faire dans le coin, pour voyager par procuration. Et la sauce a bien pris avec cette formule.
     
    Sur Facebook, le nombre de fans a centuplé ! » Elle compte désormais 1.405 abonnés sur Facebook et 1.316 followers sur Instagram.
     
    Le tracé sur smartphone
    Sur son blog, organisé par province, elle renseigne la distance, le point de départ, la difficulté, le balisage éventuel et le tracé téléchargeable via une application sur smartphone.
     
    Quand la promenade est accessible aux poussettes, elle l’indique « car c’est une question qui m’est sans cesse posée. »
     
    « La plupart tournent autour de 10 km. Il y en a 21 pour l’instant.
     
    Mais je suis devenue accro, je fais des randonnées trois ou quatre fois par semaine pour alimenter mes articles et mes stories », précise-t-elle encore.
     
    La trentenaire s’inspire d’autres Instagramers qui mettent leur pays en valeur comme Maxime Trekking et Voyage (un Hutois), le collectif @belgium_outdoor, Delphine Polson et son compagnon photographe @lebackpacker ainsi que le couple qui voyage avec son chien @wildtravelpaws.
     
     
     Article de  par ANNICK GOVAERS
     
     
    Article sur le Blog Villageois de Nandrin:

    Ju On The Road - Blog voyage et rando à Villers-le-Temple, pour une promenade de 9,5 km. 

     

    Aujourd’hui direction Villers-le-Temple, pour une promenade de 9,5 km. 
     
    Je ne connaissais pas grand-chose à ce village dans le Condroz…
     
    Pourtant, il y a ici la promesse d’une belle échappée nature : des bois, des sentiers sauvages, de magnifiques maisons en pierre et un côté authentique que j’aime tant. 
     
    Si vous aimez aussi marcher dans les bois sans croiser personne, si vous souhaitez déconnecter, cette balade est faite pour vous.
     
    Alors, avec qui avez-vous envie de la découvrir ? 
     
     Pour un aperçu de la balade, c'est par ici : https://bit.ly/larochette
  • Nombre de cas Covid-19 Condroz, Nandrin, mise à jour aujourd'hui 2 décembre 2020!!

    Lien permanent

    Il y a désormais moins de 4.000 patients hospitalisés pour le Covid-19 en Belgique. Parmi les 3.707 patients actuellement traités, 854 sont traités aux soins intensifs, ressort-il des données de Sciensano publiées mercredi matin. En moyenne, 204,3 admissions à l’hôpital ont été enregistrées du 25 novembre au 1er décembre (-28 %).

    Article complet Sudinfo clic ici 

     

    2 dec nan.jpg

    2 dec Condroz.jpg

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • Voir ou revoir conférence de presse (Covid-19) le SPF Santé Publique aujourd'hui mercredi 02/12/2020

    Lien permanent

    Il y a désormais moins de 4.000 patients hospitalisés pour le Covid-19 en Belgique. Parmi les 3.707 patients actuellement traités, 854 sont traités aux soins intensifs, ressort-il des données de Sciensano publiées mercredi matin. En moyenne, 204,3 admissions à l’hôpital ont été enregistrées du 25 novembre au 1er décembre (-28 %).

    Depuis le début de l’épidémie, la Belgique a enregistré 579.212 cas d’infections avérés au nouveau coronavirus.

    Il y a eu en moyenne 2.305 cas de Covid-19 diagnostiqués par jour en Belgique du 22 au 28 novembre (-29 % par rapport à la période précédente de sept jours). Sur la même période de calcul, 123,4 personnes sont décédées en moyenne chaque jour (-25,8 %) des suites du Covid-19, qui a tué au moins 16.786 personnes en Belgique.

    L’incidence, qui rend compte du nombre de nouveaux cas par tranche de 100.000 habitants, s’établit à 338,5 (-57 %) pour la période du 15 au 28 novembre.

    Article Complet Clic ici 

     

    https://youtu.be/j3lL1i5AKEI

    Les orateurs: - Antoine Iseux (FR) - Centre de Crise National - Steven van Gucht (NL) - interfederaal woordvoerder - Yves Van Laethem (FR) - porte-parole interfédéral - Yves Stevens (NL) - Centre de crise National Updates précédents: https://news.belgium.be/fr/corona
     
     

    « La période des fêtes sera déterminante »

    Le porte-parole interfédéral de la lutte contre l’épidémie de coronavirus Yves Van Laethem a confirmé que tous les indicateurs étaient toujours à la baisse. « Si nous continuons au rythme actuel, nous pourrions atteindre à peu près 800 nouveaux cas par jour à Noël et de l’ordre de 75 hospitalisations par jour au même moment », a-t-il déclaré.

    « Il est clair que cette évolution ne dépend pas du ciel mais dépend de vous. C’est dans le respect des mesures actuelles, à l’époque des fêtes aussi, que tout ceci sera possible. C’est un travail constant qui ne doit pas être arrêté au vu des nouvelles favorables et relativement réconfortantes que nous avons depuis quelque temps », prévient-il. « La zone de sécurité n’est pas encore là, et pour l’atteindre, le travail restera un travail commun ».

    Le porte-parole interfédéral met en garde quant à l’importance du respect des mesures durant les fêtes. « De nombreuses études (…) montrent que dans tous les pays, les points de contact et de transmission restent des contacts proches ; familiaux et amicaux. Ce que vous ferez à la période des fêtes va être déterminant par rapport à la transmission de l’infection et au risque de résurgence après les fêtes. Il faut donc continuer à faire attention et à appliquer les mesures de sécurité. C’est la seule manière d’arriver à un assouplissement des mesures à partir de janvier », insiste Yves Van Laethem.

     

    Article complet clic ici 

     

  • Dans l'histoire à Nandrin Saint-Séverin le travail scolaire par l'échevin André Fagnoul en 1972 archives du Blog !!!

    Lien permanent

    St Se 1dec 6 (2).jpg

    Des archives de Noss Gazett 1972

    Une pensée émue pour Joseph Vermeulen 

    Avis décès clic ici  Monsieur Joseph Vermeulen de Nandrin

  • Une idée cadeau ? Cidrerie du Condroz !!!

    Lien permanent

     
    Du cidre à table ou sous le sapin? 
    Cette année, nous organisons une vente directe de notre cidrerie à votre salon. Une livraison, sur le pas de votre porte, par un de vos cidriers préférés. 
    En offrant nos produits, vous soutenez un projet durable, écologique et citoyen tout en dégustant de bonnes choses... 
    Un bulle locale, gourmande et naturelle à l'apéro? Un verre de Condrine avec le dessert ou un petit Condreau pour finir le repas?
     
    Ou mieux, un coffret découverte de nos trois produits, dans un bel emballage (recyclé) avec leurs descriptions à poser sous le sapin? 
     Une seule adresse (avec toutes les infos) : http://www.cidrerieducondroz.be/commande
    Ps : C'est la blogueuse culinaire qui est derrière la photo de notre Condrine.
    Une fantastique source d'inspiration pour vos menus de fêtes!
     

    Lire la suite

  • Le centre de tri des déchets des sacs bleus va quitter Seraing et s’installer dans le zoning industriel d’Hermalle-sous-Huy

    Lien permanent

    Les déchets des sacs bleus bientôt triés dans le zoning de Hermalle-sous-Huy

     

    Papier, carton, verre, canette, boîtes métalliques, plastique dur, nous trions toujours plus et mieux avec cette conséquence : le volume des matières à recycler ne cesse d’augmenter.

    Et ce volume va encore augmenter lorsque les plastiques souples d’emballage viendront alourdir les sacs bleus, comme le souhaite Fost Plus. En région liégeoise, c’est déjà le cas dans 7 communes : Liège, Flémalle, Seraing, Saint-Nicolas, Herstal, Ans et Grâce-Hollogne.

    Dans les 65 autres communes liégeoises, cela passe par une phase transitoire, un sac bleu pour les plastiques rigides, un transparent pour les plastiques souples qui sont actuellement traités dans un centre de tri flamand, du côté de Tongres. Cette phase transitoire se termine dans une vingtaine de mois.

    25.000 tonnes par an

    « La difficulté pour Intradel (l’intercommunale en charge de la collecte et du traitement des déchets) est de parvenir à absorber ce nouveau flux », explique Jean-Jacques De Paoli, en charge de la communication. Le centre de tri des PMC à Seraing a 20 ans, il n’a pas l’infrastructure pour absorber, avec ce nouveau flux, l’ensemble des sacs PMC d’1 million de citoyens, ni en termes de stockage, ni techniquement ».

    À Seraing, la capacité de tri actuelle est de 17.000 tonnes par an. « Une fois que les consignes de tri relatives aux PMC seront pleinement intégrées par les citoyens, les projections établies sur base du projet pilote mené pendant 3 ans à Marchin et à Hannut font état de 25.000 tonnes par an ».

    Un tonnage qui pourrait encore augmenter. « D’autres intercommunales de gestion de déchet comme celle du Luxembourg (IDELUX) et du Limbourg (Limburg.net) sont également concernées par cette extension et souhaitent s’associer avec un centre de tri wallon afin de trier leurs emballages. Le gisement potentiel total pourrait donc avoisiner les 35 à 40.000 tonnes par an » ajoute le porte-parole.

    D’où la nécessité d’adapter les équipements actuels.

    Début d’exploitation en juin 2022

    Intradel a prévu un investissement de 40 millions d’euros. Un nouveau bâtiment sera construit dans le zoning industriel de Hermalle-sous-Huy, sur un terrain de 3,6 ha exploité jusqu’ici en agriculture. Il appartient à la SPI. L’acte de vente doit être signé dans le courant de ce mois de décembre.

    « SITEL y sera stratégiquement positionnée afin de développer des synergies avec les partenaires concernés, notamment en exploitant la voie d’eau toute proche », commente le porte-parole qui assure que le déménagement à Engis était l’option la moins chère pour Intradel. « Rester à Seraing en créant une extension impliquait une dépollution des sols que le propriétaire ne voulait pas prendre en charge ».

    Le début de l’exploitation à Engis est prévu en juin 2022. Actuellement, une vingtaine de travailleurs sont employés au tri des déchets à Seraing. « Notre objectif est de maintenir cet emploi. Une augmentation n’est pas envisagée pour l’instant. »

    Article de Par Marie-Claire Gillet

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • Le bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf juge ces mesures trop draconiennes pour les fêtes de fin d’année

    Lien permanent

    Le bourgmestre de Hamoir prévient: «Je ne respecterai pas la bulle à Noël»

    « A Noël, je ne vais quand même pas inviter juste mon fils et refuser à ma belle-fille et à mes petits-enfants de venir », peste le bourgmestre MR de Hamoir qui a décidé de transgresser à Noël les mesures qui limitent à une personne le nombre d’invités autour de la table. « On sera prudent en respectant les distances », assure-t-il.

    Patrick Lecerf n’est pas un coutumier de la langue de bois, quand il a quelque chose à dire, il le dit. Depuis vendredi, il enrage contre les décisions prises par le comité de concertation qui refuse d’assouplir les mesures sanitaires pour les fêtes de fin d’année. « Je conçois bien que cumuler deux fêtes à une semaine d’intervalle, surtout avec des personnes différentes, constitue un grand danger. Tout le monde l’a bien compris. »

    Pour le réveillon du Nouvel An, il s’était fait une raison mais pour celui de Noël, il attendait un geste, surtout au vu de l’évolution (favorable) des contaminations. « La crise sanitaire exige de chacun de nous beaucoup d’efforts qui se traduisent à présent par des chiffres à la baisse qui méritent une récompense. Et c’est ce que toute la population attendait vendredi. »

    Gare à la santé mentale

    Mais la récompense attendue n’est pas venue : le nombre d’invités pour les deux fêtes reste limité à une personne en plus de la cellule familiale.

    «  On n’a pas tenu compte des sociologues qui mettent l’accent sur la nécessité des contacts familiaux. Il suffit de se balader pour voir combien de groupes se rassemblent actuellement. Contrer l’épidémie c’est évidemment important, mais il faut aussi tenir compte des problèmes de santé mentale, il ne faut pas que les gens se rendent malades à cause de cela », martèle le bourgmestre qui prévient : « sinon la population n’adhèrera plus. »

    « Vandenbroucke qui bloque »

    Le bourgmestre est convaincu qu’il n’est pas le seul à souhaiter un assouplissement pour Noël. « On sent bien que dans le gouvernement il y a cette volonté de récompense mais un individu s’y oppose », affirme-il. Cet individu, c’est Frank Vandenbroucke, le ministre de la santé qui bloque tout et ce n’est pas normal », acuse Patrick Lecerf.

    En fin d’après-midi, il se montrait plus optimiste. « Je crois que les mesures vont évoluer », glissait-t-il, confiant,. en constatant en cours de journée que d’autres voix que la sienne s’élevaient contre ces mesures.

     

    Article de par Par M-Cl.G.

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • Offre d'emploi Nandrin

    Lien permanent

    Caissier/réassort (H/F)

    Temps Partiel
     
    Actief Interim   4550 Nandrin
     

    Pour un de nos clients situé dans la région du Condroz, nous recherchons un(e) caissier(ère)/réassort avec expérience.Détail de la mission : Réception des marchandises, Rangement dans les rayons,Travail à la caisse,....,

    Ce que nous demandons de vous :
    Vous avez de l'expérience dans le domaine,Vous habitez la région de Nandrin,Vous cherchez un travail à temps partiel à long terme,Vous êtes flexible et disponible du lundi au dimanche,Vous avez une présentation irréprochable et un bon contact client,Vous avez un moyen de locomotion (accès difficile en transports en commun).

    Nous vous offrons :
    Longue mission en vue d'un CDI Temps partiel 25h/semaine (variable du lundi au dimanche).

     
    Actief Interim - Aujourd'hui - continuer pour postuler
     

     
    Restez informé(e) des opportunités d'emploi chez Actief Interim
     
     
  • Arrêt du nucléaire en 2025 : manifestation à Doel ce jeudi

    Lien permanent

    Le 17 novembre, le Groupe Engie a pris acte du maintien par le gouvernement belge de sa décision de ne pas confirmer la prolongation de 2 unités à la fin de l’année 2020 et a décidé de réorienter ses activités vers l’arrêt définitif des 7 réacteurs belges conformément à la loi de 2003.
     
    Philippe Hendrickx, président Fédération belge de l’Energie et de la Confédération Nationale des Cadres déplore : « L’absence totale d’écoute et de dialogue du gouvernement dans le dossier de fermeture. »
     
    Il ajoute : « De nouvelles centrales au gaz prêtes pour 2025 ? Rien n’est moins sûr.
     
    Pour la première fois dans l’histoire économique de notre pays, c’est un gouvernement et non un grand groupe international qui ferme des installations industrielles en ordre de marche pouvant encore rendre de nombreux services pendant 2 décennies au moins, c’est un gouvernement qui supprime à terme près de 7000 emplois difficilement reconvertibles dans un contexte de crise économique la plus grave que nous n’ayons jamais connue. »
     
     
    Le 9 octobre dernier une manifestation rassemblait près de 600 personnes sur le parking de Tihange.
     
    La CNC avait promis que cela ne serait pas la dernière : « Le combat continue, lance le président.
     
    Ce jeudi 3 décembre, nous serons sur le parking à Doel pour une manifestation commune de tous les syndicats.
     
    Et nous continuerons à exercer dans les semaines qui viennent, la pression nécessaire sur le gouvernement afin qu’il revoie rapidement sa copie. »
     
    Article de par A BT 
     

  • Les infractions environnementales seront, à l’avenir, plus sévèrement punies

    Lien permanent

    DEMANDE DES COMMUNES  Un uniforme pour constater les infractions environnementales
     
     
    Les infractions environnementales seront, à l’avenir, plus sévèrement punies puisqu’un projet d’arrêté prévoit que le montant pouvant être perçu par l’agent constatateur de la commune sera doublé.
     
    Au lieu de payer 100 euros pour avoir abandonné un mégot, une canette ou un chewing-gum, l’auteur de l’infraction paiera donc 200 euros. Et au lieu de 150 euros pour l’abandon d’un sac-poubelle par exemple, ce sera 300 euros.
     
    Ces augmentations sont une bonne chose pour l’environnement à condition que cela puisse s’appliquer dans les faits. Outre le fait que « la majorité des communes ne disposent pas d’un agent constatateur », l’Union des Villes et des Communes souligne « le manque de légitimité des agents constatateurs aux yeux de la population ».
     
    Vaincre les réticences
     
    L’UVCW considère qu’il y a notamment un problème de reconnaissance de ces agents puisque, contrairement aux agents de police par exemple, ils ne portent pas d’uniforme. C’est pourquoi elle demande de remédier à cette faible visibilité.
     
    Selon elle, cela permettra aussi de lutter contre la réticence des agents constatateurs à réclamer une somme d’argent aux auteurs d’infractions environnementales. De même, elle plaide pour que la région aide les communes à acquérir le matériel « nécessaire à la mise en place d’une procédure de transaction efficace ».
     
    La ministre favorable
     
    La ministre de l’Environnement, Céline Tellier, se dit favorable à l’uniforme « car cela permet d’identifier et rendre plus crédible les agents sur le terrain ».
     
    Selon son cabinet, une carte de légitimation pourrait également être envisagée. Par ailleurs, la ministre prévoit de mettre en place « un système de subventions permettant l’engagement ou le maintien d’agents constatateurs communaux » mais aussi la mise à disposition d’outils pratiques tels que des formations.
     
     
    Article de par  SA.B.
     
     

  • Baisse des consultations chez les généralistes

    Lien permanent

    Grippe et Covid: baisse des consultations chez les généralistes

    Un autre indicateur dont on ne parle pas souvent, c’est celui des consultations chez les médecins généralistes. Entre le 16 et le 22 novembre, on est pourtant passé de 188 à 144 consultations pour symptôme grippal (dont les symptômes Covid, NdlR) pour 100.000 habitants. Au plus fort de la deuxième vague, soit la semaine du 19 octobre, on avait atteint les 364 consultations. Une belle progression donc, même si ces chiffres doivent être pris avec prudence. Les médecins vigies, qui font remonter les informations à Sciensano, étaient en effet peu nombreux sur Bruxelles.

    Malgré cette baisse globale, Sciensano constate une hausse des consultations chez les enfants âgés de 5 à 14 ans dans les trois régions, mais aussi chez les 15-64 ans en région bruxelloise.

    Le taux de positivité des tests effectués par les généralistes a également diminué pour atteindre les 31 % contre 50 % la semaine précédente. Il faut dire qu’il avait grimpé après que les tests des personnes asymptomatiques aient été suspendus.

    Rappelons que les généralistes ont été très sollicités depuis le début de la crise et continueront à l’être. Cette période n’est d’ailleurs pas habituellement la plus chargée en termes de consultations pour symptôme grippal. Entre 2016 et 2019, le pic était rencontré entre la 5e et la 10e semaine, c’est-à-dire au mois de février.

    Article de par Sa.B.

     

    Article complet Sudinfo clic ici 

  • Qui bénéficiera des 41.000 doses excédentaires des vaccins antigrippe ?

    Lien permanent

    Y aura-t-il des vaccins antigrippe excédentaires pour pouvoir vacciner d’autres personnes que celles, prioritaires, reprises en catégorie A ?
     
     
    La réponse officielle ne devrait tomber que ce mercredi, lors de la conférence interministérielle, mais voici ce que l’on peut dire à ce stade.
     
    Officiellement d’abord. Selon l’Agence fédérale du médicament (AFMPS), 2,3 millions de doses ont déjà été délivrées aux patients et « l’objectif primordial de vacciner toutes les personnes de catégorie A qui le souhaitaient sera atteint ».
     
    La catégorie A comprend les personnes les plus vulnérables : les + de 65 ans, les malades chroniques, les femmes enceintes, le personnel soignant… Ces personnes ont soit été vaccinées, soit mises sur liste d’attente.
     
     
    Celles-là sont sûres d’obtenir le vaccin, il faut juste laisser le temps au pharmacien de recevoir la marchandise.
     
     
     
    Pour savoir s’il y aura des doses excédentaires, il faut passer par des sources officieuses.
     
    Et là, on apprend que l’AFMPS a lancé une enquête auprès des pharmacies et auprès des hôpitaux du pays en leur demandant combien de doses il leur restait, une fois les clients (y compris ceux sur liste d’attente) servis.
     
    Les pharmacies (91 % d’entre elles ont répondu) ont déclaré avoir 27.000 doses en excédent et les hôpitaux 14.000 doses. Donc, il reste 41.000 doses de vaccin antigrippe sur le sol belge actuellement.
     
     
    Que va-t-on en faire ?
     
    41.000 doses, ce ne sera pas suffisant pour vacciner la totalité des personnes reprises en catégorie B (les 50-64 ans).
     
    Et donc, le Comité interministériel va devoir trancher. Convaincre les plus récalcitrants de la catégorie A de se faire vacciner ? Ou imaginer d’autres sous-groupes prioritaires parmi les 50-64 ans ?
     
    Plus : les vaccins dans les entreprises
     
    Quid enfin des vaccins commandés (et reçus) par les entreprises pour leur personnel ne faisant pas partie de la catégorie A.
     
    Va-t-on les autoriser à vacciner du personnel de la catégorie B ?
     
    Réponse mercredi aussi.
     
     
    Précisons que sur les 2,9 millions de doses commandées par la Belgique pour cette campagne de vaccination, il resterait encore 300.000 doses à livrer.
     
    Article de F. DE H.