Le secteur de l’événementiel se rebiffe et se fait entendre ! Opération escargot à Huy !!!

Lien permanent

Opération escargot à Huy du secteur événementiel

Le secteur de l’événementiel se rebiffe et se fait entendre !

A l’arrêt depuis six mois, sans la moindre rentrée financière, le secteur lance un SOS. Des opérations escargot ont été menées ce mercredi dans toute la Wallonie avec comme point de convergence, le gouvernement wallon à Namur. Il y avait une centaine d’acteurs du secteur de l’événementiel (organisateurs d’événements, forains, djs, photographes, traiteurs, food trucks, ...) présents à Namur avec une soixantaine de véhicules dont une vingtaine de food trucks et des camions de forains.

Un cortège a pris le départ ce mercredi matin à 6h du Moulin de Solières en passant par Huy, Seraing, Liège (place St-Lambert), Flémalle, Huy, Andenne et Namur. Il y avait au total sept cortèges escortés par la police. « L’objectif est de s’unir avec tous les secteurs oubliés par cette crise du coronavirus. Une crise qui entraîne de nombreux dommages collatéraux. Car nous n’avons toujours pas de réponse quant à une éventuelle reprise. Il n’y a pas de perspective et rien ne bouge. Alors qu’en France, les mariages et autres manifestations populaires sont autorisées  ! Il y a des frais qui continuent, du matériel à amortir, ... », dénonce Alexandre Peeters, organisateur d’un des cortèges.

 

Rencontre des ministres

Les manifestants ont rencontré le ministre-président wallon, Elio Di Rupo et le vice-président wallon et ministre de l’Economie, Willy Borsus ainsi que le député François Dequenne (cdH). Une autre rencontre a eu lieu à Bruxelles avec le ministre des indépendants et PME, Denis Ducarme.

Marc Ronveaux, DJ et patron de la discothèque du Moulin de Solières, faisait partie de la délégation qui a rencontré les ministres: « Tous les secteurs de l’événementiel ont pu s’exprimer. Nous leur avons fait des propositions pour qu’ils assouplissent les mesures du prochain Conseil national de sécurité comme par exemple pouvoir aller chercher sa commande au bar, ce qui diminuerait le personnel nécessaire, pouvoir ouvrir une heure plus tard, octroyer la TVA à 6% comme pour les restaurateurs, quand on va redémarrer; recevoir la prime de 3500€ rapidement; la prolongation du droit-passerelle jusqu’en mars 2021 ».

« Nous avons marqué notre incompréhension par rapport à l’ouverture des clubs échangistes alors que les discothèques restent fermées. Par ailleurs, on peut danser à Bruxelles dans les bars avec sa bulle mais pas en Wallonie ! Les bourgmestres vont pouvoir donner des dérogations pour les événements futurs et si on n’est pas d’accord, on interpellera à nouveau les ministres », prévient Marc Ronveaux.

 

Article Par Marc Gérardy

 

Source

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel