«Le Salon de l’Auto pourrait être étendu sur davantage de jours que prévu»

Lien permanent

Visiter le Salon de l’Auto en deux heures 

C’est l’une des pistes avancées par la Fébiac qui prévoit plusieurs scénarii 

 
La Fébiac a concocté plusieurs « plans » pour le bon déroulement du Salon de l’Auto 2021. Le plan sanitaire le plus dur n’autorise pas à monter à bord des voitures présentées.  

 

« Nous voulons que l’événement soit le plus flexible possible de manière à pouvoir adapter le dispositif du jour au lendemain », explique Pierre Lalmand, directeur général du Salon de l’Auto et directeur de la Maison de l’Automobile à la Fébiac, la fédération de l’industrie automobile.
 
Plusieurs plans sont sur la table quant à la tenue du Salon du 15 au 24 janvier 2021.
 
À moins d’une fin rapide de l’épidémie, une chose est acquise : il faudra réserver sur le web sa visite, le jour et le créneau horaire. Le visiteur devra encoder son adresse électronique et son numéro de GSM.
 
« De cette manière, nous pourrons le prévenir rapidement si la situation évolue », précise Pierre Lalmand.
 
 
Une réserve de places
 
 
L’idée est de limiter l’accès à cette manifestation qui réunit d’habitude près d’un demi-million de Belges. L’affluence pourrait être réduite jusqu’à un total de 150.000 personnes.
 
Toutes les places disponibles pour une journée ne seront pas vendues d’emblée.
 
Un tampon de plusieurs milliers de tickets pourrait être gardé. Cela évitera de devoir refouler des gens en cas de modification inopinée des conditions d’accueil. Et si rien ne change, ces milliers de places en suspens pourraient être proposées la veille du jour J, avec peut-être un prix réduit.
 
 
Qu’en sera-t-il si les places s’arrachent à l’image d’un concert rock.
 
« La décision n’a pas été encore prise, mais on pourrait envisager d’étendre le Salon sur davantage de jours que prévu », indique Pierre Lalmand. Une autre piste serait de « chouchouter » lors du Salon 2022 – celui de la 100 e édition – les candidats qui n’auraient pas pu être servis en 2021, Ils bénéficieraient d’une sorte d’accès VIP.
La taille des stands d’exposition devrait être réduite.
 
« Cela ne signifie pas qu’il y aura forcément beaucoup moins de véhicules. On peut travailler sur l’espace qui n’est pas visible du grand public, les salles de réunion à l’arrière, le catering… De toute manière, il y aura moins de personnel ».
 
 
Le scénario le plus restrictif prévoit qu’il ne sera pas possible de monter à bord des véhicules et qu’il n’y aura pas d’informants pour vous aider à configurer une voiture.
 
Par contre, il est envisagé de mettre des codes à scanner .
 
Ils permettraient au visiteur de contacter via smartphone un informant spécialisé dans le modèle choisi.
 
 
Si la situation sanitaire est moins grave, les informants seront sur le stand. Il n’y aura qu’une entrée par stand afin de réguler l’affluence. Dans ce cas, il devrait être possible de monter à bord, moyennant une désinfection.
 
 
Pour aller d’un palais à l’autre, il y aura un sens. Mais, on pourra revenir sur ses pas à l’intérieur d’un palais.
 
Grâce à la réduction des stands, il existera des zones tampons. Le temps de visite devrait osciller entre 1h30 et 2h00. Trop peu ? « En moyenne, une visite dure 3h30. Ici, il n’y aura pas de files.
 
Nous aurons les fleurons des marques car Genève n’aura pas lieu.
 
Ce sera un peu comme une visite privée », assure Pierre Lalmand.
 
En parallèle, le Salon va se développer sur le plan digital.
 
 
Article de YANNICK HALLET
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel