• Une réunion des bourgmestres des communes de Huy-Waremme avec notre Gouverneur f.f, Un arrêté provincial remplacera nos arrêtés communaux pour le port du masque

    Lien permanent
    Jean-Michel Javaux Bis L'annonce sur les réseaux sociaux au citoyens 
     
     
     
     
    Bonsoir à toutes et à tous.
     
    Nous venons de clôturer une réunion des bourgmestres des communes de Huy Waremme avec notre Gouverneur f.f et ses services, que je remercie.
     
    Un arrêté provincial remplacera nos arrêtés communaux pour le port du masque, tout en permettant bien entendu aux bourgmestres qui le souhaitent de prendre des mesures plus strictes pour des zones plus sensibles ou peuplées.
     
    Nous avons ainsi décidé que le masque resterait obligatoire bien entendu quand la distance de 1,5 m ne peut être respecté; obligatoire sur les marchés en plein air, aux abords des écoles 1h avant et 1 h après les heures de cours; dans les files d’attente, dans les évènements, activités ou manifestations organisées et dans les bâtiments publics, dans les parties accessibles au public.
     
    Vous trouverez le résumé de l’arrêté ci-dessous. Je ne peux que vous rappeler que vous ne portez pas le masque uniquement pour vous mais surtout aussi pour protéger les autres et notamment les plus fragilisé(e)s et donc nous le recommandons même si il n’est plus obligatoire.
     
    J’en profite pour vous remercier pour l’auto-discipline sur notre marché, les contrôles et rapports de police de samedi dernier étaient pratiquement parfaits pour le respect des mesures.
     
    Merci à toutes et tous de votre compréhension et de votre solidarité.
    JMJ
     
     
    Réunis cet après-midi avec le gouverneur de la province de Liège, les bourgmestres ont marqué leur accord sur la prise d’un arrêté s’appliquant à l’ensemble des communes de la province. Cela sera plus lisible pour la population et plus facile à gérer pour les policiers.
     
    Cet arrêté qui s’applique immédiatement et cela jusqu’à la fin du mois d’octobre est justifié par l’évolution des chiffres Covid sur notre province.
     
    Cet arrêté vise le port du masque à certains endroits et à certaines occasions sensibles: proximité des écoles aux heures d’entrée et de sortie, marchés, brocantes... file d’attente devant les commerces et autres services, bâtiments publics, événements, manifestations...
     
    C’est à peu près ce qui était d’application en septembre mais le CNS a eu la mauvaise idée de reporter cette responsabilité sur les bourgmestres, ce qui aurait pu conduire à des mesures différentes dans les communes de même risque.
     
    Une nouvelle fois, il me semble que le niveau local, en accord avec le gouverneur, a montré la ligne à suivre afin de conserver l’adhésion de la population.
     
    Ces mesures sont nécessaires si nous ne voulons pas mettre une nouvelle fois nos services de santé en péril.
    Une fois encore, pensons à nous mais pensons surtout aux autres.
     
     

    120596974_10223508049310464_2823276738047722928_n.jpg

    120622815_10223508049390466_7487970485315043932_n.jpg

     

     

  • Attention L’AFSCA émet un rappel de produit ce jeudi !!!

    Lien permanent

    Rappel de produits: prudence, ils ont été vendus via différents commerces! 

    En accord avec l’AFSCA, Chasal srl retire de la vente les produits « Fuet Extra150 g » et « Fuet barbecue 150g » et les rappelle auprès des consommateurs suite à une présence possible de Salmonella.

    Chasal srl demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de le ramener au point de vente dans lequel il a été acheté.

     

    Description des produits

    Fuet Extra 150 g

    – Marque : Sola

    – Dates limite de consommation (DLC) (« A consommer jusqu’au ») : 10/10/2020 et 07/11/2020

    – Lots : 202307 et 202706

    – Période de vente : depuis le 10/07/2020

    – Nature de l’emballage : emballage en plastic

    – Poids : 150 g

     

     

     

    Fuet Extra Barbecue 150 g

    – Marque : Sola

    – Date limite de consommation (DLC) (« A consommer jusqu’au ») : 10/10/2020

    – Lot : 201601

    – Période de vente : depuis le 10/07/2020

    – Nature de l’emballage : emballage en plastic

    – Poids : 150 g

     

     

     

    Les produits ont été vendus via différents commerces de détail.

     

    Source Sudinfo 

     

  • Le permis à points débarque en Belgique! Mauvaise nouvelle pour les chauffards

    Lien permanent

    Allégement de la fiscalité, doublement du congé de naissance, revalorisation de salaires… L’accord du futur gouvernement comporte de nombreuses mesures fortes.

     

    Parmi celles-ci, il y en a une qui risque de faire grincer des dents.

     

    Nous vous l’annoncions en primeur il y a quelques semaines, ce sera bientôt une réalité : la Belgique va introduire un système de permis à points.

    Le principe est simple : votre permis démarre avec un certain nombre de points, que l’on peut vous retirer si vous commettez une infraction.

    Le nombre de points retirés dépend évidemment de la gravité de l’infraction.

    Par exemple, en France, vous perdez 6 points (sur un total de 12) si vous êtes contrôlé positif aux stupéfiants, et 4 points si vous brûlez un feu rouge. Si vous tombez à 0, forcément, votre permis vous est retiré.

     

     

     

    Ce système est déjà utilisé en France (depuis 1992), au Luxembourg (2002), en Italie (2003), en Espagne (2006) et dans une dizaine d’autres pays européens.

    D’autres, comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni par exemple, utilisent le système inverse, c’est-à-dire que votre permis commence à 0 point, et les infractions ajoutent un certain nombre de points, avec, toujours, un maximum à ne pas dépasser, sous peine de devoir se déplacer à pied…

    En Belgique, le gouvernement n’a pas encore dévoilé quel système sera utilisé, mais nous pouvons déjà vous confirmer, de source sûre, que le permis à points fait bel et bien partie de l’accord de la Vivaldi.

    Une notion doit toutefois être apportée.

    Selon les premières informations qui ont filtré, l’introduction du permis à points ne concernerait que les chauffards et les récidivistes en matière d’infractions graves au code de la route.

     

    Source Sudinfo 

     

  • Un crowdfunding pour créer un espace à la Caponnière maison d’accueil et d’hébergement dans le château de Villers-Aux-Tours Anthisnes

    Lien permanent

    Un crowdfunding pour créer   un espace « Snoezelen »  

    La Caponnière est une maison d’accueil et d’hébergement pour personnes adultes porteuses de déficience mentale installée depuis juillet 2017 dans le château de Villers-Aux-Tours, dans la commune d’Anthisnes.
     
    Le site relève de l’ASBL Ensemble, dont le siège social est situé au Château Roseraie, à Spa. Près de 50 employés accompagnent au quotidien un nombre quasiment équivalent de résidents.
     
     
    La Caponnière a lancé un crowdfunding ce lundi sur le site internet « LAB CAP48 » (plateforme de financement participatif développée par CAP48 et la banque CBC) afin de financer l’installation d’un espace « Snoezelen ». Il s’agit d’une pièce destinée à la stimulation multisensorielle, à l’aide de lumières tamisées, d’ambiances sonores légères, d’aromathérapie et de différents aménagements faisant appel aux sens, comme les matelas d’eau et les couvertures enveloppantes.
     
     
    Un outil à 13.000€ qui apaise les résidents
     
     
    « On a déjà un espace Snoezelen que nous avons fabriqué nous-même, avec des pièces de récup’ pas forcément adaptées. Nous n’avons pas le matériel professionnel nécessaire », explique François Evrard, directeur de la Caponnière.
     
    « L’objectif du crowdfunding est d’atteindre les 10.000€, mais ça ne finance pas l’entièreté du projet, qu’on estime au total à 13.000€.
     
    On souhaite acquérir un lit à eau avec socle musical, une aromathérapie, un ciel étoilé Astroline, un projecteur Led Solar, une colonne à bulles, une boule magique qui projette des effets de couleurs et une cascade fluoline ».
     
    L’objectif d’une pièce Snoezelen est de plonger la personne porteuse de déficience mentale dans une ambiance agréable, une sorte de cocon aux nombreuses vertus positives pour son bien-être.
     
    « Cela leur permet de se recentrer sur eux-mêmes, de les apaiser quand il y a trop d’agitations à l’extérieur.
     
    C’est un outil d’autant plus utile en cette période où on doit pouvoir proposer plus d’activités en interne à cause du virus ».
     
    L’activité sera encadrée par une éducatrice d’Anthisnes, formée à cette approche par Marc Thiry, une référence en matière de snoezelen en Belgique.
     
    La campagne de récolte de dons s’achèvera à la fin du mois de novembre et les travaux devraient débuter en janvier 2021.
     
    Déjà plus de 1.000€ ont pu être récoltés.
     
    Tout don à partir de 40€ donne droit à une attestation fiscale et est déductible à 60 %.
     
    Lien vers le crowdfunding : https ://frama.link/caponniere
     
    Contact : 04/220 25 30
     
     
    Article Par Pierre Tar 
     
     
     

  • Infi besoins est un cabinet infirmiers indépendants et familial sur le Condroz

    Lien permanent

    Infi Besoin est composé d’ infirmier(e)s spécialisé(e)s : oncologie, référent  soins de plaies , soins palliatifs , diabétologie.

    Vos soins, chez vous, avec un grand professionnalisme

    Chimio à domicile, soins plaies diverses, perfusion antibiotique, soins hygiène

    Tarifs INAMI

    SECTEURS : Tinlot, Nandrin, Neupré, Seraing

    0496/577286 

     

    inf bes.jpg

    Source 

  • Ciné-débat à Nandrin : la dérive des réseaux sociaux le 20 octobre 2020

    Lien permanent

    Le PCS Condroz organise avec le CPAS de Nandrin et le Planning familial Ourthe-Amblève une nouvelle séance "Ciné-échange" le mardi 20 octobre à 19h

     

    Le thème : la dérive des réseaux sociaux.

     

    Réservations : 085 27 44 64 (durant les heures de bureau)

  • L'agenda d'octobre 2020 voici ce qui change ce jeudi 1er octobre

    Lien permanent

    Agenda octobre 2020 Nandrin Clic ici .jpg

     

    Agenda octobre 2020 Nandrin Clic ici .jpg

     

    Masque en extérieur, quarantaine de sept jours, tarif prosumer, le réseau Express du Tec: voici ce qui change ce jeudi 1er octobre

  • Journée internationale des aîné(e)s 1er octobre

    Lien permanent

    old.jpgChaque 1er octobre, c’est la Journée internationale des personnes âgées.

    Le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait atteindre 1 milliard en 2020, et peut-être même 2 milliards d'ici à 2050.

  • 5 x 2 places offertes pour le spectacle "14 juillet" de Fabrice Adde et Olivier Lopez du 9 octobre

    Lien permanent

     5 x 2 places offertes pour le spectacle ci-après, en téléphonant au 085/31 24 46 ?

    L’art de la digression

     

    Fabrice Adde doit incarner Jacky Sauvage, sorte de conférencier intervenant dans les entreprises pour y favoriser la communication. Le problème, c’est que Fabrice ne parvient pas à jouer Jacky. Il a beau essayer, rien ne marche. Il a perdu le fil de son métier, de son texte, de son personnage et digresse avec allégresse dans les récits de ses origines, de ses lectures et de ses projets : l’abbé Gâté, les bananes Chiquita, Claudel, …

    14 Juillet est une expérience réjouissante, une sorte de cadavre exquis, un subtil mélange dionysiaque de sincérité et de démesure. Dans ce solo foutraque, Fabrice Adde nous montre sa vulnérabilité, son potentiel d’énergie face à une forme d’injustice : la solitude. Passionné et révolté, voici un acteur en anarchie absolue.

    « D’un bout à l’autre du spectacle, (...) la salle explose de rire devant le culot jubilatoire de l’artiste mêlant le vrai et le faux avec un talent fou » (Le Soir)
    Extrait

    De Fabrice Adde et Olivier Lopez
    Mise en scène : Olivier Lopez
    Avec Fabrice Adde
    Lumières Eric Fourez, Louis Sady
    Collaboration plateau et lumière : Melchior Delaunay
    Production : La Cité Théâtre
    Coproduction : Théâtre de Liège (Belgique), Théâtre de la Chapelle Saint-Louis (l'Étincelle - Théâtre de la Ville de Rouen) (76)
    Résidence de coproduction : l'Archipel / Scène Conventionnée de Granville (50)
    Avec l'aide de la Région Normandie, du Département du Calvados, de la Ville de Caen et de l'ODIA
    Avec le soutien de l'Ancre, à Charleroi (Belgique)

    Date : 09/10/2020 à 20h30
    Prix : 12/15 €
    Infos et réservations obligatoires : info@ccamay.be – 085/31 24 46
    Dans l’abonnement hutois

    Centre culturel d'Amay
    Rue Entre-deux-Tours, 3
    4540 Amay
    Tél. : 085/31 24 46
    Fax : 085/31 11 98
    info@ccamay.be

    Du lundi au Vendredi de 9h à 17h

  • Attention Le masque obligatoire dans le centre jusqu’au 31 octobre à Huy

    Lien permanent

    L’obligation du port du masque dans les rues fréquentées de Huy est prolongée d’un mois.
     
    Le bourgmestre Christophe Collignon (PS) a signé un nouvel arrêté qui impose le port du masque jusqu’au 31 octobre.
     
    « Je ne veux pas changer les règles en permanence. Il faut des mesures claires et fixes », affirme le mayeur hutois.
     
    Dispositions similaires
     
    La mesure est déjà d’application depuis le 25 juillet, et les dispositions restent similaires.
     
    Le masque est donc obligatoire dans la rue des Brasseurs, la rue des Fouarges, la rue des Rôtisseurs, la Grand-Place, la rue Griange, la rue En Mounie, la place Saint-Severin, la place Verte mais aussi rue Neuve, avenue de Batta, rue du Pont, avenue des Ardennes et aux abords des centres-commerciaux.
     
     
    Le masque est également obligatoire sur le marché hebdomadaire du mercredi.
     
    « Les Hutois sont également invités à porter le masque ailleurs dans l’espace public dès qu’il est impossible de respecter la distanciation sociale », indique la Ville.
     
    Ce mercredi de Flèche wallonne, les curieux sont donc priés de ne pas oublier leur masque pour se rendre dans le cœur de la cité mosane. Notons que le port du masque est obligatoire sur les lieux de l’événement.
     
    Article par Par Ro.Ma.
     

  • J’avais ton âge en 40-45, le Conseil des enfants de la Ville de Huy n’est pas resté inactif

    Lien permanent

    Depuis son installation, le Conseil des enfants de la Ville de Huy n’est pas resté inactif et a réussi à mettre sur pied un projet ambitieux.
     
    Les jeunes conseillers ont récemment réalisé un film intitulé « J'avais ton âge pendant la guerre 40-45 », avec des témoignages de Hutoises et de Hutois ayant vécu la guerre 1940-1945.
     
    « On a trouvé sept témoins, qui ont connu la guerre à Huy ou dans les environs proches.
     
     
    Les enfants et moi, avec un cameraman, nous sommes allés les voir pour récolter leur témoignage. On a vécu des moments très forts. Au total, on avait dix heures de vidéos », commente Françoise Kunsch-Lardinoit (Idhuy), échevine en charge du Conseil des enfants, et chef d’orchestre du projet.
     
    Le documentaire final, mélangeant différents extraits d’interview et des images d’archive, dure une heure, et a pour fil conducteur « Huy et son occupation ».
     
    En 2015, l’échevine humaniste avait déjà organisé des moments de rencontre avec des témoins de la guerre dans les écoles hutoises. Un livret avait alors été publié avec les différentes histoires.
     
    « Je suis très attaché à la transmission de la mémoire. D’ici quelques années, il n’y aura plus de témoins de la guerre 40-45.
     
    Je voudrais bien que les enfants comprennent ces événements : l’exode, l’occupation… Ce sont des choses qui existent encore aujourd’hui, ailleurs dans le monde », explique la mandataire, également en charge de l’Intergénérationnel.
     
    Une soirée de présentation et bientôt visible au Fort
     
    Une soirée de mise à l’honneur des témoins a été organisée ce vendredi, avec plus de 200 personnes au Centre culturel. Les témoins ont reçu le film et leur interview sur une clé USB.
     
    Dans le cadre de ce projet, les enfants hutois sont également entrés en contact avec le Conseil des enfants de La Roche-en-Ardenne. Une rencontre a eu lieu en janvier dans la Province du Luxembourg, avec notamment une visite du « Musée de la Bataille des Ardennes ».
     
    Les petits Rochois devaient d’ailleurs venir au printemps dans la cité mosane, mais l’événement a été annulé à cause de la pandémie.
     
    « On fera d’autres choses quand on pourra», assure l’échevine.
     
    Le film du Conseil des enfants sera d’ailleurs bientôt projeté dans une salle du Fort de Huy.
     
     
     
    Article et rédaction de RO MA 
     

  • Les aménagements sur le RAVeL 126 réalisés en 2021 MARCHIN, MODAVE & CLAVIER

    Lien permanent

    Ce projet très attendu est estimé à 226.000 euros 

    Projet porté depuis 4 ans par le syndicat d’initiative « Entre Eaux & Châteaux », les aménagements sur la ligne 126 du RAVeL reliant Marchin, Modave et Clavier, devraient se concrétiser en 2021.
     
    Zones de pique-nique, parkings vélos et voitures, bancs wagon, poubelles et panneaux didactiques sont au programme.  
    Les usagers de la ligne 126 du RAVeL peuvent se réjouir. Un projet de longue date visant à aménager ce tronçon reliant Marchin, Modave et Clavier devrait se concrétiser dans le courant de l’année 2021.
     
    Porté par le syndicat d’initiative « Entre Eaux & Châteaux » (qui couvre Modave, Marchin, Clavier et Tinlot) depuis 2016, ce projet prévoit d’équiper la ligne de divers mobiliers et signalétiques destinés à renforcer l’attrait du RAVeL pour les touristes et les habitants de la région.
     
     
    Parmi les différentes installations que l’on devrait voir fleurir sur la ligne 126, il y aura notamment des « bancs wagon » en bois (inspirés de ceux qu’on pouvait retrouver dans les vieux trains), des boîtes en plexiglas abritant des cartes du RAVeL en libre-service, des espaces conviviaux avec des modules en gabion pour pique-niquer, des zones de parking aux entrées du RAVeL et une signalétique pour indiquer l’accès depuis la route.
     
    Revivre le passé ferroviaire
     
     
    « On a également développé des contenus qui seront visibles sur différents supports », ajoute Elodie Keysers, chargée de projets au syndicat d’initiative. « Certains bancs seront surplombés de panneaux verticaux placés de façon à créer un trompe-l’œil avec une ancienne photo pour rappeler l’histoire du RAVeL.
     
    Ils seront installés à des endroits stratégiques comme Clavier-Station. Les gens se promènent souvent sur le RAVeL sans savoir que le train passait par là auparavant ».
     
    On retrouvera également des panneaux invitant les promeneurs à sortir du RAVeL pour découvrir les points d’intérêt situés à proximité.
     
    « L’exemple flagrant est le château de Modave.
     
    On trouvait ça intéressant d’inviter le promeneur à s’aventurer en dehors de la ligne », explique Elodie Keysers. D’autres pupitres, purement informatifs, livreront des renseignements sur l’eau (la ligne 126 longe le Hoyoux), les légendes locales, la faune et la flore.
     
     
    Le développement de ce « musée à ciel ouvert » est le résultat d’une collaboration entre le syndicat d’initiative et différents acteurs locaux comme le contrat de rivière Meuse Aval, la Maison de la pêche et un herboriste.
     
     
    Inauguration : saison 2022
     
    « Le gros du travail, la partie invisible de l’iceberg, est presque terminé », affirme avec soulagement Elodie Keysers.
     
    « Le cahier des charges est en train de passer par les conseils communaux des communes concernées. Ensuite, on pourra l’envoyer au Commissariat général au Tourisme pour les subsides ».
     
     
    Pour rappel, ce projet de 262.000€ est financé au taux exceptionnel de 80 % par le CGT.
     
    Les 20 % restants sont à la charge des communes de Marchin, Modave et Clavier.
     
     
    Article de Pierre Tat 
     
     
     
     
     
     

  • Ce week-end aura lieu la 106° Edition de la Classique Course cycliste Liège-Bastogne-Liège Pro 2020 & Bastogne-Liège Dames

    Lien permanent

    Zone de Police de LiègeVous informe !!!
     
     
    INFOS MOBILITE :
     
    Ce week-end aura lieu la 106° Edition de la Classique Course cycliste "Liège-Bastogne-Liège Pro" - 2020 & "Bastogne-Liège Dames" – 2020.
     
     
    De nombreuses mesures de circulation seront prises dès ce vendredi 2 octobre.
     
    Retrouvez-les en détails sur notre site en cliquant sur ce lien https://www.policeliege.be/pdf/LBL20.pdf
     
     
    Veillez à bien respecter les nombreuses interdictions de l'arrêt et/ou du stationnement, tant sur les itinéraires suivis par la Course qu'aux alentours. Les véhicules en infraction et/ou qui gênent le passage seront dépannés.
    Parmi les mesures de circulation les plus importantes, ce DIMANCHE 04 OCTOBRE, pour permettre l’installation des infrastructures et le départ de la course :
     
     
    Dès 4h (jusque +- 22h00), le QUAI DES ARDENNES sera fermé à la circulation par phases successives dans son tronçon compris entre le pont de Fétinne, la rue des Vennes et le pont des Grosses Battes.
     Dès 05h30 (jusque +- 12h00), la PLACE SAINT LAMBERT et les artères y aboutissant seront fermées à la circulation : rue Léopold - rue Joffre - rue de Bex - Place du Marché - rue de Bruxelles (partie descendante).
     
     
    De 11h à 13 et de 15h à 18h, la N63 ROUTE DU CONDROZ sera fermée à la circulation en direction de Liège, de la limite de Boncelles jusqu’au rond-point Marco Polo.
     
     De 11h à 18h, la N63 route du Condroz sera fermée à la circulation en direction de Boncelles, entre le théâtre de Verdure et l’Avenue du Pré Aily.
     
    Les artères empruntées par la Caravane publicitaire puis par la Course et les artères qui y aboutissent seront fermées à la circulation jusqu'au passage du dernier coureur/de la dernière coureuse et des signaleurs de fin de course :
     
     À 09h00, départ de la Caravane Publicitaire. Itinéraire : Place de la République Française - rue de l'Université - Place du Vingt Août - Quai Paul Van Hoegaerden - Boulevard Frère Orban - Quai de Rome - Pont de Fragnée - Pont de Fétinne - Quai des Ardennes - rue de la Station - Boulevard de Beaufraipont - rue des Grands Prés - rue d'Embourg et Voie de l'Ardenne à Embourg...
     
     À 10h10, départ des Coureurs en cortège, sur le même itinéraire, puis départ officiel de la course vers 10h30, rue d'Embourg & Voie de l'Ardenne…
     
     Dès +-12h00, arrivée à Liège de la Course pour Dames « Bastogne-Liège ». Itinéraire : venant de Boncelles, Route du Condroz - avenue du Bois-Saint-Jean - boulevard du Rectorat - rue de l'Aunaie - rue du Sart Tilman - rond-point Marco Polo - corniche Saint-Jacques - rue de la Belle Jardinière - route du Condroz - rue d'Ougrée - quai Joseph Wauters - quai Gloesener - pont de Fétinne - quai des Ardennes et arrivée à hauteur du pont de Belle-Ile.
     Dès +-16h00, retour à Liège de la Caravane Publicitaire et de la Course cycliste. Itinéraire : venant de Boncelles, Route du Condroz - avenue du Bois-Saint-Jean - boulevard du Rectorat - rue de l'Aunaie - rue du Sart Tilman - rond-point Marco Polo - corniche Saint-Jacques - rue de la Belle Jardinière - route du Condroz - rue d'Ougrée - quai Joseph Wauters - quai Gloesener - pont de Fétinne - quai des Ardennes et arrivée à hauteur du pont de Belle-Ile.
     
     Informations complémentaires et conseils de mobilité pour ce dimanche 04 octobre :
     De 06h00 à 18h00, le Marché de la Batte se tiendra sur les Quais de la Rive gauche de la Meuse, qui seront évidemment fermés à la circulation. L'accès au site est conseillé via le Quartier de Coronmeuse.
     
     Pour le Trafic de Transit et la Desserte des Quartiers, il est conseillé d'emprunter la Liaison Autoroutière E25-E40 - Tunnel sous Cointe ou les Quais de la Dérivation de la Meuse.
     
     
     

  • Collecte de jouets le 17 octobre 2020 dans votre Recyparc Intradel Rue Haie des Moges, 4550 Nandrin

    Lien permanent

    Collecte de jouets en bon état, à l'exclusion des peluches et jouets à piles

    120322267_2778594645710209_3417906076693667251_o.jpg

    Recyparc, Rue Haie des Moges, 4550 Nandrin

    https://www.intradel.be/

    Catégories : Intradel Imprimer
  • Templiers-Nandrin et Killian Adam sont enfin lancés

    Lien permanent

    Débarqué au sein du club nandrinois lors du dernier mercato, l’ancien joueur de Wanze/Bas-Oha s’est vite installé dans le onze de Fabrice Piters, en témoigne son but du week-end qui offre la première victoire de la saison à son équipe.
     
    Après deux défaites survenues lors des deux premières journées de championnat, le matricule 0392 avait l’occasion d’obtenir ses premiers points lors d’un déplacement tout de même périlleux sur la pelouse de Huccorgne.
     
    Cela n’a pas été une mission facile, mais Templiers-Nandrin y est enfin parvenu (1-2), grâce en partie à un but de son jeune joueur à la 83 e minute.
     
    Une victoire qui fait du bien. « Sur l’ensemble du match, nous méritons notre victoire. En première période, nous avons eu un tas d’occasions mais nous n’avons pas été assez efficaces devant le but adverse.
     
    C’était un match vraiment difficile car Huccorgne n’est pas un adversaire évident à jouer. Ils jouent beaucoup de longs ballons et provoquent beaucoup de duels, mais nous avons su trouver la faille », raconte l’offensif de 21 ans.
     
     
    But de la victoire
     
     
    Cette fameuse faille, c’est lui-même qui l’a trouvé en inscrivant le but de la victoire dans les derniers instants d’une frappe sur le côté droit qui a lobé le gardien huccorgnois.
     
    Un très joli but, même s’il avoue avoir eu un peu de chance. « Honnêtement, je ne le fais pas vraiment exprès. C’était plutôt un centre-tir, je visais le point de penalty en espérant que quelqu’un dévie la trajectoire.
     
    Cependant, le ballon a fait un saut juste avant que je le touche et ma frappe s’est un peu dévissée, mais elle a surmonté le gardien et s’est logée dans les filets. Tant mieux pour nous, cela nous offre nos premiers points. »
     
     
    Avec une équipe complètement remaniée par rapport au défunt championnat, Templiers-Nandrin va devoir prendre le temps pour que les choses se mettent en place. « En effet, il y a eu beaucoup de départs inattendus.
     
    Nous sommes un nouveau groupe, mais nous avons une super entente et sommes très solidaires.
     
     
    Au fil des semaines, nous sentons que nous évoluons et que la cohésion ne fait que s’améliorer.
     
    Nous avons débuté la compétition face à Hannut, l’un des favoris, et nous méritions de prendre un point.
     
    La semaine suivante face à Verlaine B était plus difficile, mais ces premiers points contre Huccorgne nous mettent sur la bonne voie.
     
    Espérons pouvoir confirmer ce dimanche contre Clavier », ponctue Killian Adam, déjà auteur de deux buts cette saison.
     
     
    Article par GUILLAUME TIRION
     

  • Le 31 mars dernier, Michel a été poignardé par la dame qu’il hébergeait chez lui, une ancienne SDF

    Lien permanent

    « J’ai reçu 194 coups de couteau et j’ai survécu »  

    Le 31 mars dernier, Michel a été poignardé par la dame qu’il hébergeait chez lui, une ancienne SDF 

     

    Michel est un véritable miraculé ! Le 31 mars dernier, il a reçu 194 coups de couteau. Sa cohabitante de l’époque, une Marchinoise qu’il avait recueillie, a littéralement pété les plombs.
     
    Aujourd’hui, Michel témoigne de ses séquelles psychologiques et physiques.  

    Michel, 59 ans l’a échappé belle la soirée du 31 mars dernier. Il a reçu 194 coups de couteau !
     
    L’homme est un miraculé et il en est conscient.
     
    Aujourd’hui, le Marchinois accepte de revenir sur ce terrible épisode qui le marquera probablement à vie, puisqu’il souffre toujours d’importantes séquelles psychologiques et physiques.
     
    Déjà agressive avant !
     
    Sept mois avant les faits, Michel a recueilli M., une toxicomane à la rue à Huy.
     
    Le Marchinois ne voulait pas la laisser dehors pour l’hiver.
     
    « Je m’en faisais mal, elle dormait dehors et subissait des choses difficiles.
     
    Elle était aussi toxicomane. J’ai accepté qu’elle se domicilie chez moi pour lui rendre la vie moins compliquée », lance-t-il. Au départ, ils ont une relation amoureuse mais très vite, celle-ci devient toxique.
     
     
    « J’avais arrêté de boire mais j’ai rechuté en vivant avec elle. Quant à la drogue, c’était interdit d’en prendre sous mon toit.
     
    Elle avait commencé un traitement mais parfois, elle faisait des rechutes et des crises de manque.
     
    Elle partait quelques jours de la maison sans dire où elle allait.
     
    Et à chaque fois, j’allais la rechercher à la rue, je ne voulais pas qu’il lui arrive malheur. Je voulais simplement la protéger », ajoute Michel, toujours très peiné.
     
     
    Cette relation toxique n’était évidemment pas de tout repos puisqu’à maintes reprises, la jeune femme s’était montrée agressive et violente envers Michel.
     
    « Elle m’avait déjà donné un coup de couteau dans le doigt en février mais je n’avais pas porté plainte.
     
    Mais je tiens à dire que je ne l’ai jamais frappée, que je ne lui ai jamais porté le moindre coup ».
     
     
    C’est le 31 mars dernier que la soirée a tourné au cauchemar.
     
    Alors qu’elle a bu une bouteille de whisky et de la vodka, la cohabitante de Michel pète littéralement les plombs et l’assomme de trois coups de matraque.
     
    Le Marchinois s’évanouit. Alors qu’il reprend peu à peu connaissance, il constate avec stupéfaction que sa protégée, 42 ans, s’est emparée de deux couteaux de cuisine et est en train de le poignarder.
    Un démon !
     
     
    « J’avais le démon devant moi !
     
    Heureusement j’ai pratiqué plusieurs sports de combat et je suis parvenu à parer les coups jusqu’à ce que je perde connaissance. »
     
    Malgré la douleur, l’homme réussira ensuite à ramper jusqu’à son lit, au premier étage de sa maison.
     
    « Je ne savais plus bouger, je n’avais plus de force. Je priais pour ne pas mourir, ni qu’elle vienne m’achever une bonne fois pour toutes ».
     
    Comme la douleur ne passe pas et que son état se dégrade, Michel demande à la forcenée d’appeler les secours.
     
    Elle se rend chez le voisin qui appellera l’ambulance.
     
    « Quand les pompiers sont arrivés dans ma chambre, elle s’est rebellée.
     
    Ils ont dû lui menotter les mains avec des colsons avant l’arrivée de la police.
     
    Elle a aussi craché sur les services de secours. Et quand elle a été arrêtée, elle était furieuse que je ne sois pas mort. Elle avait aussi expliqué qu’elle était la nièce du roi Philippe et qu’il allait intervenir en sa faveur ».
     
    Hospitalisé trois jours
     
    Emmené au CHR de Huy, le Marchinois a été hospitalisé durant trois jours.
     
    « J’ai reçu 65 points de suture ainsi que 13 agrafes sur la tête. Et je souffrais d’un pneumothorax », nous explique-t-il.
     
     
    Mais les séquelles sont encore nombreuses aujourd’hui.
     
    « Je ne dors presque plus, je ne mange plus. Je fais énormément de cauchemars.
     
    D’un point de vue physique, j’ai mal partout. Je ne veux plus jamais la voir ».
     
    Une mesure d’internement a été adoptée à l’encontre de l’ancienne cohabitante de Michel, atteinte de schizophrénie paranoïde, en chambre du conseil à Huy mardi dernier.
     
     
    Article et rédaction par Amélie Dubois 
     
     
  • Et si être parent pouvait se vivre autrement ? les dates !!!

    Lien permanent
     
    Nous sommes de retour !! 
    Vous avez envie de passer du temps avec votre enfant ?
    Lui faire un massage ?
     
    L'accompagner dans ses découvertes à la psychomotricité enfant-parent ?
    Jouer à des jeux autour d'un goûter ?
     
    Nous organisons ces ateliers près de chez vous d'ici la fin d'année ; à Anthisnes, Aywaille, Esneux, Ferrières, Ouffet et Sprimont.
     
    Vous retrouverez sur nos affiches (ci-jointes) les informations selon chaque commune. N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez davantage de précisions et/ou pour vous inscrire.  Le nombre de place est limité.
    Au plaisir de vous rencontrer,
     
     
    La Teignouse AMO : 04 369 33 30 ou info@lateignouseamo.be
     
    Planning Familial d'Aywaille : 04 384 66 99
     
     

     

  • Consultation sur les pièces de 1 et 2 cents

    Lien permanent

     
     
     
    les pièces de 1 et 2 cents
     
    La Commission européenne a ouvert ce lundi, pour 15 semaines, une consultation publique sur l’utilisation des petites pièces de 1 et 2 eurocents, en vue d’une éventuelle proposition législative qui pourrait mener à leur suppression progressive.
     
    Durant ces semaines de consultation, tant les simples citoyens que les institutions intéressées sont appelés à partager leurs avis et suggestions.
     
    Sur cette base, elle envisagera la possibilité de proposer en fin d’année prochaine une nouvelle législation introduisant pour toute l’UE des règles uniformes d’arrondi des paiements en espèces aux 5 cents les plus proches.
     
     
    Une telle règle pourrait alors mener à la suppression progressive des piécettes de 1 et 2 eurocents.
     

  • Le code de la route change ce 1 er octobre avec l’instauration d’un « couloir de secours » sur les chaussées à plusieurs bandes.

    Lien permanent

    Couloir de secours sur autoroute : Touring demande une signalisation  

    L’organisme de mobilité estime que beaucoup d’usagers ne sont pas au courant de la nouvelle règle

     

    Le code de la route change ce 1 er octobre avec l’instauration d’un « couloir de secours » sur les chaussées à plusieurs bandes.  

    « À partir de ce jeudi, les automobilistes devront libérer, en cas de ralentissement ou de bouchon, un couloir de secours pour les services d’intervention sur les voies comptant au moins deux bandes de circulation », explique Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring.
     
    Le but est d’aider les secours à progresser rapidement malgré la circulation à l’arrêt ou au pas. Ce couloir doit être créé même s’il n’y a pas d’ambulance ou de camion de pompier en vue.
     
    Des campagnes d’information ont été menées en ce sens. Mais selon Touring, « un grand nombre d’usagers de la route ne sont peut-être pas encore au courant.
     
    En tout état de cause, une sensibilisation s’impose, éventuellement sous la forme d’une signalisation sur la chaussée ou sur des panneaux, en particulier aux endroits où les files se forment quotidiennement ».
     
    L’organisme de mobilité estime qu’il faudra du temps avant que les Belges n’intègrent ce changement, un peu comme pour le principe de la tirette.
     
    « Les caméras souvent présentes sur les autoroutes devraient contribuer à la surveillance de la règle », estime Lorenzo Stefani qui rappelle que la nouvelle pratique a fait ses preuves dans plusieurs pays, notamment en Allemagne et au Luxembourg.
     
    Mais pour cela, il faut que tout le monde joue le jeu : « Si une seule voiture ne se déporte pas, le couloir de secours restera un vain espoir ».
     
     
    « Nous n’arrêtons pas de recevoir des questions sur ce couloir », indique de son côté Benoît Godart, porte-parole de Vias. Sur son site web et YouTube, l’Institut a d’ailleurs publié une vidéo explicative qui a fait 350.000 vues en trois jours, complétée par un onglet FAQ, reprenant les questions les plus fréquentes des internautes.
     
    « Beaucoup nous interrogent sur les motards et ce couloir », relève le spécialiste de la sécurité routière.
     
    « Une vigilance accrue sera demandée aux automobilistes et aux camions qui devront tenir compte des motos. Elles ont le droit de remonter ce couloir à vitesse modérée », embraie Lorenzo Stefani.
     
    « Oui, mais la vitesse de la moto ne doit pas excéder 50 km/h avec une différence de maximum 20 km/h par rapport aux autres usagers. De plus, aucun véhicule prioritaire ne doit approcher par l’arrière », complète Vias.
     
     
    Serrer chacun de son côté
     
    Pour rappel, le couloir d’urgence est de rigueur à partir du moment où il y a au moins deux bandes dans le sens suivi. Les usagers de la première bande doivent coller sur la droite, tandis que ceux de la seconde longent le côté gauche de la chaussée.
     
    S’il y a trois bandes, le couloir est créé entre la deuxième et la troisième, les deux premières bandes serrant à droite.
     
    On ne peut pas empiéter sur la bande des pneus crevés, sauf s’il n’y a pas d’autre choix au moment du passage des secours.
     
    Les véhicules d’urgence doivent, eux, disposer de feux bleus et d’une sirène pour bénéficier du dispositif.
     
     
    « Il est possible qu’à certains endroits, la route soit trop étroite pour dégager assez de place », pointe Touring qui invite les autorités à suivre de près et à évaluer la situation sur le terrain.
     
    L’amende pour ceux qui ne respecteraient pas la nouvelle règle est de 58 euros.
     
     
    Article par YANNICK HALLET
     
     

  • Le Belge gaspille 1 kg de nourriture par jour et par personne

    Lien permanent

    En Belgique, d’importants volumes de nourriture sont gaspillés tout au long de la chaîne alimentaire : près d’1 kg de nourriture par jour et par personne !
     
    Mais 80 % des consommateurs sont préoccupés par ce gaspillage et se déclarent prêts au changement pour le réduire.
     
     
    En janvier et février de cette année, Euroconsumers (qui regroupe des associations de consommateurs dont Test Achats) a interrogé 7.000 consommateurs dont près de 3. 000 Belges. Conclusion ?
     
    80 % des répondants ont déclaré qu’ils s’efforçaient de réduire le gaspillage alimentaire dans leur foyer.
     
    70 % des personnes interrogées ont attribué une grande partie de la responsabilité du gaspillage alimentaire à l’industrie et la distribution.
     
    Elles estiment que l’industrie alimentaire devrait mettre en œuvre des solutions pratiques : meilleur étiquetage, développement de la vente d’aliments en vrac, emballages plus petits.
     
    Ramenez à la maison
     
     
    Les répondants sont partagés à l’idée de ramener de la nourriture à la maison lorsqu’ils mangent au restaurant et qu’ils ne terminent pas leur plat.
     
    Ainsi, 30 % des Belges interrogés ne demandent jamais à emporter les restes de nourriture à la maison.
     
     
    « Les résultats de cette large enquête montrent clairement que les consommateurs comprennent les effets négatifs du gaspillage alimentaire et veulent changer leurs habitudes. Mais les consommateurs estiment que l’industrie alimentaire porte aussi sa part de responsabilité et lui demandent de s’engager davantage et de mettre en place des solutions pratiques et des outils numériques innovants.
     
    Le changement est possible mais les consommateurs, l’industrie alimentaire et les décideurs politiques doivent travailler ensemble pour y parvenir », déclare Jean-Philippe Ducart, porte-parole et manager Public Affairs & Media Relations chez Test Achats.
     
    Article de M SP