Un projet de salle de fêtes au château de Pailhe inquiète les riverains

Lien permanent

Une enquête publique a été ouverte le jeudi 12 novembre dans la commune de Clavier. Elle concerne une demande des nouveaux propriétaires du château de Pailhe (depuis juillet 2019), en vue d’obtenir un permis pour créer et exploiter une salle de fêtes jouxtant le château, Vieille Drève de Pailhe.

Il s’agit de l’aménagement et de l’agrandissement des anciens garages. Une lettre a été transmise aux habitants situés dans un rayon de 50 mètres autour de la parcelle visée.

Si elle voit le jour, cette future salle polyvalente devrait être louable pour toutes sortes d'événements (mariages, anniversaires, réceptions, séminaires, cours de danse, brocantes couvertes, fêtes communales…) et la capacité maximale serait de 550 personnes en réception debout. Dans le cas d’un dîner assis, il faut diviser ce chiffre par deux.

L’enquête publique se clôture le 26 novembre.
L’enquête publique se clôture le 26 novembre. - DR

Cette demande de permis suscite l’émoi dans ce petit village rural. Plusieurs riverains ont émis des inquiétudes à l’égard de la taille de la salle. Ils craignent le charroi de voitures et les nuisances sonores que pourraient engendrer les activités festives qui s’y dérouleront.

Des châtelains ouverts à la discussion

La châtelaine Ségolène Nève de Mévergnies s’est dite ouverte à la discussion avec les habitants et a tenu à réagir à certains propos dénigrants publiés sur Facebook. « Nous traiter de sales riches, avec qui le dialogue ne sert à rien, qui obtiennent toujours tout par l’argent… Cela est bien dommage et manque totalement de constructivité », écrit-elle.

Les jeunes propriétaires du château se disent motivés à relever les nombreux défis permettant de préserver ce patrimoine. Un des premiers défis est évidemment l’important coût financier liés aux travaux de restauration. « Comment voulez-vous pouvoir prétendre à préserver le patrimoine existant sans trouver une nouvelle utilité à des bâtiments de grande ampleur dont la fonction d’origine n’est plus du tout la même aujourd’hui ? », ajoute Ségolène Nève. « Nous tenons ce projet à cœur, pas pour en faire une machine à fric mais pour conserver un patrimoine d’exception ».

Si la capacité maximale de la salle est de 550 personnes, les porteurs du projet assurent qu’elle sera loin d’être remplie tous les jours et qu’elle pourra accueillir des activités diversifiées, pas seulement des fêtes qui se déroulent jusque tard dans la nuit.

La place est maintenant au dialogue entre les Pailhois et les jeunes châtelains pour trouver un terrain d’entente. L’enquête publique se clôture le 26 novembre.

Article par P.Tar.

 

Article COMPLET sudinfo Clic ici 

Commentaires

  • La chatelaine, nous présente, comme des gens obtus et bas de plafond, jaloux des gens riches, le problème ne se situe pas là. Pailhe se situe dans une cuvette, et le moindre bruit se répercute dans celle-ci, en été, quand les gens font un repas dehors, on entend presque leur discussions, et ils se trouvent de l'autre côté du village, mais étant respectueux des autres, cela ne dépasse jamais minuit. Les nouveaux chatelains demandent eux, un permis d'exploitation pour 2 heures du matin en semaine et 4 heures pour le week-end, et quelque soit le niveau d'isolation sonore, ils ne pourront jamais empêcher les gens de parler sur le parking, ou de klaxonner, et en été ne ferons-t-ils pas de mariage dehors. Ils ne pourront pas gérer le bruit inhérent à ce genre d'activité, en dehors de leur salle, quoi qu'ils en disent. Et apparemment, le bourgmestre est déjà favorable, même sans la concertation de ces concitoyens, et aucune incidence de bruit n'est à l'ordre du jour avant l'obtention du permis. Belle démocratie.

  • La chatelaine, nous présente, comme des gens obtus et bas de plafond, jaloux des gens riches, le problème ne se situe pas là. Pailhe se situe dans une cuvette, et le moindre bruit se répercute dans celle-ci, en été, quand les gens font un repas dehors, on entend presque leur discussions, et ils se trouvent de l'autre côté du village, mais étant respectueux des autres, cela ne dépasse jamais minuit. Les nouveaux chatelains demandent eux, un permis d'exploitation pour 2 heures du matin en semaine et 4 heures pour le week-end, et quelque soit le niveau d'isolation sonore, ils ne pourront jamais empêcher les gens de parler sur le parking, ou de klaxonner, et en été ne ferons-t-ils pas de mariage dehors. Ils ne pourront pas gérer le bruit inhérent à ce genre d'activité, en dehors de leur salle, quoi qu'ils en disent. Et apparemment, le bourgmestre est déjà favorable, même sans la concertation de ces concitoyens, et aucune incidence de bruit n'est à l'ordre du jour avant l'obtention du permis. Belle démocratie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel