Le nombre de décès a doublé, Les pompes funèbres de H-W sont surchargées

Lien permanent

Les entreprises de Huy-Waremme observent une augmentation : le nombre de décès a doublé  

Face à l’augmentation exponentielle de cas de Covid-19, les pompes funèbres de Huy-Waremme sont en surcharge.
 
Elles connaissent une forte augmentation ces dernières semaines de décès dans l’arrondissement.
 
« On a doublé le nombre décès », nous expliquent ces entreprises qui n’ont pas eu d’autres choix que de se réorganiser.
 
Alors que les chiffres des décès de Covid poursuivent leur course, les services funéraires doivent faire face à un afflux de demandes.
 
Avec des centaines de décès quotidiennement en Belgique, les pompes funèbres de Huy-Waremme sentent déjà une accélération du rythme, à tel point qu’elles sont surchargées.
 
Et l’on peut en témoigner.
 
En voulant les contacter, des réponses similaires ont été formulées à notre égard.
 
« Désolé !
 
On ne saurait pas vous répondre maintenant.
 
Il faudra resonner plus tard ».
 
« Tout le monde est occupé et surchargé ».
 
« Nous n’avons pas le temps maintenant ».
 
Depuis cette deuxième vague, les pompes funèbres travaillent sous tension et dans le rush mais toujours en faisant preuve d’un professionnalisme sans faille.
 
D’un constat général, les services funéraires ont observé une forte augmentation de décès pour la région.
« On fait notre maximum »
 
Pour les pompes funèbres François à Waremme, cela fluctue de jour en jour.
 
« Il y a des jours où l’on peut monter jusqu’à 10 décès avec huit décès liés au Covid.
 
Et des jours où l’on a quatre décès qui ne sont pas liés au coronavirus.
 
Mais de manière générale, nous sommes à plus du double de décès durant cette période », témoigne Etienne François, le patron.
 
 
Et qui dit, augmentation du nombre de décès, dit également augmentation de la charge de travail.
 
« Tout le monde y met du sien pour s’organiser au mieux.
 
On essaie de faire au maximum pour que les enterrements se déroulent dans des délais raisonnables.
 
Pour les incinérations, il y a de plus longs délais. Mais pour ce qui concerne les inhumations, on s’organise selon les désidératas des familles », poursuit Etienne François.
 
 
Rappelons tout de même que depuis les dernières mesures du Conseil national de sécurité, les funérailles sont autorisées avec un maximum de quinze personnes.
 
« La majorité des familles favorisent les cérémonies au funérarium, les délais sont évidemment plus rapides qu’à l’église ».
 
Des délais liés au Covid-19
 
Au funérarium Valé (ancien Deldime) à Hannut, Patrick Wilmotte est également débordé.
 
« J’ai environ 30 % de décès en plus. Dans les décès Covid, la tranche d’âge la plus touchée est celle au-dessus de 65 ans. Quant aux jeunes, il n’y en a pas plus qu’avant », nous indique-t-il.
 
 
Comme lors de la première vague, le personnel des pompes funèbres doit s’équiper : gants, masques, combinaison, lunettes… pour éviter toute infection au coronavirus.
 
« C’est beaucoup plus compliqué pour nous car on doit mettre des tenues pour se protéger.
 
Il faut prendre davantage de précautions et désinfecter énormément de choses.
 
Cela prend plus de temps », conclut Patrick Wilmotte.
 
 
Article de 

Par Amélie Dubois

Journaliste à La Meuse Huy-Waremme
 
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel