Ils ne pourront plus aller dans le conteneur vert à partir de 2021

Lien permanent

300 euros en plus par an pour jeter des langes  

 

En région liégeoise, le passage des langes pour enfant du conteneur vert au conteneur noir pourrait, sans mesure adaptée, avoir un impact, en moyenne, de 300 euros supplémentaires par an et par enfant. Ce passage est prévu pour 2021. Les communes doivent trouver une solution dans l’urgence. Explications.  

Le traitement des langes pour enfants pourrait coûter cher aux Liégeois. Pour comprendre, il faut se tourner vers le nouveau plan wallon des déchets. Celui-ci prévoit de ranger les langes pour enfants non plus dans les déchets organiques (conteneur vert), mais bien dans les déchets ménagers résiduels (conteneur noir). Intradel, l’intercommunale liégeoise qui gère les déchets de 72 communes, a prévu d’opérer ce changement dès le 1 er janvier 2021.
 
Variable d’une commune à l’autre
 
 
Mais le problème, c’est que rien n’est prêt et que sans mesures sociales adaptées, ce changement pourrait avoir un impact considérable sur le portefeuille des habitants.
 
Dans un document interne à l’intercommunale qui nous est parvenu, Intradel estime la consommation de langes à 400 kilos par an et par enfant.
 
Forcément, le règlement de taxe étant différent d’une commune à une autre, toutes ne seraient pas impactées de la même manière.
 
Mais dans certains cas, ce changement de régime pourrait alourdir considérablement la facture.
 
A Olne, un citoyen serait amené à payer 400 euros supplémentaires : « Je déplore le fait qu’on nous ait mis au courant au dernier moment alors que la décision a été prise au mois de juillet.
 
 
Nous allons trouver une solution pour que les citoyens ne ressentent pas l’impact de ce changement », lance Cédric Halin, bourgmestre.
 
« A Seraing, on travaille à modifier le règlement de taxe pour que ce soit le plus neutre possible pour le citoyen. Nous envisageons de transférer les aides qui existent dans le règlement pour amortir le coût du traitement des langes dans le conteneur noir », explique Laura Crapanzano, échevine de l’Environnement de Seraing.
 
« Ce changement ne se fera pas tant que les communes n’auront pas trouvé un système d’aide adapté qui devrait faire en sorte que les citoyens ne ressentent pas ce changement », explique de son côté Intradel.
 
Les communes pas prêtes
 
Mais la solution est encore loin d’être trouvée !
 
A l’occasion d’une réunion organisée la semaine passée entre Intradel et les représentants des villes et communes, on apprend que certains représentants communaux s’étonnaient de ne pas avoir été avertis plus tôt de ce changement. Les communes se retrouvent ainsi contraintes d’adapter leur règlement de taxe au maximum pour le mois de novembre prochain.
 
 
« Le dossier a été bloqué ce jeudi matin au bureau exécutif.
 
On a demandé de temporiser. Il faut trouver le moyen de mettre en place des mesures d’accompagnement pour faire en sorte que les citoyens ne soient pas impactés par ce changement.
 
 
Et si nous devons être la dernière intercommunale à s’adapter, et bien tant pis.
 
J’en assumerai la responsabilité. Mais il faut trouver une solution socialement acceptable », explique Willy Demeyer, président du conseil d‘administration d’Intradel.
 
Le conseil d’administration se réunira ce jeudi pour débattre une nouvelle fois de la question.
 
D’après nos informations, il envisagerait de reporter le passage des langes au conteneur noir à l’année 2022.

« Un enjeu environnemental »  

Mais pourquoi devrez-vous jeter vos langes usagés dans les conteneurs noirs, et non plus dans les conteneurs verts, comme vous aviez pourtant l’habitude de le faire ?
 
« Pour des raisons environnementales », explique Intradel.
 
« Car depuis une dizaine d’années, la composition du lange a évolué.
 
Aujourd’hui, les langes pour enfants sont composés à 100 % de matière plastique. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, ces langes ne peuvent plus être intégrés dans le traitement des déchets organiques.
 
Puisque qu’avec ces déchets organiques, nous produisons du compost qui est utilisé pour fertiliser les champs.
 
Si nous laissons les langes dans la fraction organique, on rejetterait plus ou moins 250 particules fines, inférieures ou égales à cinq millimètres de plastique, par mètre carré cultivable.
 
Il y a donc un enjeu environnemental. Dans cette logique-là, on a réfléchi à transférer les langes qui traditionnellement allaient dans le conteneur vert, vers les déchets ménagers résiduels pour éviter de polluer les sols ».
 
Si Intradel n’a pas encore adopté ce changement, d’autres intercommunales sont déjà passées au nouveau régime.
 
 

Article par STEFANO BARATTINI
 
 
 
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel