À côté des tests par frottis nasopharyngé, il existe aussi des tests salivaires.

Lien permanent

Tester sa salive sera plus efficace le matin 

À côté des tests par frottis nasopharyngé, il existe aussi des tests salivaires. Il s’agit également d’un test « PCR » qui va détecter le matériel génétique du virus et donc voir si vous êtes contagieux.
 
Une alternative qui pourrait donc être intéressante si la Belgique venait par exemple à manquer d’écouvillons, ces « cotons-tiges » nécessaires au frottis nasopharyngé.
 
« C’est un processus moins agressif vu qu’il suffit de prendre de la salive », commente Frédérique Jacobs.
 
Le problème, c’est que ces tests sont moins efficaces, selon une étude soutenue par Sciensano et l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé.
 
« Les sujets ayant une faible charge d’ARN viral ne sont pas détectables par un échantillon de salive », soulignent-ils.
 
« Toutefois, le prélèvement de salive est susceptible d’être suffisamment efficace pour identifier les porteurs asymptomatiques avec une charge virale moyenne à élevée dans le contexte de campagnes de dépistage systématique. »
 
Dans ce cadre-là, le test salivaire mis au point par l’ULiège pourrait donc venir en renfort.
 
Une bonne nouvelle quand on sait qu’ils espèrent pouvoir produire quelque 2 millions et demi de tests par mois dès la mi-août !
 
Frédérique Jacobs estime toutefois que la qualité des tests salivaires peut encore s’améliorer.
 
Et d’ajouter : « Si on trouve moins facilement le virus dans la salive, on sait aussi qu’on le trouvera plus facilement dans la première salive du matin. »
 
Article Par   SA.B.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel