Michel, Marchinois reçoit… 194 coups de couteau et survit sans séquelles !

Lien permanent

Une mesure d’internement a été adoptée, en chambre du conseil de Huy, à l’encontre d’une habitante de Marchin âgée de 42 ans qui avait été inculpée de tentative d’assassinat.
 
Le fait que sa victime ait survécu est assez exceptionnel, puisque celle-ci a reçu pas moins de… 194 coups de couteau ! Elle l’avait préalablement assommé de trois coups de matraque, et quand il avait repris connaissance, il s’était rendu compte qu’elle était à califourchon sur lui, en train de le « piquer » avec un couteau pointu.
 
Michel, Marchinois de 59 ans, avait recueilli M. chez lui sept mois avant les faits. Elle était dans la rue, elle buvait et était une (ex) toxicomane toujours en proie à des rechutes, et il « s’en était fait mal », a-t-il expliqué.
 
Au départ, ils avaient une relation amoureuse mais celle-ci était assez toxique puisque peu après le début de celle-ci, il avait rechuté dans l’alcool.
 
Ils n’avaient rapidement plus formé un couple, mais bien deux cohabitants dans un immeuble en grand désordre, avec de temps en temps de dangereux débordements puisque Michel avait déjà reçu, en février dernier, un coup de couteau au doigt.
 
 
Le 31 mars dernier, M. avait « pété les plombs » et après avoir reçu les multiples coups de couteau, ne se rendant pas compte de l’ampleur des dégâts, Michel avait à moitié rampé jusqu’au premier étage, pour se mettre au lit, répandant du sang partout dans la maison.
 
Mais la douleur ressentie n’était pas passée, et il avait fini par demander à M., au petit matin, d’appeler les secours et l’ambulance. Celle-ci l’avait fait, pour se raviser quelques instants plus tard en les rappelant pour leur dire qu’il était inutile de venir.
 
 
65 points de suture
 
 
Il a fallu anesthésier le Marchinois pour réaliser les sutures tant les plaies étaient nombreuses ; après avoir reçu 65 points de suture ainsi que 13 agrafes sur la tête, il était plus ou moins réparé même s’il souffrait d’un pneumothorax léger.
 
Dans le fatras et la saleté indescriptibles de la maison, les policiers ont retrouvé deux couteaux tachés de sang, un couteau de cuisine doté d’une lame de 12 cm, et un couteau à pain d’une lame de 22 cm.
 
L’arrestation de la Marchinoise avait été fort épique : elle s’était dite furieuse que Michel ne soit pas mort, expliquant qu’il était le sosie de Marc Dutroux et qu’elle voulait son décès.
 
Elle avait ensuite annoncé qu’elle était la nièce du Roi Philippe et qu’elle allait prévenir ce dernier pour qu’il intervienne en sa faveur… Elle avait ensuite menacé les policiers, tenté de leur donner des coups de pied, puis elle avait retiré son masque pour cracher sur trois d’entre eux. Un test Covid avait dû être réalisé sur elle pour les rassurer.
 
« Les propos tenus par ma cliente laissaient déjà entendre qu’il y avait un problème d’ordre psychiatrique, tout comme la manière dont les faits se sont déroulés », explique Me Nathan Mallants, conseil de la quadragénaire.
 
 
Les expertises qui ont suivi ont confirmé qu’elle était atteinte de schizophrénie paranoïde, avec un risque élevé de récidive s’il n’y a pas de prise en charge.
 
Les multiples plaies, heureusement pour la plupart assez légères, n’ont pas laissé de séquelle indélébile à la victime, qui se retrouve parmi les recordmen du nombre de coups de couteau reçus.
 
Si des faits-divers ont fait état de 468 coups de couteau (assénés à Toulouse en 2011), rares sont les victimes à ce point ciblées et qui survivent avec seulement trois jours d’hospitalisation.
 
Article et rédaction par LWS
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel