Le DJ Oli Soquette bien connu sur le Condroz crée son bistrot éphémère

Lien permanent

Le DJ Oli Soquette bien connu à Nandrin  crée son bistrot éphémère au Mad Murphy’s de Barchon.

« Chez Chaussette », c’est le nom donné au bistrot-bar d’Oli… Soquette, qui a vu le jour en lieu et place du Mad Murphy’s à Barchon, depuis le 1er octobre dernier.

« Je tiens à ce qu’on n’utilise pas le mot ‘restaurant’ », lance-t-il d’emblée.

« Car ici, le concept se veut comme à la maison, avec beaucoup de partage et de convivialité… comme une grosse cantine où l’on pose une soupière au milieu de la table ! »

 

Le ton est donné. Le DJ liégeois et professionnel de l’événementiel s’est en effet reconverti -le temps d’un instant du moins- avec son nouveau concept éphémère.

Un peu malgré lui au départ, il l’avoue… « Ce n’était pas vraiment un projet que j’avais en tête au départ », reconnaît-il.

« Mais en travaillant dans la branche artistique et événementielle, avec la crise sanitaire actuelle, cela fait huit mois que je ne fais plus rien.

Au départ, au fil des semaines, je pensais que ça allait finir par s’arranger… Mais j’ai été mal persuadé. Il a donc fallu que je me réoriente, ne fût-ce que pour ma santé mentale », rit-il.

C’est donc avec Angis, son épouse également en stand-by, avec laquelle il partage aussi sa vie professionnelle, qu’Oli Soquette évoque l’idée d’ouvrir temporairement un bar à vins.

 

Angis, aux fourneaux

« De fil en aiguille, le projet a grandi, notamment grâce à une série d’amis, restaurateurs et fournisseurs que je remercie énormément.

On a eu l’opportunité de s’installer au Mad Murphy’s et on s’est amusé à aménager les lieux. »

Depuis le simple bar, le concept s’est étoffé.

Angis, Sicilienne d’origine et bonne cheffe, s’est installée derrière les fourneaux pour y préparer des pâtes fraîches, dont les variétés changent au fil des semaines, de ses idées et des produits de saison.

« La carte est très réduite, c’est voulu. On ne veut pas faire de cet endroit une usine, au contraire. On veut vraiment que l’esprit reste à la bonne franquette, comme à la maison et sans prise de tête.

 

Avec quelques petites entrées aussi, comme des assiettes de bonne charcuterie à partager ou, en dessert, des lacquemants de chez mes amis Delforge, qui avaient bien besoin de soutien aussi », détaille Oli Soquette qui, lui, opère en salle et officie en tant que « œnologue ».

 

« On apprend le métier de restaurateurs, c’est nouveau pour nous !

Mais on fait tout avec le cœur », rit-il. « Notre idée, ce n’est pas d’en faire a priori une nouvelle réorientation professionnelle, car l’on espère clairement pouvoir reprendre nos activités principales.

On marche sur un fil et on apprend.

Il faut savoir avancer et, dans trois mois, on aura la possibilité de poursuivre l’aventure ou pas.

On verra, on s’adaptera en fonction des mesures en vigueur. Et c’est aussi important pour nous de montrer à nos enfants qu’il ne faut pas se laisser abattre par une situation, qu’il faut avancer. »

À cela s’ajoutent, côté ambiance, de petites animations musicales qui animent les lieux et, prochainement ils l’espèrent, une galerie-expo aussi d’artistes liégeois.

« Il faut se soutenir dans cette période difficile, c’est important », a conclu le DJ liégeois.

Accessible du vendredi au lundi

« Chez Chaussette », se veut éphémère et a ouvert ses portes jusqu’au 31 décembre. Les infos sont à suivre sur la page Facebook du même nom.

Côté pratique, le bistrot-bar est ouvert chaque vendredi (midi et soir), le samedi soir, le dimanche (midi et soir) et le lundi soir. Pour l’adresse, rendez-vous au 40 rue sur les Heids, à Barchon.

La capacité d’accueil y est, maximum, de 70 couverts, dans le respect des règles sanitaires.

 

 Article Par Emilie Depoorter

 

Source Sudinfo 

Avec son épouse Angis (D.R.).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel