Jouer un match en étant contaminé peut coûter très cher ?

Lien permanent

 
Peut-on punir un club de football amateur qui cache la contamination au coronavirus de certains de ses joueurs pour ne pas voir son match remis ?
 
C’est le député wallon et de la Communauté française, Philippe Dodrimont (MR) qui la pose, eu égard aux rumeurs entendues dans plusieurs clubs amateurs.
 
« Si ces procédés sont bien sûr condamnables », dit-il, « ils ne sont pas incompréhensibles.
 
Plusieurs clubs n’ont pas encore eu l’occasion de disputer le moindre match cette saison et devront, pour rattraper leur retard, parfois disputer quatre matches en dix jours seulement.
 
Sur le plan tant physique que psychologique, cela risque de laisser des traces et de fausser les championnats. »
 
Fraude pas confirmée
 
La question peut paraître secondaire maintenant que le championnat est arrêté… Mais il reprendra sans doute avant la fin de l’épidémie et la réponse de la ministre des Sports, Valérie Glatigny (MR) est très claire et sévère.
 
« À ce stade, rien ne permet de confirmer les éléments que M. Dodrimont évoque », répond la ministre tout en fustigeant « le souci sans doute constant dans le chef de certains acteurs du monde du sport de vouloir faire fi des règles et d’un bon sens citoyen qui a entraîné une nouvelle perturbation du mouvement sportif.
 
Ces comportements sont inadmissibles ! »
 
Qui parle de « comportement inadmissible », sous-entend des sanctions que la ministre ne se fait pas prier pour énumérer.
 
« Les sanctions sont possibles, notamment sur la base de l’article 187 de la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile.
 
Il indique que « le refus ou la négligence de se conformer aux mesures ordonnées en application de l’article 181, §1 er , et 182 sera, puni en temps de paix, d’un emprisonnement de huit jours à trois mois et d’une amende de vingt-six à cinq cents euros, ou d’une de ces peines seulement ».
 
Il mentionne également que le ministre de l’Intérieur ou, le cas échéant, le bourgmestre ou le commandant de zone pourra, en outre, faire procéder d’office à l’exécution desdites mesures, aux frais des réfractaires ou des défaillants ».
 
Sanctions sportives
 
Les autorités locales restent compétentes pour l’ordre public sans toutefois aller à l’encontre des mesures prises au niveau supérieur ou de l’esprit de ces mesures.
 
Et n’y a-t-il rien de prévu au niveau sportif ?
 
« Pour les sanctions sportives, l’Association des clubs francophones de football m’a déjà fait savoir qu’une modification de son règlement était en cours afin de sanctionner le club et/ou le joueur qui s’alignerait en sachant qu’il est positif ou en quarantaine », précise la ministre Glatigny.
 
Un club ou un joueur averti…
 
Article de par  DIDIER SWYSEN
 
 
 
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel