Les policiers des zones de Huy-Waremme patrouillent pour veiller au respect des mesures sanitaires.

Lien permanent

Huy-Waremme: le couvre-feu globalement bien respecté... pour l’instant

À la zone de police Hesbaye, les policiers continuent d’assurer leur mission essentielle au quotidien, à savoir les interventions traditionnelles, malgré un effectif réduit. Depuis quelques jours, les forces de l’ordre doivent aussi veiller à ce que le couvre-feu soit bien respecté pour l’ensemble de la population de minuit à cinq heures du matin.

Depuis plusieurs mois, des patrouilles spéciales Covid ont été mises en place pour veiller au respect des mesures imposées par le gouvernement fédéral. Et le constat est plutôt rassurant. Les citoyens semblent respecter ce qui leur a été imposé. « Nous avons toujours les différents services de permanence mobile qui ont pour mission de veiller au respect de la fermeture des établissements (take-away des restaurants à 22h), le port du masque obligatoire à certains endroits ainsi que le couvre-feu. Ces patrouilles de surveillance ont été mises en place au début de la crise. Les mesures sont globalement bien respectées sur le territoire de la Hesbaye. Le vendredi et samedi soir, une équipe est engagée dans un créneau horaire qui assure des patrouilles de surveillance et qui a pour mission de veiller au respect des mesures », explique André Jamers, le chef de zone.

Les missions essentielles qui sont les services d’intervention sont malgré tout assurées. « Nous essayons tant bien que mal d’assurer les autres services. Ce n’est pas toujours simple car parfois, on se présente chez des gens pour un changement de domicile, car on ne peut le faire par téléphone et nous sommes confrontés à des gens qui n’ont pas de masque. Il faut pouvoir composer avec toutes ces contraintes. J’ai interdit à mes policiers d’être en contact avec des gens qui n’en portent pas », regrette le chef de zone.

Quelques contaminations

Comme d’autres secteurs, la zone de police est également touchée par la contamination de son personnel. « Nous ne sommes pas épargnés par les gens qui sont positifs ou en quarantaine. Les capacités opérationnelles sont réduites. Dans des zones comme la nôtre, nous n’avons pas une marge de manœuvre fort large. Notre priorité reste évidemment d’assurer les services aux citoyens », ajoute André Jamers. Actuellement, au sein de la zone, trois personnes sont positives et quatre personnes sont en quarantaine. « Nous sommes contraints de revoir toute l’organisation ».

Pour éviter une vague de contaminations au sein du commissariat, il ne sera pas exclu dans les prochains jours de voir émerger des bulles de patrouille. « On va devoir faire preuve d’imagination et réorganiser nos services. Il faudrait mettre en place des bulles pour que ce soit toujours les mêmes personnes qui travaillent ensemble. C’est ce que nous essayons de mettre en place », explique André Jamers.

A la zone Hesbaye-ouest, c’est aussi respecté !

A la police Hesbaye-ouest, le chef de zone se veut aussi rassurant quant au respect des règles sanitaires. Là-aussi, les policiers poursuivent leurs missions quotidiennes et essentielles, en y ajoutant les patrouilles Covid. « Cela se passe très bien. Nous n’avons aucun souci au niveau du couvre-feu. Il est respecté. La semaine, une équipe patrouille jusque 23h tous les jours et le week-end, nous avons nos patrouilles ordinaires d’une ou deux équipes en fonction des possibilités et de ce qui est nécessaire. Mais c’est relativement calme », souligne Pascal Dodion, le chef de zone.

Comme dans d’autres zones de police, plusieurs suspicions de Covid se sont avérées positives. « Trois membres du personnel sont positifs et trois membres sont en quarantaine. A ce stade, c’est tout à fait gérable. On peut maintenir toutes nos activités ».

A Huy, même constat !

A Huy, même constat. La population semble être bien disciplinée. « Une patrouille circule la semaine et deux le week-end. Et tant qu’à présent, le couvre-feu est bien respecté. C’est en tout cas ce que les équipes me rapportent », indique Christophe Romboux, le chef de zone.

Désormais le couvre-feu est fixé à 22h. Reste à savoir s’il sera aussi bien

 

Par Amélie Dubois

Journaliste à La Meuse Huy-Waremme
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel