Jusqu’à la fin de ce mois, la population wallonne est invitée à se prononcer sur le projet de cartographie des aléas d’inondations.

Lien permanent

Carte des zones inondables en région liégeoise: donnez votre avis

Le réchauffement climatique a des conséquences directes sur les risques d’inondations.

Nous sommes en effet de plus en plus souvent soumis à des périodes de sécheresse couplées à de violents oranges.

Et des pluies torrentielles sur des terres dures comme du béton entraînent de plus en plus souvent des inondations dans des zones qui, jusqu’ici, étaient épargnées.

Souvenez-vous des violents orages de fin mai et début juin 2018 qui avaient impacté pas mal de communes de la région.

Depuis quelques années, la Région wallonne planche donc sur l’actualisation de la carte des aléas d’inondations, en tenant compte de ces nouvelles données.

Un travail aujourd’hui terminé et qui est soumis à l’avis de la population.

Les zones susceptibles d’être inondées, par débordement d’un cours d’eau ou des eaux de ruissellement, y sont colorées en jaune, orange ou rouge suivant que le risque est faible ou élevé.

En zone jaune par exemple, il y a un risque d’une inondation tous les 100 ans.

« Cette carte existe déjà depuis 2007 et est actualisée environs tous les 6 ans, nous explique-t-on à la Région wallonne.

Mais cette fois, dans un souci de transparence et d’information aux citoyens, nous avons décidé de leur donner accès et de soumettre ce projet de carte à enquête publique. »

Car ce projet de carte peut aussi comporter des erreurs.

Et c’est là que la population rentre en jeu.

« Ces cartes sont élaborées grâce à des calculs et des modèles scientifiques.

Mais il se peut très bien qu’un terrain soit mis en zone rouge inondation alors que le propriétaire a réalisé des travaux, par exemple un remblai, pour éviter les inondations.

Ce terrain n’a donc plus de raison de se trouver en zone rouge.

C’est pour ça que nous demandons aux Wallons de se manifester, pour que nous puissions intégrer ces données de terrain et ainsi faire les modifications nécessaires. »

Car, clairement, cette carte peut avoir des conséquences sur l’urbanisation d’une zone.

« Les communes sont en effet obligées de demander un avis à la Région quand il y a une demande de permis pour une construction qui se trouve à proximité d’une zone inondable. »

Cet avis n’est pas contraignant mais, si le projet est autorisé alors qu’il a reçu un avis négatif, ça peut par exemple avoir un impact sur les assurances, qui pourraient refuser d’intervenir.

La version finale validée au plus tard en mars 2021

Ce projet de carte des aléas inondations est donc soumis à enquête publique.

Celle-ci se clôture ce 28 octobre.

 

Il y a deux possibilités pour y participer. La première est de se rendre sur le site internet enquetepublique-alea-inondation.wallonie.be.

Vous pourrez directement localiser et encoder vos remarques pour une ou des zones bien précise(s).

Il est également possible de transmettre ses remarques par écrit auprès de votre administration communale.

Pour être prises en compte, ces remarques devront comprendre des informations permettant de localiser la zone. Une fois l’enquête publique terminée, toutes les remarques seront analysées.

Des modifications de la carte pourraient alors en découler.

La carte finale devrait être validée en février ou mars 2021 par le Gouvernement wallon. Une fois cette étape faite, des plans de gestion seront élaborés et comprendront des mesures à mettre en œuvre dans les communes pour limiter les risques d’inondations.

Les communes satisfaites de cette révision de la carte

Awans

Thibaud Smolders, bourgmestre

 

Avec le développement de l’aéroport, Grâce-Hollogne, Ans mais aussi Awans subissent régulièrement des inondations en raison des eaux de ruissellement.

Un problème qui risque de s’aggraver dans le futur. Il suffit de regarder les cartes de ces communes pour les voir serpentées de rouge.

« On va donc évidemment être très attentifs à ce projet de carte et nous ne manquerons pas de faire nos remarques.

On sera notamment attentifs aux eaux qui pourraient encore venir de l’aéroport. »

 

Soumagne

Benjamin Houet, bourgmestre

 

Depuis quelques années, Soumagne est régulièrement confrontée à des inondations, principalement le long de la Magne.

« Pourtant, sur la carte, ces zones sont mises en aléa faible, explique Benjamin Houet, bourgmestre. Elles sont mises de manière statistique alors que nous, par la connaissance du terrain, nous savons que la zone est inondée à chaque forte pluie. On réagira donc à l’enquête publique en demandant des modifications. »

Chaudfontaine

Dominique Verlaine, échevin

 

Si on regarde la carte de plus près, Chaudfontaine et Vaux-sous-Chèvremont sont principalement en zone rouge le long de la Vesdre.

« Mais nous n’avons plus connu d’inondations depuis 1999, précise Dominique Verlaine, échevin de l’Aménagement du Territoire. Plusieurs mesures ont été prises pour contrer le problème. Et même s’il semble qu’il y ait peu de changements sur la carte, nous allons évidemment être attentifs à l’enquête publique et nous ne pouvons qu’inviter la population à y participer. »

 

Article  Par Aurélie Drion

 

Source Sudinfo 

 

 

Commentaires

  • La notion de période de retour d'un débit de crue est un peu plus complexe que ce qui est cité dans cette article.
    Une période de retour de 100 ans signifie que vous avez une chance sur 100, tous les ans, que ce débit soit atteint ou dépassé. Pour 25 ans, 1 chance sur 25 tous les ans et ainsi de suite.

    Par contre, cette carte ne demande qu'à s'enrichir de toutes les informations fournies par les riverains et les personnes de terrain. Localement la situation est en effet parfois très complexe.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel