• Baignades interdites à Hamoir et Ferrières

    Lien permanent

    Présence de cyanobactéries dans l’Ourthe: baignades interdites à Hamoir et Ferrières

    Semblables à des algues bleues, ces bactéries photosynthétiques sont naturellement présentes en eaux douces. Leur prolifération est notamment favorisée par les températures élevées et le faible niveau d’eau.

    « Un chien est décédé après avoir bu de l’eau dans l’Ourthe à Esneux et une petite fille est tombée malade à Comblain-au-pont », informe le bourgmestre d’Hamoir, Patrick Lecerf. « La présence d’algues a été constatée visuellement dans l’Ourthe sur notre territoire. Elles seraient localisées sur la partie de l’Ourthe allant d’Esneux à Ferrières », ajoute-t-il.

    Les quatre communes potentiellement concernées par la présence de cyanobactéries, à savoir Ferrières, Hamoir, Esneux et Comblain ont décidé d’interdire toute baignade et fréquentation des eaux de baignade de l’Ourthe jusqu’à nouvel ordre, afin d’assurer un maximum de sécurité à leurs citoyens.

     
     

    Troubles de la santé

    Ces cyanobactéries sécrètent des toxines pouvant causer des troubles de la santé chez l’homme et les animaux, tant au contact qu’à l’ingestion ou à l’inhalation. L’intensité des troubles est variable : irritations de la peau, maux de tête, nausées, gastro-entérites aiguës voire atteintes neurologiques. Les intoxications peuvent être mortelles pour les animaux.

    Il est demandé à chacun de respecter strictement ces interdictions et de prévenir rapidement le gestionnaire du site ou la commune en cas de problèmes de santé.

    Article et rédaction par F S

    Source

  • A mi-temps à l’école ???

    Lien permanent

    Rentrée : les écoles pensent déjà à l’orange  

    A mi-temps à l’école ? Les réseaux alors favorables à l’enseignement   à distance de nouvelle matière 

    Officiellement, la rentrée scolaire est toujours prévue en tenant compte du « scénario » de couleur jaune.
     
    Si les autorités de la Fédération espèrent ne pas devoir passer à l’orange, la hausse des contaminations ne l’exclut pas, à tout le moins dans certaines zones.
     
    Les écoles en tiennent déjà compte dans leur préparation, nous dit-on.
     
    Cela aurait de lourdes conséquences pour l’enseignement secondaire, les classes étant coupées en deux et les enfants ne passant que deux jours par semaine à l’école.
     
    Ce qui remet sur la table la question de l’enseignement à distance de nouvelles matières : interdit jusqu’ici, il a aujourd’hui les faveurs de plusieurs réseaux scolaires.  
    Fin juin, une circulaire présentait les quatre couleurs qui rythmeront les prochains mois d’école, à commencer par la rentrée de septembre : vert (risque nul), jaune (risque faible), orange (risque modéré) et rouge (risque élevé).
     
    Du jaune à l’orange
     
    Vu que le vert est pour l’instant inaccessible (il sera éligible lorsque nous aurons un vaccin), c’est sur base du code jaune qu’autorités et écoles ont travaillé jusqu’ici.
     
    « Depuis le début, nous savons que le code orange est tout à fait envisageable », reconnaît Julien Nicaise, le patron de Wallonie Bruxelles Enseignement (WBE).
     
    C’est dire si nombre d’écoles en ont déjà tenu compte dans leur travail préparatoire.
     
    « Il faudra apprendre à jongler avec les couleurs tant que le virus sera là », précise-t-il encore.
     
    Aujourd’hui, le code jaune reste donc d’actualité. Sera-t-il bientôt remis en question ?
     
    Hier, le ministre de l’Enseignement flamand Ben Weyts annonçait qu’il prendrait sa décision dès ce vendredi…
     
    En l’absence de toute réunion du Conseil national de sécurité (CNS). Et il enfonçait le clou : c’est aux Communautés de bouger.
     
     
    Qu’en pense-t-on à la Fédération Wallonie Bruxelles ?
     
    Au cabinet du ministre-président, Pierre-Yves Jeholet (MR), on insiste sur le fait que les Communautés se parlent, que l’on tiendra compte de l’avis des experts et que l’on espère une position commune pour tout le pays...
     
    Même s’il n’est pas exclu qu’elle soit différente d’une Région à l’autre, parfois même dans certaines zones à l’intérieur des Régions.
     
    Comme les chiffres des contaminations semblent doucement se stabiliser, on espère pouvoir garder le code jaune.
     
    Passer du jaune à l’orange n’a pas de grandes conséquences dans l’enseignement fondamental où, quel que soit le scénario, les enfants viennent tous à l’école tous les jours.
     
    Seules les excursions seraient annulées, en cas de code orange, et la prise de repas devrait se faire « dans la bulle de contacts » (la classe) et plus à la cantine.
     
    Deux jours à l’école
     
    En secondaire par contre, passer du scénario jaune (quatre jours à l’école, sauf le mercredi) à l’orange est lourd de conséquences : les classes sont coupées en deux et les élèves ne viennent plus que deux jours par semaine à l’école.
     
    Ce qui repose la question de l’enseignement à distance de nouvelle matière, qui avait été interdit lors de la suspension des cours au printemps dernier.
     
    « Pour moi, c’est évident que de la matière nouvelle devrait alors être enseignée à distance », explique Julien Nicaise, d’ailleurs sur la même longueur d’ondes que le Segec, la coupole qui chapeaute les écoles catholiques… M. Nicaise précise qu’il n’en a pas discuté avec les autres réseaux, ni avec la ministre.
     
    Cela repose aussi le problème de l’égalité entre les enfants.
     
    « Les enfants seront au moins deux jours à l’école chaque semaine : il sera donc plus facile de leur donner du boulot pour la maison », explique le patron de WBE.
     
    « L’école pourra prêter, le cas échéant, un ordinateur aux enfants qui n’en auraient pas.
     
    De gros efforts ont été fournis ces derniers mois pour doter les écoles en matériel informatique », précise encore celui qui plaide, malgré tout, « pour la rentrée scolaire la plus normale possible ».
     
    Par  Didier Swysen  Dans Les éditions  Sudpresse

  • Aucune festivité n’est prévue à Huy le 15 août à cause de la pandémie !!!

    Lien permanent

    Événements interdits les 14, 15 et 16 août 

    Le bourgmestre Christophe Collignon a pris un arrêté pour éviter les rassemblements durant ce week-end 

    Aucune festivité n’est prévue à Huy le 15 août à cause de la pandémie, mais le bourgmestre redoute tout de même les rassemblements spontanés durant ce week-end à Huy.
     
    Il a donc décidé de prendre un arrêté pour interdire tous les événements les 14, 15 et 16 août.  

    Le 15 août sera très particulier à Huy cette année.

    Pas de feu d’artifice, ni de foire, ni de rassemblements des confréries gastronomiques.

    N’empêche, depuis des décennies, ce jour de fête est ancré dans le cœur des Hutois.

    Et le bourgmestre de Huy redoute que le 15 août soit l’occasion d’organisation de fêtes ou de rassemblements « spontanés ». Des attroupements qu’il veut à tout prix éviter en cette période de pandémie.

    Dès ce vendredi 6h
     
    Christophe Collignon a donc décidé de prendre un arrêté pour interdire sur le territoire hutois toute manifestation, organisation ou activité qu’elle soit organisée sur le domaine public ou sur le domaine privé accessible au public, les 14, 15 et 16 août.
     
    Cette interdiction liée à la crise Covid sera effective dès le vendredi 14 août 6h et jusqu’au lundi 17 août à 1h. L’arrêté prévoit aussi que l’horeca ne peut organiser d’autres activités que ses activités habituelles, que les émissions musicales sont interdites, que les aubettes à boissons, les cuisines mobiles, les tonnelles et les chapiteaux sont aussi interdits durant la période ciblée.
     
    De rares exceptions sont prévues pour des activités considérées comme non-problématiques et qui sont déjà dûment autorisées par l’autorité.
     
    Le 7 mai, le gouverneur avait déjà pris un arrêté pour interdire tous les événements sur le territoire de la Province. Il s’agissait alors des grands événements programmés au cours des mois à venir, comme la fête foraine ou le feu d’artifice.
    L’arrêté pris ce mardi par le bourgmestre est plus précis et vise à interdire spécifiquement les « petits » événements qui pourraient survenir spontanément durant ce week-end, habituellement festif.
     
    Par ailleurs, pour éventuellement intervenir en cas de rassemblements de foule à Huy, le bourgmestre avait demandé des renforts policiers du fédéral ou des autres zones.
     
    « Huy est un pôle, attire du monde et a un effet de centralité dans la région. Pour le 15 août par exemple, des gens vont venir à Huy, malgré les annulations d’événements. Il faut des renforts policiers pour appliquer les directives » nous expliquait-il.
     
    La Ville de Liège a d’ailleurs fait la même démarche et a obtenu des renforts.
     
    Mardi, le bourgmestre n’avait pas encore de réponse formelle à son appel, mais espérait, lui aussi pouvoir compter sur des effectifs supplémentaires durant ces trois jours.
     
    Dans notre édition du 28 juillet, Christophe Collignon confiait que la zone de police de Huy fonctionnait actuellement avec 30 % à 40 % de ses effectifs.
     
    « Ainsi, le soir, il y a environ quatre policiers pour surveiller la Grand-Place de Huy, un lieu particulièrement fréquenté » précisait-il.
     
    Article et rédaction par Aurélie Bouchat 
     

    Christophe Collignon

  • L’événementiel soutenu sur les réseaux sociaux

    Lien permanent

    Le secteur de l’événementiel va mal. Tous espéraient accueillir 400 voire 800 personnes en extérieur en août. Le dernier CNS en a décidé autrement.

    En soutien, le mouvement « sound of silence » (son du silence, NdlR) a vu le jour sur les réseaux.

    Il est symbolisé par une croix orange et trois mots à placer sur sa photo de profil. Les organisateurs d’événements, maisons culturelles, travailleurs du secteur et sympathisants ont ainsi voulu dénoncer « leur impuissance » et le silence des autorités.

     

    Le secteur exige de la clarté et des perspectives. « Les événements ’coronaproof’ sont possibles.

    Le secteur s’est organisé pour pouvoir démarrer début juillet.

    Après des mois d’incertitude et à présent que d’autres secteurs reprennent, la coupe est pleine », dénoncent les organisateurs de la campagne.

     

    Source

  • Courses cyclistes: stop ou encore?

    Lien permanent

    L’épreuve était attendue comme un rosé provençal bien frais en fin d’après-midi sous le cagnard estival.

    Aubel-Thimister-Stavelot est pourtant restée au frigo pour un an au moins. Dans son sillage, l’épreuve internationale pour Juniors, qui devait ouvrir le calendrier UCI (toutes catégories) en Belgique, a entraîné une vague d’annulation chez les jeunes.

    Pas de courses de côtes à Vresse-sur-Semois ni à Herbeumont, des championnats nationaux reportés (à quand ?) voire annulés (comme pour les Juniors) : le calendrier national accuse le coup autant qu’Anvers la remontée du coronavirus.

    1Les épreuves professionnelles protégées

    Le cyclisme professionnel profite de son statut bien encadré, malgré des mesures très restrictives imposées par l’UCI et les pouvoirs locaux. Le Tour de Wallonie, qui fera escale la semaine prochaine à Montzen, Visé (3e étape, le 18 août) puis à Blegny (4e étape, le 19 août), a été contraint au huis clos par le gouvernement wallon. Une décision qui pourrait contraindre les classiques comme la Flèche Wallonne (Herve-Mur de Huy, le 30 septembre) et Liège-Bastogne-Liège (4 octobre) à des dispositifs similaires, sans public extérieur à la « bulle course » si la situation sanitaire ne s’améliore pas. Un moindre mal puisque l’épreuve par étapes pour professionnels bénéficiera d’un direct télévisé de près de deux heures pour chaque étape (sans garantir pour autant la bonne tenue du Grand Prix de Wallonie (16/09), qui s’était élancé l’an dernier de Blegny vers la Citadelle de Namur mais dont le placement au calendrier international en pleine dernière semaine du Tour de France ne garantit pas un intérêt médiatique).

    2Les jeunes en difficultés

    Ce luxe de la retransmission télévisée, les organisateurs des épreuves pour jeunes ne peuvent malheureusement pas s’en targuer. Le CC Hawy avait tout mis en place fin juin pour réorganiser le GP de la Magne, le 30 août prochain, mais l’interclubs pour Elites-sans-contrat et Espoirs passe définitivement à la trappe.

    « Cette décision fait suite au rebond de l’épidémie de coronavirus et aux nouvelles mesures restrictives annoncées par le CNS.

    Nous avions pris toutes les mesures Covid préconisées par les différents pouvoirs, mais ces mesures ne permettaient pas d’assurer le risque zéro », indiquaient la mort dans l’âme les organisateurs fin juillet.

    Pas mieux du côté de Saive, où les manches de la Cup5 VTT et du Kids Race Challenge pour U15 sur route sont définitivement annulées.

     
     

    3Des gros points d’interrogation

    Pour les dernières épreuves, plus l’échéance approche, plus la faisabilité de la course est remise en question par les autorités locales. Le GP Color Code, prévu le 6 septembre prochain à Bassenge, reste ainsi dans l’incertitude.

    « Nous n’avons toujours pas les autorisations », précise, inquiet, l’organisateur Christophe Detilloux.

    Il s’agit pourtant… du dernier interclubs pour Élites et Espoirs maintenu en cette fin d’été pour l’ensemble du pays. Le discours est similaire du côté de Christian Gilon, qui coordonne les épreuves à Jemeppe, inscrites le 27 septembre prochain au calendrier.

    L’interclubs pour Cadets et Juniors, précédé des courses pour U15, devrait être un temps fort de la fin de campagne des plus jeunes, mais reste incertain, tout comme la Philippe Gilbert Juniors (2-3/10) qui devrait pour la première fois se disputer sous la forme d’une course par étapes UCI, en 2 jours. « Je me bats pour maintenir les épreuves », insiste le directeur de course Christian Gilon.

    « Les réunions préparatoires avec les communes et zones de police sont positives, et nous respecterons les mesures gouvernementales et provinciales en refusant tous spectateurs et en n’installant pas de buvette au départ/arrivée. »

    4 Les Amateurs/Masters privilégiés

    Les moins touchés par la crise restent les… aînés ! Les épreuves pour Amateurs et Masters n’ont connu qu’assez peu d’annulations, et les pelotons sont bien fournis depuis la reprise des courses de l’Entente Cycliste de Wallonie.

    Seul Cras-Avernas, prévu ce 15 août, et les courses élites 3 de Burdinne, programmées le 29 août, passent à la trappe.

    « Les deux manches du Challenge Bicyclic, à Juprelle (22/08) et Petit-Rechain (27/09) sont pour l’instant maintenues, tout comme José (1/09), Lontzen (12/09) et Marchin (26/09) car les contacts avec les bourgmestres restent positifs », se félicite Guy Crasset, qui compte près de 150 participants à chaque course.

    Les épreuves du Kids Race Challenge, pour les U15, restent soumises aux mêmes contraintes (pré-inscription en ligne obligatoire, pas de public…), les bourgmestres devant décider avec les organisateurs si les manches peuvent se dérouler ou non.

    La fédération «se plie aux décisions des bourgmestres»


     

    Dans ce contexte où le calendrier provincial – et wallon en général – fond aussi vite qu’un glaçon en pleine canicule, la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles ne peut que se plier aux annulations communiquées par les organisateurs.

    « C’est regrettable que le nombre d’organisations cyclistes soit limité cette année », entame le secrétaire général de la FCWB Fernand Lambert.

    Le Blegnytois, par ailleurs président du Pesant CL et de la section provinciale, a lui-même dû annuler les courses prévues pour les U15 à Saive les 22 et 23 août prochains.

    « Mais au niveau sanitaire, il faut prendre les précautions adéquates.

    Les mesures gouvernementales ont transmis la responsabilité des événements aux gouverneurs et bourgmestres.

    C’est forcément regrettable pour les jeunes coureurs, mais il faut s’incliner face aux décisions des bourgmestres. »

    Aucun risque

    En Flandre, pourtant, Cycling Vlaanderen a mis en place un protocole strict qui a abouti à la tenue de nombreuses épreuves, sur le circuit de Zolder mais aussi en kermesses de village ou en interclubs avec le Tour du Brabant Flamand. « Je ne veux pas comparer la situation en Wallonie et en Flandre », modère Lambert.

    « Nous ne voulons prendre aucun risque. Ce sera forcément une année de perdue pour tout le monde, organisateurs comme coureurs. La tenue du TRW, même à huis clos, est importante pour le sport professionnel avec des enjeux économiques colossaux.

    Nous encourageons et soutenons les organisateurs pour jeunes dès lors que les bourgmestres donnent leur feu vert, mais nous ne pouvons pas aller à l’encontre des décisions communales. »

    Des craintes pour 2021

    Mais au-delà des annulations en 2020, Lambert s’inquiète surtout pour la prochaine campagne.

    « Je crains que les organisateurs soient financièrement en difficulté en 2021 », envisage-t-il.

    « Toute l’économie souffre, donc les sponsors auront du mal à continuer à soutenir les organisations. »

    L’agenda: première course le 18 août

    18/08 : Tour de Wallonie : Montzen-Visé (Pros)

    19/08 : Tour de Wallonie : Visé-Erezée (Pros)

    22/08 : Juprelle - Challenge (Amateurs/Masters)

    1/09 : José-Battice (Amateurs/Masters)

    6/09 : GP Color Code Bassenge (Interclubs U23/Elites)

    12/09 : Lontzen (Amateurs/Masters)

    16/09 : GP de Wallonie (Pros)

    20/09 : Kids Race Challenge Visé (U15)

    26/09 : Marchin (Elites/Espoirs)

    27/09 : Kids Race Challenge Jemeppe (U15)

    27/09 : GP A.R. Gilles (Top Compétition Cadets)

    27/09 : GP Becco (Interclubs Juniors)

    27/09 : Petit-Rechain - Challenge (Amateurs/Masters)

    30/09 : Flèche Wallonne Herve-Huy (Pros)

    2-3/10 : La Philippe Gilbert Juniors (UCI 2.1 Juniors)

    3/10 : Corswarem (U17)

    3/10 : Kids Race Challenge Corswarem (U15)

    4/10 : Liège-Bastogne-Liège (Pros)

    4/10 : Liège-Bastogne-Liège (U15)

    18/10 : Kids Race Challenge Bilstain (U15)

     

    Article et rédaction par PAR MAXIME SEGERS

     

    Source

  • Facebook limite la portée des médias imposteurs, liés à des groupes politiques

    Lien permanent

    Le géant des réseaux sociaux constate qu’il y a un nombre « croissant » de publications soi-disant informatives, directement liées à des partis ou personnalités politiques, qui se consacrent en réalité principalement à « influencer les politiques publiques ou les élections », d’après un communiqué.

    Ces « médias » américains pourront rester sur la plateforme mais pas figurer sur Facebook News, sa section d’infos qui diffuse des articles de quotidiens, magazines et sites partenaires.

    Côté publicité, ces pages seront considérées comme des entités politiques et non comme des médias (qui bénéficient de certaines exemptions). Elles ne pourront plus diffuser d’infos via les messageries Messenger et WhatsApp.

    Ces médias partisans, considérés comme imposteurs, se présentent souvent comme des sites d’informations locales. En pratique, ils rediffusent essentiellement des articles plus ou moins modifiés d’autres sources.

    Facebook multiplie les initiatives pour protéger le processus démocratique et les électeurs des campagnes de désinformation, aussi bien étrangères que domestiques.

    « Nous travaillons en permanence avec des partenaires pour comprendre les nouveaux risques, tout ce qui peut mal tourner, et nous assurer que nous nous préparons bien aux différents scénarios possibles », a déclaré Guy Rosen, un vice-président du groupe en charge de l’intégrité de la plateforme, lors d’une conférence de presse.

    Fin juin, le réseau social a décidé de donner la priorité aux « couvertures originales de l’actualité » : quand différents articles sont publiés sur la même nouvelle, l’algorithme doit repérer celui qui « est le plus souvent cité comme étant à la source de l’information » et le faire apparaître en tête.

    Les autres plateformes ne sont pas en reste. La semaine dernière, Google a indiqué que les annonceurs politiques qui se font passer pour des sites d’informations locales ne pourraient plus faire de la publicité à partir de septembre.

    Twitter, de son côté, a interdit toutes les publicités à caractère politique à l’automne, y compris celles de médias qui reçoivent des fonds de partis et comités politiques.

     

     

    Source

  • Avis décès de la région Monsieur Freddy COLYNS Domicilié à Warzée

    Lien permanent

    MONSIEUR

    Freddy COLYNS

    Veuf en première noce de Madame Monique RENARD
    Veuf en deuxième noce de Madame Danielle FIEVET

    Né à Huy, le 22 décembre 1940 et décédé à Huy, le 11 aout 2020.

    Domicilié à Warzée

    L'absoute, suivie de l'incinération au crématorium du Coeur de Wallonie de CINEY, aura lieu en l'église de WARZEE, le lundi 17 aout 2020 à 10 heures 30.

    Le dépôt de l'urne cinéraire aura lieu au cimetière d'OUFFET, vers 15 heures 15.

    Freddy repose au funérarium LARDAU-JEANJEAN & Fils, Rue Petit-Ouffet, 67 à 4590 OUFFET, où la famille sera présente samedi et dimanche de 17 à 19 heures.

    Le jour des funérailles, réunion à l'église.

    Cet avis tient lieu de faire-part.

    Conformément aux dernières directives gouvernementales, le port du masque est obligatoire au funérarium ainsi qu’a l’église.

    Pompes Funèbres LARDAU-JEANJEAN & Fils
    Funérariums et fleurs
    Melreux, Marche, Bonsin, Ouffet, Barvaux s/O, Anthisnes
    086/36.75.82

    Source

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Avis décès de la région Madame Eliane GOFFIN Domiciliée à Ocquier

    Lien permanent

    dc goff 12 aou.png

    Madame Eliane GOFFIN

    Domiciliée à Ocquier (4560)
    Née à Romedenne (5600) le vendredi 7 octobre 1932
    Décédée à Liège (4000) le mercredi 12 août 2020 à l'âge de 87 ans

    Source

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Sorties culturelles PCS : découverte nature à Tavier le 14 septembre 2020

    Lien permanent

    Le PCS Condroz organise une nouvelle sortie culturelle :

    - 14 septembre : Découverte nature à Tavier avec un guide Natagora

    Toutes les informations en pièces jointes ou bien via https://sites.google.com/view/pcscondroz/nos-projets/sorties-culturelles-accessibles

  • Sorties culturelles PCS : Visite de Huy Lundi 24 août 2020

    Lien permanent

    Le PCS Condroz organise une nouvelle sortie culturelle :

    - 24 aout : Visite de Huy et de son Fort

     

    Toutes les informations en pièces jointes ou bien via https://sites.google.com/view/pcscondroz/nos-projets/sorties-culturelles-accessibles

     

  • Hausse des cas de coronavirus à Bruxelles et en province de Liège

    Lien permanent

    L’incidence sur les sept derniers jours est elle de 35,8 nouveaux cas par 100.000 habitants, contre 32,3/100.000 habitants les sept jours précédents. Il y a donc une augmentation de 11,2% entre les deux périodes, ou une incidence sur 14 jours de 68,0 nouveaux cas par 100.0000 habitants.

    Les hospitalisations augmentent, avec une moyenne de 26,7 admissions quotidiennes entre le 1er et le 7 août (+15%). Lundi, 312 lits d’hôpital étaient occupés par des patients infectés par le coronavirus, soit 8% de plus que le lundi 3 août, dont 73 aux soins intensifs (+35%), et 42 qui nécessitaient une assistance respiratoire.

    Du 1er au 7 août toujours, le nombre de décès «avec Covid-19» s’est élevé à 3,6 par jour en moyenne (+56% par rapport à la précédente période de sept jours).

     

    «À travers le territoire, la croissance semble ralentie. Nous assistons toujours à une augmentation du nombre de nouveaux cas, mais cette augmentation a ralenti ces derniers jours», indique Sciensano dans son rapport.

    «Dans les provinces d’Anvers (-2% du 1er au 7 août, NDLR.) et de Luxembourg (-17%), on assiste à une diminution du nombre de nouveaux cas. Cela pourrait signifier que le pic de la deuxième vague est déjà derrière nous, si nous continuons à suivre les règles de base ces prochaines semaines.»

    +16% à Liège

    L’institut attire l’attention mardi sur un plus grand nombre de cas dans la région de Bruxelles-Capitale (+40%) et en province de Liège (+16%) entre les deux périodes de sept jours comparées. Dans le Hainaut, cette augmentation est aussi de 36%.

    Au total, la Belgique a détecté 74.620 infections au Covid-19 depuis le début de l’épidémie. La Belgique a déjà recensé 9.879 décès.

     

    Source

  • Le concours Miss Belgique 2021 pourrait être annulé... Parmi les candidates de la région, il y a  Noémie Rosato, 23 ans, de Nandrin

    Lien permanent

    Les sélections provinciales, qui se déroulent généralement durant le mois de septembre, pourraient également ne pas avoir lieu, explique Darline Devos, l’organisatrice du concours. Le voyage des finalistes en Égypte devrait également tomber à l’eau.

    Contractuellement, c’est donc la Miss Belgique 2020 qui verra son titre prolongé de quelques mois. Celine Van Ouytsel, gagnante du concours en janvier dernier, serait ainsi la première Miss de l’histoire à garder son titre plus d’un an grâce à cette clause du contrat.

     Source

    MISS BELGIQUE 2021, C’EST PARTI ! Noémie Rosato de Nandrin est candidate !!!

     

    Parmi les candidates de la région, il y a aussi Noémie Rosato, 23 ans, de Nandrin, qui est, elle, diplômée en communication.

    « Je n’avais jamais participé à un concours de ce type avant. En 1991, ma cousine a été Miss Wallonie. Moi, j’ai commencé à poser pour des photographes et, petit à petit, j’ai pris confiance et je me suis intéressée à ce milieu », confie Noémie.

    "Je n'avais jamais participé à un concours de ce type avant.

    En 1991, ma cousine est devenue Miss Wallonie, je pensais donc quelque fois au concours Miss Belgique, sans jamais vraiment oser me lancer.

    Puis j'ai commencé à poser pour des photographes et petit à petit, j'ai pris confiance, je me suis intéressée au milieu de la mode et de l'élégance, je me suis inscrite et je me suis dit que Miss Belgique pouvait vraiment être une belle expérience dans la vie.

     

    J'ai toujours aimé le monde de l'évènementiel, je suis diplômée en communication (Hepl), j'ai travaillé pour le festival international du rire de rochefort, j'ai également été jury jeune pour le FIFPL (Liège) et pour le FIDEC (Huy). 

     

    J'ai déjà eu des rôles dans des courts métrages, j'ai participé à des compétitions en danse de salon où j'ai pu remporter quelques médailles dans la catégorie Open Class.

     

    Même si je sais que la compétition va être rude, j'espère aller le plus loin possible en profitant de chaque moment. J'apprends beaucoup grâce au concours, cela sera une belle expérience, je veux en profiter un maximum ! 

    J'aime aller vers les gens, rencontrer de nouvelles personnes, ce sera pour moi l'occasion de représenter avec joie ma région et mon pays ! "

     

    Les personnes résidants en Belgique peuvent voter pour moi en envoyant ML14 au 6665 ou via le site internet de Miss Belgique : https://app.missbelgium.be/vote/Provinciaal2021/ML14

     

    (les votes par SMS ne sont valables qu'en Belgique, pour l'étranger il faut passer par le site internet, c'est la grande nouveauté cette année) 

    noemi rosato.jpg

     

    rosato .jpg

     

  • Message très important !!! Si tu vas en Grèce à partir du 17/08/20 !!!!

    Lien permanent

    En cas d’arrivée par voie aérienne et terrestre, à partir du 17/08/20, à l’arrivée, chaque voyageur est prié de présenter un certificat avec un résultat négatif d’un test moléculaire pour le coronavirus (test PCR) réalisé dans les 72 heures avant son arrivée. 

    Source https://diplomatie.belgium.be/fr/Services/voyager_a_letranger/conseils_par_destination/grece

     
    Message très important. Test Covid avant de partir en Grèce !!!
    Pour Info, il faut de nombreuses informations sur le certificat :
    Test PCR obligatoire à partir du 17 août
    Le gouvernement grec a annoncé  (10 août 2020) un test pcr obligatoire pour le COVID-19 à partir du 17 août 2020.
     
    Ce test doit être effectué dans les 72 heures (trois jours) avant le départ.
    Cela s’applique à tous les voyageurs en provenance de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, d’Espagne, de République tchèque.
    Le gouvernement grec a introduit cette mesure pour contrôler l’augmentation des cas de COVID-19.
    Le choix de ces pays spécifiques a été déterminé par les scientifiques sur la base de critères épidémiologiques dans les pays susmentionnés.
    Tous les passagers doivent être testés pour COVIDE-19 dans un laboratoire au moyen d’un test PCR, qui est pris avec un écouvillon du nez ou de la gorge.
    Seuls les voyageurs qui ont un certificat d’un résultat négatif d’un test RT-PCR peuvent entrer dans le pays par les autorités frontalières et doivent satisfaire aux critères suivants:
    • Les certificats doivent être rédigés en anglais (aucune traduction n’est pas dans une autre langue).
    • Les certificats doivent inclure le nom et le numéro de passeport/carte d’identité nationale du voyageur.
    Les tests RT PCR peuvent être effectués par :
    • Laboratoires nationaux de référence
    • Laboratoires nationaux de santé publique ou
    • Laboratoires privés accrédités par les organismes nationaux d’accréditation respectifs (pas nécessairement spécifiques au COVID-19).
    Les certificats des tests RT PCR, qui ne répondent pas aux critères ci-dessus, ne seront pas acceptés.
    La contrefaçon de certificat est punie par la loi grecque.
    Tous les passagers (en provenance des pays ci-dessus) avec la Grèce comme destination finale ne seront pas admis à l’embarquement sans un résultat négatif d’essai pcr.
    Il n’y a pas d’exceptions d’âge pour passer le test RT PCR.
     
  • Avis décès de la région Madame Yvette SLUSE Veuve de Monsieur Walthère FRANZEN domiciliée à Clavier

    Lien permanent

    MADAME

    Yvette SLUSE

    Veuve de Monsieur Walthère FRANZEN

    Née à Aywaille, 26 mars 1931 et pieusement décédée à Ochain, le 11 aout 2020.

    Vous en font part,

    Dany et Viviane DEJEJET-FRANZEN
    Patrick FRANZEN
    Boris et Fabienne ZWERTS-FRANZEN

    ses enfants ;

    Olivier et Magaly
    Carole et Maxime
    Elodie et Ludovic
    Daisy et Maxime

    ses petits-enfants ;

    Inès, Mathys, Anouk, Basil, Colin

    ses arrière-petits-enfants ;

    Les familles FRANZEN-SLUSE et apparentées.

    L’incinération aura lieu au crématorium du Coeur de Wallonie de CINEY, Rue du Cimetière, 13 à 5590 CINEY, le vendredi 14 aout 2020 à 8 heures 45, suivie de l'eucharistie en l’église de Dieupart d’AYWAILLE à 12 heures 30 et du dépôt de l’urne cinéraire au cimetière d’AYWAILLE

    Notre maman repose au funérarium LARDAU-JEANJEAN & Fils, Rue Petit-Ouffet, 67 à 4590 OUFFET, où la famille sera présente de 17 à 19 heures.

    Cet avis tient lieu de faire-part.

    Conformément aux dernières directives gouvernementales, le port du masque est obligatoire au funérarium ainsi qu’a l’église.

    Condoléances : www.funerarium-lardau-laffut.be

    Pompes Funèbres LARDAU-JEANJEAN & Fils
    Funérariums et fleurs
    Melreux, Marche, Bonsin, Ouffet, Barvaux s/O, Anthisnes
    086/36.75.82

    P.F. LARDAU-JEANJEAN & fils

    Source

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Incendie route de Dinant à Nandrin

    Lien permanent

    Route de Dinant à Nandrin aujourd'hui 12 août 2020, plus ou moins 9h00 

    Incendie toiture maison à appartement .

    L' incendie est maitrisé ......

    Plus d'infos dans nos éditions Sudinfo H-W

     

    https://huy-waremme.lameuse.be/

  • Nouveau : formation permis de conduire à Anthisnes, Hamoir, Ferrières, Ouffet

    Lien permanent
    Promotion Sociale OVA

    Nouveau : formation permis de conduire à Anthisnes, Hamoir, Ferrières, Ouffet

  • Dans la rubrique idée lecture sur le Blog !!! « DIAGENÈSE – LA GEÔLIÈRE DE JADE » (aux éditions Jets d’encre)

    Lien permanent

    Anne Pierrard est une auteure amaytoise, aventurière dans l’âme. Elle vient de faire paraître son premier roman intitulé « DIAGENÈSE – LA GEÔLIÈRE DE JADE » (aux éditions Jets d’encre). Dans une sombre et intrigante Écosse, l’auteure nous embarque dans un roman de fantasy atypique et prenant…

    Un mot sur l’auteure…
    Après des études de bio-chimiste en environnement, Anne Pierrard se tourne vers sa passion pour le voyage et les vieilles pierres, devenant professeur d’histoire-géographie. Globe-trotteuse, de l’Everest à la jungle tropicale de Bornéo en passant par les Highlands isolés, elle parcourt le monde à la recherche d’expériences inédites. C’est de ce goût de l’aventure que naît « Diagenèse – La geôlière de jade », son premier roman.

    Le pitch
    Enfants de pierre, c’est ainsi que l’on nomme les créatures dotées de capacités extraordinaires que certains hommes sont capables de créer. Golems minéraux, ils portent en eux une mission, le souhait profond de leur créateur. Pour Gabriel, né du granit, il s’agit de guérir ; pour Lyse, issue du jade, il s’agit de protéger ces humains particuliers de toute menace. Alors, quand elle apprend l’existence de Colin, jeune créateur en devenir, elle se précipite à ses côtés. Mais, seuls face aux terribles ressources du DAG (département d’Applications géologiques), Gabriel et Lyse parviendront-ils à préserver le don prometteur du jeune homme qu’ils ont pris sous leurs ailes ?

    Mêlant habilement romance, fantastique et éléments historiques, Anne Pierrard entraîne ses captivants personnages dans une surprenante Écosse, aussi actuelle que rongée de secrets, aussi riche que sombre, et tisse une intrigue prenante dont le rythme et le suspense ne manqueront pas d’emballer… même les cœurs de pierre !

    Info Commune d'Amay

     

    117663115_1838709179603952_2906998716951649861_n.jpg

     
  • La chaleur booste les populations des insectes et acariens

    Lien permanent

    Invasion de moustiques, guêpes, mouches, aoûtats, tiques, chenilles

    Guêpes qui gâchent vos repas, mouches qui virevoltent dans votre cuisine, moustiques qui vous empêchent de dormir… Vous ne rêvez pas, ces bébêtes sont très nombreuses cet été !  

    « Pour le moment, il est vrai que les insectes sont plus proches de nos domiciles : guêpes, mouches, moustiques. Ceci est dû à la situation climatique. Plus les températures sont élevées, plus les cycles sont courts. Dans le cas du moustique, on constate un cycle de trois semaines avec une température de 22 degrés. Si le thermomètre monte à 30 degrés, la durée du cycle se réduit. Et lorsqu’on sait qu’une femelle pond de 20 à 30 œufs par jour, ça devient vite exponentiel. La centaine de femelles de la première génération va devenir milliers dans les générations suivantes », nous explique Frédéric Francis, professeur à Gembloux Agro-Bio Tech. « Autre explication, comme il fait plus chaud, les fruits et plantes ont une maturation précoce. Les guêpes viennent donc se nourrir et se rapprochent. Ceci fait également qu’elles sont perçues comme étant plus présentes. »

    Autres nuisibles qui se multiplient cet été : les chenilles processionnaires. « On se rend compte que leur nombre est plus important. L’augmentation de l’activité est aussi liée au climat », ajoute le responsable de l’Unité d’Entomologie. « Pour tous ces insectes, il faudra voir si la canicule va se poursuivre. Avec la sécheresse, les ressources alimentaires des chenilles vont se tarir. Les eaux stagnantes qui permettent la reproduction des moustiques vont disparaître. Par contre si les pluies arrivent, l’activité pourrait encore augmenter. Quand on alterne pluie et chaleur, c’est ce qui est le plus propice ».
    Les généralistes recensent, eux, davantage de consultations suite à des contacts avec des tiques, aoûtats et punaises de lit par rapport à l’été passé. « Même si on retrouve les punaises de lit de manière récurrente, les vacanciers les ramènent aussi dans leurs valises. Une fois en Belgique, les punaises vont suivre la même évolution que les guêpes et moustiques. Le climat actuel est propice à leur développement », continue-t-il. « Les tiques, on les retrouve plus dans les zones boisées. On remarque un nombre d’attaques important. Si elles sont plus nombreuses, les besoins alimentaires sont supérieurs. En ce qui concerne les aoûtats, il n’y a pas encore de retour significatif mais ils devraient suivre les mêmes règles que les autres. »
    Cela va se répéter
    Un phénomène qui devrait se répéter car nos hivers ne sont plus rigoureux. « Le réchauffement climatique explique ces changements. Nos étés sont plus chauds et nos hivers sont de moins en moins froids. Il n’y a quasiment pas de gelées importantes avec des - 10 ou - 15ºC. Des températures aussi basses permettent une éradication mais ce ne fut pas le cas cette année. Ceci explique également que des espèces exotiques s’installent et pourraient s’adapter à nos régions. Cela pourrait être le cas du moustique tigre. Pour l’instant, il n’y a pas d’installation pluriannuelle car on connaît des gelées. Mais, s’il y a une augmentation de 2 à 5º C, ils pourraient survivre au froid ».
    Comment se protéger de ces « bébêtes » ? « Il faut éviter de laisser de l’eau stagnante et de la nourriture près de chez soi. Un système de piège attrape-mouche avec une source sucrée qui les attire permet d’en éliminer une partie significative », conclut le P r Francis.
     
    Par Alison Verlaet 
     
  • Les rues Delloye-Mathieu et de la Résistance sont en chantier à Huy, Soyez prévoyants !!!

    Lien permanent

    La transformation   des rues autour du Quadrilatère est lancée 

    Le centre sera plu accueillant pour les piétons 

    Evoquée depuis 2013, la transformation du quartier du Quadrilatère est lancée. Les rues Delloye-Mathieu et de la Résistance sont en chantier.
     
    L’objectif est de renouveler les conduites de gaz et d’électricité avant de transformer ces rues en espaces partagés entre automobilistes, piétons et cyclistes, ce qui implique la suppression des trottoirs.  
     
     
    Le dossier de rénovation du quartier avait été lancé en parallèle avec la transformation de l’ancien athénée de Huy.
     
    En contrepartie de la création des 80 logements par un privé et des millions investis, la Région wallonne avait octroyé un subside d’1.250.051 euros pour un projet de revitalisation urbaine.
     
    En 2019, les travaux de transformation se sont terminés et la plupart des logements sont à présent occupés.
     
    Les travaux viennent donc de démarrer avec les rues Delloye Matthieu et de la Résistance. L’idée de départ était de rendre le quartier plus accueillant pour les piétons.
     
     
    La revitalisation urbaine vise à faciliter et améliorer les cheminements doux des liaisons vers le Vieux Huy, le centre culturel et la gare, ainsi que le réaménagement du parking de la bibliothèque et le passage à 30 km/h dans le centre. Sept rues sont concernées : de la Résistance, Adolphe Chapelle, Grégoire Bodart, Delloye-Matthieu, l’Apleit, du Coq et des Frères Mineurs.
     
     
    Certaines deviendront des espaces partagés entre automobilistes, piétons et cyclistes, ce qui implique la suppression des trottoirs. C’est le cas de la rue Delloye-Matthieu (où se trouve l’entrée de l’école St-Louis), une partie de la rue de la Résistance, rue l’Apleit et rue du Coq.
     
    Les places de parking « pirates » seront aussi supprimées au profit d’emplacements clairement dessinés au sol, et rue Grégoire Bodart, il ne sera plus possible de se garer à cheval sur le trottoir du côté droit (celui de l’école) pour justement dégager ces trottoirs.
     
     
    Quelques sens de circulation changent également. En tout, 1.200 riverains sont concernés par les travaux.
     
    400.000 euros
     
    « Les travaux commencent par le renouvellement des impétrants -conduite de gaz, raccordements électriques- dans les rues Delloye et de la Résistance, ils doivent durer trois mois (1 mois pour la rue Delloye, 2 pour la rue de la Résistance). Ensuite, l’entreprise Cop et Portier entamera les travaux de rénovation proprement dits. Ils disposent d’un délai de 110 jours pour les mener à bien. »
     
     
    Cette rénovation pourrait être entamée après l’hiver ou non (en fonction des conditions météo) et devrait donc s’achever dans le courant de l’année 2021 » a précisé l’échevin des travaux Eric Dosogne. Le coût pour la rue Delloye est de 240.000 euros et de 160.000 pour la Résistance (le tronçon vers la rue Vankeer). Après ces travaux débutera immédiatement la rénovation du parking de la bibliothèque pour 311.000 euros.
     
     
    Les phases suivantes des travaux sont : l’avenue Chapelle et la rue des Frères Mineurs. Les rues l’Apleit, du Coq et Grégoire Bodart devraient suivre en 2022. « Rue l’Apleit les pavés seront conservés et rue Grégoire Bodart, un cheminement pédestre sera tracé vers le parc » conclut l’échevin.
     
    Article par Aurélie Bouchat 

  • Refuges : augmentation des abandons cet été

    Lien permanent

    Les mois de juillet et août sont généralement noirs en ce qui concerne les abandons d’animaux.
     
    Les vacances poussent de nombreux propriétaires à se séparer de leur animal et les refuges se retrouvent submergés.
     
    On constate tout de même une légère différence par rapport à l’année passée.
     
    À la SPA de Charleroi, notamment. « Nous avons plus d’entrées qu’en mars-avril mais pas celles que l’on pourrait avoir au moment des vacances. Ce qui semble logique puisque les gens partent moins.
     
    Nous craignons surtout la période de septembre-octobre avec la rentrée, lorsque les gens seront moins chez eux », avance Nathalie Van Namen, directrice adjointe.
     
    Du côté de la SRPA de Liège, le refuge est pratiquement complet. « Nous avons 70 chiens pour une capacité de 125.
     
    Concernant les chats, nous en avons 136 pour la même capacité », affirme le directeur Fabrice Renard.
     
    « Durant le confinement, on a fait énormément d’adoptions et constaté peu d’abandons, mais la tendance s’est inversée depuis trois semaines. Est-ce la période de vacances qui fait que ?
     
    On se disait qu’il y aurait moins de déplacements à l’étranger cette année, mais cela ne semble pas être le cas ».
     
    La canicule n’aide pas
     
    L’ASBL Sans Collier, à Perwez, déplore également une forte augmentation des abandons et un refuge plein à craquer.
     
    Alors qu’ils avaient diminué de 35 % pendant le confinement, avec une augmentation des adoptions de 20 %, ils reprennent de plus belle puisque, de fin mai à début août, les prises en charge ont grimpé de 10 % par rapport à 2019.
     
    « Tout ce qu’on a pu vider pendant le confinement, nous l’avons rattrapé », regrette Sébastien de Jonge, directeur. Aujourd’hui, la structure compte 150 chats et 75 chiens, contre 80 et 60 habituellement.
     
    « Avec la canicule, il y a encore moins d’adoptions, ce n’est pas une situation appréciable pour nous. »
     
     
    De plus, l’été est une saison propice aux naissances de chatons.
     
    C’est donc aussi un moment critique pour les refuges. « Nous avons clairement plus de chats en ce moment », indique Fabrice Renard.
     
    « Le problème du chaton est qu’il doit être suffisamment âgé pour être stérilisé et ensuite mis à l’adoption.
     
    Il s’agit parfois d’un long laps de temps. »
     
    En effet, en Belgique, les refuges ont l’obligation légale de stériliser les jeunes chats avant qu’ils ne soient adoptés.
     
    « On doit passer par la stérilisation avant le placement si on veut, à l’avenir, avoir moins de chatons dans les refuges.
     
    Les placer avant de les opérer n’est pas légal, car les propriétaires font parfois l’impasse sur la stérilisation. »
     
    Article par ROXANE MALPOIX
     

  • Bientôt un vaccin pour la Maladie de Lyme

    Lien permanent

    « La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse, causée par une bactérie du complexe Borrelia burgdorferi s.l.. La bactérie est transmise à l’homme par morsure d’une tique infectée.
     
    La maladie s’exprime par diverses manifestations cliniques : dermatologiques, neurologiques, articulaires et plus rarement cardiaques ou ophtalmiques.
     
    En Europe, l’érythème migrant est la manifestation la plus fréquente (jusqu’à plus de 90 % des infections symptomatiques). Il s’agit d’une lésion cutanée au point de la morsure qui s’étend progressivement.
     
    En Belgique, environ 10 % des tiques sont infectées.
     
    Après une morsure de tique, le risque de développer la maladie de Lyme est d’environ 1 et 2 % », précise Sciensano.
     
    « Le nombre de patients consultant un médecin généraliste pour un érythème migrant est estimé à environ 11.000 par an.
     
    D’après les données du Résumé Hospitalier Minimum (RHM) du SPF Santé publique, chaque année, en moyenne 200 à 300 personnes sont hospitalisées pour une maladie de Lyme ».
     
     
    Face à la prolifération des tiques cet été, voilà une bonne nouvelle !
     
    Commercialisé en 2025
     
    Un laboratoire français espère la commercialisation de son vaccin en 2025.
     
    Valneva y travaille depuis plus de dix ans et l’a déjà testé sur les humains.
     
    « Nous avons inclus six souches différentes dans notre vaccin, cinq pour l’Europe qui couvrent 95 % des types de maladie de Lyme que l’on trouve en Europe.
     
    Aux États-Unis, il y a une seule souche qui représente à peu près 95 % des cas », a précisé le directeur de Valneva Franck Grimaud.
     
    Article par Alison Verlaet