La première vague a engendré une baisse des dépenses des retraites estimée à 75 millions €

Lien permanent

L’impact des décès sur les pensions est infime  

La première vague a engendré une baisse des dépenses des retraites estimée à 75 millions €  

PIERRE NIZET
Près de 15.000 personnes en âge de toucher leur pension sont décédées du Covid en Belgique. L’« économie » pour le SPF Pensions est infime.  
 
Depuis que l’épidémie de coronavirus est arrivée en Belgique, on a déploré 15.522 décès imputés à ce satané virus. Yves Van Laethem le rappelait encore vendredi, il a surtout décimé les tranches d’âge les plus élevées.
 
8.140 personnes avaient plus de 85 ans, 4.565 avaient entre 75 et 84 ans, 1.871 avaient entre 65 et 74 ans. Cela veut dire que 14.576 personnes avaient l’âge de toucher une pension bien méritée. Cela représente 94 % du total de personnes décédées du Covid-19 en Belgique.
 
Nous avons voulu savoir auprès du SPF Pensions ce que le séisme au niveau du nombre de décès chez ces malheureuses personnes âgées représentait au niveau du paiement des allocations de pensions.
 
Le porte-parole du SPF nous a expliqué que des chiffres concernant l’impact de la première vague du Covid-19 sur les dépenses de pension (en raison de la surmortalité) jusqu’au 30 juin 2020 inclus avaient été envoyés à la Cour des comptes. « La Cour des comptes nous avait aussi demandé de faire une extrapolation pour l’ensemble de l’année 2020 et ce tant pour les salariés que pour les fonctionnaires et les indépendants ».
 
 
Il s’agissait donc d’une estimation de l’impact potentiel de la première vague et uniquement des pensions payées par le SFP. « Il est trop tôt pour faire une estimation de l’impact potentiel de la deuxième vague », précise-t-il.
 
« Comme nous n’avons aucune indication sur la cause du décès, nous ne pouvons pas fournir un impact exact du Covid-19 sur les dépenses de retraite jusqu’au 30 juin.
 
Afin de faire l’estimation la plus précise possible, nous avons comparé le nombre de décès dans la période du 15 mars au 30 juin 2020 avec le nombre moyen de décès pour la même période au cours des 5 dernières années. La surmortalité d’environ 8.000 personnes se situe principalement dans les mois de mars et avril et en particulier parmi le groupe des plus de 80 ans ».
 
0,15 % de la charge
 
Le SPF Pensions a dès lors estimé l’éventuelle baisse des dépenses de retraite jusqu’à fin juin à 23 millions d’euros. Pour l’ensemble de 2020, cela donne une dépense inférieure estimée à environ 75 millions d’euros dont 50 millions d’euros dans le régime des employés.
 
« Nous avions supposé que la surmortalité au premier semestre 2020 pourrait encore être partiellement compensée par un niveau de mortalité inférieure (à nouveau, en comparaison avec les 5 dernières années) pendant l’automne. La deuxième vague empêchera cette hypothèse d’être préservée. »
 
Cet impact potentiel représente moins de 0,15 % de la charge des pensions estimée pour 2020. Selon le rapport annuel de 2018, le SFP avait payé 47,5 milliards d’euros à 2,37 millions de pensionnés, tant en Belgique qu’à l’étranger.
 
Article de par PIERRE NIZET

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel