Les deux-roues enregistrent un nouveau record !!!

Lien permanent

Les Belges ont dégainé leurs éco-chèques pour s’acheter un vélo : + 25 % en un an !  

Avec 5,8 millions d’euros dépensés au printemps, les deux-roues enregistrent un nouveau record 

 
Au printemps, les Belges ont dépensé pas moins de 5,8 millions en éco-chèques pour l’achat d’un vélo.
 
Soit une augmentation de 25 % par rapport à l’année précédente.
 
Le bio, les circuits-courts et les achats de seconde main ont eux aussi le vent en poupe.  

À la sortie du confinement, les rayons « vélos » ont été dévalisés.

 

Pour se défouler quand tout ou presque était encore interdit, les Belges n’ont donc pas hésité à sortir leur portefeuille… et leurs éco-chèques.

 

D’après VIA, l’association des émetteurs de titres, 5,8 millions d’euros ont été utilisés en écochèques au printemps dernier pour l’achat d’un vélo.

C’est une augmentation de 25 % par rapport à la même période l’an dernier !

 

« Le vélo occupait déjà la quatrième place des catégories de produits les plus achetés avec des éco-chèques », rappelle Olivier Bouquet, président de l’association.

 

« J’ai l’impression que le vélo pourrait bien monter dans le classement en 2020… »

Les éco-chèques sont un bon moyen d’évaluer les modifications des comportements au niveau de l’écologie.
 
Car le vélo n’est pas le seul à avoir enregistré une hausse des dépenses en éco-chèques.
 
« Il y a plusieurs catégories qui montent comme le bio ou tout ce qui est circuits courts », souligne Olivier Bouquet.
 
« Tout ce qui touche au commerce de seconde main ou aux réparations (qui occupait en 2019 la 9 e place du classement) a également le vent en poupe. »
 
Révision en cours
 
Chaque année, les employés peuvent recevoir jusqu’à 250 euros en éco-chèques.
 
Ce n’est généralement pas suffisant pour couvrir le coût total du vélo, surtout s’il s’agit d’un électrique.
 
Mais il semblerait que ce soit un bon incitant.
 
« La probabilité qu’un consommateur achète un produit plus respectueux de l’environnement est deux fois plus grande grâce aux éco-chèques », indique le président de VIA.
 
« 54 % des bénéficiaires changent leur manière de consommer suite à l’utilisation des écochèques. »
 
La liste des produits que l’on peut acheter avec les éco-chèques est en cours de révision.
 
« C’est le Conseil national du Travail qui la définit », précise Olivier Bouquet.
 
« Il y a eu une simplification de la liste, accompagnée d’un élargissement il y a deux ans.
 
L’idée est de faire évoluer le réseau pour qu’il soit le plus pertinent possible. »
 
La prochaine évolution de la liste est attendue pour la fin de l’année.
 
En 2019, 1,8 million de salariés ont reçu des éco-chèques pour un montant total de 256 millions d’euros. Cette année, la crise du covid aura un impact mais celui-ci devrait être limité.
 
« Malgré la crise, le volume émis n’a pas beaucoup diminué », assure le président de l’association.
 
Néanmoins, le nombre de chèques octroyé étant défini selon le nombre de jours prestés, le chômage temporaire imposé à certains travailleurs ne sera pas sans impact sur le montant reçu.
 
Article de SA.B.
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel