La centrale 112 de Liège, premier maillon de la chaîne des secours d’urgence, est sur pied de guerre.

Lien permanent

Le 1er maillon de la chaîne des secours: jusqu’à 1.300 appels en 24h au 112 de Liège!

« Le gros changement, par rapport à la première vague pour laquelle le pays avait été confiné, c’est qu’ici, le Covid vient s’ajouter aux appels classiques pour accidents de la route, accidents du travail, etc. C’est donc beaucoup plus tendu qu’en mars. Nous avons d’ailleurs étoffé nos effectifs : de 6-7 opérateurs par équipe, on est monté à 10-11 opérateurs. Nous travaillons en cohortage, avec 4 équipes qui ne se mélangent pas », nous explique le professeur Samuel Stipulante, chef du 112 à Liège.

Un rôle fondamental

Des équipes qu’il a littéralement placées sous cloche, pour éviter toute contamination. « On a trop besoin d’eux ! », dit-il. « Ils font un travail de l’ombre, moins visible que celui du personnel soignant dans les hôpitaux. Mais il s’agit du premier maillon de la chaîne de secours ». Interdiction, du coup, (et à notre grand regret) d’autoriser la présence d’un journaliste.

C’est le 112 qu’une famille en détresse ou qu’un médecin traitant appelle pour demander des secours (aide primaire) pour un malade, un blessé. C’est aussi le 112 que les hôpitaux appellent pour organiser le transfert des patients (aide secondaire) hors province. Très nombreux en ce moment puisque les hôpitaux liégeois se remplissent de patients Covid. D’un côté comme de l’autre, ça n’arrête pas.

Durant notre entretien Zoom avec M. Stipulante, qui a duré 45 minutes environ, ce dernier a dû gérer pas moins de… 7 transferts de patients. « J’ai toujours trouvé des places », nous dit-il en restant très zen entre deux appels. « Tous en province d’Anvers. Grâce à la répartition nationale entre hôpitaux, ça ne coince pas pour le moment. Au niveau des ambulances, ça ne coince pas non plus. De nombreuses zones de secours ont mis une 2e, voire une 3e et même une 4e ambulance en service. Grâce à cela, on tient nos délais d’intervention dans 90 % des cas. Je dispose d’un total de 30 départs ambulance + 10 SMUR (y compris l’hélico de Bra-sur-Lienne) ».

Jamais un patient de Liège ne sera emmené de chez lui vers un hôpital d’Anvers directement. La loi exige qu’il soit d’abord transporté dans l’hôpital le plus proche.

« Ce n’est qu’une fois stabilisé qu’il peut être transféré ailleurs », poursuit M. Stipulante. Ce sont surtout les patients Covid en soins intensifs (USI) qui sont transférés hors province actuellement.

Mardi, le 112 de Liège a géré le transfert de 14 patients Covid USI et 4 patients Covid non USI.

« Je peux compter sur des équipes soudées et solidaires et je les en remercie », poursuit M. Stipulante. « Plus ça va mal, plus ils prennent leur métier à cœur ! » Leur motivation est aujourd’hui maximale.

La plus grande crainte du chef des 112 de Liège ? « Que mes opérateurs ne soient touchés par le coronavirus ». Avec 6 % de taux d’absentéisme actuellement, le 112 de Liège s’en sort miraculeusement bien, dans cette province de Liège pointée comme la plus rouge d’Europe.

 

Article de Par Françoise De Halleux

Source Sudinfo 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel