Produire du vin citoyen et durable !!!

Lien permanent

Avec ses 12 ha, le domaine viticole est connu pour son engagement social

La coopérative Vin de Liège est née au cœur du monde associatif liégeois.
L’ambition de ses créateurs est de montrer qu’un autre modèle économique est possible.  

 

L’idée de créer une activité viticole en région liégeoise a vu le jour au départ des activités de l’ASBL La Bourrache, une entreprise de formation par le travail qui exploite des terrains sur les hauteurs de Liège.
En effet, les coteaux de la Citadelle, ainsi que les terrains situés dans la vallée de la Meuse, étaient historiquement consacrés à la production de vin. « L’étude de faisabilité a été réalisée en septembre 2009 », explique Fabrice Collignon, fondateur de Vin de Liège et président du conseil d’administration.
 
Une fois lancée, l’idée a rapidement dépassé le cadre de cette ASBL pour devenir un réel projet économique d’envergure. Les initiateurs du projet se sont alors entourés de conseillers (viticulteurs, pépiniéristes et consultants, belges, allemands et français) en vue de créer un domaine viticole sur Liège.
 
Sur base de cette expertise, le projet a été jugé réalisable et économiquement rentable. Les statuts de la société ont alors été rédigés et un premier appel à coopérateurs a permis de rassembler un capital initial. La coopérative à finalité sociale Vin de Liège a été créée le 21 décembre 2010.
 
La fonction de l’argent
 
« Il y a 3 aspects parallèles dans l’idée de départ », poursuit Fabrice Collignon. « L’envie, tout d’abord, au travers de la Bourrache, de mener un projet pour assurer sa viabilité et d’avoir plus de productions à vendre dans nos paniers. D’autant qu’on nous avait parlé d’un terrain, à Liège, bon pour la vigne.
 
Ensuite, le deuxième aspect, c’est que je connaissais le modèle coopératif et qu’il me plaisait.
 
Enfin, il y a le fait que je sois un amateur de vin », dit-il en souriant.
« Dans le modèle économique traditionnel, l’argent a une fonction importante.
Dans la coopérative, c’est la fonction sociétale qui est importante. L’argent est un outil pour y arriver.
L’important, c’est d’avoir un impact sur la société ».
 
La coopérative Vin de Liège a ainsi défini une série d’objectifs qui permettent de réconcilier l’entreprise avec des valeurs humaines et environnementales comme élaborer des vins de qualité et respectueux de l’environnement, jouer un rôle symbolique dans le redéploiement économique de Liège, créer des emplois et des stages de réinsertion sociale ou encore proposer un modèle économique alternatif, citoyen et durable, avec une rentabilité financière sur le long terme.
 
Parallèlement, Vin de Liège s’engage à travailler dans le respect des travailleurs (qui réalisent le vin en leur procurant de bonnes conditions de travail et de développement personnel et en les encourageant à s’investir dans la gestion de la société), de l’environnement (par une utilisation durable et respectueuse des ressources), du coopérateur (par un juste retour sur investissement, la possibilité de s’impliquer concrètement et la fierté de supporter un projet porteur de valeurs positives) et des Liégeois en général (en les rassemblant autour d’une initiative aussi originale que symbolique et en produisant des vins de qualité auxquels ils peuvent s’identifier).
 
« À mon sens, c’est important de consacrer son activité à un retour positif sur la société.
Le modèle actuel va dans le mur. Il faut, pour moi, trouver une alternative pour aller mieux, chacun à son échelle », poursuit le président du conseil d’administration.
 
L’heure des choix
 
Fabrice Collignon en est d’ailleurs persuadé, « la Wallonie demain se fera sur le modèle coopératif ».
 
« Il y a un fonds social collectif assez fort en Wallonie, un terreau favorable.
Et puis, sur le plan de l’économie, la région a besoin de ça. La sidérurgie a disparu, beaucoup de PME se développent.
On fait aussi des choix en agriculture comme le développement du bio qui est plus prononcé en Wallonie qu’en Flandre. Je pense que le terreau est favorable à une économie solidaire. Il faut créer de l’activité mais autrement. Je sens aussi que pas mal de jeunes sont partants pour ça », conclut-il.
 
Rappelons que les premières vendanges de Vin de Liège ont été réalisées à l’automne 2014.
Elles ont permis l’élaboration de plus de 25.000 bouteilles.
 
À terme, la coopérative compte produire plus de 100.000 bouteilles par an.
 
Article et rédaction par  L.B.
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel