Fake news : comment s’en protéger ?

Lien permanent

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, on n’a jamais autant entendu parler de fake news.
 
Ce terme vient de l’anglais et signifie littéralement « fausses nouvelles ».
 
Ce sont donc des informations fausses, qui sont parfois inventées de toutes pièces volontairement pour profiter à quelqu’un, à un groupe de personnes, à un mouvement ou encore à une entreprise…
 
Le grand danger de ces fake news, c’est la vitesse à laquelle elles sont propagées grâce à internet et aux réseaux sociaux.
 
 
Depuis le début de la crise du coronavirus, le nombre de fake news a explosé.
 
 
En Belgique, entre le début de l’épidémie de coronavirus et la fin du mois d’août, 450 contenus de fake news sur le Covid-19 ont été signalés sur les réseaux sociaux !
 
Comment l’expliquer ?
 
 
Au début, on ne comprenait pas bien cette crise : d’où vient la maladie, ses symptômes, ses dangers… Comme on ne disposait que de peu de réponses à ce sujet, des personnes – qu’on appelle des complotistes – en ont profité pour en inventer.
 
L’une des fake news les plus connues sur le coronavirus est celle de son origine : beaucoup de complotistes ont raconté que le virus avait été créé dans un laboratoire en Chine.
 
 
Or, même si on n’a pas prouvé à 100 % l’origine de ce virus, les experts pensent qu’il vient du monde sauvage.
 
 
Une autre raison qui a fait augmenter les fake news, c’est l’« infobésité » : on a reçu tellement d’informations en même temps sur le coronavirus qu’on ne prenait plus le temps de vérifier si les informations étaient vraies ou fausses.
 
Les gens ont donc parfois partagé des informations qui étaient fausses, en pensant qu’elles étaient vraies.
Même si beaucoup d’organisations, de réseaux sociaux ou encore de gouvernements collaborent pour empêcher les fake news, il est difficile de les faire totalement disparaître.
 
Quelques conseils
 
La chose la plus importante est d’avoir un esprit critique.
 
Il faut se demander d’où vient l’information, si elle vient d’une source officielle, qui l’a écrite, partagée, sur quel site… Il faut toujours vérifier une information et ne pas automatiquement croire tout ce qu’on lit ou voit.
 
Et, surtout, si on n’est pas sûr qu’une information soit vraie, c’est simple : on ne la partage pas !
 
 
Article par ROXANE MALPOIX
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel