• La sécheresse touche principalement notre région !!!

    Lien permanent

    Wallonie à sec : patates et bières trinquent  

    La sécheresse touche principalement notre région 

    Voilà quatre ans et demi que cela dure. La Belgique continue de voir son déficit de précipitations de creuser. Sur les 9 premiers mois de l’année, 6 étaient vraiment trop secs, dont septembre. Les producteurs de malt et de pommes de terre font grise mine car cela a un lourd impact sur la production.  

    Les deux chiffres que vous découvrez inscrits en grand dans ce texte sont tirés des statistiques de l’Institut Royal Météorologique. Ils concernent la pluie qui est tombée depuis le 1 er janvier 2017 sur l’Observatoire d’Uccle.

     

    On veut bien parier avec vous que le constat à Bruxelles vaut pour les deux autres régions, qu’elles soient flamande ou wallonne. Depuis quatre ans et neuf mois, notre pays connaît un grave déficit de précipitations.

     

    En regardant les prévisions jusqu’à la fin du mois, treize millimètres de pluie devraient être récoltés d’ici le 30 septembre. On n’arriverait même pas à vingt millimètres pour le mois de septembre alors que, en moyenne, on pourrait espérer en avoir 68,9 mm.

     

    Il suffit de regarder la carte de la sécheresse au 21 septembre, et sur les trois derniers mois, pour voir dans quel état nous sommes. Et c’est une grande partie de la Wallonie qui trinque.

     

    La couleur prédominant au Sud sur cette carte est le brun foncé.

    Pour rattraper le déficit que nous accumulons depuis début janvier 2017, il faudrait des années en supposant que les mois que nous connaîtrons dans le futur soient très humides.
     
    Ce ne sera sans doute pas le cas et les nappes phréatiques ne risquent pas de récupérer les 530 mm perdus. Le nombre de jours de pluie en Belgique a aussi bien fondu.
     
    On en a eu 96 de moins que prévu sur les 1.369 jours que nous comptabilisons entre le 01/01/2017 et le 30 /09/2020.
     
    « Des pertes énormes »
     
    Tout cela a un impact sur la nature et particulièrement l’agriculture.
     
    Pierre Lebrun est ingénieur agronome à la Filière wallonne de la pomme de terre (Fiwap).
     
    Un secteur qui a bien dégusté pendant l’époque du Covid.
     
    Il a fallu trouver des solutions pour écouler les centaines de milliers de patates qui ne trouvaient pas acquéreurs, l’Horeca étant à l’arrêt.
     
    Une partie est allée dans les pays de l’Est, l’autre a été donnée au bétail mais les pertes financières ont été énormes.
     
    « Depuis, comme l’an dernier, nous avons de nouveau la sécheresse avec une canicule qui est arrivée plus tard que d’habitude.
     
    Les rendements sont donc moyens », résume notre interlocuteur qui estime la production à l’hectare à 30 tonnes pour les uns voire, au mieux de 45 à 50 tonnes chez ceux qui ont eu la chance d’avoir un ou deux orages.
     
    « Cette canicule a mis en péril les variétés plus tardives, comme la Fontaine ou la Challenger.
     
    Ces noms ne vous disent probablement rien mais on les utilise pour faire les frites surgelées ».
     
    Doit-on craindre une pénurie ? Non, la « chance » est que les marchés vers l’extérieur sont au plus calme.
     
    Il reste donc de quoi alimenter le peuple belge. « Le problème, c’est que les prix sont au plus bas.
     
    On est entre 20 et 30 € la tonne, soit quatre à six fois moins cher que la normale. Les producteurs essaient d’accumuler le plus de pommes de terre dans leurs hangars en espérant que cela remonte mais qui sait de quoi l’avenir est fait ? »
     
    Nul ne le sait…
     
     
    Article de PIERRE NIZET
     
  • Plusieurs écoles ont fermé des classes à cause d’élèves ou d’enseignants positifs au coronavirus.

    Lien permanent
    ENSEIGNANTS OU ÉLÈVES POSITIFS 

    Des fermetures partout en Fédération 

    Toujours dans le Centre, une quinzaine de membres de l’équipe pédagogique ont été écartés dans l’école communale (maternelles et primaires) de la Chaussée Paul Houtart.
     
    La fermeture qui concerne 300 enfants a été décidée vendredi et devrait durer deux semaines.
     
    À Mons, l’école du Sacré-Cœur a mis à l’arrêt une classe en secondaire, ainsi qu’une classe de sixième primaire. À une dizaine de kilomètres de là, une vingtaine d’élèves de l’école communale de Douvrain devront patienter chez eux jusqu’en octobre.
     
    Des cas ont été aussi recensés à l’Académie de Musique et des Arts de la Parole de Saint-Ghislain.
     
     
    Dans le Brabant wallon, plusieurs classes de la 3 e à la 6 e secondaire sont sous le coup d’une fermeture à l’Institut Cardinal Mercier de Braine-l’Alleud.
     
    À Liège, les cours devraient reprendre ce mardi pour l’ensemble des 1.760 élèves du collège Saint-Servais. Une partie d’entre eux avait été invitée à rester chez eux ce lundi matin.
     
    La réouverture va s’accompagner de réorganisations plus ou moins importantes d’horaires dans certaines classes. Des arrivées s’effectueront jusqu’à 10h du matin et les départs débuteront à partir de 14h.
     
     
    Article par Y.H.
     
  • Ouverture Espace Mode à Nandrin le 26 et 27 septembre 2020

    Lien permanent

    Ce samedi 26 et dimanche 27 septembre, nous célébrerons l’ouverture de notre nouveau magasin : Espace Mode Nandrin ! 
     
    Au programme : de la mode, des tendances, une offre de marques sur mesure et des conseils personnalisés, mais ce n’est pas tout…
     
     
    Durant ces deux jours, vous profiterez également de nombreuses animations toutes plus chouettes les unes que les autres ; foodtruck à crêpes, tatouages éphémères, jeux pour enfants et distribution de billets à gratter !
     
    Envie de participer à la fête et de découvrir les dernières tendances ?
     
    Rendez-nous visite ce weekend, nous nous ferons un plaisir de vous accueillir !
     
     Le concept Espace Mode, c'est quoi ?

    Espace Mode est une enseigne de prêt-à-porter multimarques qui propose une sélection d’articles et de marques tendances, abordables et dans l’air du temps.
     
    Avec nos 9 magasins physiques et notre récente boutique en ligne, nous cumulons plus de 30 ans d’expérience orientés vers un shopping qui se veut accessible, pour tous les budgets et pour tous les styles.
     
     Les marques pour Femme

    - Amélie & Amélie, - Artigli, - Garcia,- Guess,- Kocca,- Only,- Save My bag,- Signe Nature,- Street One,- Oozoo
    - Superdy,- Street One,- Tommy Hilfiger,- Trendy,- Vero Moda,- Vila.
     
     
     Les marques pour Homme

    - Calvin Klein,- Trendy,- Ellesse,- Fred Perry,- Fynch-Hatton,- Jack & Jones,- Lyle & Scott,- NZA,- Napapijri
    - Oscar & Horace,- Petrol Industries ,- Superdry ,- Tommy Hilfiger, - Totem,
     
     Les marques pour Enfants

    - 3 pommes,- Trendy,- Garcia,- Guess,- Levi's,- Losan,- Name it,- Only,- Weekend à la mer,- s. Oliver
     
     
    Envie de découvrir tous nos produits ? 
     
     
     
     
    Route du Condroz 404, 4550 Nandrin, Belgique
     
     
     
     Organisé par Espace Mode
     

  • Attention si vous avez fait vos courses chez Delhaize, la chaîne de magasins retire le produit de la vente

    Lien permanent

    Delhaize demande à ses clients de ne pas consommer et de ramener au magasin le produit ci-dessous « Pain de viande de poulet.

    Chaque jour, Delhaize effectue des centaines de contrôles de qualité en interne afin de garantir à tout moment la qualité et la sécurité alimentaire de ses produits. Delhaize ne laisse rien au hasard.

    Lors d'un de ces contrôles qualité, il a été constaté que l'allergène blé (gluten) est accidentellement présent dans un produit normalement sans gluten.

    En concertation avec l'AFSCA, il a été décidé de retirer ce produit de la vente.

    Info produit:

    Nom : Pain de viande de poulet à la Flamande

    Marque : Delhaize

     

     

    Code EAN : 2205643000000

    A consommer jusqu'au: 24/09/2020 (lot 892476)

    Période de commercialisation : du 05/09/2020 au présent

    Entre-temps, Delhaize a déjà retiré des rayons tous les produits concernés et renforcé les contrôles vis-à-vis du produit et du fournisseur. Il est demandé aux clients qui ont acheté ce produit et sont allergiques au « gluten », de ne pas le consommer. Les clients ont la possibilité de rapporter le produit en question au point de vente où ils l’ont acheté. Le remboursement de chaque article concerné est garanti.

    Les consommateurs qui ne sont pas allergiques ou intolérants au « gluten » peuvent consommer ce produit sans risque.

    Les autres produits du même assortiment ne sont pas concernés et peuvent donc être consommés en toute sécurité. Delhaize tient à s’excuser pour les désagréments occasionnés.

     

     

    Source Sudinfo 

  • Nouveau Act'tif coiffure Nandrin

    Lien permanent
     
    L'annonce 
    Nouveau Act'tif coiffure Marie maintenant à DOMICILE.
    Je me déplace chez vous  avec joie et enthousiasme et bien sûr avec toutes les règles d'hygiène recommandées.
    Contactez moi pour un RDV  ou des infos au 0493/64.22.74

     

     

  • 10 petits gestes au quotidien pour la planète !

    Lien permanent

    Ce n’est pas compliqué, il suffit d’y penser 

     

    Notre planète a besoin de nous. Enfants, parents, grands-parents : on peut tous adapter nos habitudes ! Alors, c’est vrai, à notre échelle, ce ne sont que des petits gestes. Mais mis bout à bout, ces petits gestes peuvent changer beaucoup de choses.  

     

    1.Bien trier ses déchets
     
     
    Réduire ses déchets, c’est évidemment poser un geste pour l’environnement.
     
    Mais il n’est pas toujours possible de tout supprimer. Pour compenser, il est donc important de bien trier.
    Généralement, à domicile, le tri est bien respecté. Mais le tri, c’est partout et tout le temps !
     
    À l’école, dans la rue, dans les centres commerciaux… Dès que le tri est rendu possible, veille à mettre tes déchets dans la bonne poubelle.
     
    2.Fermer le robinet quand tu ne l’utilises pas
     
    En cette période de crise sanitaire, il est important de bien se laver les mains. Et de se les laver régulièrement. On utilise donc certainement davantage d’eau qu’en temps normal. Pour éviter de gaspiller, veille bien à ne pas laisser couler le robinet inutilement. Tu l’ouvres, tu passes tes mains dessous, tu le fermes. Puis, après les avoir savonnées, tu peux le rouvrir.
     
    3.Éteindre la TV
     
     
    Mettre sa télévision en veille, c’est tellement plus facile. Mais savais-tu que, même en veille, les appareils électriques consomment ? Alors, au lieu d’appuyer sur la télécommande, appuie directement sur le bouton de ton téléviseur. Fais pareil avec tous tes appareils électriques. Et s’il n’y a pas de bouton de mise hors tension, débranche-le.
     
    4.Éteindre la lumière
     
    Ta maison ressemble à un sapin de Noël le soir ?
     
    C’est peut-être que tu as oublié d’éteindre l’une ou l’autre lampe.
    Appuyer sur l’interrupteur quand tu sors d’une pièce, ça ne prend pas de temps. Et ça permet d’éviter les oublis…
     
    5.Une boîte à tartines et une gourde
     
     
    La boîte à tartines et la gourde, c’est tendance !
     
    De plus en plus d’écoles l’imposent à leurs élèves et elles ont bien raison.
    Si tu ne t’y es pas encore mis, il est temps ! Et cela vaut pour l’école, mais aussi pour les excursions ou sorties en famille.
     
    6. Le chewing-gum, c’est dans la poubelle !
     
     
    Savais-tu qu’un chewing-gum mettait 5 ans à se dégrader dans l’environnement ? Alors, on ne le jette pas par terre, mais on le met à la poubelle. Comme tout le reste d’ailleurs…
     
    7. Décongeler… au réfrigérateur
     
     
    C’est tellement facile de décongeler quelque chose en le mettant aux micro-ondes.
     
    Mais pour l’environnement, ce n’est pas le top.
    Alors : anticipe !
     
    Quand tu as besoin de quelque chose qu’il faut dégeler, penses-y la veille et mets-le au réfrigérateur.
     
     
    8.Préférer la douche au bain
     
     
    Tu es plutôt bain ou douche ?
    L’écologie, elle, elle penche plutôt pour la douche.
    À condition, bien sûr, de ne pas laisser couler l’eau inutilement.
    Et de ne pas y passer des heures.
     
     
    9.Emballages cadeaux écolos
     
    C’est chouette d’offrir un cadeau avec un bel emballage.
    Mais l’emballage peut être tout aussi beau sans pour autant produire des déchets supplémentaires : un beau foulard, un tissu ou encore du papier journal recyclé.
    Sois imaginatif !
     
     
    10.Une bonne couette
     
    L’hiver arrive et avec lui, tu auras peut-être envie de monter le chauffage dans ta chambre.
     
    N’exagère pas : une bonne couette, c’est aussi très efficace !
     
    Article par  SA.B.
     
  • EN CAS D’INFRACTION À LA LOI Lever l’anonymat sur les réseaux sociaux

    Lien permanent

    Les femmes révèlent de plus en plus les attaques dont elles sont victimes sur les réseaux sociaux.
     
    « J’ai justement reçu un message hier, je vais vous montrer », coupe Christie Moreale.
     
    Un message effectivement d’une grossièreté interpellante… « Je ne sais pas si c’est lié aux femmes, cela dit.
     
    Quand on est ministre, on sait qu’on peut être critiqué.
     
    Si on ne veut pas être critiqué, on n’est pas ministre.
     
    Mais on sait que les réseaux sociaux sont des multiplicateurs de la haine.
     
    Quand on est derrière un ordinateur, c’est comme si on s’adressait à des personnes déshumanisées.
     
    On ne s’adresserait jamais face à face à quelqu’un comme on le fait derrière un écran. »
     
    Pas seulement les femmes
     
    Beaucoup de femmes quittent les réseaux sociaux.
     
    Que faut-il faire pour lutter contre cette haine sur les réseaux ?
     
    « Je répète, ce n’est pas seulement lié aux femmes.
     
    Est-ce que ces messages ne sont que sexistes ?
     
    Non, c’est une des formes de violence qui s’exercent d’avantage. Harald (Mollers, ministre germanophone de l’Enseignement, qui a démissionné suite à des attaques et des menaces sur sa famille, NDR) en a reçu aussi.
     
    J’ai fait une sortie moi-même sur les réseaux parce qu’il a été victime de ces menaces.
     
    D’autres ministres ont déjà été victimes de ce genre de menaces.
     
    Ce n’est pas parce qu’on est des personnalités publiques qu’on peut se permettre de faire des infractions à notre égard. Ce sont des infractions. »
     
     
    Et donc, que faire ?
     
    « Je pense qu’il faudrait se pencher sur la question de l’anonymat. »
     
    C’est-à-dire ?
     
    « Je pense que ce n’est pas parce qu’on est anonyme qu’on peut tout se permettre.
     
    Si on exprime quelque chose de manière délictueuse, on doit pouvoir savoir d’où ça vient. »
     
    Donc, identifier les comptes anonymes qui enfreignent les lois, pas tous ?
     
    « On ne remet pas en cause tout l’anonymat. Mais le fait raciste, le fait sexiste, ce sont des délits.
     
    Les lois sont valables aussi sur les réseaux sociaux. »
     
    ENTRETIEN : BENOÎT JACQUEMART
     
     

  • « La Roseraie » a rouvert ses portes à Modave !

    Lien permanent

    « La Roseraie »   a rouvert ses portes !  

    Le restaurant gastronomique a subi d’importantes transformations 

    Depuis qu’elle travaille côte à côte avec son père, Vincent Trignon, Marie Trignon-Whymark désirait apporter sa touche à l’établissement tenu par le chef depuis 38 ans.
     
    « Le restaurant était très classique et monotone.
     
    Il était temps de lui apporter une touche plus contemporaine, avec un côté cocooning », souligne la restauratrice. « C’est notre vision à La Roseraie, apporter un moment de détente, hors du temps ».
     
    Les trois salles du restaurant, comptent une vingtaine de couverts, dont une salle privative avec une table pouvant aller jusqu’à 10 convives. Le tout dans une ambiance contemporaine, chic mais sobre.
     
    « On voulait une ambiance synonyme de convivialité et de bien-être. Pour cela, on a misé sur des matériaux bruts, des contrastes dans les couleurs mais également un mariage très doux à l’œil qui apporte sérénité ».
     
    Cuisine fonctionnelle
     
    Gros changement également, la cuisine qui a été agrandie côté jardin avec désormais une ouverture et un bar pour permettre l’accueil des clients.
     
    « À présent, on a une cuisine beaucoup plus fonctionnelle, où chaque chose est à sa place. Cela permet un gain de temps dans la préparation des plats mais aussi une meilleure organisation et harmonie dans notre travail », souligne la cheffe qui a travaillé chez Ducasse à Londres (3 étoiles au Michelin).
    « D’ailleurs pour la réouverture, après 6 mois d’absence, on a repensé tous nos classiques qui ont fait la renommée de l’établissement afin de leur apporter une touche de modernité et ce petit « twist » en plus ».
     
    Les trois suites ont également été complètement rénovées.
    Au printemps, « La Roseraie » va agrandir son offre d’hébergement en implantant à la lisière du bois voisin quatre chalets perchés à une dizaine de mètres de haut.
     
    Complet jusque novembre
     
    La Roseraie était très attendue des clients. Depuis sa réouverture, le restaurant fait salle comble et cela n’est pas prêt de s’arrêter.
    « On est complet tous les jours et on commence les réservations pour novembre », renchérit Marie Trignon-Whymark.
     
    D’ailleurs si vous voulez déguster la cuisine de La Roseraie, contactez le 085/41.13.60. Le restaurant est ouvert du mercredi soir au dimanche midi.
     
    Article LA MA 
     
     
     
     

    Vincent Trignon est le chef depuis 38 ans.D.R.

  • Vaccin contre la grippe gratuit dans les homes !!!

    Lien permanent

    Christie Morreale nous annonce cette mesure qui bénéficiera à 70.000 personnes 

     
    Sous les feux de l’actualité depuis le début de la crise du coronavirus, et notamment les drames qui ont touché les maisons de repos, la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, fait front.
    Elle nous détaille ce qui a été mis en place pour faire place à un retour du virus, qui semble de plus en plus menaçant.
     
    Et nous révèle que le vaccin contre la grippe sera gratuit pour les 70.000 résidents d’institutions.  
     
    Parmi les éléments du « plan rebond » de la Région, il y a la vaccination contre la grippe.
     
    On ne sait pas encore vacciner contre le Covid, mais on sait vacciner contre la grippe saisonnière.
     
    Pour essayer d’éviter d’engorger les médecins, en première ligne, les hôpitaux, pour éviter de mettre la pression sur le personnel des institutions, on va communiquer pour encourager un maximum de gens à se faire vacciner.
     
    On lance des campagnes d’information dans les prochains jours, mais surtout avec des publics cibles.
     
    Parmi lesquels les résidents des institutions, comme les maisons de repos…
     
    Oui.
     
    Ces résidents auront la possibilité de se faire rembourser le vaccin.
     
    Rembourser ?
     
    Vous pouvez détailler ?
     
    C’est le médecin qui prescrit le vaccin, ils font leur vaccin et on a un accord avec la mutuelle pour qu’elle rembourse la part du bénéficiaire.
     
    Le vaccin contre la grippe saisonnière sera donc gratuit cette année…
     
    Oui, tout à fait. De la mi-septembre à la mi-novembre, pour les groupes cibles, il faut se faire vacciner. Et donc, tous les résidents des maisons de repos et des autres institutions, qui le souhaitent, sont vaccinés gratuitement.
    Ça concerne combien de personnes ?
     
    50.000 en maison de repos, 70.000 au total.
     
    Ce sont aussi les maisons de soins psychiatriques, maisons pour handicapés…
     
    Pour quel budget ?
     
    500.000 euros. Le processus peut être activé dès maintenant, les institutions vont recevoir l’info cette semaine. Les remboursements se feront dans l’intervalle d’un mois. (…) D’ici deux ans, la Wallonie pourra aussi commander les vaccins en direct, pour les institutions qui dépendent de la Région.
     
    Revalorisation salariale
     
    Concernant le personnel des institutions, qu’est-ce que l’on peut annoncer ?
     
    Il y a eu un accord historique, pour mettre 260 millions annuels. Donc, en 2021, 100 millions seront mis sur la table pour revaloriser le personnel des maisons de repos, des différents types d’hébergement. On va entamer des discussions avec les patrons pour voir comment on affecte ces montants. Principalement pour augmenter le salaire poche.
     
    Ensuite, pour engager du personnel supplémentaire et donc revoir les normes d’encadrement.
     
    Et troisièmement, de pouvoir améliorer la qualité du travail en permettant des formations en continue.
     
    Vous parlez de 260 millions…
     
    Donc, 100 millions supplémentaires au 1 er janvier 2021, 150 en 2022, 200 en 2023. Et à partir de 2024, 260 millions chaque année.
     
    ENTRETIEN : BENOÎT JACQUEMART
     
     

  • Ils ne pourront plus aller dans le conteneur vert à partir de 2021

    Lien permanent

    300 euros en plus par an pour jeter des langes  

     

    En région liégeoise, le passage des langes pour enfant du conteneur vert au conteneur noir pourrait, sans mesure adaptée, avoir un impact, en moyenne, de 300 euros supplémentaires par an et par enfant. Ce passage est prévu pour 2021. Les communes doivent trouver une solution dans l’urgence. Explications.  

    Le traitement des langes pour enfants pourrait coûter cher aux Liégeois. Pour comprendre, il faut se tourner vers le nouveau plan wallon des déchets. Celui-ci prévoit de ranger les langes pour enfants non plus dans les déchets organiques (conteneur vert), mais bien dans les déchets ménagers résiduels (conteneur noir). Intradel, l’intercommunale liégeoise qui gère les déchets de 72 communes, a prévu d’opérer ce changement dès le 1 er janvier 2021.
     
    Variable d’une commune à l’autre
     
     
    Mais le problème, c’est que rien n’est prêt et que sans mesures sociales adaptées, ce changement pourrait avoir un impact considérable sur le portefeuille des habitants.
     
    Dans un document interne à l’intercommunale qui nous est parvenu, Intradel estime la consommation de langes à 400 kilos par an et par enfant.
     
    Forcément, le règlement de taxe étant différent d’une commune à une autre, toutes ne seraient pas impactées de la même manière.
     
    Mais dans certains cas, ce changement de régime pourrait alourdir considérablement la facture.
     
    A Olne, un citoyen serait amené à payer 400 euros supplémentaires : « Je déplore le fait qu’on nous ait mis au courant au dernier moment alors que la décision a été prise au mois de juillet.
     
     
    Nous allons trouver une solution pour que les citoyens ne ressentent pas l’impact de ce changement », lance Cédric Halin, bourgmestre.
     
    « A Seraing, on travaille à modifier le règlement de taxe pour que ce soit le plus neutre possible pour le citoyen. Nous envisageons de transférer les aides qui existent dans le règlement pour amortir le coût du traitement des langes dans le conteneur noir », explique Laura Crapanzano, échevine de l’Environnement de Seraing.
     
    « Ce changement ne se fera pas tant que les communes n’auront pas trouvé un système d’aide adapté qui devrait faire en sorte que les citoyens ne ressentent pas ce changement », explique de son côté Intradel.
     
    Les communes pas prêtes
     
    Mais la solution est encore loin d’être trouvée !
     
    A l’occasion d’une réunion organisée la semaine passée entre Intradel et les représentants des villes et communes, on apprend que certains représentants communaux s’étonnaient de ne pas avoir été avertis plus tôt de ce changement. Les communes se retrouvent ainsi contraintes d’adapter leur règlement de taxe au maximum pour le mois de novembre prochain.
     
     
    « Le dossier a été bloqué ce jeudi matin au bureau exécutif.
     
    On a demandé de temporiser. Il faut trouver le moyen de mettre en place des mesures d’accompagnement pour faire en sorte que les citoyens ne soient pas impactés par ce changement.
     
     
    Et si nous devons être la dernière intercommunale à s’adapter, et bien tant pis.
     
    J’en assumerai la responsabilité. Mais il faut trouver une solution socialement acceptable », explique Willy Demeyer, président du conseil d‘administration d’Intradel.
     
    Le conseil d’administration se réunira ce jeudi pour débattre une nouvelle fois de la question.
     
    D’après nos informations, il envisagerait de reporter le passage des langes au conteneur noir à l’année 2022.

    « Un enjeu environnemental »  

    Mais pourquoi devrez-vous jeter vos langes usagés dans les conteneurs noirs, et non plus dans les conteneurs verts, comme vous aviez pourtant l’habitude de le faire ?
     
    « Pour des raisons environnementales », explique Intradel.
     
    « Car depuis une dizaine d’années, la composition du lange a évolué.
     
    Aujourd’hui, les langes pour enfants sont composés à 100 % de matière plastique. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, ces langes ne peuvent plus être intégrés dans le traitement des déchets organiques.
     
    Puisque qu’avec ces déchets organiques, nous produisons du compost qui est utilisé pour fertiliser les champs.
     
    Si nous laissons les langes dans la fraction organique, on rejetterait plus ou moins 250 particules fines, inférieures ou égales à cinq millimètres de plastique, par mètre carré cultivable.
     
    Il y a donc un enjeu environnemental. Dans cette logique-là, on a réfléchi à transférer les langes qui traditionnellement allaient dans le conteneur vert, vers les déchets ménagers résiduels pour éviter de polluer les sols ».
     
    Si Intradel n’a pas encore adopté ce changement, d’autres intercommunales sont déjà passées au nouveau régime.
     
     

    Article par STEFANO BARATTINI