• Depuis ce vendredi 7 août Antonio Matassa, a rouvert les portes de la Brasserie Hutoise, dans le zoning commercial de Tihange

    Lien permanent

    La Brasserie Hutoise revit depuis vendredi 

    Depuis ce vendredi 7 août, la Brasserie Hutoise, dans le zoning commercial de Tihange, a rouvert ses portes !
     
    Depuis la faillite annoncée en avril 2019, c’était pratiquement le calme plat sur le zoning commercial. Un calme qui s’est désormais estompé.
    Antonio Matassa, Modavien travaillant dans l’équipement automobile et dans l’organisation du Nandrin Festival, a repris la brasserie en février pour y lancer une nouvelle activité. Un projet familial : « C’est un concours de circonstances. Avec les membres de l’ASBL, nous cherchions un lieu pour organiser des spectacles musicaux, de théâtre ou encore d’humour. C’était compliqué pour s’organiser avec les autres salles et en avoir une à notre disposition était devenu important ».
    Une salle de spectacle
    Un lieu qui est en réalité divisé en deux. La partie spectacle et la partie restaurant : « en période normale, la salle de spectacle pourra accueillir jusqu’à 150 personnes debout et 80 personnes assises. Du côté du restaurant, nous pourrions accueillir 180 personnes. Évidemment, nous avons limité l’accès à 60 couverts en raison de la crise sanitaire », détaille Antonio.
     
    Une partie restaurant qui mélange cuisine traditionnelle de brasserie et bistronomie : « Notre carte se compose de plats connus comme les boulets, le pavé de bœuf, mais également d’une partie plutôt axée bistronomie avec du poisson comme le thon rouge.
     
    Nous essayons de travailler au maximum avec des producteurs locaux et tout ce que nous proposons est frais ».
     
    Pour la salle de spectacle, il faudra par contre encore patienter avant d’assister à une représentation : « Avec les mesures, il nous est impossible de pouvoir programmer un événement.
     
    Financièrement, ce n’est pas possible », précise le Modavien.
     
    Des groupes de musique et de théâtre ont néanmoins déjà pris contact pour le futur.
     
    Des débuts positifs
     
    Le coup d’envoi de ce nouveau chapitre a été donné vendredi. Une première rocambolesque : « Cela faisait un moment que l’équipement n’avait pas pleinement fonctionné donc il y a eu une surtension et quelques coupures de courant.
    Heureusement, tout a pu se régler au fur et à mesure et désormais tout se passe bien ».
     
    Ouvrir pendant cette période particulière, est-ce une bonne idée ?
     
    Antonio y voit là une occasion de se parfaire : « Cela permet à l’équipe, 8 personnes maximum, de pouvoir faire ses armes, tenir compte des remarques des clients concernant des modifications à apporter, de réagir aux aléas et offrir un service de qualité ».
    La Brasserie Hutoise se situe rue Arbre Sainte Barbe 1C, en face de la centrale nucléaire le long de la RN90, et est ouverte tous les jours de 10h à 22h, excepté le mardi.
     
     
    Article MAXIME GILLES
     
     

    Bonjour à tous,

    Je me permets de faire suite à la publication concernant l’ouverture de la Brasserie Hutoise située à Tihange, près de la centrale et non sur la Grand Place. Étant donné la curiosité, je vais éclairer un petit peu...

    Nous avons ouvert ce vendredi 7 août avec un tout nouveau concept de bistronomie.
    Pour les personnes qui étaient habituées, il n’y a donc plus de charbonnades ni de buffet à volonté.
    C’est une carte plus élaborée, je vous joint les photos ci-dessous.

    L’intérieur a été complètement repeint afin d’avoir un espace plus « cosy ».

    En quelques jours, j’ai déjà eu beaucoup d’inquiétudes et d’échos de clients vis à vis du personnel qui était là avant et de la nourriture aussi... Je vous rassure tout de suite aucun employé n’a été repris, que ce soit niveau serveur ou cuisine. Pour le moment, vous serez principalement accueilli par le patron ou moi-même.

    Pour une question d’organisation, nous préférerions que vous réserviez, attention le numéro de téléphone n’est plus le même!!!

    >>> 085 25 36 50 <<<


    Ou me contacter personnellement sur messenger si cela est plus facile pour vous.

    Bien sur, même sans réservation, nous vous accepterons dans la mesure du possible.
    Nous sommes ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 22h00.

    Si vous avez des questions ou autres, n’hésitez surtout pas à commenter cette publication ou m’envoyer un message privé, je me ferais un plaisir de vous répondre !

    En vous remerciant et en espérant vous voir à la Brasserie !

    PS: je vous laisse avec un petit aperçu :
    - Le mi-cuit de thon rouge pané aux graines de sésame sauce soja et citronnelle.
    - Le duo de jambon, Parme et Serrano, melon de Cavaillon.
    - Le carpaccio de veau marqué au fer rouge, huile de truffe et vieux parmesan.

    Source clic ici 

     

     

  • Boire la tasse peut avoir de lourdes conséquences !

    Lien permanent

    La chaleur est accablante, un petit plongeon nous fait donc le plus grand bien.
     
     
    En jouant et en profitant de la fraîcheur, certains boiront la tasse.
     
    Si ce petit acte est souvent anodin, il peut parfois conduire au pire : une noyade sèche ou secondaire.
     
    « Ce type de noyade est très peu connu de la population.
     
    Il touche essentiellement des enfants.
     
    Ces derniers peuvent développer un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou une pneumonie infectieuse quelques heures après la baignade.
     
    L’œdème se développe durant ce temps. Notons toutefois que les études ont montré qu’au-delà de 8 heures, les risques sont quasiment nuls.
     
    C’est pourquoi après une baignade, il faut consulter son médecin si des symptômes persistent : une toux incommodante, des douleurs dans le thorax, des difficultés respiratoires, une grande fatigue… », nous confie Nicolas, médecin généraliste.
     
    « Il est donc essentiel de sensibiliser les parents, les enseignants, les moniteurs de plaines ou de camps scout… à ce phénomène.
     
    Il ne faut toutefois pas avoir peur à la moindre quinte de toux. Les noyades sont extrêmement peu fréquentes en Belgique et les noyades sèches ne concernent que 1 % de ces dernières », conclut Nicolas.
     
    Une cinquantaine par an
     
    On recense en moyenne une cinquantaine de noyades par an dans notre pays. Certaines populations sont plus à risque. « La population la plus à risque est celle des enfants de moins de 4 ans, avec un pic entre 1 et 2 ans.
     
    Les garçons sont 2 à 4 fois plus à risque que les filles. La grande majorité des noyades dans les pays à revenus élevés surviennent en piscine ou en baignoire.
     
    Dans plus de 90 % des cas, les enfants sont seuls et l’absence de surveillance constitue, après l’âge, le principal facteur de risque », expliquent plusieurs scientifiques dans la Revue Médicale Suisse.
     
    Ils ont mené une vaste étude en Europe. « Les circonstances des noyades sont également dépendantes de l’âge.
     
    Les enfants de 1 à 4 ans sont plus à risque car ils se déplacent mais sont incapables de reconnaître les dangers.
     
    Chez l’adolescent et le jeune adulte, la consommation d’alcool ou de toxiques aux abords de l’eau sont les principaux facteurs de risque.
     
    On retrouve une alcoolémie significative chez 30 à 70 % des victimes de plus de 15 ans. La présence de comorbidités est un facteur de risque 
     
    Par Alison Verlaet 
     

  • La galère avec les asticots ! Déchets organiques et chaleur

    Lien permanent

    De plus en plus de communes optent pour un tri sélectif avec une collecte spécifiquement dédiée aux déchets organiques. Une collecte qui, avec la chaleur, peut s’avérer problématique.
     
    Mouchettes et vers blancs ont certainement fait leur apparition dans des nombreuses poubelles organiques ces derniers jours.
     
    Si on ne peut lutter contre la nature, quelques petits trucs et astuces pourraient bien vous faciliter la vie.
     
    Avant de jeter vos déchets organiques, l’intercommunale namuroise BEP conseille de les emballer dans des sacs à pain ou du papier journal.
     
    Évitez aussi de jeter des déchets trop chauds ou trop humides et stockez le sac dans un espace aéré. Dans le fond du sac ou du contenant, vous pouvez aussi placer un paquet de papier journal et 2 grosses cuillères à soupe de bicarbonate, précise l’intercommunale de la région de Mons-Borinage-Centre, Hygea.
     
     
    Huiles essentielles
     
    L’intercommunale carolo Tibi rappelle aussi de bien jeter dans les déchets organiques ses essuie-tout et serviettes de table qui vont absorber l’excédent d’humidité.
     
    Pulvériser du vinaigre blanc sur le couvercle, le bord et le fond de la poubelle est aussi conseillé pour lutter contre les asticots.
     
    Quant aux mouches, elles n’apprécieront pas les huiles essentielles : diluez trois ou quatre gouttes de lavande, citronnelle, menthe poivrée ou Tanaisie dans 1 litre d’eau et aspergez l’intérieur du conteneur, conseille Hygea.
     
     
    Pour ce qui est du conteneur, vidangez-le plus régulièrement pendant l’été.
     
    « Nous remarquons que la plupart des citoyens n’utilisent pas le nombre de vidanges annuelles du conteneur à puce « vert » dont ils bénéficient et qui sont comprises dans le service minimum de leur taxe déchet », souligne-t-on du côté de Tibi.
     
    S’il vous reste de la place dans le congélateur, vous pouvez aussi congeler certains déchets en attendant la collecte.
     
    Et enfin, last but not least : une des solutions est évidemment d’éviter au maximum le gaspillage alimentaire pour réduire vos déchets.
     
    Article par SA B 
     

  • Baignade : attention aux cyanobactéries !

    Lien permanent
    Les températures élevées favorisent la prolifération de ces "algues" en eaux douces. Elles sont sources de troubles pour la santé. Soyez vigilant pour vous et pour vos animaux !

    Ce 10 août, le Centre régional de crise de Wallonie a été informé de la présence de cyanobactéries sur l'Ourthe.

    Semblables à des algues bleues, ces bactéries photosynthétiques sont naturellement présentes en eaux douces. Leur prolifération est favorisée par les températures élevées, un ensoleillement élevé, le faible niveau d'eau et l'eutrophisation des eaux (trop riches en phosphates et nitrates). Les cyanobactéries forment des dépôts ou d'écume de couleur généralement bleue verte.

    Suite aux fortes chaleurs, de nombreuses personnes sont tentées de se baigner en-dehors des zones de baignade autorisées dont la qualité de l'eau est régulièrement contrôlée par le Service public de Wallonie. Le danger de ces cyanobactéries provient des toxines qu'elles sécrètent qui peuvent causer des troubles de la santé chez l'homme et les animaux tant au contact qu'à l'ingestion ou à l'inhalation. Les intoxications peuvent être mortelles pour les animaux.

    L'intensité des troubles est variable : irritations de la peau, maux de tête, nausées, gastro-entérites aigües voire atteintes neurologiques. Lorsque l'eau est couverte d'écume ou de mousse, le risque d'intoxication est maximal.

    En cas de présence de cyanobactéries, les autorités communales et la police avertissent le public via les valves communales et des panneaux d'interdiction placés aux abords des plans d'eau concernés. S'il y a interdictions, il est demandé au public de les respecter strictement et, en cas de problèmes de santé, de prévenir rapidement le gestionnaire du site ou la commune.

    Les températures élevées des prochains jours étant favorables à la prolifération des cyanobactéries, mieux vaut éviter de se baigner dans des eaux peu profondes et stagnantes surtout si elles présentent un dépôt d'algues abondant ou de la mousse.

    Pour éviter tout risque, il est conseillé de se baigner uniquement dans les zones de baignade prévues à cet effet et dont les résultats des analyses de la qualité l'eau sont consultables sur le site http://environnement.wallonie.be/baignade

    Lisez aussi l'actualité sur les 24 zones de baignade.

     

    Source

     

    hamo.jpg

  • Offre d'emploi Nandrin

    Lien permanent

    VENDEUR EN HABILLEMENT (H/F)

    ESPACE MODE Nandrin
    Nous constituons une équipe de Collaborateurs(trices) de vente pour notre magasin ESPACE MODE de Nandrin, qui ouvrira ses portes en septembre 2020.
    Nos Collaborateurs(trices) de vente ont en charge l'accueil et le conseil à la clientèle, la gestion du rayon, le visual merchandising.

    VOTRE PROFIL

    EXPÉRIENCE(S) PROFESSIONNELLE(S)

    MÉTIER DURÉE SECTEUR DESCRIPTION
    Vendeur en équipement de la personne (Vendeur en articles d'habillement (lingerie, vêtements, chaussures, accessoires))
    24 mois
    Commerce de détail d'habillement
    Une première expérience (de minimum 2 ans) dans une fonction de vendeur en prêt-à-porter est indispensable !!! Seules les candidatures respectant cette condition d'expérience seront prises en considération !

    PERMIS DE CONDUIRE

    DESCRIPTION
    Disposer d'un véhicule personnel est un atout.

    DESCRIPTION LIBRE

    Vous êtes doté(e) d'un sens commercial développé, la mode est votre passion, vous aimez conseiller la clientèle et sa satisfaction est votre motivation.

    VOTRE CONTRAT

    • Régime de travail : Temps plein de jour
    • Heures/sem : 30h00 ou 38h00
    • Horaire : Pour une partie des postes à pourvoir, le régime sera à temps partiel.
    • Commentaire additionnel : CDD ou CDI
    • Type : A durée indéterminée
    • Date de début : 21/09/2020
     

    Expérience de 2 an(s)

  • Offre d'emploi Hamoir

    Lien permanent

    ASSISTANT À L'INSTITUTEUR MATERNEL (H/F)

    Commune de Hamoir -Hamoir
    Vous serez chargé d'apporter votre aide à l'institutrice maternelle lors de l'accueil des enfants, dans des activités en groupes restreints et en ateliers. Vous participez à la surveillance des siestes et des temps libres.
    Dans l'enseignement fondamental ordinaire (maternel)

    VOTRE PROFIL FORMATION(S)

    ETUDE DOMAINE DESCRIPTION
    Ens. technique 3ème degré
    Domaine non précisé
    Diplômes acceptés : PUERICULTRICE, CESS, CESI, CEB ou sans diplôme. MAX CESS

    CONNAISSANCES SPÉCIFIQUES

    Vous ête dans les conditions APE c'est-à-dire : vous êtes inscrit comme demandeur d'emploi inoccupé


    DESCRIPTION LIBRE

    Disposer d'un véhicule afin de se rendre dans les différentes implantations scolaires de la commune.
    Diplômes acceptés : CESS, CTSS, CPSS, CESI, CEB ou sans diplôme. CESS au maximum.
    Une formation dans l'encadrement d'enfants est un atout : Puéricultrice, éducateur

    VOTRE CONTRAT

      • Régime de travail : 4/5 temps
      • Type : A durée déterminée
      • Date de début : 01/09/2020
      • Date de fin : 30/06/2021
      • Condition d'aides à l'emploi
    Description : Vous êtes inscrit comme demandeur d'emploi inoccupé

    Ens. technique 3ème degré

  • Chaque personne qui rentre en Belgique depuis l’étranger ou qui désire séjourner plus de 48 heures en Belgique doit remplir un formulaire d’identification

    Lien permanent

    A partir du premier août, chaque personne qui rentre en Belgique depuis l’étranger ou qui désire séjourner plus de 48 heures en Belgique devra remplir un formulaire d’identification (Passenger Locator Form)

    Quarantaine (*) et dépistage obligatoires au retour de: Tous les pays en dehors de l'UE et la zone Schengen

    Cliquez ici pour remplir le formulaire.

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    La quarantaine et le dépistage sont de la responsabilité des communautés et régions. Consultez www.info-coronavirus.be(link is external).

     

    Le call center des Affaires étrangères est joignable au +32 (0)2 501 4000

     les jours ouvrables de 9 à 17h (heure belge).

     Le call center est fermé pendant le weekend et les jours de fête et de pont.

  • Le Broc' Tour à Villers-le-Temple le samedi 15 août de 8h 00 à 15 h 00

    Lien permanent

    Brocante du 15 Août à Villers-le-Temple.

    Rens 085 51 31 71 ou 0475 24 19 35

  • Ce sont les soldes chez Vivre Contemporain Nandrin & Namur

    Lien permanent

    Vivre Contemporain Nandrin & Namur

    Ce sont les soldes chez VIVRE CONTEMPORAIN !  

    Nos équipes vous y attendent avec impatience durant tout le mois d’août ! 

     

  • Des hérissons blessés par des robots-tondeuses

    Lien permanent

    68 hérissons blessés par des robots-tondeuses

    Leur état de santé est bien souvent trop engagé quand ils sont pris en charge par le centre de St-Nicolas 

     
    Le CREAVES de Saint-Nicolas a accueilli pas moins de 309 hérissons blessés en 2019. 68 d’entre-eux ont été blessés par des robots-tondeuses.
    La moitié sont ensuite décédés. Ces chiffres continuent d’augmenter.  

     

    Les hérissons ont la vie dure depuis un certain temps en région liégeoise.
     
    Leur quotidien est bien souvent chamboulé par des robots-tondeuses qui, de nuit, découpent tout sur leur passage, y compris les petits hérissons sortis se promener.
     
    Leurs blessures sont souvent graves et sans une prise en charge rapide, leur état de santé peut très vite se dégrader.
    Ces animaux blessés peuvent être recueillis au CREAVES de Saint-Nicolas.
     
    Cette nouvelle ASBL, unique en région liégeoise, accueille, soigne et, une fois remis sur pied, relâche dans la nature de nombreux rapaces et hérissons. Rien qu’en 2019, la structure a accueilli pas moins de 309 hérissons blessés, dont 68 avaient croisé le chemin de robots-tondeuses.
     
    La moitié d’entre eux sont décédés des suites de leurs blessures : « Quand ils arrivent ici, ils montrent des coupures importantes au niveau de la tête ou du flanc.
     
    Des coupures nettes, dues aux lames de la tondeuse.
     
    Le problème, c’est que si on ne les prend pas en charge très rapidement, les mouches s’attaquent à la blessure et des larves se développent. Le hérisson n’a ensuite que peu de chances de s’en sortir », explique Mélissa De Faveri, conseillère environnement à la commune de Saint-Nicolas.
     
    Pour éviter le pire, l’ASBL peut compter sur une vingtaine de bénévoles qui se relaient sept jours sur sept pour accueillir ces animaux : « Quand l’animal arrive, que ce soit un hérisson ou non, on crée une fiche personnalisée. On lui prodigue immédiatement les premiers soins, et si nécessaire, on l’emmène directement chez le vétérinaire.
    Ensuite, on le garde chez nous.
     
    On le soigne tous les jours, on surveille son poids, jusqu’à ce qu’il soit en état de partir. On relâche finalement le hérisson dans la nature.
     
    De préférence dans de grands jardins installés près des prairies où les personnes sont conscientisées à la problématique. Mais parfois, leur état de santé est déjà tellement engagé que l’euthanasie reste la seule solution ». Dans de nombreuses communes liégeoises, l’utilisation des robots-tondeuses a été interdite pendant la nuit.
    « De plus en plus de cas »
    De quoi éviter les accidents : « Les hérissons sortent principalement la nuit.
     
    À l’exception des mamans qui sortent de jour pour chercher de la nourriture.
     
    Mais il faut aussi dire que les robots-tondeuses ne sont pas l’unique problème. Il y a aussi des accidents liés à d’autres choses comme les habitants qui brûlent leurs déchets dans leur jardin etc.
     
    Mais faire tourner un robot-tondeuse toute la nuit, ça n’a aucuns sens. Chaque année, on a de plus en plus d’entrées pour ce genre de blessures. Et c’est regrettable », explique Arnaud Jillot, membre de l’équipe.
    Le centre CREAVES accueille également de nombreux rapaces.
     
    Entre mai et juin 2020, la structure a accueilli pas moins de 524 animaux.
     
    Article de STEFANO BARATTINI
     

     

  • Célie et sa brouette à souhaits ont fait escale à Huy

    Lien permanent

    Célie et sa brouette à souhaits ont fait escale à Huy au profit des enfants malades

    La route est encore longue, mais Célie Desmeth avance avec la ferme intention d’arriver au bout de son aventure. L’Oheytoise s’est lancée le 1er août dernier dans un projet assez fou : effectuer 606,5 km à travers la Belgique en poussant une brouette. Son objectif est de récolter des fonds pour l’association Mistral Gagnant qui réalise les rêves d’enfants malades. Un projet qu’elle a nommé « La brouette à souhaits ».

    600 km à parcourir sur tout le mois d’août, c’est-à-dire 20 km par jour. Samedi, Célie s’est élancée d’Engis aux alentours de 07h00 du matin. Direction Amay avec une escale sur la grand-place de Huy vers 11h00. Un effort physique intense : « Les jambes, ça va. Là où c’est plus éprouvant, c’est au niveau des bras. Je dois aussi faire attention à bien détendre les doigts le soir. La brouette pèse 14 kg et avec mon matériel, on dépasse les 60 kg. C’est un peu la hotte du père Noël avec tous ses cadeaux. Elle me sert à porter tout mon matériel : ma tente, de l’eau, mes habits de rechange, mon sac de couchage… », explique la jeune femme de 28 ans.

    Une aventure humaine

    Célie s’est lancée dans ce défi durant le confinement : « Quitter la Belgique cet été était problématique alors j’ai décidé de partir à sa découverte. Cependant, j’avais envie d’y ajouter une autre dimension. Pour moi, les enfants soutenus par Mistral Gagnant sont des exemples. Malgré la maladie, ils continuent à avancer et sourire malgré leur fardeau à porter ».

    Une aventure débutée le 1er août, mais qui a déjà pu donner un aperçu de la bonté des gens : « C’est une aventure humaine de fou. Je rencontre des gens généreux, sincères avec qui les quelques mots échangés sont des moments privilégiés. Je ne m’attendais pas à recevoir une telle charge émotionnelle. C’est une expérience difficile à décrire avec des mots, car elle doit être vécue pour s’en rendre compte », ajoute L’Oheytoise, émue par le soutien reçu.

    Arrivée fin août à Bruxelles

    Un soutien également donné par les proches de Célie. Certains d’entre eux effectuent une partie du chemin avec la jeune femme courageuse. Un plus non négligeable vu l’épreuve physique que représentent ces 606,5 km à parcourir.

    Après un peu de repos mérité sur la Grand-Place de Huy, Célie est repartie en direction de Gives. « La brouette à souhaits », nommée Jiminy, ira jusqu’à Ostende avant d’arriver le 30 août à Bruxelles.

    Vous pouvez suivre les aventures peu ordinaires de Célie sur Facebook et Instagram. Pour verser un don, il est également possible de le faire sur le compte BE42 2100 4260 2654 en mentionnant « votre nom + La Brouette à souhaits ».

     

    Article de Maxime Gilles

    Source

    Mistral Gagnant 

    La Brouette à Souhaits 

     

  • Il est un petit tôt pour savoir ce qu’il va se passer pour la rentrée scolaire

    Lien permanent

    Avec 580,1 tests positifs au Covid-19 par jour entre le 31 juillet et le 6 août, le nombre de nouveaux cas continue d’augmenter en Belgique, en hausse de 16 % en une semaine, selon les données publiées par Sciensano lundi matin.

    Si l’indicateur s’affiche toujours en augmentation, la progression du virus semble ralentir quelque peu alors que des hausses de 104 % étaient encore constatées fin juillet. La Belgique a détecté, depuis le début de l’épidémie, 74.152 contaminations, soit 751 de plus que dimanche.

    Lors de la conférence de presse du Centre de crise en fin de matinée, et alors que le mois de septembre se profile à l’horizon, la question de la rentrée scolaire a été évoquée.

    De nombreux parents, enfants, mais aussi enseignants se demandent comment cette rentrée si particulière va se dérouler.

    Antoine Iseux, porte-parole du Centre de crise, a débuté son explication en lançant un message adressé aux enfants : « Profitez de vos vacances pour le moment », a-t-il lâché.

     

    « Que va-t-il se passer en septembre ? », a-t-il enchaîné, en rappelant que certaines règles avaient déjà été réfléchies par les différentes entités du pays : « Les communautés ont agi fin d’année scolaire dernière et se préparent pour cette rentrée, mais il est un petit tôt pour savoir ce qu’il va se passer en septembre et quel type de rentrée nous aurons en Belgique, quelle que soit la communauté », a-t-il ajouté.

    Avant de conclure : « Tout va dépendre de l’évolution du virus dans notre pays, donc encore un peu de patience, le temps d’en voir plus clair sur le front épidémique en Belgique ».

     

    Source