Attention si tu vas en ville, dès aujourd'hui Les « scan cars » reprennent du service

Lien permanent

Les « scan cars » reprennent du service: 40 € l’amende

Après une phase de test des deux véhicules «scan cars» qui avait débuté en février, juste avant la période de confinement, une deuxième phase de test a repris depuis le mois de mai et a permis de régler les derniers petits soucis qui persistaient encore au niveau technique, indique la police de Liège par voie de presse.
 
Elles reprennent du service dès ce 10 août.
 
«Cette dernière phase de test s’étant avérée concluante, dès ce lundi 10 août, les deux «scan cars» sillonneront les rues de la Cité ardente afin de vérifier la légitimité du stationnement des véhicules dans les emplacements réservés (espaces couverts par horodateur, emplacements livraisons, riverains, P.M.R., taxis, police,…) et ainsi permettre une meilleure rotation et donc disponibilité de ces emplacements.»
 
Dans un premier temps, le bourgmestre nous indique que les contrôles seront limités, que les voitures vont tester des zones et qu’elles se cantonneront à une centaine de contraventions par jour.
 
Pour rappel, les amendes adressées par les « scan cars » sont des redevances journalières forfaitaires d’un montant fixe de 40 euros.
 
Dévoilées début janvier, les « scan cars » auraient dû commencer à verbaliser les automobilistes ayant oublié d’alimenter les horodateurs liégeois quelques semaines plus tard, après une période de test et de transition.
 
Mais elles ont alors rencontré un petit problème: le logiciel de cartographie dont elles sont équipées, et qui leur permet de déterminer notamment où se trouvent les emplacements payants ou riverains, a en effet connu quelques petits soucis.
 
Dans le but d’éviter que des procès-verbaux erronés ne soient envoyés, les « scan-cars » sont donc restées au garage quelque temps et la phase de test a été prolongée.
Puis c’est le confinement qui a retardé le déploiement.
Ces deux Renault Zoé équipées de 16 caméras, infrarouges, panoramiques et ANPR, pour la reconnaissance des plaques d’immatriculation, devraient théoriquement être en mesure de contrôler 30.000 véhicules par jour, en se contentant de sillonner les rues de la Cité ardente.
 
Lorsque l’ensemble du système sera pleinement opérationnel, les procès-verbaux et les invitations à payer la redevance de stationnement seront en outre envoyés automatiquement quelques heures à peine après le constat.
 
article de  L.C. ET G.W.
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel