Ils dorment désormais dans une tente, sur la place d’Ouffet, Nicolas et Michel deviennent SDF à cause du Covid

Lien permanent

Nicolas et Michel deviennent SDF à cause du Covid à Ouffet: «On se bat pour survivre»

Il y a des histoires qui touchent...et celle qui suit en fait partie.

Michel, âgé de 42 ans vit dans sa camionnette depuis 30 ans.

Après plusieurs accidents de la vie, Michel a acheté son véhicule pour y vivre, et en faire sa maison.

Des conditions de vie peut confortables mais qui conviennent à l’homme de 42 ans.

Seulement, depuis quelques jours, Michel et son ami Nicolas se retrouvent à la rue.

Ils dorment désormais dans une tente, sur place d’Ouffet, à la vue de tous les regards.

Et pour cause, la crise du Covid est passée par là. Michel et Nicolas ont perdu leur job, ce qui leur permettait de payer l’assurance de la voiture.

La voiture saisie

« Il y a quelques jours, nous étions stationnés à proximité du cimetière d’Ouffet lorsque la police est arrivée.

Elle a contrôlé les papiers du véhicule et nous n’étions plus en ordre d’assurance.

J’ai perdu mon boulot dans le gardiennage et je ne sais plus la payer. La camionnette a été saisie...je me retrouve à vivre dehors.

J’ai tout perdu, c’était ma maison.

Je me bats pour survivre.

Le Covid a eu un impact terrible, il nous a descendu », explique Michel, entouré de ses trois chiens et de son ami Nicolas.

Leur présence, sur la place d’Ouffet n’est évidemment pas passé inaperçue.

Chaque soir, les deux hommes déplient leur tente pour se reposer durant quelques heures.

L’espoir de récupérer rapidement leur véhicule est évidemment toujours bien présent.

Leur vie de nomade leur manque énormément. « Des Ouffetois nous ont proposé quelques jours de travail afin de gagner un peu d’argent pour récupérer la voiture saisie.

On les remercie énormément... », glisse Michel, touché par cet élan de solidarité.

Ce dernier, tout comme son ami Nicolas ont tendance à relativiser sur leur situation, malgré les aléas qu’ils rencontrent.

 

« On craint la deuxième vague ! »

« Il y a des gens qui sont dans bien pire situation que nous.

On craint simplement la deuxième vague car tous les pauvres, pas uniquement ceux qui vivent dehors, vont avoir encore plus de difficultés. Je ne sais pas comment ils vont faire ».

Article de Amélie Dubois

Source

Une cagnotte a été lancée

Arthur (19) et Yorick (22) discutaient sur la place d’Ouffet lorsqu’ils ont aperçu les deux hommes, installés à quelques mètres.

« Ils nous ont appelé et puis ils nous ont raconté ce qu’ils faisaient là.

Ils ont évidemment expliqué qu’ils devaient désormais dormir dehors, suite à la saisie de leur voiture », lance Arthur, touché par cette histoire.

« Quand on a eu fini de discuter avec, on leur a proposé de manger.

Au début, ils ne voulaient pas mais ils ont fini par accepter.

Quand j’ai vu à la vitesse à laquelle ils mangeaient, on ne pouvait pas les laisser comme cela.

On a également pris de la nourriture pour leurs chiens ainsi que de quoi dormir (tente, sac de couchage, lit de camp...) », poursuit le jeune âgé de 19 ans. Dans la foulée, les deux jeunes ouffetois ont publié un message sur les réseaux sociaux pour sensibiliser les citoyens.

« Si on a les moyens de les aider, il faut le faire. L’objectif est qu’ils retrouvent du boulot et qu’ils puissent payer l’assurance de leur voiture ».

Les deux jeunes ont lancé une cagnotte pour permettre aux deux SDF de retrouver leur voiture. Voici le lien, pour ceux qui souhaitent les aider :

https://www.paypal.com/pools

 

Article de Amélie Dubois

Source

Commentaires

  • 42 ans et il vit dans sa camionnette depuis 30 ans? Il avait 12 ans? C´est quoi ce délire ? Un malheur mal expliqué.

  • Vous avez tout à fait raison.
    Vivre dans sa camionnette depuis l'âge de douze ans, cela a de quoi surprendre.
    Cet article qui avait donc comme objectif de venir en aide à ces deux hommes, par sa construction et ses erreurs, aura donc plutôt l'effet inverse.
    De plus, rouler avec une camionnette non assurée, aurait pût avoir des conséquences beaucoup plus graves en cas d'accident. Donc, je remercierais plutôt la police.
    D'autre part, il serait peut-être intéressant de créer un fond pour acheter un dictionnaire à Madame Amélie Dubois. Ce dernier devrait lui être bien utile au vu des erreurs dans l'article ci-dessus.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel