Chez Caroline Désir, on se dit « rassuré »

Lien permanent

Du côté de la ministre de l’Enseignement et de son cabinet, on a accueilli avec un certain soulagement l’annonce du Comité de concertation.
 
« On l’a bien remarqué aujourd’hui, les protocoles ont été vus et acceptés par le Codeco.
 
On voit, de chaque côté du pays, la volonté de garder les écoles ouvertes. Il s’agit bien d’une priorité nationale ».
 
Et même de LA priorité, avec le travail et la santé des gens.
 
« Le fait que ce soit 5 jours par semaine pour tout le monde nous rassure aussi », avoue-t-on.
 
Alors, peut-on être sûr à 100 % que nos enfants retrouveront le chemin de leur école le 11 novembre ?
 
« Nous n’avons pas de boule de cristal. Nous suivons les chiffres de tout près… » mais on a bien compris que la ministre espère de tout cœur que ce sera le cas.
 
Jeudi, l’ONE avait diffusé les chiffres de la pandémie pour la septième semaine de rentrée à l’école.
 
Même s’ils n’étaient pas complets, il constatait une forte hausse du nombre de cas, surtout dans le secondaire.
 
Au moins 17.429 élèves et étudiants et 836 membres du personnel ont été mis en quarantaine entre le 12 et le 18 octobre.
 
À noter que pour 21 % des cas de Covid-19 signalés dans les écoles, le nombre de mise en quarantaine qui en découle n’a pas pu être transmis.
 
L’incidence des cas à l’école est au minimum de 365 cas pour 100.000 élèves en primaire calculée sur 14 jours, et 1.117 cas pour 100 000 élèves en secondaire entre le 5 et le 18 octobre.
 
Parmi les conseils découlant du passage des écoles en code orange, l’un d’entre eux nous paraît important de souligner.
 
On le découvre dans la circulaire du 21/10.
 
« En vue de limiter l’importance des flux au sein de l’école, en fonction du projet pédagogique, les élèves ont autant que possible cours dans un local de classe fixe et à une place fixe au sein de celle-ci ».
 
Ce sont alors les enseignants qui changent de classe pour dispenser leur cours, pas les élèves.
 
Nous avons épinglé d’autres nouvelles recommandations.
 
Notamment celle concernant les cours philosophiques/EPC.
« Si la charge d’un membre du personnel est fragmentée sur plusieurs établissements, le ou les PO doivent limiter autant que possible le nombre d’implantations fréquentées ».
 
Au niveau des activités sportives, les sports de contact doivent désormais être évités et les activités en plein air privilégiées, « dans la mesure du possible ».
 
L’utilisation du matériel scolaire reste autorisée « avec des mesures d’hygiène renforcées ».
 
Si les écoles devaient passer au rouge, l’utilisation de matériel partagé par plusieurs élèves serait limitée au minimum.
 
Article de  PIERRE NIZET
 
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel