Voir ou revoir la Conférence de presse et Les mesures suite au Conseil national de sécurité COVID-19 du 23 septembre 2020

Lien permanent

Conférence de presse suite au Conseil national de sécurité 23/09/20

 

https://www.youtube.com/watch?v=Bu-vD7u24KM

 

 

 

Les mesures :

Après avoir fait le point sur la sitation sanitaire, Sophie Wilmès a rappelé que les 6 règles d’or, dont celle des contacts sociaux.

 

 CONTACTS SOCIAUX

Le nombre de contacts rapprochés est limité à un maximum de 5 personnes par mois en dehors du foyer, a déclaré jeudi la Première ministre Sophie Wilmès à l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité (CNS).

On ne peut toujours pas voir plus de 10 personnes au même endroit, au même moment (enfants non-compris). Cette règle persiste. « Eviter tout contact rapprochés avec tout le monde, à tout moment, ce n’est pas simple. » Un contact rapproché c’est : etre proche physiquement d’une personne qui ne fait pas partie de votre foyer, pendant plus de 15 min, Sans distance d’1m50 et sans masque.

Il faut toujours limiter ses contacts rapprocher. Les experts proposent un point de référence qui varie entre 1 et 5, en fonction de la situation sanitaire. « Pour l’instant, les experts conseillent à chacun de ne pas avoir de contacts rapprochés avec plus de 5 personnes, hors foyer, par mois. » Il s’agit de personne que vous pouvez enlacer, avec qui vous pouvez manger ou boire un verre en étant proche l’un de l’autre. Les personnes avec qui vous ne maintenez pas les distances de sécurité. Il s’agit donc bien d’un choix individuel de 5 personnes (pour un mois). « Et puisque ce n’est pas obligation, cela induit que vous faites le choix de ces 5 personnes en votre âme et conscience ». « Si chacun participe à l’effort – même de manière adaptée – nous pourrons continuer à mener nos vies sociales en maximisant nos chances de rester en bonne santé mais aussi en maximisant nos chances d’éviter de devoir reprendre des mesures drastiques. ». « Voyez qui vous voulez en respectant les distances de sécurité, et évitez autant que possible les contacts rapprochés », résume Sophie Wilmès.

 MASQUES

À partir du 1er octobre, il ne sera plus obligatoire de porter un masque à l’extérieur, sauf dans les lieux très fréquentés et dans les endroits où la distance de sécurité de 1,5 mètre ne peut être garantie, a annoncé mercredi la Première ministre Sophie Wilmès lors d’une conférence de presse suivant une réunion du Conseil national de sécurité (CNS).

Le masque reste cependant obligatoire dans les transports publics, dans les magasins et dans les cinémas.

« Le port du masque est dans important dans la gestion de l’épidémie. Le port du masque est d’ailleurs obligatoire quand les distances ne peuvent pas être garanties. Néanmoins, il est inutile de l’imposer partout, tout le temps », a indiqué Sophie Wilmès. Des le 1er octobre, le masque ne sera plus obligatoire à l’extérieur sauf :

- dans les lieux extrêmement fréquentés, où les distances de sécurité ne peuvent pas être respectées. Ces lieux sont déterminés par les autorités locales.

- Et en tout état de cause, dans les lieux couverts bien déterminés comme dans les transports en commun, les magasins ou les cinémas par exemple ; peu importe leur niveau de fréquentation.

 RASSEMBLEMENTS

Si vous organisez vous-même un événement, le nombre d'invités est limité à un maximum de 10 personnes (enfants non compris). « Cela vaut également pour les rassemblements dans la rue. »

Événements organisés par des professionnels - les fêtes, par exemple, ou les réceptions, sont soumises aux règles de l'industrie hôtelière.

Il n'y a pas de limite au nombre maximum d'invités, mais il y en a un maximum de 10 par table. Les protocoles doivent être suivis à la lettre.

Les soirées dansantes ne sont toujours pas autorisées.

Pour les événements avec une audience - quelle que soit leur nature - la limite de 200 personnes à l’intérieur et 400 personnes en extérieur continue de s'appliquer. Ceci jusqu'à ce que les protocoles soient ajustés. D'ici là, tous les protocoles (sports, culture, éducation, etc.) resteront en vigueur. « Ces règles seront donc ajustées dans un proche avenir. C'est pourquoi nous avons demandé à Celeval de travailler avec les ministres compétents et les différents secteurs pour réviser ces règles. L'objectif est de donner stabilité et prévisibilité à tous les secteurs, mais aussi de donner à ces secteurs la capacité de se redresser, tout en continuant à protéger la santé publique. »

BAROMETRE DE L’EPIDEMIE

« Les experts du Celeval travaillent aussi sur un baromètre de l’épidémie qui va être implémenté progressivement dans notre pays, au niveau national, régional mais aussi provincial. » indique Sophie Wilmès. « Il doit encore être affiné. Ce baromètre fonctionnera selon un principe de paliers. »

En clair, si la situation s’aggrave, des mesures de restrictions doivent être prises. « Les autorités, les professionnels et les citoyens pourront ainsi mieux appréhender l’évolution de l’épidémie. Ce baromètre sera d’ailleurs repris comme référence dans les conférence de presse du Centre de crise qui ont lieu 3x par semaine »

Ce baromètre se basera principalement (mais pas seulement) sur l’évolution du nombre d’hospitalisations. Ce nouveau baromètre aura aussi l’avantage d’être prospectif . « Nous pourrons établir des prévisions sur plusieurs semaines afin que chacun d’entre nous puisse envisager de quoi sera peut-être fait demain. » L’objectif est d’aboutir en Comité de concertation dans deux semaines.

 QUARANTAINE DE 7 JOURS

« Si vous présentez des symptômes du Covid-19, vous prenez contact avec votre médecin qui vous vous isolez immédiatement pour 7 jours. Et vous devrez passer un test le plus rapidement possible. » Si le test est positif : la quarantaine continue. Si le test est négatif : dès que votre situation clinique le permet, vous pouvez sortir de quarantaine.

Si vous n’avez pas de symptômes mais que vous avez eu un contact rapproché avec une personne positive : dès que vous l’apprenez ou que vous êtes contacté par le contacttracing, vous devez vous mettre immédiatement en quarantaine pendant 7 jours, à compter du dernier jour où vous avez eu contact rapproché avec la personne contaminée. Il est important de seulement vous mettre en quarantaine quand vous avez eu un contact rapproché avec la personne positive. Ensuite, vous prenez un rendez-vous pour passer un test unique au 5ème jour. Si ce test est positif : votre quarantaine est reconduite de 7 jours et si ce test est négatif : vous ne devez plus être en quarantaine après le 7ème jour.

« Ces règles démontrent bien que garder ses distances est un impératif pour éviter la quarantaine inutile, si vous n’avez pas de symptômes » dit encore Sophie Wilmès.

 VOYAGES

La quarantaine concerne actuellement aussi les voyageurs reviennent de « zones orange » et de « zones rouges ». Comme cela avait été annoncé, à partir de vendredi, se rendre dans ces différentes zones sera fortement déconseillés, et non plus interdits afin d’établir des règles harmonisée avec le reste des pays européens. Dès lors, les obligations de test et de quarantaine s’adapteront également : les « zones orange » ne feront plus l’objet d’un testing et pour les voyageurs qui reviennent d’une « zone rouge », ils devront se mettre en quarantaine dès le premier jour de leur retour – durant 7 jours - et faire un test au jour 5. « Ils pourront se soustraite à cette obligation s’ils remplissent un document d’auto-évaluation qui, après analyse, les autorise à le faire. »

Ces consignes ne concernent pas les personnes qui passent moins de 48h dans une « zone rouge », comme dans le cas des transfrontaliers par exemple.

 

Source Sudinfo 

Commentaires

  • Bonjour,

    Votre compte-rendu est intéressant mais fait à la va-vite. C'est truffé de fautes d'orthographe et de phrases alambiquées!
    De plus, la mise en page reste à désirer; une petite justification aurait rendu la page beaucoup plus attrayante.

    Des efforts seraient les bienvenus car vous êtes journalistes et supposés montrer l'exemple.
    Avoir le scoop n'empêche pas de travailler sur la forme et donc de respecter le lecteur.

    Bien à vous,

    Mme Pernez

  • Bonjour , je ne suis pas journaliste mais Blogueuse , voir définition d un Blog !!! Et comme vous le proposez si gentiment , libre à vous de le faire puisqu' il semblerait vous en seriez capable de faire mieux .


    Belle journée à vous

    Jeannick , Blogueuse bénévole

    Croyez-moi, la plupart des gens font beaucoup plus de bien que de mal, et pourtant ils ne sont jugés que sur le peu d'erreurs qu'ils commettent.
    Il est bon d'encourager plus et de critiquer moins, car cela se traduit par beaucoup plus, plus d'affection, plus de coopération et moins de sens négatifs !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel