Un espoir pour les buvettes des clubs sportifs

Lien permanent

Le collège des gouverneurs wallons, qui s’est longuement réuni hier sur la question, a décidé d’entendre, ce mardi, les différentes fédérations sportives pour voir s’il est possible de trouver une solution qui permettrait à certains clubs de rouvrir les buvettes et cafétérias sous certaines conditions.
 
 
Sports : la Flandre à l’orange
 
L’idée serait d’autoriser le service des repas et des collations là où c’est déjà le cas en période normale.
 
 
« On ne veut pas impacter les caisses des clubs et surtout ne pas diminuer les rentrées habituelles des repas et certaines boissons », nous dit un gouverneur.
 
« Ce que nous ne souhaitons pas revoir pour l’instant, c’est une troisième mi-temps interminable où distances sociales et gestes barrière ne sont plus respectés.
 
Cela peut sembler compliqué, mais nous sommes dans l’évaluation permanente des mesures prises, compte tenu de l’évolution extrêmement préoccupante de la contagion. »
 
 
Bonne nouvelle : l’objectif des gouverneurs est de « permettre la poursuite de la pratique sportive, qui est importante pour notre société, tout en étant respectueux des mesures sanitaires ».
 
C’est aussi pour cette raison que certaines provinces ont autorisé l’ouverture des vestiaires et des douches sur une durée limitée à 45 minutes.
 
Bref, l’avenir du sport amateur et des milliers de clubs sportifs de Wallonie se jouera sans doute ce mardi à l’issue de ces réunions.
 
La ministre des Sports, Valérie Glatigny (MR), sera aussi de la partie, ce mardi. Lundi, son homologue flamand, Ben Weyts (N-VA), a annoncé le passage du monde sportif de Flandre à l’orange.
 
La mesure entrera en vigueur mercredi.
 
Concrètement, cela signifie que pour le sport en salle, toutes les activités ne garantissant pas le respect de la distance sociale d’1,5 m entre les participants âgés de plus de 12 ans sera interdite temporairement.
 
Cela concerne par exemple le basket, mais pas le tennis et le fitness.
 
Vestiaires et douches seront fermés, hormis ceux des piscines.
 
Les cantines pourront rester ouvertes en respectant les conditions strictes de l’Horeca : un maximum de 4 personnes par table et au moins 1,5 m entre les tables.
 
Le public restera admis selon les critères fixés dans la circulaire ministérielle existante : maximum 200 personnes en salle, 400 personnes à l’extérieur, en respectant les instances et en portant un masque.
 
Couvre-feu : Ni Hainaut, ni Liège
 
Par ailleurs, confirmant une mesure qui était déjà dans l’air avant le week-end, les gouverneurs des provinces de Brabant wallon et de Luxembourg ont décrété, lundi, un couvre-feu sur leur territoire, de 1 h à 6 h (dès la nuit du 13 au 14 octobre), pour une durée initiale de 15 jours.
 
Quid des trois autres provinces wallonnes ?
 
« Il est ressorti qu’il n’y avait pas une demande du fédéral pour une décision de confinement nocturne applicable de manière uniforme en Wallonie », indique le gouverneur de Namur, Denis Mathen, qui annonce une conférence des 38 bourgmestres de la province, mercredi.
 
Liège et le Hainaut ont, par contre, décidé de ne pas embrayer pour l’instant.
 
« On n’a pas encore abouti à un consensus entre bourgmestres hennuyers », a dit le gouverneur Leclercq.
 
Idem à Liège où Catherine Delcourt, gouverneure f.f, a tenu une réunion avec de nombreux bourgmestres.
 
Article  
D.SW. (AVEC SUDINFO)
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel