• Décos de Noël en région liégeoise: des budgets de 1.000 à 320.000€!

    Lien permanent

    En fonction des communes, de leurs centres urbains ou de leur ruralité, le budget est fortement différent en ce qui concerne les décorations et illuminations de Noël. Ainsi, des communes comme Dalhem ne dépensent que 1.000 euros pour ses illuminations, alors que Seraing dépense un peu moins de 50.000 euros et Liège… 320.000 euros ! Des budgets fortement impactés par un choix majeur : faire l’acquisition de ces décorations ou les louer.

    Certaines communes comme Liège, Flémalle ou encore Seraing, fonctionnent avec une société à laquelle ils louent les décorations. Un moyen de renouveler fréquemment les illuminations et créer la surprise auprès du public.

    D’autres Villes et Communes ont opté pour l’achat du matériel, comme c’est le cas pour Esneux, Visé ou encore Sprimont. Lorsque le matériel est acquis, il faut prendre en compte, qu’après quelques années, il doit être renouvelé.

     
     

    Du côté de Soumagne, 48 décorations sont placées sur la commune pour un montant de 15 000 euros. Si les illuminations placées sur la façade de l’administration communale ont été acquises par la commune en 2015, les autres guirlandes sont quant à elles, louées.

    Le traditionnel arbre de Noël est loin de passer à la trappe cette année encore. Les fêtes de fin d’année riment souvent avec tradition et le sapin de Noël ne déroge pas à la règle.

    Ainsi, à Bassenge, des sapins naturels sont placés devant les édifices communaux et un arbre de 6 à 8 mètres est installé sur la place de Roclenge.

    À Fléron, quatre sapins de 4 mètres sont logés sur diverses places et Blegny fait de même en plaçant un arbre imposant dans chaque village.

     

     

    Convivialité et chaleur

    Bien sûr, cette année est une année particulière et cela impacte fortement la période des fêtes. Certaines communes comme Liège, ou encore Herstal ont décidé de ne rien changer au niveau illuminations. Le bourgmestre f.f. de Herstal, Jean-Louis Lefèbvre, a indiqué : « La crise sanitaire n’a pas impacté notre politique de décorations de Noël. L’année 2020 a été difficile pour tout le monde et de nombreux événements ont été annulés. Les illuminations traditionnelles et les sapins sur les places sont une tradition à Herstal et nous tenions à ce que les habitants puissent en profiter en cette fin d’année un peu particulière ».

    À Trooz, l’échevine de la Communication, Joëlle Deglin, a indiqué : « Le budget avait été inscrit avant la crise. Nous l’avons bien entendu maintenu. En effet, le collège a estimé qu’il s’agit d’une action qui contribue au soutien du commerce local, qui a un impact sur le moral des habitants et qui amène un peu de convivialité et de chaleur en ces temps difficiles. »

    D’autres communes ont décidé de placer davantage d’illuminations, comme c’est le cas pour Neupré, qui éclaire davantage la commune pour « mettre du baume au cœur de nos concitoyens », a indiqué la commune.

    C’est également le cas à Seraing où « le budget a été augmenté pour donner plus de lumières à la population en cette période difficile ». Cependant au niveau de la commune, on précise : « Certains points à illuminer ne le seront pas cette année suite à des problèmes techniques (coupure de section sur éclairage public) qui n’ont pu être résolus du fait de la crise sanitaire. »

    Liège se pare de mille feux malgré l’absence de marché

    Place du Marché, à Liège.
    Place du Marché, à Liège. - L.H.

    La Ville de Liège passe des marchés tous les trois ans concernant les décorations de Noël et même si cette année, le légendaire marché de Noël sera absent, il n’est pas question pour l’administration de faire des économies sur les illuminations. Rien ne changera par rapport à l’an dernier.

    Elle dépensera 320.000 euros pour les illuminations de Noël. Cela comprend des décorations majestueuses ou de simples guirlandes de rues comme on peut en voir dans plusieurs artères de la Cité ardente.

    Si la question s’est bien évidemment posée, la Ville n’envisageait pas de couper les illuminations à 22 heures, heure du couvre-feu. « Les décorations sont éclairées de 7 h du matin à 9 h, puis de 15 h à minuit », nous explique-t-on au cabinet de Maggy Yerna, échevin en charge du Développement économique et territorial. « Nous avons pris la décision d’allumer les illuminations jusqu’à minuit. Les couper deux heures plus tôt aurait eu un impact mineur sur la consommation d’électricité. De nombreuses personnes peuvent se trouver dans la rue pendant le couvre-feu, on pense notamment aux policiers, aux infirmières et tous les travailleurs qui ont des horaires décalés. Il faut également tenir compte des riverains qui profitent des illuminations de chez eux. Notons que la consommation des illuminations pour toute la période des fêtes représente la consommation en électricité annuelle de deux ménages de quatre personnes. »

    Le cabinet de l’échevine précise : « Il y a également certains endroits où les illuminations restent allumées toute la nuit. Il s’agit d’une demande spécifique de la police, pour une question de sécurité. »

    Au total, la Ville place 416 décorations, illumine 42 rues, fait scintiller 7 places et a déposé 16 sapins de 5 mètres de haut dans ses différents quartiers. Elle fait également briller d’autres endroits stratégiques grâce à des illuminations féériques comme le binamé ourson de la place Saint-Lambert, ou encore la fontaine de lumières de la place de L’Yser en Outremeuse.

    L.S.

    Les illuminations, le top départ des festivités

    Illumination des galeries Saint-Lambert à Liège.
    Illumination des galeries Saint-Lambert à Liège. - L.H.

    L’arrivée des illuminations de Noël dans les rues est toujours très attendue par les citoyens. Il semblerait que cette année, une certaine impatience plane autour de ces décorations. Nombreuses sont les communes et villes belges qui ont demandé aux installateurs de venir poser les illuminations plus tôt que d’ordinaire. Beaucoup ont déjà fait leur sapin de Noël, sans même attendre le passage du grand Saint. Une situation qu’on pourrait peut-être expliquer par l’impatience de célébrer à nouveau.

    Pour Fabienne Glowacz, professeur de psychologie à l’université de Liège, les décorations dans l’espace public et privé permettent de célébrer et de mettre en scène Noël. Elle indique : « Malgré la situation particulière que nous vivons, les illuminations de Noël permettent de marquer l’entrée dans la période symbolique de préparation des fêtes de fin d’années. La vie se ponctue par des moments clés comme le début et fin d’année scolaire, les fêtes de carnaval, les anniversaires, les mariages… Cette année, ces événements ont été soit reportés, soit annulés. Il est donc important de ne pas manquer Noël. Les gens garnissent leurs maisons, ça leur rappelle que tout n’est pas « perdu », mais aussi qu’ils ont besoin de se réjouir et d’être portés positivement par tout ce qui est associé à ces fêtes ».

    « Les événements de cette année nous ont tous marqués, transformés, mais il est important de créer des ambiances de fêtes et de joies. Bien sûr, nous vivrons un Noël différent, mais surtout ne pas s’arrêter à cette idée d’un Noël foutu, mais d’un Noël « petit », mais grand en défi », clôture Fabienne Glowacz.

    L.S.

    Une entreprise liégeoise fournisseur de fééries

    Fabriqué sur mesure.
    Fabriqué sur mesure. - L.H.

    Il y a une dizaine d’années, François-Xavier Mathoul a créé B »lachère illumination Belgique ». Il a débuté en illuminant le centre de Liège et s’occupe aujourd’hui de mettre en lumière de nombreuses villes et communes belges comme Anvers, Charleroi, Knokke, Herstal ou encore Chaudfontaine. L’homme est aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui emploie toute l’année une vingtaine de personnes.

    « J’ai une entreprise active dans la signalisation routière et les panneaux lumineux », explique François-Xavier Mathoul, CEO de Blachère illumination Belgique, située dans le zoning des Hauts Sarts. « Mais chaque année, on avait moins de travail durant les fêtes. J’aimais déjà beaucoup les décorations de Noël et je me suis dit pourquoi ne pas me lancer dans cette aventure. Je suis donc allé à la rencontre du leader mondial d’illuminations de Noël, l’entreprise Blachère dans le sud de la France. C’est notamment eux qui illuminent les Champs-Élysées et la 5e avenue à New York. Durant une saison, j’ai travaillé pour eux sur la Belgique en ayant l’exclusivité et depuis 10 ans maintenant, nous avons créé Blachère illumination Belgique.

     

    Nous pouvons répondre à des budgets allant de mille à des centaines de milliers d’euros. Nous créons des projets sur mesure pour nos clients », explique François-Xavier Mathoul. « Nous travaillons pour Noël toute l’année. Dès février, nous prenons les premiers contacts avec nos clients, pour voir ce qu’ils souhaitent. Nous devons ensuite dessiner les décors, les présenter au client qui prépare son cahier de charges. Dès début septembre, nous entamons la partie technique avec des poses de câbles et la mise en place des produits débute en octobre. »

    François-Xavier Mathoul ajoute : « Cette année, de nombreux clients nous ont demandé de venir installer les illuminations plus tôt, pour apporter une ambiance chaleureuse en ces temps moroses. »

    Article de Laura .Salamon.

     

     

    Article complet et photos Sudinfo Clic ici 

  • Fêter Noël autrement, le Belge a déjà plein d’idées originales !!! et Vous ?

    Lien permanent

    Le Comité de concertation a cassé les espoirs de familles prêtes à enfin se retrouver pour réveillonner.
     
    Mais, certaines d’entre elles ont décidé de conserver la magie de Noël en célébrant l’événement autrement. Voici un petit tour des idées proposées par les internautes.
     
    Des bougies en cœur.
     
    « Ma maman est enfermée dans sa maison de repos depuis des semaines. Le 24 décembre à 20 h, on ira lui souhaiter une bonne fête en mettant dans le jardin de sa résidence des bougies. Elles formeront un cœur. Cela lui réchauffera le cœur tout comme ceux des autres résidents du home », explique Nathalie, une Louviéroise sur Facebook.
     
    Des dessins de ses enfants.
     
    Emma propose, elle, d’aller coller le soir du réveillon des dessins de ses enfants sur toutes les vitres des personnes âgées. « Une surprise originale, pas chère du tout, respectant les distanciations sociales et le couvre-feu. Elle motivera les enfants, apportera un peu de chaleur chez nos proches isolés et rendra ce Noël bien moins morose ».
    DJ de rue et virtuel.
     
    Marc est, DJ.
     
    Il fera danser ses voisins et ses followers.
     
    « Chaque année, je mixe dans une salle et fais danser une centaine de personnes.
     
    Cette année, ce sera pareil.
     
    Je mixerai en direct sur Youtube et, vu l’enthousiasme de mes voisins de danser directement dans la rue chacun devant leur maison pendant 15 minutes, je transmettrai vers 21 h une partie de la soirée via des baffles disposés devant mes fenêtres », explique le Montois à ses abonnés.
     
    Des chants à la mode US.
     
    Maud, une institutrice, propose de célébrer Noël à l’américaine.
     
    « Vous sonnez aux portes avec un bâton pour garder la distanciation sociale nécessaire. Quand les gens ouvrent, malgré le masque, vous leur chantez Noël. ‘Petit Papa Noël’, ‘Let it snow’, ‘All I want for Christmas is you’... Les possibilités sont nombreuses et ces chants donnent toujours le sourire. ça, c’est l’esprit de Noël ».
     
     
    On s’inspire d’émissions.
     
     
    « Nous, on jouera à ‘Un dîner presque parfait’.
     
     
    Chaque membre de notre foyer préparera un plat exotique et il sera noté par les autres.
     
    Le grand gagnant aura un cadeau de plus que ses concurrents », propose un internaute sur un groupe Facebook sur la magie de Noël.
     
     
    Apéros virtuels mais originaux.
     
     
    Enfin, certains proposent de célébrer Noël via les apéros virtuels.
     
    Ils sont devenus une tradition depuis le premier confinement.
     
    Mais, soir de fête oblige, certains vont mettre une touche d’originalité à ces apéros à distance : soirée déguisée, karaoké, jeux de rôle, mime, blind test, concours de la plus belle table et du sapin le plus original…
    Vendredi, les experts de la Santé appelaient tous les citoyens à être inventifs pour fêter Noël.
     
    Les Belges jouent le jeu.
     
    D’ici le 24 décembre, des idées bien plus originales et farfelues verront encore le jour !
     
     
    Article de ALISON VERLAET
     
     
     
     
     
     
     
     

  • À cause du confinement, le volume des déchets à trier augmente

    Lien permanent

    Davantage de télétravail, de petits plats cuisinés à la maison, tout cela impacte nos poubelles. Intradel a fait ses comptes : en mars, lors du 1er confinement, la quantité de PMC a augmenté de 14 % sur les 6 communes qui collectent en 1 sac bleu, « cela représente 124 tonnes en plus sur le premier trimestre 2020 », complète Jean-Jacques De Paoli.

    Sur les 65 autres communes qui collectent en 2 sacs (bleu et transparent), cette augmentation de PMC est de 9 %, soit 228 tonnes en plus sur le premier trimestre 2020

    Soit une hausse globale pour les 72 communes prises en charge par l’intercommunale liégeoise de 9 %, ce qui représente 397 tonnes en plus sur le premier trimestre 2020.

     

    Article de par Par Marie-Claire Gillet

     

    Article Complet Sudinfo Clic ici 

  • Intradel annonce Le 1er et le 10 décembre, la FGTB annonce des arrêts de travail dans tout le pays, les collectes qui ont lieu ce mercredi 2 décembre risquent d'être perturbées mais pas ajournées!

    Lien permanent

     
    Info collecte - Impact de la grève du 1/12 sur les collectes en porte-à-porte des déchets
    Le 1er et le 10 décembre, la FGTB annonce des arrêts de travail dans tout le pays. Ces arrêts de travail toucheront le secteur privé (le 1er décembre) et le secteur public (le 10 décembre).
     Concrètement, les collectes qui ont lieu ce mercredi 2 décembre risquent d'être perturbées mais pas ajournées! Vos déchets seront collectés mais peut-être plus tard que d'habitude donc ne vous tracassez pas...
     

    Lire la suite

  • C'était le Blog de Saint-Séverin Nandrin PV d'une assemblée en 1972 Dans l'histoire à Nandrin !!! archives du Blog !!!

    Lien permanent

    St Se 1dec 7 (2).jpg

     

    Archives de Une pensée émue pour Joseph Vermeulen 

    Avis décès clic ici  Monsieur Joseph Vermeulen de Nandrin

  • Vous vous sentez seul(e)?

    Lien permanent
     
     
    Ce confinement pèse sur votre moral ou celui de l'un de vos proches?
     N'hésitez pas, contactez-nous!

     

    128980341_3606491769441845_2646417451694471191_o.jpg

  • Ça y est ! Le Marché de Noël de Moncondroz est en ligne ! aujourd'hui 1 er décembre

    Lien permanent

    Ça y est ! Le Marché de Noël de Moncondroz est en ligne ! 
     
     

  • C'était le Blog de Saint-Séverin Nandrin Pub de 1972 Dans l'histoire à Nandrin !!! archives du Blog !!!

    Lien permanent

    St Se 1dec 1.jpg

    St Se 1dec 1 (3).jpg

     

    Des archives de Noss Gazett 1972

    Une pensée émue pour Joseph Vermeulen 

    Avis décès clic ici  Monsieur Joseph Vermeulen de Nandrin

     

  • Urgence sociale : deux outils mis en place par la Wallonie

    Lien permanent

    La crise du coronavirus est difficile à gérer pour tout un chacun mais elle fragilise également d'autant plus les personnes qui en temps « normal » devaient déjà affronter de nombreuses difficultés. En effet, les personnes précarisées, porteuses de handicap, en détresse psychologique ou en situation de difficulté sociale importante sont souvent plus démunies face à la crise sanitaire.

    Pour aider ces personnes en difficulté, la Wallonie met en place un service d'aides aux urgences sociales, et ce via deux canaux : le renforcement du numéro vert 1718 et la mise à disposition de FAQ spécifiques sur le site luttepauvrete.wallonie.be

    Renforcement du 1718 (numéro gratuit de l'administration wallonne)

    L'équipe du 1718 a été renforcée. Les agents ont été formés dans un temps record à répondre à des questions relatives aux aides existantes en matière d'alimentation, de crédit, de logement, de situation professionnelle ou de chômage. Ils se font également le relais entre une personne en difficulté et l'interlocuteur adéquat pour l'aider (aides psychologiques, aides aux assuétudes, détresses familiales, etc.).

    Le numéro est gratuit et accessible de 8h30 à 17h tous les jours ouvrables. Pour les germanophones, composer le 1719.

    Mise à disposition de questions spécifiques sur le site luttepauvrete.wallonie.be

    Ce site a été enrichi d'une soixantaine de questions répondant aux besoins spécifiques des personnes en difficultés et envoie également vers les aides adéquates pour chacune des questions évoquées

    luttecontrelapauvrete.wallonie.be - Pour plus de facilité dans la recherche d'informations, taper des mots-clés dans la barre de recherche

     

    https://youtu.be/TWx9vpqgwEo

     

    Toutes les infos clic ici 

    Urgence sociale (wallonie.be)

  • Get up Wallonia ! la Wallonie d’après Covid !!!

    Lien permanent
    Ces derniers mois, le Gouvernement wallon s’est attelé à répondre aux urgences liées à la crise du Covid-19, ainsi qu’à préparer l’avenir. Dans ce cadre, il a mis en place l’initiative Get Up Wallonia ! Son objectif est de dessiner, ensemble, l’avenir de la Région.

    Voici une synthèse de la note Get up Wallonia ! diffusée le 22 avril 2020 (télécharger la version complète)

    Contexte et constats

    La crise liée au Covid-19 exige, en premier lieu, une réponse sanitaire et une mobilisation maximale de l'ensemble des pouvoirs publics pour lutter efficacement contre la propagation du virus et faire face à ses conséquences humaines.

    Outre les aspects sanitaires, ces conséquences, encore indéfinies, seront profondes et de grande ampleur. La mise à l'arrêt ou la réduction drastique d'activités économiques en raison du confinement, de même que les nouvelles contraintes d'ordre sanitaire, pourraient conduire à une crise économique et sociale sans précédent.

    Ces préoccupations majeures, qui requièrent l'adoption de mesures de court, moyen et long terme, s'ajoutent aux questions environnementales et climatiques, qui restent centrales (dérèglement climatique, perte de biodiversité, épuisement de ressources naturelles).

    La crise du Covid-19 bouleverse notre société et la force à se repenser elle-même. Des préoccupations latentes retrouvent soudain une actualité brûlante : la primauté de la santé, la solidarité avec les plus faibles, le respect des aînés, l'importance stratégique des services essentiels, la reconnaissance de certains métiers jusqu'ici trop peu considérés, etc.

    Principe

    La crise du Covid-19 montre que les questions sanitaires, économiques, sociales et environnementales sont interdépendantes. Il ne s'agit pas de faire un choix entre ces matières mais d'avoir une approche coordonnée, cohérente et globale en mobilisant l'ensemble des acteurs et des leviers à disposition. Cela concerne aussi bien les politiques sociales, environnementales et économiques que les politiques d'aménagement du territoire, de mobilité, d'énergie ou d'agriculture.

    4 objectifs sont identifiés

    1. Objectif économique

    Les priorités dégagées sont :

    • La relocalisation sur le territoire régional de la production de biens en particulier dans les secteurs liés à la santé et à l'alimentation.
    • La réindustrialisation de la Wallonie pour augmenter ses capacités de production et lui garantir une meilleure autonomie en particulier dans les secteurs suivants : l'économie circulaire, le numérique, les biotechnologies ou encore le secteur pharmaceutique.

    Pistes d'action :

    • Aide aux entreprises wallonnes pour surmonter la crise avec une attention appuyée pour les indépendants et les PME ;
    • Soutien aux entreprises pour leur permettre de rétablir, le plus rapidement possible, un niveau d'activité, d'innovation en R&D et d'exportation, antérieur à la crise ;
    • Valorisation des atouts de l'économie circulaire, des circuits courts, du numérique, de l'économie sociale et de l'entrepreneuriat coopératif ;
    • Mise en place de chaînes d'innovation intégrées sur la base de l'analyse des chaînes de valeur ;
    • Octroi d'aides aux entreprises pour les rendre toujours plus innovantes au niveau de l'impact environnemental, du caractère « non délocalisable » des emplois générés et du caractère pérenne et rentable à moyen terme de l'activité ;
    • Recours aux investissements et marchés publics comme contributeurs de redéploiement.

    2. Objectif social

    Le Gouvernement fait du pouvoir d'achat des citoyens une priorité. Le premier vecteur pour y parvenir est et reste l'emploi. Il est essentiel de créer et de soutenir une dynamique intense d'insertion socioprofessionnelle, axée notamment sur un accompagnement plus soutenu des chercheurs d'emploi.

    Pistes d'action :

    • Effort massif sur la formation professionnelle et la formation au numérique, le développement et l'actualisation des compétences en lien avec les métiers émergents et techniques (STEM), les métiers d'avenir et en pénurie, les métiers essentiels (santé, action sociale, alimentation), la requalification ou l'amélioration des compétences ;
    • Encouragement à l'autocréation d'emploi ;
    • Mise en œuvre de mesures garantissant l'accès au biens et services essentiels (logement, eau, énergie, alimentation saine) ;
    • Renforcement de la politique de santé préventive, incluant le droit à un environnement sain pour tous ;
    • Prise en compte des difficultés des CPAS et renforcement de leurs moyens.

    3. Objectif environnemental

    Il apparaît que les synergies sont évidentes entre, d'une part, les solutions de lutte contre le changement climatique et de l'érosion de la biodiversité et, d'autre part, les questions économiques et sociales.

    Pistes d'action :

    • Renforcement de la protection de la nature pour bénéficier des services écosystémiques qu'elle procure (eau, sol, ressources naturelles, etc.) ;
    • Reconnexion à la nature en valorisant les richesses naturelles de la Wallonie, par exemple par le développement de l'écotourisme ;
    • Transition vers une alimentation durable et de qualité passant par le soutien des producteurs locaux, le respect et la restauration des écosystèmes et le développement de l'emploi local.

    4. Objectif de développement territorial

    Le Gouvernement entend tirer les enseignements de la crise quant à l'utilisation massive des pratiques numériques et du travail à domicile, au renforcement de la mobilité collective et de la mobilité douce, au développement des atouts logistiques de la Wallonie et à l'accroissement de la connectivité et de la numérisation du territoire wallon.

    Il veillera aussi à simplifier et accélérer les procédures en matière de gestion du territoire.

    Une stratégie spécifique vis-à-vis des pouvoirs locaux devra être mise en place pour leur permettre de planifier la gestion de la période post-pandémie dans différents domaines (santé des citoyens, cohésion sociale, économie, sécurité, continuité des services, ressources, logement, mobilité, commerce, etc.).

    Phases d'action

    Pour chacun de ces enjeux, la mise en œuvre s'échelonnera dans le temps :

    • Phase d'urgence : dans l'immédiat, faire face à toutes les situations critiques ;
    • Phase de relance : dans la perspective de la fin de la période de confinement et à l'issue de celle-ci, adopter des mesures permettant de réamorcer l'économie régionale en répondant aux enjeux sanitaires, sociaux et environnementaux ;
    • Phase de redéploiement : confirmer, amplifier ou réorienter les politiques publiques au départ des conclusions tirées de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques et sociales, en y intégrant une politique environnementale.

    Méthodologie

    Deux volets sont prévus :

    1. Mise en place d'un pilotage pluridisciplinaire qui a pour mission de faire des recommandations au Gouvernement. Y sont associés les cabinets ministériels concernés, les services compétents du SPW, les UAP, les universités et institutions publiques dont la présence est jugée pertinente, des experts scientifiques et notamment des économistes, les partenaires sociaux et des acteurs de terrain et personnalités dont l'expertise reconnue est utile à la réflexion.
    2. Organisation d'une large participation : les citoyens, les entreprises, les associations, les services publics et la société civile organisée seront également invités à formuler leurs idées et propositions pour répondre aux enjeux soulevés par la crise du Covid-19 et alimenter la vision de la Wallonie à l'horizon 2050, au départ d'une plateforme web et d'un processus participatif mobilisateur.

    La réflexion ainsi lancée alimentera notamment le plan de transition prévu par la Déclaration de politique régionale. Celui-ci sera conçu comme un plan de renforcement de la résilience de la Wallonie, qui facilitera la sortie de crise et permettra le redéploiement régional après la crise.

    Pilotage

    Le conseil stratégique est composé d'experts académiques. Il fournit des réflexions prospectives de court, moyen et long terme centrées sur l'évolution future de la Wallonie. L'objectif est d'éclairer la prise de décision politique notamment au regard des connaissances scientifiques et des perspectives de développement économique, social, environnemental, territorial ou encore technologique. Chaque membre a été sélectionné en raison de son expertise et de sa capacité à proposer une vision globale du développement de la Wallonie. Composition au 2 juillet 2020

    Les acteurs de terrain, les partenaires sociaux et les services publics concernés (Service public de Wallonie et unités d'administration publique) sont mobilisés au travers de trois task forces opérationnelles : Économie et territoire - Emploi, social et santé - Environnement. Chacune comprend trois groupes de travail : acteurs de terrain, partenaires sociaux, acteurs institutionnels. L'ensemble des acteurs impliqués offrent une large représentativité des réalités wallonnes. Chaque membre a été sélectionné en raison de son haut degré d'expertise et de ses connaissances utiles à la réflexion. Composition au 23 septembre 2020

    Un consultant international a été désigné. Il s'agit d'un consortium autour de PWC associant BDO, Ecores, Fluicity, Möbius et Opinionway qui accompagne la démarche. Ce consortium élaborera une analyse de départ, incluant notamment une comparaison à d'autres régions dont la Wallonie peut s'inspirer. Il organisera la consultation citoyenne et animera les travaux. Il sera également chargé de rédiger le rapport final et d'assurer le suivi de la mise en œuvre des projets résultant de l'opération.

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    Accueil - Wallonie

     

  • La choucroute garnie de L'An Neuf pour le 31 décembre et 1 er janvier uniquement sur réservations par Les filles aux fourneaux

    Lien permanent

    129057742_366006188030940_6143433334590729099_n.jpg

    128320033_3982455855099311_4908317207071125733_n.jpg

  • La Saint Eloi aujourd'hui 1 décembre 2020, Bonne fête aux Métallos et métiers de la construction et autre du Saint patron

    Lien permanent
    st e.jpgSaint Eloi  
     
    Bonne fête aux Métallos et métiers de la construction et autre du Saint patron.
     
    elle permet aux métalliers de maintenir vivantes leurs traditions et de mettre à l’honneur les professionnels reconnus pour leur savoir-faire et leur engagement pour le métier.
     Elle est également l’occasion pour les métalliers de rencontrer leurs confrères.
     
    La tradition remonte au Moyen-Âge, du temps des  »miquelets », les bûcherons de l’époque. Leur travail était pénible: ils s’occupaient de l’abattage et du flottage du bois sur la Semois.
     
     Comme la tâche n’était pas sans danger, ils s’étaient mis sous la protection de saint Nicolas, qu’ils avaient choisi comme patron, et qu’ils fêtaient chaque année, le 6 décembre, en organisant en son honneur une procession du pain béni. 
    Au fil du temps, le travail du bois a cédé sa place au travail du métal. En moins d’un demi-siècle, la confrérie des miquelets va disparaître et les bûcherons vont devenir ferronniers, ouvriers de la quincaillerie dans les industries métallurgiques installées entre-temps à Bouillon. 
    D’un point de vue religieux, les ferronniers vont reprendre à leur compte la tradition des pains bénis, mais en transposant leur fête au 1er décembre, jour de la Saint-Eloi, patron des ouvriers travaillant les métaux.
     
  • Décembre 2020, dernière ligne droite vers 2021

    Lien permanent

    Décembre c'est comme un gâteau ou une belle chanson

    On peut varier à l'infini les proportions
    mais pour qu'il soit sublime
    il faut toujours que les 4 éléments soit réunis :

    le FEU de l'amour bien sûr, étincelle de tendresse et de gentillesse;

    il faut de la générosité de la TERRE-mère, la sécurité des racines et des traditions;

    la légèreté de l'AIR
    comme les bulles dans le champagne, se change en éclat de rire;

    l'EAU, enfin, c'est l'imagination, la tolérance.

    Mais le plus important parmi ces éléments c'est nous...
    le 5e élément

    (Auteur inconnu)

    Album photos Neiges photos perso © Piron Jeannick

     

    Les premiers flocons de neige sont tombés en Belgique ce lundi soir

    « La neige tombe bien en ce moment sur les hauteurs de la Belgique comme ici à Sourbrodt sur les hauteurs de Liège non loin du Mont Rigi. La situation va rester hivernale jusqu’en deuxième partie de nuit. On nous signale des pluies verglaçantes du côté de Libramont ainsi qu’une bonne partie du Sud du Sillon Sambre et Meuse où la situation est compliquée également à certains endroits. La situation devrait se normaliser d’ici la fin de nuit grâce à l’arrivée du Front plus doux », annonce la page Facebook Météo Namur.

    Source

     

    Calendrier décembre Nandrin .jpg

    Calendrier décembre 2020 Nandrin .clic ici jpg

  • Le bulletin communal d' Hamoir vient d'arriver !!!

    Lien permanent

    Le bulletin communal vient d'arriver dans vos boites.
    Annonce Patrick Lecerf Bourgmestre de Hamoir !!!
     
     
    Nous vous en proposons une version numérique un peu plus longue, 
     
     

  • Stages de Noël au Tennis club du condroz

    Lien permanent

     

    Bonne nouvelles pour les jeunes (12 ans et moins), nous organiserons quand même des stages pendant les vacances de Noël. Nous serons prudents et responsables. C est en toute sécurité que vos enfants pourront pratiquer leur sport favori

    128618045_2141895472610277_1971667240659845411_o.jpg

    Lire la suite

  • L’Union des coiffeurs observe que certains contournent la fermeture en allant coiffer à domicile

    Lien permanent

    La coiffure clandestine risque d’exploser  

    Les salons de coiffure resteront fermés jusqu’au 1 er février. Ainsi en a décidé le Comité de concertation de vendredi. Pour Patrick Dumont, vice-président de l’Union des coiffeurs belges, cela va pousser les travailleurs à aller coiffer les gens chez eux, alors que c’est interdit, et avec des risques sanitaires plus élevés que si on avait laissé les salons ouverts. 
     
    « En maintenant les salons de coiffure fermés, l’économie souterraine va exploser ! », s’exclame Patrick Dumont, vice-président de l’Union des coiffeurs belges.
     
    « Il suffit de voir les conversations sur Facebook.
     
    Des coiffeurs vont chez des particuliers pour les coiffer. Pour 10 à 1 € moins cher.
     
    C’est une certitude !
     
    D’ailleurs, depuis la reprise après le confinement, aucun coiffeur n’a retrouvé son chiffre d’affaires d’avant la crise qui a diminué de 30 à 50 %. C’est en partie parce qu’une forme d’économie parallèle s’est mise en place ».
     
    Patrick Dumont va même jusqu’à dire que certains professionnels, à bout et au bord du gouffre, préfèrent risquer l’amende voire même la prison (en cas de non-paiement), histoire de garder un toit.
     
    « Cette décision de maintenir les coiffeurs fermés est une catastrophe et est scandaleuse », ajoute-t-il.
     
    « Car jamais les autorités n’ont pu prouver que le salon de coiffure était un lieu où l’on se contaminait. J’exploite moi-même trois salons de coiffure, il n’y a pas eu un seul cas de contamination au travail !
     
    J’ai essayé de contacter, par mail, les ministres Clarinval et Vandenbroucke ce week-end, mais j’ai reçu un mail automatique de réception. Je ne sais plus comment me faire entendre ! »
     
    Les compensations financières ? Elles ne suffisent pas, selon lui.
     
    « La Région bruxelloise nous a dit qu’il n’y avait plus de sous pour 2020, qu’il fallait attendre 2021. Pour les Bruxellois, il ne reste que le droit passerelle (1.200 €/mois pour un isolé, 1.600 € pour une personne avec charge de ménage).
     
    En Wallonie, on nous promet, en plus, une allocation qui tiendra compte du nombre de personnes occupées dans l’entreprise.
     
    Mais tout cela ne nous permettra pas de payer nos frais fixes, les loyers notamment. »
     
    Un geste de Clarinval ?
     
    Est-il choqué de voir, qu’en face, les salons de toilettage pour chiens peuvent rouvrir ?
     
    « Il ne faut pas nous opposer les uns aux autres », dit-il.
     
    « Je ne vois pas en quoi faire toiletter son chien risque de transmettre le coronavirus.
     
    On dépose son chien, puis on va le rechercher.
     
    En revanche, je dis que le coiffeur est un service essentiel. En mai, on a pu rouvrir comme non essentiel et on a investi énormément pour protéger tout le monde (plexi, gants, masques, 1 client/10 m²). Du 11 mai au 31 octobre, on a travaillé sans souci, sans même que le syndicat n’ait rien eu à redire pour la sécurité du personnel ».
     
    Sur le plateau de Deborsu (RTL-TVI), dimanche, le ministre des indépendants David Clarinval (MR) a déclaré : « Je voudrais garder espoir. Je pense à tous ces commerçants qui ne peuvent pas rouvrir : coiffeurs, tatoueurs, esthéticiens…
     
    Il faudra peut-être réétudier leur situation.
     
    Mais il serait bien de connaître les secteurs exacts où le virus se propage ». En attendant, les coiffeurs sont visiblement catalogués « à risque ».
     
    Article de FRANÇOISE DE HALLEUX
     

  • Les lignes vers le CHR et le CHC renforcées

    Lien permanent

    Milieu de semaine dernière, le bourgmestre de Liège se disait furieux contre le TEC car, selon lui, rien n’avait été mis en place pour la Cité ardente, mais aussi à Herstal et Seraing, en matière de renfort de ses lignes dans le cadre de la crise sanitaire.
     
    Willy Demeyer pointait notamment du doigt Philippe Henry, ministre wallon de la Mobilité, et en appelait à des décisions fermes en la matière.
     
     
    Et son coup de gueule a visiblement été entendu, puisque le ministre Henry a annoncé ce week-end poursuivre le renforcement temporaire de l’offre de transport (budget total maximum de 10 millions d’euros), comme il l’avait dit, en évaluant jour après jour les situations et en adaptant donc les réponses aux besoins observés sur le terrain.
     
    « Et le ministre a donc examiné avec le TEC comment soulager au mieux la densité de population dans les bus au centre de la métropole liégeoise », indique son cabinet dans un communiqué.
     
     
    Il poursuit donc : « Renforcer l’offre dans l’hypercentre aux heures de pointe comme cela a été évoqué lors du conseil communal n’est hélas pas envisageable. En effet, en heure de pointe, les lignes 4 roulent à une fréquence si soutenue que les bus se suivent déjà de très près.
     
    La saturation de ce réseau est connue et est l’une des raisons pour lesquelles le Gouvernement wallon réalise l’ambitieux projet du tram de Liège. Pour rappel, un tiers des usagers TEC de Wallonie se déplacent aujourd’hui sur la seule agglomération liégeoise. »
     
     
    Si les lignes 4 ne seront donc pas renforcées selon la raison évoquée ci-dessus, tel ne sera finalement pas le cas pour les lignes 71 et 88.
     
    « Parallèlement au besoin d’offrir plus de solutions au centre-ville, la crise sanitaire nécessite également plus d’offre de déplacement vers les hôpitaux.
     
    Afin de répondre à l’urgence, le ministre de la Mobilité a donc décidé d’augmenter l’offre pour relier le centre-ville de Liège vers le CHC et la Citadelle aux heures de pointe.
     
    Les premiers renforts de bus seront disponibles à partir de ce 1er décembre. »
     
    Comme prévu initialement, cette mesure continuera d’être évaluée afin de l’adapter au mieux aux besoins identifiés sur le terrain.
     
     

  • Reprise des soins « non essentiels »

    Lien permanent

    Les indicateurs liés au coronavirus étant tous en baisse, les hôpitaux peuvent commencer à réduire leur nombre de lits réservés aux patients Covid et reprendre graduellement les soins qualifiés de « non essentiels », peut-on lire dans une circulaire du comité interfédéral « Hospital&Transport Surge Capacity », qui monitore la situation dans les hôpitaux belges.
     
    Selon cette circulaire, les établissements hospitaliers peuvent graduellement passer de la phase 2B à la phase 2A, ce qui signifie qu’une partie des lits créés pour les patients Covid peuvent être supprimés tout en restant toutefois en réserve durant deux semaines.
     
    Un passage en phase 1B est également en vue par province, à condition que tous les hôpitaux de la province se trouvent sous les 50 % d’occupation des lits Covid en soins intensifs.
     
    Libres de décider !
     
    Les hôpitaux peuvent par ailleurs reprendre progressivement les soins qualifiés de « non essentiels », comme les hospitalisations de jour ou les hospitalisations ne nécessitant pas de passage par les soins intensifs.
     
    Les établissements sont libres de juger s’ils sont en capacité de le faire ou pas, en fonction notamment de la disponibilité du personnel, précise la circulaire.