Le coup de feu serait parti trop vite dans le drame de Ferrières

Lien permanent

Drame de Ferrières : le coup de feu serait parti trop vite

Le 8 janvier dernier, un cambrioleur a été abattu 

 

Le 8 janvier dernier, Yvan D. abattait Mayron Weibel (21) alors que ce dernier tentait de s’introduire chez lui.
 
Le Ferrusien avait tiré un coup de fusil dans le dos du jeune aqualien qui s’était effondré quelques mètres plus loin.
 
Selon des sources proches de l’enquête, l’homme âgé de 67 ans n’aurait eu aucune intention de tuer.
 
La gachette était-elle « anormalement sensible » ?  
 
 
Dans la nuit du 8 janvier dernier, Yvan D. a été tiré de son sommeil par des bruits suspects dans son château à Ferrières.
 
L’homme âgé de 67 ans s’est levé et s’est retrouvé nez à nez avec trois cambrioleurs, qui tentaient d’escalader sa façade pour dérober des statuettes.
 
Le Ferrusien a saisi son arme, achetée quelques mois plus tôt suite à deux cambriolages précédents et il a ouvert le feu sur l’un des trois cambrioleurs.
 
Touché par une balle, le jeune aqualien de 21 ans s’est effondré quelques mètres plus loin.
 
D’après les premiers résultats du rapport ballistique, la gachette aurait été « anormalement sensible ».
 
Le tir serait alors parti trop tôt : Yvan D. aurait voulu tirer vers le haut, pour ne blesser ou ne tuer aucun individu, mais le coup serait parti avant que le canon soit bien orienté en l’air.
 
Selon des sources proches de l’enquête, le Ferrusien affirme avoir voulu tirer mais il voulait le faire dans l’objectif de faire peur aux cambrioleurs.
 
Ni chasseur, ni tireur, Yvan D. n’avait auparavant jamais utilisé son arme.
 
Lors du tir, d’après les examens du médecin légiste, le Ferrusien a été blessé au niveau du sternum. L’hypothèse de l’accident pourrait à l’avenir être évoquée mais il faudrait évidemment la réévaluer car l’inculpé avait tout de même l’intention de tirer.
 
Il s’est évanoui
 
En régle générale, les tireurs expérimentés ouvrent le feu lorsque l’arme est située à l’épaule ou au niveau de la hanche.
 
Et non à proximité de la cage thoraxique.
 
Selon nos sources, il ne s’agissait pas d’un tir qui était visé, mais d’un coup qui serait parti trop tôt, dans une mauvaise direction.
 
D’autres éléments ont également été évoqués.
 
Les faits se sont déroulés aux alentours de 00h40.
 
La nuit tombée et la forêt à proximité du château pourraient également intervenir dans ce drame.
 
Le Ferrusien n’aurait semble-t-il pas vu qu’il avait tiré sur le jeune homme.
 
Au moment de l’arrivée des policiers, Yvan D. a pris connaissance du drame et s’est évanoui.
 
Rappelons que le jeune aqualien a été touché dans le dos alors qu’il était en fuite, vers les bois à proximité.
 
Un élément qu’il conviendra aussi d’apprécier et de savoir, si l’intention de tirer était-elle volontaire ou non ?
 
Pour l’avocat d’Yvan D, Me Gilissen, « Yvan D. est toujours très mal.
 
Il est toujours suivi psychologiquement.
 
C’est un drame difficile à gérer quand on est un homme honnête.
 
Il reconnaît totalement la responsabilité du coup de feu même s’il n’a voulu le tirer de cette manière.
 
Il est marqué à vie », conclut son avocat.
 

Article et rédaction par AD 

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel