La crise du Covid-19 a induit un énorme retard pour les opérations du genou.

Lien permanent

6.000 opérations du genou en retard

La crise du Covid-19 a induit un énorme retard pour les opérations du genou. Pour le résorber, l’institut national d’assurance maladie-invalidité rappelle que la méniscectomie arthroscopique est déconseillée chez les plus de 50 ans.
« Il s’agit d’une opération au cours de laquelle on retire partiellement une lésion méniscale. Notre volonté de sensibiliser les orthopédistes et les généralistes fait suite à un article paru dans le Artsenkrant du 13 mai 2020. Cet article mentionnait un possible retard d’environ 6.000 interventions chirurgicales du genou. Ce retard serait le résultat d’une surcharge des hôpitaux au plus fort de la pandémie de Covid-19 », précise l’Inami. « Nous voulons rappeler les directives cliniques internationales qui préconisent un traitement non chirurgical des lésions dégénératives et des déchirures méniscales chez les 50 ans ou plus ».
33.175 opérations en 2019
« En 2019, on comptait 33.175 méniscectomies par arthroscopie. Dans 61 % des cas, les patients étaient âgés 50 ans ou plus. Dans cette catégorie d’âge, il s’agit souvent de lésions dégénératives du genou. Notre Service d’évaluation et contrôle médicaux avait alors déjà sensibilisé les chirurgiens orthopédistes. Sensibiliser sur ce point est important pour l’efficacité des soins, et surtout en période de surcharge des dispensateurs de soins », ajoute l’institut.
Mais comment soigner les plus de 50 ans ? « Les méniscectomies arthroscopiques n’ont généralement pas de valeur ajoutée pour les lésions dégénératives du genou et les déchirures méniscales chez les personnes de plus de 50 ans. Des traitements non chirurgicaux sont recommandés : kinésithérapie, perte de poids, médication orale et/ou infiltration », conclut l’Inami.
 
Article  par ALISON VERLAET
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel