• BE-Alert - COVID-19 du 27 novembre 2020

    Lien permanent

    BE-Alert - COVID-19 : Le Comité de concertation donne son feu vert à l’ouverture des magasins non essentiels et précise les mesures de lutte contre le coronavirus pour la période de Noël

    Communiqué du Premier Ministre, Alexander De Croo 


    Le Comité de concertation a discuté aujourd’hui de la situation épidémiologique dans notre pays. Malgré la légère amélioration de la situation sanitaire, notre pays se trouve toujours en niveau d’alerte Covid 4.
    Le Comité de concertation a pris les décisions suivantes.

    1.    Réouverture des magasins à des conditions strictes
    Les magasins non essentiels peuvent rouvrir à partir du 1er décembre 2020.
    De strictes conditions en matière d’hygiène seront toutefois applicables :

    • le strict respect des règles de base, comme se laver les mains, garder ses distances, porter un masque ;
    • les mesures de prévention doivent être annoncées de manière visible pour tous les visiteurs y compris le personnel et les fournisseurs ;
    • du gel désinfectant pour les mains doit être disponible à l'entrée ; toute personne qui entre dans le magasin doit se désinfecter les mains ;
    • le personnel reçoit une formation appropriée ;
    • le shopping se fait individuellement avec un adulte par séance de shopping. La compagnie d’enfants jusqu'à l’âge de 18 ans inclus est limitée autant que possible ;
    • une visite de magasin est aussi brève que possible et dure au maximum 30 minutes ;
    • le magasin est également responsable de la gestion de la file d'attente à l'extérieur du magasin. Une surveillance de la clientèle qui  attend à l’extérieur du magasin doit être organisée de manière à ce que les règles de distanciation physique soient respectées. L'organisation à l'extérieur du magasin se fait selon les directives des autorités locales

    Les conditions portent également sur le nombre maximal de clients par mètre carré de surface accessible :

    • pour les magasins, s'applique la norme d'un client par 10 m² de surface accessible ;
    • les magasins de moins de 20 m² accueillent au maximum 2 clients en même temps, à condition que les règles de distanciation soient respectées ;
    • les grands magasins de plus de 400 m² doivent obligatoirement prévoir un contrôle d’accès ;
    • l'accès aux centres commerciaux, aux rues commerçantes et aux parkings est organisé par les autorités communales compétentes, conformément aux instructions de la ministre de l'Intérieur, de manière à respecter les règles de distanciation, en particulier le maintien d'une distance de 1,5 mètre entre chaque personne.

    Les musées et piscines peuvent ouvrir conformément au protocole de leur secteur.

    2.    Période de Noël

    Pendant la période de Noël aussi, les règles relatives aux contacts sociaux restent d’application. Dans un souci de bien-être psychosocial, les personnes seules peuvent inviter en même temps leurs deux contacts rapprochés, soit le 24 soit le 25 décembre. 
    Pour les rassemblements à l’extérieur, la règle des quatre reste applicable.
    Le couvre-feu entre 0h00 et 05h00 reste en vigueur, tout comme l’interdiction généralisée de rassemblement. Une interdiction généralisée de vente et de lancement de feu d’artifice est également d’application.

    Plus d’informations sur :

    https://centredecrise.be/fr/news/crisisbeheer/covid-19-le-comite-de-concertation-donne-son-feu-vert-louverture-des-magasins-non

     

    27 nov mesures .png

  • Encore un projet éolien à Clavier et à Ouffet

    Lien permanent

    L’enquête publique débute ce vendredi pour les cinq éoliennes à Clavier et Ouffet

    Les projets éoliens, on commence à bien les connaître du côté d’Ouffet de Clavier.

    « Les premières éoliennes ont vu le jour à Modave et les suivantes viennent de sortir de terre à Tinlot. Ouffet et Clavier devraient suivre prochainement même si ce n’est plus la panacée », précise Jean-Marc Moes, fondateur du Collectif « Ouffet Hurlevent » et qui suit ces dossiers depuis déjà 12 ans.

    « C’est le quatrième projet éolien et le troisième sur ce site avec Electro Wind et déjà Elicio en 2014 pour six éoliennes. A l’époque, le projet avait été refusé par le fonctionnaire-délégué de la Région wallonne et par le Ministre qui avait refusé le recours d’Elicio. Il y avait eu, si je me souviens bien, 963 réclamations », poursuit Jean-Marc Moes.

    Le dernier projet de la société de production d’énergie Elicio (Nethys) prévoit un projet de cinq éoliennes (une à Clavier et quatre à Ouffet) d’une puissance totale de 10 à 17,5 Mw/an. Ces éoliennes de 150 m de haut (pales comprises) avec une puissance de deux à trois MW chacune seront érigées en ligne dans les champs entre les villages de Warzée, Pair et Ouffet. Une éolienne pourra être citoyenne.

    Une réunion d’information a eu lieu le 18 mars et a déjà suscité de nombreuses oppositions suite à l’impact paysager sur le Condroz et sur la valeur immobilière des habitations tout en remettant aussi en cause l’efficacité des éoliennes comme l’a fait l’émission « Investigations » diffusée le 18 novembre dernier sur la RTBF. On y apprend notamment qu’il faut de nombreux métaux rares pour construire les éoliennes et que les pales qui ne fonctionnent plus sont laissées au pied des éoliennes car elles ne sont pas recyclables !

    « La demande de permis et les documents ont été déposés le 26 octobre dernier à la commune. L’enquâte publique débute ce vendredi 27 novembre jusqu’au 4 janvier 2021, sauf du 24 décembre au 1er janvier. La demande comporte 50 pages puis l’étude d’incidence comporte 400 pages et il y a encore 400 pages d’annexes. C’est vrai que l’on peut télécharger tout le dossier mais c’est une brique de 1000 pages qu’il faut examiner  ! », s’inquiète Jean-Marc Moes.

    « Une enquête publique ne devrait pas être lancée en pleine crise du coronavirus. C’est anti-démocratique car on ne sait se réunir en grand nombre pour discuter et échanger, on doit prendre rendez-vous à la commune dans des délais très courts. Bref, on ne peut pas jouer notre rôle de contre-poids », regrette Annie Luymoeyen, conseillère communale de Clavier et qui appartient au Collectif contre la multiplication des parcs éoliens. Une multiplication déjà dénoncée par les bourgmestres de Clavier et d’Ouffet, Philippe Dubois et Caroline Cassart.

    Pour ce projet de cinq éoliennes, le dossier peut-être consulté à la commune de Clavier chaque jour ouvrable pendant les heures de service du lundi au jeudi de 9h à midi et le vendredi de 15h à 18h. Il faut prendre rendez-vous au 086/34.94.32. Les habitants des communes d’Ouffet, d’Anthisnes, de Tinlot, de Hamoir et de Durbuy sont aussi invités à transmettre leurs remarques sur ce projet éolien.

     

    Article de  Par Marc Gérardy

     

    Article Complet  Sudinfo Clic ici 

  • L’arrondissement de Huy-Waremme compte ce jeudi 1.221 nouvelles contaminations, les chiffres ici

    Lien permanent

    Coronavirus à Huy-Waremme : 4 à 5 fois moins de nouveaux cas

    La tendance se confirme : les chiffres des contaminations au coronavirus sont à la baisse depuis le début du reconfinement. À Huy-Waremme, cette diminution est particulièrement visible cette semaine.

    Le 8 novembre dernier, l’arrondissement enregistrait 5.702 nouvelles contaminations sur les quatorze derniers jours. Ce jeudi 26 novembre, les 31 communes comptent au total 1.221 nouvelles infections sur les deux dernières semaines. Cela représente grosso modo entre quatre et cinq fois moins de contaminations pour l’arrondissement sur ces 18 derniers jours.

    À titre d’exemple, la commune de Huy comptait 576 nouveaux cas le 8 novembre. Ce jeudi, la cité mosane enregistre 136 nouveaux cas. Même constat pour Hannut (qui passe de 347 à 106), Waremme (de 479 à 100), Amay (de 460 à 97), Wanze (de 453 à 87). L’entité de Burdinne est d’ailleurs redescendue à un nombre de 10 nouvelles infections, alors qu’elle en comptait 91 au début du mois.

     

    Baisse différente selon les communes

    Une situation encourageante qui doit être mise en relation avec les mesures de reconfinement et l’évolution nationale de la pandémie.

     

    Seules trois communes dépassent désormais la barre des 100 nouvelles contaminations : Huy, Hannut et Waremme. Au début du mois, 23 communes sur 31 franchissaient ce seuil de 100 cas !

    Selon Sciensano, le nombre de nouveaux cas par commune sur les 14 derniers jours varie dans l’arrondissement entre 136 et 10 : Huy (136), Hannut (106), Waremme (100), Amay (97), Wanze (87), Faimes (55), Villers-le-Bouillet (47), Braives (43), Lincent (33), Saint-Georges-sur-Meuse (33), Marchin (32), Ferrières (32), Engis (32), Remicourt (29), Verlaine (28), Héron (28), Clavier (28), Modave (27), Crisnée (26), Oreye (26), Hamoir (24), Nandrin (24) Donceel (23), Fexhe-le-Haut-Clocher (22), Ouffet (20), Geer (19), Tinlot (15), Wasseiges (14), Berloz (13), Anthisnes (12) et Burdinne (10).

     

    Article de par Ro.Ma.

     

    Article complet clic ici 

  • Voir ou revoir Conférence de presse et les mesures suite au Comité de concertation aujourd'hui 27 novembre 2020

    Lien permanent

    Le comité de concertation, qui réunit le fédéral et les entités fédérées,  ce vendredi 27 novembre afin de prendre de nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus. 

     

    En vidéo clic ici 

    https://youtu.be/gT2N5o0hhJw

    Voici les mesures qui ont été décidée en bref

     « Le comité a décidé de rester très prudent pour mettre en avant la sécurité de tous, surtout avant les mois d’hiver », a annoncé Alexander De Croo.

     

    Magasins  : réouverture des magasins le 1er décembre. « De facon responsable et en sécurité, pas de ‘fun-shopping’ », seul et pendant un court laps de temps. Il faudra éviter les foules en dehors de magasins. Ce sera de la responsabilité des commercants, des autorités locales mais aussi la responsabiliés des citoyens. « Faites vos courses d’une manière responsable. Portez un masque, désinfectez vous les mains. Si vous voyez qu’il y a trop de monde, revenez plus tard ». Un client par 10 mètres carrés

     

     « A la mi-janvier seulement, on pourrait davantage déconfiner si les chiffres le permettent effectivement », indique Alexander De Croo. « Si on parvient à maintenir un effort jusque là ». «Si il y a une troisième vague, elle sera encore plus difficile que la 2e vague. Et on ne pourra plus la tenir. C’est une responsabiltié que nous avons tous. » C’est pour cette raison que les autres secteurs restent fermés. Les métiers de contact ne peuvent donc pas reprendre leurs activités. Tout comme l’horeca.

     Fête de Noël  : le 24 et le 25 décembre, les personnes qui vivent seules pourront recevoir leur 2 contacts rapprochés. Pas de bulle sociale élargie pour les ménages (toujours un seul contact rapproché). Le couvre-feu (minuit au niveau fédéral, en attendant une décision pour la Wallonie et Bruxelles) et l’interdiction de rassemblement (4 personnes max) resteront d’application. Il y aura une interdiction de feu d’articife à Noël et au Nouvel an. « Il ne faut pas perdre en 4 jours ce qu’on a engrangé en 4 semaines ».

     Couvre-feu en Wallonie  : « Le couvre-feu du coté wallon est de 22h à 6h et il le restera. La décision actuelle vaut jusqu'à la mi-décembre. Il faudra réévaluer la situation. Si nous décidons de maintenir le couvre-feu à 22h, je pense qu'on peut, le 24 et le 25, faire un couvre-feu de minuit à 5h mais je dois encore en parler au sein de mon gouvernement », a annoncé le ministre-président wallon Elio Di Rupo.

     Contrôles renforcés pour les personnes qui reviennent de voyages  : des contrôles actifs seront effectués pour vérifier si les personnes se mettent bien en quarantaine, notamment pour ceux qui reviennent du ski. « Ces voyages sont fortement déconseillés. Il faut rester très très prudent, il ne faut pas réimporter le virus. On organisera des contrôles aux frontières »

     Toutes ces décisions sont en vigueur jusqu’au 15 janvier.

     

    Article complet Sudinfo Clic ici 

     

  • Les Nandrinois peuvent profiter de deux terrains de pétanque sur la place communale de Nandrin.

    Lien permanent

    Deux terrains de pétanque   sur la place   de Nandrin 

     

    Depuis la mi-octobre, les Nandrinois peuvent profiter de deux terrains de pétanque sur la place communale de Nandrin.
     
    Historiquement, il y avait déjà un terrain de pétanque sur la place Musin.
     
    « Mais avec les travaux menés à l’administration communale, il a été supprimé », revient Sébastien Herbiet, échevin de l’aménagement du territoire à Nandrin.
     
    « Nous avons donc souhaité en recréer un et y adjoindre un autre.
     
    Cela participe à la convivialité de la place, améliore le cadre de vie des citoyens. Je sais que les banquiers d’ING y jouent sur le temps de midi, par exemple. »
     
    C’est le service travaux de la commune qui s’est chargé du travail d’aménagement, pour un coût dès lors réduit.
     
    « L’objectif est de faire une tournée des villages, pour améliorer le cadre de vie : réhabilitation de sentiers, de pontons, installation de bancs etc. », indique-t-il.
     
     
    Article de Par AG 
     
     
     
  • A partir de lundi, les patients amenés à se faire tester au centre de testing de Huy qui est situé sur le parking de l’avenue du Hoyoux en face du CHRH ne sera plus accessible que sur rendez-vous.

    Lien permanent
    A partir de lundi, les patients amenés à se faire tester au centre de testing de Huy qui est situé sur le parking de l’avenue du Hoyoux en face du CHRH ne sera plus accessible que sur rendez-vous.
    Cette nouvelle organisation permettra au patient mais aussi au personnel présent sur le site de gagner un temps précieux.
    Concrètement, lorsque le médecin traitant rédige une prescription pour un test Covid, vous recevez un code d’activation sur votre téléphone portable. Vous vous rendez ensuite sur le site https://www.masante.belgique.be/#/ où après avoir répondu à quelques questions et avoir indiqué votre zone géographique, vous pouvez prendre rendez-vous dans le centre de testing de votre choix en intégrant votre code d’activation à 16 chiffres.

     

  • Voir ou revoir conférence de presse (Covid-19) le SPF Santé Publique aujourd'hui vendredi 27/11/2020

    Lien permanent

    Les orateurs: - Antoine Iseux (FR) - Centre de Crise National - Steven van Gucht (NL) - interfederaal woordvoerder - Yves Van Laethem (FR) - porte-parole interfédéral - Yves Stevens (NL) - Centre de crise National Updates précédents: https://news.belgium.be/fr/corona

    La Vidéo ici 

    https://youtu.be/7Kw95SNnbWQ

  • BLACK FRIDAY chez FAUNE ET FLORE !!! soutenons nos indépendants !!!!

    Lien permanent

     

     

     BLACK FRIDAY chez FAUNE ET FLORE 
    **Remise sur la gamme des Barbecues valable uniquement ces vendredi 27, samedi 28 et lundi 30 novembre**
    Vous retrouverez en image l'album photos de toutes nos offres avec les remises spéciales Black Friday dont voici le descriptif:
     
    -10% sur l’ensemble de la gamme OFYR de stock* (liste disponible sur demande en MP), offre valable pour une commande d'un ensemble Ofyr + une grille et/ou un couvercle et/ou une paire de gants.
    -15% sur l’ensemble de la gamme des barbecues à gaz neufs, emballés, non montés des marques Napoleon* et Broil King* de stock.
    -20% et plus sur certains modèles d’exposition au charbon et gaz.
     
    Pour des informations complémentaires sur ces produits et d'autres, vous pourrez nous joindre par téléphone au 085512314, par MP ou par mail sur info@fauneetflore.be.
     
    Etant en effectif réduit, nous privilégions le "click and collect" cependant, les livraisons restent toujours possible dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg.
     
    *Attention, le stock est limité sur certains modèles !
     
     
    Rue de Dinant, 11 4550 Nandrin, Belgique
     
     

  • Centre Hospitalier Bois de l'Abbaye dès lundi 30 novembre, les rendez-vous pour les tests de dépistage Covid-19 se prendront exclusivement en ligne via la passerelle fédéral

    Lien permanent

    A partir de ce lundi 30 novembre, les rendez-vous pour les tests de dépistage Covid-19 se prendront exclusivement en ligne via la passerelle fédérale https://testcovid.doclr.be, également accessible via le site www.masante.belgique.be.
    Pour prendre rendez-vous, vous devez impérativement être en possession du code de 16 chiffres fourni par votre médecin et de votre numéro de registre national (repris sur votre carte d’identité).

  • Les finances des clubs en danger Leurs budgets dépendent trop des cotisations et des buvettes

    Lien permanent
    En juin, une enquête avait révélé les besoins financiers des clubs de sport amateur en fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) après la première vague : 64 millions d’euros.
     
    Aujourd’hui, une autre enquête révèle à quel point ils sont dépendants du payement des cotisations et des buvettes.  
    C’est sans doute la première enquête du genre : l’Association interfédérale du sport francophone (AISF) a sondé les clubs amateurs pour étudier leurs dépenses et leurs recettes.
     
    L’idée était de voir à quel point la crise actuelle les met en danger.
     
    Et les conclusions sont sans appel.
     
    Cotisations et buvettes
     
    Les recettes viennent essentiellement des cotisations, des buvettes et du sponsoring : des postes qui sont mis à mal en ces temps de crise où la population est mise sous pression financière et les buvettes sont fermées.
     
    Les dépenses sont essentiellement liées aux montants à verser aux fédérations mais aussi aux loyers, au personnel et au matériel. Des postes très difficiles à comprimer.
     
     
    « Beaucoup de clubs amateurs sont en difficulté financière », explique Serge Mathonet, président de l’AISF.
     
    « Pour les soutenir, il est essentiel de changer leur modèle financier. Les subventions publiques ne représentent que 7,5 % des recettes des clubs en Fédération Wallonie-Bruxelles pour 25 % en France.
     
    D’où la fragilité financière des clubs de notre pays. »
     
    Le patron de l’AISF a sondé les 7.000 clubs de la fédération et 882 ont répondu.
     
    Et, explique-t-il, les répondants sont plutôt représentatifs des fédérations existantes.
     
    « En les interrogeant sur leur modèle économique, on s’est surtout rendu compte qu’ils ne le connaissaient pas : ils étaient incapables de nous donner la répartition de leurs dépenses et de leurs recettes.
     
    D’où l’intérêt de ce sondage, qui tord le cou à certaines croyances, notamment sur le coût souvent présenté comme exorbitant de la rémunération des joueurs. »
     
     
    Pour Serge Mathonet, il est nécessaire de renforcer les aides publiques aux clubs amateurs, non seulement en cette période Covid mais aussi de manière structurelle.
     
    moins de membres
     
    « La crise actuelle fait perdre des pratiquants à certaines disciplines comme les sports indoor de contact (nous le révélions dans notre édition d’hier), mais aussi des arbitres et des sponsors.
     
    Sans aide, certains clubs mettront la clé sous le paillasson. Plus nombreux seront ceux qui devront réduire la voilure : accepter moins de membres, réduire le personnel d’encadrement et les formations, réduire leurs activités, renoncer à la gratuité…
     
    C’est une catastrophe car l’existence de ces clubs et leur dynamique sont essentielles : le sport amateur est pratiqué par 700.000 personnes en FWB, auxquelles il faut ajouter 120.000 bénévoles.
     
    Il touche ainsi une personne sur quatre ! La FWB a fait un effort financier mais elle dispose de moyens financiers très limités. Les clubs doivent être aidés par d’autres niveaux de pouvoir. »
     
    Soutien aux buvettes
     
    Pour Serge Mathonet, il faut faire preuve de créativité : « Pour sauver des clubs, on pourrait débloquer des aides compensatoires aux pertes des buvettes comme on le fait pour l’Horeca. On pourrait alléger la fiscalité sur le sponsoring. Les Régions, plus riches que la Fédération, pourraient renforcer le soutien aux infrastructures sportives.
     
    Les pouvoirs locaux pourraient alléger ou même suspendre les loyers. Le ministère de la santé pourrait dégager des budgets pour encourager la reprise du sport, qui sera capitale pour la santé publique. »
     
    Comme on le voit, les idées ne manquent pas. Mais l’inquiétude de Serge Mathonet ne s’arrête pas là : « À 15-16 ans, beaucoup de jeunes abandonnent le sport et l’interruption actuelle pourrait accentuer le phénomène.
     
    Il est donc essentiel que les clubs disposent de moyens au moment de la reprise et que les autorités soutiennent le retour au sport par des campagnes de communication ambitieuses. »
     
     
     
    Article de Par Michel Royer 
     
     
     

    club.jpg

  • Belle initiative la commune plante un arbre pour chaque nouvelle naissance

    Lien permanent

    « A la Sainte-Catherine, tout bois prend racine », dit le dicton. Ce mercredi, jour de la Sainte-Catherine, la commune de Neupré a planté un arbre pour chaque naissance enregistrée sur son territoire au cours de l’année 2019. « Pour cette première édition, nous avons planté 78 arbres à haute tige. Un par naissance. Parmi ces naissances, nous avons recensé trois duos de jumeaux », se réjouit Mathieu Bihet, Premier échevin de Neupré en charge de l’Environnement et fraîchement désigné délégué général du MR.

     

    LH

     

    C’est dans la Grande venelle de Neuville Domaine, au croisement de la rue des Lilas et de l’avenue de la Vecquée, que ces arbres dits « de bienvenue » ont pris racine. « Nous avons souhaité réhabiliter des sites qui ont fait l’objet de coupures. De nombreux frênes étaient malades en raison d’une mauvaise adaptation au réchauffement climatique. »

    Au-delà de l’aspect environnemental incontestable, cette belle initiative vise également à améliorer le cadre de vie de la commune. « Notre souhait était de créer du lien entre les Neupréens et leur environnement direct », souligne Mathieu Bihet. « Ce qui est chouette, c’est que les familles pourront voir l’arbre évoluer et grandir l’arbre avec l’enfant. Et comme chaque enfant sera parrain ou marraine de son arbre, notre idée est de les conscientiser à l’environnement dès le plus jeune âge. »

    Parents conviés

    Malgré le coronavirus, les élus locaux avaient à cœur de convier les parents au projet.

     

    L. Hollange

     

    « Il y a quelques semaines, chaque parent a reçu une invitation par la poste pour assister à l’inauguration. Ce mercredi après-midi, une trentaine des parents sont venus sur rendez-vous pour apposer, avec nous, une plaquette comprenant le nom et la date de naissance de leur enfant sur le tuteur de l’arbre. Ils ont pu choisir l’emplacement de leur arbre ainsi que l’essence souhaitée parmi cinq variétés adaptées au climat belge », précise le Premier échevin. « D’autres parents seront conviés ce samedi. »

    Les mesures sanitaires ont bien évidemment été respectées.

    « Des rendez-vous ont été fixés afin de limiter le nombre de personnes présentes simultanément », souligne Mathieu Bihet. Seuls les parents et l’enfant pouvaient participer à l’inauguration de l’arbre.

    « Cela nous a permis d’avoir un moment privilégié avec les citoyens, d’apprendre à les connaître davantage. » Dès la semaine prochaine, les familles pourront même retrouver la géolocalisation de leur arbre à l’aide d’un QR code. L’opération est un tel succès qu’elle se poursuivra les années suivantes.

     

    Article de Par Charlotte Hutin

     

    Article complet et photos Sudinfo clic ici 

     

  • Depuis le mois de juin, un Claviérois âgé de 26 ans soutirait de l’argent aux personnes âgées sur le Condroz

    Lien permanent

    Un Claviérois volait de l’argent aux personnes âgées: il vient d’être arrêté!

     

     

    Soulagement pour les personnes âgées habitant dans le Condroz ! Depuis le mois de juin, Corentin, originaire de Clavier, effectuait la tournée des maisons de personnes âgées à Tinlot, Ouffet, Clavier, Modave, Marchin… Son modus operandi était similaire à chaque fois : il soutirait de l’argent aux vieilles personnes en prétextant que son véhicule allait tomber en panne et qu’il était un jeune papa. Il réclamait entre 20 et 50 euros sur le seuil de la porte d’entrée.

    Né en 1994, le jeune homme a été arrêté ce mercredi et déféré devant la justice. À ce stade, on lui reproche une dizaine de faits. En situation précaire et sur le CPAS, Corentin fera l’objet d’une citation accélérée au parquet de Liège. Les derniers faits remontent au 10 novembre.

    Depuis plusieurs jours, la police du Condroz essayait de mettre la main dessus mais le jeune homme n’ayant pas de domicile, cela rendait la tâche plus compliquée. Il est déféré devant un juge d’instruction ce jeudi.

     

    Article de Par A.D.

    Article complet Sudinfo Clic ici 

  • Deux Wanzoises, une Faimoise et une Nandrinoise en demi finale au concours Miss Belgique

    Lien permanent
    Covid oblige, le concours de Miss Belgique 2021 a pris un peu de retard sur le planning et a dû prolonger une étape, celle de la semi finale, pour laquelle quatre filles de la région Huy-Waremme sont sélectionnées.  

     

    Traditionnellement, en cette période de l’année, les 32 finalistes de Miss Belgique sont connues et se prélassent sous le soleil d’une destination exotique.
     
    Cette année, le Covid a joué les trouble-fête et a empêché cette sélection. Du coup, le comité Miss Belgique a toujours 82 filles en lice (dont 40 francophones) qui sont les Miss, les dauphines et des Crown Cards de toutes les provinces.
     
    Un temps, le comité a pensé organiser une semi finale (comme à Miss Univers) avec un spectacle mais cette idée a été abandonnée (du moins pour le moment), au vu de la situation sanitaire actuelle.
     
    Il semble donc qu’on s’oriente vers un choix des finalistes durant les vacances de Noël et sans show.
     
     
    En attendant, les filles doivent continuer à faire campagne et à essayer de convaincre les gens de voter pour elles.
     
    Parmi les semi finalistes, il y a 4 filles de la région Huy-Waremme :
     
    Kelly Godefroid, 18 ans, d’Antheit (Wanze) étudiante pour devenir infirmière, mais aussi deuxième dauphine de Miss Liège ;
     
    Noémie Rosato, 23 ans, de Nandrin, diplômée en communication ;
     
    Clara Petrella, 17 ans, de Vinalmont (Wanze), diplômée en esthétique,
     
    et Estelle Léglise, 20 ans, de Viemme (Faimes), étudiante en 2e année de droit.
     
     
    Toutes doivent probablement regretter de ne pas déjà être sélectionnées et peut-être en train de bronzer sur une plage ensoleillée…
     
    Le traditionnel voyage des Miss est, en effet, postposé, si tout va bien, à début d’année prochaine, à moins qu’il ne soit annulé mais alors il faudra être créatif pour pouvoir fournir des images ensoleillées qui sont diffusées en télé le soir de la finale. Finale prévue probablement en mars.
     
    Article de LAURENCE BRIQUET
     
     
     
    Noémie Rosato ML14.jpg
     
    NOÉMIE ROSATO, NANDRIN 
     

     

    « Pour me préparer, je continue à m’entraîner à défiler et à poser, je regarde beaucoup de vidéos des élections de Miss Univers ou Miss Monde.
     
    Je continue à faire beaucoup de sport et je lis également beaucoup d’articles sur l’univers des Miss afin d’être prête au maximum pour la finale.
     
    C’est vrai que l’attente est un peu longue. Ce qui est dommage, c’est que nous n’avons pas pu faire les activités toutes ensemble. Les autres années, beaucoup de sorties étaient organisées mais, cette fois-ci, avec le Covid, c’est très différent.
     
    C’est, par exemple, dommage de ne pas avoir pu faire la présentation des filles au Carré, à Willebroek, mais la santé des candidates, c’est le plus important.
     
    Comme il n’y a plus d’événements pour pouvoir mettre en avant ma participation, je continue à distribuer des flyers dans les boîtes aux lettres, j’en parle à mon entourage et, surtout, je fais beaucoup de publicité sur les réseaux sociaux.
     
    C’est l’un des outils de communication les plus importants de notre génération ».
     
    La belle y est en effet très active, notamment sur Facebook, où elle invite les internautes à voter pour elle par sms.
     
    Article de   Par LAURENCE BRIQUET
     
  • Son chien a été frappé, Selon le vétérinaire, l’important abcès résulte d’un coup porté sur la nuque de l’animal.

    Lien permanent

    Qu’est-il arrivé à Patton, le Cane Corso de quatre ans de François Sciascia ?

    Difficile de la savoir, mais le piteux état de son chien brise le coeur de l’ancien président des commerçants de Huy.

    « Je me trouvais en Espagne lorsque cela est arrivé, explique François Sciascia. Mon chien a développé un énorme abcès à la nuque. Heureusement, mon fils et ma belle-fille, que je remercie vivement pour leur aide, l’ont amené chez le vétérinaire. D’après ce dernier, l’abcès résulte de violents coups donnés à mon chien. Je suis révolté ! »

    L’ex-président ignore quand et où ces coups ont pu être donnés. Patton a-t-il été frappé alors qu’il se trouvait dans sa propriété à Ouffet ou était-il parti en « vadrouille » comme cela lui arrive parfois avant de rentrer chez lui ? « Mon chien est imposant, mais il est gentil.

    Frapper un chien comme ça, ce n’est pas admissible » estime François Sciascia qui se dit prêt à porter plainte contre X.

    Ce mardi, il était à l’aéroport, prêt à rentrer en Belgique et n’avait qu’une hâte, être au chevet de son chien : « Je suis heureux de pouvoir être bientôt à ses côtés… Son état n’est pas brillant, il dort beaucoup » s’alarme François Sciascia qui croise les doigts pour que son cher Patton se porte bien vite mieux…

     

    Article de Par A.BT

     

    Article complet et photos Sudinfo Clic ici 

  • Dans la Rubrique Lecture et culinaire !!!

    Lien permanent

    Le cuisinier de Chef Sans Toque à Anthisnes sort son premier livre de cuisine

    Plus qu’un livre, c’est un art de vivre et de consommer que propose Mike Cuypers avec son ouvrage « L’authentique, le cuisiner, le vivre » dont la sortie est prévue début décembre. « L’idée a émergé il y a 3 ans. Profitant du confinement, je me suis mis à la rédaction », retrace ce cuisinier atypique.

    Il y a 7 ans, il a ouvert son propre restaurant, Chef Sans Toque, à Anthisnes. Très vite, Mike Cuypers a su s’imposer avec son concept particulier : un restaurant ouvert uniquement le vendredi soir, avec un menu unique, mitonner dans un esprit respectueux de la nature et de l’environnement, avec des produits locaux, de saison, bio. « Si j’ai écrit ce livre, c’est aussi parce que j’avais beaucoup de choses à dire. Des choses que je devais répéter souvent à mes clients », ajoute Mike Cuypers.

    71 recettes

    Son ouvrage de 96 pages est comme il le dit si bien, « une invitation à reprendre le chemin de la cuisine. » L’Anthisnois y partage son cahier de recettes : 71 y sont recensées. Cela va des potages aux légumes oubliés en passant par les tartinades, les boules d’énergie, les pâtes, les taboulés et on en passe. Il dévoile également ses trucs et astuces, des variantes et dérivés à des élaborations simples « mais surtout goûteuses ».

     

    « Mon objectif est de vous insuffler un peu d’inspiration pour que vous enfiliez votre tablier d’abord, osiez tester les recettes proposées pour très vite vous aventurer sans crainte dans quelques variantes. Enfin, finir par élaborer vos propres créations. », explique-t-il en introduction.

    Un total de 130 ingrédients (céréales, légumineuses, fruits & légumes, graines, condiments et produits d’épicerie, épices & herbes aromatiques) qui se retrouvent régulièrement dans ses plats cuisinés est commenté. Un chapitre plus qu’indispensable aux yeux de l’auteur. « Vous apprendrez comment j’achète mes différents aliments, comment je les stocke, leurs différentes formes de consommation, les techniques de cuisson mais aussi dans quelles préparations je les utilise. »

    Enfin un troisième et dernier chapitre est consacré à la philosophie du durable et du respect de l’environnement qui guide notre cuisinier au quotidien. À travers une vingtaine de réflexions, il invite le lecteur à passer du statut du consommateur à celui de consomm’acteur. « Reprendre le contrôle de son alimentation, c’est aussi se responsabiliser vis-à-vis d’une série non négligeable d’autres actes du quotidien », assène-t-il.

    « Tout est fait maison »

    Tiré à 125 exemplaires, au prix de 17 euros, « L’authentique, le cuisiner, le vivre » est une auto-édition. « Hormis la photo de couverture qui a été réalisée par l’illustratrice Mamzelle Maxime, tout est fait maison, comme ma cuisine », ajoute avec le sourire Mike Cuypers.

     

     

    A partir du 4 décembre, via la formule take away développé par le restaurant pour faire face aux mesures sanitaires, il sera possible de se procurer l’ouvrage. Une offre pomotionnelle est prévue. L’Anthisnois propose plusieurs formules qui vont de l’achat simple du livre (17 euros) à la formule un livre + un bon cadeau pour un menu au Chef Sans Toque (entrée, plat, dessert, boissons non comprises) au prix de 50 euros (avec livraison 57 euros) ou un livre + un bon cadeau pour 2 menus au prix de 122 euros (avec livraison : 129 €).

     

    Infos et commandes au 0494/46.99.30

    Article de Par M-Cl.G.

    Article complet Sudinfo clic ici