Attention aux tracteurs: le mois d’août s’annonce meurtrier...

Lien permanent

Normal : août, c’est le mois des moissons par excellence. Au total, quasi un accident avec un tracteur sur sept (15 %) a eu lieu en août. Sur les 170 accidents survenus en 2019, il y en a eu 26 en août, 20 en octobre, 19 en juin et 17 en septembre. À l’inverse, il n’y en a eu que 9 en mai et 6 en janvier.

Accidents : -18 %

Ce total de 170 accidents l’an dernier est le plus faible enregistré en dix ans : à comparer avec les 207 de 2018 ou les 248 en 2010.

La tendance est identique si l’on se focalise sur les victimes : les 223 victimes (tués et blessés, en tenant compte aussi des conducteurs des engins agricoles) de l’an dernier forment quasiment le plus petit quota depuis dix ans. Seule l’année 2015 en avait vu moins (208). Avant 2013, on enregistrait encore plus de 300 victimes par an

Voilà de bonnes nouvelles à nuancer. « Le nombre d’accidents est en diminution ces dernières années, c’est vrai. Par contre, le nombre de victimes parmi les piétons et les cyclistes a augmenté en 2019, ce qui est assez préoccupant puisque ces accidents sont alors généralement très graves », explique Benoit Godart, de l’Institut Vias.

Il y a eu 37 cyclistes impliqués en 2019, il y en avait eu 33 l’année d’avant. Onze piétons avaient aussi connu pareille mésaventure en 2019 contre 8 l’année d’avant. Par contre, les chocs ont été moins fréquents avec les automobilistes (106 victimes au lieu de 121 en 2018) et les conducteurs de camionnettes (6 contre 24).

Collisions plus graves

« Si les collisions impliquant un tracteur ne sont pas très nombreuses, elles sont en revanche beaucoup plus graves », reprend M. Godart. « En moyenne, les accidents avec un tracteur sont quatre fois plus graves que les accidents entre deux voitures. Vu la disproportion des forces en présence, les victimes sont souvent dans l’autre véhicule. Dans près de 80 % des accidents corporels, le conducteur du tracteur est indemne, en raison de la robustesse de son véhicule et de sa vitesse peu élevée. »

Ces accidents ont surtout lieu en journée (y compris le week-end) et sur des routes régionales (à cause de la différence de vitesse entre les tracteurs et les autres usagers).

En Grande-Bretagne, le Laboratoire de Recherche sur le Transport (TRL) a publié une étude portant sur les accidents mortels impliquant des tracteurs. Cette étude permet de se faire une idée plus précise des causes de ces accidents.

« Indépendamment de l’état dans lequel se trouvent les véhicules au moment de l’accident, le comportement du conducteur de tracteur est, au moins partiellement, en cause dans 39 % des accidents analysés par le TRL ; celui des autres conducteurs (voiture, moto, vélo…), dans 81 % des cas », explique notre expert de la sécurité routière. « Les conducteurs de tracteurs sont donc nettement moins susceptibles de provoquer un accident que les autres usagers. »

Pour les collisions dans lesquelles la faute incombe, du moins en partie, au conducteur du tracteur, les deux premières causes invoquées sont l’inattention et l’erreur de jugement. Pour les accidents dus, au moins partiellement, aux autres conducteurs, l’inattention est la cause qui revient le plus souvent. Elle est suivie de la vitesse excessive et de l’erreur de jugement.

Dans 63 % des collisions entre un tracteur et une auto et dans 50 % des accidents entre un tracteur et une moto, le tracteur tourne à droite au moment de l’impact, pour entrer ou sortir d’une rue latérale ou d’un champ.

Article Par Didier Swysen

Journaliste à la rédaction Générale

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel