La députée Caroline Cassart a demandé des budgets pour rénover les tronçons existants et déjà dégradés de la liaison Tihange- Condroz

Lien permanent

Liaison Tihange-Condroz: pas de budget pour rénover les parties déjà dégradées

L’interminable saga de la liaison Tihange-Strée-Tinlot s’est à nouveau invitée à l’ordre du jour du Parlement régional… encore une fois sous l’impulsion de la députée-bourgmestre d’Ouffet Caroline Cassart (MR), qui a fait de ce dossier une affaire personnelle.

Pour rappel, ce dossier, initié en 1981 et encore loin d’être bouclé, se divise en différentes « phases » (à savoir des tronçons routiers).

Les travaux des « phases 1 et 2 » ont déjà été réalisés… mais la députée s’est rendue sur place et a constaté que ces premiers tronçons « se dégradent fortement ».

L’élue a alors interpellé le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henri (Écolo), concernant le budget prévu pour la réfection de ces tronçons déjà existants.

Réfection pas « nécessaire »

Selon le ministre, les tronçons déjà réalisés ne posent pas réellement problème : « Actuellement, seuls les véhicules de chantier circulent sur du béton et, à part un peu d'herbe qui pousse, aucune dégradation du revêtement n'est signalée par les services de la Direction des routes de Liège. Dès lors, a priori, il n’y a de réfection nécessaire ni budget qui soit prévu à cet égard ».

 

Des propos qui n’ont pas plu à l’Ouffetoise !

« Monsieur le Ministre, je pense que je vais, un jour, vous inviter à venir visiter cette liaison qui, à mon avis, ne vous est pas complétement connue. Je comprends, ce n’est pas votre région…

Si vous vous baladez sur cette liaison, vous vous rendez rapidement compte qu’elle se dégrade, qu’il y a un problème de sécurité pour les futurs automobilistes, parce que vous avez des éboulements sur le long de la route, et qu’il serait, bien évidemment, grand temps de trouver des solutions par rapport à ce problème », a répliqué Caroline Cassart.

Article de par Par Ro.Ma.

 

Source Sudinfo 

Commentaires

  • Des 1990, en ma qualité de Conseiller auprès du Ministre Andre Baudson, j’avais inscrit le projet dans un plan triennal. Malheureusement, le permis de bâtir fut bloqué par les Autorités communales de la Ville de Huy et c’est ainsi que débuta la saga qui nous amène 30 ans plus tard dans cette situation préjudiciable pour tout le développement du Condroz.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel