Bientôt des tests rapides dans les écoles

Lien permanent

La Belgique a commandé 500.000 tests antigéniques rapides mais elle en commandera au total plusieurs millions. « Au niveau fédéral, 100.000 sont déjà arrivés et des marchés publics seront encore passés dans les prochaines semaines », annonce Carole Schirvel, la commissaire Covid-19 adjointe.
 
« Ces tests rapides – puisqu’on obtient les résultats en 20 minutes – seront d’abord utilisés pour les personnes symptomatiques ».
 
Leur intégration dans la stratégie de testing se veut rapide.
 
« D’ici la semaine prochaine, les tests antigéniques seront intégrés au niveau des urgences des hôpitaux afin de faciliter les transferts mais aussi d’identifier les malades pour les isoler », détaille-t-elle.
 
Dans un second temps, ces tests, qui reposent sur un prélèvement dans les narines, seront également distribués au niveau des centres de testing et de prélèvement ainsi qu’au niveau des médecins généralistes.
 
Par la suite, les tests antigéniques serviront dans la recherche de cas lorsque des clusters sont identifiés dans des collectivités.
 
Mais pas dans toutes les collectivités.
 
Seulement celles où l’on retrouve des personnes à faible risque.
Comprenez donc : pas dans les maisons de repos mais plutôt les écoles, les entreprises, les services de police…
 
Ce seront aux entités fédérées de définir une priorisation de leur utilisation.
 
« L’idée n’est pas que les écoles se présentent au centre de prélèvement », précise Carole Schirvel.
 
« Les entités fédérées vont devoir définir la manière dont ils vont organiser le screening.
 
Nous sommes, de notre côté, en train de développer les protocoles qui détermineront par exemple la fréquence à laquelle il faudra réaliser ces tests en fonction du type de collectivité. »
 
Tout cela devrait se mettre en place d’ici la fin du mois.
 
« Mais l’opérationnalisation dépendra des entités fédérées. »
 
Le recours aux tests rapides permettra d’identifier plus rapidement les porteurs asymptomatiques dans les collectivités touchées par l’épidémie.
 
« On pourra alors isoler plus rapidement.
 
Et dans le cas d’une école, cela permettra aussi d’éviter de fermer des classes entières en réalisant un screening de proximité et plus proactif.
 
On évitera aussi que des profs soient écartés inutilement de manière à assurer la continuité. »
 
 
Article PAR SABRINA BERHIN

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel